Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

5. La médina de Marrakech dans le contexte de sa gentrification : un jeu virtuel et paradoxal 

Ingrid Ernst

Texte intégral

Introduction 

1Ce texte, qui vise davantage à élaborer des hypothèses et à poser des questions qu’à asséner des thèses ou à donner des réponses, est écrit à partir d’une triple expérience :
– des études comparatives euro-méditerranéennes, fondées sur une méthodologie systémique, mettant en exergue l’importance du culturel et des structures historiques (Ernst, 2008 et 2009) ;
– dix ans de vie à temps partiel en médina de Marrakech, qui ont donné lieu à une forme d’observation participante (voir témoignage) ;
– des publications stratégiques et de recherche sur les problématiques urbaines à Marrakech (Ernst, 2003, 2005 et 2006), dont notamment le document de diagnostic et de synthèse du plan d’aménagement de la médina de Marrakech, dont l’auteur a été le chef de projet (Ernst et al., 2001).

  • 1 Même si elle n’a pas donné lieu à rémunération, contrairement à ce qui avait été contractuellement (...)
  • 2 Dans le cadre de démarches d’organisation de stages pour les étudiants du DESS d’Urbanisme de l’uni (...)
  • 3 En effet, comportant de nombreuses études de cas problématiques ou exemplaires et de démarches inte (...)

2Cette expérience enrichissante1, fondatrice à maints égards des questionnements que nous allons aborder, mérite à ce titre quelques précisions. En effet, le contact avec le contractant du plan d’aménagement de Marrakech-Médina, un cabinet d’architecture local, s’était établi de façon fortuite2, à un moment où, après la publication d’un rapport préliminaire, l’équipe embauchée n’avait plus de production depuis de longs mois et que le contrat était sur le point d’être rompu par l’administration commanditaire. Par ailleurs, la démarche du rapport avait été engagée dans une logique d’accumulation foisonnante de documents et de données rassemblés dans un but d’exhaustivité, sans prévision de leur usage et sans identification des priorités. L’information disponible révélait des lacunes abyssales à l’égard de la compréhension des processus à l’œuvre, et les problèmes de méthode mettaient en évidence l’absence de stratégie territoriale, tant comme objectif de ce plan que dans le questionnement – dépourvu de visée prospective – procédant à l’élaboration du rapport. Le nouveau document de diagnostic et de synthèse (Ernst et al., 2001), produit en l’espace de cinq mois, correspondait aux attentes de l’administration en ce qui concerne l’étude sectorielle de tous les domaines de l’aménagement, tout en présentant une certaine originalité3. Si le contenu stratégique de ce document a été et est toujours très apprécié par l’administration locale, il est resté pour le moment lettre morte. Le contractant a considéré que l’élaboration du zonage n’avait pas à se fonder sur ce diagnostic et relevait exclusivement de sa compétence d’architecte, et le plan soumis à enquête publique n’a jamais été suivi d’approbation.

  • 4 Le « nomade fonctionnel » est non seulement un étranger – l’aménagement au Maroc en a toujours beau (...)

3A partir des recherches menées depuis, nous considérons aujourd’hui que c’est la coïncidence fortuite du risque de la rupture du marché et de la présence d’un « nomade fonctionnel4 »qualifié pour mettre en œuvre sa deuxième phase qui a permis l’élaboration d’un document stratégique. Par ce contexte spécifique, il s’agissait nécessairement d’une démarche isolée. En effet, encore aujourd’hui au Maroc, l’action publique sur le territoire continue à se passer le plus souvent d’analyses et de démarches socio-économiques, culturelles, participatives, prospectives et stratégiques, ainsi que des professionnels compétents en la matière, alors que les crises politiques, économiques et spatiales locales questionnent de plus en plus les responsables.

  • 5 « Il serait facile et sans doute justifié de convoquer la corruption, l’incompétence, le dramatique (...)

4Les pressions contradictoires subies par les acteurs publics permettent d’expliquer cette situation paradoxale5 au cœur de notre sujet, car l’étude de la gentrification de la médina de Marrakech fait apparaître un lien intrinsèque avec ces pressions et met en évidence la nécessité de les dépasser pour gérer les dysfonctionnements des processus à l’œuvre.

5Mieux comprendre ces tensions implique de remonter relativement loin dans le temps, avant l’arrivée massive d’étrangers, pour chercher à identifier les mutations socio-spatiales de la médina de Marrakech. En m’intéressant ainsi aux données génératrices de la dynamique actuelle, j’identifierai (entre 1904 et 2010) quatre césures, et non pas une seule, qui sépareraient un « avant » et un « après » de ce qui serait la gentrification. Ce phasage plus détaillé permettra en particulier d’aborder les rôles différenciés joués tant au sein de la bourgeoisie marrakchie que par les étrangers acquéreurs ainsi que l’importance du rapport rural/urbain. J’essayerai ensuite de mettre en lumière le caractère paradoxal de la gentrification, du fait du jeu des représentations associées. Enfin, je tenterai une explication, fondée sur la stratification des systèmes de valeurs, de l’action intrinsèquement diversifiée, voire contradictoire, des pouvoirs publics en la matière, pour avancer en conclusion quelques pistes de réflexion sur les conditions d’une stratégie urbaine sociale et patrimoniale.

6Deux précisions terminologiques s’imposent pour ce travail. D’une part, sera évoquée dans le présent texte sous des dénominations diverses – bourgeoisie, élites, notables… – une population de statuts sociaux supérieurs. Ce flou correspond de fait à la stratification sociale de Marrakech qui ne dispose pas comme Fès d’une bourgeoisie forte et stabilisée (Wilbaux, 2001) mais d’une couche supérieure assez hétéroclite (Ernst, 2008 ; Tozy et Lakhassi, 2004), qui rassemble plusieurs ensembles partiellement congruents, caractérisés par la disposition des richesses ou de pouvoirs techniques, administratifs ou politiques, par l’insertion dans différents systèmes d’acteurs de la mondialisation ou l’appartenance à la notabilité traditionnelle, notamment juridique et spirituelle. Nous verrons qu’une partie importante des étrangers présents à Marrakech ne fait qu’apporter une diversification supplémentaire à cette nébuleuse particulière qui se distingue globalement par une rupture et un désintérêt profonds à l’égard des statuts sociaux inférieurs. Il s’agit là d’une distance déterminante pour l’action publique, qui va être abordée.

7D’autre part, nous considérons que le terme de gentrification n’est pas très adapté à ce qui apparaît ici comme un processus de regentrification assez particulier (phase 4 ci-après) – car essentiellement le fait d’étrangers qui ont remplacé en médina les couches supérieures marocaines – suivi d’une touristification généralisée (phase 5 ci-après). Pour autant, ce terme de gentrification nous semble bien correspondre à une tendance de la mondialisation. Aussi, l’analyse du processus spécifique en médina de Marrakech, en le situant dans la diversité des situations appréhendées, nous importe ici davantage que la discussion terminologique.

8Hypothèses sur les mutations de la société urbaine en médina de Marrakech
Schématiquement, cinq phases du peuplement et de l’organisation sociale de la médina de Marrakech peuvent être identifiées du début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui, même s’il s’agit davantage d’une stratification palimpsestique de situations que d’une suite de phases rigoureusement séparées.

Une société spécifiquement urbaine (avant 1900 - environ 1920)

  • 6 Cf. Bellaoui, 1994 : 5, qui paraphrase ici E. Aubin.
  • 7 Sur ces questions voir par exemple Hourani (1993) pour la société arabe traditionnelle (notamment s (...)

9Capitale déchue, dont l’aspect aurait été en 1904 « celui d’une ruine, n’y avait-il le mouvement de la population6 », Marrakech ne débordait pas de façon notable de ses remparts du XIe siècle, et son territoire intra-muros n’était urbanisé qu’à environ 55 % de sa superficie, le reste étant occupé par des jardins et des vergers (Ernst et al., 2001, tome 1, p. 121). Cette situation a peu évolué au début du Protectorat, qui édifia à l’extérieur des remparts un chapelet de zones spécialisées sur le modèle occidental : zones résidentielles et de services de l’Hivernage et du Guéliz, quartier industriel et zone ferroviaire de la route d’Essaouira, espace militaire au pied du Jbel Guéliz, terrain d’aviation près du bassin de la Ménara (Bellaoui, 1994, p. 5). Ainsi, la médina conserva pour l’essentiel son fonctionnement social antérieur. Celui-ci correspond à un archétype d’une société spécifiquement urbaine, archétype qui met en lumière les traits en commun avec les villes de l’Empire romain, de l’Andalousie omeyyade et de larges parties de l’Europe d’avant la révolution industrielle. De nombreux travaux ont ainsi souligné comme traits communs la distinction fondamentale entre ville et campagne, la possession de propriétés agricoles par les notables, la fermeture nocturne de la ville ou des quartiers, l’auto-organisation sécuritaire des voisinages et leur gardiennage ainsi qu’un fonctionnement social similaire7. En effet, tout en procédant à des échanges importants avec les campagnes alentours, la société urbaine se distingue alors clairement de la société rurale, y compris dans sa topographie urbaine. Ainsi, la morphologie urbaine marrakchie, qui paraît à première vue si peu logique, s’explique par une organisation rigoureuse sous-jacente, fondée en particulier sur l’enjeu de l’eau et la maîtrise des amenées d’eau par la bourgeoisie urbaine (El Faïz, 2002 ; Wilbaux, 2001). Si les notables urbains disposent, en général, d’une propriété agricole de rapport à l’extérieur de la ville, si les ruraux sont présents en ville comme acheteurs et vendeurs les jours de marché, leur accès à la ville en tant qu’habitants est entravé par un clivage socio-culturel considérable. Au moins une génération est nécessaire à une famille de provenance rurale pour adopter le savoir-vivre urbain. Il est alors plus aisé d’accéder à la ville pour un étranger au territoire, à la langue ou à la religion dominantes, que pour un paysan coreligionnaire des environs (Ernst, 2009, p. 36). En effet, comme en Europe avant la révolution industrielle, les minorités qualifiées ont plus de facilités que les « rustres » pour accéder à une certaine reconnaissance sociale, à un autre niveau de vie, à davantage de liberté.

10Cependant, avant l’établissement d’une hygiène minimale, la surmortalité urbaine oblige la ville – pour demeurer peuplée, donc prospère – à accepter un flux régulier d’immigrants de la campagne avoisinante (Tillion, 1996, p. 186) auquel s’ajoutent par moments des mouvements démographiques plus massifs (mais aussi plus sélectifs concernant le niveau social et culturel), d’exilés expulsés d’autres contrées, comme les expulsés de l’Espagne après la Reconquista, auxquels furent ouverts à l’installation à Marrakech les deux jardins des oliviers Riad Zitoun Kedim et Riad Zitoun Jdid (Garcia-Arenal, 2003 ; Wilbaux, 2001).

11A Marrakech intra-muros, tous les niveaux sociaux et de revenus sont présents dans une certaine mixité, des plus riches aux plus pauvres, en intégrant ponctuellement des éléments allogènes, juifs ou chrétiens, qui sont artisans, marchands ou lettrés. Les quartiers sont régis par une organisation sociale en allégeance, où les notables locaux, propriétaires de plusieurs maisons, dont un certain nombre mises en location ou logeant des serviteurs, se trouvent entourés de leur clientèle, elle-même fortement hiérarchisée, mais structurée aussi par des liens de solidarité. Notons également qu’une des caractéristiques des élites urbaines traditionnelles musulmanes (juives d’ailleurs également) consiste en la simultanéité de leur rôle politico-administratif, religieux et économique. On ne peut donc pas sous-diviser précisément les élites lettrées selon les fonctions juridiques, administratives ou religieuses, ni les distinguer des élites marchandes, car une famille de notables est en général positionnée sur plusieurs de ces registres.

  • 8 Cf. El Ouarzazi (non-daté, p. 41) et Ernst et al. (2001), carte n° 33.

12Tout en présentant ce caractère de mixité, certains quartiers sont plus riches que d’autres, un indicateur de cette graduation étant fourni par la taille des patios. Ainsi, en médina de Marrakech, la carte des patios-jardins (riads) de plus de 100 m28 est éloquente pour désigner l’ « ouest-sud-ouest bourgeois » (où figurent en bonne place les quartiers de Ksour, Riad Zitoun Kedim, etc.).

  • 9 Ces deux auteurs faisant apparaître l’insécurité d’un tel système lorsque l’entre-soi est dérégulé.
  • 10 Cf. le rappel dans Ernst (2003) de la gestion urbaine andalousienne à partir, notamment, de Lévi-Pr (...)

13Au sein des quartiers, un entre-soi intrinsèquement très diversifié est traditionnellement régi par un étroit contrôle social, qui porte de façon appuyée sur les femmes. Il est assuré de jour par la surveillance commune des allées et venues et de nuit par le gardiennage, voire, à une époque plus reculée, par la fermeture nocturne des portes des quartiers. Ce dispositif appuie le caractère intime des zones d’habitation, qui n’admet pas la promenade et où l’espace public n’est destiné qu’aux cheminements nécessaires des habitants et de leurs invités. En outre, cet entre-soi est perpétué par le statut foncier du bien – melk, en arabe – (Eddahbi, 1992 ; Comby, 2007 ; M’Hassni et al., 2010)9 et également par certaines fondations comme les habous (Hourani, 1993, p. 162-163). Cependant, l’autorité administrative est très peu présente en ville et l’élément auto-régulateur des enjeux locaux est prédominant10.

  • 11 Cité par Cubertafond, (1997, p. 28).
  • 12 Cf. Kress (1968 : 165-167) qui met en question les recherches de géographie urbaine contemporaines (...)

14Notons que, paradoxalement, ce type de société, surtout lorsque les ressources sont rares, tire sa permanence d’une énorme flexibilité, car le niveau de concurrence étant élevé, la lutte pour les ressources est féroce et d’issue incertaine. Appuyée sur la pensée de Norbert Elias, j’ai essayé de montrer dans plusieurs publications sur la mondialisation du territoire (Ernst, 2008), le fonctionnement spécifique de ce type de jeu de pouvoir économique ou politique, spécificité due notamment à l’inexistence d’un contrôle par des acteurs extérieurs à la compétition. Pour le Maroc, Waterbury (1975)11 l’exprime ainsi : « Quand les ressources sont rares, les relations politiques sont faussées parce qu’elles sont fondées sur le contrôle de ces ressources. Les puissants – que ce soit dans un contexte féodal ou de classes – sont bien plus puissants que dans les pays à niveau de vie élevé. Les petits peuvent non seulement être manipulés, mais détruits. Il leur faut parer à l’anéantissement, faire face aux puissants « prédateurs » et aménager les maigres richesses qui leur échoient. Les « prédateurs » eux-mêmes sont vulnérables. Ils sont peu nombreux, en vue et enviés. Les nouveaux venus doivent marcher sur des cadavres pour entrer à leur tour dans le jeu. Ce qui explique les ascensions et les chutes fulgurantes parmi les élus et leurs perpétuelles intrigues byzantines pour avoir la meilleure part du gâteau. » Ainsi, l’instabilité est fondamentale à toutes les échelles : individus, familles, maisons et quartiers, jusqu’aux villes, qui peuvent changer d’identité, croître et dépérir, être anéanties ou déplacées12.

15Or, cette instabilité du pouvoir configure une conception particulière du patrimoine historique, où priment la symbolique monumentale et les lieux emblématiques. A Marrakech, il s’agit principalement de la Koutoubia, du pôle mosquée/médersa Ben Youssef avec la Koubba almoravide, du souk, de la place Jemaâ el-Fna. Jusqu’il y a peu, notamment dans l’esprit des tenants du pouvoir, ces lieux « émergeaient d’une gangue urbaine qui pouvait disparaître sans regrets » (Wilbaux, 2001).

16On verra ci-dessous comment intervient alors de façon déterminante le rôle théoriquement stabilisateur qui, dans un tel contexte, échoit au virtuel.

  • 13 Située, en l’occurrence, vers la Targa, produisant agrumes et roses pour l’exportation, et où Mme R (...)

17Insistons sur la permanence de certains traits de cette phase au-delà de sa durée. En effet, différents entretiens montrent que de nombreuses caractéristiques identifiées ci-dessus ont subsisté durant des décennies. Ainsi, Mme R. – qui a passé son enfance à Arset El Maach, un quartier récent, plutôt bourgeois de la médina, dans une maison que ses parents avaient fait construire au début des années cinquante – évoque encore pour les années quarante du XXe siècle l’intégration urbaine des ruraux en l’espace d’une génération. Aussi, fait-elle état de la mixité identitaire au sein des couches bourgeoises à l’exemple de ses parents, juifs d’origine souirie, car tant sa mère avant le mariage, que le père de Mme R. étaient professionnellement associés avec des chrétiens (Français), tandis que les frères et sœurs avaient, dans les années 60 à 80, nombre d’amis musulmans, avec lesquels ils sont restés en contact, le cas échéant, au-delà de leur départ du Maroc. Enfin, comme tous les membres d’une famille de la bourgeoisie urbaine marrakchie que j’ai pu rencontrer, elle cite la propriété agricole de la famille13.

Explosion démographique et début de l’expansion urbaine intra-muros (Protectorat)

18A Marrakech, l’exode rural, qui concerne tous les pays du Sud méditerranéen (Hourani, 1993), se dirige notamment dans un premier temps vers la médina, dont la population est évaluée à 85000 habitants en 1912 et doublera jusqu’en 1950.

  • 14 Cf. Kassou in Ernst et al. (2001), p. 122. Pour le présent texte, j’effectue a posteriori l’analyse (...)

19Une partie de cet accroissement démographique est absorbé par des quartiers nouveaux. Sous le Protectorat, environ 10 % de la superficie de la médina sont construits sous forme de quartiers d’activités et de lotissements sur un modèle mixte, qui conserve les ratios pleins/vides et la disposition autour des patios, mais innove par des voies orthogonales et par l’homogénéité de la taille des patios. Parmi ces nouveaux quartiers sont à signaler quelques enclaves bourgeoises, notamment au sud-est de la place Jemaâ el-Fna, destinées à des élites « modernes », pour beaucoup étrangères14.

20Cependant, le ratio « surface des patios/surface habitée » de l’habitat construit sous le Protectorat baisse par rapport à l’ancienne médina, de 10,95 à 8,25 %. Ainsi l’urbanisation des jardins intra-muros rompt avec le modèle de mixité sociale établi depuis des siècles. Il est difficile d’évaluer le nombre de ruraux qu’ont alors à intégrer les quartiers anciens de la médina, composés des voisinages des notables, mais on peut supposer une répartition au pro-rata inverse de la taille des patios. En effet, celle-ci est un indicateur de la solvabilité des habitants, solvabilité qui est, elle, inversement proportionnelle à la densité d’occupation. Ces évaluations, ainsi que le maintien des références concernant les rapports locaux de pouvoir, permettent l’hypothèse que les anciens quartiers de la médina, qui avaient certainement connu des peuplements plus denses lors des périodes historiques fastes, parviennent à absorber cette nouvelle population et demeurent peu ou prou dans leur fonctionnement social antérieur.

21Se crée cependant sur le territoire de la médina une situation inédite, qui juxtapose un territoire mixte aux rapports sociaux traditionnels avec un territoire nouvellement urbanisé et socialement segmenté.

Le débordement socio-urbain et le développement moderne (de l’Indépendance aux années quatre-vingt)

  • 15 Cf. Kassou in Ernst et al. (2001), p. 124-125.

22Jusqu’en 1982, la croissance démographique de la médina se poursuit pour atteindre 226 609 habitants. Les quartiers construits en médina depuis l’Indépendance concernent 35 % de la surface actuelle de la médina, dont seulement la moitié est consacrée à l’habitat. Il s’agit d’une urbanisation beaucoup plus dense que celle de la phase précédente : le ratio « surface des patios/surface habitée » des zones construites baisse dramatiquement de 8,25 % à 3,5 %. Cependant, cette augmentation générale de la densité recouvre des situations assez hétérogènes : construction de lotissements aux rues orthogonales et aux parcelles quasi égales (Arset Barday, Arset Ali…) ou habitat implanté de façon empirique, d’une densité extrême, d’emblée insalubre (Kbour Chou, Arset My Bouazza…)15. La baisse conséquente de la taille moyenne des patios dans les zones nouvellement construites indique une importante pression démographique qui n’a aucune raison d’avoir épargné les anciens quartiers de la médina, au voisinage des notables, mais au bâti fort dégradé. Par ailleurs, la segmentation sociale du territoire urbain augmente en médina, en confrontant une zone croissante d’habitat paupérisé occupée majoritairement par des immigrés récents de la campagne, à une zone plus mixte mais elle-même débordée par les habitants d’origine rurale.

23De et vers la médina de Marrakech, un processus complexe, parfois erratique, de migrations se met alors en place, processus très différencié selon les classes sociales et au sein de ces dernières. On peut avancer déjà beaucoup dans la caractérisation sociale d’une famille de l’ancienne médina en apprenant les déménagements en aller-retour entre un douar périphérique et le vieux centre – signe d’une grande précarité (Abouessalam, 1998) – ou l’existence d’une parentèle dans le douar urbain de Riad Laarous, qui va presque toujours de pair avec d’autres parents exerçant une activité relativement stable en zone rurale.

24Pour les besoins de l’étude présente, nous allons focaliser l’analyse sur les élites bourgeoises de la médina. Celles-ci nous semblent être confrontées à deux donnes nouvelles : non seulement l’afflux de la population rurale dépasse désormais les possibilités en matière d’accueil, d’intégration, d’habitat, de travail, mais cette population exprime depuis l’Indépendance des attentes, des références, des pratiques du quotidien, qui contrastent avec celles de la population urbaine installée.

25En effet, tous les témoignages concordent pour situer dans les années soixante, parfois seulement après, une mutation profonde qui installe un clivage ville-campagne en plein territoire urbain. Il est question du délitement de l’entre-soi, de la perte de confiance à l’égard des voisins, de campagnards arrivés récemment qui – fait nouveau – ne cherchent pas à « s’urbaniser » au sens propre du terme et refusent d’assimiler le savoir-vivre policé de la ville.

  • 16 Rachida A., Riad Zitoun Kedim, entretien vers 2001.

« A l’époque de mon enfance, l’ensemble du quartier prenait connaissance de tous les événements familiaux. Une personne n’habitant pas Marrakech et s’y rendant à un enterrement dans le quartier pouvait dès la place Jemaâ el-Fna être renseignée sur le lieu et la famille concernée. A présent, plus personne n’est au courant16 ».

26Aussi, jusque dans les années soixante, les enfants circulaient librement de maison en maison : les portes étaient ouvertes en permanence et ils faisaient partie de la famille. Ceci est confirmé non seulement par les observations de Germaine Tillion (1966) sur l’accueil affectueux des enfants dans toutes les familles du voisinage, mais également par le récit de Mme R. :

« Petite fille dans la rue, je me sentais totalement en sécurité, je savais que s’il m’arrivait quelque chose, je n’avais même pas besoin de rejoindre ma maman, car toutes les mamans habitant-là étaient mes mamans. »

  • 17 … comme de rentrer dans une maison sans alerter ses habitants, pour se servir du téléphone.
  • 18 Terme de Mme R. qui cite en exemple de ce décalage la présence régulière autour de 1960 de campagna (...)
  • 19 « Que voulez-vous ? Ce sont des Arabes de la campagne » me disaient les habitants berbères, eux-aus (...)

27Rachida A., ainsi qu’une de ses anciennes camarades de classe du même derb ont relaté séparément le subit changement des relations au sein du quartier avec l’ « arrivée des gens de la campagne », qui choquaient par leurs manières sans gêne17. La médina semble avoir été subitement plongée dans un « monde revendicateur18 ». D’ailleurs, quelques décennies plus tard, on rencontre encore assez souvent ce phénomène de résistance à l’urbanité19.

28C’est sans doute la conjonction, après l’Indépendance, entre un élan de développement moderne et ce clivage nouveau qui met la bourgeoisie sous une pression inédite de demandes démultipliées d’aides et de revendications vécues comme irrespectueuses et qui l’amène à quitter la médina. Il se trouve qu’économiquement ce départ est rendu possible aux élites aisées, par une offre importante d’appartements et de villas laissées par les Européens au Guéliz. Il est probable que l’ampleur soudaine de cette offre ait fait baisser les prix immobiliers et ait rendu ces logements plus accessibles. Cependant, cette « évasion bourgeoise » se poursuivra ensuite et également lors de la phase suivante, au gré des opportunités économiques, en direction de quartiers plus récents (Amerchich, Massira III…). Contribuent également à cet exode l’évolution des rapports familiaux et les mésententes entre les adultes de ces familles communautaires, qui amènent des décohabitations réalisées à travers ces départs.

29Notons que leur déménagement affranchit ces notables de leurs anciennes obligations de solidarité à l’égard du voisinage, établissant en particulier des rapports alors plus formellement contractuels avec les locataires de leurs biens immobiliers conservés en médina, locataires sans doute majoritairement récents et issus de l’exode rural, alors que la population y résidant antérieurement a une forte tendance à émigrer vers d’autres centres urbains du Maroc ou d’Europe..

  • 20 Les fondouks, anciens hôtels de marchands, sont particulièrement exposés à une suroccupation dans l (...)
  • 21 Noualla : abri de fortune, notamment abri en vannerie à usage de poulailler.

30Confortés par la pression issue de l’exode rural, certains propriétaires peu scrupuleux se mettent ainsi à l’abri de l’opprobre, tant dans leur quartier d’origine que dans l’entourage de leur résidence nouvelle, tous deux recomposés, en procédant à une surexploitation locative, à des divisions, des surélévations clandestines, favorisant ainsi une fondoukisation20 de l’habitat en médina : en 1994, plus de 1500 ménages habitaient en médina des logements « sommaires » (de type bidonville, noualla21, etc.) ou des locaux non destinés à l’habitation. Encore en 1999, alors que la médina avait amorcé sa décroissance démographique, 20,3 % des ménages de plus de 5 personnes et 17,9 % de ceux de 6 personnes vivaient dans une pièce, et près de 24 000 personnes en médina ne disposaient ni d’eau courante ni d’un puits (Ernst et al., 2001, p. 18).

  • 22 Dont nous allons aborder les mécanismes au prochain paragraphe.
  • 23 Comme l’entreprise de pièces automobiles, située dans un quartier commercial proche de la place Jem (...)
  • 24 Fiqh : jurisprudence islamique ; adoul : notaire coutumier.

31Malgré ces mutations, une minorité marginalisée ou paupérisée des anciennes élites demeure en médina. En effet, depuis l’Indépendance, le déclassement de certaines familles bourgeoises pouvait avoir trois raisons, souvent associées, toutes liées à l’effondrement d’un système social millénaire face à la modernité, notamment économique : la dévalorisation du patrimoine immobilier en médina22, la détérioration des solidarités qui ne permettait plus de faire face à la mort précoce d’un soutien de famille, à la défection d’un fils qui se marginalise, enfin, l’inadaptation progressive d’un certain type de métiers ou d’affaires, soit par le secteur d’activité en perte de reconnaissance et de revenus, soit par le mode de gestion inadapté à l’économie contemporaine23. En particulier se trouvent alors sur le déclin, du moins sur le plan des revenus, non seulement toutes les charges de droit coutumier musulman (fiqh, adoul24…), mais aussi tout un milieu d’affaires traditionnelles (du commerce de chevaux au fournisseur des colporteurs), également certaines activités féminines rémunérées, admises y compris dans les familles bourgeoises (marieuse, brodeuse ; cf. Denamur, 2003).

32Outre les notables paupérisés, une fraction sans doute très réduite et alors assez âgée de la population bourgeoise semble demeurer en médina pour des raisons culturelles, en particulier cultuelles, liée à la continuation d’un mode de vie rythmé par les prières, la fréquentation des mosquées de proximité, les discussions spirituelles ou les parties de jeu de dames dans les boutiques du quartier.

  • 25 Cf. Navez-Bouchanine (1997) et Jourdanet (1994), architecte qui s’interroge notamment sur la demand (...)

33Ainsi, la bourgeoisie marrakchie, caractérisée autrefois par une implantation homogène, se fragmente progressivement, d’une part, en une large majorité d’élites économiques et intellectuelles modernes, qui s’installent au Guéliz puis dans d’autres quartiers neufs afin d’y occuper des emplois qualifiés et d’y mener une vie inspirée de leurs représentations du quotidien en Occident25, et, d’autre part, en une minorité très réduite, élites traditionnelles, marginalisées ou paupérisées, qui demeurent en médina.

34Notons que tant pour la population bourgeoise partante que pour celle qui demeure, le traumatisme de la « ruralisation » de la médina paraît avoir profondément marqué les esprits. Il nous semble que davantage que l’évolution des prix immobiliers, davantage que la touristification galopante – dans laquelle le capital marocain est d’ailleurs impliqué – ce sont les représentations issues de ce traumatisme et transmises à la génération actuellement adulte née ultérieurement, qui s’opposent à un retour des élites bourgeoises en médina ou au maintien des descendants de ceux, à présent âgés, qui ont choisi ou dû choisir d’y rester.

Acquisition par les premiers étrangers, prise de conscience du patrimoine et regentrification (des années quatre-vingt à environ 2003)

35Ce que nous connaissons aujourd’hui de la ségrégation sociale forte qui affecte la médina et les douars urbains et périphériques semble se stabiliser dans les années soixante-dix. Avec une population de 205 000 habitants en 1971, la croissance de la population de la médina recule en dessous de sa croissance naturelle, les flux continus de l’exode rural se dirigeant majoritairement vers les douars périphériques, même si un échange permanent entre populations de ces deux territoires urbains semble se poursuivre. Joue sans doute également la surreprésentation des célibataires, le premier mariage étant très tardif en médina, où les problèmes de logement et de revenu ne permettent pas l’installation précoce d’un jeune ménage : en 1994, l’âge moyen au premier mariage est à 32,7 ans pour les hommes et à 28,4 ans pour les femmes habitant la médina (RGPH, 1996).

  • 26 Données des recensements respectifs, citées par Bouayad, in Ernst et al. (2001), p. 36.

36La population de la médina passe de 226 609 habitants en 1982 à 189 367 habitants en 199426. Les grandes maisons laissées par les notables ont été pour beaucoup fractionnées et mises en location ou en vente. Le recensement de 1994 (RGPH, 1996) signale en médina, avec 45,5 %, un taux étonnamment élevé de ménages propriétaires, ce qui renvoie (comme d’ailleurs mes observations à propos de propriétaires très démunis et visiblement dépendant de la famille bourgeoise voisine) à l’insécurité des statuts coutumiers de la propriété immobilière.

37Il faut aussi insister sur la dégradation du bâti qui ne concernait alors pas seulement les belles maisons, ou les habitations abandonnées, mais l’ensemble de la médina : en 1994, 59 % des ménages habitent dans une maison construite en pisé ou en pierres ou briques avec terre et 62 % sous un toit en bois, roseaux ou feuillage recouvert d’argile (RGPH, 1996, p. 37). Or, il s’agit là de constructions traditionnelles qui nécessitent un entretien permanent, et encore dans les années quatre-vingt-dix, la municipalité de Marrakech y détruisait une centaine de maisons par an pour insalubrité totale. Comme évoqué, ce fait est à relier à la baisse de la solvabilité des habitants de la médina qui impliquait – sauf, paradoxalement, dans les cas de fondoukisation – un rapport insuffisant pour assurer l’entretien du bâti, baisse liée au déclassement constant de l’ensemble de sa population qui, pour des raisons différentes selon le niveau social, est passée à côté du développement économique.

38En retour, le déclassement social de ce territoire génère une baisse des prix immobiliers. S’y ajoute, dans le cadre d’une transaction potentielle, le coût considérable de la réhabilitation à envisager. Or, non seulement le marché immobilier mais aussi le secteur du bâtiment sont alors clivés entre la médina « ruralisée » et le Guéliz « moderne ». A la médina, le rafistolage par des mains-d’œuvre rustiques amenant à dos d’âne des tôles rouillées et jetant quelques talochées de ciment sur les murs de terre en voie d’écroulement ; au Guéliz, les bétonnières et le branchement des climatiseurs ! Or, ni le premier secteur ni le second ne sont qualifiés pour la réhabilitation d’une dar en ruine...

39Or, si les prix immobiliers étaient extrêmement bas, la plupart des acheteurs potentiels, y compris étrangers, n’étaient pas assez solvables pour affronter les tarifs d’une réhabilitation aussi lourde par le secteur « moderne ». D’où pour tout acquéreur, s’il ne souhaitait pas simplement mettre à bas les constructions, la nécessité non seulement patrimoniale mais également financière de recourir aux techniques traditionnelles du bâtiment, moins peut-être celles liées au travail luxueux des stucs, de la polychromie, des zelliges, qu’à celles, moins spectaculaires, impliquant la chaux, la terre crue, les briques traditionnelles. Or ces techniques de construction ne pouvaient qu’être considérées comme socialement inacceptables par une bourgeoisie moderne résolument tournée vers le progrès. Se rajoute donc à la dégradation sociale et à l’état avancé de ruine des constructions de la médina, la reprise de ces techniques comme un fait confirmant la rupture des élites marrakchies avec leur centre ancien.

  • 27 Voir Escher & Petermann (2000, 2004) et ce volume.
  • 28 Dar Bellarj, fondée par la suissesse Suzanne Biedermann, ainsi que le musée de Marrakech, créé par (...)

40Ainsi, ponctuellement à partir des années quatre-vingt et de façon accélérée lors de la décennie suivante, les plus belles et grandes maisons de la médina de Marrakech, souvent en ruine, ont été achetées pour la plupart par des étrangers et restaurées généralement de façon assez précautionneuse27. Au départ, il s’agissait plutôt d’acquisitions pour un usage non-commercial, privé ou parfois public28. A l’occasion de ces réhabilitations, les techniques traditionnelles marocaines du bâti ont été réintroduites par la formation d’ouvriers issus de l’exode rural, de façon décisive par l’architecte belge Quentin Wilbaux (voir interview Wilbaux dans ce volume). En 1998, la création par celui-ci et Abdellatif Aït Ben Abdallah de la société Marrakech-Médina initie à la fois une généralisation des réhabilitations, exemplaires sur le plan patrimonial, et l’extension progressive d’usages touristiques des maisons restaurées, initiative qui génère de nombreux autres acteurs – intermédiaires, agences, chefs de chantier, mais peu d’architectes qualifiés – sur le marché immobilier en médina à destination des étrangers.

41Pour cette phase, notons que les élites marocaines traditionnelles qui réunissaient en général pouvoir, richesse et une certaine érudition, étaient remplacées par d’autres élites, étrangères, d’un certain niveau culturel, associées ou non à une richesse relative. D’ailleurs, du fait de leur culture et de leur attachement à la vie urbaine, nombre d’étrangers implantés en cette phase souhaitaient (et souhaitent d’ailleurs encore) le maintien ou le retour de la population marocaine bourgeoise et des fonctions de centralité. Or, nous considérons que c’est le niveau culturel de ces étrangers, dont certains étaient arrivés jeunes, parfois passablement démunis à la manière hippie, qui a contribué à leur acceptation.

  • 29 Au Maroc, la première presse à caractères arabes ne fut introduite qu’en 1864 par un particulier qu (...)
  • 30 Cf. également article d’Anton Escher dans ce volume.
  • 31 L’écrivain espagnol Juan Goytisolo dans le classement de la place Jemaâ el-Fna comme patrimoine imm (...)

42En effet, le respect du livre, du savoir et de la culture est une constante de la société marocaine, du moins jusqu’à cette époque. Franck Mermier considère que dans le monde arabe, le rapport à l’écrit et à l’imprimerie s’est ressenti de l’introduction tardive de l’imprimerie et sans doute d’un confinement plus strict de la culture écrite entre les mains des lettrés29. Une autre raison de l’acceptation de ces étrangers dans la première phase de leur installation relève sans doute du rôle spécifique de Marrakech comme ville de migrants, car, située depuis le dixième siècle sur les routes commerciales intercontinentales, ayant été capitale d’un vaste territoire, puis lieu de repli pour les Andalous d’Espagne, enfin, jusqu’à ce jour, destination ou étape de l’exode rural, Marrakech accueille depuis des siècles exilés, commerçants et voyageurs. Nombre de ces étrangers, toutefois d’horizons très divers30, sont artistes, designers, créent des entreprises, des fondations, font travailler les artisans locaux, participent aux pratiques de charité ou s’engagent dans les enjeux patrimoniaux31. Tous ont en commun une certaine excentricité, non seulement à Marrakech, mais également dans leur environnement d’origine, car une telle installation demeure une aventure. S’il est classique qu’ils assurent à leurs frais le branchement du courant 220 volts jusqu’à leur maison – ce qui bénéficie ensuite au quartier – leur profil donne à penser qu’ils se seraient bien engagés davantage, mais encore aujourd’hui, « aucune structure ne permet aux propriétaires étrangers qui jouissent de la civilisation urbaine marrakchie et qui sont, pour certains, conscients des besoins, de mener à bien une opération cohérente de mécénat urbain. »(Ernst et al. 2001, p. 13).

43Il faut noter qu’à la fin de cette phase, où le tourisme vers le Maroc commence à se banaliser, alors que les prix immobiliers ne sont pas encore excessifs, s’installent aussi de nombreux étrangers en situation d’échec personnel ou portés par des rêves irréalistes, qui quitteront Marrakech ou du moins sa médina lors de la phase suivante (Ernst, 2006).

44Au cours de cette phase, si l’aspect du bâti, surtout intérieur, et la composition sociale de la médina se modifient peu à peu, l’espace public demeure quasi identique, et les pratiques spatiales restent les mêmes : seuls quelques touristes égarés s’aventurent au fond d’un derb sans y avoir été invités, et si les portes des quartiers ont disparu depuis longtemps, il subsiste des gardiens nocturnes rémunérés par les habitants.

45Nous considérons donc qu’il s’agit ici d’un ré-embourgeoisement, d’une regentrification, rétablissant une mixité sociale dans un territoire urbain entretemps assez uniformément ségrégé, mais il faut évidemment considérer les différences de ces nouvelles élites avec les élites marocaines traditionnelles, ainsi qu’avec les élites marocaines modernes qui préservent également, comme nous allons le voir, de larges traits des systèmes historiques de valeur.

La touristification sauvage (depuis environ 200332)

  • 32 Les imbrications processuelles signalées ci-dessus nous obligent à insister sur la nécessaire simpl (...)

46Plus encore que la réalité sociale et constructive de la médina, c’est son image auprès des Occidentaux que ces nouveaux acteurs étrangers ont modifiée nolens volens. Ce qui était pour eux un choix personnel parfois assez fatigant au quotidien, fait rêver. La maison d’hôtes – qui se généralise au point que le mot devient, comme le riad, synonyme de « maison d’un propriétaire étranger » – est la réponse logique à ce rêve : la construction de la représentation d’étrangers qui vivent une vie « authentique » en médina et qui proposent un hébergement touristique avec l’illusion d’une immersion dans ce mode de vie grâce à un accueil représenté comme typique de l’hospitalité marocaine. Idée au départ assez sincère – il s’agissait d’une alternative à l’hôtel, dont au moins le cadre est plus proche des traditions marocaines – la maison d’hôtes se transforme assez vite en produit touristique normé, dont le caractère fictionnel est d’ailleurs largement repris par les publicités des opérateurs touristiques et également par l’Office du tourisme marocain.

47Cette modification d’image se trouve au cœur de la touristification : des faits réels plutôt positifs – ici le rétablissement d’une certaine mixité sociale, la réhabilitation patrimoniale et la création d’emplois dans le bâtiment – qui génèrent une attractivité, celle-ci étant exploitée ensuite par une offre aux touristes qui se détache de plus en plus de cette réalité et qui finit par la détériorer.

  • 33 En effet, on note depuis 2003 environ, la création de maisons d’hôtes par des propriétaires marocai (...)

48Ainsi, à partir de la fin des années quatre-vingt-dix, dans un contexte d’explosion du marché touristique (et aussi, en Europe, le passage à l’euro) toute la médina (sauf quelques zones insalubres de construction récente) a été progressivement concernée par le rachat d’une ou de plusieurs maisons contiguës, de moins en moins intéressantes sur le plan architectural, par des investisseurs le plus souvent étrangers, mais moins exclusivement qu’auparavant33, pour un usage très majoritairement touristique, essentiellement de maisons d’hôtes. Les rénovations, le plus souvent d’un style orientalisant fictif, sont alors réalisées très souvent sans se conformer aux règles urbaines et architecturales (Ernst, 2006 ; Kurzac, ce volume).

49Or, ce processus s’est accompagné d’un certain nombre d’effets pervers :

– On observe le déplacement de la population moins solvable, voire pauvre, propriétaires comme locataires, soit vers les douars périphériques (avec lesquels il y avait déjà un échange permanent de populations), soit vers les quartiers nord-est, davantage densifiés encore, de la médina, soit enfin, pour les plus solvables, vers les nouvelles cités de l’agglomération en expansion. Ce mouvement crée une « insécurité notable dans les relations sociales, tout le monde étant plus ou moins vendeur, plus ou moins en train de s’enrichir de façon presque inconcevable, plus ou moins sur le départ. » (Ernst et al., 2001, p. 23).

  • 34 D’ailleurs, aux dires d’un notaire consulté en 2007, il s’agit du motif premier des ventes effectué (...)

– Dans ce climat d’insécurité est à signaler également la revente d’un certain nombre de maisons d’étrangers « initiaux », notamment en raison de mésententes avec des investisseurs étrangers mitoyens en délicatesse avec les règlements qui, avec l’appui silencieux de l’Administration, saccagent l’environnement bâti et contribuent à ôter au quartier les derniers traits de l’entre-soi34. Ainsi, pour les deux derniers acquéreurs (tous deux étrangers) dans le derb que je connais le mieux, l’un a creusé inconsidérément le sous-sol pour réaliser un spa et, ce faisant, a provoqué l’écroulement de la maison voisine (appartenant à un Marocain, maison que l’investisseur a dû s’empresser de reconstruire), et l’autre a réalisé tout aussi illégalement une surélévation de 22 marches, qui est sous arrêté préfectoral de démolition depuis 2006 ; démolition ordonnée par un jugement en correctionnelle en 2008, confirmée en appel en 2012… et qui n’a toujours pas été exécutée. Il s’agit là d’événements correspondant à un schéma on ne peut plus courant, régulièrement rapportés pour l’ensemble de la médina.

– Un bouleversement de la structure de l’artisanat de service et du commerce de détail peut être constaté, ainsi que la disparition ou la dégradation de l’offre d’une partie importante de ses fonctions centrales publiques (culture, administration, école) et privées (artisanat traditionnel de service ou commerces regroupés en certains quartiers – tailleurs, plombiers, fabricants de tentes, boutiques de cordages, d’ustensiles ménagers, de fruits secs, etc.). Simultanément disparaissent aussi les moqef, lieux d’embauche spécialisés d’une main-d’œuvre journalière (femmes de ménage, rétameurs, réparateurs de meubles, armés de ficelles et de clous…).

– Se développe une crise d’identité sociale et culturelle de la population liée à la mondialisation, crise qui est vécue partout mais qui est exacerbée dans un pays vivant une forte hiérarchisation sociale et avec des traditions importantes. L’actuelle insécurité grandissante (ou du moins sa perception croissante) est à placer dans ce contexte de crise d’identité.

  • 35 Fait devenu assez fréquent : ainsi, en mai 2009, une large partie du sud de la médina a été privée (...)

– Ces évolutions sont liées à une surexploitation des ressources, notamment en eau, ce qui génère de nouvelles ségrégations sociales. Ainsi, certains quartiers marrakchis périphériques où vivent des habitants peu solvables sont privés d’eau tous les matins. Mais ce type de dysfonctionnement peut aussi toucher la médina35.

  • 36 Selon le secrétaire général de la wilaya, entretien 2004.

– On constate une dégradation ou une banalisation, un déclassement du patrimoine bâti et urbain – y compris dans l’espace public – qui concernent aussi le riche patrimoine marocain, sensoriel et civilisationnel du quotidien, ce qui est d’autant plus déplorable qu’il s’agit là du « capital » du tourisme et qu’ainsi on « coupe la branche sur laquelle on est assis ». Or, il est connu que les choix techniques destinés au développement touristique sont effectués par des acteurs qui n’habitent pas en médina et qui ne consultent ni les acteurs économiques, ni les habitants. Ce qui est plus surprenant, c’est que ces choix ne reposent pas non plus sur une analyse des attentes de la clientèle touristique36.

  • 37 Cf. l’enquête-ménages de 1999, sur la perception de la sécurité selon les heures de la soirée, qui (...)

50Pour montrer que tout est lié à tout, prenons l’exemple de la bazarisation. Sur les itinéraires touristiques – mis en avant par l’administration dans le cadre d’aménagements et de subventions pour embellissement des façades, politique tendant à supprimer la diversité des signes et les marques d’usure, au profit d’une vision pittoresque et cadrée de style « Napoléon III – californien – orientalisé » , tout petit commerçant ou artisan membre d’une corporation a financièrement intérêt à se transformer en marchand de babioles qui emploie un jeune vendeur extérieur à la vie du quartier. Celui-ci, déguisé en nomade fraîchement débarqué du désert, est indifférent aux habitants marocains qui ne fréquentent plus, comme antérieurement, la boutique pour un brin de causette et traite tout étranger, confronté à un paysage de babouches pailletées de plus en plus ennuyeusement homogène, en touriste-gibier à sa merci, touriste dont le « taux de retour » désespérément bas est déploré dans les rapports ministériels concernés. Au moment où ce voyageur exténué, privé désormais d’une vie urbaine un tant soit peu indépendante de sa présence, rentre au bercail de sa demi-pension, ces commerces ferment leurs portes, laissant le pavé aux arpenteurs discrets offrant drogues ou services sexuels, si bien que la rue est déserte deux à trois heures plus tôt qu’il y a une décennie et qu’elle est vécue par les habitants, marocains et étrangers, dans une insécurité totalement inédite37, d’autant plus que les allées et venues tardives, notamment pour regarder un match à la laiterie, pour une coupe de cheveux chez le coiffeur ou pour l’emplette chez l’épicier d’un ingrédient manquant au ménage, se sont raréfiées avec la disparition des commerces de proximité et que les habitants qui demeurent encore dans le quartier n’ont pas remplacé le gardien âgé, qu’ils étaient moins nombreux à rémunérer.

  • 38 Cf. Ian Farrugia, chapitre 4 sur le patrimoine, p. 147-158, in Ernst et al. (2001) et El Faïz (2002 (...)

51Même dans ce cas banal, on perçoit que, si la phase de regentrification par les étrangers s’est passée sans son concours, le système de décision politique et administratif marocain a contribué activement à la seconde phase de développement touristique tous azimuts, par exemple par une zone touristique de 6 000 lits en amont de la médina qui menace son approvisionnement en eau, par des aménagements des espaces publics sans concours d’idées, enfin, par nombre d’atteintes au patrimoine, y compris protégé38. Malgré une quantité impressionnante d’études et d’initiatives, l’Administration n’a pas su maîtriser ces processus dans un le sens de l’intérêt public et a donc contribué à détruire les ressources dont la ville se nourrit.

Paradoxes et virtualité de la gentrification

52Partout dans le monde libéralisé, toute dynamique urbaine favorable, toute politique publique positive – implantation d’un lieu culturel, classement Unesco, aménagement d’un espace vert, … – peut donner lieu à des effets pervers du fait même de son action, justement positive, sur l’image urbaine. Et c’est cette modification d’image qui constitue, par le biais de son rôle déterminant dans la formation du prix immobilier, le moment générateur des processus de gentrification et de touristification. Dans le cas marrakchi, la spécificité de ces dynamiques réside, d’une part, dans le rôle quasi exclusif qu’ont joué les étrangers dans l’amorce de ce processus et l’initiative majeure qu’ils ont pris dans sa conduite et, d’autre part, dans les choix paradoxaux de l’administration marocaine.

53Ici, il faut se rappeler que les dynamiques économiques spéculatives et notamment la spéculation immobilière – qui est un ingrédient constant de la gentrification – sont de caractère virtuel. En effet, à la suite de cette modification d’image du lieu, qui intervient dans l’attractivité du marché immobilier local – donc dans la mise en présence d’un vendeur et d’un acheteur potentiel – les prix fonciers et immobiliers sont le produit d’une négociation entre l’acheteur et le vendeur qui met en œuvre les images que l’un a de l’autre concernant :
– les revenus potentiels réalisables tels qu’ils sont perçus par l’acheteur ;
– la solvabilité de l’acheteur telle qu’elle est perçue par le vendeur.
Or, la question du niveau des prix est plus complexe au Maroc qu’en Occident, en raison de l’obligation dans laquelle se trouvent les fortunés de démontrer leur solvabilité (cf. ci-dessous l’idéologie de la magnificence). Ainsi, un bien identique a un prix différent selon la solvabilité et le niveau social potentiel de son acheteur. Tout bien et service peut être donc soumis à des dynamiques spéculatives comme celles qui existent en Occident seulement pour les biens immobiliers ou les œuvres d’art (et non pas, comme dans la tradition marocaine, pour une aide au transport ou un produit artisanal…). D’où un malentendu de fond avec les étrangers, en particulier ceux de passage, supposés solvables par principe, alors que leurs références culturelles n’exigent pas particulièrement une telle démonstration sous forme de prix excessif ! A partir de nombreux entretiens pertinents, Agnès Cornil (2004) analyse ce jeu des représentations pour les pratiques commerciales du souk de Marrakech.

54Cette négociation est donc très fortement marquée par les représentations des deux parties qui, évidemment, cherchent à influencer celles de l’interlocuteur en leur faveur par une communication supplémentaire, une politique d’image.

  • 39 Ainsi, je me suis trouvée invitée à un mariage qui a eu lieu dans une maison qui était déjà vendue (...)

55Concrètement, dans une médina concernée par le développement touristique, la détermination du prix de la transaction immobilière est biaisé par trois faits, qui donnent un résultat qu’on perçoit d’emblée comme profondément injuste :
– une différence importante de solvabilité entre le vendeur et l’acheteur, le premier liquidant son patrimoine familial39 au profit d’un investisseur de plus en plus anonyme qui ne participe plus guère à la vie urbaine ; cependant, on peut noter que les propriétaires-occupants prennent de plus en plus conscience de la valeur patrimoniale et non seulement financière de leur bien, et aussi des avantages de la vie en médina, si bien qu’ils sont devenus plus imperméables aux offres alléchantes des investisseurs. De ce fait, dans le derb que je connais le mieux, les dernières maisons vendues appartenaient soit à des propriétaires-bailleurs marocains, soit déjà à des investisseurs étrangers ;
– une politique d’image touristique de la ville de plus en plus en déconnexion avec ses réalités sociales, patrimoniales et environnementales ;
– une croissance inconsidérée et non compensée sur le plan environnemental et social des potentialités touristiques, grâce notamment à l’application laxiste des règlements d’urbanisme, d’environnement et du patrimoine par l’administration marocaine ; par exemple, les surélévations illégales contribuent à cette rentabilité individuelle indue, coûteuse pour la collectivité en termes de destruction du paysage urbain donc de ressources collectives du tourisme, sans parler de la valeur « en soi » du patrimoine en tant qu’héritage culturel.

  • 40 Amine : chef de corporation.
  • 41 Qu’un brocanteur de ksour illustrait en 2002 de la façon suivante : « Dans la génération de nos par (...)

56Pour analyser cette donne, j’ai essayé dans mes publications antérieures (Ernst, 2003 et 2008) de montrer que le système administratif marocain intègre une stratification d’au moins cinq cultures différentes du pouvoir politique et économique et que tout processus de décision implique une confrontation de ces différents systèmes de valeurs. Ainsi, un wali de culture managériale voudrait agir autrement qu’un amine40 attaché à la solidarité de sa corporation41. Ainsi, le directeur de l’administration déconcentrée de l’Etat chargée des monuments historiques – un service dont les origines remontent à moins d’un siècle – privilégie souvent davantage la conservation du patrimoine que les habous, une institution qui existait déjà il y a plus d’un millénaire sous les Omeyyades ( !) et qui intervient comme investisseur sur le marché mondialisé.

57Or, le dernier exemple montre que deux systèmes de valeur dotés de grandes similitudes jouent sans doute ici un rôle majeur : celui d’Al Andalus (décrit dans la phase 1) et celui de la mondialisation, car pour tous les deux le virtuel est d’une grand importance. Plus haut, nous avons défini un pouvoir monopolisant comme un pouvoir aspirant à une expansion illimitée, sur le mode de la concurrence éliminatoire (concurrence « à mort ») et surtout caractérisé par l’inexistence d’un contrôle par des acteurs extérieurs à la compétition (c.à.d. dans le cas du pouvoir économique mondialisé, de l’absence de contrôle des acteurs économiques par les acteurs démocratiquement élus).

58Or, Al Andalus, comme la mondialisation, relève de processus de monopolisation du pouvoir économique ou politique, et nous savons que les acteurs d’un pouvoir de type monopolisant « fonctionnent » beaucoup au virtuel : présentisme (communiquer que le pouvoir a toujours été là et qu’il est éternel), ambition d’universalité (communiquer que le pouvoir s’exerce partout, sans frontières). Il s’agit là de potentialités beaucoup plus que de réalités, d’aspirations à une puissance économique ou politique qu’il faut imposer par un travail sur les symboles, sur l’image, afin de gagner les faveurs d’un destin versatile, dans une permanente vigilance de l’instant, qui doit se passer de stratégies à long terme.

59Aussi, concernant les représentations liées à la richesse et à la pauvreté, on peut noter de surprenantes similitudes entre les empires arabo-musulmans et la mondialisation actuelle, en particulier telle qu’elle se manifeste au Maroc. L’universitaire marocaine Naïma Benabdelali (1999) a montré que, par exemple sous les Abbassides, la gloire et le pouvoir appartenaient aux riches qui choisissaient de prouver leur fortune par des dépenses fastueuses. En revanche, la pauvreté était considérée comme méprisable, non seulement socialement, mais également sur le plan spirituel et moral.

  • 42 Où il a été atténué ensuite, du moins dans l’action publique, notamment sous la pression de son coû (...)

60Là où il existait, ce clivage « moral » a toujours été exaspéré dans les phases de fort exode rural et d’explosion démographique urbaine, en Europe après la révolution industrielle42, au Maroc après son indépendance par une ségrégation rural/urbain qui s’est installée en pleine ville. Cependant, le processus marocain a ceci de spécifique qu’il a été concomitant à une désorientation des élites, attirées par « la modernité » enfin accessible. Le mot arabe beldi, qui désigne à la fois le caractère campagnard (rejeté) et le caractère traditionnel (valorisé) d’un objet ou d’une pratique, donne la mesure du déchirement vécu.

  • 43 Récemment, cette conception de la richesse qui devait nécessairement conférer le pouvoir s’est expr (...)

61Ces systèmes de valeurs partagés andalousiens et de la mondialisation produisent donc l’idée qu’il serait indigne, donc de fait impensable, que quelqu’un qui est riche n’ait pas le pouvoir43, ni que quelqu’un qui dispose du pouvoir ne soit pas riche. Non seulement cette conception exclut la participation aux processus de décision des membres de la société civile, mais elle réduit aussi le pouvoir de proposition des « simples » agents qualifiés de l’Etat et des collectivités.

62Sans doute bien davantage que la corruption, c’est cette idéologie de la magnificence indissociable de la richesse, du pouvoir et de la bonté qui amène les acteurs publics marocains à régulièrement privilégier les initiatives d’acteurs privés solvables mais engagés dans des projets économiques désastreux à l’égard des intérêts publics, au détriment du montage de projets impliquant de nombreux interlocuteurs dotés de ressources non-financières qui, de surcroît, agissent selon des références fort différenciées.

  • 44 Comme notamment le colloque de Rabat à l’origine du présent ouvrage.

63C’est ce qui explique qu’aucun « contre-pouvoir dans l’aménagement urbain » – que peu ou prou tous les séminaires sur le sujet44 appellent de leurs vœux – ne peut émerger ni, par ailleurs, d’émulation autour de concours d’idées, ni de savoir-faire en ingénierie de projets. Plus largement, il s’agit là de demandes anciennes de tous les observateurs, mais aussi des organisations internationales comme l’Unesco qui intègre la participation dans les conditions d’élaboration des candidatures au Patrimoine mondial de l’Humanité. Il est donc de plus en plus urgent « qu’on communique avec les habitants jusqu’ici complètement exclus des décisions qui les concernent et qu’on commence à promouvoir tant à la fois leurs capacités sociales souvent informelles, qui n’attendent qu’à se muer en véritables compétences, qu’à valoriser leur mode de vie. » (Ernst et al., 2001, p. 21).

  • 45 Il est clair en tout cas que ce fait n’était pas à imputer à l’absence d’outils réglementaires et r (...)
  • 46 Ce vœu – fondé ici sur une analyse socio-historique – reprend ce que j’ai écrit en 2001 (cf. Ernst (...)

64La pertinence problématique des démarches publiques45 nous semble donc résider d’abord dans le fait que les très divers acteurs marocains et étrangers « ne se parlent pas », ne mettent pas au jour leurs conceptions, leurs valeurs, leurs représentations si différentes pour décider en commun de nouvelles règles du jeu permettant de reprendre l’ancienne tradition d’auto-organisation en milieu urbain Ainsi, je formule en conclusion l’espoir46 que les actuelles crises économique, d’identité et des ressources naturelles permettront d’avoir un effet positif : celui d’un processus de décision plus coopératif, plus explicite des valeurs de chacun, plus négocié et plus « longtermiste », associant tous les acteurs qui font vivre et évoluer les médinas.

Bibliographie

ABOUESSALAM S., 1998. « Pauvreté et projet d’intégration urbaine à Marrakech », in M. Benlahcen Tlemçani (dir.), La problématique urbaine au Maroc : de la permanence aux ruptures, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, p. 185-203.

BELLAOUI A., 1994. « Marrakech des villes dans la ville ». Atlas Marrakech, n° 2, p. 2-35.

BENABDELALI N., 1997. Le don et l’anti-économique. Casablanca, Eddif.

BENEVOLO L., 1963. Le origine dell’urbanistica moderna. Bari, Editori Laterza.

BERTAUX P., 1971. La civilisation urbaine en Allemagne. Paris, Armand Colin.

CHOISY A., 1899. Histoire de l’architecture. Tomes I et II, facsimile. Paris.

CARCOPINO J., 1939. Rome, à l’apogée de l’empire - la vie quotidienne. Paris, Hachette.

COMBY J., 2007. « Sécuriser la propriété sans cadastre ». Revue de l’ADEF, 20 p., en ligne : www.adef.org/RESSOURCES/propriete_sans_cadastre.pdf

CORNIL A., 2004. L’impact du tourisme sur le souk de Marrakech. Mémoire de maîtrise d’aménagement, Université Paris X-Nanterre.

CUBERTAFOND B., 1997. Le système politique marocain. Paris, L’Harmattan.

DENAMUR I., 2003. Broderies marocaines. Paris, Flammarion.

EDDAHBI A., 1992. Les biens publics en droit marocain. Casablanca, Afrique-Orient.

ERNST I., 2003. « Les enjeux patrimoniaux en médina de Marrakech face à la stratification des cultures d’aménagement », communication (non publiée) au Colloque Fabrication, gestion et pratiques des territoires, UMR- LOUEST, Paris.

ERNST I., 2005. « Marrakech : Un pôle culturel émergeant, un centre culturel déficient ». Revue de l’Économie Méridionale, vol. 53, n° 1-2, p. 243-252.

ERNST I. 2006. « La fabrication de la médina de Marrakech par les images », in Nadir Boumaza et al. (dir.), Villes maghrébines en fabrication : ville réelle et ville projetée, Paris, Maisonneuve & Larose, p. 317-336

ERNST I. 2008. Logiques du territoire européen et méditerranéen. Mémoire d’HDR à paraître, Paris, 376 p.

ERNST I. 2009. Minorités, mixité et métissages, polycopié, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, 104 pages.

ERNST I. (dir.), BOUAYAD B., KASSOU A., FARRUGIA I., FROISSART M., JANSON I., 2001. Document de diagnostic et de synthèse intermédiaire du Plan d’aménagement de Marrakech-Médina, Municipalité de Marrakech, 359 p. (dont 63 cartes).

EL FAÏZ M., 1998. « Les foundouks à Marrakech », in M. Benlahcen Tlemçani (dir.), La problématique urbaine au Maroc : de la permanence aux ruptures, Presses Universitaires de Perpignan.

EL FAÏZ M., 2002. Marrakech, patrimoine en péril. Arles/ Casablanca, Actes Sud/ EDDIF.

EL OUARZAZI, A. Les Riyads de Marrakech, projet de mémoire, Maroc (non-localisé), non-daté.

ESCHER A., PETERMANN, S., 2000. « Neo-colonialism or gentrification in the Medina of Marrakesh ». ISIM Newsletter Architecture and Space, n° 5, Université de Leyden (Pays-Bas), p. 34.

ESCHER A., PETERMANN S., 2004. « Gentrification in den Altsstädten des Königreichs Marokko », in Günther Meyer (dir.), Die arabische Welt im Spiegel der Kulturgeographie, Mayence, p. 153 -162.

GARCIA-ARENAL A., 2003. La diaspora des Andalousiens. Aix-en-Provence, Edisud.

HOBSBAWM E., 1969. L’ère des révolutions 1789-1848. Paris, Fayard.

HOURANI A., 1993. Histoire des peuples arabes. Paris, Le Seuil.

JOURDANET M., 1994. « Architecture et Interculturel au Maroc », in A. Mdarhri Alaoui, A., Zeggaf (dir.), L’interculturel au Maroc. Casablanca, Afrique Orient, p. 17-23.

KRESS H. -J., 1968. Die islamische Kulturepoche auf der iberischen Halbinsel, Schriftenreihe des Geographischen Instituts der Universität Marburg.

LEVI-PROVENCAL E., 1932. L’Espagne musulmane au Xe siècle : institutions et vie sociale. Paris, Maisonneuve et Larose.

LUCAS M., 2000. La maison marocaine traditionnelle. Paris (dossier de sociologie, DEFA2, Ecole d’architecture de Paris-Belleville).

MAZZOLI-GUINTARD C., 2003. Vivre à Cordoue au Moyen Âge. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

MERMIER F., 2005. Le livre et la ville. Arles, Actes-Sud/Sindbad.

M’HASSNI M. et al., 2010. « Le système foncier au Maroc. Une sécurité et un facteur de développement durable », document en ligne téléchargeable sur
http://www.fig.net/pub/morocco/proceedings/TS1/TS1_5_mhassni_et_al.pdf, février 2010.

NAVEZ –BOUCHANINE F., 1997. Habiter la ville marocaine. Paris, L’Harmattan.

RGPH, 1996. Recensement général de la population et de l’habitat 1994, série provinciale Marrakech-Médina. Rabat, Direction de la Statistique.

SLEZKINE Y., 2009. Le siècle juif. Paris, La Découverte.

TILLION G., 1966. Le harem et les cousins. Paris, éditions du Seuil.

TOZY M., LAKHASSI A. 2004. « Le Maroc des tribus », in Hosham Dawod (dir.), Tribus et pouvoirs en terre d’Islam. Paris, Armand Colin, p. 169-200.

WATERBURY J., 1975. Le commandeur des croyants, la monarchie marocaine et son élite. Paris, PUF.

WILBAUX Q., 2001. La médina de Marrakech. Formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc. Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Même si elle n’a pas donné lieu à rémunération, contrairement à ce qui avait été contractuellement établi ! Peut-on alors considérer que l’expérience vécue d’un des facteurs-clefs des dysfonctionnements que nous constaterons – à savoir l’insécurité économique à laquelle s’exposent tous les prestataires situés hors de tout réseau clanique – représente un enrichissement de l’analyse présente ?

2 Dans le cadre de démarches d’organisation de stages pour les étudiants du DESS d’Urbanisme de l’université Paris X-Nanterre.

3 En effet, comportant de nombreuses études de cas problématiques ou exemplaires et de démarches internationales inspirantes, ce document est fondé sur une analyse systémique des enjeux, esquisse une prospective avec quatre scénarios contrastées, précise les objectifs du plan d’aménagement et propose un programme cohérent d’actions.

4 Le « nomade fonctionnel » est non seulement un étranger – l’aménagement au Maroc en a toujours beaucoup employé – mais plus particulièrement un « allogène, qui accomplit les tâches que la population native s’avère incapable ou peu désireuse de prendre en charge » (cf. Slezkine, 2009, où l’auteur dresse un tableau mondial du nomadisme fonctionnel, tableau extraordinairement diversifié en termes de territoires, de systèmes politiques et de missions confiées).

5 « Il serait facile et sans doute justifié de convoquer la corruption, l’incompétence, le dramatique manque de moyens élémentaires pour expliquer une telle incapacité des acteurs à gérer des enjeux essentiels d’intérêt public qu’ils ont en charge. Pourtant, ce serait rester à la surface des choses qui, si elles n’étaient pas mues par des pressions inextricablement confuses, se seraient rangées au côté des intérêts de développement en jeu. Il nous semble donc qu’il y a là à mettre au jour les motifs profonds et concrets d’un tel désordre. Nous considérons qu’ils sont à rechercher dans la stratification-même des cultures d’aménagement, qui insèrent les acteurs dans des dispositifs opposés de règles du jeu. » (cf. Ernst, 2003).

6 Cf. Bellaoui, 1994 : 5, qui paraphrase ici E. Aubin.

7 Sur ces questions voir par exemple Hourani (1993) pour la société arabe traditionnelle (notamment sur le contrôle de la campagne par les acteurs urbains, p. 191) ; Hobsbawn (1969) et Bertaux (1971) pour l’Europe ; Choisy (1899, tome 2 : 127- 132) pour une comparaison entre l’architecture domestique romaine et arabe, Carcopino (1939 : 72 et 203-205) pour le rôle du clientélisme à Rome, Lévi-Provençal (1932) et Mazzoli-Guintard (2003) pour l’organisation andalousienne sociale et spatiale, en particulier pour Cordoue.

8 Cf. El Ouarzazi (non-daté, p. 41) et Ernst et al. (2001), carte n° 33.

9 Ces deux auteurs faisant apparaître l’insécurité d’un tel système lorsque l’entre-soi est dérégulé.

10 Cf. le rappel dans Ernst (2003) de la gestion urbaine andalousienne à partir, notamment, de Lévi-Provençal (1932), Cubertafond (1997), Mazzoli-Guintard (2003).

11 Cité par Cubertafond, (1997, p. 28).

12 Cf. Kress (1968 : 165-167) qui met en question les recherches de géographie urbaine contemporaines et fonde son analyse plus socio-historique de la ville islamique sur Ibn Khaldoun.

13 Située, en l’occurrence, vers la Targa, produisant agrumes et roses pour l’exportation, et où Mme R. se rendait à vélo en compagnie de ses sœurs et amies.

14 Cf. Kassou in Ernst et al. (2001), p. 122. Pour le présent texte, j’effectue a posteriori l’analyse de ce processus progressif de ségrégation sociale.

15 Cf. Kassou in Ernst et al. (2001), p. 124-125.

16 Rachida A., Riad Zitoun Kedim, entretien vers 2001.

17 … comme de rentrer dans une maison sans alerter ses habitants, pour se servir du téléphone.

18 Terme de Mme R. qui cite en exemple de ce décalage la présence régulière autour de 1960 de campagnards sur les ronds-points routiers, bousculant les policiers chargés de régler la circulation, en exigeant de prendre leur place, au nom de la liberté promise à l’Indépendance.

19 « Que voulez-vous ? Ce sont des Arabes de la campagne » me disaient les habitants berbères, eux-aussi d’origine rurale, mais intégrés à la ville par leurs métiers, lorsque je me plaignais de l’observation de mon patio par mes voisins à partir de leur terrasse (une violation de l’intimité domestique, contraire aux règles musulmanes de voisinage) ou de leur installation sur des coussins pour prendre le frais, accompagnés d’une radio tonitruante, le dos à ma porte d’entrée, donc dans la fina (l’espace intermédiaire) de ma maison… Et eux de me raconter que cette voisine avait tué un poulet sur ma terrasse pour me jeter un sort, puis de me proposer une médiation – autre caractéristique de cette société rurale en milieu urbain, qui se défie traditionnellement de toute force publique.

20 Les fondouks, anciens hôtels de marchands, sont particulièrement exposés à une suroccupation dans les phases d’explosion démographique (cf. El Faïz, 1998). D’ailleurs, Naples au XVIIIe siècle connut le même problème d’une paupérisation de ses fondacci (sic).

21 Noualla : abri de fortune, notamment abri en vannerie à usage de poulailler.

22 Dont nous allons aborder les mécanismes au prochain paragraphe.

23 Comme l’entreprise de pièces automobiles, située dans un quartier commercial proche de la place Jemaâ el-Fna, construit dans les années trente : depuis sa création en 1936, l’établissement gardait en stock absolument tout ce qui était entré un jour en magasin (celui-ci recelait encore des pièces de Talbot …). En 2003, le responsable, fils du fondateur, parlait de sa jeunesse insouciante de fils de bourgeois particulièrement impliqué dans une troupe de théâtre amateur… Et quelques années plus tard, l’entreprise avait fermé.

24 Fiqh : jurisprudence islamique ; adoul : notaire coutumier.

25 Cf. Navez-Bouchanine (1997) et Jourdanet (1994), architecte qui s’interroge notamment sur la demande récurrente de sa clientèle casablancaise de deux salons, l’un européen et l’autre marocain.

26 Données des recensements respectifs, citées par Bouayad, in Ernst et al. (2001), p. 36.

27 Voir Escher & Petermann (2000, 2004) et ce volume.

28 Dar Bellarj, fondée par la suissesse Suzanne Biedermann, ainsi que le musée de Marrakech, créé par le collectionneur Omar Benjelloun.

29 Au Maroc, la première presse à caractères arabes ne fut introduite qu’en 1864 par un particulier qui s’en vit privé par le sultan. Celui-ci l’installa à Fès, et cette première imprimerie officielle n’imprima que six livres de 1865 à 1871. Cf. Mermier (2005), p. 22 et 25.

30 Cf. également article d’Anton Escher dans ce volume.

31 L’écrivain espagnol Juan Goytisolo dans le classement de la place Jemaâ el-Fna comme patrimoine immatériel par l’Unesco, intervenu en 2001 ; l’architecte et chercheur Quentin Wilbaux, comme membre de la délégation à Rabat, qui tenta d’empêcher la destruction d’un monument historique, le riad Ouarzazi, pour y construire en lieu et place un hôtel pompeux, démarche sans résultat, malgré le rapport de l’inspecteur du ministère marocain chargé de l’Urbanisme, dépêché sur place en 1999, qui exprima un avis très argumenté et défavorable à l’accord du permis de construire.

32 Les imbrications processuelles signalées ci-dessus nous obligent à insister sur la nécessaire simplification sous-jacente à ce phasage en deux périodes d’implantation d’étrangers. Comme pour le phasage de l’exode rural (phase 2 et 3), on peut trouver bien évidemment des événements caractéristiques d’une phase dans l’autre, antérieure ou ultérieure. Cependant, il nous semble qu’on ne parvient pas à comprendre et encore moins à résoudre les problèmes issus d’une mutation, si on ne procède pas aux différenciations déterminantes au sein des groupes d’acteurs concernés.

33 En effet, on note depuis 2003 environ, la création de maisons d’hôtes par des propriétaires marocains en médina de Marrakech, cependant prise en charge dans la plupart des cas par un gérant européen, perçu sans doute comme garant d’un service aux normes du tourisme occidental.

34 D’ailleurs, aux dires d’un notaire consulté en 2007, il s’agit du motif premier des ventes effectuées par des étrangers.

35 Fait devenu assez fréquent : ainsi, en mai 2009, une large partie du sud de la médina a été privée d’eau courante durant trois jours.

36 Selon le secrétaire général de la wilaya, entretien 2004.

37 Cf. l’enquête-ménages de 1999, sur la perception de la sécurité selon les heures de la soirée, qui donnait une image globalement très rassurante, cf. Ernst et al. (2001), p. 22.

38 Cf. Ian Farrugia, chapitre 4 sur le patrimoine, p. 147-158, in Ernst et al. (2001) et El Faïz (2002).

39 Ainsi, je me suis trouvée invitée à un mariage qui a eu lieu dans une maison qui était déjà vendue (je ne m’en suis aperçue qu’après), et cette vente avait sans doute permis de financer la fête.

40 Amine : chef de corporation.

41 Qu’un brocanteur de ksour illustrait en 2002 de la façon suivante : « Dans la génération de nos parents, lorsqu’un boutiquier du souk des babouches vendait une paire à dix heures du matin et qu’une demi-heure plus tard se présentait un autre client, il prétendait ne pas avoir la bonne taille en magasin, en envoyant celui-ci chez son confrère voisin, afin que celui-ci réalise également une vente. »

42 Où il a été atténué ensuite, du moins dans l’action publique, notamment sous la pression de son coût pour le développement ! Cf. Benevolo (1963), qui montre le long chemin des Etats européens vers l’intégration de problèmes d’hygiène, de l’eau, de l’urbanisme dans les politiques d’intérêt public.

43 Récemment, cette conception de la richesse qui devait nécessairement conférer le pouvoir s’est exprimée très clairement en Europe, lors de la création d’un musée privé d’art contemporain à Venise par un des plus fortunés hommes d’affaires français. En effet, ce dernier a délocalisé à Venise son projet initalement prévu à l’île Seguin (le dernier site remarquable en cours d’aménagement à proximité de Paris), ulcéré qu’il était par la durée, pour lui inacceptable, d’une procédure normale d’urbanisme et notamment par les démarches de participation qu’elle requiert.

44 Comme notamment le colloque de Rabat à l’origine du présent ouvrage.

45 Il est clair en tout cas que ce fait n’était pas à imputer à l’absence d’outils réglementaires et régulateurs d’architecture, d’urbanisme ou d’environnement, qui forment au Maroc un système assez complet.

46 Ce vœu – fondé ici sur une analyse socio-historique – reprend ce que j’ai écrit en 2001 (cf. Ernst et al. (2001), tome 1, p. 15 : « Les mutations très rapides auxquelles la médina est soumise aujourd’hui, amènent ainsi une confrontation entre systèmes de valeurs radicalement différents, concernant les rapports public-privé, pouvoir-participation, individuel-collectif, matériel-spirituel. Dans ce contexte, il est impératif pour les décideurs d’aujourd’hui d’élaborer des repères nouveaux, en affirmant le volontarisme de l’action publique, faute de quoi ils se laisseront déposséder du devenir urbain. »

Auteur

Ingrid Ernst, urbaniste comparatiste, maître de conférences HDR à l’université Paris-Ouest-Nanterre, a été déléguée régionale à l’Architecture et à l’Environnement (en France) et chef de projet du plan d’aménagement de la médina de Marrakech. Ses publications explorent les facteurs historiques et culturels qui président aux mutations urbaines actuelles, en particulier en Allemagne, en France et au Maroc. Son ouvrage en préparation, Logiques du territoire européen et méditerranéen, croise ses approches.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable