Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Conclusion

Les médinas du Maroc en mutation. Quelles perspectives pour la recherche ?

Elsa Coslado et Justin McGuinness

Texte intégral

1Les médinas marocaines, maintes fois décrites par les publicitaires et plumitifs étrangers depuis l’avènement du Protectorat français, restent aujourd’hui encore une source inépuisable d’inspiration pour les magazines de mode et de loisirs du monde entier. Mais ces territoires complexes ont connu des changements considérables depuis le début des années 90. Les médinas sont devenues un élément central de l’imaginaire national marocain et de ce qui représente le Maroc à l’étranger. Tout comme d’autres lieux historiques dotés d’une grande charge culturelle, elles ont également trouvé leur place dans la pensée néolibérale, dominée par l’idéal de l’individu créatif et entrepreneurial toujours en partance à la recherche de l’Autre. Cette quête – comme le montrent les auteurs de l’ouvrage Médinas immuables ? – a amené de nombreux étrangers à tenter leur chance au Maroc dans l’objectif d’y construire de nouvelles vies. Par leurs trajectoires, ces individus ont contribué à façonner des médinas plus aptes à abriter des activités touristiques. De ce fait, certaines médinas rejoignent la logique des transformations urbaines du capitalisme tardif à l’œuvre ailleurs dans le monde. Ces personnes ont été – et le restent – des acteurs dans une mutation appelée la gentrification en langage savant. Et la médina s’est avérée malléable. Même si les littérateurs du voyage continuent à voir en elle l’avatar d’une société médiévale, la ville historique marocaine s’est révélée extraordinairement adaptable aux besoins de nouveaux groupes sociaux et d’activités productives. Cependant, malgré les changements de la dernière décennie, les grands problèmes systémiques des médinas – la question du logement pour les catégories à faibles revenus (Al Omrane 2009), l’installation d’activités peu compatibles avec le bâti ancien, la sauvegarde appropriée de leur patrimoine, aussi bien immatériel que matériel – sont toujours d’actualité.

Les médinas marocaines et l’invisible politique pro-gentrification

2Fruit de recherches menées entre 1990 et 2010, les articles présentés dans ce livre mettent en évidence les actions et stratégies de ces arrivants de classes sociales aisées, pour la plupart étrangers. Le lecteur aura constaté que les pratiques des primo-habitants et les stratégies économiques et politiques des institutions sont, toute proportion gardée, laissées de côté. Cette perspective peut laisser penser que les classes moyennes marocaines sont absentes du processus de gentrification des médinas et surtout que l’État et les autorités locales n’interviennent pas. Cette insuffisance est à chercher dans les angles morts des études réalisées jusqu’à aujourd’hui. Les études actuelles sur les requalifications des médinas ont abordé la redynamisation sélective des médinas essentiellement selon l’approche de D. Ley (1981, 1986, 1996), à savoir sous l’angle des préférences résidentielles et des modes de vie des individus. Sans pouvoir répondre à toutes les questions liées à l’implication des institutions marocaines dans les changements en cours dans les médinas, quelques éclairages peuvent être apportés.

3En premier lieu, il convient de nuancer les propos concernant un État absent et des collectivités locales passives, propos qui imprègnent souvent les esprits intéressés par la restauration des médinas marocaines. Etant donné que le processus de « gentrification spontanée » déclenché par quelques individus motivés s’est progressivement étendu pour être, la plupart du temps, récupéré par des sociétés d’investissement (Coslado, 2011), il est légitime de se demander si le manque de politique publique lisible vis-à-vis de la médina, pointé par plusieurs auteurs et experts dans ce livre, n’est pas déjà en soit une politique ? A savoir une politique libérale classique, celle de laisser le secteur privé avancer sur des pistes nouvelles pour créer un marché : celui de l’offre et de la demande.

4Si on affine l’analyse des articles de Médinas immuables ? en y intégrant les travaux portant sur la politique des villes marocaines, on s’aperçoit que les autorités interviennent à plusieurs niveaux. Premièrement, au niveau local : la politique municipale s’est occupée de ses prérogatives en médina. Depuis la fin des années 90, on remarque des améliorations notables au niveau des équipements publics, aussi bien à Marrakech, à Essaouira ou Fès que dans de nombreuses autres villes. Comme l’indique Q. Wilbaux [ce volume], l’embellissement des espaces publics s’ajoute à la mise à jour des services publics (réseaux d’eau potable et d’assainissement, électricité, etc.). Dans une analyse récente des stratégies du réaménagement de l’espace public dans trois villes touristiques marocaines, Vincent Gatin et Marie-Astrid Choplin remarquent à propos de la place El Mouahadine de Ouarzazate que ces actions sur des lieux partagés : « […] visent à inverser les représentations dont fait l’objet la place qui passent de connotations négatives relatives à l’insalubrité et l’anarchie à des connotations positives liées au registre de la propreté et de la sécurité. » (Choplin et Gatin, 2010, p. 25). Ils montrent aussi que les autorités cherchent à modifier la fonction de circulation des places centrales pour les rendre propices à la flânerie et aux achats. De plus, on constate à Marrakech, par le biais de nos travaux sur les espaces périphériques (Coslado, 2012, à paraître), que les activités polluantes et sonores des médinas sont délocalisées en périphérie suite aux incitations, voire aux obligations de la Municipalité, notamment via les mesures de sauvegarde de la médina concoctées par l’Agence urbaine. Car si, comme le souligne A.C. Kurzac, la requalification des médinas entraîne un élargissement des activités des centres historiques, ce sont celles qui s’accommodent du tourisme. En revanche, les activités qui incommodent les touristes tendent à être déplacées par la Communauté urbaine. Les habillages et mises aux normes de l’espace urbain sont pensés par les aménageurs, urbanistes et architectes pour les pouvoirs publics à l’aune de l’attractivité touristique voulue par ces derniers. Il semblerait que les autorités locales à l’aide des professionnels conçoivent une vitrine urbaine conforme au modèle dominant de la ville récréative, modèle propice à alimenter le processus de gentrification touristique. Cependant, dans certains cas – comme Fès notamment – ces opérations de réaménagement comprennent également les espaces publics des quartiers populaires fréquentés presque exclusivement par la population locale (McGuinness, à paraître). Il en découle que les autorités municipales sont bien présentes dans l’aménagement de l’espace public et l’amélioration des infrastructures. Elles se gardent, toutefois, d’intervenir à une échelle significative dans l’amélioration de l’habitat insalubre ou surdensifié en médina, n’étant pas outillées pour créer et maintenir un parc de logement social.

5Deuxièmement, il faut souligner l’impact indirect de certaines politiques nationales dans le processus de gentrification. On pense notamment aux stratégies relatives au tourisme, à la captation des capitaux étrangers, au logement et à l’accession à la propriété. Certes, l’État n’a pas de programme important de réhabilitation intégrée des quartiers défavorisés en médina. Par contre, depuis le début des années 2000, il a mis en place des politiques dynamiques de renforcement de l’attractivité du Maroc en tant que destination touristique et terrain d’investissement. En même temps, les autorités se sont lancées dans une politique d’expansion tous azimuts du parc de logements, en particulier à travers une série de partenariats entre les secteurs public et privé. De cette disponibilité croissante de nouveaux logements pour les différentes catégories de la population il résulte que des résidents de longue date sont amenés à quitter les médinas. Les ménages à faibles revenus aussi bien que les classes moyennes trouvent à se loger dans des milieux beaucoup moins contraignants que ceux des médinas. Il est donc clair que les politiques étatiques de facture néolibérale mises en place depuis les années 2 000 créent un environnement particulièrement favorable à l’investissement des étrangers dans le tourisme. Ceci se traduit concrètement par l’installation d’étrangers, la création de maisons d’hôtes et de complexes d’hébergement, ou d’autres activités touristiques telles que la restauration ou les galeries d’art localisés dans les centres historiques.

6Ce nouvel intérêt, direct et indirect, des institutions locales et nationales pour les médinas participe à une rupture symbolique. Avec la croissance de l’activité touristique et la création d’espaces afférents, la médina acquiert un nouveau poids. On constate un regain d’intérêt auprès des élites – et certaines familles marocaines s’engagent dans des projets touristiques, dont notamment la restauration. Cependant, le réaménagement des grands espaces publics et des maisons de haute valeur architecturale se fait souvent avec une sensibilité qui vise surtout à renforcer « la typicalité » du paysage urbain ou de l’édifice au détriment de ses caractéristiques matérielles et sociales d’origine. On crée du spectaculaire plutôt que de « raccommoder » l’existant tout en respectant les besoins de l’heure actuelle. De ce point de vue, la gentrification des médinas révèle la forte capacité des acteurs urbains dominants à faire « rentrer dans ses cases » un espace. Les logiques conjuguées des politiques et des non-politiques et les initiatives des investisseurs créent un espace attractif et vendable sur le marché global tout en reléguant à la marge (en périphérie ou dans certains quartiers non visités des médinas) ce qui ne l’est pas. En ce sens, même si la gentrification au Maroc s’avère un projet non énoncé en tant que tel, ses contenus sont largement partagés : à travers la normalisation d’espaces historiques marginalisés pendant un bon demi-siècle, on vise – sans que les objectifs soient trop masqués – la fructification des capitaux dûment investis.

7Aussi, cette supposée renaissance ou plutôt transformation des médinas marocaines, étant donné ses racines dans l’industrie touristique, soulève des questions relatives à la pérennité de ces nouvelles activités et leur retombées financières et autres pour la ville à long terme. Pour l’instant, il existe peu d’études sur les bénéfices apportés par le tourisme au Maroc aussi bien pour les collectivités territoriales que pour les populations locales. On entend dire souvent que la base économique des médinas a perdu de sa diversité. Mais l’observation des zones centrales de Fès el Bali, où le commerce de gros et de détail d’habillement, de tissus et de divers articles d’importation est florissant, suggère le contraire. Certaines activités artisanales – dont notamment la dinanderie – semblent particulièrement prospères (Buob, 2012). Et comme les contributions sur Salé (M. Zouaoui, article 4 et témoignage de N. Rahmouni) et la kasbah des Oudayas (entretien avec O. Toutain) l’indiquent, le tourisme peut être absent ou ne jouer qu’un rôle mineur dans l’économie de l’espace historique qui, pour autant, reste dynamique. L’activité touristique apparaît comme une source de revenus sujette aux aléas géopolitiques – comme l’a montré le déclin du tourisme au Maroc au moment de la première guerre irako-américaine et à la suite de la tragédie du 11 septembre 2001. Selon l’Observatoire du tourisme marocain, les soulèvements du Printemps arabe conjugués à la peur d’actes terroristes suite à l’attentat du café Argana en avril 2011 auraient fait baisser de plus ou moins 30 % le taux d’occupation des maisons d’hôtes à Marrakech, taux qui s’inscrit dans la baisse générale de la fréquentation touristique au Maroc pour le reste de l’année (Anon, 2011).

L’avenir des études sur la gentrification au Maroc : quatre nouvelles pistes

8Quid des futures directions pour l’étude de la gentrification – et son verso, le mal-logement – dans les médinas marocaines ? Cet ouvrage collectif ne se veut ni exhaustif, ni définitif, loin de là. Il doit s’envisager plutôt comme une invitation à poursuivre et approfondir les recherches pluridisciplinaires sur des questions relatives aux territoires urbains historiques au Maroc. Dans ces recherches se croiseront des thématiques relatives au patrimoine, au tourisme et au logement, ainsi que des théorisations allant de l’imaginaire urbain au droit à la ville en passant par la nature de l’espace public.

9A la lumière des résultats des travaux présentés dans cet ouvrage, il nous paraît important pour la suite de renouveler le regard en prenant du recul face aux grilles interprétatives canoniques de la gentrification afin d’analyser les zones qui restent obscures dans les recherches livrées ici. En restant fidèle – parfois sans le savoir – aux schèmes proposés par N. Smith (1986, 2002) ou D. Ley et donc à faire reposer la perspective sur les ressorts de la structure ou de l’action, l’analyse tend à s’emparer des processus de changement et de différenciation qui se déroulent pour une part « à l’extérieur du champ observé » (La Pradelle, 1996). Aussi, le regard tend à limiter sa portée éventuellement au marché de l’immobilier, aux arrivants (les gentrifieurs, les nouvelles couches moyennes et supérieures), à leur style de vie et à leurs pratiques. Nous suggérions ici de faire écho à Gérard Althabe (1990), qui propose d’interroger et réinterroger la pertinence de la réalité étudiée : les chercheurs devraient se départir des catégories préétablies de la gentrification. Dans cette perspective critique, nous proposons quatre pistes de recherche en guise de conclusion.

10La première piste est d’embrasser en un même regard les différents constituants, visibles et invisibles, des « situations » qui participent de la gentrification. L’idée serait d’adopter une démarche anthropologique qui cherche à produire « une connaissance livrée de l’intérieur », à épouser « les formes du dialogue ordinaire » pour comprendre les situations empiriquement constituées (Corbillé, 2007). Le micro, les néo [résidents] et l’actuel ne seraient plus seulement les marqueurs de ce qui fait les mondes urbains, et il deviendrait possible d’approfondir la compréhension des opérations physiques et symboliques qui ont [eu] lieu et font le lieu. Pour cela, une analyse situationnelle conduirait à un élargissement du panel des protagonistes, des espaces et des événements signifiants. Il s’agirait ainsi, par exemple, à donner la place aux oubliés des études sur la gentrification qui pourtant participent, par leur absence ou leur présence contestataire ou passive, à donner un sens à la gentrification : les habitants déjà là ou ceux qui restent malgré toutes les mutations ; les habitants qui ne sont plus là… et dont il faudrait connaître les conditions précises du départ ; ceux qui passent en regardant seulement ou en touchant ou en achetant…. et qui, par leur présence, leur regard, créent du lien social et donnent de la valeur aux lieux.

11Deuxièmement, la recherche gagnerait à aborder les changements en cours dans les médinas à partir de l’optique théorique de la justice spatiale (Dikiç, 2009). Grâce aux travaux du présent ouvrage, on apprend que le capital culturel et économique des arrivants, des « néo-médinois » se trouve renforcé. Par contre, une partie importante des recherches qui traite de la gentrification démontre que, dans de pareils cas, le capital socio-économique des primo-habitants – souvent des ménages aux revenus modestes – se trouve détruit (Garnier 2010). En effet, les circuits économiques informels et les statuts fonciers opaques qui laissent des niches de logement aux pauvres disparaissent. Que peut la recherche pour non seulement cerner ces phénomènes mais aussi pérenniser une ville où les altérités se côtoient ? Une gentrification endogène, moins portée sur la consommation récréative et spectaculaire, serait-elle envisageable ? La justice spatiale reste un champ théorique peu exploré dans les recherches urbaines récentes relatives aux médinas marocaines, alors qu’elle est très présente dans les nombreuses études sur les bidonvilles ou sur l’accès aux services urbains.

12La troisième piste serait d’attaquer de front la dimension structurelle. Elle correspondrait, en somme, à un recentrage du regard. Nous avons vu que les parcours et les habitus de la nouvelle classe moyenne cosmopolite sont, certes, révélateurs des nouvelles dynamiques urbaines mais qu’ils ne peuvent aucunement s’y réduire. Dans des villes où les flux de capitaux touristiques sont démesurés et en fondent en grande partie l’urbanisme, il semble urgent d’organiser une réflexion à partir des réalités empiriques qui concernent les logiques des grands investisseurs nationaux et internationaux et la manière dont ces dernières s’articulent aux stratégies des pouvoirs publics et se raccrochent à l’économie globale. Comment ces logiques façonnent-elles les espaces, aussi bien historiques que nouveaux ? A qui profitent des dynamiques qui ont été créées, et qui se trouve dépossédé du « droit à la ville », pour utiliser l’expression d’Henri Lefebvre (1968) ?

13La quatrième piste serait un déplacement du regard des centres vers la périphérie (Donzelot, 2004). La notion de gentrification péri-urbaine, appelée « clubbisation » de l’espace par certains auteurs (Charmes, 2011), invite à se pencher sur des fragments urbains produits de toutes pièces sur des espaces marginaux qui pourtant vont connaître un renouvellement extrême de la population puisqu’il n’y en avait pas ou très peu (Davidson et Lees, 2005). On voit dans certaines conditions que cette élitisation de l’espace dans des lieux périphériques, formalisée par le développement des résidences fermées, peut s’accompagner d’un rehaussement des valeurs symboliques et culturelles, comme on l’observe déjà depuis longtemps dans la palmeraie de Marrakech.

14Ces quatre pistes auraient, nous l’espérons, comme effet d’augmenter l’élargissement du panel de chercheurs participant à l’étude des dynamiques à l’œuvre dans – et en relation avec – les médinas aujourd’hui. Comme nous l’avons vu, ces centres historiques ont été jusque-là beaucoup étudiés sous l’angle des préférences résidentielles (qui concernent les étrangers en premier chef) plutôt que sous l’angle des politiques urbaines et économiques et des phénomènes de l’exclusion sociale et du mal-logement. Une telle extension de la recherche sur ces axes permettrait que les chercheurs marocains s’emparent davantage de la question. Etant donné que la gentrification est un processus à portée globale, l’extension de la recherche devrait permettre de situer le phénomène au Maroc par rapport aux études réalisées ailleurs, avec en perspective la réalisation de projets comparatifs (Atkinson et Bridge, 2003).

15Pour finir, nous souhaitons insister sur un point relatif aux termes employés pour parler des transformations de l’urbain. Dans les futurs travaux, il nous paraît essentiel d’être attentif à ne pas tomber dans une certaine naïveté à l’égard de la notion de gentrification et de sa récupération par les experts, les décideurs et divers médias. Avec ses vœux pieux en faveur de la mixité sociale, de la cohésion urbaine et du droit au logement, le registre linguistique de la technocratie urbaine est lisse et s’auto-légitime (qui pourrait s’opposer a priori à la revitalisation de la ville... ?) ; de ce fait la gentrification tend à minimiser les problèmes de polarisation spatiale et d’exclusion sociale (Van Criekingen, 2008, p. 82-83). Dans le discours technocrate, l’euphémisme est roi. Pourtant, nombreux sont les cas de requalification urbaine qui, dans les faits, disqualifient de larges franges de la population. Le discours de la gentrification, puisant dans le vocabulaire de la résurrection, mobilise également la terminologie de la métaphore dominante de nos temps : celle de l’activité économique conçue en tant que guerre. On parle de « pionniers », de « reconquête » et de « mise à niveau » de quartiers qui sont pourtant parmi les plus vivants d’une ville donnée. Ces répertoires langagiers anesthésient facilement les perspectives critiques des pratiques individuelles et des politiques actuelles. L’usage du concept de gentrification s’avérera donc d’autant plus fructueux qu’il sera minutieux, car chaque emploi peut faire pointer la victoire idéologique des visions néolibérales de la ville, y compris au sein même des analyses scientifiques. Il faut clairement garder en vue les plaies de la ville pour pouvoir maintenir la justice sociale et territoriale à l’ordre du jour au sein du programme de travail aussi bien des chercheurs que des professionnels de l’urbanisme.

16Au moment d’écrire ces lignes (le 14 juin 2012), comment ne pas rappeler qu’au premier semestre 2012 plusieurs immeubles se sont écroulés dans la vieille médina de Casablanca, à l’heure où le taux de fréquentation du prestigieux Morocco Mall dépasse de loin les prévisions initiales ? Si certains individus peuvent s’offrir des produits de marque au prix fort, l’ensemble des organismes (comme la SONADAC) et des programmes (tel que Ville sans bidonvilles) chargés depuis le début des années 2000 de la gestion de l’habitat insalubre – que ce soit au niveau des bidonvilles, des vieux quartiers historiques ou des périphéries urbaines – peinent à gérer le fléau du mal-logement au Maroc.

Bibliographie

Al Omrane, 2009. Al-Omrane. Dix ans d’intervention en médinas. Rabat, Al-Omrane.

Althabe G., 1990. « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain ». Terrain, n° 14, p. 126-131.

ANON, 2011. En ligne http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/afrique/maroc/201202/24/01-4499254-maroc-le-tourisme-a-connu-une-annee-modeste-en-2011.php

Atkinson R., Bridge G. (dir.), 2003. Gentrification in a Global Context : the new urban colonialism. London, Routledge.

BUOB b., 2010. « Les artisans du patrimoine : regard ethnologique sur les dinandiers de Fès et la patrimonialisation au Maroc ». Hespéris Tamuda, vol. XLV, p. 119-128.

Charmes E., 2011. La Ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Paris, Presses universitaires de France.

Choplin M. A., Gatin V., 2010. « L’espace public comme vitrine de la ville marocaine : conceptions et appropriations des places Jemaa El Fna à Marrakech, Boujloud à Fès et Al Mouahidine à Ouarzazate ». Norois, n° 214, 2010/1, p. 23-40.

Corbillé S., 2007. « Ethnologie en ville et gentrification. Du terrain à l’objet ». Ethnologie française, vol. 110, n° 2, p. 353-380.

Coslado E., 2012. « Désirée et désirable, la « villa économique » à Marrakech », in M. BERGER & L. ROUGE (dir.), Etre logé, se loger, habiter : regards de jeunes chercheurs. Paris, L’Harmattan, p. 229-243.

Coslado E., 2011. « Marrakech Riadland ». Economia, mars 2011, p. 39-43.

Coslado E., sous presse, « Marginalisation, démarginalisation et vice-versa : le jeu des investissements dans la périphérie de Marrakech », in N. SEMMOUD, (dir.), Les marges urbaines en Méditerranée. Tours, Presses de l’Université François Rabelais.

Davidson M., Lees L., 2005. « New-build "gentrification" and London’s riverside renaissance ». Environment and Planning, vol. 37, n° 7, p. 1165-1190, en ligne : http://dx.doi.org/10.1068/a3739

DIKIC M., 2009. « L’espace, le politique et l’injustice ». Justice spatiale/Spatial Justice, www.jssj.org

Donzelot J., 2004. « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification ». Esprit, n° 303, p. 14-39.

GARNIER J.-P., 2010. Une violence éminemment contemporaine. Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires. Marseille, Agone.

La Pradelle M., 1996. « Comment décrire un marché ? », in Ostrowetsky S (éd.), Sociologues en ville. Paris, L’Harmattan, p. 91-104.

LEFEBVRE H., 1968. Le Droit à la ville. Paris, Anthropos (2e éd.). Paris, éditions du Seuil, Collection Points.

LEY D., 1996. The New Middle Classes and the Remaking of the Central City. Oxford, Oxford University Press.

Ley D., 1986. « Alternative explanations for inner city gentrification : a Canadian assessment ». Annales of the Association of American Geographers, vol. 76, p. 521-535.

Ley D., 1981. « Inner city revitalization in Canada : a Vancouver case study ». Canadian Geographer, vol. 25, p. 124-48.

MCGUINNESS J., (à paraître). « Reworking the médinascape : the public spaces of historic Fès in a neoliberal climate », communication à la conférence annuelle de la BRISMES, du 27 au 29 juin 2011, University of Exter.

Smith N., Williams P., 1986. Gentrification of the City. Boston, Unwin Hyman.

Smith N., 2002. « New Globalism, New Urbanism : Gentrification as Global Urban Strategy ». Antipode, vol. 34, n° 3, p. 427-450.

VAN Criekingen M. V., 2008. « Comment la gentrification est devenue, de phénomène marginal, un projet politique global ». Agone, n° 38-39, p. 71-88.

Auteurs

Elsa Coslado, urbaniste, est doctorante de l’Equipe monde arabe et Méditerranée au sein du laboratoire CITERES de l’université de Tours. Sous la direction de Pierre Signoles, elle achève actuellement sa thèse sur le bouleversement récent des périphéries de Marrakech.

Justin McGuinness est enseignant-chercheur en communication et études urbaines à l’Université américaine de Paris. Après des études de langue arabe et d’histoire islamique (BA Cambridge, 1985), il s’est orienté vers la géographie urbaine, travaillant notamment sur la sauvegarde de la médina de Tunis et les discours et pratiques entourant la question du logement insalubre dans cette même ville (PhD, 1999, University of Newcastle-upon-Tyne). Depuis plusieurs années, il travaille et publie sur des questions relatives à la médina de Fès et son patrimoine. Il vit entre Fès, Paris et Tunis.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable