Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

17. Politique patrimoniale à Fès et rôle de l’Inspection des monuments historiques

Entretien avec Mohamed Mouhcine El Idrissi El Omari (Fès, janvier 2011)

Manon Istasse

Note de l’éditeur

Mohammed Mouhcine El Idrissi El Omari est inspecteur des Monuments historiques et des Sites de la Région de Fès-Boulemane (département du ministère de la Culture) depuis 2007. Il est archéologue et conservateur de formation. Il est l’auteur de L’espace urbain de la médina de Fès à l’époque alaouite (jusqu’au Protectorat), édité en 2010.

Texte intégral

Quand on évoque la médina de Fès, à quoi pensez-vous en premier lieu ?

Ça dépend du point de vue. Mais toujours, c’est le culturel qui se manifeste. Le culturel et le patrimonial. La médina, c’est un patrimoine d’une extrême importance, un patrimoine matériel et immatériel, un mode de vie, une civilisation. C’est aussi un patrimoine de l’humanité, pas seulement national. La médina est donc inscrite au patrimoine national depuis 1954, et au patrimoine universel depuis 1981. Cette double inscription fait la particularité de Fès par rapport à d’autres médinas.

Brièvement, quelle est l’histoire de la patrimonialisation de la médina ?

Il faut savoir, et peu de gens le savent, qu’à Fès, le site classé comprend Fès-Jdid et Fès el-Bali, C’est-à-dire les remparts, tout ce qui se situe à l’intérieur des remparts mais aussi des zones extérieures, des zones de protection extérieures appelées zones non aedificandi. Au temps du Protectorat, il y a eu la constitution de zones de protection autour des remparts et le classement d’un nombre important de monuments. La majorité des monuments classés dans la médina de Fès l’ont été à partir de 1913, 1914, jusqu’en 1956. 1954, c’est le couronnement, c’est le classement de toute la médina. Cette réglementation a interdit que la médina soit traversée par des chaussées. Sous le Protectorat, les idées sur le patrimoine convergeaient. Ce n’est qu’à partir des années 70 qu’on a eu conscience de la protection de ce patrimoine sous ses différents aspects, différents territoires, matériel et immatériel.

Quelle est alors la définition du patrimoine avec laquelle vous travaillez à l’Inspection ?

Celle qui a été édictée par la Convention du patrimoine mondial, concernant le patrimoine matériel et immatériel. Mais nous travaillons aussi suivant la réglementation marocaine en vigueur qui présente le patrimoine comme legs du passé et comme ce qui fait partie de la vie des gens. Donc, ce n’est pas seulement un patrimoine historique, mais ça peut être des réalisations qui datent du début du XXe siècle et que l’on doit considérer comme patrimoine. Pour exemple du patrimoine, je donnerai l’architecture dite « coloniale », comme le bâtiment de la Banque du Maroc, le cinéma Bijou, le cinéma Empire, la Poste centrale, en ville nouvelle de Fès ; ça fait partie intégrante du patrimoine marocain. Et, en aucun cas on n’autorise qu’il soit transformé ou démoli pour faire des constructions modernes, contemporaines. Et, bien sûr, il y a les us et les pratiques. La notion de patrimoine, elle est très large par rapport au patrimoine historique, architectural ou urbain.

L’inscription sur la liste du Patrimoine mondial a-t-elle influencé les actions de préservation dans la médina ?

Le classement de Fès est très important pour la médina : c’est un « label » qui contribue aussi à drainer les touristes. C’est très important, aussi bien dans la mobilisation de la population que dans celle de la communauté internationale pour la sauvegarde de ce bien culturel. Plusieurs structures s’occupent des travaux de restauration et de réhabilitation : les ministères de la Culture, des Habous, de l’Urbanisme, de l’Intérieur et d’autres départements dont font partie aussi les communes. Les efforts sont déployés conjointement par tous ces partenaires pour mener à bien la mission de sauvegarde du patrimoine de la ville.

Et quel est le rôle de l’Inspection des monuments historiques envers la médina ?

« L’Inspection des monuments historiques représente le ministère de la Culture à Fès, et le ministère de la Culture est l’interlocuteur de l’Unesco. L’Inspection des monuments historiques gère donc les questions du patrimoine. Nous veillons tout d’abord au respect de la réglementation concernant le patrimoine national. Ces règles sont édictées par le gouvernement. C’est comme pour tous les ministères : les règles sont faites par le gouvernement, et les ministères appliquent celles qui leur adviennent. Les lois de protection du patrimoine national reviennent au ministère de la Culture. C’est l’Inspection qui rédige le rapport périodique et le rapport d’état des lieux sur la médina de Fès pour le ministère de la Culture qui le communique au Centre du patrimoine mondial. »

Vous veillez donc au respect des politiques de l’Unesco...

Les politiques de l’Unesco, il n’y en a pas. « La politique de l’Unesco », c’est la Convention du patrimoine mondial, qui est opposable à tous les pays signataires. Tous ceux qui ont signé la convention doivent la respecter d’une manière directe.

Plus concrètement alors, en quoi consiste le travail de l’Inspection des monuments historiques ?

Ce travail consiste en plusieurs types de dossiers. Tout d’abord, traiter les inventaires, puis les dossiers de proposition de monuments à classer dans la médina. En 2009, nous avons examiné 46 dossiers de proposition de classement de bâtiments dans la médina, dont des demeures traditionnelles et des palais ayant une grande importance, une grande valeur. Ensuite, constituer des dossiers d’études théoriques sur la médina. Il y a aussi les dossiers de restauration et réhabilitation des monuments et des maisons. En participant à la commission qui délivre les autorisations de travaux, nous veillons à ce que ces travaux se fassent conformément à la réglementation en vigueur pour préserver l’authenticité des lieux ; enfin, constituer et appliquer des travaux de prospection et de fouilles archéologiques et de sauvetage. Par exemple, durant la restauration de la Qaraouiyine en 2006, nous avons trouvé des vestiges de maisons du Xe siècle.

Quelle est la place de l’Inspection de monuments historiques par rapport à d’autres institutions en charge de la médina ?

Si la médina et les questions qui la concernent rassemblent de nombreux ministères (Urbanisme, Habitat, Intérieur, Habous…), les questions du patrimoine en médina sont du ressort de l’Inspection des monuments historiques, car c’est le service de tutelle en ce qui concerne le patrimoine. Nous avons notre avis à donner là-dessus, en tant qu’Inspection. Et notre avis, il est très important. Notre rôle est, comme je l’ai dit, de donner un avis en fonction de la réglementation. Mais cette réglementation doit être accompagnée de mesures de sensibilisation auprès des autorités communales qui se préoccupent parfois plus de l’économique que du patrimoine : ils ne veulent pas que les investisseurs touristiques et privés partent… mais on essaie ensemble de trouver des approches qui permettent la protection du patrimoine et qui satisfont en même temps les besoins du développement local. Souvent, les projets concernent plusieurs opérateurs, pas seulement le ministère de la Culture. Ces projets nous sont transmis ou bien à travers la Commune, ou bien à travers l’Agence urbaine, dans le cadre de ce qu’on appelle la procédure normale. L’Inspection est impliquée directement surtout quand le monument a un statut particulier, comme Dar Adiyel. C’est un bien habous (bien de main-morte), mais il a été restauré par le gouvernement italien via l’Unesco et le ministère de la Culture et réhabilité en conservatoire de musique. Mais toujours, quand nous recevons le dossier du projet, nous allons sur les lieux, nous visitons, et nous envoyons notre réponse justifiée, par écrit. La réponse est soit favorable, soit défavorable, mais toujours justifiée. Et les projets sont soit ceux des autres opérateurs, soit des particuliers. Tous ceux qui ont la possibilité d’intervenir et de sauvegarder quelque chose, ils peuvent le faire, chacun de son côté, et selon ses moyens. C’est très important. Il y a des mécènes qui interviennent avec leur propre argent. Lamrani pour l’ensemble Nejjarine, Benjelloun pour la restauration Bouananiya. Et ainsi de suite. Beaucoup de personnes sont intervenues avec leur propre argent sans attendre une récompense.

En parlant des actions menées par les particuliers, la population fassie participe-t-elle beaucoup ?

Il est important que la société civile soit impliquée. Tout le monde connaît l’importance du patrimoine, mais comment le protéger, ce n’est pas toujours clair. Il doit y avoir un consensus. Il y a peut-être un consensus au niveau des opérateurs officiels. Mais pour la population, on a peut-être besoin de travaux de sensibilisation supplémentaires. Et la population n’a pas toujours les moyens. C’est donc une question de moyens et de sensibilisation. Renforcer la sensibilisation sur la nature des interventions à réaliser pour sauvegarder le patrimoine. Parce que certains croient que la protection se fait par l’utilisation de matériaux modernes, par le renforcement de structures avec des matériaux modernes. S’ils connaissaient l’impact de l’utilisation de ces techniques, ils changeraient peut être d’avis. Donc, c’est là une question de sensibilisation que l’on doit renforcer davantage. Et ce n’est pas seulement le rôle de l’Etat. C’est le rôle des associations, qui ne sont pas très actives. Or, on en a grand besoin pour communiquer avec les gens, pour communiquer avec l’administration.

Parlons maintenant des travaux entrepris par l’Inspection. Quels types de monument historique sont couverts par l’Inspection ?

Les monuments historiques et les sites, archéologiques ou historiques, ce n’est pas seulement ce qui est classé ; il y a aussi les monuments, les vestiges et les espaces anciens, traditionnels, matériels ou immatériels. L’Inspection s’occupe donc aussi des unités d’habitation, des quartiers, de la médina entière. Et pas seulement de la médina, mais aussi de la région. Mais beaucoup de travaux sont concentrés dans la médina. Pourquoi ? Parce que l’intervention au sein de ce tissu, vu son importance historique et architecturale et son étendue, a un poids important et particulier.

Pourriez-vous donner un exemple concret de restauration menée par l’Inspection ?

La médersa Attarine. Pendant la restauration, on a enlevé des poutres de béton armé pour les remplacer par des matériaux traditionnels d’origine.

Pouvez-vous me parler des maisons traditionnelles ?

Les maisons traditionnelles appartiennent à des particuliers. Il y en a entre 8 000 et 9 000, qui prennent des formes différentes allant de la petite maison au palais. Ces maisons représentent l’évolution architecturale au Maroc et à Fès particulièrement. Actuellement, les plus anciennes maisons, il y en a cinq ou six, datent des XIIIe ou XIVe siècles, de l’époque mérinide, alors que la majorité des maisons datent des XVIe aux XXe siècles. Ces demeures reflètent aussi l’évolution du mode de vie. La conception des maisons au XIVe siècle n’est pas la même qu’au XXe siècle au niveau de l’organisation de l’espace et des éléments architectoniques. Par exemple, les balustrades ne sont plus en bois tourné, mais en fer forgé à partir du XVIIIe siècle. L’architecture domestique est le témoin du mode de vie et de l’évolution architecturale du Maroc. C’est pour cela qu’il est important de préserver.

Qu’est-ce qui menace ces maisons actuellement ?

Deux questions sont importantes par rapport à l’habitat : l’ancienneté des bâtisses, leur vétusté, et la sur-densité. Des maisons habitées avant par une famille le sont maintenant par quatre ou cinq. Cela entraîne des modifications dans la conception des chambres. C’est la conséquence d’un contexte qui a évolué dans les années 80 avec la sécheresse et l’exode rural : la médina était le seul refuge. Les habitants qui l’avaient quittée ont commencé à spéculer et ont loué, non pas les maisons, mais les pièces, ce qui a entraîné une densification.

Que peut-on faire pour les préserver alors ?

Utiliser une maison en respectant ses particularités et en lui assurant une survie, c’est déjà une contribution à la préservation. Toute journée de vie en plus d’une maison est, à mon sens personnel, une contribution importante. Maintenant, on peut distinguer deux types d’intervention. La première est la réparation d’anomalies. Les particuliers doivent demander un V2 (demande de permis de travaux) à la Commune. Ensuite, une commission rassemblant les représentants de plusieurs services examinent le dossier, dont l’Inspection des monuments historiques. Le but de ces autorisations est de créer une vie décente pour les habitants : remplacer du zellige (carreau d’argile émaillé) dégradé, lutter contre l’humidité… Pour tout changement, même un changement de couleur des murs intérieurs, il faut que les autorités compétentes soient prévenues. La seconde intervention concerne les changements radicaux. Il y a deux choses essentielles à respecter. Le plan et la décoration. D’abord le plan : est-ce qu’il va être modifié ? Si c’est le cas, c’est défavorable par définition. Ensuite, les éléments décoratifs comme le zellige, le bois, le plâtre : est-ce que cela va être différent ?

Et quelle est l’époque de référence pour évaluer ce qui peut être ou pas accepté ?

Il faut tenir compte de l’évolution des mentalités, de l’évolution des goûts, de l’évolution de la vie. Est-ce qu’on peut demander aux gens de préserver leur mode de vie d’antan ? Est-ce que c’est nécessaire qu’ils le préservent ? Est-ce qu’ils ne suivent pas l’évolution de la mentalité culturelle ? Est-ce qu’on doit demander aux gens de la médina de conserver le mode de vie ancien et aux gens de la ville nouvelle de suivre l’évolution ? Ce n’est pas possible. On doit s’adapter, adapter l’espace à l’évolution des mentalités. Les maîtres-artisans aussi veulent évoluer, et ils en ont le droit. Les tables, on peut en faire autant avec différentes formes. Et celles qui ne sont plus au goût, elles peuvent aller au musée. Toutefois, pour le bâti, c’est irrécupérable. Le changement, il est toujours irréversible. On ne va pas avoir la possibilité de le laisser aux générations futures. Ça va se perdre, et les générations futures n’auront pas le droit de le voir. C’est le fait de penser que ça va se perdre. Si tu pars de ce point de vue, tu peux faire des transformations, mais pour conserver le bâtiment. Il faut donc laisser intact, dans sa disposition ancienne, ce qui ancien. Par exemple, pour le plâtre sculpté, travailler sur une surface lisse, ça s’est même passé par le passé. Ça a changé entre les Saadiens et les Alaouites, on connaît ce changement. Quand on voit le plâtre, on sait directement de quoi il s’agit et de quand il date à travers les motifs, à travers les techniques d’exécution.

Que pensez-vous du développement touristique et de son impact sur les maisons ?

  • 1 Fondouk : ancien caravansérail.

C’est très intéressant. Cela doit contribuer à la survie de la ville. C’est pourquoi on fait la réhabilitation du patrimoine, ça devrait contribuer au développement local. Lorsque tout ça a été sauvegardé et protégé, c’est très important d’avoir du tourisme. L’animation touristique est une valeur ajoutée. Pourquoi a-t-on procédé à la restauration du fondouk Nejjarine1 en musée ? C’est pour drainer des visiteurs qui peuvent consommer. Donc ça va contribuer au développement local sur place. Ça va permettre aux gens de travailler. Ça va contribuer à un entretien relatif parce que si ça reste fermé, le bâtiment va se dégrader. Peut-être y a-t-il des projets qui ne sont pas rentables, qui ne permettent pas un entretien continu. Mais bon, parmi les vecteurs de développement local de la médina de Fès, il y a le culturel. Et pour qu’il soit culturel à proprement parler, il faut respecter le règlement de protection et les principes de restauration et de réhabilitation. Et pas seulement au niveau des bâtisses, mais aussi des quartiers et de toute la médina : faciliter l’accessibilité, diversifier les circuits touristiques, retenir les gens pour ne pas considérer la médina comme un site de passage tout simplement, pour rester un peu plus longtemps. Comme ça, on aura la possibilité de créer des ressources supplémentaires de développement local, mais sans pour autant dégrader.

Justement, qu’en est-il de la présence étrangère en médina ?

Je n’ai pas beaucoup de détails, d’informations, sur la fréquence d’achat de maisons. Ce qui m’intéresse avant tout à l’Inspection, c’est le respect des formes anciennes, de l’aspect traditionnel du lieu, c’est éviter un changement radical qui pourrait porter préjudice, aussi bien de la part de quelqu’un d’étranger qui achète une maison que de la part d’un Marocain.

Dernière question. Vous habitez en ville nouvelle. Mais si demain, vous aviez l’occasion d’aller vivre en médina dans une maison historique, le feriez-vous ?

Bien sûr. C’est certain. Mais je n’ai pas les moyens ! Je n’ai plus les moyens maintenant d’acheter une maison en médina. J’espère avoir un jour cette occasion. Mais je ne peux pas me permettre ce privilège, vu le prix de l’immobilier. Et c’est tant mieux pour la ville en fin de compte, c’est une garantie, c’est une bonne chose, c’est une manière d’estimer les maisons à leur juste valeur.

Notes

1 Fondouk : ancien caravansérail.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable