Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

10. Requalification urbaine des médinas et enjeux socio-économiques locaux

Anne-Claire Kurzac-Souali

Texte intégral

Introduction 

1 L’étude des dynamiques spatiales liées au processus de gentrification spontanée a montré à quel point les acteurs privés et le cadre de l’économie mondialisée (le tourisme, les modes de vie transnationaux, les flux de capitaux) ont été des éléments déclencheurs de la mise en valeur des médinas et de leur requalification partielle. L’ampleur du processus ne peut néanmoins être envisagée sans s’interroger sur les conséquences de ce « retour » des catégories sociales aisées en centre ancien. Les effets induits et leurs modalités spatiales s’étendent à de larges domaines qui dépassent le strict phénomène démographique de remplacement de résidents pauvres et, plus rarement, de classes moyennes. Les investissements et l’arrivée de nouvelles populations redynamisent les médinas, et leurs fonctions socio-économiques sont réajustées. Les centres anciens d’architecture traditionnelle connaissent une revitalisation de leur tissu économique. La fonction résidentielle est également revalorisée et transformée par les nouvelles pratiques des habitants, même si cette requalification urbaine reste limitée et sélective dans l’espace et renforce ainsi des contrastes plus anciens. Cette analyse reste imparfaite en l’absence d’enquêtes et d’études de terrain qui tardent à venir sur le sujet. Ainsi, cet article ne prétend pas mener une étude exhaustive des changements à l’œuvre depuis une quinzaine d’années dans les centres historiques réinvestis. Il a pour objectif premier de s’interroger sur la transformation des paysages et des lieux dans ces espaces fragiles et patrimoniaux, ce qui revient à traiter en filigrane la signification de la modernisation et de la modernité, les renouvellements et les modifications apportés à ces tissus urbains anciens et à hautes valeurs culturelle et identitaire. Les bouleversements (population, économie, perception, culture) et les processus en cours (gentrification, requalification, revitalisation, patrimonialisation) réaffirment la question de la centralité des médinas et leur capacité à jouer un rôle dans des villes marocaines modernisées, étalées et de plus en plus connectées à l’espace-monde, notamment par leur mise en tourisme.

Un espace redynamisé par la requalification urbaine

2 Hormis les changements sociaux et démographiques, les effets induits par la requalification du bâti et des espaces publics sont essentiellement d’ordre économique. L’économie en médina est visiblement relancée par l’action des investisseurs et la dynamique de réévaluation du tissu économique. La création d’emplois nouveaux ou la réactivation d’emplois anciens sont un aspect consécutif de la reprise économique et de cette requalification. Le renouvellement de l’artisanat et l’ancrage de la culture traditionnelle sont des apports de la revalorisation. L’arrivée de nouvelles activités culturelles dans la médina s’inscrit enfin plus globalement dans une patrimonialisation élargie de l’espace de la médina par la transformation de son paysage culturel et sa reconnaissance comme un espace de valeurs et de références par les étrangers ainsi que par ses anciens habitants. La médina devient un lieu et un support privilégié de création économique et culturelle. De nouvelles activités dans les secteurs de l’hébergement, des loisirs, de l’artisanat et du commerce viennent enrichir les fonctions courantes de fréquentation et de consommation.

Des médinas en chantier pourvoyeuses d’emplois

3 La rapidité du phénomène de gentrification diffuse l’image de médinas « en chantier » du fait des nombreux travaux engagés, images sensible dans les espaces de circulation les plus fréquentés comme dans les espaces résidentiels plus calmes en médina de Marrakech, Rabat, Essaouira puis Fès, mais aussi, dans une moindre mesure, Tanger, Asilah, Azemmour ou Taroudant. Cette impression était particulièrement forte au milieu des années 2000 avec le pic des achats immobiliers. Les conséquences de cet intérêt nouveau pour le patrimoine domestique s’articulent autour de plusieurs domaines relatifs aux transformations du bâti : la revalorisation du foncier, la réhabilitation du bâti ancien et dégradé et sa réévaluation sur le marché confirment l’évolution de ces espaces en quartiers gentrifiés. A ces effets directs, on peut associer les éléments d’un dynamisme économique plus large, touchant le domaine de l’emploi en médina et la reprise perceptible de certains métiers de l’architecture et de l’artisanat relancés par le nombre de chantiers démultipliés dans les villes traditionnelles du royaume chérifien.

4Les chantiers sont particulièrement visibles dans les rues fréquentées et les axes prioritaires où les travaux de pavoisement sont importants depuis la fin des années 90. Cependant, les travaux les plus importants en médina, en nombre de chantiers et d’ouvriers, correspondent à ceux réalisés par les nouveaux investisseurs privés pour réhabiliter et valoriser leur achat. Les médinas de Marrakech, d’Essaouira, de Fès mais aussi les Oudayas (Rabat) sont ainsi ponctués par les chantiers qui empiètent souvent sur l’espace du derb (impasse/ ruelle) par la multiplication des échafaudages et des étayages en bois, des amas de gravats et de matériaux et le va-et-vient des corps de métiers et des carossa (remorques à bras). Les enquêtes menées sur le terrain à Marrakech (septembre 2004) permettent de donner une mesure de grandeur du phénomène de réhabilitation du tissu résidentiel. Dans le quartier Ksour, très convoité, sur les 71 récents propriétaires, 13 réalisent des travaux et 4 achats récents ne font pas encore l’objet de travaux. Enfin, dans un quartier plus récemment investi sur la partie est de Riad Zitoun Jdid, côté Bahia, sur 45 propriétés, 9 sont en chantier. Lors de notre enquête en janvier 2006 à Essaouira, sur les 42 maisons rachetées ou utilisées dans le quartier Bani Antar, 10 sont en travaux. Au total, les maisons en travaux représentent 10 % à 20 % des maisons rachetées. L’état de dégradation, le manque d’entretien des maisons rachetées et les ambitions de réaménagement de la majorité des investisseurs constituent les facteurs principaux d’une amélioration du bâti et du renouveau des métiers traditionnels du bâtiment. Les investissements en matière de travaux sont, de ce fait, considérables, puisqu’ils représentent un tiers à la moitié du placement financier pour un achat de type privé ou pour des maisons d’hôtes installées dans les demeures familiales. Les montants des travaux peuvent s’avérer plus onéreux dans le cas de projets touristiques (maisons d’hôtes haut standing, hôtels de charme, restaurants, etc.). Les chantiers durent souvent près d’un an pour les maisons de taille moyenne (100/150m2 au sol) à raison d’environ une trentaine d’ouvriers qui se succèdent. Les travaux peuvent aussi durer davantage lorsque surviennent des problèmes de gestion du chantier ou lorsque des contentieux existent entre les autorités locales et les nouveaux propriétaires au sujet des travaux réalisés, qui parfois s’avèrent non conformes aux autorisations délivrées. Dans le cas des anciens palais et des grandes demeures de notables, les travaux peuvent être bien plus coûteux, puisque leur utilisation en hôtel de luxe augmente les frais de rénovation et d’équipement. La réalisation du Riad-Fès a nécessité l’intervention de 300 ouvriers sur une période de 14 mois. Les travaux d’entretien des maisons traditionnelles sont également importants. Ils expliquent en partie pourquoi les chantiers sont si nombreux : le ravalement à la chaux se fait environ tous les quatre ans, l’étanchéité des terrasses doit être régulièrement contrôlée, le traitement des boiseries des portes de cour doit être assuré car elles ne sont pas protégées dans le patio s’il n’a pas été couvert, etc. Ces travaux sont désormais plus visibles dans le paysage des espaces résidentiels, car ils sont menés par des propriétaires qui ont un niveau de vie suffisant pour entretenir leur bâti, ce qui n’était plus le cas précédemment.

  • 1 Entretien avec le directeur de la société de travaux de restauration Tarmim, en médina de Marrakech (...)

5Le dynamisme du marché immobilier en médina s’accompagne également d’un renouveau du secteur du bâtiment. Aux ouvriers employés pour le gros œuvre, les finitions et la décoration (tadelakt, zellige) s’ajoutent les personnes profitant en amont ou en aval des chantiers. Par exemple, les porteurs par carossa (charrettes à main) sont employés pour acheminer les matériaux de construction ou les gravats, car les accès aux chantiers sont le plus souvent difficiles. Un chantier pour une demeure familiale nécessite l’emploi de dix carossa en moyenne1. Le rachat des maisons anciennes dynamise le secteur de la restauration pris au sens large. Les investissements sont importants car ils sont réalisés par une population plus aisée qui projette volontiers de réaliser des travaux importants de réhabilitation et de confort. Les projets touristiques sont également à l’origine de chantiers nombreux, de longue durée et de taille parfois très importante. En définitive, même si les ordres de grandeur diffèrent, la médina est devenue un espace générateur d’activités pour le secteur du BTP et de l’artisanat d’intérieur, au même titre que les périphéries urbaines en construction. Elle polarise aussi des chantiers porteurs d’emplois pour ouvriers parfois très qualifiés, comme les tailleurs de pierre d’Essaouira ou les sculpteurs de stuc de tradition fassis. La structure traditionnelle du bâti exige des corps de métiers spécialisés dans les techniques traditionnelles et demande une main-d’œuvre importante.

6L’entretien et l’exploitation des maisons traditionnelles sont également porteurs d’emplois, dont les caractéristiques et les bénéficiaires varient en fonction de leurs utilisations privées ou commerciales, intermittentes ou permanentes. C’est la création des maisons d’hôtes et des hôtels de charme qui a permis en priorité un surcroît d’emplois en médina. Le type d’hébergement nécessite des employés assez nombreux pour être au plus près des besoins de la clientèle. Les hôtels de charme à Fès emploient, en moyenne, une vingtaine de personnes chacun, dont une grande partie est affectée à la restauration. Les maisons d’hôtes de taille plus modeste utilisent en moyenne les services de 5 personnes. Les plus petites et les plus simples ont souvent un personnel polyvalent, avec un gardien-réceptionniste et une à deux femmes faisant le ménage et la cuisine. Les maisons d’hôtes de plus grande capacité ou qui offrent un service plus raffiné emploient un personnel nombreux et spécialisé : deux gardiens (un de jour et un de nuit), une à deux cuisinières, un(e) réceptionniste, des femmes de ménage. A ces postes attitrés s’ajoute du personnel au moment des périodes de forte fréquentation. Marrakech et Essaouira sont les deux médinas où les créations d’emplois dans les structures d’hébergement sont les plus importantes.

7Les autres modes d’investissement en médina élargissent également le nombre d’emplois. La restauration est un autre domaine d’emploi, plus ancien, mais renouvelé par l’apparition de nouveaux restaurants surtout à Essaouira et à Marrakech : les lounge-bars, les petits restaurants d’Essaouira, les restaurants dans les maisons traditionnelles de Marrakech. A cela, on peut ajouter ceux des nouveaux commerces (boutiques) et des galeries d’art. Les propriétaires de résidences principales et secondaires s’offrent également les services d’un personnel très peu cher et très rarement déclaré. Nos enquêtes à Marrakech ont montré que la grande majorité des résidences secondaires était occupée ou surveillée par un gardien. Lorsque les propriétaires y résident temporairement, une femme est, dans de nombreux cas, employée pour faire la cuisine et le ménage. Cette possibilité d’avoir un personnel bon marché est un des éléments attractifs signalés par les étrangers ayant acheté pour exprimer la qualité de vie qu’ils ont au Maroc (voir Petermann & Escher, art. 7, ce volume). C’est également un critère de leur sur-classement par rapport à leur niveau de vie en Europe. Ces remarques gagneraient à être plus approfondies, détaillées et actualisées par un travail sur le terrain afin d’envisager de façon fine l’impact de la gentrification sur le marché de l’emploi en médina. Aussi, il semble, d’après les témoignages, que la rotation du personnel dans les maisons soit très importante, sans que nous puissions véritablement y apporter des informations plus précises en l’absence d’enquêtes approfondies sur le sujet. De même, il serait judicieux d’étudier le lieu d’habitation mais aussi le degré de qualification des employés pour savoir à qui bénéficie l’ouverture de ces nouveaux espaces de service (maisons d’hôtes, restaurants, boutiques) et ces emplois chez les nouveaux habitants : s’agit-il, en priorité, des habitants de la médina, du quartier ? A la suite de nos enquêtes dans le cadre d’une thèse (2002-2005) et sur un échantillon assez réduit (une centaine de personnes), il s’est avéré que le recrutement se fait à différentes échelles et que la médina devient attractive, en termes d’emploi, à l’échelle de la ville. En majorité, dans le cas des maisons d’hôtes, le recrutement touche, pour moitié, les habitants de la médina et, pour l’autre moitié, des personnes habitant dans l’agglomération, hors médina. Le personnel recruté est le plus souvent sans diplôme, même si son savoir-faire est parfois de qualité, notamment parmi les cuisinières dont l’expérience et le talent sont utilisés dans la formule des maisons d’hôtes qui vise à offrir un accueil traditionnel et d’inspiration familiale. Les offres d’emploi profitent essentiellement aux femmes. Les retombées économiques des maisons d’hôtes et des résidences nouvellement occupées peuvent être réelles sur le quartier, en permettant d’améliorer les conditions des familles des employés, même si des abus sont relevés en l’absence d’application du code du travail. Ainsi, les enquêtes ont mis en lumière le caractère exigent des employeurs et le recours à la rotation du personnel en cas de désaccord. Les facilités de l’emploi, la demande importante et le licenciement, aisément envisageable, rendent précaire le statut de ces travailleurs en l’absence d’une réelle formation du personnel, y compris par les employeurs (surtout si le personnel n’est pas déclaré).

8La requalification et les nouvelles fonctionnalités apportées aux bâtis ont encouragé une revitalisation économique en médina. Les retombées en termes d’emplois de la réappropriation du bâti ancien à des fins commerciales sont évidentes. Les maisons d’hôtes, les hôtels de charme, les restaurants et les cafés dans les riads sont autant de structures économiques créatrices d’emplois.

Le renouvellement des activités artisanales et culturelles

  • 2 Une position entendue lors des journées Agenda 21 de Marrakech (juin 2004).
  • 3 Les Occidentaux sont consommateurs d’objets ethniques différents de ceux du quotidien. Cette habitu (...)

9 La revitalisation économique s’étend également au secteur de l’artisanat du fait de l’aménagement des maisons traditionnelles par les nouveaux occupants et leurs exigences en matière de création artisanale. La revalorisation de l’artisanat marocain, les commandes nombreuses des investisseurs, y compris pour l’étranger, et l’adaptation des artisans à cette nouvelle demande, offrent au secteur de l’artisanat depuis une décennie de nouvelles perspectives de développement. La médina semble constituer un espace de création renouvelée, y compris dans les domaines artistique et culturel, en partie grâce à la présence d‘investisseurs et de résidents aux goûts différents et à fort pouvoir d’achat. Au-delà du phénomène de « bazardisation » communément mentionné lorsqu’on évoque l’évolution de la qualité de l’artisanat au Maroc, il apparaît en étudiant le secteur de la création que celui-ci a connu un renouveau en médina, en partie grâce à la revitalisation de la fonction résidentielle dans les tissus anciens. De façon plus ou moins prononcée, ils font commerce du patrimoine de la médina, de son architecture et de sa décoration. Ce nouvel intérêt pour « le produit médina » amplifie et diversifie sa fonction de création. L’engouement pour l’artisanat marocain et les riads-vitrines de cet artisanat à l’étranger et par des étrangers a transformé le rapport des artisans à leurs créations devenues moins traditionnelles. A l’inverse de la position de nombreux intellectuels2, il nous paraît évident que, parallèlement à un phénomène inévitable de production artisanale de bas niveau lié aux flux touristiques (« une bazardisation »), de nombreux produits artisanaux proposés aux touristes sont de meilleure qualité et moins standardisés qu’auparavant. Les modifications de la production sont en partie liées à l’internationalisation de l’artisanat marocain à travers une zone de diffusion qui s’est sensiblement élargie en quelques années. L’intérêt pour l’artisanat marocain vient d’abord de cette inclination des Occidentaux pour un orientalisme ravivé3 et ce qui peut l’évoquer, ce qui se traduit par une diversification et un renouvellement des produits (la passementerie, la dinanderie, le tissage, la broderie, le travail du cuir, du bois, du fer blanc, etc.). La diffusion de l’artisanat s’est faite également par la médiatisation du phénomène des riads qui a mis en décor l’architecture et la décoration supposée des maisons traditionnelles. Parallèlement à une demande internationale en produits marocains, à une demande plus exigeante de touristes privilégiant des produits artisanaux plus authentiques et moins standardisés, les investisseurs étrangers ou marocains semblent jouer un rôle direct et décisif dans les modifications apportées à l’artisanat. Présents en médina, y résidant ou y effectuant une activité, ils sont assez proches des ateliers de fabrication pour amener des changements en profondeur dans les formes et les matériaux des objets artisanaux. L’évolution de l’artisanat dépend donc également d’une relation d’échanges en médina entre les artisans et des acheteurs qui sont plus impliqués et qui participent à la création, directement par leurs entreprises ou indirectement par leurs commandes. Les artisans, les architectes, les décorateurs et les designers qui ont investi dans des ateliers ou des chantiers locaux agissent pleinement sur la production en apportant leur savoir-faire et leur exigence sur les procédés. Un artisanat hybride est ainsi apparu depuis quelques années. Les commerçants étrangers viennent choisir et souvent traiter avec les artisans pour acheter des produits artisanaux marocains adaptés au goût des Occidentaux. Ils sont souvent à l’origine de créations nouvelles (nouvelles formes en poterie, en ébénisterie), dont les procédés (nouvelles associations de matériaux en passementerie ou en tissage) s’étendent par mimétisme aux autres ateliers de production. Enfin, les nouveaux propriétaires des maisons traditionnelles investissent considérablement dans la décoration et les produits artisanaux pour leur usage personnel ou leur commerce (restauration, hébergement). Leurs commandes ont également élargi le champ des possibilités, là encore, selon des perceptions mixtes et concertées entre les objets traditionnels marocains et ceux que ces clients attendent.

  • 4 Pour la réalisation de maisons en pisé dans la palmeraie de Marrakech ou la réalisation de travaux (...)

10Dans tous les cas, les réalisations actuelles montrent une réelle adaptation des artisans aux changements et aux attentes des acheteurs. Cet artisanat modernisé et aux lignes plus actuelles (poterie, maroquinerie, ameublement, ferronnerie) satisfait aussi de nombreux Marocains. L’adaptation des procédés et des modèles garantit une réelle pérennité à l’artisanat : elle permet de redéfinir un usage des produits artisanaux plus récent et loin du folklore. Le travail de l’artisan est ainsi valorisé. La vitalité des branches d’activités artisanales a étendu la gamme des modèles produits et a amélioré leur qualité. Ce renouveau limite une certaine muséification de la production artisanale. A titre d’exemple, les artisans de la dinanderie ont du travail en perspective car les objets de décoration en métal sont à la mode, tant au Maroc qu’à l’étranger : les heurtoirs de bronze, les gros clous en cuivre des portes, les théières en fonte, les lustres et les luminaires… Les dinandiers suivent les demandes nouvelles en réinterprétant parfois d’anciens modèles. Ils s’adaptent ainsi aux nouvelles attentes des consommateurs surtout étrangers : certains accessoires de salle de bain sont actuellement très « tendance » comme les éviers et les lave-mains en melchior et maillechort, les baignoires sur les modèles des années folles, en cuivre rouge ou jaune, martelés ou lisses. Les riads-maisons d’hôtes sont à l’origine de cette réutilisation des matériaux traditionnels avant que cela ne soit repris dans les revues de décoration. Les conséquences économiques et spatiales de cet engouement pour la production des dinandiers sont particulièrement visibles sur la place des ferblantiers située non loin du mellah de Marrakech. Ce renouveau touche également les techniques traditionnelles de construction et de décoration (moucharabieh ou zellige diversifiés). Le recours aux services des maîtres-artisans (maalem) a donc encouragé la revalorisation de leurs métiers dans les chantiers en médina et hors médina4.

  • 5 On retrouve cette tendance à Fès et à Azemmour.

11Le développement de la culture et des loisirs est un autre trait du dynamisme social et économique en médina. Les pouvoirs publics, les instances internationales, les artistes, les entrepreneurs et quelques mécènes utilisent la médina comme lieu de festivités ou d’activités à caractère culturel. Les ouvertures d’espaces d’exposition, de création et de loisir font des médinas de Marrakech, Essaouira, Fès, Tanger et Asilah des endroits privilégiés de transmission culturelle. La fonction culturelle et artistique valorise les médinas auprès des membres de la communauté étrangère résidente, qui en retour participe à son développement par ses investissements, y compris dans le domaine de la gastronomie. Le commerce de la culture s’est étendu et fortement développé en médina depuis une décennie. Les ouvertures de résidences d’artistes (Institut culturel français), de centres culturels (l’Alliance franco-marocaine d’Essaouira), de cafés littéraires, de galeries d’art, d’espaces d’exposition et de concerts (galerie, maisons d’hôtes, d’accueil) viennent enrichir le paysage culturel en médina. Les galeries de peinture sont à ce titre de bons exemples de l’aspect commercial du milieu artistique qui se développe en médina. La ville d’Essaouira, qui a focalisé son image sur le loisir (culture et sport de glisse), est une illustration de l’expansion rapide de l’activité culturelle et commerciale en médina. Depuis une quinzaine d’années, la multiplication des galeries et des espaces d’exposition met en scène la peinture et la sculpture souiries (voir Escher & Petermann, articles 3 & 6, ce volume). A Marrakech, les centres d’exposition sont moins concentrés dans l’espace et se trouvent souvent inclus dans des espaces culturels plus hétéroclites, comme des fondations (Belarj), des musées et des cafés littéraires (Dar Cherifa). Les maisons d’hôtes également servent parfois de lieux d’exposition de peintres contemporains, marocains ou étrangers5. Enfin, la médina attire des artistes qui vivent et exposent dans leurs maisons-ateliers. Les galeries du peintre Miloudi Nouiga aux Oudayas (Rabat) et du peintre Aziz Lkhattaf à Dar Youraziz (quartier Riad Mokha, Marrakech) sont des lieux d’exposition de leurs peintures et de celles d’autres artistes invités. Investies autrement, ces maisons constituent également de nouveaux points de rencontres culturelles en médina. Par conséquent, ces espaces culturels, souvent créés par des étrangers, visités par un public tout aussi étranger, apportent des valeurs propres à la communauté étrangère. Les espaces culturels constituent des lieux de rencontres sociales en médina, particulièrement lors des vernissages. Ce sont des points de rencontre privilégiés des élites marocaines et étrangères pour qui ils constituent tout à la fois des espaces de reconnaissance mutuelle et des lieux d’exposition pour leurs créations (design, peinture…). L’image de la médina, envisagée comme un cadre propice à l’activité artistique et à la création et traditionnellement véhiculée par les écrivains et les peintres orientalistes, perdure par ce biais. La multiplication des cours de cuisine marocaine, de peinture, d’apprentissage du savoir-faire artisanal (ébénisterie, poterie, tadelakt et zellige) mais aussi de danse et de musique, dans le cadre de séjour en maisons d’hôtes, et l’ouverture d’espaces de bien-être (hammam et spa) illustrent aussi l’idée que la médina est devenue un espace concentrant des activités liées à la culture et aux loisirs. Les galeries peuvent être considérées comme un élément commercial du milieu artistique de la médina (Escher, 2000, p. 230) ; au même titre que les anciens restaurants en médina, renouvelés et porteurs de la tradition culinaire marocaine, et les nouveaux restaurants de cuisine plus internationale qui constituent également des éléments commerciaux caractéristiques de l’extension des métiers de bouche. Le centre ancien devient le lieu d’implantation d’une gastronomie métissée et fine. Par exemple, la maison d’hôtes Casa Lalla, située à proximité de la place Jemaâ el-Fna a été reprise par un couple franco-anglais, venu au départ en touristes.

12Non seulement les médinas restent des espaces de création traditionnelle de première importance, mais elles sont également des pôles de création contemporaine et de manifestations culturelles portées par des nouveaux résidents étrangers ou marocains, artistes, mécènes, investisseurs et consommateurs. La fonction culturelle et de loisir est actuellement plus étoffée, la capacité d’invention et le modèle urbain et architectural revalorisé offrent une légitimité économique et culturelle nouvelle aux centres anciens et au sein des grandes agglomérations marocaines.

Une mise en tourisme accentuée des centres anciens

13Les activités nouvelles et l’adaptation d’autres plus anciennes ont multiplié les points de fréquentation collective et les espaces publics en médina. Les activités de loisir, de villégiature et de culture accentuent des mouvements de populations, plus hétérogènes, dans ces centres anciens : touristes, anciens habitants, nouveaux occupants et propriétaires, natifs et étrangers de nationalités variées, retraités et actifs, pauvres et riches. Ils se côtoient du fait de la proximité de leurs espaces de résidence et de fréquentation. Les touristes et les résidents étrangers s’enfoncent plus en profondeur dans le tissu urbain ancien grâce à la présence plus diffuse d’activités d’hébergement, de tourisme et de culture dans les maisons traditionnelles. Elles renforcent la pénétration des activités dans le tissu résidentiel. L’installation des nouveaux commerces diminue aussi l’impression d’espace semi-privé et intime du derb, suite à la fréquentation de celui-ci par des étrangers et des touristes. Les médinas d’Essaouira et de Marrakech sont particulièrement touchées par l’incursion du commerce dans leur espace résidentiel, du fait de leur forte exploitation touristique et de l’importance du nombre de maisons d’hôtes. La rue Laalouj dans le quartier Kasbah à Essaouira montre cette incursion sous des formes multiples, générée en grande partie par les investissements étrangers. L’axe est privilégié par les touristes car il mène au bastion nord de la vieille ville et à l’allée des canons sur les remparts. Dans le prolongement de cette rue, le début de la rue Touahen est également investi par des restaurants et des lieux d’hébergement touristique : on pouvait en 2004 recenser 4 restaurants tenus par des étrangers (cuisine italienne, cuisine mixte, une crêperie et un salon de thé dans une maison d’hôtes), deux maisons d’hôtes appartenant également à des Européens et un hôtel (fig. 1). A cela s’ajoutent des commerces plus traditionnels, comme l’épicerie de la rue Touahen et un tisserand anciennement installé dans le tissu résidentiel.

Fig. 1 Incursion de l’activité commerciale et mise en tourisme de l’espace résidentiel en médina : exemple du quartier Bani Antar à Essaouira (rue Laalouj et rue Touahen)

Fig. 1 Incursion de l’activité commerciale et mise en tourisme de l’espace résidentiel en médina : exemple du quartier Bani Antar à Essaouira (rue Laalouj et rue Touahen)

14Les nouvelles activités conditionnent une « touristification » accentuée des espaces résidentiels, devenus des zones d’hébergement, de promenade et de repérage des riads et des belles maisons. Autre médina, autre exemple édifiant : le quartier de Riad Zitoun Khedim à proximité de la place Jemaâ el-Fna de Marrakech. Ce quartier résidentiel est bordé par une rue qui dessert les habitants en commerces de proximité (petites épiceries, marchands de légumes, boucheries, tailleurs, cordonniers, coiffeurs, un menuisier-serrurier, un réparateur de deux roues…). Ce quartier très animé devient la cible d’acheteurs toujours plus nombreux entre 1996-1997 – date d’arrivée des investisseurs pionniers – aux années 2000 qui entérinent les transformations en profondeur du tissu résidentiel et économique : de nombreux achats de maisons ont été effectués par des étrangers qui ont souvent ouvert des maisons d’hôtes et des restaurants (dont Casa Lalla). Cet exemple illustre bien l’ancrage des investisseurs dans les derbs à proximité de la place Jemaâ el-Fna, les transformations du quartier sous leurs actions et la capacité de réaction de la population commerçante. En effet, les commerces se multiplient avec la progression des activités d’hébergement (maisons d’hôtes), de restauration haut de gamme et enfin d’activités de loisir (cours de cuisine, établissements de massage et spa). De nombreux commerces de proximité ont fermé leurs boutiques et ont été remplacés par des marchands de babouches, de tapis et de bazars à vocation touristique. Depuis, des boutiques nouvelles et d’aspect plus modernes (vitrines décorées, devantures travaillées) font leur apparition afin de vendre des produits destinées à une clientèle aisée : objets de design, bougies décorées, bijoux de création moderne, boutiques de vêtements de jeunes créateurs… Les mutations des commerces, la plus grande fréquentation du quartier par les touristes et les nouveaux habitants et l’activité touristique plus ancrée produisent une requalification de cette zone résidentielle, une extension des zones de commerce et une mise en tourisme des lieux.

15 L’impact des nouvelles populations installées en médina tient surtout du renouvellement d’activités qu’elles mènent, de façon directe, par les commerces qu’elles créent ou sollicitent et, de façon indirecte, par les exigences et attentes que leurs investissements et leurs achats supposent. La gentrification est donc facteur et partie prenante d’un processus économique plus vaste : la création de nouveaux marchés et l’offre de nouveaux produits qui transforment en profondeur non seulement le tissu économique mais aussi la répartition entre les espaces résidentiels et les espaces de commerce dont les limites sont de plus en plus floues.

Quartiers anciens… Vie nouvelle

16 L’arrivée d’une population aisée amène de nouvelles pratiques montrant une réappropriation des lieux et une valorisation du patrimoine domestique. Cependant, cette impulsion vient d’une élite majoritairement étrangère (financière et/ou intellectuelle) dont la perception, la représentation puis les modes d’appropriation diffèrent fortement des rapports à l’espace qui s’établissaient préalablement.

Des nouveaux modes d’habiter en médina

17 Une réflexion sur les modes d’habiter les médinas réinvesties permet de mieux saisir les impacts des mutations socio-économiques étudiées jusqu’à présent. Le fait d’habiter la médina est désormais l’apanage d’acteurs plus variés. Et si la patrimonialisation passe par une appropriation des lieux par des étrangers, cela génère plusieurs questions : qui habite les lieux ? Comment ? Que signifie alors habiter la médina pour ces personnes ? Le mode d’être des étrangers installés est le fruit de pratiques importées de l’Occident et de pratiques désirées qui répondent à la représentation qu’ils se font de la vie en médina (qui peut être réelle et imaginée). Trois pratiques seront analysées dans cet article. Elles correspondent à des changements visibles dans le paysage de ces tissus anciens : l’extériorisation des pratiques et du mode de vie ; une adaptation des espaces domestiques à la modernité par les aménagements de confort qui y sont réalisés ; enfin, une réhabilitation des derbs envisagés comme des prolongements de leurs propriétés.

18L’extériorisation de certaines pratiques répond à une nouveau mode d’habiter en médina. L’occupation des terrasses comme pièces à vivre et les aménagements des seuils de porte dans les derbs témoignent de cet investissement des espaces exposés au regard des citadins étrangers à la famille ou au cercle des amis. La majorité des terrasses « traditionnelles » sont d’aspect délaissé, servant uniquement pour les usages domestiques (séchage du linge, lieu de stockage, installation des antennes et des paraboles, cellules d’habitation de fortune). A l’inverse, les nouveaux résidents utilisent la terrasse comme un espace de repos et de convivialité. Elles servent aux repas et sont aménagées pour en faire des espaces de détente avec des tables, des fauteuils, des transats et des tentes afin de profiter au maximum des avantages du lieu : l’ensoleillement le jour et la fraîcheur la nuit, le panorama et l’ouverture extérieur qu’elles offrent au regard (photographies 1). Ces terrasses peuvent devenir de véritables jardins suspendus. Se pose ainsi le problème du champ visuel apporté sur l’espace d’autrui ou l’intimité que cet espace offre au voisinage et qui peut choquer les mœurs locales (utilisation de la terrasse en solarium, jacuzzi, etc.). Nous devons cependant relativiser ces effets négatifs, car de nombreux propriétaires ayant aménagé leurs terrasses cherchent eux aussi à se protéger du regard du voisinage par la réalisation de palissades, de murs végétaux ou en dur (avec des surélévations illégales). Le fleurissement des terrasses vient compléter celui des seuils de porte. A l’origine sobres, les seuils de porte sont désormais réaménagés et embellis par des faïences, des lampadaires, des couleurs et des revêtements nouveaux qui témoignent également de l’extraversion des pratiques et la volonté de marquer une distinction dans le paysage urbain (photographie 3). Les nouveaux occupants y projettent, notamment pour les maisons d‘hôtes, ce que peut être l’intérieur de ces maisons à patio (photographies 2). Traditionnellement, les degrés de raffinement et de richesse de la famille étaient uniquement visibles dans l’architecture d’intérieur et sur les façades internes des maisons donnant sur le patio (mosaïques, stuc). Actuellement, les façades extérieures sont embellies et modifiées, amenant ainsi une évolution dans les modes d’appropriation du patrimoine domestique, y compris par des habitants plus anciens qui se réapproprient de la même façon le bâti et participent ainsi à une patrimonialisation des lieux (photographies 3). Ces nouveaux résidents, aux moyens substantiels, ont également modernisé les maisons en médina en adaptant celles-ci aux exigences actuelles de confort. Cette adaptation passe par le recouvrement du patio pour limiter la pénétration du froid et de l’humidité en hiver (couverture modulable le plus souvent), la réfection ou le remplacement des infrastructures sanitaires (salle de bain, commodités, hammam particulier), l’élargissement des escaliers, l’évacuation des eaux usées et parfois, à l’échelle du derb, la création de cheminées, de cuisines plus fonctionnelles qui remplacent la sobriété des espaces domestiques premiers de ces maisons, la transformation interne de la disposition des espaces de vie avec un cloisonnement plus dense. Enfin, le patio aménagé en espace de détente renforce sa position centrale dans la maison. Il est enrichi d’un mobilier plus conséquent pour les repas ou la détente. A l’échelle des quartiers, certains derbs sont mieux entretenus avec le retour d’une population aisée. Dans les cas d’impasses de petite dimension, le dallage et le ravalement des façades sont souvent financés par les nouveaux propriétaires. Ils amènent également des modifications par la végétalisation de la ruelle et son éclairage, qu’ils financent en partie pour assurer le bien-être, la sécurité et le confort des occupants des maisons rachetées (photographies 4). Ces modifications sont parfois sophistiquées par l’emploi d’éclairage automatique ou de lanternes travaillées. Le ramassage des poubelles est toujours assuré. Ces derniers points sont relevés de façon positive dans les enquêtes de voisinage réalisées aux abords des maisons d’hôtes.

19En revanche, certains changements sont parfois perçus avec méfiance et réticence par les autochtones, car la médina est assimilée au lieu de la citadinité traditionnelle par rapport à celle du modèle occidental, à un lieu de résistance patriotique et culturelle à la fin du Protectorat, puis à l’espace d’une urbanité typique arabe et marocaine, réhabilitée dans le contexte d’une globalisation des modes d’habiter et de la mise en tourisme du Maroc. Certains voient dans l’arrivée d’étrangers une incursion occidentale offensive. La réaction et les rumeurs témoignent de la rapidité du phénomène d’investissement (humain et financier) sur un territoire urbain qui est resté fortement identitaire et élevé, depuis, au rang de patrimoine par une pluralité d’acteurs (touristes, visiteurs, habitants, acteurs publics). La production du discours souligne un inévitable sentiment de dépossession devant l’arrivée des nouveaux investisseurs, étrangers de surcroît (Kurzac-Souali, 2007 ; Saïgh Bousta, article 7, ce volume).

La prise en compte du patrimoine domestique

20En 1977, dans un article annonciateur sur la protection des médinas et du patrimoine, Ahmed. Chorfi terminait un état des lieux sur les transformations opérées dans les médinas au cours du XXe siècle en ces termes : « Je voudrais terminer […] en disant que, sur le plan de la protection des monuments historiques, de nombreuses demeures anciennes très luxueuses qui auraient mérité d’être sauvegardées sont en train de tomber en ruines » (Chorfi, 1977, p. 99). Il semble que, depuis quelques années, avec le retour en médina d’une communauté aisée d’habitants et d’investisseurs, de grandes demeures et de simples dar (maison) soient réhabilités soit selon des normes de restauration conformes à l’authenticité des lieux, soit par des rénovations, parfois critiquées et rendues possibles par l’absence d’un classement de ces habitats anciens. Néanmoins, il s’agit d’apaiser le débat, car le patrimoine domestique est, en partie, épargné par ce mouvement. L’architecture domestique aristocratique (riad, dar de grande taille) est alors mise en avant par les nouveaux occupants qui lui donnent une nouvelle fonction. Ce constat pose un préalable à toute forme de discussion sur le patrimoine en médina. Depuis longtemps, certains chercheurs et intellectuels attentifs à l’histoire des pays du Maghreb soulignaient la valeur patrimoniale de l’habitat aristocratique et alertaient sur sa mise en danger (Santelli, 1997, p. 150). Le déni de légitimité patrimoniale vient de l’héritage du Protectorat qui s’était concentré sur la protection des sites remarquables des villes anciennes et leurs aspects extérieurs. La désuétude de l’habitat traditionnel a entériné par la suite cette position, alors que, depuis la ruée sur les maisons traditionnelles, leur valeur patrimoniale semble évidente à tout un chacun. Plus récemment, d’autres chercheurs, comme Mohammed El Faïz, dépassionnent le débat sur le marché des riads en se demandant si les dars et les riads de la médina représentent un patrimoine architectural ou non. Sous couvert de cette question – faussement candide – El Faïz rappelle leurs prérogatives aux services du ministère de la Culture : si ces demeures relèvent du patrimoine, l’Etat aurait dû les classer dès le début des années 80, et les municipalités auraient dû appliquer un cahier de charges pour éviter tout type d’aménagement risquant de dénaturer les édifices classés et le paysage urbain (El Faïz, 2004, p. 32). Une telle interrogation pose finalement une question plus large : qu’en est-il des éléments du patrimoine non classés au Maroc, et de ceux dont l’inventaire n’a pas été effectué ? Cette absence de codification rend ces éléments fragiles, dans un contexte de mouvement immobilier spéculatif, inévitablement créateur de tension et de déséquilibre. Dans d’autres pays, cette solution de classement fut appliquée dès les premiers signes d’intérêt et d’aménagement non conforme aux habitations traditionnelles. Les carmens et les vecindades sont respectivement des types d’habitat traditionnel des centres historiques de Grenade et de Mexico (Salin, 2005, p. 283). Ils sont bâtis de façon identique aux riads et aux dars, autour d’une cour centrale. Ils ont été inventoriés et soumis à des règles strictes de restauration et d’occupation. Au Maroc, cette carence sur le plan de la protection du patrimoine tend à faire penser, de nouveau, que les responsables ont privilégié le laisser-faire, en partie pour ne pas freiner les mouvements spontanés d’investissement et de développement économique. Les nouveaux occupants de la première vague les considéraient comme des éléments du patrimoine à investir. Ils étaient le plus souvent soucieux des normes de restauration, étant eux-mêmes, depuis longtemps, sensibilisés au patrimoine dans leurs pays d’origine (voir entretien Q. Wilbaux, article 11, ce volume), mais les vagues récentes d’arrivants sont plus poussées par des logiques d’investissement financier (voir M. Istasse, article 9, ce volume), et ce, aux dépens de la restauration patrimoniale.

Un patrimoine vivant et habité

21Les éléments patrimoniaux sont, par définition, des héritages à transmettre aux générations futures parce que le sens qu’on leur donne dépasse la simple valeur d’usage. D’autre part, leur survie, leur pérennisation, leur transmission à des générations futures résultent, pour beaucoup, de leur intégration dans la société actuelle. Quant à la survie du patrimoine privé et domestique, vernaculaire ou aristocratique, il procède aussi pour beaucoup de son intégration à la ville marocaine contemporaine. Or, pour l’heure, la réaffectation des maisons traditionnelles en structures d’hébergement privé ou de type touristique, en espaces de loisir et de culture, constitue leur seule protection, même si elles sont exploitées pour de nouvelles activités en médina. Il n’y a pas, en effet, d’élan de la société marocaine pour les maisons traditionnelles en médina comme type d’habitat. De ce fait, le retour d’une bourgeoisie marocaine en médina pour y vivre (et non pour y investir dans le tourisme comme c’est souvent le cas à Fès) semble encore difficile au regard des enquêtes réalisées auprès de ses membres : les femmes y sont réticentes et portent en elles les contraintes sociales vécues par leurs aïeules. De plus, tous se plaignent du manque d’infrastructures et de service de qualité dans les centres anciens (écoles, administrations, commerces…). Enfin, le problème de l’accessibilité reste très présent dans une société où l’automobile est un signe de réussite sociale et de modernité. A l’inverse, les étrangers résidents en médina ont rarement de voiture : beaucoup d’entre eux en louent occasionnellement. Ceux qui en ont s’organisent pour la faire stationner au niveau des remparts, dans des parkings gardés (Essaouira, Marrakech, les Oudayas) mais l’utilisent rarement, préférant marcher en médina ou se déplacer à vélo ou en mobylette. Le problème de l’accessibilité des centres-villes, interdits aux voitures et laissés aux seuls piétons, est un débat qu’il faudra mener, comme c’est le cas dans les villes européennes où certaines zones sont devenues piétonnières en contrepartie d’aménagements d‘aires de stationnement réalisées à proximité par les collectivités locales.

22Les nouveaux occupants ont un certain détachement avec les objets patrimoniaux puisqu’ils ne sont pas hérités, et l’usage premier est secondaire. « Ils sont capables d’en déduire ou plutôt d’en induire une nouvelle manière de penser et de représenter l’espace » (Bourdin, 1984, p. 12). La réappropriation et la « réaffectation » des maisons traditionnelles offrent de nouvelles possibilités de mode d’habiter ou d’utilisation du bâti traditionnel. Elles poussent, non sans réactions, l’acceptation et l’intégration de nouveaux aménagements dans les maisons : nouvelle utilisation fonctionnelle des pièces, détournement de leurs utilisations classiques et des objets traditionnels, utilisation de nouveaux matériaux de construction pour l’architecture et la décoration intérieure, extériorisation des espaces de vie… Les modifications, si elles sont en conformité avec l’aspect général du patrimoine et qu’elles ne fragilisent pas la beauté et la structure des maisons, offrent des chances de faire évoluer l’habitat en médina. Les nouveaux aménagements régénèrent l’habitat et les modes d’habiter traditionnel en les modernisant et en les rendant plus confortables. C’est déjà ce que préconisait, dès 1977, A. Chorfi pour sauver la médina. Il proposait des stratégies qui permettraient à ses habitants de rester et d’améliorer les conditions de vie des tissus résidentiels anciens : sauvegarder la structure traditionnelle particulière tout en élevant le niveau des équipements sociaux et des infrastructures, surtout en facilitant l’accès à un meilleur degré d’habitabilité ; en permettant, par exemple, à certaines habitations de s’ouvrir par des fenêtres sur l’extérieur (Chorfi, 1977, p. 101). Les nouveaux résidents poussent dans ce sens les innovations pour accroître les niveaux de confort des maisons traditionnelles. Même s’il est nécessaire d’encadrer ces mesures qui s’inscrivent dans un cadre patrimonial et ancien à préserver, les modifications peuvent être envisagées comme des solutions.

23On peut espérer également que ces actions de restauration permettront de transmettre aux générations futures des éléments patrimoniaux caractéristiques de l’architecture domestique, même si cela se fait pour une utilisation modifiée et néanmoins respectueuse du sens des lieux. Habiter les vieilles maisons traditionnelles des médinas en valorisant leurs qualités humaines et architecturales est le moyen le plus efficace de protéger ce patrimoine domestique et l’équilibre de la médina construit autour de ces espaces résidentiels. Les nouvelles populations et les nouveaux modes d’appropriation des lieux montrent que la médina a su s’adapter aux évolutions actuelles de la société contemporaine, y compris aux effets de la mondialisation sur les identités locales. La réaffectation des maisons anciennes en médina est essentielle pour la survie du patrimoine. Leurs adaptations et les mutations ne se font cependant pas sans heurts et sans conflits. Le patrimoine des uns n’est pas toujours le patrimoine des autres, les représentations peuvent être parfois différentes, voire antinomiques, souvent par souci de préserver la mémoire et le sens des lieux ou de les faire évoluer. Les différences de point de vue, notamment entre une partie des élites marocaines et étrangères, constituent des points de crispation. Mais elles sont aussi le point de départ possible d’une réflexion conjointe plus large sur le sens donné au patrimoine au Maroc, sur la façon de le sauvegarder et de le faire vivre, au-delà de la classique fonction muséale. Le processus engagé de requalification du bâti dans les médinas reste néanmoins sélectif en fonction des choix des investisseurs, des espaces de fréquentation touristiques et quelquefois aussi des stratégies des collectivités locales. Les zones de réhabilitation et de requalification fonctionnelle, sociale et économique sont dispersées ou atomisée, selon A. Bourdin (Bourdin, 1984, p. 154). Le processus touche de façon localisée les espaces habités des médinas, de manière sélective et concentrée : il existe alors une véritable ségrégation socio-spatiale de la requalification et de la sauvegarde du bâti. La seule requalification des quartiers gentrifiés montre « l’importance des mécanismes spontanés de transformation de l’espace urbain et le poids des intérêts particuliers souvent supérieur aux actions régulatrices publiques » (Boumaza, 1994, p. 55). Elle ne peut résoudre, cependant, les fortes densités et la dégradation des quartiers défavorisés, reculés ou en marge des médinas et de moins grande valeur architecturale qui nécessitent une intervention programmée de l’Etat et des collectivités locales, comme c’est le cas pour les bidonvilles aujourd’hui.

Un renforcement des contrastes

La médina : un nouvel espace fragmenté

24 Le renouveau de la population par l’arrivée d’une population aisée et le départ des ménages pauvres transforment localement le tissu social. Les nouveaux habitants sont rarement impliqués directement dans la vie du quartier, même s’ils contribuent à l’embellissement et à l’amélioration de l’environnement des derbs et à une dynamisation du tissu urbain local (création d’emplois, fréquentation des commerces de proximité).

25La sélection des riads les plus beaux et des quartiers les plus cotés par une population nouvellement arrivée et aisée pose en premier lieu le problème des conséquences de la gentrification sur l’équilibre socio-spatial des quartiers réinvestis. La sélection et la concentration de cette population aisée conduisent à l’évitement des populations les plus pauvres (fig. 2). Non seulement parce que la médina ne peut plus accueillir des gens à faibles revenus, comme ce fut le cas avant, mais surtout parce que la hausse des prix du foncier pousse les populations résidentes – de gré pour les propriétaires et souvent de force pour les locataires – à quitter le bien immobilier pour le céder à un prix inespéré, il y a peu d’années encore. La concentration, puis la sélection opérée par l’évolution des prix du marché immobilier installent durablement un processus de différenciation entre les quartiers. La gentrification n’entraîne aucune homogénéisation sociale généralisée par le haut, comme ce fut le cas dans des quartiers anciens des villes européennes (le Marais, Soho, Nothing Hill). En revanche, il provoque des micro-phénomènes de discrimination et de ségrégation, à tel point qu’il semble que la mixité sociale retrouvée (bien que transformée par le retour de « notables » de culture différente) semble localement transitoire. Comme le souligne M. El Faïz : « Malgré le caractère limité du phénomène, il risque de générer des ondes de choc difficilement maîtrisables sur le plan sociologique et humain. Car il s’agit souvent de l’insertion d’îlots de prospérité dans des quartiers à très faible niveau de vie » (El Faïz, 2004, p. 32). Les enquêtes auprès de nouveaux propriétaires, d’agences immobilières, d’habitants anciens et d’agents de l’autorité locale (moqaddem) ont montré que les départs des habitants aux revenus faibles sont très nombreux dans ces quartiers prisés, car ils répondent souvent aux attentes de populations « en situation de capture » induite par la faiblesse des revenus (Fejjal, 1995, p. 423) ou de propriétaires-héritiers désireux de vendre au plus offrant un bien partagé entre plusieurs membres d’une même famille. La question du partage de l’héritage, la hausse des loyers, l’élévation du niveau de vie et surtout la vente des maisons pour réaliser de fortes plus-values sont donc à l’origine des départs pour les périphéries des grandes agglomérations. Ces habitants sont également attirés par la modernité et le confort des appartements récents. Ils peuvent aussi dans certains cas être fortement sollicités par une demande bien encadrée, avec des semsar (intermédiaire immobilier) et des agences qui n’hésitent pas à faire du porte-à-porte pour inciter les propriétaires à vendre leurs biens (à Marrakech notamment). Le sur-classement social induit par la réhabilitation de ces quartiers anciens renforce la ségrégation socio-spatiale et résidentielle en médina, entre les quartiers périphériques ou marginalisés qui restent denses et paupérisés (mellah, quartiers à forte activités polluantes) et ceux qui se trouvent près des sites patrimoniaux, accessibles, à haute valeur patrimoniale et en grande partie gentrifiés et embellis.

Fig.2 : La mobilité résidentielle dans les médinas réinvesties

Fig.2 : La mobilité résidentielle dans les médinas réinvesties

Une vie de quartier menacée ?

26 Les points communs des nouveaux occupants européens tiennent dans leur expérience de la médina et de la maison qu’ils possèdent, comme dans leur niveau de vie et leurs pratiques sociales dans l’espace de la médina. Les liens reposent sur les maisons où on s’invite plus que sur le reste de l’environnement urbain, même si la multiplication des restaurants et des espaces de loisirs en médina et hors médina offre de nouveaux espaces de rencontre. Les nouveaux habitants s’invitent mutuellement dans les maisons pour des soirées entre amis ou entre connaissances, et parfois dans des soirées dans des palais luxueux de la médina et de la palmeraie, lorsqu’il s’agit de fêtes de la jet-set (artistes, grands entrepreneurs nationaux et internationaux, personnalités locales). Les cercles d’intellectuels se réunissent en petits comités dans les maisons et dans les nouveaux espaces de culture en médina. Même si ces relations en réseaux dominent globalement, les relations de voisinage peuvent être plus soutenues ponctuellement entre étrangers ou couples mixtes lorsqu’ils assurent la même fonction d’hébergement sous la forme de maisons d’hôtes et surtout lorsque les familles ont des enfants. Quelques familles de la médina de Fès, des patrons de maisons d’hôtes ou des résidents expatriés aux Oudayas ou encore des couples mixtes entretiennent des relations de voisinage étroites. Les enfants rapprochent les familles. A l’inverse, les retraités temporairement présents ne semblent pas avoir des rapports ténus entre eux (cf. Petermann & Escher, ce volume). Ils se focalisent sur leur maison et sur la vie locale de la médina. Enfin, durant les enquêtes, nombre de propriétaires de maisons d’hôtes ont dit ne pas entretenir de relation soutenue avec les autres occupants européens parce que, premièrement, leur travail les occupe à plein temps, ensuite ils se suffisent des relations avec la clientèle étrangère qu’ils reçoivent. Enfin, les membres de leur famille et leurs amis leur rendent régulièrement visite. Alors que traditionnellement l’espace de vie était concentré à l’échelle du quartier (houma), du derb et de la famille, il semble que les nouveaux occupants aient un espace de vie paradoxalement plus concentré et centré sur leur propriété et plus éclaté à l’échelle de la ville. Les nouveaux habitants concentrent leur quotidien sur la maison où ils reçoivent et parfois travaillent grâce aux NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) sans participer en profondeur aux relations sociales dans le quartier. Les liens tissés dépendent aussi du mode de résidence (résidence secondaire, principale, partielle, temporaire) et sont ainsi distribuées dans l’espace sous forme de réseaux démultipliés entre personnes de même condition de vie, de même statut (nationalité, loisirs), de même fonction (patrons de maisons d’hôtes, artistes) ou ayant une temporalité identique en médina (jet-set, retraités). Ces systèmes de relations réticulaires sont plus construits que les relations entretenues avec le voisinage et les anciens habitants, qui restent le plus souvent assez superficielles. En somme, les nouvelles populations constituent un ensemble de communautés groupées dans des îlots urbains reliés par leurs activités et leur façon d’appréhender et de vivre la médina. La médina est ainsi archipellisée, la requalification par les étrangers encourage l’existence d’une médina à deux vitesses, avec des îlots de richesse dans la poche de pauvreté que la médina représente toujours dans la ville marocaine.

27 Si les changements socio-démographiques présentés contribuent à la recomposition urbaine de certains secteurs, ils renforcent également des bouleversements plus anciennement établis dans la médina comme la pénétration déjà étudiée des commerces dans l’espace résidentiel par l’intrusion de maisons d’hôtes, de restaurants, de galeries mais aussi de boutiques touristiques. La revitalisation du secteur résidentiel peut aussi devenir un leurre lorsque les résidences secondaires sont majoritaires. Cette situation peut être un réel danger pour l’ancien équilibre urbain. Les derbs concernés peuvent être relativement « morts » une partie de l’année. Ce phénomène est accentué par la présence marquante de nombreuses acquisitions laissées vides en médina de Marrakech, faisant supposer un nombre conséquent d’achats spéculatifs. Les maisons fermées sont autant d’espaces de vie temporairement perdus. La fermeture des maisons de villégiature une partie de l’année pose la question de la survie des petits commerçants de quartier, déjà malmenés par la concurrence des commerces et des supermarchés de la ville nouvelle. Enfin, les travaux ont parfois modifié considérablement l’état du bâti et sa composition. Certains derbs sont investis au point que des maisons juxtaposées se trouvent réunies. Le nombre de maisons diminue dans ces derbs, et l’atteinte peut être plus grave lorsqu’un propriétaire de plusieurs maisons décide de privatiser et de clôturer en partie le derb par un mur ou une grille. Cet exemple justifie l’idée d’une progressive privatisation de l’espace public en médina. Dans le cas le plus extrême, on peut également souligner que la forte concentration des rachats de maisons par le même propriétaire peut conduire à un isolement du domaine investi par rapport au reste du derb ou du quartier. Ces îlots sous la forme de grandes propriétés individuelles forment des micro-espaces de remembrement parcellaire (quartier de Bab Doukkala à Marrakech). Ils constituent des contre-exemples de ce qui s’est passé pendant plus de trois décennies, à savoir la densification du bâti et le morcellement des propriétés. A l’inverse et plus rarement, certaines maisons retrouvent une unité ancienne après leur rachat et l’indemnisation des nombreuses familles locataires. Enfin, dans d’autres cas, le processus de morcellement est conforté et accentué comme aux Oudayas (Rabat) ou à Essaouira (pour faire des duplex, notamment). Dans les deux cas, le morcellement des propriétés est conservé ou confirmé par la mise en appartement ou en local des anciennes propriétés.

Un espace partiellement reconsidéré, réinvesti et modernisé par le (seul) jeu des acteurs privés

28 La requalification d’un lieu ne se fait pas sans incidences sociales, encore moins la mise en marche d’une gentrification. L’orientation touristique des médinas conditionne en grande partie les changements urbains et surtout la mise en patrimoine des lieux essentiellement pour autrui. Les centres anciens sont des espaces habités et économiques aux logiques bousculées, en partie par la mondialisation et le tourisme, en grande partie par les nouveaux occupants et les choix d’investisseurs plus nombreux. Dans tous les cas, la médina constitue un espace urbain fragile et fragilisé historiquement, considéré comme figé, fermé, conservateur et garant des valeurs traditionnelles, alors qu’elle est tout aussi bien sensible aux changements, à la modernité et aux transformations sociales et économiques. Cette porosité témoigne de l’adaptabilité réelle de ce système urbain modifié par les rôles croissants des acteurs privés et des compétences des citadins. Les changements doivent faire l’objet d’un encadrement législatif spécifique afin que soient orientées les modifications nécessaires à une revitalisation des tissus anciens incluant un bien-être des populations et une réponse à leurs attentes sans dénaturer les lieux : « Nous devons repérer les valeurs qui étaient contraignantes, qui poussaient à l’étouffement de l’individu et du groupe, qui poussaient à l’enfermement de la société sur elle-même, et nous devons déceler celles qui font l’originalité d’une société. » (Mechta, 1991, p. 52). Les propositions d’adaptation des maisons traditionnelles par les nouveaux investisseurs peuvent, en partie, aider à faire ce travail. K. Mechta propose ainsi une passerelle entre l’authenticité et l’innovation par une assimilation, une relecture et une réévaluation de l’héritage, en dépassant l’authenticité contraignante et la théâtralité des lieux (idem, p. 48). La question centrale reste le compromis entre la tradition et la modernité des médinas, comme le rappelle encore K. Mechta : « Si nous voulons être authentiques en conservant, en gelant le passé, comment pouvons-nous être modernes sans déchirure ? » (idem, p. 43). La médina est un épineux sujet patrimonial car, en une petite vingtaine d’années, les acteurs et les interventions se sont multipliés dans cet espace composite et habité. Il faut, pour cela, revenir au propos de S. Yerasimos sur la difficulté de gérer le patrimoine des tissus urbains : « Un bâtiment, considéré comme un monument isolé, est encore tout aussi un objet par lui-même que le réceptacle d’une activité humaine ; mais un morceau de tissu urbain, composé des pleins et des vides, des maisons, des boutiques, des places, des écoles, quelle que soit sa qualité formelle, ne peut être appréhendé vidé de son contenu humain. Donc, si un monument pourrait encore s’accommoder d’un glissement de fonction (équipement ou musée), un tissu urbain ne peut subsister que vécu avec l’insurmontable contradiction entre l’usage et l’usure, aggravés par les écarts entre le mode de vie pour lequel il a été créé et les conditions d’utilisation actuelles. Ce qui nous emmène à constater que tout élargissement du contenu de la protection entraîne la relativisation de celle-ci. » (Yerasimos, 1995, p. 28). Les difficultés rencontrées dans le tissu ancien des médinas tiennent à une défaillance de l’encadrement législatif dans la protection du patrimoine urbain. Les principales lois et décrets datent du Protectorat, les plans d’aménagement et de sauvegarde sont encore rarement appliqués. Leurs contenus ne donnent pas toujours de solutions aux besoins des populations habitantes, en termes de réhabilitation et d’amélioration des conditions de vie dans les maisons traditionnelles. Il n’existe pas actuellement assez de mesures incitatives pour impliquer les initiatives privées dans la préservation et la sauvegarde des médinas. Enfin, en l’absence d’un débat public national sur ce qu’on donne comme significations au patrimoine, les attitudes divergentes entre les différents acteurs (investisseurs privés, associations, collectivités, Habous, ministère de la Culture), et les populations (habitants anciens, nouveaux, élites, le prolétariat de la médina) vont s’intensifier. La requalification sélective, telle qu’elle est aujourd’hui enclenchée par des élites, surtout étrangères, pose des questions sur l’évolution des tissus urbains anciens. On pourrait rapidement se trouver confronté aux mêmes problèmes que dans les grandes villes européennes. Nous citerons, à titre d’exemple, les interrogations du journaliste Bertrand Le Gendre dans un article du Monde, daté du 1-2 février 2004 et intitulé « Paris embaumé » : « Sous l’influence des catégories sociales les plus importantes, cadres supérieurs, « bobos » et inactifs (étudiants et retraités représentant 30 % de sa population), Paris a tendance à se figer, encourageant une architecture de pastiche plus que d’invention. Sous prétexte de la conservation du patrimoine, le conservatisme guette. Lorsque l’immeuble le plus bancal, l’aménagement le plus contestable deviennent des « lieux de mémoire », on n’est pas loin de l’embaumement façon Amélie Poulain, de la ville-musée, alors qu’il est impératif de revivifier Paris pour en faire une ville du XXIe siècle ». Le nécessaire usage du tissu urbain et résidentiel des médinas force donc à gérer l’usure, le renouvellement et les changements auprès des populations, elles-mêmes évolutives (les élites, ceux qui y vivent, ceux qui y aspirent), afin de préserver au mieux le vécu et la dimension patrimoniale des lieux habités en acceptant, de fait, l’attraction des populations locales pour la modernité.

Conclusion

29 Les modifications apportées par la gentrification et la requalification du bâti permettent d’interroger les transformations anciennes, nouvelles et renouvelées dans ces quartiers anciens. L’apparition de fonctions neuves, la modification des populations et de la fonction résidentielle, les transformations locales du bâti font évoluer la médina de façon composite. Le processus en cours justifie l’idée que les médinas sont des centres anciens habités, ré-habités, en cours de réhabilitation, dynamiques et évolutifs. Elles trouvent une nouvelle place au sein des agglomérations marocaines et de la carte urbaine mondiale. Les médinas, par leur mise à niveau et leur revitalisation, montrent les signes d’une urbanité enrichie par un cosmopolitisme diffus –mais bien réel – et la mise en place, localement, d’une nouvelle société, parfois extrêmement ségrégée. De plus, la médina redevient un modèle urbain et architectural ou, tout du moins, une source d’inspiration aux yeux des étrangers et, de plus en plus, aux yeux de la population locale pour qui le tissu urbain ancien constitue un schéma et un référent culturels transposés dans les nouveaux projets immobiliers en périphérie des villes (modèle de la ville arabe revisité dans les villes nouvelles de Tamesna et Tamesloht, nouveaux lotissements inspirés des riads). Dans ce sens, les médinas concernées par la reconquête sont reconsidérées dans l’environnement urbain général, elles retrouvent une forme de centralité urbaine par leurs fonctions culturelles, touristiques et de loisirs, alors que leur vocation résidentielle n’est que très partiellement réamorcée en l’absence d’un retour massif de populations aisées marocaines vers les centres historiques.

Photographies 1. Les terrasses, des espaces d'ouverture aménagés

Photographies 1. Les terrasses, des espaces d'ouverture aménagés

Photographies 2. Le patio, un espace réinvesti en espace de détente meublé

Photographies 2. Le patio, un espace réinvesti en espace de détente meublé

Photographies 3. Façades décoratives et extraversion du mode d'habiter en médina

Photographies 3. Façades décoratives et extraversion du mode d'habiter en médina

Photographies 4. Le derb, un espace restauré et introductif des maisons réinvesties

Photographies 4. Le derb, un espace restauré et introductif des maisons réinvesties

Bibliographie

BOUMAZA N., 1994. « Connaissances des médinas et interventions : impasses et ouvertures ». Les Cahiers d’Urbama, n° 9, p. 30-49.

Bourdin A., 1984. Le patrimoine réinventé. Paris, PUF.

Escher A., 2000. « Le bradage de la médina de Marrakech ? », in FLSH, 93, Le Maroc à la veille du troisième millénaire, Rabat, p. 217-232.

CHORFI A., 1977. « La protection du patrimoine et des médinas historiques ». Bulletin Economique et Social du Maroc [BESM], n° 141-142, p. 93-102.

EL FAIZ M., 2004. « Repères de la mémoire ». Architecture du Maroc, n° 17, p. 31-32.

FEJJAL A., 1995. « Changement social et mobilité résidentielle à Fès ». Les Cahiers d’Urbama, Les nouvelles formes de mobilités sociales dans le monde arabe, n° 28, p. 417-431.

Kurzac-Souali A. C. 2007. « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech. L’Etranger où on ne l’attendait pas ». Hérodote, 127, p. 64-88.

MECHTA K. 1991. « De l’authenticité à l’innovation », in K. Mechta (dir.), Maghreb, architecture et urbanisme, patrimoine, tradition et modernité. Paris, Publisud, p. 43-52.

SANTELLI S., 1997. « Significations et devenir des centres anciens », in Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Actes du Colloque organisée par la Fondation du roi Abdul Aziz el Saoud, p. 149-153.

SALIN E., 2005. « La réhabilitation des centres anciens dans les grandes villes du sud : entre maintien des populations pauvres et tentation de gentrification ? », in M. Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécus. Université d’Angers /Unesco/ Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 281-295.

YERASIMOS S, 1995. « Le patrimoine, une affaire occidentale ». Médina, n° 1, p. 26-31.

Notes

1 Entretien avec le directeur de la société de travaux de restauration Tarmim, en médina de Marrakech (septembre 2004).

2 Une position entendue lors des journées Agenda 21 de Marrakech (juin 2004).

3 Les Occidentaux sont consommateurs d’objets ethniques différents de ceux du quotidien. Cette habitude s’enracine dans l’époque coloniale où les premiers « décorateurs » ont déjà stimulé un artisanat de luxe à l’usage des colons et des notables locaux, puis ensuite pour la « métropole ».

4 Pour la réalisation de maisons en pisé dans la palmeraie de Marrakech ou la réalisation de travaux de décoration dans de grandes demeures construites sur plan (salle de bain en tadelakt (type d’enduit), fontaine en zellige (carreau d’argile émaillé), sol en bejmat (carreau d’argile non émaillé)…) par exemple.

5 On retrouve cette tendance à Fès et à Azemmour.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Incursion de l’activité commerciale et mise en tourisme de l’espace résidentiel en médina : exemple du quartier Bani Antar à Essaouira (rue Laalouj et rue Touahen)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig.2 : La mobilité résidentielle dans les médinas réinvesties
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photographies 1. Les terrasses, des espaces d'ouverture aménagés
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photographies 2. Le patio, un espace réinvesti en espace de détente meublé
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Photographies 3. Façades décoratives et extraversion du mode d'habiter en médina
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photographies 4. Le derb, un espace restauré et introductif des maisons réinvesties
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/328/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Anne-Claire Kurzac-Souali est docteure en géographie, professeure agrégée au lycée Descartes à Rabat (Maroc), intervenante à l’École nationale d’architecture (ENA) de Rabat et a été chercheure associée au Centre Jacques Berque. Son travail porte principalement sur les dynamiques spatiales et le processus de patrimonialisation dans les tissus urbains anciens. L’évolution de l’artisanat au Maroc, sa gestion patrimoniale et le rôle de la mondialisation dans les transformations urbaines sont ses plus récents thèmes de recherche.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable