Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

7. Riads transformés en maison d’hôtes dans la médina de Marrakech : quel devenir pour le « patrimoine intangible » ?

Rachida Saïgh Bousta

Texte intégral

Préambule

  • 1 L’administration de l’enquête a été réalisée grâce au travail remarquable effectué par les étudiant (...)
  • 2 Par commodité, nous utilisons l’abréviation « RMH » pour désigner les « Riads maisons d’hôtes », to (...)
  • 3 [Note des éditeurs : Un phénomène remarquable, relevé par cette enquête, est le fait que les maison (...)

1La présente étude, reposant sur une enquête effectuée au cours du printemps 20091, s’inscrit dans le prolongement d’une première enquête réalisée en 2003 (Bousta, 2004). Son objectif est de mieux connaître l’environnement culturel et patrimonial où se greffent et évoluent les riads transformés en « maison d’hôtes » [désormais désignées par les initiales RMH2] au cœur de la médina de Marrakech. Nous nous intéresserons principalement à la perception que le voisinage porte sur ces maisons d’hôtes et à l‘impact de ces dernières sur le patrimoine – considéré comme « intangible » – de la médina. L’enquête de 2009 fait ressortir des incompatibilités culturelles importantes voire conflictuelles, selon un certain nombre de voisins. Elle pointe également des diversités socio-économiques entre les riverains « autochtones » et les touristes qui fréquentent les RMH. Se dégagent alors diverses oppositions qui génèrent – ou qui sont susceptibles de générer – des attitudes et des comportements aux retombées importantes sur la vie des riverains en médina ainsi que sur les relations entre ces derniers et les touristes3.

  • 4 S’il n’y a pas véritablement de statistiques de terrain confirmées, plusieurs sources recoupées éva (...)
  • 5 Sur cette question d’image et de stéréotype, voir également les articles d’Escher & Petermann, Kurz (...)

2Nous rappellerons brièvement que l’hébergement en « maison d’hôtes » a connu des débuts timides dans les années 80, suite essentiellement à l’initiative de propriétaires étrangers [i.e. européens ou nord-américains] ayant une résidence secondaire au sein de la médina, résidence qu’ils ont cherché à rentabiliser en la louant à des touristes. Le succès rencontré par cette expérience explique les développements que les RMH ont connus depuis la fin des années 904. Ce succès est en grande partie entretenu par l’image d’Épinal que de nombreux touristes se font des riads. On a ainsi assisté, depuis les années 1990-2000, à la naissance d’un engouement où la réalité et l’imaginaire subliment ce type d’habitat traditionnel, perçu comme typiquement autochtone et authentique. Ces représentations convergent pour créer un véritable enthousiasme autour des RMH qui se vivent à l’instar d’un voyage dans le temps et d’une aventure qui côtoie l’univers des Mille et Une Nuits5.

3Si l’expérience des maisons d’hôtes offre une opportunité inédite de drainer des flux de touristes à l’intérieur de la médina, elle pose des problèmes nouveaux dont les retombées sont rarement évaluées, d’autant que le phénomène s’est longtemps développé au gré d’initiatives individuelles, sans réelle implication et investissement des autorités marocaines, qui ont eu tendance à n’appréhender ce phénomène que du point de vue du bâti architectural.

Objectifs et conception de l’enquête

4Cette enquête vise à soulever plusieurs interrogations – à défaut de pouvoir y répondre complètement – relatives au devenir de la médina de Marrakech et s’articule autour de trois grandes problématiques :

  • La perception que les habitants de la médina ont des RMH. Comment le voisinage perçoit-il et vit-il ces nouvelles données socio-économiques et culturelles ? Quelles nouvelles relations de voisinage sont vécues ou escomptées ? Quel dialogue « inter-culturel » est-il possible d’envisager ? Mais également, quelles ruptures, quelles tensions peut-on constater sur le terrain au regard de cette « co-habitation », marquée par des écarts socio-économiques et culturels importants dans un contexte de promiscuité liée au type d’habitat en médina ?

  • L’impact des RMH sur leur environnement. Quel type d’influence et de retombées les RMH exercent-ils sur le tissu socio-économique et culturel de la médina [si toutefois celles-ci sont susceptibles d’être évaluées dans le court terme] ? Y a-t-il de nouvelles formes de rapports socio-économiques et culturels ? De nouveaux codes et des comportements émergent-ils ? En bref, les RMH annoncent-ils une interculturalité singulière qui modifierait les relations sociales en médina ?

  • Les retombées en termes de politique touristique. Quelles leçons tirer de la situation des RMH pour une meilleure conception du tourisme dans un environnement patrimonial aussi riche que vulnérable ?

5Pour interroger et analyser ce type de problématique complexe et difficile à saisir et à évaluer, il nous a paru important de dégager ce qui est considéré par les habitants eux-mêmes comme les principales composantes et caractéristiques de la population de la médina : ses origines ; son mode de vie familial et communautaire ; les traditions, les pratiques et les rituels en usage entre voisins ; le mode d’utilisation de l’espace interne et externe ; les comportements usuels, inter-personnels et les codes culturels ; les réactions stéréotypées, spontanées ou spécifiques et leurs répercussions sur l’environnement socioculturel ; les droits, les devoirs et les limites consensuelles du bon voisinage ; tout ce qui est supposé fonder et entretenir la cohésion socio-économique et culturelle d’un quartier de médina.

6Pour tenter d’apporter des réponses – ne serait-ce que partielles – à toutes ces interrogations, un questionnaire a été élaboré sur la base des problématiques envisagées. Le questionnaire et son interprétation prennent en considération aussi bien les composantes culturelles que le non-dit omniprésent, souvent lié aux conditions socio-économiques et culturelles. Celles-ci apportent un éclairage fondamental sur certaines réponses des enquêtés qu’il faut saisir au second degré et dont il importe de savoir décoder les soubassements pour comprendre le message implicite.

Profil des enquêtés

  • 6 Le questionnaire dont il est question dans cette étude a été exclusivement adressé aux autochtones, (...)

7Le questionnaire adressé aux autochtones voisins des RMH6 a concerné 200 familles dont 27 % sont mitoyennes d’au moins un RMH. Pour le reste, 30 % se situent dans un rayon de 10 à 30 mètres, 24 % sont à une distance de 30 à 60 mètres et 19 % sont à plus de 60 mètres. Sur les 200 foyers interrogés, 53 % comptent de 1 à 3 RMH dans leur entourage direct, 30 % en ont 4 à 6, et 17 %, en ont 7 RMH et plus. L’échantillon des voisins ayant fait l’objet de l’enquête embrasse l’ensemble de la médina et concerne 27 quartiers ou ensembles d’habitations.

  • 7 Le cadre et les exigences de cette publication ne permettent pas de livrer toutes ces données.

8Sans rentrer dans tous les détails liés à l’identification des enquêtés7, précisons que le secteur des activités professionnelles des personnes interrogées indique que les niveaux socio-économiques d’appartenance des enquêtés sont très sensiblement inférieurs à celui de la clientèle des RMH. Il ressort des résultats de l’enquête que 62 % des personnes interrogées ont un contact professionnel avec le tourisme et que 41 % exercent des métiers à faible revenu ou à revenu moyen ou très moyen. Le croisement de divers éléments et leur analyse transversale nous conduisent vers des constats de synthèse susceptibles de contribuer à mieux évaluer le paysage social où évoluent les RMH.

Eléments croisés, observations, constats de synthèse

 %

Personnes ayant un métier en contact direct avec le secteur du tourisme (gérants de RMH, employés dans le secteur hôtelier, artisans, commerçants…)

28 %

Ensemble des personnes ayant un métier en contact direct et régulier ou occasionnel avec le secteur du tourisme (y compris l’immobilier)

34 %

Ensemble des personnes identifiées comme étant d’un milieu socio-économique modeste à très modeste, identification par le biais de la profession et de l’environnement où ils exercent leur métier (menuisier, maçon, électricien, plombier, peintre, cuisinier, chauffeur, serveur, artisan-tailleur, coiffeur de quartier, vendeur ambulant, masseur de hammam…)

41 %

Personnes identifiées comme faisant partie de classes socio-économiques estimées moyennes (enseignants, fonctionnaires et certains métiers libéraux)

14 %

Modes d’habiter et perception des rapports de voisinage entre autochtones et touristes

  • 8 Ils doivent être également mis en rapport avec la chronologie de l’enquête, car souvent l’enquêté e (...)

9Selon notre enquête, le taux de satisfaction que procurent les RMH à leurs voisins autochtones demeure généralement acceptable, même si ce constat peut être ensuite remis en question dans la suite de l’entretien. Aussi, les résultats qui suivent et qui concernent la vision globale de la qualité des rapports des RMH avec leur voisinage sont-ils à prendre avec réserve dans la mesure où ils ne peuvent être séparés en soi de l’ensemble des données collectées et de leur situation8.

Qualité des rapports avec des RMH

 %

Très bon

11

Bons

45

Moyens, distants ou flirtant avec quelques problématiques

34

Franchement mauvais

08

Très mauvais

01

Sans réponse

01

10Pour ceux qui jugent les rapports de qualité moyenne, mauvaise ou très mauvaise, la critique formulée à l’égard du public des RMH souligne des nuisances de natures diverses, des dérangements ou des actions visant l’intimidation qu’on peut résumer de manière synthétique dans les préjudices suivants, tout en précisant que nous ne disposons pas de chiffres et de pourcentages précis sur ces questions :

    • 9 Ces nuisances reviennent dans les propos des enquêtés sous différentes formes, dans diverses situat (...)
    • 10 Ce type de nuisance n’a pas été relevé lors de l’enquête réalisée en 2003, sinon de manière très ép (...)

    De nombreuses observations, ainsi que des recoupements, soulignent l’importance des nuisances sonores occasionnées par les RMH, plus précisément par le bruit excessif et irrespectueux des rythmes de vie de l’habitant9 : bruits de chants euphoriques d’hôtes qui rentrent tard, bruits dérangeants provoqués par le roulement des valises des arrivants tardifs sur l’asphalte ou celui des partants à l’aube, bruits également de soirées tapageuses ou de fêtes régulièrement organisées par le RMH. Dans toutes ces situations, le manque d’insonorisation, les cours intérieures ouvertes, les pratiques en rupture avec un environnement spécifique et, de manière générale, la promiscuité créent et/ou amplifient les nuisances et, vraisemblablement, renforcent l’animosité des uns envers les autres10.

  • Un autre point de tension est, à l’inverse, celui des jeux d’enfants dans la rue, pratique normale et commune pour les habitants de la médina mais qui est étiquetée comme une pratique qui dérange/rait la clientèle des RMH. De ce fait, certains « autochtones » signalent que les propriétaires ou gérants de RMH essaieraient parfois d’empêcher ces jeux.

  • Dans le même registre, on déplore des actions des RMH visant l’interdiction du chant du muezzin qui incommode leurs hôtes, alors qu’il fait entièrement partie du « lot médina ».

    • 11 Il est à noter que certaines actions de ce type ont été relayées par la presse.

    Certains voisins se plaignent de dommages occasionnés par des travaux de réaménagement11.

  • On rapporte de manière récurrente le manque de respect du mode de vie de l’habitant en général, ce qui est probablement exagéré, mais reflète certains agacements plus ou moins légitimes chez les voisins.

  • De nombreux voisins témoignent de la pratique d’incitation à la vente de leurs demeures avec – dans certains cas – des pressions plus ou moins directes. Un tel constat est quasiment de notoriété publique. Il s’inscrit dans la stratégie des agences immobilières d’alimenter leur offre et dans la volonté des RMH de s’agrandir et/ou de réduire la présence des habitants de souche dans certaines rues pour mieux se les approprier et, ainsi, « gommer » les pratiques ressenties ou jugées nocives pour leur clientèle.

  • La pratique de certaines formes d’intimidation et de gêne ne sont pas absentes, de même que les rapports de force dans l’objectif de mieux maîtriser l’espace, se l’approprier et parfois pratiquer la politique de « diviser pour régner », en dressant les voisins les uns contre les autres.

11Parmi les sujets les plus sensibles figurent l’occupation des terrasses ou, plus précisément, les nouvelles fonctions qui leur sont attribuées dans les RMH [voir Kurzac-Souali dans ce volume]. 58 % des personnes interrogées en témoignent et se plaignent d’une situation qui leur impose de nouvelles contraintes. Elles disent devoir désormais revoir, corriger et ajuster certains comportements afin de s’adapter à une situation dont elles soulignent le caractère imposé de manière artificielle. D’ailleurs, les nouveaux usages des terrasses ont soulevé des réticences qui ont été exprimées dès le début de l’émergence des RMH. En effet, déjà dans l’enquête réalisée en 2003, on constate que les riverains mentionnent que les terrasses – qui étaient traditionnellement un espace privé, voire le lieu secret des femmes – se sont trouvées détournées pour d’autres usages répondant aux besoins de la clientèle des RMH. De nouvelles pratiques – qu’on peut constater dans le tableau suivant – illustrent le succès des terrasses aménagées en espace de loisir et l’extension de leur usage pour des fonctions aussi surprenantes que dérangeantes pour les voisins, en particulier lorsqu’elles servent de piscines ou de solariums privés, avec toutes les gênes que cela peut impliquer dans un environnement traditionnel. Ces usages, si on en croit les voisins interrogés, ont été confortés et renforcés entre 2003 et 2009.

Usages de la terrasse

% en 2003

% en 2009

Petit déjeuner, déjeuner ou dîner

40 %

67 %

Apéritif/bar

45 %

Fêtes et soirées animées

15 %

Solarium

28 %

72 %

Piscine

7 %

Autres

26 %

12Ce sont évidemment les voisins mitoyens ou en tous les cas les plus proches des RMH qui expriment le plus de gêne et de réticence à l’égard des nouvelles affectations des terrasses qui, selon eux, empiètent sur leur vie privée. Ainsi, 27 % des enquêtés affirment que les RMH ont désormais une incidence concrète sur leur manière d’utiliser leur propre terrasse, et 26 % se disent dans l’obligation de prendre des précautions pour se protéger du regard des RMH. Il ne s’agit nullement pour eux d’une évolution naturelle et inscrite dans l’ordre des choses. Parmi les préjudices récurrents dans les propos des enquêtés, on soulignera tout particulièrement de multiples remarques spontanées qui attestent d’un changement important, jugé dommageable par les personnes concernées, quant aux habitudes et libertés d’usage traditionnel des terrasses. A titre d’exemple, en l’absence d’une tradition de climatisation et/ou d’installations affectées à cet usage, certaines familles avaient l’habitude de chercher la fraîcheur nocturne sur les terrasses qui faisaient usage de dortoir durant les nuits torrides. Elles se trouvent désormais dans l’impossibilité de profiter pleinement de cette extension de leurs habitations, du moins pour cet usage. Certes, dès l’enquête réalisée en 2003, les personnes interrogées exprimaient une gêne liée au sentiment de voir leurs libertés soumises à des contraintes diffuses. Il était question de l’intimité du quartier bouleversée par le spectacle de personnes étrangères à moitié nues, exposées aux regards dans une proximité qui dérangeait l’autochtone. Cependant, si on se fie aux propos rapportés en 2009, cette gêne semble encore plus exacerbée. C’est ainsi qu’il est fait état de plusieurs nuisances comme :

  • Le voyeurisme : 10 % des voisins disent qu’ils sont épiés par les touristes et se sentent littéralement harcelés par un voyeurisme indécent cherchant à percer un monde « secret » dont ils espèrent surprendre une scène inédite.

  • La nudité : 7 % des voisins attestent avoir été témoin, à leur insu, de personnes qui soit pratiquaient un nudisme intégral sur les terrasses, soit étaient en tenues d’une indécence poussée, voire qui s’affichaient franchement dans des scènes intimes particulièrement osées, que les voisins qualifient de pornographiques [n.d.r. : inversement, 93 % n’ont pas été confrontés à ce phénomène !].

13Pour y répondre, les voisins adoptent des comportements nouveaux, tels que :

  • le recours à l’usage d’un moucharabieh, d’une barrière artificielle, d’un toit obstruant le puits de lumière caractéristique des riads ou d’une bâche ou à la construction d’un mur pour empêcher ces voisins d’une autre culture de surprendre leur vie intime et, ainsi, éviter de rentrer en conflit avec eux ; 30 % des personnes interrogées disent être concernés par ces pratiques ; dans de nombreux cas, c’est le RMH lui-même qui a pris la précaution de procéder aux installations nécessaires pour les mêmes finalités ;

  • un changement d’utilisation de la terrasse : il s’agit d’éviter d’y monter à certaines heures et/ou de s’assurer qu’il ne s’y passe pas de scène intime gênante, voire de renoncer définitivement à utiliser cet espace privé ; 23 % des personnes interviewées affirment qu’elles ne peuvent plus utiliser librement leur terrasse et que, désormais, celle-ci n’est plus considérée comme l’espace de liberté des femmes ;

  • la nécessité pour certaines femmes de prendre soin de s’habiller comme pour sortir ou presque, dans le but d’éviter de se faire surprendre – dans leurs tenues d’intérieur – par un regard étranger.

14Il ressort de cette situation que les transmutations des usages de la terrasse ne sont pas sans susciter des réactions de la part du voisinage, peu enclin à accepter certaines formes d’exhibitionnisme parfaitement recevables en Occident. Alors que les propriétaires des RMH construisent en partie leur réputation à l’international sur le charme de ces terrasses (voir les publicités sur les sites web), personne parmi les acteurs institutionnels n’encadre ce phénomène qui peut, à terme, hypothéquer la pérennité des RMH.

Impact des RMH dans les modifications comportementales et les rapports socio-économiques

15Les enquêtés considèrent également que le nouveau voisinage exerce de plus en plus d’influence sur les pratiques sociales en médina. Ainsi, 22 % de ces enquêtés attestent avoir constaté des changements évidents dans le comportement de leurs concitoyens, tout en les imputant à l’ascendance exercée par les touristes qui fréquentent les RMH.

16Parmi les modifications des attitudes et comportements constatés, on retiendra des éléments positifs tels que :

  • l’émergence d’un intérêt pour l’espace vert qui s’exprime par la décoration des terrasses et des entrées avec quelques plantes en pot ; on relève également un regain d’exigence de propreté pour ce qui est de l’espace public immédiat, ce qui se traduit par l’entretien de certains lieux communs du quartier, notamment l’entrée des maisons ;

  • l’ouverture et la découverte de « l’Autre », attitude susceptible d’augurer d’une certaine « inter-culturalité ».

17Cependant, à l’article des modifications affectant les attitudes et les comportements des autochtones, les enquêtés expriment le plus souvent des craintes ou déplorent certaines attitudes telles que :

  • une réaction négative à l’égard des touristes – même si elle ne concerne qu’une minorité d’autochtones – qui serait inhérente à des comportements peu appréciés de la part des populations locales et potentiellement génératrice de xénophobie ;

  • l’émergence d’un excès de prudence et une méfiance peu habituelle dans les échanges entre voisins ; de telles attitudes s’inscriraient, selon eux, en défaut avec les habitudes séculaires de vie communautaire et de partage, elles seraient susceptibles de susciter des changements préjudiciables aux pratiques de « bon voisinage », supposées régner depuis toujours ;

  • certains habitants se sentent flattés par la présence du nouveau voisinage « fortuné » et « ultra-moderne » auquel ils voueraient une admiration absolue, frôlant la soumission ; on assisterait ainsi à la résurgence de comportements qui rappellent les attitudes de « colonisés » et d’éternels dominés ou encore de « néocolonialisme », expressions avancées par les enquêtés ;

  • des louanges et des flatteries excessives proférées par leurs concitoyens à l’adresse du touriste en qualité d’étranger, d’Occidental ; 11 % des voisins font état de la perte du sens de la fierté dans leur entourage qui, au moyen d’un rapprochement intéressé avec le RMH ou ses hôtes, s’accroche désormais à un hypothétique espoir de décrocher le « trophée imaginaire » : faire recruter les jeunes chômeurs par le RMH, faire office de guide ou d’accompagnateur de touristes à portée de main, établir un lien avec les visiteurs dans l’espoir d’accéder à un hypothétique tremplin pour un visa, etc. Ceci entraine un rapport de soumission et d’attentes au prix d’un effacement de l’orgueil et, en conséquence, d’un certain mépris de soi.

Attitudes et comportements réciproques et chocs culturels

18A la question « à votre avis, comment se comportent les voisins avec les touristes des RMH ? », les réponses des enquêtés indiquent une certaine ambivalence. L’échange de formules de politesse est largement pratiqué entre les touristes du RMH et leur voisinage (30 %), et les indices du respect de l’Autre sont affichés chez une proportion de 37 % des voisins. Mais une certaine catégorie d’autochtones préfère tout simplement ignorer cette présence (21 %) ou, à défaut, affiche une distance pour mieux se protéger contre l’étrangeté de l’Autre. D’une certaine manière, elle manifeste la volonté de le tenir à une distance respectueuse (23 %), lorsque cette distance n’est pas l’expression d’une retenue et d’une méfiance à l’égard de la différence (6 %). Par ailleurs, 18 % des voisins semblent se confiner dans une sorte de rapport de soumission, corollaire de l’attente de récompense.

19Lorsqu’on interroge les autochtones sur la manière dont ils pensent être perçus par la clientèle des RMH, selon le regard que ces derniers leur renvoient d’eux-mêmes, 49 % se voient comme de simples voisins. Mais, pour 27 %, le regard du touriste leur renvoie leur différence « négative », pour ne pas dire « dégradée ». De l’avis de 28 % de ces autochtones, cette différence se double de méfiance, une méfiance d’ailleurs réciproque. On retrouve à certains égards des attitudes de l’autochtone à l’égard du touriste, d’autant que 20 % des enquêtés ont des réponses plus nuancées. Ils pensent que le touriste garde ses distances, évite les autochtones ou, pire, qu’il les ignore et affiche une indifférence décodée comme quasi méprisante. Cependant, à certains égards, le ressenti peut devenir plus exacerbé. « Ils nous considèrent comme des arnaqueurs potentiels », affirment certains enquêtés. Même s’ils reconnaissent que certains touristes peuvent être escroqués par des commerçants, la tendance à la généralisation du rejet est inadmissible. Elle n’est nullement susceptible de favoriser une cohabitation saine et durable. Pire encore, certains autochtones voient dans le regard de l’Autre du mépris : « Ils nous considèrent avec curiosité et comme des sous-développés, voire des arriérés », remarque relatée avec amertume à plusieurs reprises. D’autres se voient comme le « moyen de satisfaire les fantasmes d’un tourisme en mal de sensations exotiques fortes ».

  • 12 35 % des enquêtés n’ont pas répondu à cette question.

20Pour approfondir cette question des rapports entre les autochtones et leurs nouveaux voisins, nous avons demandé aux premiers d’apporter plus de précisions sur ce qu’ils considèrent comme un manque de respect des traditions et ainsi une rupture avec le mode de vie de la médina. L’interprétation de ces attitudes par les voisins est particulièrement significative. Ainsi 26 % des voisins de RMH identifient le comportement général des touristes comme une attitude stigmatisant/méprisant la religion musulmane. Mais c’est le comportement vestimentaire qui suscite le plus grand nombre de suffrages puisqu’il est pointé par 51 % des enquêtés12.

21L’interprétation de ces attitudes par les voisins est particulièrement significative. On estime que le touriste n’est pas sensible à l’environnement culturel en soi et qu’il ne s’y intéresse qu’à des fins exotiques. A l’inverse, l’habitant souvent natif de cet espace, fortement imprégné par cet univers culturel et attaché à ses valeurs séculaires, est facilement choqué par certains comportements qu’il ressent comme une agression et un manque de respect à son égard.

Mutations/altérations du « patrimoine intangible » et devenir de la médina

22Ce qui peut être encore plus symptomatique, c’est que le voisinage, vu la progression rapide des RMH, exprime des craintes en ce qui concerne des mutations susceptibles, à moyen terme, d’affecter la nature de la médina, du moins son noyau patrimonial. En conséquence, pour 21 % des voisins, la prodigieuse expansion des RMH représenterait une menace pour la sauvegarde du patrimoine tangible et intangible de manière générale. 25 % des habitants craignent que la médina ne se transforme à terme en cité hôtelière. 31 % des autochtones interrogés attestent, avec insistance, de la perte des spécificités historiques de leur quartier, en particulier chez les jeunes générations. Même si certaines personnes mettent aussi ce constat sur le compte de l’influence des médias satellitaires qui arrosent les jeunes par la culture de la mondialisation, de l’avis de 34 % des autochtones, cette situation serait imputable à la prolifération trop rapide des RMH dans l’espace spécifique de la médina.

23Ce qui revient avec régularité et insistance, c’est le constat, effectif au moins pour 56 % des personnes interrogées, de la perte de valeurs enracinées dans les pratiques traditionnelles. De l’avis de 82 % des enquêtés, une telle situation est intimement liée au départ et/ou à l’incitation au départ des autochtones. Encore une fois, un tel constat atteste que la médina n’a pas de spécifié intrinsèque en qualité d’espace physique. Si cet univers culturel se nourrit du patrimoine bâti, il est encore plus radicalement redevable au patrimoine immatériel dont les détenteurs demeurent les femmes et les hommes qui en sont les véritables « trésors humains vivants ».

24Même si certains habitants refusent de croire au changement éventuel de la nature de la médina et de ce qui fait son essence, d’autres habitants témoignent de l’émergence d’éléments qui en disent long sur les mutations en train de s’opérer, parfois de manière brutale, tout en précisant qu’il ne s’agit pas de mutations jugées normales et spontanées. Avec l’humour et le flegme marrakchis, certains autochtones vous diront : « Bientôt on nous demandera un visa d’entrée en médina ». D’autres leur rétorqueront : « Désormais, plus besoin de faire la sempiternelle queue dans les ambassades pour un visa rarement décroché ; la médina porte les couleurs de l’Europe et vit au rythme de l’Occident, dorénavant ici et là ». D’autres encore relatent avec amertume l’impression de se trouver dans un pays européen durant la période des fêtes de fin d’année, tant les sapins de Noël et les guirlandes seraient omniprésents dans les étroites ruelles de la médina. Il ne manquerait plus que l’animation des grands magasins, disent-ils avec humour. Ainsi s’étonnent-ils de voir la prétendue quête d’immersion culturelle transformée en un simulacre nostalgique d’un ailleurs célébré intramuros.

25Lorsqu’on interroge les autochtones sur la manière dont ils perçoivent le degré de respect par les touristes des traditions pratiquées dans la médina, ceux-ci considèrent que 66 % de la clientèle qui fréquente les RMH ne prend pas en considération ce type d’élément culturel. De l’avis des voisins, certains touristes les considéreraient quasiment comme des « créatures étranges ». La chasse aux photos « insolites », sans demander l’autorisation des intéressés, est particulièrement mal vécue. Pour certains riverains, une telle attitude engendre le sentiment d’être « dépossédé » de son identité ou « espionné » dans son intimité. Cette attitude est d’autant plus exacerbée que – comme on l’a vu plus haut – le touriste fait parfois de la terrasse un espace privilégié pour « découvrir » l’autochtone dans sa vie supposée « secrète ». Le point d’orgue, selon les enquêtés, étant la fête du sacrifice qui redoublerait la curiosité des touristes.

26A partir de toutes ces considérations et de ce ressenti d’autochtones exacerbés, il se dégage essentiellement un déséquilibre entre les deux populations qui s’observent et se jaugent, chacune à partir de son univers culturel. Cependant, il demeure évident que les divergences des niveaux économiques instaurent l’omniprésence d’un rapport supérieur/inférieur, c’est du moins ce qui ressort de propos récurrents chez les enquêtés. C’est sur ce type de ressenti que se greffe la matrice d’un déséquilibre qui s’aggrave avec les écarts culturels. En l’absence de passerelles de dialogue et d’échanges susceptibles d’être mis en place aussi bien par les promoteurs que par les acteurs institutionnels qui peuvent jouer un rôle fondamental pour l’avenir du patrimoine intangible de la médina, chacun campe sur ses positions.

27Ce ressenti est d’autant plus sensible que les autochtones expliquent, en grande majorité, le succès des RMH par le désir des touristes de bénéficier d’une plus grande proximité avec l’habitant (42 %), pour profiter de l’ambiance de la médina (67 %), jouir d’une immersion au cœur du patrimoine au sein d’un environnement populaire, apprécier son charme particulier, son cadre agréable et goûter aux saveurs d’un dépaysement singulier (37 %).

De quelques supports de liens potentiels entre RMH et autochtones

28Par ailleurs, compte tenu de certains indices de rejet ou de résistances réciproques, à partir de constats de terrain, nous avons essayé de voir quels modes de réception et quelles interprétations les autochtones attribuent aux aménagements collectifs que les RMH ont parfois fait l’effort d’installer.

29Ces aménagements intéressent 29 % des RMH dont l’entourage a fait l’objet de l’enquête. Le plus souvent, les apports en question concernent le ramassage des ordures ménagères (17 %), le nettoyage et l’entretien de la propreté dans la rue (20 %), la réparation et l’entretien de l’éclairage (11 %) ou la peinture de murs collectifs (9 %). Cependant, ces aménagements ne sont considérés réellement bénéfiques pour le quartier qu’à hauteur de 6 % des enquêtés. 29 % estiment qu’ils n’ont d’objectif que l’image de marque du RMH, et 73 % s’abstiennent d’apporter tout commentaire, un silence qui peut être lourd de sous-entendus. Lorsqu’on essaie de savoir si le RMH est jugé comme un avantage ou un inconvénient, ou s’il combine avantages et inconvénients on recueille les réponses suivantes :

Avantage

27 %

Inconvénient

36 %

Avantage et inconvénient

34 %

Sans réponse

3 %

30Parmi les avantages mis en exergue, il est signalé l’embellissement extérieur du RMH et, de manière plus générale, la remise à niveau de certains riads, avec une valorisation relative du patrimoine immobilier, l’augmentation de la capacité hôtelière et ses retombées en termes d’emploi. On parle parfois d’un potentiel d’ouverture sur l’Autre et de l’émergence d’un embryon d’« inter-culturalité » ; enfin, il arrive aussi qu’on évoque un voisinage de qualité.

31Cependant, de l’avis des enquêtés, les inconvénients (soulevés plus haut) sembleraient peser plus lourd dans la balance. Par ailleurs, on notera que si, pour les uns, il y a un regain de sécurité, d’autres, au contraire, constatent un déficit en la matière. De l’avis des intéressés, la recrudescence de l’insécurité pourrait s’expliquer par le fossé entre les niveaux de vie des uns et des autres, dans un environnement où le chômage est omniprésent. Incontestablement, le touriste suscite la tentation. Du point de vue des voisins, les touristes des RMH exhibent, sans même le vouloir, une arrogance provocatrice. Aussi deviennent-ils une cible facile pour les voleurs dont la fréquentation des quartiers à forte concentration de RMH inquiète parfois les autochtones.

Mutations/déstabilisation du ciment socio-économique et culturel

32Parmi les changements que déplore l’habitant, on note tout particulièrement les mutations qui affectent l’équilibre qui fonde l’organisation de la vie sociale intra-muros. Une telle déstabilisation est, pour l’autochtone, imputable, encore une fois, au départ massif des autochtones qui constituaient le socle d’une communauté structurée autour de droits et de devoirs coutumiers, argument cité avec une grande récurrence et désigné comme le point d’orgue de la rupture du maillon socio-culturel. Du coup, on fait porter aux RMH la responsabilité de toutes les transformations sociales jugées négatives, en particulier en ce qui concerne le comportement des jeunes (voir plus bas).

3363 % des personnes interrogées pensent que, dans certains RMH, on se livre à des pratiques indésirables. C’est une accusation qui n’est certainement pas toujours vérifiée ou fondée, mais qui est probablement imputable à la tendance à la « caricaturisation » dans les représentations et à la généralisation dans les discours. En conséquence, 59 % des voisins pensent que la présence des RMH porte atteinte à certains comportements socioculturels traditionnels tels que :
– le respect des parents (23 %) ;
– le respect des personnes âgées (25 %) ;
– la solidarité entre voisins (27 %) ;
– la convivialité (27 %).

3415 % invoquent d’autres éléments socioculturels, mais 41 %, pour diverses raisons, préfèrent ne pas évoquer un tel sujet.

35D’autres éléments sont montrés du doigt, plus particulièrement les jeunes qui affichent de plus en plus des comportements rebelles et/ou désinvoltes (voir ci-dessous). Si, dans certains quartiers, les propriétaires des RMH auraient vraisemblablement réussi à interdire les jeux collectifs pratiqués dans la rue (voir plus haut), les jeunes concernés ne pourraient plus se « connecter » au noyau communautaire et échapperaient au contrôle/protection/encadrement spontanés pratiqués par les anciens. De l’avis des enquêtés, ces diverses mutations seraient la cause du relâchement de la pression socio-éducative exercée par l’environnement sur les jeunes du quartier. On invoque également la régression du potentiel de tolérance entre voisins et en même temps la multiplication des conflits entre des familles qui s’entendaient bien ou, en tous les cas, se supportaient bien par le passé. On souligne la perte du principe de solidarité et de cohésion sociale. De même, l’honnêteté et la simplicité des gens de la médina connaîtraient une nette régression. De l’avis des enquêtés, tous ces changements sont substantiellement imputables aux nouveaux modes de vie induit par les RMH. A de multiples reprises, les voisins déplorent, avec insistance, que les fêtes traditionnelles ne soient plus pratiquées avec les rituels autrefois coutumiers, et ce, du fait du départ massif des autochtones. Cette remarque revient au moins chez 20 % de la population enquêtée, sans compter ceux qui l’expriment indirectement.

36De manière générale, les voisins s’accordent à reconnaître l’impact important, probablement surestimé, de dommages culturels multiples et difficiles à évaluer. On évoque diverses nuisances qui portent atteinte au mode de vie traditionnel. Les pratiques les plus enracinées subissent une érosion spectaculaire. Les touristes prendraient trop de libertés par rapport à ces pratiques séculaires, ce qui n’est pas sans provoquer des remises en question par les jeunes qui en font leurs nouvelles idoles. De même, désormais, la perte de valeurs morales autorise de nouvelles formes de mendicité déguisée, d’où la prolifération des faux guides, la pratique de la prostitution sous toutes ses formes ou encore l’espoir/l’illusion de réussir à épouser un/une étranger(e) et obtenir le visa qui peuple bien des rêves. A l’appui de ces imputations, on avance aussi des arguments tels que la fréquentation non habituelle du quartier par des personnes jugées indésirables. On cite en particulier :
– les prostituées, les homosexuels et les pédophiles (36 %) ;
– des faux guides, voleurs, ivrognes, dealers et autres personnes au profil suspect (22 %) ;
– des jeunes filles qui « exhibent pitoyablement leurs corps dénudés » ou « draguent » de vieux touristes (10 %) ;
– divers clients des RMH qui profiteraient de la misère en l’exploitant (8 %).

  • 13 A ce titre, on peut noter, d’une part, que dans certains RMH, pour mieux monter des scénarios d’imm (...)

37De l’avis de tous, les RMH auraient joué un rôle important dans l’augmentation des prix dans le quartier, du fait de l’afflux de touristes. Les chauffeurs de taxi refusent la clientèle autochtone et lui préfèrent les touristes qui sont en l’occurrence plus généreux. La gommeuse du hammam ne fonctionne pas autrement. Ainsi favorise-t-elle cette nouvelle clientèle nantie au détriment des habitants traditionnels dont les moyens sont limités. De l’avis des enquêtés, parmi les facteurs qui affectent le plus l’environnement socio-économique, ce sont les nouvelles attitudes des commerçants à leur égard (par comparaison avec la clientèle des RMH) ou encore la mutation de ces commerces qui font que 79 % des voisins pensent que la présence des RMH exerce une influence négative sur le niveau de vie du quartier. Ainsi, on fait état de l’augmentation du prix de l’immobilier, mais également et surtout des prix des denrées de première nécessité qui grimpent à cause de la nouvelle clientèle moins regardante (72 %)13. Certains commerçants délaissent leur clientèle au profit des touristes dont le pouvoir d’achat est bien plus élevé que celui de la clientèle locale. On évoque également la tendance à la transformation des commerces de proximité – destinés à la consommation des habitants – qui cèdent la place aux petits bazars au profit des touristes (51 %), quand il ne s’agit pas de commerçants qui quittent le quartier faute de clientèle marocaine (7 %).

38Il n’empêche que 44 % des enquêtés certifient la création d’emplois grâce aux RMH. Pour 29 %, l’apport de devises, qui seraient généré par les RMH, n’est pas négligeable, et 18 % reconnaissent que les artisans et les commerçants en tirent le meilleur bénéfice, même si d’aucuns rétorquent que ces bénéfices se font sur le compte de l’altération de valeurs et de traditions séculaires. Ainsi, si 46 % des personnes interrogées attestent une amélioration du niveau de vie des habitants de la médina grâce aux RMH, 54 % rejettent cette hypothèse. Certes, « on gagne plus avec les RMH, dit-on, mais on dépense plus ; on dirait que cet argent ne contient pas la baraka ».

Impact des RMH sur les jeunes

39Cependant, à travers toutes ces considérations, d’autres facteurs interviennent. Parmi ces facteurs, la présence d’une population d’enfants, d’adolescents et surtout de jeunes – souvent en état de désœuvrement – joue un rôle important dans les représentations des habitants. Ces jeunes, présents dans 81 % des familles des enquêtés, se voient livrés ou confrontés – dans l’enceinte du quartier – à des situations qui peuvent ébranler certaines valeurs ou des principes d’éducation et de comportement communautaire.

40Dès qu’on aborde cette problématique avec les enquêtés, on a l’impression que les langues se délient, on voit fléchir la retenue. Au moins la moitié des habitants manifestent avoir identifié des changements dans le comportement des jeunes à cause de la présence des RMH et plus généralement de la présence des touristes en médina. Il s’agirait de transmutations qui peuvent s’exprimer de diverses manières, plus singulièrement à travers :
– l’imitation des touristes : 40 % ;
– la délinquance et un manque d’éducation inhabituels : 8 % ;
– alcoolisme et drogue : 8 % ;
– prostitution et homosexualité : 7 % ;
– la pratique de formes de mendicité déguisée : 7 % ;
– la prolifération de faux guides : 6 % ;
– l’abandon des études du fait de l’attrait du gain facile : 5 %.

41Ainsi, sans exception, tous les enquêtés considèrent avec amertume et gravité le devenir des jeunes subjugués par un phénomène qui est venu frapper à leurs portes et qui révèle, expose et exacerbe leurs faiblesses et leurs fragilités. De manière générale, il est souvent rapporté que ces jeunes osent de plus en plus manquer de respect à leur entourage, affichent sans retenue leur avidité d’argent, voire d’argent facile, et ce en établissant le lien avec les RMH. Ainsi, travailler dans les RMH est parfois vécu comme un impératif pour assouvir certains rêves, notamment celui de partir et d’obtenir un visa. Dans plusieurs situations, ces jeunes n’hésiteraient pas à faire usage de l’agressivité. Certes, ils se montrent plus ouvert à la culture de l’Autre, prennent soin de leur apparence et veulent vivre à l’européenne, d’où l’apprentissage des langues en usage dans l’entourage des RMH. Mais pour atteindre leurs objectifs, ils n’hésiteraient pas à harceler le touriste.

42L’aspect qui requiert l’unanimité des voisins est l’imitation des touristes qu’ils imputent directement à cet entourage immédiat. Le comportement vestimentaire des jeunes serait de plus en plus calqué sur celui des touristes, de même que leur manière de se coiffer, leurs attitudes, les musiques qu’ils écoutent, etc. Ceci témoignerait du renforcement de leur fragilité et de leur vulnérabilité.

43Les touristes deviennent les idoles des temps modernes dans l’imaginaire de ces jeunes. Ces derniers, qui cristallisent le malaise socio-économique ambiant, se représenteraient l’Autre comme le symbole d’un Occident prospère et nanti auquel ils rêvent de s’identifier, ne serait-ce que par mimétisme. Ils se plaisent d’ailleurs à décoder ce mimétisme des apparences : dans leurs représentations, ils attribuent généreusement à l’Autre des valeurs plus souvent supposées que réelles, moyen de se libérer du joug de la tradition devenue trop pesante et n’apportant plus de satisfactions compensatrices. L’omniprésence des touristes les ferait vivre dans un rêve. D’où – en partie – leur obsession de quitter le pays. La tentation de l’occidentalisation – même superficielle et illusoire – paraît être l’ultime expression du malaise socio-économique, révélé par la promiscuité avec le touriste. Ce dernier est ainsi quasiment placé sur un piédestal dans l’imaginaire des jeunes qui, d’une certaine manière, le vénèrent et l’adulent.

44Les opinions des enquêtés au sujet de l’influence des touristes sur les jeunes dans un milieu aussi confiné que peut l’être la médina se déclinent ainsi :
– influence positive : 13 % ;
– influence négative : 61 % ;
– influence tantôt positive/ tantôt négative : 26 %.

45Les influences négatives porteraient plus particulièrement sur :
– le comportement vestimentaire des jeunes qualifié de mimétique : 69 % ;
– l’altération du respect de la famille : 23 % ;
– l’altération du respect de la tradition : 53 % ;
– l’altération du respect des comportements à caractère religieux : 33 % ;
– autres : 17 %.

Conclusion

46Lorsqu’on interroge les habitants sur leur manière de percevoir l’évolution du tourisme ou des touristes de manière générale dans la médina, ceux-ci sont très nombreux à qualifier cette évolution d’« anormale », « brutale » et « exponentielle ». On parle d’omniprésence et de concentration des RMH qui affectent l’équilibre de la vie communautaire. On évoque une présence « envahissante » dans certains quartiers avec une « disparité » évidente et spectaculaire des niveaux de vie des uns et des autres qui pousse à bien des interrogations de la part des autochtones. Dans le registre du patrimoine intangible, il y a unanimité sur les pertes parfois irréversibles susceptibles, sinon de dénaturer la médina, au moins de lui faire perdre son authenticité et d’altérer un patrimoine qui a pourtant résisté à bien des épreuves du temps, mais qui n’a cependant jamais été confronté à des facteurs exogènes avec une telle rapidité et une telle acuité.

47Parmi les nuisances les plus récurrentes citées par les enquêtés, on retiendra :
– le tourisme sexuel, la prostitution, l’homosexualité : 34 % ;
– la perte des valeurs, de l’ambiance et de l’authenticité de la médina, l’altération des valeurs identitaires, l’altération ou la perte de la spécificité culturelle : 33 % ;
– l’augmentation du niveau de vie au détriment des populations locales : 18 % ;
– l’influence négative sur le comportement des jeunes : 17 % ;
– le départ massif des autochtones : 13 % ;
– la surenchère sur l’immobilier : 6 % ;
– le néocolonialisme et le sentiment de supériorité affichée des touristes : 6 %.

48Certes, certaines personnes reconnaissent à mi-mots que la médina bénéficie d’avantages grâce aux RMH, mais elles insistent aussi, comme la majorité, sur l’aspect « envahissant » de ces mêmes RMH. En effet, dans leur mode de perception, la médina est devenue quasiment une cité hôtelière annexée. C’est pourquoi l’évolution est considérée comme peu rassurante pour l’avenir des autochtones et celui de la médina. Même si on peut qualifier cette perception de subjective ou d’excessive, il n’en demeure pas moins qu’elle reflète le ressenti des habitants qui, d’une certaine manière, se sentent dépossédés de leur espace.

49Il importe cependant de remarquer que la part d’objectivité n’est point inexistante, loin s’en faut. Elle réapparaît à chaque fois qu’il s’agit d’évaluer certains aspects socio-économiques. C’est ainsi que parmi les mêmes personnes qui profèrent les critiques les plus sévères, on retient quelques points positifs tels que :
– la création d’emploi : 48 %
– la croissance économique en général, liée au tourisme : 29 % 
– l’entrée de devises : 27 % 
– un dynamisme du commerce avec parfois renaissance de certains métiers de l’artisanat : 16 % 
– la rénovation et la valorisation du patrimoine des riads : 12 % 
– l’ouverture sur d’autres cultures : 7 %.

50Quant aux éléments négatifs sur le plan socio-économique, ils concernent – entre autres – la hausse des prix par rapport au niveau de vie des habitants. Il est aussi question des commerces utilitaires qui disparaissent ou se convertissent au profit du tourisme. On évoque également le fait que les investisseurs gardent l’essentiel de leurs revenus dans leur pays d’origine étant donné que le règlement des factures se fait par internet sur un compte étranger. En conclusion, et in fine, les enquêtés ajoutent souvent que le tourisme enrichit les plus riches et appauvrit les plus pauvres.

51Parallèlement à tous les autres préjudices déjà cités, il importe d’ajouter que les enquêtés ressentent une promiscuité inhabituelle, pour ne pas dire incommodante, entre la richesse et la pauvreté des uns et des autres. Mais on souligne avec encore plus d’acuité l’absence de codes communs qui implique souvent la gêne en milieu familial ou induit dans certains cas des chocs culturels. Dans de telles conditions, on peut s’interroger sur les tensions qui affectent la dynamique sociale, fortement exposée à l’altération.

Bibliographie

Saigh Bousta R., 2004. « Voisinage des ryads maison d’hôtes dans la médina de Marrakech, résultats d’une enquête réalisée en mars 2003 », in Communication interculturelle, patrimoine et tourisme. Marrakech, Publication du Centre de recherche sur les cultures maghrébines, EDIT, Université Cadi Ayyad et Agence universitaires de la francophonie, p. 179-201.

Notes

1 L’administration de l’enquête a été réalisée grâce au travail remarquable effectué par les étudiants du Master 1 « Tourisme, développement et environnement culturel », Faculté des Lettres, Université Cadi Ayyad,, promotion 2009-2010, que je tiens à remercier pour le sérieux de leur travail et leur précieuse collaboration.

2 Par commodité, nous utilisons l’abréviation « RMH » pour désigner les « Riads maisons d’hôtes », tout en précisant qu’il s’agit d’anciens riads transformés en maison d’hôte, alors qu’initialement ils n’ont pas cette vocation.

3 [Note des éditeurs : Un phénomène remarquable, relevé par cette enquête, est le fait que les maisons d’hôtes semblent concentrer un mécontentement plus général et qu’elles se retrouvent parfois accusées d’être la cause de toutes les transformations socio-économiques en cours, incluant celles liées à la présence d’un tourisme de masse qui dépasse de loin les locataires des seules RMH].

4 S’il n’y a pas véritablement de statistiques de terrain confirmées, plusieurs sources recoupées évaluent pour les années 2008-2009 le nombre de RMH entre 1500 et 2000 unités, ce qui représente un pourcentage important vu que la médina est un espace intra-muros où l’agglomération est concentrée.

5 Sur cette question d’image et de stéréotype, voir également les articles d’Escher & Petermann, Kurzac-Souali et Ernst dans ce volume.

6 Le questionnaire dont il est question dans cette étude a été exclusivement adressé aux autochtones, dans le voisinage des RMH. Une version complémentaire du même questionnaire a été adressée aux propriétaires des RMH, et une autre version a concerné le personnel de ces RMH. Ces résultats ne sont pas traités dans le présent article.

7 Le cadre et les exigences de cette publication ne permettent pas de livrer toutes ces données.

8 Ils doivent être également mis en rapport avec la chronologie de l’enquête, car souvent l’enquêté est plutôt réservé au début du questionnaire, mais se détend et devient plus franc et communicatif au fur et à mesure qu’il est mis en confiance par l’enquêteur.

9 Ces nuisances reviennent dans les propos des enquêtés sous différentes formes, dans diverses situations et à divers moments de l’enquête. Ils ne peuvent être évalués en termes de pourcentage.

10 Ce type de nuisance n’a pas été relevé lors de l’enquête réalisée en 2003, sinon de manière très épisodique, ce qui laisse penser qu’avec l’augmentation des RMH et l’évolution de leur mode de fonctionnement, ceux-ci se rapprochent de plus en plus du type de fonctionnement des hôtels. De plus, la clientèle qui fréquente les RMH étant de plus en plus nombreuse et diversifiée, elle est de moins en moins sensible et/ou sensibilisée à son environnement.

11 Il est à noter que certaines actions de ce type ont été relayées par la presse.

12 35 % des enquêtés n’ont pas répondu à cette question.

13 A ce titre, on peut noter, d’une part, que dans certains RMH, pour mieux monter des scénarios d’immersion culturelle, les touristes accompagnent la personne qui va faire les courses dans les petits marchés de quartier improvisés (souika). Dans une certaine mesure, cette fréquentation a transformé les attitudes des commerçants concernés et a eu des retombées sur les rapports avec leur clientèle habituelle. D’autre part, l’augmentation du prix de l’immobilier, si elle donne le sentiment immédiat de profiter à ceux en quête d’un bon acquéreur de leurs biens, confronte ces mêmes personnes à la surenchère généralisée lorsqu’ils vont essayer d’acheter dans d’autres quartiers. Plus grave, les petits locataires qui se logeaient plus ou moins décemment grâce aux prix modestes de la médina ne pourront plus profiter de cette situation.

Auteur

Rachida Saïgh Bousta est enseignante à la faculté des Lettres de l’université Cadi Ayyad et travaille plus particulièrement sur les questions de littérature, mémoire, patrimoine et tourisme. Elle a réalisé de nombreuses publications dans ces domaines et a coordonné en 2005 le dossier Maroc de la revue Téoros (vol. 24). Elle a également piloté en 2010 un rapport sur le patrimoine pour le ministère de la Culture marocain, Analyses et mise à jour des données disponibles sur le patrimoine culturel marocain, disponible en ligne :
http://www.minculture.gov.ma/fr/images/stories/pdf/Analyse_%20donnees.pdf

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable