Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Première partie : la gentrification au Maroc en débat

3. Facteurs et acteurs de la gentrification touristique à Marrakech, Essaouira et Fès

Anton Escher et Sandra Petermann

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir chap.1 pour un développement sur ces questions qui ont été, entre autres, abordées par Dangsch (...)

1Dans le contexte de mondialisation politique, économique et socioculturelle touchant le Maroc au début du XXIe siècle (Cohen & Jaidi, 2006), une population nouvelle – composée essentiellement de touristes internationaux et d’Occidentaux « cosmopolites » – a induit un processus de rénovation des vieux centres urbains marocains impliquant des transformations profondes au niveau architectural et social (Bauer et al., 2006 ; Escher & Petermann, 2009 ; Kurzac-Souali, 2006 ; McGuinness, 2006). Ce processus – qui a pu être comparé au processus de gentrification des métropoles des pays industrialisés1 – a inversé une dynamique de dévalorisation et de sous-intégration des médinas à l’œuvre depuis le Protectorat (Ayache, 1959 ; Ehlers, 1984) et qui s’est poursuivi après l’Indépendance (Abu-Lughod, 1980 ; Troin, 2002a). Cependant, un processus complexe de renouvellement urbain lié à des intérêts politiques locaux et globaux mettra peu à peu les médinas marocaines en condition d’attirer les acheteurs étrangers. Si quelques Européens ont acheté des maisons dans certaines médinas dès les années 1960, ce phénomène est resté marginal, et, jusqu’au début des années 1990, la plupart des travaux scientifiques soulignaient le délabrement architectural et social des vieilles médinas d’Afrique du Nord (Gangler & Ribbeck, 1994), délabrement lié au départ des classes aisées et à l’installation de populations de milieux très populaires (migrants ruraux, petits artisans, travailleurs journaliers démunis). Mais à la fin du XXe siècle, les perceptions changent : les constructions traditionnelles de la médina marocaine – que ce soit la maison à cour intérieure (dar) ou la maison à cour intérieure avec jardin (riad) (illustration 1), voir à ce propos Gallotti, 1926 – apparaissent comme particulièrement adaptées pour aménager une résidence de vacances ou une maison d’hôtes pour une clientèle européenne. La plupart des nouveaux propriétaires utilisent leur résidence comme habitat secondaire ou temporaire, et il semble approprié de parler de « gentrification touristique » (Rothfuß, 2007). A partir du milieu des années 2000, Marrakech, Essaouira et Fès sont les villes les plus touchées par cette forme de gentrification et peuvent être considérées comme des affected global cities (Scholz, 2000 ; Escher, 2001) dans le contexte de la mondialisation économique (Sassen, 2000).

Illustration 1. Cour plantée d’arbres et de fleurs d’un riad rénové

Illustration 1. Cour plantée d’arbres et de fleurs d’un riad rénové

2Le processus de transformation des médinas marocaines s’inscrit donc dans les théories générales de la mondialisation et de la gentrification. Cependant, les conditions culturelles, les dynamiques internes et le déroulement qualitatif de la gentrification touristique au Maroc demeurent des aspects peu étudiés qui soulèvent les questions suivantes :
- Quelles approches théoriques sont susceptibles d’étayer une analyse comparée des vieilles villes marocaines « gentrifiées » ?
- Comment une gentrification touristique des médinas marocaines par des acteurs européens a-t-elle été possible malgré les différences culturelles, et ce, sur une période d’une dizaine d’années seulement ?
- Quels phénomènes et quels acteurs ont contribué à la gentrification touristique au Maroc, au-delà du contexte politique et du cadre juridique ?

  • 2 Les données ont été principalement collectées par des étudiants de l’Institut de géographie de l’un (...)
  • 3 Nous qualifions d’« acteur » dans ce contexte non seulement une personne concrète, mais aussi des é (...)

3Le présent article se propose de répondre à ces questions, en procédant à l’analyse de données collectées dans les médinas de Marrakech, Essaouira et Fès entre 1999 et 2009.2 Le processus de gentrification touristique s’est déroulé dans les trois vieilles villes de façon différente en ce qui concerne l’intensité du phénomène, la place des acteurs internationaux et l’acceptation des populations locales. Mais plusieurs points communs peuvent être mis en évidence. En nous fondant sur le concept de « la théorie ancrée dans l’objet » ou grounded theory de Glaser & Strauss (1967) (cf. Strauss, 1991 ; Strauss & Corbin, 1996), nous allons essayer d’effectuer une analyse comparée des modalités du processus de gentrification de ces trois villes. Pour ce faire, nous considérons quatre facteurs essentiels favorisant et influant sur le processus de gentrification touristique mené par des acteurs étrangers : a) les atouts géographiques des villes dans une perspective touristique ; b) la représentation de ces villes dans l’imaginaire des Occidentaux ; c) le développement quantitatif et spatial des propriétés étrangères au sein des murs de la médina au XXIe siècle ; d) l’identification des acteurs3 individuels ou institutionnels de la gentrification au Maroc. Nous prenons également en considération le type d’information véhiculé par les médias (presse, radio, télévision et internet) sur ces trois villes, qui participent à forger l’image de ces villes en médiatisant les principaux acteurs de la gentrification et la production artistique. La corrélation de ces facteurs permet ainsi de retracer les modalités des processus de gentrification touristique dans ces trois villes.

Marrakech : paradis terrestre et conte féérique

Situation géographique et atouts touristiques

4Marrakech, située au centre du Maroc, à environ 200 kilomètres au sud de Casablanca, est bordée par la chaîne du Haut-Atlas. Le climat y est semi-continental et aride : l’été est sec et la période humide est en hiver. En été, de nombreux étrangers vont sur la côte d’Essaouira (situé à 176 kilomètres) pour échapper à la chaleur. La ville est bien desservie par les bus, par le train la reliant au port international de Casablanca et par l’autoroute Casablanca-Agadir. Elle dispose d’un aéroport international avec des liaisons quotidiennes et hebdomadaires vers la plupart des capitales européennes. Elle est desservie par de nombreuses compagnies aériennes low-cost, ce qui rend le week-end à Marrakech à partir de Londres, Paris ou Berlin moins cher qu’un séjour sur une côte européenne.

L’image européenne de la ville rouge

  • 4 Marrakech est un lieu à la marge.

5L’image de la ville rouge est certainement aujourd’hui l’une des plus idéalisées et mythifiées dans l’imaginaire occidental, faisant de Marrakech à la fois un « paradis terrestre » et la ville de tous les contrastes. Dès le début du XXe siècle, la ville a été idéalisée : « Marrakech est un rêve » (Dorgelès 1938). Le premier chroniqueur français, Georges Aimel (1919), qualifia Marrakech de « grand fondouq », i.e. de grand hôtel, qui enchante ses visiteurs. Le peintre allemand Hans Werner Geerdts (1975 : 35) habitant en médina depuis plus d’un demi-siècle parle de « Marrakech ou le chaos organisé » cherchant ainsi à concilier des antagonismes perçus comme plus ou moins complémentaires. En effet, pour de nombreux étrangers (vision également relayée par les magazines), Marrakech serait perçu comme un « paradoxe » dans le temps et dans l’espace, où se mélangent le Moyen-Âge et la modernité. Le visiteur vivrait simultanément des moments « magiques » ressentis de manière positive et des moments « profanes » ressentis de manière négative. Le « paradis » des Européens – la réalisation de leurs rêves et de leurs fantasmes orientaux – se situe en grande partie dans les jardins des résidences des médinas mais aussi dans la « magie » de la ville. Un nouveau Marrakchi français l’exprime ainsi : « Marrakech est une ville extraordinaire. Tous les sens sont en éveil du matin au soir. C’est une ville extraordinaire. Tout simplement ». Pour le dire avec les mots de Robert Shields (1991) : Marrakech is a place on the margin4. Ce cliché « d’hôtel paradisiaque » influença durablement la réputation de la médina de Marrakech auprès d’un public mondial. Pour de nombreux touristes étrangers, Marrakech est un lieu d’hédonisme où l’on peut satisfaire tous ses désirs. Cette image d’une ville paradisiaque est également véhiculée à l’occasion des festivals culturels de Marrakech. Le premier événement urbain international, le « Festival national des arts populaires de Marrakech » fut inauguré en 1965 par le roi Hassan II. Depuis, plus d’une douzaine de festivals internationaux se déroulent annuellement à Marrakech, la plupart initiés au cours de la dernière décennie et participant à la promotion du tourisme international. Aujourd’hui, l’événement le plus important est le « Festival international du film de Marrakech » organisé depuis 2001 et qui fait l’objet d’un plan international de diffusion publicitaire.

Croissance des biens immobiliers étrangers dans la médina de Marrakech, 1999-2009

  • 5 Les données pour Marrakech ont été récoltées par des étudiants en 1999, 2000, 2003, 2006 et 2009 ai (...)
  • 6 Petermann (2001) décrit de façon détaillée les conditions et les cadres juridiques pour les acheteu (...)
  • 7 Un autre recensement en avril 2009 compta 1 978 biens immobiliers étrangers dans la médina. 1 015 p (...)

6En raison d’un efficace bouche à oreille initié par quelques architectes, plusieurs Européens ont acheté des maisons dans la médina dans les années 90 pour y passer leurs vacances. Les premiers acheteurs s’apparentaient plutôt à des idéalistes passionnés, des restaurateurs de vieilles pierres. Mais à partir de la fin des années 90, commença une commercialisation plus intensive de biens immobiliers dans la médina. Il semble qu’un facteur décisif ait été la diffusion, le 14 juillet 1998, d’un reportage intitulé « les Jackpots de l’été » par l’émission-phare Capital de la chaîne française M6. Le documentaire portait sur l’achat de maisons dans les vieilles villes de Marrakech et Essaouira sous le titre : « J’achète ma résidence secondaire. Une maison de campagne à partir de 100 000 francs ». D’autres médias ont également proposé des émissions sur le sujet, le riad devenant ainsi « la résidence paradisiaque dans le fabuleux Orient ». D’innombrables magazines (Maisons du Maroc, Médina, Condé Nast Traveller, Lufthansa-Magazin, etc.), mais également l’organisation de « l’année du Maroc » en France en 1999 ainsi que la publicité et la médiation via internet ont contribué à susciter l’intérêt des étrangers pour les biens immobiliers dans la médina de Marrakech. Le nombre des propriétaires étrangers dans la médina passa de quelques douzaines au début des années 90 à 150 en été 1999 (Escher & Petermann, 2000)5. En raison de l’encadrement des agences immobilières internationales à orientation binationale, l’achat de résidences n’était plus une aventure hasardeuse pour les étrangers, mais un marché assuré6. Jusqu’à la fin novembre 2000, 457 étrangers achetèrent plus de 500 maisons sur 512 terrains dans la médina de Marrakech (Escher et al., 2001a et 2001b). Plus de 900 propriétaires de biens immobiliers (possédant au total 948 terrains) ont été comptés au mois de mars 2003 (Escher & Petermann, 2003). N’utilisant leur maison que de façon temporaire comme résidence secondaire et ayant souvent sous-estimé les coûts de restauration et d’entretien, de nombreux propriétaires décidèrent d’ouvrir une maison d’hôtes au sein de leur propre habitation. Ce fut la naissance de la fièvre des maisons d’hôtes à Marrakech. Entre-temps, l’infrastructure urbaine fut adaptée aux exigences modernes : rénovation des réseaux électriques et des réseaux d’eau potable et d’assainissement, dallage des rues et ruelles et création d’espaces verts. La transformation de la médina de Marrakech ne concerne pas seulement l’architecture mais aussi toute l’esthétique de la ville : les couleurs se renforcent, les formes évoluent, les résidences, les rues, les places et les parcs semblent se transformer ou renaître ; et ce dans des dimensions inenvisageables et inconcevables auparavant. Les investisseurs étrangers disposaient au printemps 2006 de 1 432 biens immobiliers répartis sur environ 1 250 propriétaires (Escher & Petermann, 2009, voir figure 1 pour la distribution par nationalité). Une cartographie détaillée du quartier Derb Dabbachi montre l’importance croissante des propriétaires étrangers (figure 2). Les investissements à caractère spéculatif et de rente ont nettement augmenté ces dernières années. Au printemps 2009, environ 2 160 biens immobiliers appartenaient à des étrangers (cf. figure 37). Les acheteurs français représentent un tiers des propriétaires étrangers, suivis de façon beaucoup plus infime par l’Italie (5 %), le Royaume-Uni (4 %), la Belgique et l’Allemagne (respectivement 3 %). Toutes les autres nationalités ne dépassent pas 2 % (figure 1).

  • 8 La vague spa n’a rien à voir avec la visite d’un hammam traditionnel. Sur 58 établissements dans la (...)

7A partir de 2005, les investisseurs internationaux ont découvert le fort rendement de l’immobilier à Marrakech. L’achat stratégique de plusieurs biens immobiliers et la transformation de l’utilisation des résidences traditionnelles augmentèrent. Ainsi, le dernier recensement que nous avons effectué comporte des nationalités jusque-là peu présentes (thaïlandaise ou indonésienne) et une vague de spas8 qui toucha également la médina. Il faut cependant noter que la crise financière internationale de 2008 a eu un impact certain sur la vieille ville en 2009. Les entreprises spécialisées dans l’immobilier et le bâtiment ont connu à la fin de l’année 2008 des difficultés (baisse des montants des transactions liée à une offre croissante de maisons restaurées et une demande ralentie).

Quelques acteurs centraux et symboliques de la gentrification dans la médina de Marrakech

8Au début des années 90, la plupart des personnes cherchant à acheter un riad dans la médina de Marrakech entrèrent en contact avec un tandem d’origine belge et marocaine : Quentin Wilbaux et Abdellatif Aït ben Abdallah (cf. témoignage de Q. Wilbaux, article 11, cet ouvrage). On peut considérer qu’ils furent les deux acteurs individuels les plus importants et les plus dynamiques de la mise en place du processus de gentrification de Marrakech en cette fin du XXe siècle. Ils ont établi les relevés de nombreuses maisons de la médina et ont organisé les négociations des transactions immobilières de nombreux clients étrangers. Q. Wilbaux vint à Marrakech en tant qu’étudiant en 1981 et en tant que stagiaire en architecture en 1986. Il explora la médina pendant son temps libre avec l’aide de son ami A. Abdallah. Ils réalisèrent les plans de maisons anciennes et recensèrent les bâtisses d’importance architecturale alors qu’aucune étude sérieuse n’avait été réalisée jusque-là. Ils fondèrent « Marrakech Médina », la première agence immobilière binationale, et, plus tard, une entreprise de rénovation « Tarmîm Médina », qui effectuait tous travaux de remise en état pour les clients. Au fil des années, de nombreuses entreprises binationales ont ensuite été fondées en suivant ce modèle, et, grâce à internet, elles vendirent des maisons de la médina à une clientèle internationale aisée.

  • 9 La justification de la qualification de la médina comme vibrant historic city (une ville historique (...)

9Les nouveaux propriétaires étrangers fondèrent des associations qui s’occupaient de la planification et de l’aménagement de la ville ou qui représentaient des intérêts économiques et culturels. « Les Amis de Marrakech » et « l’Association Place Jemaâ el-Fna, Patrimoine oral mondial de l’humanité » ou encore « l’Association des maisons d’hôtes de Marrakech et du Sud » représentent ainsi des intérêts politico-économiques au coeur desquels la sauvegarde de la médina est un enjeu majeur. Ces associations rassemblent dans des combinaisons diverses des intellectuels ou des gérants de maisons d’hôtes étrangers ou marocains, dans le but de représenter leurs intérêts communs en ce qui concerne l’aménagement urbain, le développement des maisons d’hôtes ou la conception de la culture marocaine. A Marrakech, ces organismes ont influencé les processus de transformation de la médina sur bien des plans. C’est, par exemple, à elles que l’on doit le classement de la place Jemaâ el-Fna comme premier lieu inscrit à la liste des « Masterpiece of Oral and Intangible Heritage of Humanity » (chef-d’œuvre du patrimoine oral et intangible de l’humanité) en 2001. Ainsi, Marrakech est dans une certaine mesure – après que l’Unesco ait déjà inscrit la médina de Marrakech sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 19859 – mise sous la surveillance culturelle de la société mondiale. Mises à part les associations déjà évoquées, de nombreux entrepreneurs culturels européens et marocains se sont installés dans la médina et gèrent des musées, des galeries d’art et des agences culturelles qui représentent des centres dynamiques de la société étrangère de la médina (voir article 6 des mêmes auteurs dans ce volume). De nombreux écrivains, réalisateurs de cinéma, peintres ou autres artistes ont également participé à ce processus (cf. voir détails dans Escher & Petermann, 2009).

  • 10 Le travail de Clos (2001) retrace l’histoire des migrations des artistes à Marrakech et fait la typ (...)
  • 11 De nombreux réalisateurs de films célèbres comme Alfred Hitchcock et Ridley Scott – pour n’en nomme (...)

10Nous finirons en citant ici deux « acteurs » symboliques importants, des figures de l’époque coloniale qui ont largement contribué à façonner l’image de la ville : le peintre Jacques Majorelle et l’hôtel « La Mamounia ». Peu après le début du Protectorat en 1912, le maréchal Lyautey, Résident général de l’époque, fit venir de nombreux artistes10 à Marrakech dont le peintre Majorelle, qui laissa derrière lui d’innombrables tableaux ainsi que le « Jardin Majorelle ». Après lui, de nombreux artistes se rendirent et continuent de se rendre à Marrakech. Projeté en 1923-1924 et terminé en 1929, l’hôtel « La Mamounia » construit en style Art-Déco représentait et représente encore le luxe occidental et la base arrière d’Hollywood au Maroc. L’hôtel est rapidement devenu le symbole de la synthèse entre tradition et modernité dans la médina. La rénovation récente du bâtiment sous le Haut Patronage du roi Mohammed VI et l’inauguration opulente des lieux soulignent l’importance symbolique de l’hôtel. C’est un lieu de tournage que les réalisateurs d’Hollywood choisissent volontiers, et il sert à l’hébergement des stars du cinéma au-delà de la durée des tournages11.

Toits de Marrakech

Toits de Marrakech

Essaouira : esprit hippie et son des vagues

Situation géographique et atouts touristiques d’Essaouira

  • 12 Le « Plan Azur » est la planification de cinq nouveaux secteurs balnéaires sur la côte atlantique e (...)

11La ville portuaire d’Essaouira (ex-Mogador) se situe sur une péninsule de la côte atlantique à environ 150 kilomètres au nord d’Agadir et environ 180 kilomètres à l’ouest de Marrakech. La situation géographique de la ville et son climat tempéré en ont fait un port apprécié dès l’Antiquité. La ville se développa économiquement et culturellement grâce au commerce avec l’Europe, l’Afrique et l’Amérique (Ross et al., 2002) et resta jusqu’à la fin du XIXe siècle la porte du Maroc vers le reste du monde. Aujourd’hui, Essaouira est devenu une station balnéaire qui attire les Marocains et les touristes de tout le pays (et surtout de Marrakech) pendant les chaleurs estivales et les grandes vacances. Bénéficiant d’hivers doux (Müller-Hohenstein & Popp, 1990, p. 27) et d’un environnement naturel attrayant, la ville fait partie du « Plan Azur12 » et est destinée à devenir une citadelle du tourisme. Outre son raccordement à la nouvelle autoroute Agadir-Casablanca, elle possède un aéroport qui dessert régulièrement les principaux aéroports nationaux et l’aéroport international de Paris-Orly.

L’image européenne d’Essaouira-Mogador

  • 13 Les Gnaouas sont des descendants des esclaves importés d’Afrique de l’Ouest qui travaillèrent dans (...)

12L’image d’Essaouira comme « ancienne capitale hippie et nouveau temple de la world music » (Allali & Zizi, 2002, p. 16) a longtemps été marquée par un élément déterminant : la musique, que ce soit celle des hippies dans les années 1960-1980, celle des confréries des Gnaoua13 ou bien celle des maîtres de la Fusion. Non seulement la musique mais aussi l’indolence du mode de vie associé aux hippies et aux Gnaouas marquent jusqu’à aujourd’hui la face culturelle et l’image urbaine de l’ancienne Mogador. Les lila (festivités nocturnes gnaoua durant lesquelles les participants entrent en transe) sont un des marqueurs forts de cette représentation, renforcée depuis 1999 par la création du « Festival d’Essaouira Gnaoua musique du monde ». Initié, entre autres, par Jane Loveless, soutenu par des personnalités locales et actuellement porté par des acteurs culturels marocains comme Leila Tazi, ce festival est connu internationalement et attire chaque année des musiciens du monde entier.

  • 14 Depuis, les remparts d’Essaouira servent de décor pour des films orientaux d’Hollywood et adoptent (...)

13Entre la world music et la peinture, Essaouira est ainsi devenue en quelques décennies le lieu d’épanouissement d’une culture « mondiale » qui contribue à en faire un cadre culturel attractif pour les Nouveaux Souiris. Le cinéma et l’architecture ont également participé au renom de la ville. Orson Welles y tourna en 1952 le film Othello et contribua de cette manière à la constitution de l’image de la ville, la médina et les remparts formant un décor naturel particulièrement approprié pour ce film14. C’est pour lui rendre honneur qu’une place près du port porte depuis peu de temps son nom. Au niveau architectural, les remparts, les maisons et le plan en damier de la ville représentent une synthèse euro-méditerranéenne qui permet aux étrangers de s’orienter facilement et de s’approprier aisément le cadre de vie.

14A l’image culturelle et musicale d’Essaouira s’est ajoutée ces dernières années une pratique se situant entre le sport de mer et le mode de vie relax : « Essaouira ville du vent, Essaouira lieu de surf ». Cette vision se retrouve sur internet : « Outre Tarifa, Essaouira est le lieu de surf avec la plus grande certitude de vent pour les Européens garantie de mai à août » (Heinkel, 2004). Le guide touristique Lonely Planet décrit l’atmosphère d’Essaouira en la démarquant des autres villes du Maroc, car « […] son atmosphère relaxe est un contraste total avec les villes-souq de Marrakesh, Fès, Meknès et Tanger » (Fletcher et al., 2001, p. 428).

  • 15 L’ethnologue autrichienne D. Byer (2004) décrit les stratégies d’épanouissement personnel, pratiqué (...)

15De ces éléments de l’image urbaine résulte un certain état d’esprit : l’Essaouira Spirit. La griserie provoquée par des performances sportives extrêmes et/ou par la musique et la drogue laisse au visiteur étranger le sentiment que les possibilités pour s’y épanouir sont infinies. Le mythe décrit dans l’ouvrage Enfin Essaouira15 (Byer, 2004) ou bien l’intitulé du magazine de Royal Air Maroc, Essaouira la ville de tous les possibles (Royal Air Maroc 2009) font de cette ville – comme à Marrakech même si de manière différente – un lieu où, selon les stéréotypes en vigeur, les attentes et désirs inassouvis des étrangers seraient à même d’être satisfaits.

Les biens immobiliers étrangers dans la médina d’Essaouira

16Les hippies et les alternatifs ont changé le visage du tourisme à Essaouira : au tourisme balnéaire estival s’est ajouté un tourisme annuel ancré dans la médina. Il est difficile de reconstruire les débuts de cet afflux, car les traces des premiers habitants étrangers de la vieille ville au milieu des années 70 sont peu documentées (Bauer, 2005). Quelques hippies de France, d’Allemagne ou des Etats-Unis louaient des maisons dans la vieille ville ou dans des villages périphériques, mais ces anciens hôtes n’ont pas influencé la ville de façon durable (Ross et al., 2002). Les maisons ne furent pas rénovées et ne servaient que de logements plus ou moins précaires. En raison du tourisme intérieur, la location à des clients estivaux était fréquente. La plupart des clients étrangers venaient en quête d’inspiration, d’épanouissement ou d’aventure. Mais dans les années 90, une forte demande d’achat de biens immobiliers en provenance de l’étranger se manifesta dans la médina, et, en liaison avec ce qui se passait à Marrakech, de plus en plus d’investisseurs européens s’intéressèrent au marché souiri. Et même si les prix de vente ont fortement augmenté depuis 1998, le marché immobilier semble être toujours attractif pour de nombreux investisseurs.

  • 16 Les données empiriques pour l’étude de cas d’Essaouira ont été relevées dans le cadre de projets d’ (...)

17Selon nos données16, on relevait, en mai-juin 2003, environ 298 propriétaires étrangers possédant plus de 320 biens immobiliers dans la médina. Plus de la moitié (148 personnes soit 52 %) des propriétaires étrangers étaient originaires de France, suivis par les Allemands (15 %) ; les autres nationalités (Italie, Suisse et Grande-Bretagne) représentant de faibles pourcentages. En 2008, 382 propriétés immobilières appartenant à des étrangers ont été cartographiées (figure 4). Le pourcentage des propriétaires français avait fortement augmenté (63 %), suivi par les Britanniques (10 %) et les Allemands (7 %) (figure 1). Cette arrivée des Européens engendra une densification croissante de la médina.

18A la fin des années 2000, les investissements étrangers dans le marché immobilier de la médina se sont ralentis, et on note plutôt une certaine tendance à délaisser la médina d’Essaouira. Cependant, les maisons sont généralement revendues à d’autres Européens car les prix restent trop élevés pour le marché immobilier marocain. On constate en parallèle un mouvement vers la campagne souirie : les Européens bâtissent des résidences secondaires dans le style des maisons toscanes soit vers le nord (à l’ouest de la route d’Ounara, à Talmest) soit près de la côte, au sud de Sidi Kaouki. Cette nouvelle tendance de migration vers la campagne est également perceptible dans de nombreuses autres parties du pays, y compris à Marrakech (vers les vallées et oasis du Sud, par exemple).

Les principaux acteurs de la gentrification dans la médina d’Essaouira

19Dans la médina d’Essaouira, comme dans d’autres vieilles villes, de nombreux agents immobiliers autochtones agissaient et agissent encore dans les différents quartiers. Il semble cependant que des acteurs-clés, possédant des qualités particulières, soient indispensables pour initier la médiation interculturelle nécessaire à l’installation des étrangers. A Essaouira, on retrouve ainsi deux passionnés de surf et un entrepreneur culturel qui œuvrent pour la médiatisation de la ville.

20Jack Oswald, un Suisse possédant des écoles de surf à Marbella et Tarifa en Espagne s’installa à Essaouira dans les années 70. Pour attirer les surfeurs, explique-t-il, il fut à l’origine de la commercialisation de l’image d’Essaouira comme la « ville du vent » (Wind City Afrika). Aujourd’hui, Oswald possède un kiosque à l’entrée principale de la médina, sert d’intermédiaire dans l’immobilier et loue des chambres et des riads à des clients internationaux. L’actuel président du club de surf « Fun & Fly », Michel Sautereau, a également beaucoup contribué au développement de la pratique de la planche à voile à Essaouira. A la fin des années 80, il y entraîna des surfeurs français et contribua à la notoriété de la ville auprès de la communauté mondiale des surfeurs (Ross et al., 2002, p. 51). L’entrepreneur culturel Frédéric Damgaard est le troisième acteur-clé. Dans les années 80, il initia sur le marché d’art européen le développement d’un nouveau style de peinture marocaine inspiré de la culture gnaoua. Sa galerie d’art contribua ainsi considérablement à la fabrique de l’image artistique de la ville. Ces trois personnes ont acheté des biens immobiliers dans la vieille ville et ont cherché à rendre la médina d’Essaouira attrayante pour les étrangers. Leur exemple a montré qu’il était possible de vivre une vie agréable et librement choisie en médina et en a fait des pionniers du processus de gentrification de cette petite cité.

21Du côté marocain, André Azoulay, conseiller du Roi, est un des « enfants » les plus célèbres de la ville. Dans les années 90, l’Association pour la préservation de la ville d’Essaouira, également connue sous le nom de « Association Essaouira-Mogador », a été fondée par des membres de familles aisées et influentes d’Essaouira. Le noyau de l’association était constitué de 18 à 20 personnes provenant des milieux de l’économie, de l’éducation et de la politique (dont A. Azoulay). L’objectif officiel était de réveiller la ville de son sommeil et de la rendre attractive pour le public international. L’association organisa différentes manifestations culturelles comme des lectures publiques, de la musique, du théâtre, des projections de films et des ateliers de travail (Ross et al., 2002). En 2001, l’association parvint à faire inscrire la vieille ville sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco avec la justification suivante : « Essaouira est un exemple exceptionnel de ville fortifiée de la fin du XVIIIe siècle, construite en Afrique du Nord selon les principes de l’architecture militaire européenne de l’époque. Depuis sa fondation, elle est restée un port de commerce international de premier plan reliant le Maroc et l’arrière-pays saharien à l’Europe et au reste du monde. » (Unesco, 2004). Les interactions culturelles furent ainsi soulignées et reconnues des deux côtés.

22Un autre acteur symbolique important dans le contexte du processus de valorisation est Jimmy Hendrix. Ce musicien d’exception, dont on présume qu’il séjourna au Maroc pendant les années 60, est encore aujourd’hui présent de manière symbolique à Essaouira. Selon la légende locale, Hendrix fut inspiré par le palais englouti dans le sable sur la plage au sud d’Essaouira lorsqu’il composa la chanson Castles in the Sand. On peut entendre ses chansons dans toutes les échoppes de la ville où l’on vend de la musique. Indépendamment de sa présence réelle, il est aujourd’hui non seulement un élément d’attraction, mais également un modèle pour de nombreux musiciens européens qui viennent à Essaouira pour jouer avec les musiciens de la confrérie des Gnaouas. On trouve par conséquent à Essaouira – ainsi que dans de nombreux endroits au sud de la ville – des indices de la présence d’Hendrix. Apprendre et jouer ensemble de la musique transforment jusqu’à aujourd’hui des individus étrangers en des amis et partenaires.

Fès : mystique et spiritualité

Situation géographique et atouts touristiques

23Située à 415 mètres d’altitude, la médina de Fès connaît des conditions naturelles favorables entre les contreforts du Rif au nord et le Moyen-Atlas au sud, permettant une riche production agricole (Müller-Hohenstein & Popp 1990, p. 24). Le climat y est cependant relativement rigoureux (chaleur estivale, froid hivernal, pluie automnale), et les touristes européens visitant Fès en hiver la décrivent comme une ville « froide et humide ». Fès a été aménagée au croisement d’importants axes de circulation nord-sud et ouest-est. Elle est facilement accessible par autoroute et par train de Rabat (200 km) et Casablanca (290 km). Les ports de Tanger et de Ceuta, reliant le Maroc à l’Europe peuvent également être atteints en quelques heures en voiture. Depuis plusieurs années, la ville possède un aéroport international qui la relie presque quotidiennement aux différentes villes européennes comme Londres et Francfort grâce aux vols des compagnies low-cost.

L’image européenne de Fès, centre culturel du pays

24Quand il découvre la médina de Fès, le touriste européen a très souvent l’impression de s’immerger dans une atmosphère de mysticisme et de spiritualité. La structure labyrinthique de la vieille ville lui paraît mystérieuse et incompréhensible, échappant à toute rationalité occidentale. La promotion touristique de Fès repose sur deux principaux messages : « Fès est l’une des plus anciennes villes de l’époque islamique au Maroc, et elle possède une des plus vieilles universités du monde musulman ». La ville est considérée comme le centre spirituel, culturel et intellectuel du royaume. Le cœur historique de Fès est désigné comme une authentique médina médiévale. Comme l’énonce le Guide bleu (1987, p. 199) : « Fès a su, plus que tout autre, préserver presque intact le visage que décrit l’Histoire ». Se conformant à cette image, des méthodes de travail artisanales anciennes peuvent être observées jusqu’à nos jours. Ce sont avant tout les tanneurs de Fès qui affinent encore les peaux de chèvre, de mouton et de bœuf dans de pittoresques auges multiséculaires, auxquelles la plupart des voyageurs culturels d’Europe rendra visite malgré l’odeur intense dégagée par les matériaux de tannerie. Un crochet dans la maison d’un tisserand – déjà décrite par Leo Africanus – est également incontournable. Dans les recoins de la médina, le touriste peut ainsi se dire : « Maintenant, je suis au Moyen-Age ! ». Les guides et les articles de journaux décrivent le labyrinthe des ruelles et des places de la ville – encore plus que les autres vieilles villes marocaines – comme un bazar de parfums et d’odeurs suggérant le quotidien d’un monde fabuleux qui, à vrai dire, s’il a jamais existé, a depuis longtemps disparu. Ils soulignent la « sollicitation de tous les sens, en une sorte d’ivresse totale, épuisante mais merveilleuse : c’est Fès » (Le Guide bleu du Maroc, 1987, p. 200). Cette image touristique sacralisée de la ville est renforcée depuis une dizaine d’années par le succès croissant du « Festival de Fès des musiques sacrées du monde », parrainé par le roi Mohammed VI. Mondialement connu, ce festival est devenu l’enseigne culturelle et un pôle d’attraction artistique majeur pour un public venant du monde entier.

Investissements immobiliers étrangers et marocains dans la médina

25Le processus de gentrification est moins développé dans la médina de Fès que dans d’autres vieilles villes et s’accompagne d’une spéculation immobilière. Dès la fin du Protectorat en 1956, des résidences traditionnelles de la médina de Fès furent exploitées dans un cadre touristique international et transformées en magasins de tapis et en restaurants. Au début des années 90, des étrangers et des Marocains commencèrent à restaurer des bâtiments de la vieille ville, dans une optique lucrative. Les investisseurs marocains étaient principalement des commerçants ou des guides touristiques locaux (souvent d’anciens travailleurs immigrés marocains en Europe). En 1990, 32 maisons étaient déjà aménagées pour accueillir des touristes internationaux dans le centre de la médina (Escher & Wirth, 1992, p. 223).

  • 17 Les informations reposent sur une étude de projet estudiantine de l’année 2003, le mémoire de Därr (...)
  • 18 Des maisons d’habitation qui sont la propriété de l’investisseur, mais qui – comme il est courant c (...)

26En 2003, 54 investisseurs étaient répertoriés à Fès el Bali17, possédant 64 résidences et maisons d’hôtes18. Dix de ces maisons d’hôtes étaient ouvertes à l’été 2003, 20 autres étaient encore en construction et 13 biens immobiliers servaient de maisons de vacances particulières. Seuls 26 de ces 54 investisseurs étaient des étrangers. Par rapport aux autres médinas étudiées, un phénomène frappant à Fès est la forte participation de Marocains au processus de revalorisation : plus de la moitié des investisseurs sont des Marocains. La plupart ont vécu à l’étranger et parlent une ou plusieurs langues européennes. Beaucoup de bâtiments restaurés sont aménagés pour servir de maison d’hôtes (30 sur 64). Suivent ensuite, à parts égales, l’utilisation occasionnelle en tant que maison de vacances ou de week-end (13 respectivement). Peu de maisons sont dédiées à la location.

27En 2007, 201 propriétaires immobiliers étrangers ont été recensés au total dans la vieille ville de Fès, dont 81 Français, 30 Britanniques et 18 Nord-Américains. Les chiffres officiels enregistrés pour les maisons d’hôtes étaient de 38 établissements étrangers et 30 établissements marocains. L’année suivante, en 2008, le nombre de propriétaires étrangers recensés dans la médina a augmenté pour atteindre 303 (figure 5). Les maisons d’hôtes officiellement ouvertes entre-temps (plus d’une centaine) étaient gérées par 48 étrangers, 52 Marocains et 4 couples binationaux. Les nations les plus représentées en pourcentage sont les Français (46 %), les Britanniques (11 %) et les Américains (9 %) (figure 1). L’influence des médias a joué un rôle important dans cet engouement, y compris dans le monde anglophone (McGuinness, 2006, p. 187), comme le montrent les reportages présentés en octobre 2003 par l’émission Design 360 sur la chaîne américaine CNN, ou l’émission Uncharted Territory présentée sur la BBC à l’été 2005 décrivant la vie dans les riads de Fès et de Marrakech et invitant de façon implicite à acheter une maison dans les anciennes médinas du Maroc. La forte présence des Britanniques à Fès est également liée à la fréquence des vols entre Fès et Londres. L’enthousiasme des Américains a été principalement suscité par l’influence d’une personnalité américaine résidant dans la médina.

Les principaux acteurs de la gentrification de la médina de Fès

28L’idée de protéger et de mettre en valeur la médina n’est pas neuve et repose sur l’admission de la vieille ville sur la liste du patrimoine mondial culturel de l’Unesco en 1981, un moment fort pour la conservation du patrimoine bâti de Fès. Le dossier de classement argumente, entre autres : « Fès a gardé son statut de centre culturel et spirituel du pays ». Quelques acteurs clefs, étrangers et marocains, ont, sur la base de cette rhétorique, activement participé au processus de réhabilitation.

29Dans la médina de Fès, l’Américain David Amster est devenu la figure de proue sinon « le » visage de la gentrification touristique. Presque chaque acheteur étranger potentiel d’une maison traditionnelle dans la médina et presque chaque nouvel investisseur ont, tôt ou tard, fait la connaissance d’Amster, l’un des personnages-clés dans le cercle des propriétaires étrangers. Originaire de Chicago, Amster est venu à Fès en passant par l’Egypte. Il a acheté une maison dans la médina en 1996. Actuellement directeur du American Language Center à Fès, il a organisé toute sa vie autour de la sauvegarde de la vieille ville et a incité de nombreux acheteurs potentiels d’opter pour une résidence dans la médina.

  • 19 Les deux personnalités et leurs conceptions stratégiques pour le développement de la médina de Fès (...)

30Un autre acteur-clef de la gentrification est le Marocain Abdelfettah Seffar19. Fassi de naissance, Seffar est revenu dans la médina avec sa femme anglaise et ses deux filles après ses études en France et en Angleterre. Il se voit comme intermédiaire culturel, gardien et activiste pour la préservation de la médina de Fès. Aujourd’hui, il y gère une immense et spacieuse maison d’hôtes. En 2000, il a fondé l’« Association NIDA-Fès. Les amis de la médina de Fès ». Selon lui, les propriétaires de maisons d’hôtes de la médina devraient se regrouper dans cette organisation afin de poursuivre des stratégies communes pour la conservation et la restauration authentique de la vieille ville. La maison de Seffar est ouverte à tous les groupes et à toutes les nations pour des expositions artistiques ainsi que pour des manifestations culturelles. On le désignerait volontiers comme le plus grand entrepreneur culturel de la médina. Il existe cependant des conflits entre les propriétaires de maisons d’hôtes, comme en témoigne l’existence d’une autre association, l’« Association des maisons d’hôtes ». Son président, Mehdi el Abbadi, était l’un des premiers propriétaires marocains de maisons d‘hôtes et restaure aujourd’hui plusieurs résidences dans la médina, insistant plutôt sur le rôle de moteur économique que la restauration de la médina peut apporter à la population locale (Därr, 2004).

  • 20 Bowles a par ailleurs contribué au développement de la scène littéraire nord-africaine en Europe et (...)
  • 21 Les scènes centrales du blockbuster hollywoodien And Now … Ladies & Gentlemen de Claude Lelouch (20 (...)
  • 22 Le Sofitel Fès Palais Jamaï préserve l’authenticité de la ville de Fès, la capitale spirituelle et (...)

31Les acteurs symboliques de référence pour la médina de Fès ne sont que partiellement comparables à ceux de Marrakech. On peut citer une figure littéraire, l’écrivain américain Paul Bowles, qui a vécu à Tanger et qui a certainement influencé la vision intellectuelle occidentale sur Fès avec son roman The Spider’s House, situé dans la médina de Fès20. Similairement à « La Mamounia » de Marrakech, l’hôtel de luxe réaménagé au bord de la médina, le « Palais Jamaï », édifié en 1879, est un symbole de magnificence orientale. L’hôtel a joué et joue toujours un rôle central dans la mise en valeur touristique de la médina. Des romans ont été écrits et des films tournés derrière les murs de cette opulente demeure21. L’autopromotion du grand complexe hôtelier aux jardins fascinants révèle clairement l’importance historique qui lui est attribuée : « Sofitel Fes Palais Jamaï preserves the authenticity of Fez, the spiritual and cultural capital of Morocco » (Sofitel, 2010)22.

Formulation des résultats : esquisse d’une théorie de la gentrification touristique des médinas marocaines

32La gentrification des médinas marocaines repose en grande partie sur la situation particulière et l’état du patrimoine bâti de ces vieilles médinas, qui rappelons-le, avait subi une forte dégradation dans la deuxième moitié du XXe siècle. Malgré de multiples efforts nationaux et internationaux (Unesco), aucune stratégie de restauration convaincante n’avait été effective jusque dans les années 90. A partir de la fin des années 90, ce sont des capitaux (en grande partie étrangers) investis par des personnes impliquées directement ou indirectement dans des activités touristiques qui ont permis la vague d’achat et de réhabilitation de ces demeures et la mise en place d’un processus de restauration des médinas. C’est pourquoi il nous paraît approprié de parler de gentrification touristique, y compris si, comme dans le cas de Fès, il peut être porté par des acteurs locaux.

33Cette gentrification touristique apparaît aujourd’hui comme l’une des solutions pour la conservation des vieilles villes marocaines – même si le bâti est parfois fortement transformé. Une pluralité d’acteurs institutionnels et associatifs contribue à la dynamisation et à la stabilisation de la gentrification touristique par et pour les étrangers. Les conditions générales politiques et juridiques du Maroc garantissent aux nouveaux propriétaires étrangers une certaine sécurité quotidienne dans la médina et la sécurité juridique pour les maisons récemment acquises. Les organisations locales portées conjointement par des Marocains et des étrangers contribuent à la vitalité de la société civile marocaine et répandent une atmosphère de « démocratie européenne » pour les nouveaux citoyens.

34Avec l’intensification du processus de gentrification, l’infrastructure de la médina et l’accessibilité permanente depuis l’Europe sont améliorées, par effet de rétroaction réciproque. Ainsi, le trafic aérien en direction de Marrakech et de Fès rapproche ces villes de l’Europe et les rend accessibles pour des visites de week-end à un coût raisonnable. Cette circulation rend les lignes aériennes rentables entre l’Europe et les villes secondaires marocaines.

35Le processus de gentrification touristique repose en grande partie sur des représentations fantasmées des médinas. Les images que les étrangers attribuent aux médinas touristiques dessinent un monde au-delà du quotidien européen : Marrakech-Paradis, Essaouira-Esprit et Fès-Mystique. Ces attributs se nourrissent du vocabulaire des contes orientaux et des histoires fabuleuses. Dans la vision européenne, ces images représentent, d’un point de vue architectural et social, des lieux d’une singulière altérité. Les médias popularisent ces images, quand elles ne les fabriquent pas sous la poussée de l’industrie touristique. Elles sont la référence des acteurs-clefs faisant figure de précurseurs historiques et de passeurs de mythes, véritables médiateurs auprès des acheteurs européens. Ces acteurs rendent ainsi possible le lien entre leur propre culture et celle du pays d’accueil. Ils constituent la réanimation d’une tradition « européenne » déjà existante au XIXe siècle. Celle-ci s’effectue par la reproduction artistique de thèmes matériels ou idéels par le biais de la peinture, de la musique et de la littérature du pays. Des individus qui innovent, des personnes idéalistes et des entrepreneurs qui prennent des risques sont indispensables au déroulement du processus (cf. article 6, ce volume). Ces personnages possèdent une maison dans la médina et la présentent plus ou moins publiquement comme modèle. Ainsi, l’intermédiaire interculturel devient le garant du « c’est possible ».

36L’internet est la plateforme commune et globale des nombreuses agences immobilières binationales agissant dans l’ensemble du Maroc et est responsable de la présentation, de la vente, de la communication et de la stabilisation de la société des maisons d’hôtes. La maison d’hôtes remplit aussi, dans le contexte du processus de gentrification touristique, une triple fonction : elle est la maison « à soi » à l’étranger, elle représente une source de revenus, et elle garantit le maintien du lien avec son propre pays par la présence permanente d’hôtes souvent de même nationalité. Par ailleurs, le séjour en maison d’hôtes contribue à éveiller chez les touristes internationaux le souhait d’acquérir leur propre riad. Pendant les vacances, ils peuvent découvrir la société de la médina et la qualité architecturale du riad. Avec l’intensification du phénomène de la maison d’hôtes apparaît une nouvelle forme de public friand de tourisme dit « culturel ». À travers celui-ci, la culture et l’art européens – transformés au cours des siècles par une hybridation avec l’Orient – s’inscrivent dans la médina et la transforment en un projet culturel multidimensionnel. Les nombreux entrepreneurs touristiques soutiennent la représentation artistique et scientifique moderne de la médina ainsi que sa nouvelle récupération hybrido-culturelle (marocaine-étrangère). Les reconstructions de l’authenticité historique et leurs symboles, que l’on rencontre avant tout dans les photographies historiques en noir et blanc du début du XXe siècle, deviennent la base commune et le point de référence esthétique du discours. Avec l’admission sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, les villes sont intégrées dans le contexte culturel de la société mondiale et obtiennent – au moins dans les discours – un statut international.

37Finalement, il faut mentionner le nombre croissant de festivals, reflétant une tendance lourde du marketing urbain international contemporain et qui servent de vecteur à l’image urbaine. Ils attirent des hôtes internationaux, favorisent l’exubérance ainsi qu’une bonne ambiance en ville et remplissent les nombreuses maisons d’hôtes.

38Pour toutes les raisons mentionnées ici – à commencer par les conditions économiques, politiques et culturelles ainsi que le contexte social du pays, en passant par l’existence d’intermédiaires interculturels et les acteurs centraux jusqu’à la double fonction des maisons d’hôtes et la croissante « festivalisation » des villes – un processus de mise en valeur inattendu et inespéré a pu avoir lieu dans les vieilles villes marocaines en quelques années (en interaction avec une forte présence médiatique). Aussi, cet enchaînement d’interrelations agissant à des échelles aussi bien globales que locales de façon concomitante montre que la gentrification touristique est l’expression et la conséquence directe de la mondialisation politique, économique et socio-culturelle.

Fig. 1 Propriétaires de biens immobiliers à Marrakech, Essaouira et Fès, 2008

Fig. 2 Biens immobiliers étrangers dans le quartier Derb Dabbachi/médina de Marrakech, 2009

Fig. 3 Biens immobiliers étrangers dans la médina de Marrakech, 2008

Fig. 4 Biens immobiliers étrangers dans la médina d’Essaouira, 2008

Fig. 5 Biens immobiliers étrangers dans la médina de Fès, 2008

Bibliographie

Abu-Lughod J. L., 1980. Rabat - Urban Apartheid in Morocco. Princeton, Princeton University Press.

Aimel G., 1919. « Définition de Marrakech ». France-Maroc, n° du 15/06/1919, p. 161-163.

Allali R. & Zizi Y., 2002. « Essaouira Spirit ». Telquel, n° 33, p. 16-31.

Ayache A., 1959. Marokko. Bilanz eines Kolonialunternehmens. Berlin, Dietz.

Bauer S., 2005. Essaouira - Mogador. Lifestyle und Konsumgüter in einer postmodernen Medina. Mémoire de recherche non publié, Université de Mayence.

Bauer S., Escher A., Knieper S., 2006. « Essaouira, “the wind city” as a “cultural product” ». Erdkunde, n° 60 (1), p. 25-40.

Belliger A., Krieger D. J., 2006. Anthology. Ein einführendes Handbuch zur Akteur-Netzwerk-Theorie. Bielefeld, transcript-Verlag.

Byer D., 2004. Essaouira, endlich. Graz/Wien, Literaturverlag Droschl.

Clos B., 2001. Kunstszene in der Medina von Marrakech. Kulturelle Aktivitäten als Ausdruck von (Neo-)Orientalismus ? Mémoire de recherche non publié, Université de Mayence.

Cohen S., Jaidi L., 2006. Morocco : Globalization and Its Consequences (Globalizing Regions). New York, Routledge Chapman & Hall.

Dangschat J. S., 1988. « Gentrification : Der Wandel innenstadtnaher Wohnviertel », in Friedrichs, J. (eds), Soziologische Stadtforschung (Sonderheft Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie 29), Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 272-292.

Därr A., 2004. Cosmopolitans in der Medina von Fès (Marokko) ? Strategien von ausländischen und marokkanischen Investoren. Mémoire de recherche non publié, Université de Munich.

Dorgelès R., 1938. Le Dernier Moussem. Paris, Laboratoires Deglaude.

Ehlers E., 1984. « Zur baulichen Entwicklung und Differenzierung der marokkanischen Stadt : Rabat – Marrakech – Meknès. Eine Karten- und Luftbildanalyse ». Die Erde, n° 115, p. 183–208.

Escher A., 2001. « Globalisierung in den Altstädten von Damaskus und Marrakech ? », in Roggenthin, H. (ed.), Stadt – der Lebensraum der Zukunft ? Gegenwärtige raumbezogene Prozesse in Verdichtungsräumen der Erde (Mainzer Kontaktstudium Geographie Band 7), Mainz, Selbstverl. der Mainzer Kontaktstudien, p. 23-38.

Escher A., Petermann S., 2000. « Neo-colonialism or Gentrification in the Medina of Marrakesh ». ISIM Newsletter, n° 5, p. 34.

Escher A., Petermann S., 2003. « Die Revitalisierung der Medina von Marrakech ». SGMOIK-Bulletin, n° 17, p. 17-22.

Escher A., Petermann S., 2009. Tausendundein Fremder im Paradies ? Ausländer in der Medina von Marrakech.Würzburg, Ergon-Verlag.

Escher A., Petermann S., CLOS, B., 2001(a). « Gentrification in der Medina von Marrakech ». Geographische Rundschau, n° 53 (6), p. 24–31.

Escher A., Petermann S., Clos, B., 2001(b). « Le bradage de la médina de Marrakech ? », in M. Berriane & A. Kagermeier (dir.), Le Maroc à la veille du troisième millénaire - Défis, chances et risques d’un développement durable. Actes du 6e colloque Maroc-allemand de Paderborn 2000. Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, (Série Colloques et Séminaires ; 93), p. 217-232.

Escher A., Wirth E., 1992. Die Medina von Fes. Geographische Beiträge zu Persistenz und Dynamik, Verfall und Erneuerung einer traditionellen islamischen Stadt in handlungstheoretischer Sicht (Erlanger Geographische Arbeiten Heft 53), Erlangen, Selbstverlag der Fränkischen Geographischen Gesellschaft.

Fletcher M., Connolly J., Gordon F. L., Talbot D., 2001. Morocco. Melbourne, Oakland, London, Paris, Lonely Planet Publications.

Gallotti J., 1926. Le jardin et la maison arabes au Maroc. Paris, Albert Lévy.

Gangler A., Ribbeck E., 1994. « Ist die “Medina” noch zu retten ? ». Trialog, n° 40, p. 4-7.

Glaser B. G., Strauss A. L., 1967. The Discovery of Grounded Theory : Strategies for Qualitative Research. Chicago, Aldine Pub.

Glass, R. 1964. « Introduction », in Centre for Urban Studies (ed.), London. Aspects of Change. London, MacGibbon, p. XIII-XVII.

Geerdts H. W., 1975. « Marrakech oder Das organisierte Chaos ». Merian, n° 28 (12), p. 35–38.

Häußermann H., 1990. « Der Einfluß von ökonomischen und sozialen Prozessen auf die Gentrification », in J. Blasius & J. S. Dangschat (eds.), Gentrification. Die Aufwertung innenstadtnaher Wohnviertel. Frankfort/New York, Campus, p. 35-50.

Heinkel P., 2004. Essaouira, novembre 2004,
http://www.windsurfing-morocco.com/spots/essaouira.htm

Kurzac-Souali A. C., 2006. Les Médinas marocaines : une requalification sélective. Élites, patrimoine et mondialisation au Maroc. Thèse de troisième cycle. Université Paris-IV-Sorbonne, Paris.

Lees L., Slater T., Wyly E., 2010. The Gentrification Reader. London, Routledge Chapman & Hall.

LES GUIDES BLEUS, 1987. Maroc. Paris, Hachette.

McGuinness J., 2006. « Errances vers un Orient imaginaire ? Les polymigrants de la Médina de Fès (2000–2005) ». IBLA, n° 198, p. 179-208.

Müller-Hohenstein K. & H. Popp, 1990. Marokko. Ein islamisches Entwicklungsland mit kolonialer Vergangenheit. Stuttgart, Klett.

Petermann S., 2001. Ausländer in der Medina von Marrakech. Gentrification oder Neokolonialismus ? Mémoire de recherche non publié, Université de Mayence.

PROPERTY BORDERS, 2006, Plan Azur, vision 2010, juin 2010.

Rösler J., Sommerlad E., 2009. Spa- und Wellness-Oasen in der Medina von Marrakech. Globalisierungsprozesse im Wellness-Tourismus, (rapport du projet non publié), Université de Mayence

Ross E. S., Shoup J. A., Maghraoui D., Marzouk A., 2002. Assessing Tourism in Essaouira. Ifrane, Université Al Akhawayn.

Rothfuß E., 2007. « Tourismus-Gentrification im Pelourinho - Urbane Deformation des historischen Stadtzentrums von Salvador da Bahia (Brasilien) », in Rothfuß, E. & W. Gamerith (eds.), Stadtwelten in den Americas (Passauer Schriften zur Geographie 23), Passau, Selbstverl. Fach Geographie der Univ. Passau, p. 41-56.

Royal Air Maroc, 2009. Royal Air Maroc Magazine, n° 155, mai/juin, page de titre.

Sassen S., 2000. Cities in a World Economy. Thousand Oaks, Pine Forge Press.

Scholz F., 2000. « Perspektiven des Südens im Zeitalter der Globalisierung ». Geographische Zeitschrift, 88 (1), p. 1-20.

Shields R., 1991. Places on the Margin. London/New York, Routledge Chapman & Hall.

Strauss A. L., 1991. Grundlagen qualitative Sozialforschung. Datenanalyse und Theoriebildung in der empirischen soziologischen Forschung. München, Wilhelm Fink Verlag.

Strauss A. L., Corbin J., 1996. Grounded Theory : Grundlagen Qualitativer Sozialforschung. Weinheim, Psychologie Verlags Union.

Sofitel, 2010, Sofitel Fès Palais Jamaï, juin 2010,
http://www.sofitel.com/gb/hotel-2141-sofitel-fes-palais-jamai/index.shtml

Troin J. F., 2002(a). Maroc : régions, pays, territoires. Paris, Maisonneuve et Larose.

Troin J. F., 2002(b). « L’espace régional de Marrakech », in Troin, J. F. (dir.), Maroc : régions, pays, territoires. Paris, Maisonneuve et Larose, p. 227-244.

Unesco, 2004. Medina of Essaouira (formerly Mogador), novembre 2004
http://whc.unesco.org/pg.cfm?cid=31&id_site=753&l=en

Unesco, 2010. Morocco - Information related to Intangible Cultural Heritage, juin 2010
http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?topic=mp&cp=MA#TOC1

Notes

1 Voir chap.1 pour un développement sur ces questions qui ont été, entre autres, abordées par Dangschat, 1988 ; Glass, 1964 ; Häußermann, 1990 ; Lees et al., 2010 pour l’Europe.

2 Les données ont été principalement collectées par des étudiants de l’Institut de géographie de l’université Johannes-Gutenberg de Mayence dans les vieilles villes de Marrakech, Essaouira et Fès sur la base d’entretiens avec des personnes-clefs et des propriétaires étrangers et de relevés de propriétés dans les trois villes. La cartographie a uniquement pris en compte les terrains sur lesquels des étrangers habitent, rénovent ou transforment des maisons. Les achats spéculatifs et les biens immobiliers vacants appartenant à des Européens n’ont pas été comptés lors du recensement. La différenciation entre propriétaire et locataire n’a pas été faite. Différents aspects de la gentrification ont été décrits dans plusieurs publications (cf. Escher & Petermann 2009 et Bauer, Escher & Knieper 2006) et dans des mémoires de fin d’étude non publiés (cf. Petermann 2001, Clos 2001, Bauer 2005 et Därr 2004).

3 Nous qualifions d’« acteur » dans ce contexte non seulement une personne concrète, mais aussi des éléments qui interagissent avec le processus « gentrification touristique » et qui le déterminent dans le contexte considéré (cf. Bellinger & Krieger 2006).

4 Marrakech est un lieu à la marge.

5 Les données pour Marrakech ont été récoltées par des étudiants en 1999, 2000, 2003, 2006 et 2009 ainsi que lors de plusieurs campagnes entre ces années.

6 Petermann (2001) décrit de façon détaillée les conditions et les cadres juridiques pour les acheteurs étrangers de biens immobiliers au Maroc.

7 Un autre recensement en avril 2009 compta 1 978 biens immobiliers étrangers dans la médina. 1 015 personnes entretenaient une maison d’hôtes ; 912 maisons étaient utilisées de façon privée et 51 de façon commerciale (communication personnelle Gregor Arnold 2010). Les chiffres diffèrent en raison du comptage différent de plusieurs terrains réunis par un acheteur.

8 La vague spa n’a rien à voir avec la visite d’un hammam traditionnel. Sur 58 établissements dans la vieille ville de Marrakech, seuls deux hammams traditionnels ont été transformés en un temple wellness (bien-être) contre 15 résidences (Rösler & Sommerlad, 2009, p. 13).

9 La justification de la qualification de la médina comme vibrant historic city (une ville historique rayonnante) fait particulièrement référence à an impressive number of architectural and artistic masterpieces (un nombre impressionnant de chefs-d’œuvre architecturaux et artistiques) (Unesco, 2010).

10 Le travail de Clos (2001) retrace l’histoire des migrations des artistes à Marrakech et fait la typologie des artistes européens et américains habitant dans la médina autour des années 2000.

11 De nombreux réalisateurs de films célèbres comme Alfred Hitchcock et Ridley Scott – pour n’en nommer que deux – ont tourné des scènes de leurs « super-productions » à l’hôtel « La Mamounia ». Le nouveau film à succès d’Hollywood Sex in the City 2 de Michael Patrick King a été aussi tourné immédiatement après les festivités de l’inauguration dans l’hôtel « La Mamounia ».

12 Le « Plan Azur » est la planification de cinq nouveaux secteurs balnéaires sur la côte atlantique et d’un secteur sur la côte méditerranéenne couvrant une capacité d’hébergement de 40 000 personnes (Property Borders 2006).

13 Les Gnaouas sont des descendants des esclaves importés d’Afrique de l’Ouest qui travaillèrent dans des plantations de canne à sucre portugaises.

14 Depuis, les remparts d’Essaouira servent de décor pour des films orientaux d’Hollywood et adoptent de nouvelles significations attribuées par les films. Ainsi ils représentent les remparts de Jérusalem dans le film à succès hollywoodien Kingdom of Heaven de Ridley Scott (2005).

15 L’ethnologue autrichienne D. Byer (2004) décrit les stratégies d’épanouissement personnel, pratiquées en particulier par les femmes européennes, dans leur vie quotidienne à Essaouira.

16 Les données empiriques pour l’étude de cas d’Essaouira ont été relevées dans le cadre de projets d’études universitaires entre 2003 et 2008 ainsi que par Bauer (2005).

17 Les informations reposent sur une étude de projet estudiantine de l’année 2003, le mémoire de Därr (2004) et des études de projet estudiantines des années 2007 et 2008.

18 Des maisons d’habitation qui sont la propriété de l’investisseur, mais qui – comme il est courant chez de nombreux investisseurs marocains – sont utilisées comme restaurant ou maison de tapis, n’ont pas été prises en compte.

19 Les deux personnalités et leurs conceptions stratégiques pour le développement de la médina de Fès sont présentées en détail par Därr (2004, p. 56). Voir également l’entretien avec A. Seffar, ce volume.

20 Bowles a par ailleurs contribué au développement de la scène littéraire nord-africaine en Europe et en Amérique du Nord. Il a aidé à traduire en anglais et à éditer plusieurs auteurs marocains (comme Driss ben Hamed Charhadi) sur le marché littéraire occidental, favorisant ainsi des références communes via la littérature.

21 Les scènes centrales du blockbuster hollywoodien And Now … Ladies & Gentlemen de Claude Lelouch (2002) se déroulent dans l’hôtel « Palais Jamaï ».

22 Le Sofitel Fès Palais Jamaï préserve l’authenticité de la ville de Fès, la capitale spirituelle et culturelle du Maroc.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Cour plantée d’arbres et de fleurs d’un riad rénové
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9M
Titre Toits de Marrakech
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 2 Biens immobiliers étrangers dans le quartier Derb Dabbachi/médina de Marrakech, 2009
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3 Biens immobiliers étrangers dans la médina de Marrakech, 2008
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4 Biens immobiliers étrangers dans la médina d’Essaouira, 2008
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 5 Biens immobiliers étrangers dans la médina de Fès, 2008
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/321/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteurs

Anton Escher est professeur de géographie culturelle et directeur du Centre d’études interculturelles (ZIS, Zentrums für Interkulturelle Studien) de l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Ses centres d’intérêts scientifiques sont les vieilles villes arabes, la diaspora arabe et les interactions entre les médias et le monde quotidien. Avec Sandra Petermann, il a publié en 2009 l’étude Tausendundein Fremder im Paradies ? Ausländer in Marrakech (Mille et un exilés au paradis ? Les étrangers à Marrakech).

Sandra Petermann est maître de conférences en géographie à l’université Johannes Gutenberg de Mayence (Allemagne). Depuis 1999, elle travaille sur la transformation des médinas au Maroc, en collaboration avec Anton Escher. Elle a écrit sa thèse de doctorat sur les rites et les lieux de mémoire de la Bataille de Verdun et du Débarquement Allié en Normandie (2007). Actuellement, elle dirige un projet de recherche sur les mouvements contestataires et les identités régionales en Allemagne. Ses domaines de recherche sont principalement la géographie urbaine et sociale.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable