Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

18. La médina de Salé : enjeux et paradoxes de la réhabilitation

Témoignage

Nabil Rahmouni

Note de l’éditeur

Originaire de Salé, Nabil Rahmouni1 est architecte-urbaniste. Il a été architecte municipal de la ville de Salé de 1984 à 1989 ; il participe en tant qu’acteur associatif (association Sala al Mustaqbal) et en tant que consultant (coordinateur du projet Montada Euromed Heritage) à la sauvegarde du patrimoine de la médina de Salé.

Texte intégral

Préambule

  • 2 Pour avoir une idée de l'état du bâti dans la médina de Salé (situation en 2000, enquête de l'auteu (...)

1La médina de Salé – et plus globalement la ville de Salé – a, jusqu’à aujourd’hui, peu attiré l’attention des chercheurs s’intéressant aux processus de requalification des médinas. A l’inverse de nombreuses autres médinas, celle de Salé n’a pas encore été touchée par le phénomène de gentrification « touristique », telle qu’il est décrit dans la plupart des contributions de cet ouvrage, même si la question commence à se poser. Elle est travaillée par d’autres problématiques qui contribuent à la dénaturer et à la déstructurer2.

  • 3 En tant que praticien-architecte (au niveau de la municipalité de 1984 à 1989, puis dans le privé) (...)

2Mon témoignage, à travers la connaissance que j’ai de la médina de Salé3, a pour objectif de porter un éclairage sur ce phénomène de dénaturation de l’espace de la médina (qui a été aussi à l’œuvre dans d’autres médinas du Maroc – et continue à l’être), de souligner les dangers qui menacent l’intégrité de cette médina et de s’interroger sur les prémices d’une « gentrification » qui commencent à pointer.

Une médina hors circuit touristique

3La médina de Salé s’étend sur 90 hectares et compte aujourd’hui près de 34 000 habitants, alors qu’elle atteignait dans les années 60-70 presque 60 000 habitants. C’est une médina qui souffre d’un gros déficit d’image malgré ses atouts patrimoniaux : elle ne s’inscrit pas dans les circuits touristiques et, de ce fait, n’a jamais pu intéresser ou attirer les touristes. Elle présente donc une situation très différente de celle de Marrakech ou de Fès.

4Elle a une spécificité au niveau urbain assez tranchée avec les modèles que l’on connaît des médinas dans le monde arabo-musulman. Il est de tradition de trouver le centre d’activités commerciales et artisanales autour et non loin du centre cultuel principal de la ville (grande mosquée, saint patron). A Salé, le réseau soukier (ou souk) est complètement séparé et éloigné du centre cultuel et culturel formé par la grande mosquée, la médersa et le mausolée du saint patron de la ville. Cet ensemble se trouve au sud-ouest, alors que l’ancien emplacement du marché hebdomadaire et le réseau soukier se trouvent en son centre géographique, séparés du centre cultuel par des quartiers résidentiels.

Des étrangers dans la médina

5La présence d’étrangers dans les murs de la médina n’est pas un phénomène nouveau. Ils y ont résidé dès le début du Protectorat, du fait que Salé n’avait pas de ville nouvelle et que les quartiers européens hors des murailles n’ont été édifiés que bien plus tard, à l’inverse de Marrakech, Fès, Meknès, Casablanca, etc., ou même El Jadida. Depuis sa création (au Xe siècle), Salé s’est beaucoup étendue et développée à l’intérieur de ses remparts. Toutes ses composantes urbaines (habitat, activités, services, administration, etc.) se sont retrouvées intra-muros. La médina était ainsi centre de pouvoir et centre urbain par excellence. De ce fait, les étrangers (colons et représentants de l’administration coloniale) se sont installés à l’intérieur des remparts. Cet espace clos disposait encore de nombreux terrains non construits (occupés par des jardins maraîchers et autres).
Le représentant officiel de l’autorité du protectorat de l’époque, lui-même, résidait dans la médina, ainsi qu’une population composée de colons français et d’artisans originaires d’Espagne, d’Italie ou du Portugal. Des architectes, dont un ou deux connus, tel Buret, s’y sont également installés. La médina accueillait donc une population extrêmement hétérogène, où toutes les strates sociales étaient représentées, de l’aristocratie jusqu’aux ouvriers et aux commerçants en passant par les intellectuels.
Quelques décennies plus tard, des quartiers uniquement résidentiels extra muros ont vu le jour, à savoir les quartiers Rmel et Pépinière, destinés à une population principalement coloniale. Cependant, la médina demeurait le centre urbain. Après l’Indépendance, les Européens qui habitaient la médina sont presque tous partis, et on a vu arriver quelques artistes qui s’y sont installés vers la fin des années 70 et le début des années 80 : peintres, décorateurs, etc.
La présence étrangère dans la médina ne date donc pas de ces dernières années et n’est pas un phénomène nouveau.

La question des maisons d’hôtes

  • 4 L’histoire-rumeur : une rue de la médina de Marrakech, dont des maisons limitrophes auraient été ra (...)

6Aujourd’hui, si à Marrakech on parle de gentrification et du phénomène de l’installation des maisons d’hôtes dans la médina, à Salé, nous en sommes encore très loin. Il y a uniquement quatre maisons d’hôtes qui fonctionnent, et elles le font sans autorisation. L’administration actuelle bloque complètement les autorisations. Six autres maisons d’hôtes ont fait des demandes d’autorisation et attendent toujours. Une phobie générée par une histoire4 qui circulait a servi de prétexte aux responsables pour bloquer toute autorisation de maison d’hôtes. Je vais vous donner quelques exemples concrets. J’ai moi-même établi un plan pour une maison d’hôtes : cela fait deux ans et demi que j’ai déposé le dossier de demande d’autorisation, deux ans qu’on me fait tourner en rond. Le propriétaire est un Marocain bien introduit dans l’Administration, et pourtant cela fait deux ans qu’il n’arrive pas à obtenir l’autorisation ! Je peux vous raconter une autre histoire. Celle d’un Marocain, originaire de Salé, qui vivait à Casablanca et qui voulait pour sa retraite installer et gérer une maison d’hôtes. Il a acheté, en contractant un crédit bancaire, une maison qu’il a réaménagée en maison d’hôtes, et puis « naïvement » ( !) il a demandé une autorisation auprès de l’Administration qui l’a fait « tourner en bourrique » pendant deux ans ! Au bout de ces deux années, pressé par les contraintes du crédit, il s’est vu forcé de revendre son projet terminé à un étranger qui, lui, le fait fonctionner par internet en sous-main (réservation et paiement), alors que le Slaoui a perdu deux ans à réhabiliter la maison et deux autres à attendre l’autorisation !
Les quatre maisons d’hôte qui fonctionnent le font donc en sous-main et uniquement par internet et ne disposent pas d’autorisation. Aujourd’hui [mai 2009], on en est, en tout et pour tout, à dix projets de maisons d’hôtes, entre les non-autorisées et celles qui attendent des autorisations.

Une spéculation immobilière destructrice

7Il faut, à mon avis, parler de quelque chose d’autre pour souligner le phénomène qui menace l’intégrité et la préservation de la médina. Comme vous le voyez, la médina de Salé n’est pas concernée de la même façon que Marrakech par le phénomène de gentrification.

8J’ai été architecte municipal à Salé, et j’ai fait partie jusqu’en 1989 des services municipaux. J’ai eu à gérer le service du plan de la médina. Le phénomène relevé pendant cette période au niveau de la médina était très pernicieux : de petits promoteurs en réseau (commerçants en tout genre souhaitant placer leur argent) achetaient n’importe quelle maison, sans distinction aucune quant à sa valeur, et la démolissaient. Ils reconstruisaient des bâtiments qui n’avaient rien à voir avec l’esprit du bâti de la médina ; ils édifiaient de petits immeubles similaires à ceux des quartiers non réglementaires, constitués de tout petits appartements avec fenêtres donnant sur l’extérieur (c’est-à-dire non conformes aux ouvertures pour ce type de bâti), et ce, sans titre foncier, sans aucune démarche administrative. Sans autorisation encore, ils rajoutaient des étages et réalisaient ainsi des R+2, R+3 (voir planche-photos 1) en plein cœur de la médina. Leurs interventions dénaturaient complètement la structure urbaine de la médina. Le phénomène, par sa gravité, s’apparente à un véritable cancer qui gangrène le tissu de la médina. Tous les commerçants des qissariyat (ensemble de commerces de même nature) recyclaient ainsi leur argent dans l’immobilier, ce qui générait un circuit bien huilé ; même les fonctionnaires de la Commune qui avaient en charge le contrôle de l’immobilier se transformaient en agents immobiliers de ce réseau ! Gaysa (solives en bois de thuya), portes, ferronneries, arcs en pierre de taille sculptée : tout ceci était très prisé et était récupéré et revendu. Ce réseau a fait qu’aujourd’hui les maisons de la médina ont été en bonne partie rachetées, démolies pour faire place à des constructions lambda et non réglementaires. En conséquence, dans certaines rues de la médina, là où il y avait de grandes demeures ou de vrais riads avec jardin, on se retrouve avec ce que l’on appelle l’bnayq (cellules), terme arabe qualifiant ces constructions d’appartements étriqués extrêmement denses. Ces « promoteurs immobiliers » ont été actifs jusqu’à il y a encore quelques années. Dans ce contexte, la gentrification ne serait-elle pas la bienvenue afin, d’une certaine manière, de bloquer ce système. Pourquoi ? Parce que les propriétaires ne consentiraient plus à vendre à ces spéculateurs à des prix d’achat très bas.

9La question de la gentrification dans les processus de réhabilitation demeure complexe, en dehors du fait que cela pourrait bloquer un système bien rôdé de petits promoteurs qui agissent en dehors de toutes normes et de toutes règles et pouvant conduire, à terme, à la perte d’identité du tissu médinal.

Planche 1. Médina de Salé (2012). Constructions d'immeubles (R+3) non réglementaires en plein cœur de la médina; celles-ci viennent complètement dénaturer le tissu médinal et font plutôt penser à un quartier clandestin qu'à une médina

Planche 1. Médina de Salé (2012). Constructions d'immeubles (R+3) non réglementaires en plein cœur de la médina; celles-ci viennent complètement dénaturer le tissu médinal et font plutôt penser à un quartier clandestin qu'à une médina

Planche 1 (suite)

Planche 1 (suite)

Les paradoxes de l’évolution actuelle

10La rencontre de 2009 posait la question de l’impact du phénomène de la gentrification sur le tissu de la médina. Participe-t-il à préserver ce tissu patrimonial, à son évolution / adaptation dans de bonnes conditions ?
Est-ce un mouvement de fond, comme en Europe ou ailleurs, qui se traduit par la reconquête des centres urbains anciens par une population plus fortunée ?
Quelle doit être notre position face à la gentrification. L’encourager, l’orienter ou la combattre ?

11Le fait qui nous semble indéniable aujourd’hui, c’est que les médinas, pour être préservées et transmises en tant que patrimoine vivant, doivent d’abord continuer à être vivantes. Pour cela, elles doivent continuer à être habitées et à accueillir des activités économiques et des services.
Cette dynamique vivante dans les médinas est aussi appelée à évoluer et à s’adapter aux réalités actuelles et à se préparer à l’avenir pour éviter qu’elles ne soient marginalisées et qu’elles ne périclitent.

Une médina vivante par ses activités et ses habitants

Habitat

12En tant qu’architecte de l’Administration et par la suite dans le privé, j’ai pu constater que les gens ne savent plus intervenir sur le bâtiment et le tissu ancien, ils n’ont plus les savoirs nécessaires pour les adapter à la vie d’aujourd’hui.

13Les besoins et les modes de vie ne sont plus les mêmes ; il est impossible de continuer à dire que la sauvegarde passe par la restauration dans les règles des édifices en question. Les bâtiments patrimoniaux doivent être classés en plusieurs catégories, et en fonction de celles-ci, il faut voir quelle réponse apporter à leur préservation. Pour les bâtiments ordinaires qui forment le tissu médinal sans être des monuments à valeur exceptionnelle, on ne peut pas penser à la restauration dans les règles de l’art, car ils ne répondent plus au mode de vie actuel. Aujourd’hui, les habitants ont besoin d’un certain confort minimum de base : eau courante, assainissement, électricité, salle de bain pour douches quasi quotidiennes, cuisine adaptée aux usages d’aujourd’hui, etc. Ajoutons à cela de nouvelles pratiques qui n’existaient pas dans cette architecture traditionnelle comme l’usage de produits d’entretien dangereux pour les matériaux anciens (eau de javel, détergents contenant de l’acide)... En outre, les habitants ne sont plus prêts, comme autrefois, à supporter le froid et la pluie dans les patios, ni la chaleur en été. Nous sommes devenus très douillets, et nos besoins ont évolué : nous n’avons plus les mêmes conceptions du confort qu’il y a trente, quarante ou cinquante ans. Je me souviens qu’en hiver dans la médina, on « se gelait », on se baladait avec un kanoun (braséro) pour se réchauffer, et le soir, chacun de nous avait une, deux, voire trois couvertures sur lui. Nous ne sommes plus aptes à supporter ce mode de vie. Alors, que va-t-on faire de nos médinas ? On en parle beaucoup, on tient des discours intéressants, mais comment va-t-on réellement les vivre ? Aujourd’hui, l’un des moyens serait d’encadrer et d’accompagner les habitants afin de leur permettre de réhabiliter techniquement leurs maisons selon leurs propres moyens et rythme ; de les aider, en même temps, à comprendre comment fonctionne une construction ancienne, qu’elle soit faite de pierre, de terre, de chaux ou bien encore de pisé ; de leur apprendre comment refaire une étanchéité traditionnelle.

14Il serait nécessaire de revenir sur les études et le type d’approches ou conclusions élaborées il y a plusieurs années, au milieu des années 80, avec l’aide de l’Institut universitaire d’architecture de Venise, sur la requalification de la médina de Salé (Balbo, 1990 ; Balbo & Pini, 1993 ; Pini, 1990). Ces études à l’époque avaient abouti à mettre en exergue plusieurs axes d’intervention possibles. Nous avions identifié un certain nombre d’éléments qui semblaient être en mesure de renverser la tendance et qui semblent encore aujourd’hui d’actualité.

15L’axe premier pour nous, à l’époque, était de mettre en place une structure permanente de gestion pour accompagner les habitants et leur permettre de reconnaître la valeur de leur patrimoine pour pouvoir le réhabiliter, le requalifier dans de bonnes conditions et le préparer à continuer sa vie.

Les habitants et la médina

16Cette structure permanente de gestion aurait dû être envisagée il y a vingt ans, car maintenir la population en place reste un objectif essentiel. On a un cadre de vie, et celui-ci ne peut se maintenir que par la population qui y vit. Aujourd’hui, la densité de peuplement a baissé, on est revenu à un quasi-équilibre entre bâti et population. D’ici une dizaine d’années, si la tendance actuelle se poursuit, va se poser le problème, à mon avis, d’un déficit d’habitants au sein de la médina. La population habitant la médina assure, quel que soit son niveau économique, un entretien même minimum du bâti, des rues, etc. Lorsque la médina sera désertée par ses habitants, cela posera d’énormes problèmes. Se pose donc l’équation suivante : comment maintenir cet équilibre, et par là comment retenir la population sur place ou attirer une population porteuse d’espoir ? Je crois qu’il faut aussi repenser les espaces communs et introduire les services urbains de proximité manquants : hôpital, poste, etc., éléments essentiels dont l’absence amènerait les gens à quitter la médina. Traverser toute la médina à pied pour acheter un timbre, aller à l’école ou se soigner… n’est plus viable. Il s’agit d’assurer aux habitants présents et futurs un niveau d’équipement en services urbains à la hauteur au moins des autres quartiers résidentiels.

Redynamisation des activités

17La perversion actuelle à l’intérieur des médinas est l’immixtion tous azimuts de l’activité commerciale qui les transforme en grands supermarchés à l’air libre. Dans la médina de Salé, la pression foncière a chassé les commerçants et artisans traditionnels du réseau soukier il y a plusieurs décennies. On constate aujourd’hui qu’il ne reste plus qu’un seul cordonnier dans la rue des cordonniers, le seul, également, à continuer à fabriquer des babouches de manière artisanale ; sinon, règnent le plastique dans toute sa splendeur et les chaussures de sport made in China. Toute la rue a perdu son ancienne activité, on y vend tout et n’importe quoi, comme dans un supermarché.

18On a ce que l’on appelle aussi le souk l’hanbel, le marché du tapis ras en laine. Une rue de la médina de Salé porte ce nom, on y vendait donc l’hanbel de Salé, connu et reconnaissable par ses couleurs pastels et ses motifs particuliers. Aujourd’hui, il n’existe plus un seul producteur ou vendeur de hanbel, cette activité a complètement disparu. Un certain nombre d’activités de la qissariya ont également disparu, comme les harrarine (activité de passementerie autour du fil et du cordon de soie) ; pour les nattiers (hasayr), seulement deux ateliers continuent leur activité qui consiste à fabriquer, à partir de joncs, des tapis tressés et autres accessoires ; mais là aussi, le plastique a tout supplanté. La bijouterie est la seule qui tire son épingle du jeu et continue à bien fonctionner ; celle-ci s’est tellement développée qu’elle a pris la place à d’autres et a été étendue à presque toute la rue, faisant disparaître les vendeurs de tissus et de djellabas.

19Pour terminer, il faudrait surtout arriver à réorganiser les activités économiques et réussir à aider les activités dynamiques à se réinstaller dans la médina. Cette réorganisation devrait permettre à celles qui ne sont pas polluantes et qui n’ont pas besoin d’espace extrêmement important de rester en médina, d‘accompagner celles qui ne peuvent pas demeurer et réintroduire d’autres activités adaptées à ce tissu et qui sont porteuses.

20Les grandes demeures qui présentent un intérêt historique ou architecturales pourraient être reprises et transformées soit en maisons d’hôtes, en restaurant ou autre, soit en équipement social ou culturel.

21Ces différentes interventions seraient censées constituer un réseau qui jalonnerait les circuits de découverte de la médina et constitueraient la locomotive de la requalification du tissu médinal.

Equipements et services urbains

22Aujourd’hui, certains espaces sont délaissés ou ne sont plus utilisables, comme les fondouks (anciens caravansérails), parce que leur fonction a disparu. Ces espaces pourraient accueillir des activités et services qui seraient en mesure d’améliorer l’attractivité de la médina. Mieux équipée, la médina pourrait dissuader ses habitants de la quitter et même attirer une population plus aisée. Toutes les études qui ont été faites sur les médinas vont dans ce sens-là (Banque mondiale, etc.).

Le traitement des abords de la médina

23Là, je ne peux faire l’économie de parler du projet d’aménagement des rives du Bouregreg qui représente un projet d’envergure, jamais réalisé auparavant dans l’agglomération. Aujourd’hui, la médina est ceinturée par un très beau rempart datant du Xe siècle. Elle a besoin – pour continuer à vivre correctement – de pouvoir communiquer avec l’extérieur, mais communiquer dans des conditions particulières, c’est-à-dire qu’elle doit disposer d’un bon abord et non pas de trous ou de tranchées ouverts dans les murs des remparts comme seuls accès à la médina. Les abords et l’extérieur doivent permettre de préparer le visiteur à accéder à ce tissu médinal en mettant en place certains services (accueil, information, parking, transports, etc.).

24Malheureusement, le projet du Bouregreg a tourné complètement le dos à la médina de Salé, et aujourd’hui, on se retrouve avec une marina que l’on pensait extrêmement intéressante parce qu’elle arrive à 50, 60 mètres de la muraille, on disait « cela va attirer du monde et des activités », eh bien non, car, juste derrière la marina, le projet est en train de construire un mur d’hôtels et de résidences de standing (rez-de-chaussée plus deux et trois étages) barrant la vue sur la médina depuis le Bouregreg. Outre le fait qu’on ne pourra plus apercevoir la médina de Salé à partir du Bouregreg ou de Rabat ou de n’importe quel autre point de vue ; il constitue non pas une continuité au sein de l’agglomération, mais une véritable coupure visuelle et réelle entre les cités médiévales de Rabat, des Oudayas et de Salé. La médina et ses remparts se retrouvent complètement ceinturés d’un nouveau rempart visuel empêchant toute perspective intéressante sur cet espace-là. Ce projet ne prend en compte ni les besoins de la ville de Salé, ni ceux de la ville de Rabat ou de la conurbation. On se retrouve avec un projet parachuté, de type hors-sol, posé sur un site assez extraordinaire (tout l’environnement de l’embouchure)… Le gâchis vient du fait qu’avec ce projet on avait l’occasion de recoudre une agglomération, celle de Rabat-Salé, de refaire une liaison entre les trois sites médiévaux de la conurbation : la médina de Rabat, la kasbah des Oudayas et la médina de Salé et d’en refaire une centralité. Mais rien de cela n’a été pensé et réalisé : on se retrouve face à quelque chose d’indéfinissable et d’incompréhensible. Les concepteurs s’amusent à prévoir, dans une autre phase du projet du Bouregreg, une cité qu’ils appellent « la Cité des arts et métiers », à l’image d’une grande cité artisanale folklorisée où ils vendront des ersatz de la médina, où le touriste n’aura même pas besoin d’aller en médina, il aura tout à portée de main (comme dans un supermarché) ; et le touriste navigateur, en accostant dans la marina, pourra y faire ses courses et repartir aussitôt.

25Pour revenir à la gentrification, nous aurions attendu de ce projet qu’il participe à l’amélioration de l’image de la médina, en provoquant un appel d’air auprès d’une population aisée, en l’encourageant à venir s’installer en son sein ; mais comme nous venons de le voir, le projet propose des logements de standing déconnectés de la médina. Ce projet au potentiel « gentrifiant » devient ainsi concurrent.

26Pour finir, nous dirons que la sauvegarde de la médina demande non seulement la mobilisation de la société civile (ONG, etc.) mais aussi et surtout celle de la population qui l’habite ainsi que celle l’Administration, avec un grand A, qui semble depuis près de 36 ans ne pas avoir fait grand-chose pour elle. Le plus inquiétant, c’est que le temps passe et efface ainsi chaque jour une part de notre patrimoine (et de notre âme), mémoire que nous ne pourrons même pas laisser à nos enfants.

Plans de la médina de Salé (2000) : présentation du bâti à divers niveaux : typologie, état, hauteur des constructions, matériaux utilisés

Plans de la médina de Salé (2000) : présentation du bâti à divers niveaux : typologie, état, hauteur des constructions, matériaux utilisés

Bibliographie

Balbo M., Pini D., 1993. Médina de Salé : études et hypothèses pour la requalification urbaine (La Medina di Salè : studi e ipotesi per la riqalificazione urbana), Milan, CittàStudi.

Balbo M., 1990. « Quelle stratégie d’approche pour la médina de Salé ? », in La réhabilitation des cités anciennes : actes. Casablanca, Wallada, p. 23-60.

Pini D., 1990. « Requalification urbaine, réflexions à partir du cas de Salé », in La réhabilitation des cités anciennes : actes. Casablanca, Wallada, p. 75-91.

Notes

1 Ce témoignage se fonde sur la retranscription de la communication présentée par Nabil Rahmouni lors de la rencontre de Rabat du 24 mai 2009 à l’Ecole nationale d’architecture. La retranscription a été effectuée par Hakim Cherkaoui, et la mise en écriture finale a été réalisée par l’auteur.

2 Pour avoir une idée de l'état du bâti dans la médina de Salé (situation en 2000, enquête de l'auteur), quatre cartes sont présentées en fin d'article.

3 En tant que praticien-architecte (au niveau de la municipalité de 1984 à 1989, puis dans le privé) et consultant ; entre autres études, je citerai celle de 2000, en tant que chef de projet, qui fait suite à une commande du ministère de l’Habitat mais qui, pour diverses raisons, n’a pas pu aboutir (Etude architecturale et de sauvegarde de la médina de Salé (EASMS), direction de l’Architecture du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement). Cette étude s’appuie sur une enquête exhaustive des volets habitat, architecture, équipement urbain, social et activités et a fait appel à une équipe pluri-disciplinaire composée de géographes et d’économistes (MM. Fadloullah, Kadiri, Madmad, Zouaoui,...). Les résultats de cette enquête ont permis la construction d’un système d’informations géographiques dont les données (disponibles) n’ont pas pu être exploitées du fait du non-aboutissement de l’étude.

4 L’histoire-rumeur : une rue de la médina de Marrakech, dont des maisons limitrophes auraient été rachetées par des étrangers, serait devenue interdite aux Marocains.

Table des illustrations

Titre Planche 1. Médina de Salé (2012). Constructions d'immeubles (R+3) non réglementaires en plein cœur de la médina; celles-ci viennent complètement dénaturer le tissu médinal et font plutôt penser à un quartier clandestin qu'à une médina
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Planche 1 (suite)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Plans de la médina de Salé (2000) : présentation du bâti à divers niveaux : typologie, état, hauteur des constructions, matériaux utilisés
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 994k

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable