Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

6. Du jet-setter au retraité : parcours et profils des habitants étrangers des médinas de Marrakech et d’Essaouira1

Anton Escher et Sandra Petermann

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce texte se fonde en grande partie sur la monographie de Escher et Petermann (2009) ainsi que parti (...)

1A la fin du XXe siècle, les médinas de Marrakech et d’Essaouira ont attiré une population étrangère (venant principalement d’Europe et des Etats-Unis) qui a investi d’importants capitaux dans le patrimoine domestique de ces cités historiques. Considérés dans un ensemble, ces néo-résidents – permanents ou le plus souvent temporaires – forment une « communauté étrangère » hétéroclite (Escher et Petermann, 2000). Cette communauté s’apparente, à première vue, à un foisonnement d’individus d’âges distincts, aux motivations disparates, très engagés ou au contraire peu engagés dans la vie sociale locale, reliés ou non à l’espace citadin par une activité professionnelle. Cependant, cette diversité individuelle n’exclut pas des principes de structuration collective. L’article suivant se propose d’exposer les recoupements et lignes de clivage qui peuvent s’établir au sein de ces nouveaux migrants Nord-Sud. Cette étude vient compléter nos premiers travaux qui avaient mis en évidence, dès la fin des années 90, le processus d’embourgeoisement, corrélé à un processus de requalification du bâti ancien enclenché par un mouvement d’achat de maisons par des Occidentaux à Marrakech. A l’époque, nous avions montré que ce processus était très semblable à ce que des auteurs, sociologues et géographes, avaient maintes fois décrit dans des villes occidentales et nommé « gentrification » (voir Coslado & McGuinness, article 1, ce volume). Nous avons depuis développé nos analyses pour, d’une part, préciser les ressorts particuliers de la gentrification qui se déploie actuellement dans les cités anciennes au Maroc (voir Escher & Petermann, art. 4, ce volume) et, d’autre part, pour décrypter l’enchevêtrement de situations inédites dans lesquelles sont impliqués les acteurs non-institutionnels de la gentrification. Nous nous intéresserons ici aux profils, aux parcours et aux motivations des résidents étrangers des médinas de Marrakech et d’Essaouira.

Profils d’étrangers et critères de regroupement

  • 2 Concernant l’expression « Nouveau-Marrakchi », Schmitt (2009) explique : « "Nouveau-Marrakchi" sign (...)

2Le nombre de Nouveaux-Marrakchis2 et de Nouveaux-Souiris vivant au quotidien dans la médina est difficilement estimable. Les néo-résidents possèdent parfois plusieurs logements sur place, et la plupart ne séjournent qu’irrégulièrement au Maroc pendant l’année. En 2009, on dénombrait respectivement dans les vieilles villes de Marrakech et d’Essaouira 2 160 et 400 propriétaires étrangers (voir Escher & Petermann, article 3, ce volume). Le nombre des propriétaires étrangers ne représente cependant qu’une part marginale comparé aux milliers de touristes internationaux qui visitent ces deux villes.

3Au-delà de ces données démographiques, sur quels critères ou sur quelles affinités se regroupent ou se distinguent ces néo-résidents ? Plusieurs types de lecture sont ici possibles.

  • 3 Tous les passages en italique sont des citations d’entretiens avec des propriétaires étrangers dans (...)

4Une première lecture fait apparaître des regroupements en fonction de la nationalité (ou de la langue maternelle) pour les néo-résidents relevant de la classe moyenne (dans leurs pays d’origine). Ainsi, aux yeux de nombreux autres étrangers, les Français occuperaient un statut particulier, par leur comportement (ils se démarqueraient des autres étrangers) et leur statut de ressortissants de l’ancienne puissance protectrice. Mais au-delà d’un regroupement par nationalité, les étrangers vivant depuis des années à Marrakech ont leurs propres critères d’identification ; ils se différencient entre étrangers établis de longue date et étrangers installés récemment : « En fait, nous ne sommes pas des Marrakchis, mais nous nous appelons « Ancien-Marrakchi » et « Nouveau-Marrakchi »3.

  • 4 Pendant les enquêtes effectuées, environ 150 personnes ont été interrogées à Marrakech et 115 à Ess (...)

5Les enquêtes4 que nous avons effectuées ces dix dernières années ont fourni de nombreuses données sur les parcours, les profils et les motivations des étrangers qui ont choisi d’habiter à Marrakech et à Essaouira. Ceci a permis d’affiner notre compréhension de la communauté étrangère et de proposer un nouveau type de lecture qui distingue les individus en fonction de leurs itinéraires, leurs modes de vie et de pensée, leur mode d’appropriation des logements et leurs manières d’être en relation avec l’espace urbain. Il est ainsi possible de différencier sept profils (ou archétypes) au sein de cette communauté étrangère à partir de cinq facteurs déterminants : a) les motivations pour acquérir une maison dans la médina ; b) la vie dans la communauté des étrangers ; c) l’attitude individuelle par rapport à la vie en général ; d) le capital à disposition pour l’organisation du quotidien au Maroc ; e) le rapport face aux employés marocains.

  • 5 A Essaouira, ce profil n’est pas considéré parce qu’il n’existe que très rarement (moins d’un pour (...)

6Les deux premiers profils que nous avons identifiés sont les jet-setters à Marrakech et les artistes-intellectuels à Marrakech et à Essaouira. Ces deux groupes représentent les pionniers selon la théorie de la gentrification (Escher et Petermann, 2009). Les quatre profils suivants (les promoteurs culturels, les entrepreneurs motivés, les touristes huppés et les retraités en forme) sont représentés dans les deux villes à des degrés variables. Le dernier profil est le couple interculturel très présent à Marrakech5.

7Il faut souligner ici que l’assignation à un profil-type peut évidemment changer avec le temps et qu’il ne s’agit pas de catégories étanches. C’est ainsi que beaucoup de propriétaires venus d’abord en touristes finissent par gérer un hôtel, même si ce n’était pas leur intention lors de leur premier investissement dans la médina. Par ailleurs, les facteurs déterminants (motivation, etc.) sont loin d’être exclusifs à chaque type et se recoupent souvent. Cette typologie qui cherche à identifier des catégories plus générales au-delà des cas particuliers, n’échappe pas à une certaine relativité.

Marrakech : terrain de jeux pour jet-setters

8Lorsqu’au début des années 60, les conditions politiques et économiques ainsi que les capacités techniques ont rendu possible le développement d’un style de vie en partie structuré par les possibilités de quasi ubiquité offerte par la circulation aérienne, Marrakech est vite devenue – à l’époque, de nombreux hippies habitaient dans la médina – une destination de la jet-set internationale : milieux de la mode et du design parisiens en premier lieu, mais également stars d’Hollywood, acteurs du monde de la mode, de la pop et du cinéma, décorateurs et architectes réputés. A ce monde « glamour » se sont joints des membres des élites culturelles, économiques et politiques européennes qui aspiraient à un environnement dépaysant, loin du quotidien, symbolisé par la liberté de temps, le soleil et la présence d’un personnel serviable.

9Historiquement, les « places to be » à Marrakech étaient la Palmeraie ainsi que la ville nouvelle (quartiers de l’Hivernage et du Guéliz). Beaucoup de membres de la haute société internationale s’y sont installés, dans des demeures luxueuses cachées derrière de hauts murs les isolant de la vie extérieure, comme le couturier français Yves Saint-Laurent et son compagnon Pierre Bergé, la baronne Marie-Hélène de Rothschild ou l’épouse du dernier descendant de la dynastie de Krupp (Henriette, dite « Hetti », de Bohlen et Halbach) et de multiples autres célébrités de la finance et des affaires (Escher et Petermann, 2009). Avec le temps, la médina est également devenue un lieu apprécié de la jet-set : l’architecte américain Bill Willis (décédé en 2009) y a vécu dès 1966 ; Simon-Xavier Guerrand-Hermès, directeur de l’entreprise de mode Hermès, y habite depuis 1990 ; le styliste français Jean-Paul Gaultier a commencé à y construire sa propriété en 2000. Certains, comme le parfumeur Serge Lutens, possèdent des propriétés dans la palmeraie mais également dans la médina.

10L’attrait de Marrakech se renouvelle constamment. Même si le fils du magnat du pétrole américain, Paul Getty jr., l’acteur français Alain Delon et le styliste de mode Pierre Balmain ont quitté la ville depuis longtemps, d’autres personnalités célèbres occupent maintenant leurs propriétés. Le philosophe Bernard-Henri Lévy a racheté avec sa compagne Arielle Dombasle l’ancienne maison d’Alain Delon et de Mireille Darc, et le styliste Bernard Sanz a repris la propriété de la veuve de l’écrivain français Paul Eluard…

11Si Marrakech est une source d’inspiration exotique pour le monde de la mode et de la décoration, d’autres raisons importantes attirent les acheteurs : Marrakech est perçue comme une ville ensoleillée où les styles de vie les plus excessifs peuvent s’épanouir librement. Les jet-setters y voient un oasis de tranquillité où ils peuvent laisser la fatigue des tensions du quotidien et vivre leurs désirs sans contrainte. Ce repos est renforcé par la prétendue lenteur de la vie à Marrakech, comme la baronne de Rothschild le reconnaît avec enthousiasme : « Le rythme de la vie est tellement lent que, même si vous ne restez que quelques jours ici, vous avez l’impression de passer de longues vacances. » (Matthieussent 1985, p. 227). Cette gentry transnationale ne possède pas uniquement un riad, mais de très grandes propriétés composées de plusieurs maisons, souvent achetées successivement pour constituer de vastes propriétés, surtout dans la palmeraie de Marrakech. Ainsi selon certains témoignages, un styliste de renommée internationale « a acquis une dizaine de belles maisons et les a toutes fait démolir. Puis il a fait construire une gigantesque propriété. Il a même détruit des maisons pour y faire construire un parking pour les voitures ».

12Le contact avec les Marocains est entretenu avec les couches sociales correspondantes et non avec le voisinage. Beaucoup de Marocains, parmi les amis de la jet-set internationale, proviennent de l’élite politique et économique du Maroc et possèdent, à côté de leur résidence principale à Casablanca ou à Rabat, une maison de vacances dans la Palmeraie. A l’intérieur de la communauté étrangère, des contacts se nouent entre couches sociales similaires, quelle que soit la nationalité. Ces affinités sociales sont perceptibles lors des fêtes privées, où seules des personnes choisies avec soin seront invitées. Ces invitations revêtent une grande importance dans la communauté et confèrent un prestige social certain.

13La perception de l’environnement des membres de la jet-set est fortement déterminée par la durée du séjour à Marrakech. En raison de leurs séjours très courts, la partie la plus active de la jet-set n’a qu’une image très sélective de la ville et des habitants marocains et étrangers. Mais certains jet-setters sont plus impliqués dans la vie locale, par le biais en particulier de l’association Les Amis de Marrakech. Cette association réunit de très riches Marocains ayant leur résidence secondaire à Marrakech et un cercle d’étrangers tout aussi élitiste. L’un des résultats concrets des rencontres de l’association est, par exemple, la fondation du Musée de la Médina (initialement dénommé le Musée des Amis de Marrakech puis devenu le Musée de Marrakech).

14Les entretiens réalisés lors de nos enquêtes indiquent que pour cette élite cosmopolite fortunée, Marrakech fait principalement office de lieu de détente et de loisirs, tout en étant un lieu incontournable de distinction sociale.

Marrakech et Essaouira : sources d’inspiration pour les artistes intellectuels

  • 6 De nombreux anciens voyageurs en Orient sont cités comme modèle par beaucoup d’artistes d’aujourd’h (...)

15Le Maroc et en particulier les vieilles cités proches du désert et de la côte comme Marrakech et Essaouira sont une source d’inspiration inépuisable pour beaucoup d’artistes européens6 : photographes, architectes, peintres, écrivains, webdesigners, publicitaires, scientifiques, etc. (Clos, 2001). Leur créativité se nourrit de l’environnement naturel et des conditions sociales locales perçues, au premier abord, comme exotiques et authentiques. Ils considèrent que dans leur maison marocaine ils peuvent laisser le champ libre à leur imagination et réaliser leurs projets artistiques. L’inspiration, suscitée par la lumière et les couleurs et par les contrastes esthétiques et sociaux, est un des mobiles majeurs d’achat immobilier pour les artistes : « Ce pays est très inspirant. Pour les peintres, c’est presque incroyable. La lumière, les couleurs, l’énergie de l’endroit – c’est partout ainsi. Partout où je regarde, je vois un tableau. Visuellement, cela est très stimulant ». Marrakech fascine les artistes par la mythologie que l’on lui attribue : « Nulle part ailleurs ça pétille comme ici. On l’entendrait presque. On a l’impression que l’on peut trancher ou presque même toucher ce mythe ».

16Pour beaucoup d’artistes, comme pour d’autres propriétaires, la proximité géographique de l’Europe et le coût inférieur de la vie au Maroc jouent un grand rôle dans la décision d’acheter une maison, car leurs moyens financiers sont souvent restreints. En raison des circonstances financières mais également à cause de leurs principes intellectuels, ils n’ont que rarement recours à l’aide régulière de personnel domestique. Les contacts directs avec les voisins du quartier sont décrits de façon positive, même s’ils restent souvent superficiels et se limitent à des salutations polies et des conversations banales. Pour ces artistes, le contact avec les autres Marocains, qui travaillent dans le domaine de l’art au sens large du terme et qui habitent généralement dans d’autres quartiers de la ville, est prioritaire. La plupart ne se perçoivent pas comme partie intégrante de la communauté étrangère à Marrakech. Comme le souligne un artiste : « J’ai très peu de contact ici avec les Européens, parce que je ne suis pas venu ici pour participer à la vie sociale des Européens ».

17Ces personnes souhaitent non seulement se créer un endroit agréable pour vivre, mais faire quelque chose pour l’art et les artistes sur place, car s’occuper simplement de soi-même ne suffit pas : « J’ai vu cette pièce et j’ai pensé que cela pourrait être un bon lieu, car il n’y a pas de lieu d’exposition pour les artistes locaux ». Ou comme un autre artiste raconte : « J’ai entendu la musique et j’ai commencé à travailler avec un groupe de musiciens d’ici [Essaouira], et je les ai fait tourner en Europe ».

18Chez certains artistes s’est progressivement éveillée la volonté de s’engager activement dans la vie culturelle publique à travers des fondations et des établissements : « Je voudrais offrir un endroit aux autres artistes où ils peuvent par exemple venir habiter, peindre ou lire à peu de frais ». Ils souhaitent assurer leur propre existence mais également marquer la mémoire urbaine par leur production artistique. Ces idées sont également reprises par de riches Marocains qui ouvrent des musées et des galeries dans la vieille ville et soutiennent ainsi le milieu artistique marocain. La fonction du milieu artistique dans la médina et ses répercussions sur son organisation sont considérables : le milieu artistique joue un rôle-clé pour l’épanouissement social de la communauté étrangère. Certaines maisons d’artistes font office de lieu de rencontre où l’on retrouve les productions des artistes, tableaux ou meubles, destinés à décorer les maisons des étrangers. En rénovant leur propre riad, les artistes-intellectuels contribuent au dynamisme culturel de la ville en développant la décoration intérieure, le design et la modification du mobilier « traditionnel ». C’est ainsi que s’est développé un style de décoration marrakchi, diffusé par de nombreuses revues de décoration (Wilbaux, 1999).

19Les artistes créatifs se disent ouverts et cosmopolites, toujours à la recherche de nouveaux défis pour sonder leurs propres capacités et pour fuir, temporairement ou définitivement, la vie stable en Europe : « Il me faut réaliser quelque chose, une partie de mon potentiel ».

20Beaucoup d’artistes intellectuels idéalisent la médina dans leur imaginaire. Ils se focalisent sur l’ambiance esthétique des villes et de leurs espaces culturels, ambiance qui se reflète dans des constructions métaphoriques et symboliques. Non seulement l’environnement mais aussi la société de la médina sont idéalisés. Une coexistence paisible de toutes les religions et de tous les styles de vie est le message idéalisé développé par les artistes intellectuels à Marrakech et Essaouira, qui s’impliquent dans le développement artistique de ces villes.

Marrakech et Essaouira : terrain d’action des promoteurs culturels

21Dans le sillage des artistes, des institutions culturelles – fondations, musées et galeries dirigés par des habitants étrangers – se sont progressivement installées dans les médinas de Marrakech et d’Essaouira. A titre d’exemple, on citera la galerie de l’Italienne Sandra Lippini, le musée Tiskwine du Néerlandais Bert Flint à Marrakech ou la galerie du peintre danois Frederick Damsgaard à Essaouira. Ces promoteurs culturels ne constituent qu’une infime partie des étrangers dans la médina, mais leur rôle peut être important. Ils font, en quelque sorte, office de collectionneurs de la culture marocaine matérielle et vivante, de centres de documentation d’artefacts, de musées temporaires, de sponsors du développement artistique marocain et de médiateurs entre les cultures marocaine et européenne. L’opportunité de leurs initiatives suscite, cependant, de nombreux commentaires. Les activités sont, certes, estimées comme passionnantes, mais elles sont également critiquées comme étant généralement dictées par des Européens, superficielles, touristiques et loin des réalités du quotidien marocain, comme l’exprime un Nouveau-Marrakchi : « Nous venons, colonisons de nouveau, imposons. Nous devons sauvegarder quelque chose que les Arabes, les Marocains, ne veulent pas du tout sauvegarder ». En outre – et cela constitue un autre point de débat – ces institutions sont en grande partie exploitées par des étrangers pour des étrangers : « Ici se retrouve l’élite financière qui n’a rien à faire ici, qui s’ennuie beaucoup. C’est la raison pour laquelle se créent des lieux pour vivre une vie plus mondaine à Marrakech. Je crois que ce n’est finalement qu’une soirée animation pour les jet-setteurs qui s’embêtent et qui se rencontrent à l’occasion d’un projet culturel. On se retrouve autour d’une coupe de champagne et on regarde les tableaux ou les tapis ».

22Malgré ces critiques, les entrepreneurs culturels européens élargissent leur rayon d’action de façon continue. Ils s’affairent surtout en tant que collectionneurs, gérants de musée, galeristes, designers et mécènes. Si les activités sont diverses, le lieu d’action commun est la médina : les maisons y servent souvent non seulement de musées, de galeries ou d’ateliers, mais aussi, dans certains cas, d’appartements.

23Pour illustrer les stratégies, les objectifs et les intérêts différents des entrepreneurs culturels européens, nous citerons ici trois exemples : le Dar Bellarj et l’Academia Arabesca à Marrakech et la galerie Damgaard à Essaouira.

24Le musée Dar Bellarj a été fondé en 1999 par la Suissesse Susanna Biedermann à travers la fondation culturelle qui porte son nom depuis son décès en 2008. La fondation réalise de nombreuses expositions thématiques (cf. « les odeurs et couleurs », « l’architecture marocaine », « la broderie » ou « les jardins »). Outre les expositions, la fondation organise également des manifestations comme des soirées dansantes ou des festivités à l’occasion de la fête d’Achoura. Comme le disait l’un de nos interlocuteurs : « La fête d’Achoura était un peu tombée dans l’oubli et une collègue a eu l’idée de la faire revivre. C’est une fête pour les enfants et les femmes. Autrefois, c’était la fête de la liberté des femmes pour une nuit. Nous avons organisé cela et il y avait au moins 400 à 500 personnes. Cela a eu un énorme succès. ». Par le biais de ses collaborateurs marocains, la fondation Biedermann essaie d’attirer un public marocain, en particulier les gens du voisinage, en proposant des activités à très bas prix : « Nous organisons par exemple des concerts et des soirées de contes, qui sont vraiment destinés aux gens du quartier, et ça se sait. ». Ainsi, petit à petit et dans l’environnement immédiat, la fondation essaie de produire une dynamique interculturelle autour du musée mêlant touristes étrangers et population locale.

25L’association Academia Arabesca a été fondée en 1992 par la Suédoise Gita Sellmann, directrice à Stockholm de l’association Intercultural Dance Research Archives (IDRA), un centre de documentation sur la danse traditionnelle. L’Academia Arabesca est une sorte de succursale de l’IDRA à Marrakech, dont l’objectif principal est de découvrir et faire découvrir aux Européens les traditions marocaines. L’association a ouvert deux résidences (le Riad Arabesca et le Dar Gita) pour y recevoir ses hôtes groupes d’étudiants, participants aux séminaires de danse, universitaires, artistes et aficionados de culture – et les initier à la culture marocaine. L’association veut être médiatrice entre les cultures et transmettre les aspects positifs de la société islamique : « Avec mon association je veux être un pont entre ces deux cultures. Avoir un palais luxueux juste pour moi, ça ne m’intéresse pas ». L’association informe ses invités sur la vie des Marocains dans la médina, organise, par exemple, des visites dans les hammams du quartier ou des dîners avec une famille marocaine, tout type d’activité supposées favoriser l’entente entre l’Orient et l’Occident. Seuls les membres de l’association peuvent dormir dans la maison de l’association : « Il faut être intéressé par cette culture. Sinon ça n’a aucun intérêt d’habiter ici. Nous allons ensemble au hammam, nous parlons beaucoup de la vie ici, ça veut dire que nous avons un étroit contact avec cette vie. Pas de grands cours magistraux, on peut faire ça en Suède ou en Allemagne. Mais un quart d’heure de préparation théorique et puis c’est parti ». La condition d’une affiliation, l’exigence culturelle et la sélection des invités distinguent le Riad Arabesca et le Dar Gita des autres maisons d’hôtes européennes de la médina.

  • 7 Un style souiri de peinture souvent appelé tribal ou gnaoua.

26Aujourd’hui, de nombreuses galeries exposent des artistes marocains dans la médina d’Essaouira. La toute première galerie a été fondée par le Danois F. Damsgaard en 1988. Ce galeriste arriva à Essaouira dans les années 60, dans le sillage du courant hippie. Inspiré par le charme de la cité et encouragé par le succès du premier artiste souiri, Boujemaâ Lakhdar, qui commençait sa carrière d’artiste, Damsgaard décida de quitter l’Europe pour le Maroc (Bauer, 2005, p. 64) et ouvrit une galerie exposant une quinzaine d’artistes marocains. Ses contacts en Europe ont permis une bonne commercialisation des artistes, qu’il représente jusqu’à aujourd’hui de façon exclusive : « Je prends les tableaux quand je les aime et je les garde aussi longtemps que je le peux. Et les peintres n’ont pas à se soucier du business ». Ce galeriste parvient à faire connaître sur la scène internationale des peintres marocains comme Mohamed Tabal, Abdelmalek Berhiss ou Fatima Ettalbi, même si la qualité de leurs œuvres ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté européenne d’Essaouira. Depuis est apparu, sur le base de l’ambiance passée des hippies et en rapport avec la musique des Gnaoua, « un Souiri style of painting often called Tribal or Gnaoua7 »(Ross et al., 2002, p. 45).

27Peu nombreux, les promoteurs culturels participent, tout comme les artistes, au rayonnement culturel, à la notoriété, voire à la mythification de Marrakech et d’Essaouira à l’étranger, car leurs activités sont médiatisées via des magazines ou des reportages. En ce sens, ils participent à l’essor du tourisme en apposant leur marque dans les milieux culturels de ces deux villes.

Marrakech et Essaouira : marchés pour entrepreneurs « motivés »

  • 8 Rares sont les nouveaux habitants étrangers dans la médina de Marrakech travaillant dans des sociét (...)

28Les entrepreneurs « motivés », installés dans les médinas et impliqués dans le marché du travail local, sont loin de former une catégorie homogène. Certains travaillent de façon temporaire, d’autres de façon permanente à Marrakech et à Essaouira. Mais leur activité entrepreneuriale façonne leur cadre de vie et celui de leurs clients, que ce soit en gérant une maison d’hôtes, en travaillant dans l’exportation d’artisanat, le marché de l’immobilier, le design intérieur, la gastronomie ou le tourisme8. Les maisons d’hôtes constituent le principal domaine d’activité de ces nouveaux entrepreneurs engagés dans le marché local.

  • 9 Selon les documents de la Délégation du Tourisme de Marrakech, il n’existait officiellement avant 1 (...)

29Le phénomène des maisons d’hôtes tenues par des étrangers dans les centres anciens s’est développé de façon fulgurante en quelques années. Selon des sources officielles, seules 14 maisons d’hôtes étaient en service en 1999 dans la médina de Marrakech, alors qu’aujourd’hui, on en compte plus de 7009, sans prendre en considération les maisons informelles non répertoriées. En principe, on peut différencier deux types de maison d’hôtes : les maisons qui servent aussi de résidence aux propriétaires et celles qui servent uniquement de maisons d’hôtes et dont les propriétaires habitent ailleurs (soit dans un autre riad de la vieille ville, soit dans une maison de la ville nouvelle ou en Europe). Au départ, les maisons d’hôtes se sont implantées de façon informelle et « spontanée » : des maisons particulières, d’abord louées occasionnellement à des amis et des proches, sont peu à peu louées de façon systématique et se transforment en maisons d’hôtes. A la suite de ces initiatives individuelles, ce sont aujourd’hui des sociétés de capitaux qui investissent de plus en plus dans les maisons d’hôtes. On note également le développement relativement récent de « club d’investissement » pour le financement de maisons d’hôtes : « Ce sont des gens qui veulent investir de l’argent. Nous atteignons un rendement entre 20 et 25 % par an et nous avons encore la garantie de l’immobilier, car nous sommes inscrits comme propriétaires chez le notaire. Nous sommes copropriétaires ». Dans la première moitié des années 2000, on constate également le développement de grands complexes hôteliers tenus par des étrangers au sein de la médina de Marrakech (cf. l’hôtel des Jardins de la Koutoubia dans le quartier Ksour et celui du Jardin de la médina dans le quartier Kasbah) et de celle d’Essaouira (cf. l’hôtel l’Heure Bleue qui s’apparente à un riad surdimensionné à proximité du Bain Marrakech).

30On dénombre environ 40 maisons d’hôtes gérées par des étrangers dans la médina d’Essaouira. Certains ont ainsi réalisé leur rêve, comme l’exprime un couple anglais : « Nous sommes venus il y a un an et quatre mois pour réaliser notre rêve, pour faire un petit hôtel ». Pour accomplir ce rêve, ils ne souhaitent pas se conformer à un aménagement fonctionnel, mais tiennent à développer leur propre style, soit par le décor et l’ameublement, soit en développant un contact personnel avec les hôtes : « Nous voulions mélanger le style méditerranéen avec le style de la côte atlantique. Nous ne voulions pas que ce soit trop marocain, parce qu’il y a déjà beaucoup de belles maisons, avec beaucoup d’argent, qui ont un style marocain. Il faut du temps, de l’espace et de l’argent pour que ce soit bien ». L’investissement personnel des gérants des maisons d’hôtes est remarquable et mobilise souvent la totalité de leur patrimoine. « J’ai donc vendu ma collection d’horloges… ». Arrivés comme touristes dans la ville portuaire avant de prendre la décision de s’y installer, ils espèrent réussir dans leur projet grâce à la beauté et au climat tempéré de la ville qui permet d’accueillir des touristes toute l’année.

31Cet investissement massif dans les maisons d’hôtes a soulevé, dès la fin des années 90, des critiques largement relayées par la presse marocaine soulignant l’absence d’une réglementation dans ce domaine et les problèmes de cohabitation entre étrangers et population locale (Rial, 2000 ; Tagornet, 2000). De nombreuses maisons d’hôtes, contournant une législation incomplète, ont été gérées de manière informelle et illégale : « Un grand nombre d’entre elles n’est pas enregistré. La plupart n’est pas enregistrée. Ils le font simplement ainsi. Ils rénovent les maisons – intitulées maisons privées – et les proposent ensuite à la location en Europe. Ils publient des annonces et louent la maison pour beaucoup d’argent. L’argent est viré en Europe. Et officiellement, ce ne sont que des invités privés qui arrivent ici ».

  • 10 La législation marocaine concernant le statut des aménagements touristiques été revue par le dahir (...)

32Beaucoup d’étrangers tiennent des maisons d’hôtes pour amortir l’achat de la maison, le coût des travaux de rénovation et d’aménagement intérieur et pour financer les frais d’exploitation et d’entretien. Souvent les propriétaires disent : « C’est la seule possibilité pour moi de vivre ici et de gagner un peu d’argent ». Comme le gouvernement ne contrôlait presque pas l’existence des maisons d’hôtes jusqu’au milieu des années 200010, de nombreux propriétaires ont décidé de louer illégalement leur maison (ou quelques chambres) sans payer d’impôts : « Je voulais d’abord laisser les choses prendre leur cours, avoir des revenus suffisants pour payer une partie des frais de construction. Pour cette raison, j’ai, jusqu’ici, maintenu la fiction que je ne tiens pas une maison d’hôtes. Et pendant longtemps, c’était relativement plausible. Comme la plupart de mes invités étaient des amis, des parents ou des amis de parents d’amis, je pouvais relativement bien maintenir cette illusion vis-à-vis de l’extérieur ».

33Tous les propriétaires de maisons d’hôtes visent le même type de clientèle, i.e. des personnes cherchant à se distinguer des touristes venant en voyage organisé dans les grandes chaînes hôtelières : « Il s’agit de personnes qui sont un peu à la recherche de l’inhabituel, qui ont entendu parler des riads. Parce que les riads sont un compromis entre un hôtel et les maisons traditionnelles. ». De ce fait, la plupart des gérants de maison d’hôtes se positionnent en tant que médiateurs culturels. Ils considèrent que la possibilité de vivre « à la marocaine » au cœur de la médina donne naissance à une image plus positive de l’Autre, aussi bien du côté des Marocains que du côté des touristes. « Je pense que les personnes qui vivent dans les riads et qui y passent leurs vacances quittent le pays avec une image plus positive du Maroc et des Marocains qu’un groupe de touristes d’une cinquantaine de personnes qui est hâtivement conduit d’une boutique à l’autre sans comprendre et voir quoi que ce soit ». Ce contact rapproché pousserait les visiteurs à rester plus longtemps ou à revenir à Marrakech.

34Parmi les autres activités professionnelles exercées par les étrangers vivant en médina, on relève l’exportation d’artisanat marocain vers l’Europe et les Etats-Unis. Les exportateurs achètent les marchandises aux grossistes marocains ou font produire les articles directement chez des artisans dans le souk ou à l’extérieur de Marrakech. Dans ce cas, les maisons d’habitation louées ou achetées par des exportateurs servent non seulement de domicile, mais également de dépôt et de bureau. Dans le domaine de la réhabilitation et en dehors des architectes employés par des entreprises immobilières, des décorateurs, des restaurateurs et des architectes d’intérieur aménagent les maisons des étrangers ou travaillent en collaboration avec des architectes étrangers connus. Dans le domaine de la restauration, si l’essentiel des entreprises de restauration dans la médina est sous direction marocaine, les Européens ont ouvert des restaurants de spécialités au cours des dernières années, se limitant à une offre « tendance » pour une clientèle aisée et le plus souvent étrangère.

35Les motivations des entrepreneurs étrangers pour venir s’implanter à Marrakech ou à Essaouira diffèrent selon la branche d’activité et l’importance de l’investissement personnel et financier. Parmi les motifs poussant à l’expatriation et à l’investissement dans une activité professionnelle au Maroc, on note le cumul d’échecs professionnels et la difficulté de monter des projets commerciaux dans le pays d’origine, le désir de fuir un quotidien stressant, le souhait de changer quelque chose ainsi que des problèmes personnels en Europe (comme par exemple un divorce). Les facteurs attractifs du Maroc sont principalement l’image des villes, les possibilités professionnelles et financières, la stabilité politique et économique, la francophonie, un coût de vie relativement faible, des liens personnels avec le pays par la naissance, l’enfance ou les vacances ainsi que la proximité géographique avec l’Europe et les conditions climatiques. Un Nouveau-Souiri français résume très clairement l’importance que revêt, pour les entrepreneurs, un rythme de vie sans contraintes temporelles fixes : « Ici il n’y a plus de temps. On regarde le soleil pour savoir l’heure. On n’est jamais stressé, jamais ». Tandis que beaucoup de propriétaires insistent sur la rentabilité financière des investissements immobiliers : « Marrakech va se développer de manière fantastique au cours des prochaines quinze années. C’est une bonne affaire… Et ici tu peux t’offrir du personnel qui nettoie et qui fait la cuisine pour toi ».

36Si les entrepreneurs se réjouissent de pouvoir rentabiliser leur investissement et profiter d’une main-d’œuvre bon marché et d’un niveau de vie plus aisé, cela ne va pas sans conflits relationnels et aprioris culturels (bien qu’il soit difficile de faire des généralisations et que l’on constate de grandes différences selon le type d’activité). Pour les professions qui emploient un personnel relativement nombreux (maisons d’hôtes, restauration et exportation d’artisanat), les rapports avec les employés sont souvent perçus comme problématiques : « Le grand problème que nous avons avec les Marocains, c’est qu’ils ne comprennent pas notre façon de penser européenne. Ils n’ont pas le même niveau de travail. Ceci est valable pour tout ce que nous leur demandons. C’est très difficile et cela exige beaucoup de patience. Nous contrôlons tout ! Nous devons rester à la maison parce que nous devons contrôler ce que les employés font. Et si nous ne les surveillons pas, nous avons des problèmes. Nous devons être extrêmement attentifs afin d’éviter des problèmes. ». Beaucoup développent ainsi une méfiance profonde et ne cultivent que des contacts superficiels avec les Marocains, bien que certains, comme les exportateurs en contact avec les artisans marocains, connaissent mieux les problèmes du monde du travail marocain (pauvreté, chômage, corruption, etc.) et ont donc une meilleure perception de la problématique interculturelle. Beaucoup réagissent de façon ambivalente à l’afflux croissant d’étrangers s’installant en médina, même si leur vie sociale se déroule le plus souvent au sein de la communauté étrangère. Si les contacts avec des personnes de même nationalité ou de même appartenance linguistique sont privilégiés, on note également des contacts entre entrepreneurs de différentes nationalités partageant des intérêts mais aussi des problèmes similaires, et qui s’échangent conseils et recommandations en cas de difficultés.

37Souvent venus s’installer au Maroc pour réaliser « leurs rêves » et tenter de concilier loisirs et profits, les entrepreneurs représentent la catégorie la plus impliquée économiquement. Malgré leur prétention ou leur intention d’agir comme passeurs culturels, on constate que les considérations pragmatiques dominent et peuvent freiner l’ouverture à « l’Autre ».

Marrakech et Essaouira : lieux de villégiature pour touristes fortunés

38De nombreux touristes venant du « Nord » font des médinas de Marrakech et d’Essaouira le lieu de leur résidence secondaire au soleil. Ces dernières décennies, de plus en plus d’étrangers très aisés, peu au fait de la culture marocaine et ne connaissant quasiment pas la langue arabe ni même la langue française, profitent de la possibilité de séjourner régulièrement pendant leurs vacances dans leur riad. Aux yeux de ces Européens, le Maroc ne se distingue pas d’autres pays méditerranéens. Les touristes fortunés veulent « jouir de la vie » pendant leur séjour dans la médina et renouveler ce plaisir régulièrement. Ces propriétaires de maison de villégiature à Marrakech et à Essaouira citent l’importance de la qualité de vie au Maroc, à l’instar des personnes appartenant aux profils précédents. Les discours qu’ils véhiculent sur la ville qu’ils habitent temporairement évoquent également les thèmes d’authenticité et de mystère urbain. Le niveau relativement bas des prix au Maroc joue aussi un rôle dans les motivations : non seulement les maisons mais également les salaires des employés sont à des prix abordables et avantageux. Souvent la décision d’acheter une résidence secondaire au Maroc a été influencée par un lien personnel avec le pays (par le biais de voyages antérieurs ou de séjours professionnels). L’enthousiasme et l’attachement pour le Maroc reviennent régulièrement dans les discussions : « L’amour pour Marrakech. Je vis ici parce que j’aime le Maroc. Je suis amoureux de Marrakech depuis plus de 30 ans. J’avais alors 17 ans et je me suis dit que quand je serais grand, j’y achèterais une maison. Et je me suis acheté une maison à Marrakech. C’est mon rêve, ce n’est pas une affaire, c’est un rêve ».

39La durée de séjour à Marrakech varie de quelques semaines à plusieurs mois par an, la moyenne étant de trois mois répartis sur plusieurs séjours dans l’année. Un va-et-vient continu caractérise le cycle du séjour de ces étrangers, même si quelques-uns envisagent dans l’avenir de s’installer durablement à Marrakech. « Nous venons en vacances ici cinq fois par an. Nous ne vivons pas à Marrakech – pas encore, peut-être un jour. Nous y venons une semaine, parfois dix jours, parfois trois jours ».

40Tous les « touristes fortunés » propriétaires apportent un grand soin à l’aménagement de leur riad, car l’habitat représente une dimension spécifique de leur épanouissement personnel. Dans bien des cas, le travail en Europe les accapare tellement qu’ils n’y ont pratiquement pas de temps libre. Au Maroc, ils trouvent la détente nécessaire et la liberté de vivre comme ils le souhaitent. « Nous ne recherchons en fait que la détente. Nous avons une profession stressante et une vie agitée en Allemagne ». Ils découvrent peu à peu la médina et renoncent la plupart du temps à des excursions aux alentours. « Nous restons ici, intra-muros. À la maison, toute la journée. Nous sommes contents ». Pour ces Européens stressés, toutes les qualités esthétiques du paysage urbain sont importantes, indépendamment du fait qu’ils en profitent ou non. Le contraste des cultures les fascine également, contraste servant visiblement comme contrepoint à leur monde du travail. « 3½ heures de vol et on est dans une autre culture. On a d’autres odeurs, un autre bruit, une autre mentalité. C’est ce qui nous fascine en fin de compte ». Toutefois, la rencontre de « l’autre », de « l’inconnu » a ses limites. La sécurité et les libertés personnelles doivent être garanties – comme c’est le cas à Marrakech et Essaouira : « C’est très libre et très sûr ». Non seulement la société mais aussi l’islam sont décrits et perçus comme libéraux : « Le Maroc est un pays libéral, l’islam y est libéral ». La seule crainte qui tourmente ces touristes dans la médina est la présence d’un nombre croissant d’Européens : « La seule chose qui m’inquiète est le nombre croissant des hôtels. Je pense qu’on risque d’arriver à un point où il n’y aura plus que des touristes. Cela ruinera le lieu ».

41Pour nombre de ces touristes-résidents, l’architecture de la maison marocaine traditionnelle est fascinante, car elle offre un cadre propice au repos et à la détente mais aussi à l’organisation de soirées. La plupart de ces touristes emploient deux, au maximum quatre personnes, qui s’occupent de l’intendance (course, ménage, repas, etc.) et engagent parfois un gardien – surtout pour la nuit et pendant leur absence. Les touristes fortunés semblent avoir beaucoup moins de problèmes avec le personnel de service que les autres personnes interrogées, car leurs attentes sont peu élevées et qu’ils sont en général plus détendus. Les contacts avec la population marocaine ne dépassent que très rarement les conversations entre voisins et les échanges de petits services, même si les Marocains sont décrits comme étant très aimables. Cette réserve vaut souvent pour toutes les couches sociales : « On doit bien garder ses distances. Qu’ils soient riches ou pauvres – ils sont toujours guidés par un certain intérêt. Ce sont des Marocains ».

42De ce fait, la vie sociale de ce groupe se déroule essentiellement au sein de la communauté des étrangers et tourne principalement autours des activités du soir. « Je vois mes amis régulièrement, pratiquement tous les soirs. Il y a toujours des fêtes, du moins on se voit tous les soirs, on se rencontre, on boit un verre ensemble, on va au cinéma, on discute, on mange ensemble ». Pour certains, cette vie sociale intense peut devenir pesante. « Normalement, quand on vient ici, on est invité tous les soirs. C’est bien pire qu’en Europe. Et puis, on doit un jour rendre l’invitation, vingt, trente personnes à la fois. Alors on a arrêté. Non, sinon ce ne sont plus des vacances ».

43On constate chez ces vacanciers arrivés récemment pour de courts séjours une très faible intégration dans la vie de la médina et une conscience très rudimentaire des questions interculturelles. Les activités quotidiennes se résument aux rencontres entre étrangers et aux excursions, avant tout dans le sud du pays et sur la côte d’Essaouira. Comme les touristes ne séjournent que peu de temps au Maroc et qu’ils peuvent dès leur retour profiter de l’offre de leur pays, ils ne s’intéressent pas à l’offre culturelle locale. Ils ne vont que rarement au restaurant puisque la meilleure cuisine marocaine est préparée par le personnel de maison. « Nous n’allons pas souvent au restaurant parce que nous nous invitons réciproquement le soir. Et pas du tout dans les restaurants de cuisine marocaine parce qu’alors nous préférons manger à la maison. C’est beaucoup plus traditionnel et vraiment marocain. Et les restaurants européens ne m’intéressent pas tellement. Je suis au Maroc et c’est pourquoi je mange marocain ».

44Marrakech et Essaouira sont, pour les vacanciers propriétaires fortunés, essentiellement un lieu de villégiature exotique et financièrement avantageux où ils peuvent se reposer dans un cadre « paradisiaque », sans chercher à s’intégrer dans la société locale.

Marrakech et Essaouira : lieux de retraite pour retraités « en forme »

  • 11 Les migrations vers les côtes et les îles de la Méditerranée et vers les îles Canaries de retraités (...)
  • 12 Il faut cependant noter que presqu’aucun retraité ne passe l’ensemble de l’année à Marrakech. Presq (...)

45A l’instar de ce qui a pu être observé dans d’autres pays de la Méditerranée11, de nombreux retraités européens, qui ont noué des relations d’ordre privé ou professionnel avec le Maroc au cours de leur vie, font volontiers le saut de l’autre côté de la Méditerranée. Cette catégorie regroupe surtout des citoyens français, qui se sentent chez eux dans l’ancien Protectorat non seulement grâce à leur connaissance de la langue, mais également du fait d’un rythme des journées assez proche de celui de la France. Les retraités s’installent de manière temporaire ou permanente au Maroc avec une durée moyenne de six à sept mois dans l’année12.

46Les Européens retraités considèrent s’être établis durablement à Marrakech et à Essaouira. Ils connaissent bien le Maroc où ils se rendaient souvent autrefois : « Nous avons passé beaucoup d’années à vivre ici. Nous sommes sortis, retournés, sortis, retournés entre l’Europe et le Maroc avec l’idée fixe de se dire "un jour le Maroc va devenir la dernière étape de ma vie". Et cela s’est réalisé. Je me suis installé au Maroc il y a dix ans. ».

47Comme pour les autres profils, on retrouve une multiplicité de facteurs attractifs. Les personnes âgées se sentent mieux acceptées au Maroc que dans leur pays d’origine car elles bénéficient en principe d’un plus grand respect social : « Les vieux ont un autre statut au Maroc. Il y a plus de respect et c’est très bien ainsi ». Les « relations chaleureuses et hospitalières » de la société marocaine sont louées par la plupart des nouveaux habitants, comme le décrit un propriétaire allemand de riad : « Où trouvez-vous des relations dans la vie qui sont si humaines, parfois aussi un peu agressives, mais qui vous intègrent de manière si forte à la vie ? En Europe, les personnes âgées ont malheureusement le problème que les contacts diminuent, qu’ils se sentent de plus en plus seuls. Ici à Marrakech on ne peut pas souffrir de solitude ! ». L’amabilité des Marocains et les petits gestes interpersonnels contribuent à la joie de vivre des étrangers âgés : « Les retraités ici sont très gentils, ils sourient beaucoup et sont de bonne humeur. En Allemagne, quand vous êtes une personne âgée assise dans un café et que vous souriez, les gens pensent : "La vieille déraille". ». Les conditions climatiques et surtout les aspects financiers sont également des facteurs attractifs importants. On peut vivre très correctement au Maroc d’une retraite ou d’une épargne française ou allemande. Un autre atout est la proximité de l’Europe qui permet d’y retourner facilement pour se faire soigner (un facteur important étant donné l’augmentation des besoins en soins médicaux avec l’âge) car peu de retraités ont confiance dans les équipements médicaux du Maroc. Pour les retraités « en pleine forme », le choix de la localisation est souvent guidé par la proximité de points de départ possible pour des excursions touristiques. L’architecture des maisons séduit ceux qui sont à la recherche de calme : « Ici, j’ai un jardin sans devoir m’en occuper. C’est agréable. C’est tranquille, c’est silencieux, c’est paisible ».

48La possibilité d’employer facilement du personnel de service est perçu comme un des grands avantages du Maroc : « En Allemagne, d’abord vous ne trouvez absolument personne, et en plus, vous ne pouvez pas payer les salaires ». Et tous les retraités que nous avons questionnés emploient au moins une personne (souvent deux ou même trois) pour s’occuper de l’intendance et de tous les besoins : « Mon gardien fait les courses, fait les comptes, prépare le repas, nettoie et fait appel aux artisans quand il y a un problème. Je ne m’occupe de rien ». Si les femmes retraitées emploient surtout un personnel féminin, les hommes embauchent presque exclusivement un personnel masculin, dont ils font parfois les co-propriétaires de la maison ou bien dont ils assurent les ressources financières dans le cas où eux-mêmes décèdent. Un retraité explique : « Je lui ai transmis la moitié de la maison si quelque chose m’arrivait. Je vieillis. Si quelque chose m’arrive, il reçoit l’autre moitié de la maison. En fin de compte, la maison appartiendra à Ahmed. C’est pour tout ce qu’il a fait pour moi ici ».

49Sur le plan des relations sociales, on constate que le contact des retraités avec les Marocains se fait principalement par le biais des employés de maison marocains qui jouent un rôle majeur dans les relations que les retraités entretiennent avec la culture marocaine. Bien que les relations interpersonnelles quotidiennes soient souvent évoquées comme motif de l’installation, les contacts avec la population marocaine restent la plupart du temps superficiels et distancés. Les retraités communiquent avec leurs voisins marocains mais tiennent à garder une certaine distance pour ne pas être dérangés et préfèrent rester anonymes et discrets : « Ce que j’aime beaucoup ici au Maroc, c’est que les gens ne sont pas curieux. Depuis toutes ces années où je viens ici, personne ne m’a encore demandé une fois d’où je viens ». Quant à l’intégration au sein de la communauté européenne, elle varie selon que la priorité soit donnée à une vie mondaine ou à une vie bien tranquille. Pour beaucoup, elle reste minimale.

50Les activités quotidiennes s’égrènent très différemment pour les retraités selon leur forme physique et leurs centres d’intérêt. Toutefois, c’est entre les quatre murs de son chez-soi que l’on passe une grande partie de la journée : on profite de la tranquillité de la maison et du jardin, on lit un livre et on écoute de la musique. Le soir, on dîne avec des amis. Ceux qui habitent à Marrakech entreprennent occasionnellement des excursions dans la vallée de l’Ourika ou à Essaouira. Les habitants d’Essaouira apprécient eux aussi les incursions dans l’arrière-pays.

51Les Européens retraités, à la recherche du calme, sont donc installés dans un lieu qui leur semble « idéal », tant par la qualité des rapports humains et du respect qu’on leur témoigne que par les prestations de service disponibles sur place et la proximité de l’Europe.

Marrakech : lieux de vie de couples interculturels

52La médina de Marrakech fait office de nouvelle patrie pour des Européennes et des Européens marié(e)s à des Marocains ou des Marocaines qui, soit juste après leur mariage au Maroc soit après de longues années passées en Europe, en font leur lieu de vie. Ces immigrant(e)s d’Europe se considèrent eux-mêmes comme des conjoints interculturels, i.e. des personnes à la frontière ou à l’intersection de deux cultures. Ces couples composés principalement de femmes européennes et d’hommes marocains se sont presque tous rencontrés en Europe. La motivation décisive pour une installation définitive au Maroc est liée au fait que le partenaire marocain en est originaire.

53Les épouses européennes souhaitent mieux connaître le pays de leur partenaire aux côtés de ce dernier et de leurs enfants communs – il s’agit d’en approfondir la connaissance au-delà de courts séjours de vacances. Les hommes européens donnent l’impression qu’ils ont d’abord décidé de s’installer au Maroc et qu’ensuite ils y ont choisi une femme. Tous les conjoints interculturels rencontrés travaillent à Marrakech ou Essaouira (qu’il s’agisse d’un emploi principal ou d’une occupation secondaire) ou ont le projet de monter leur propre entreprise. Comme pour la majorité des autres Nouveaux-Marrakchis et Souris, la localisation et le climat jouent un rôle supplémentaire pour réaliser « le rêve d’une vie au soleil ».

54Les maisons achetées dans la médina sont le plus souvent utilisées comme maison d’hôtes. Plusieurs couples gèrent un hôtel et/ou un restaurant dans la médina. Lorsque les maisons sont entièrement vouées à l’hôtellerie, les familles déménagent en général dans les nouveaux quartiers. La plupart du temps, les maisons des médinas sont achetées par l’intermédiaire du/de la conjoint(e) marocain(e) qui peut obtenir un meilleur prix autant en ce qui concerne l’achat que la rénovation : « J’ai naturellement l’avantage que mon mari est Marocain. Ce qui aide beaucoup. C’est plus facile pour nous que pour les couples purement européens ». Les couples interculturels emploient pour l’entretien de la maison au maximum un employé, et souvent ils s’occupent du ménage sans aide extérieure. Du seul fait de l’union avec un conjoint marocain – qui habituellement fait partie d’une famille marocaine nombreuse – les contacts avec la population marocaine sont plus intensifs que chez les autres étrangers. Et même en dehors de la famille, la distance avec les autochtones n’est pas si importante, même si les amitiés intenses ne sont pas obligatoirement la règle. Les contacts de voisinage sont plus fortement marqués que dans les autres catégories que nous avons déjà présentées. Beaucoup ont des amis marocains et énoncent leur choix de vivre à Marrakech dans des termes radicaux : « C’est ici que je veux vivre et c’est ici que je veux être enterré ».

55Au sein de la communauté étrangère, seules les gérantes d’un hôtel et d’un restaurant disposent, via leur métier, de contacts nombreux avec les étrangers. Le plus souvent, le cercle de connaissances est restreint, et peu de personnes sont désignées comme des amis : « On connaît certes des gens et partiellement aussi des Allemands qui vivent ici, mais je n’ai pas de relations amicales au sens propre ». Souvent, le nombre des amis se réduit à un ou deux étrangers qui vivent en couple mixte à Marrakech. La constitution d’amitiés solides se heurte à la brièveté des séjours de nombreux étrangers à Marrakech et Essaouira : « C’est toujours le même problème : on trouve quelqu’un avec qui on s’entend bien et ce qui se passe la plupart du temps, c’est que les gens ne restent pas. Ils sont employés par une entreprise et ils restent là deux, trois ans et puis après, ils s’en vont. Alors on n’investit pas autant dans la relation ». Cet interlocuteur souligne également l’instabilité de nombreux couples mixtes : « Ce n’est pas facile, parce qu’il y a beaucoup d’Européennes qui s’en vont. Souvent le couple ne tient pas très longtemps. Il n’y a que très peu de cas où cela dure, il faut le dire. Cela se révèle la plupart du temps plus difficile que ce que l’on pense ».

56La plupart des couples interculturels ont des enfants, et la vie de famille joue un rôle central dans le quotidien. La plupart des conjoints européens ont fait le choix, qu’ils considèrent définitif, de se construire une vie dans la société marocaine. Rares sont ceux qui participent au rythme de vie des Nouveaux-Marrakchis européens fortunés (soirées plus ou moins mondaines, manifestations culturelles, etc.). Les contacts avec les étrangers se limitent alors aux touristes que l’on accueille le cas échéant dans la maison d’hôtes. Cette forte intégration dans la communauté marocaine soulève des interrogations concernant leur appartenance identitaire : dans quelle mesure ces épouses sont-elles encore des membres de la communauté étrangère du point de vue de leur mode de vie ?

Conclusion

57Par les transformations effectuées dans leur propriété immobilière, les étrangers des médinas de Marrakech et d’Essaouira, quel que soit leur profil, contribuent à remodeler l’environnement urbain historique et l’espace domestique selon leurs propres représentations. Ils ont en général recours à un aménagement intérieur européen au niveau technique et oriental – ou tout au moins l’idée qu’ils s’en font – au niveau esthétique. La majeure partie des étrangers résident de manière temporaire et discontinue dans la médina, même si les durées de résidence varient beaucoup. La flexibilité du transport aérien rend possible les allers-retours fréquents entre le pays d’accueil et le pays d’origine. Même s’ils ne font pas tous partie de la jet-set, tous utilisent l’avion comme mode de transport quasi exclusif, et les tarifs à bas coût sont un des facteurs-clés de cette mobilité. Leur présence intermittente sur le territoire marocain permet aux propriétaires de ne pas se sentir liés aux normes locales, sociales et culturelles du Maroc, ni d’être complètement dépendants des normes de leur pays d’origine. Ils vivent dans un espace intermédiaire, un espace « entre les cultures ». Ce choix pluri-résidentiel est présidé par le souci d’ajuster leur mode de vie à une sorte d’idéal sans contrainte et également à des considérations pragmatiques. La sécurité financière et médicale des nouveaux habitants est le plus souvent garantie par le pays d’origine. Ce qui semble importer est que le mode de vie se nourrisse le plus possible de la valeur ajoutée de chaque espace et qu’il soit au mieux dégagé des désagréments de chacun des lieux (Arnold, 2010 ; Han, 2006 ; Pries, 1997).

58Dans ce contexte partagé par la plupart des nouveaux migrants installés en médina (et plus largement au Maroc), nous avons pu identifier sept archétypes sociaux. Les ressemblances considérables entre les communautés étrangères des deux villes au niveau des différents profils sont, entre autres, dues à un développement historique semblable et au rôle commun des précurseurs hippies. Les jet-setters et les conjoints interculturels ne sont présents qu’à Marrakech. Les jet-setters furent parmi les premiers Occidentaux à investir en nombre la ville de Marrakech pour satisfaire leurs désirs de loisirs dès le milieu du XXe siècle. Ils firent office, dans le déroulement ultérieur du développement urbain, d’idoles et de personnes de référence pour les pionniers et les gentrifieurs qui suivirent. Après s’être d’abord installés dans la palmeraie de Marrakech, ils ont ensuite marqué la médina par leurs investissements. Cependant, la plupart n’y résident qu’occasionnellement car ils possèdent de nombreux autres domiciles de par le monde. Derrière les murs de leurs luxueuses maisons, ils peuvent laisser libre cours à leurs désirs, leurs penchants ou tout aussi bien aspirer à la tranquillité et au repos. Les artistes intellectuels à Marrakech et Essaouira doivent aussi être comptés parmi le groupe des pionniers. Les artistes « franchisseurs de frontières » ne veulent pas seulement se réaliser eux-mêmes dans un environnement climatique et social confortables, mais ils aspirent aussi à vivre dans un lieu et un réseau social qu’ils contribuent à façonner à leur mesure. Malgré leur nombre relativement modeste, les promoteurs culturels jouent, au sein de la communauté étrangère, un rôle fondamental dans les deux villes. Ils agissent comme de véritables « amplificateurs de culture » au niveau local et de « transmetteurs de culture » à l’étranger. C’est pourquoi les attitudes d’ouverture et le mode de vie transnational des artistes intellectuels, des jet-setters et des promoteurs culturels nous font penser qu’il n’est pas abusif de les qualifier de « cosmopolites » (Escher et Petermann, 2010). Les entrepreneurs motivés, les touristes fortunés et les retraités en forme seraient, a contrario, qualifiés de gentrificateurs. En répondant à des intérêts différents, ils contribuent à la mise en valeur du tissu urbain dans plusieurs quartiers des médinas de Marrakech et d’Essaouira. Les entrepreneurs avancent comme motivation principale de leur implantation à Marrakech la recherche du profit (qu’il s’agisse de maisons d’hôtes, de restaurants ou de commerces d’artisanat). Les touristes envisagent leur maison de vacances comme un petit paradis, un oasis, dans les vieilles villes. A cette idée d’Éden correspond une quête, celle d’être choyé, impliquant la présence, peu envisageable en Europe, d’un personnel de maison. Cela leur permet de réaliser leur envie d’échapper à la grisaille du quotidien en Occident. Ils s’offrent un dépaysement avec le confort de l’installation sans les inconvénients de l’inconfort du voyage itinérant. Les retraités, quant à eux, passent presque l’année entière dans leur maison. Ils disent prendre du plaisir au respect qu’on leur dévoue, à l’hospitalité et à la chaleur humaine, tout comme ils se réjouissent d’avoir trouvé le lieu où passer leur retraite. Enfin, les conjoints interculturels de Marrakech se sentent plus liés à la communauté marocaine de la ville, ils tendent à privilégier les rapports avec les autochtones et développent peu de liens avec la communauté étrangère.

59Le résultat de ce processus est que les vieilles villes de Marrakech et d’Essaouira sont fortement marquées depuis les années 2000 par l’installation de ces étrangers qui ont participé à la mise en valeur du bâti urbain et ont contribué, pour le meilleur et pour le pire, à la renaissance et à la transformation de l’habitat dans les médinas. Par sa rapidité et son ampleur, ce processus ne va pas sans soulever de nombreuses critiques, tant de la part de la population locale que de la part des membres de la communauté étrangère installés depuis longtemps.

Bibliographie

Arnold G., 2010. « Europäische Transmigranten in Marrakech: Die Entstehung multi- und translokaler Zuhause durch Pluralisierung von Identitäten und kultureller Hybridisierung ». Mémoire de recherche non publié, Université de Mayence.

Bauer S., 2005. « Essaouira – Mogador. Lifestyle und Konsumgüter in einer postmodernen Medina ». Mémoire de recherche non publié, Université de Mayence.

Bauer S., Escher A. et Knieper S., 2006. « Essaouira, “the wind city” as a “cultural product” ». Erdkunde, n° 60 /1, p. 25-40.

Breuer T., 2004. « Successful Aging auf den Kanarischen Inseln? Versuch einer Typologie von Alterns-Strategien deutscher Altersmigranten ». Europa Regional, n° 12 /4, p. 122-131.

Bulletin Officiel, 2002, Dahir no 1-02-176 du 1er rabil II 1423 (13 juin 2002) portant promulgation de la loi no 61-00 portant statut des établissements touristiques, Rabat : 816-828.

Clos B., 2001. « "Kunstszene" in der Medina von Marrakech. Kulturelle Aktivitäten als Ausdruck von (Neo-)Orientalismus ? ». Mémoire de recherche non publié, Université de Mainz.

Escher A. et Petermann S., 2000. « Neo-colonialism or Gentrification in the Medina of Marrakesh », ISIM Newsletter, n° 5, p. 34.

Escher A., Petermann S. et Clos B., 2001. « Le bradage de la médina de Marrakech ? », in M. Berriane et A. Kagermeier (dir.), Le Maroc à la veille du troisième millénaire. Défis, chances et risques d’un développement durable, Actes du 6e colloque Maroc-allemand de Paderborn 2000. Rabat, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, p. 217-232.

Escher A. et Petermann S., 2009. Tausendundein Fremder im Paradies? Ausländer in der Medina von Marrakech. Wiesbaden, Ergon.

Escher A. et Petermann S., 2010. « Marrakech: Gentrification und Cosmopolitism », in J. Gertel et I. Breuer (dir.), Alltags-Mobilitäten. Aufbruch marokkanischer Lebenswelten. Bielefeld.

Fichte H., 2006. Der Platz der Gehenkten. Frankfurt am Main, Fischer-Taschenbuch-Verlag.

Han P., 2006. Theorien zur internationalen Migration: ausgewählte interdisziplinäre Migrationstheorien und deren zentralen Aussagen. Stuttgart, Lucius & Lucius.

Hilaoui M. et Safaa L., 2003. « Les Maisons d’hôtes de la Médina de Marrakech, un nouveau produit touristique ». Mémoire de fin de formation, Institut Spécialisé de Technologie Hôtelière et Touristique de Marrakech, Marrakech.

Janoschka M., 2009. Europäische Identitäten in räumlich-politischen Konflikten. Stuttgart, Steiner-Verlag.

Klee P., 1982. « Studienreise nach Tunesien », in E.-G. Güse (dir.), Die Tunisreise. Stuttgart, Hatje, p. 34-55.

Matthieussent B., 1985. « Jet Set », in B. Matthieussent (dir.), Marrakech. Derrières les portes. Paris, Autrement, (Série Monde 11), p. 227-231.

Petermann S., 2001. « Ausländer in der Medina von Marrakech. Gentrification oder Neokolonialismus ? ». Mémoire de recherche non publié, Université de Mainz.

Pries L., 1997. Transnationale Migration. (Soziale Welt 12), Baden-Baden, Nomos.

Rial M., 2000. « La guerre des riads aura-t-elle lieu ? ». THR-Magazine, n° 6, p. 30-31.

Ross E. S. et al., 2002. Assessing Tourism in Essaouira. Ifrane, Al Akhawayn University Press.

Schmitt A., 2009. Neu-Marrakchi (correspondance par courrier électronique non publiée).

Tagornet J. P., 2000. « Le virus des riads. Maison d’Hôtes ». Le Journal, n° 144, p. 38.

Wilbaux Q., 1999. Marrakech. Le secret des maison-jardins. Paris, ACR Edition.

Notes

1 Ce texte se fonde en grande partie sur la monographie de Escher et Petermann (2009) ainsi que partiellement sur les mémoires universitaires de Bauer (2005), Clos (2001) et Petermann (2001).

2 Concernant l’expression « Nouveau-Marrakchi », Schmitt (2009) explique : « "Nouveau-Marrakchi" signifie la plupart du temps "nouvel-arrivant". Cependant, dans le dialecte local‚ "Marrakchi" signifie "non-touriste", mais également "non-autochtone", et c’est le terme bahjawi qui sera utilisé pour évoquer un "Marrakchi de souche" ».

3 Tous les passages en italique sont des citations d’entretiens avec des propriétaires étrangers dans les vieilles villes de Marrakech et d’Essaouira (entretiens menés en français, en anglais ou en allemand).

4 Pendant les enquêtes effectuées, environ 150 personnes ont été interrogées à Marrakech et 115 à Essaouira. A Marrakech, la moitié des interrogés vient de France (50 %), 12 % d’Allemagne, 7 % d’Angleterre et respectivement 6 % de Belgique et d’Italie. A Essaouira, la répartition se présente comme suit : 40 % sont Français, 23 % Allemands, 9 % Italiens, 7 % Anglais et 6 % Belges.

5 A Essaouira, ce profil n’est pas considéré parce qu’il n’existe que très rarement (moins d’un pour cent d’étrangers).

6 De nombreux anciens voyageurs en Orient sont cités comme modèle par beaucoup d’artistes d’aujourd’hui. Mais un artiste est emblématique et constamment cité : le peintre Paul Klee. Celui-ci écrivit, dans son journal, le 16 avril 1914 durant la semaine de Pâques à Tunis : « La couleur m’a. Je n’ai pas besoin de chercher à la rattraper. Elle m’a pour toujours, je le sais. C’est le sens de l’heure heureuse : moi et la couleur nous sommes unis. Je suis peintre. » (Klee, 1982, p. 49).

7 Un style souiri de peinture souvent appelé tribal ou gnaoua.

8 Rares sont les nouveaux habitants étrangers dans la médina de Marrakech travaillant dans des sociétés internationales de tourisme ou dans des hôtels.

9 Selon les documents de la Délégation du Tourisme de Marrakech, il n’existait officiellement avant 1996 que deux maisons d’hôtes dans la médina. Ensuite deux nouvelles maisons d’hôtes furent créées en 1996, trois en 1997, six en 1998, vingt-cinq en 1999, quarante-cinq en 2000, quarante-sept en 2001 et trente-six en 2002 (Hilaoui et Safaa 2003 : 10). L’Association des maisons d’hôtes de Marrakech et du Sud fut fondée en 2001 et rédigea en 2002 une Charte de qualité et des services valable pour tous les membres.

10 La législation marocaine concernant le statut des aménagements touristiques été revue par le dahir du 13 juin 2002 (dahir n° 1-02-176 ; loi n° 61-00). Selon la réglementation légale, une maison d’hôtes est définie comme suit : « La maison d’hôtes est un établissement édifié sous forme d’une ancienne demeure, d’un riad, d’un palais, d’une kasbah ou d’une villa et situé soit en médina, soit sur des itinéraires touristiques ou dans des sites de haute valeur touristique. La maison d’hôtes offre en location des chambres et/ou suites équipées. Elle peut également offrir des prestations de restauration et des services d’animation et de distraction. » (Bulletin officiel, 2002).

11 Les migrations vers les côtes et les îles de la Méditerranée et vers les îles Canaries de retraités issus des pays industriels – et plus particulièrement de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne – ont été décrites et analysées, entre autres, par Breuer (2004) et Janoschka (2009).

12 Il faut cependant noter que presqu’aucun retraité ne passe l’ensemble de l’année à Marrakech. Presque tous évitent les mois les plus chauds et se rendent soit dans d’autres régions du Maroc soit à l’étranger. Dans le cadre de cet article, ceux qui séjournent environ neuf à dix mois de l’année dans la ville sont ici comptés comme des habitants permanents.

Auteurs

Anton Escher est professeur de géographie culturelle et directeur du Centre d’études interculturelles (ZIS, Zentrums für Interkulturelle Studien) de l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Ses centres d’intérêts scientifiques sont les vieilles villes arabes, la diaspora arabe et les interactions entre les médias et le monde quotidien. Avec Sandra Petermann, il a publié en 2009 l’étude Tausendundein Fremder im Paradies ? Ausländer in Marrakech (Mille et un exilés au paradis ? Les étrangers à Marrakech).

Sandra Petermann est maître de conférences en géographie à l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Depuis 1999, elle travaille sur la transformation des médinas au Maroc, en collaboration avec Anton Escher. Elle a écrit sa thèse de doctorat sur les rites et les lieux de mémoire de la Bataille de Verdun et du Débarquement Allié en Normandie (2007). Actuellement, elle dirige un projet de recherche sur les mouvements contestataires et les identités régionales en Allemagne. Ses domaines de recherche sont principalement la géographie urbaine et sociale.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable