Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Introduction

Elsa Coslado, Justin McGuinness et Catherine Miller

Texte intégral

1Les médinas du Maghreb font l’objet de recherche depuis longtemps. Les architectes, les urbanistes, les géographes, les historiens ainsi que les anthropologues se sont intéressés à un large spectre de questions culturelles et sociales relatives à ces villes. Le début du XXe siècle a été marqué par une approche colonialiste et descriptive qui s’attachait à définir « l’essence » des villes anciennes d’Afrique du Nord. Ces études cherchaient à dépeindre, au prisme d’une lecture souvent orientaliste, les invariants de la « ville islamique » (Marçais, 1928 ; Marçais, 1950, 1954). Dans la première moitié du vingtième siècle, certains travaux portaient sur les formes architecturales des médinas. Avec minutie, l’architecte Albert Laprade (1983) saisit les détails des paysages urbains des médinas de Rabat, Salé et Fès, tandis que Jacques Marmey et l’équipe des « sauterelles marocaines » adoptèrent des éléments de l’architecture vernaculaire des régions côtières comme source de solutions au problème du logement des catégories populaires en Tunisie (Breitman, 1986). Dans les Etats-nations récemment indépendants du Maghreb, la fin des années 60 vit une prise de conscience de la valeur culturelle des médinas et de leur importance en tant que sites d’un parc de logement social de fait. De nouvelles instances de préservation urbaine furent créées – à Alger, l’Atelier Casbah, à Tunis, l’Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis (Abdelkafi, 1989 ; Deluz, 1988) – pour gérer des lieux dont on connaissait mal ou peu les modes de fonctionnement. Les consultants étrangers furent actifs au Maroc, multipliant expertises et rapports sur des médinas de plus en plus délaissées par les élites du pays (Balbo et Pini, 1992, 1993). La problématique urbaine dans son sens le plus large est abordée par des ouvrages réunissant les discours techniques et universitaires (Benlahcen Tlemçani, 1998).

2A la fin des années 90, une nouvelle problématique surgit, celle de la patrimonialisation. La recherche se focalisa alors sur la construction de pratiques et de discours relatifs à la présence matérielle du passé : il s’agissait d’analyser la diffusion de l’intérêt patrimonial et, en particulier, de saisir la façon dont les agences étatiques conceptualisaient et géraient l’environnement urbain historique (voir entre autres, Abry, 2005 ; Cattedra et al., 2010 ; Chadli, 2003 ; Gaultier-Kurhan, 2003 et surtout le numéro XLV de la revue Hespéris Tamuda dédié aux questions relatives au patrimoine publié sous la direction de M. Berriane en 2010, ainsi que le rapport établi par R. Saïgh Bousta et al., 2010). Des travaux ethnographiques récents moins concernés par les formes architecturales et la question de l’habitat se focalisent, quant à eux, sur les pratiques quotidiennes en médina. On pense notamment à l’analyse très détaillée de Baptiste Buob (2009, 2010) sur l’industrie de la dinanderie à Fès ainsi qu’aux travaux de Rachida Saïgh Bousta et de Ouidad Tebbaa sur le tourisme à Marrakech (2005). Ailleurs dans le Maghreb, on remarque la publication d’ouvrages relatifs à des écoles-chantier (Benkadir, 2004). Au Maroc aussi bien qu’en Tunisie, les revues de loisirs publiées localement jouent un rôle certain dans la diffusion d’une image positive de l’habitat ancien transformé, voire « patrimonialisé ». A cet égard, des magazines tels que Maisons du Maroc, Maisons et Jasmins et Dary Magazine sont particulièrement significatifs.

3Le présent ouvrage interdisciplinaire réunit des contributions d’universitaires et des points de vue d’acteurs sociaux sous forme de témoignages et d’entretiens. Ces deux groupes, qui se confondent parfois, sont concernés, par leur activité professionnelle, par les questions touchant tant à l’héritage historique qu’à la vie quotidienne en médina. Le titre du volume Médinas immuables ? suggère sous sa forme interrogative que les auteurs lancent un défi aux idées reçues toujours très présentes dans les médias qui considèrent la ville historique maghrébine comme un écrin d’une tradition perpétuelle, le dernier avatar du monde médiéval. Cette façon d’envisager la médina n’est certainement pas une approche qui reconnaît les désirs et les luttes des habitants des médinas, souvent très pauvres, ni même la complexité des évolutions qui la reconfigurent. Le sous-titre du livre, gentrification et changement dans les villes historiques marocaines, 1996-2011, représente un point de départ analytique et un cadre temporel. Sorti de l’imagination sociologique anglo-saxonne dans les années 60, le terme gentrification est un élément nouveau de la recherche urbaine francophone. Néanmoins, il existe un nombre croissant d’études en dehors de l’aire anglophone qui explorent le processus par lequel des classes aisées viennent s’approprier des quartiers centraux délaissés, produisant ainsi des transformations significatives aussi bien au niveau de l’environnement social et matériel que symbolique.

  • 1 Pour une publication collective récente, cf. Berriane, 2010.
  • 2 Colloque Processus de requalification des médinas marocaines, Rabat (CDG-ENA), 27-28 mai 2009, co-o (...)

4Si les approches des médinas en termes de patrimonialisation/sauvegarde ont donné lieu à de nombreux colloques et publications collectives,1 on constatait en 2009 que les travaux s’intéressant à l’impact des nouveaux résidents étrangers au Maroc et s’inscrivant dans la lignée de travaux théoriques et empiriques sur la gentrification restaient extrêmement dispersés et souvent peu accessibles aux chercheurs et acteurs marocains. C’est donc dans l’idée de réunir des travaux qui pointaient les mutations rapides qu’ont connues les centres anciens marocains depuis le milieu des années 90 que s’est tenu un colloque à Rabat en mai 20092 regroupant des chercheurs, des architectes, des urbanistes, des économistes, des inspecteurs du Patrimoine et de nombreux acteurs de la société civile marocaine. L’intensité des débats qui ont accompagné ces deux journées indiquait que, si en termes purement démographiques, le nombre d’étrangers installés dans les médinas marocaines restait modeste, leur impact symbolique était considérable et ne laissait personne indifférent. Quant aux conséquences socio-économiques réelles, elles restent fort peu décrites. Si tout le monde, ou presque, s’accordait pour dire que les étrangers avaient activement participé à la revalorisation de l’image des médinas aux yeux de l’élite marocaine, beaucoup s’interrogeaient sur les conséquences d’un éventuel « choc culturel », d'un sentiment de « dépossession » et reprochaient le laxisme de l’Etat marocain en la matière. Les discussions furent animées par un certain nombre de thèmes à forte consonance normative :
- la nécessité de penser l’avenir des médinas dans une politique urbaine plus globale ;
- le besoin de préserver les patrimoines architecturaux et immatériels des impacts négatifs de l’industrie touristique. La patrimonialisation est-elle nécessairement l’exclusivité des acteurs nationaux ?
- la problématique du rôle régulateur de l’Etat à l’égard des changements en cours dans les fragiles environnements bâtis du Maroc ;
- l’opportunité d’attirer les classes marocaines moyennes dans la médina afin de permettre une certaine mixité sociale. Quels sont les principaux facteurs qui façonnent les choix de ces groupes en matière de logement ? Quels sont les freins à leur éventuelle installation en médina ?

5L’utilisation du concept de gentrification dans le contexte marocain soulevait de nombreuses réticences, et toute une partie du débat a concerné le rapport entre gentrification, « touristification » et patrimonialisation. Nous citerons ici deux propos qui restituent la teneur des débats de ces deux journées :

« Le rapport entre gentrification, patrimoine et processus de patrimonialisation me semble très important. Je crois que le processus de gentrification et sa relation avec la question du patrimoine devaient nous amener à orienter le débat sur les conditions de sauvegarde du patrimoine qui passe par l’image que s’en font ses nouveaux acquéreurs […]. J’avais fait une communication à Venise, et les Italiens étaient surpris par mes propos parce que je me plaignais et protestais contre tout ce qui arrivait à nos vieilles demeures qui sont revisitées, etc. Ils m’ont dit : « Ecoutez, le centre de Venise est pratiquement entre les mains d’Américains, ce que vous dites n’a rien de nouveau, les Américains ont squatté le centre de Venise, mais un Américain n’a pas le droit de changer la moindre fenêtre, la moindre ouverture ni à l’intérieur ni à l’extérieur tant qu’il n’a pas l’autorisation du service du Patrimoine de la ville. » Moi, je pense que cela résume la problématique. »
(Mohamed Berriane, géographe)

« Si la mise en valeur touristique est faite par ou pour des étrangers, la démarche patrimoniale, quant à elle, incombe en priorité à ceux qui ont reçu une culture en héritage et qui ont la responsabilité de la transmettre aux générations suivantes. » (Khalid Mikou, architecte)

6Le présent ouvrage est donc né des débats lors du colloque. Cependant, comme toute construction collective, il a subi de nombreuses transformations. Le thème de départ, la gentrification, s’élargit à une pluralité de thématiques comme la culture matérielle, les mobilités transnationales, l’apprentissage et la rencontre de l’autre, le cadre institutionnel, les effets du tourisme, l’image urbaine, etc. La majorité des auteurs a adopté une approche ethnographique, privilégiant la description minutieuse d’un terrain circonstancié et s’appuyant souvent sur une observation « participante ». L’approche statistique employée par Mekki Zouaoui, reposant sur les données d’une étude collective non publiée, commanditée par l’administration marocaine à un cabinet d’architecte, fait ici figure d’exception et pointe au passage les trésors d’informations parfois enfouis dans les tiroirs de l’administration marocaine. Entre ces deux approches, plusieurs contributions (Escher & Petermann, Kurzac-Souali) dressent un panorama synthétique des processus de gentrification dans les villes marocaines les plus touchées par le phénomène. L’ensemble des contributions qui s’appuient sur des recherches effectuées dans les années 1990-2000 est loin de couvrir la totalité des processus et des villes concernées puisque le lecteur constatera que trois villes, surtout, sont étudiées ici : Marrakech, Essaouira et Fès, alors qu’aujourd’hui de plus en plus de villes – et même de villages marocains – attirent les résidents étrangers.

7La diversité des thèmes et des approches abordés dans l’ouvrage fait écho aux origines diversifiées des auteurs et des contributeurs : allemandes, belges, françaises, marocaines, tunisiennes et anglaises. Toutes ces personnes « habitent » plusieurs langues et, par leur parcours professionnel et personnel, ont été amenées à vivre et réfléchir aux questions inter-culturelles. En ce sens, les auteurs de cet ouvrage participent largement à ce phénomène de « cosmopolitisme » post-moderne tant invoqué ici.

8Prenant en compte la nécessité de s’interroger sur la pertinence du concept de gentrification pour le contexte marocain, le volume commence par un « article cadre » offrant un état des lieux de la recherche passée et actuelle en matière de gentrification (cf. article 1, De la gentrification et de sa mise en perspective au Sud en général et au Maroc en particulier). Elsa Coslado et Justin McGuinness présentent les deux grandes postures théoriques qui ont pris forme depuis le milieu des années 80. L’une, qui considère la gentrification essentiellement sous l’angle économique, en tant que résultat d’un processus de désinvestissement et d’investissement dans des quartiers centraux délaissés (Smith) ; l’autre, qui met en avant les acteurs et les facteurs socioculturels dans la transformation des cœurs urbains (Ley). Cet article introductif examine ensuite les recherches récentes sur la gentrification dans des contextes de villes du Sud et au Maroc. En donnant un cadre aux études de cas éparses, il fournit une perspective critique à cette mosaïque d’écriture souvent ethnographique et démontre à quel point le phénomène de la gentrification est divers. En effet, les formes de la gentrification, pur produit de l’hégémonie de l’économie libérale, sont aussi variées que celles du capitalisme. Dans des contextes a priori similaires – comme ceux des régimes post-totalitaires, elle prendra des chemins très différents. Les auteurs présentent également des travaux récents sur la marginalité vertueuse et les préservationistes sociaux, étant donné leur importance pour le renouveau des études en matière de gentrification. Tout en soulignant l’intérêt d’une approche comparative, Coslado et McGuinness suggèrent que l’engouement pour des environnements et des expériences « exotiques » chez les gagnants de la globalisation aura encore des impacts au niveau de l’urbanisme. Certainement, nous sommes loin de pouvoir prédire toutes les retombées des technologies de l’information pour la ville. On pourrait imaginer que les médinas, dont l’attractivité est faite avant tout d’une expérience de l’altérité, feront figure de précurseur vis-à-vis des espaces à venir dans la cité numérique.

9Pour entrer dans la matière du livre, Anne-Claire Kurzac-Souali insiste, dans son premier article (article 2, Les médinas marocaines, un nouveau type de gentrification ?), sur le nouveau dynamisme de renaissance urbaine que constitue l’arrivée des étrangers dans les médinas marocaines. Loin des hypothèses envisagées auparavant, les médinas ne sont plus perçues comme étant vouées à devenir des espaces-musées ou des espaces résidentiels des populations pauvres. Considérant que la gentrification est le fait de facteurs prioritairement exogènes, elle souligne l’ampleur des transformations, la diversité des acteurs mais également les limites spatiales de ces phénomènes. Elle montre comment ces nouveaux acteurs rattachent les médinas à un capitalisme mondialisé. Ecrit dans un esprit positif, cet article synthétique pose les enjeux de ces nouvelles dynamiques urbaines au Maroc. Pour A. C. Kurzac-Souali, le dynamisme actuel, même s’il est sélectif, peut permettre d’envisager ces tissus urbains anciens et originaux comme des espaces sociaux et économiques fondateurs d’un renouvellement urbain des plus créatifs. Dans un second article (article 10 Requalification urbaine des médinas et enjeux socio-économiques locaux), l’auteure décrit les effets socio-économiques des activités mises en place par les gentrifieurs (en termes d’emploi, de renouveau d’artisanat, d’amélioration du bâti, etc.) et insiste sur les débouchés inédits, mais parfois inégalitaires, de la gentrification.

10Le premier article d’Anton Escher et Sandra Petermann (article 3, Facteurs et acteurs de la gentrification touristique à Marrakech, Essaouira et Fès) prolonge les idées développées par A. C. Kurzac-Souali. S’appuyant sur un remarquable travail de terrain réalisé avec leurs étudiants, ils fournissent des données très précises, en termes de nombre et de distribution spatiale, concernant l’installation des étrangers dans trois villes marocaines (Marrakech, Essaouira et Fès). Sur la base de ces données, ils qualifient le processus en cours comme relevant d’une gentrification touristique. Ils montrent les similitudes mais également les spécificités de chaque ville dans ces processus de gentrification touristique, processus qui relèvent à la fois de l’image de la ville, de son positionnement géographique et de la personnalité de ses « acteurs-gentrificateurs ». Le deuxième article des mêmes auteurs (article 6, Du jet-setter au retraité : parcours et profils des habitants étrangers des médinas de Marrakech et d'Essaouira) décrit de façon très détaillée la diversité des profils de ces acteurs non-marocains et décrypte leur rôle dans la revalorisation patrimoniale et touristique de Marrakech et de Fès. Ils établissent ainsi une typologie en sept grands archétypes allant des profils les plus cosmopolites et glamour (les « jet-setters ») aux profils plus modestes mais néanmoins nombreux (les « retraités en forme »). Leur travail témoigne d’une forte capacité d’écoute : les propos des protagonistes (qui peuvent parfois déranger tant les clichés sont forts, en particulier sur le thème des différences culturelles) démontrent à quel point la typologie proposée peut être proche des représentations des acteurs locaux.

11A la différence de la plupart des autres contributions, celle de Mekki Zouaoui (article 4, Dynamiques socio-économiques dans une médina non « gentrifiée » : le cas de Salé) se fonde sur des données statistiques qui proviennent d’enquêtes fouillées réalisées en 2000 dans le cadre d’une grande étude commanditée par la direction de l’Architecture du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement à l’architecte Nabil Rahmouni et dont les résultats n’avaient jamais été publiés à ce jour. La médina de Salé, petite sœur de Rabat, a fait l’objet de peu de recherches universitaires en comparaison avec Marrakech et Fès. Chiffres à l’appui, M. Zouaoui éclaire le dépérissement de l’artisanat au profit des activités commerciales. Depuis les années 70, on assiste à une paupérisation de la médina dont le commerce ambulant est la manifestation la plus visible. Aujourd’hui, des signes précurseurs d’une éventuelle requalification de la médina de Salé apparaissent, malgré les lenteurs et les pesanteurs de l’administration locale, comme en atteste le témoignage de N. Rahmouni qui fait pendant à cet article. M. Zouaoui, très concerné par le devenir de sa ville, écrit dans un but opérationnel : son article démontre comment une bonne compréhension des données économiques et sociales peut faciliter concrètement l’intégration d’un espace en pleine mutation comme la médina de Salé à l’agglomération-capitale. Ecrit en 2009, cet article n’évalue pas les retombées concrètes du très récent projet d’aménagement des rives du Bouregreg qui avait vocation à rattacher les deux villes. Mais l’étude souligne la pertinence, dans certaines conditions, d’une politique volontariste pour promouvoir les activités économiques valorisantes d’un tissu urbain historique.

12Avec sa double casquette qui allie l’aménagement urbain et la recherche en sciences sociales, Ingrid Ernst (article 5, La médina de Marrakech dans le contexte de sa gentrification : un jeu virtuel et paradoxal) réinterroge les cadres habituels de l’analyse en termes de gentrification. Son terrain de travail est Marrakech. Revenant sur la formation socio-historique de la ville, cette universitaire et habitante de la médina rappelle les différentes vagues de peuplement constitutives de l’identité marrakchie et considère que dans le cas de la ville rouge il est plutôt question de re-gentrification. Elle conclut son argumentation par une posture théorique originale et très personnelle sur la nature de la gestion urbaine de Marrakech. Explicitant le système de valeurs intriquées qui sous-tend la production de l’espace, elle montre comment les référents socioculturels a priori antagonistes des acteurs de l’urbanisme s’accordent pour produire une image urbaine très éloignée des réalités matérielles et sociales. Les acteurs de la société civile sont peu consultés, les projets concernés par la consultation publique sont marginalisés pour privilégier les initiatives d’acteurs privés solvables soutenus par des personnes influentes. Le système de valeurs locales fondé sur la magnificence, appelé par I. Ernst « andalous », s’avère terriblement compatible avec les principes du capitalisme tardif.

13Rachida Saïgh Bousta (article 7, Riads transformés en maisons d’hôtes dans la médina de Marrakech : quel devenir pour le « patrimoine intagible » ?) s’intéresse au devenir du « patrimoine intangible » et à l’impact que les maisons d’hôtes auraient sur ce patrimoine. L'expression « patrimoine intangible » renvoie ici à la culture immatérielle, i.e. l’ensemble des pratiques socio-culturelles et le style de vie des habitants des médinas, considérée comme étant l’âme de ces médinas. Sa contribution s’appuie sur un corpus d’entretiens effectués auprès des habitants marocains de plusieurs derb (ruelles) de la médina de Marrakech. Ce travail de terrain réalisé par une équipe d’étudiants de l’université Cadi Ayyad en 2003 et 2009 a permis de recueillir de nombreux témoignages des riverains concernant les relations entre les habitants marrakchis de longue date et les propriétaires-utilisateurs des maisons d’hôtes. Si, en termes absolus, 56 % des riverains disent avoir de bonnes ou très bonnes relations avec les propriétaires des maisons d’hôtes, l’article n’en décrit pas moins les frustrations ressenties par les voisins au vu des nombreux décalages en termes de comportement, mode de vie et revenus économiques. Aux stéréotypes de certains résidents étrangers mis en avant par Escher et Petermann font ici écho les critiques et stéréotypes des voisins marocains. Les mécontents ont ainsi tendance à faire porter aux maisons d’hôtes la responsabilité de toutes les transformations sociales, économiques et culturelles considérées comme néfastes et comme provoquant la disparition des valeurs socio-culturelles du fameux « patrimoine intangible ». Vivre l’altérité dans un environnement de promiscuité est loin d’être évident, surtout dans un contexte postcolonial propice à l'exacerbation des interprétations culturalistes.

14Dans la même lignée d’idées mais sur un ton beaucoup plus humoristique, Justin McGuinness et Zoubeïr Mouhli (article 8, Restaurer une maison patio à Fès : « savoir-quoi », « savoir-comment » et communication interculturelle, 2000-2009) questionnent la nature des savoirs à l’œuvre lors de la restauration des maisons à Fès. Leurs entretiens réalisés auprès de gentrifieurs-restaurateurs, de chefs de chantier et d'artisans révèlent le fonctionnement de deux modes de connaissance. Sur les chantiers de Fès, le « savoir-quoi » des étrangers instruits côtoie le « savoir-comment » des artisans dotés de fortes compétences pratiques qui ne s’expriment que par le faire et non par l’écrit. Ainsi, deux façons de voir le monde – l’une enracinée dans l’oralité l’autre dans la parole analytique – se confrontent et se rencontrent. Le chantier devient le lieu d’un véritable apprentissage de l’autre et la médina un espace qui invite à penser une éthique de l’altérité et des échanges.

15Etudiant également la médina de Fès, Manon Istasse (article 9, Dynamiques de requalification des médinas et préservation du patrimoine : étude en acte dans la médina de Fès) nous plonge, quant à elle, dans l’univers matériel et idéel des propriétaires de maisons d’hôtes. Elle met en lumière les stratégies conscientes et inconscientes qui déterminent l’engagement dans l’activité « logement chez l’habitant » et les options architecturales et décoratives que ce choix prescrit. Les demeures utilisées pour l’hébergement touristique véhiculent les symboles d’une ville rêvée, mystérieuse et immanente. A travers cet article, on comprend en toile de fond que la belle idée de la préservation du patrimoine n’est, dans certains cas, qu’un motif d’affichage à finalité commerciale. Loin de juger cette instrumentalisation de fait, l’auteur propose, en prolongeant la pensée de Maria Gravari-Barbas, de reconnaître qu’habiter des maisons à forte valeur patrimoniale – que ce soit à des fins touristiques ou non – est une façon de préserver ces espaces historiques mais qu’en même temps, ce nouvel usage implique nécessairement des évolutions.

16Vu la complexité et la forte charge politique et émotionnelle du processus de gentrification des médinas marocaines, il nous semblait important que cet ouvrage restitue des perspectives différentes, voire opposées. A côté des articles d’universitaires, écrits à partir de recherches sur le terrain qui fournissent quelques clefs pour mieux comprendre les processus en cours dans les médinas marocaines, nous avons opté de publier des témoignages et des entretiens de personnes impliquées de par leurs expériences professionnelles dans la réhabilitation et le réaménagement du patrimoine urbain. Livrées sur le vif, on découvrira les paroles d’architectes, urbanistes, experts du patrimoine et autres entrepreneurs culturels. Souvent trop occupés pour avoir le temps d’écrire des articles académiques, ces acteurs de premier plan livrent des témoignages très importants et très vivants fondés sur leur expérience concrète. Ce dialogue entre universitaires et praticiens met en miroir une large palette de registres linguistiques puisque nous avons tenu à garder une trace d’oralité certaine dans ces témoignages enregistrés et transcrits. Présentés pour partie sous forme de dialogues, les témoignages sont structurés par des questions. Cependant, comme dans tout dialogue, des parenthèses s’ouvrent. Nous n’avons pas cherché à agencer les propos des interlocuteurs pour les besoins de la publication. Nous privilégions la parole en situation réelle, et nous espérons que le lecteur appréciera la spontanéité qui se dégage de ces entretiens. Ces derniers ont été réalisés par Elsa Coslado, Manon Istasse, Justin McGuinness et Anne-Claire Kurzac-Souali entre 2009 et 2011.

17L’architecte Quentin Wilbaux, qui fut l’un des acteurs clefs de la vogue de réhabilitation des vieilles maisons de la médina de Marrakech, témoigne de son parcours et de son expérience. Issu d’une famille d’architectes active dans le mouvement pour la protection du patrimoine en Belgique, il découvre le Maroc lors d’un stage et fait preuve d’un remarquable don de perspicacité et de vision prospective. Aidé d’un ami marocain qui deviendra son associé, il sera l’un des premiers architectes à restaurer les maisons anciennes de Marrakech et servira rapidement d’intermédiaire entre les Européens et les Marocains. Son témoignage offre un aperçu historique de cette histoire singulière qui participera à faire de Marrakech une destination privilégiée. Il nous livre également une analyse approfondie des techniques de réaménagement des maisons et de l’espace public. Aujourd’hui revenu en Belgique, il se livre à un bilan critique de cette période.

18L’urbaniste Ingrid Ernst, qui a acheté en 1999 une petite maison dans la médina de Marrakech, nous livre ses réflexions personnelles sur son vécu dans un quartier limitrophe de Jemaâ el-Fna, quartier qui a connu des bouleversements importants ces dernières années. Non sans humour, elle souligne l’ambivalence de son statut, notable par son origine mais sans les moyens financiers qui lui permettraient de faire face aux obligations attendues d’un tel statut. Femme étrangère, c’est par les enfants du voisinage qu’elle a pu peu à peu se faire accepter du voisinage. Ce témoignage qui complète son article insiste en conclusion sur le fait que, si les lois pour réglementer la construction existent au Maroc, le principal problème est leur non-application, ce qui se traduit, au quotidien des derb, par des dégradations importantes, bien qu’elles soient théoriquement interdites.

19L’architecte Abderrahim Kassou, qui a dirigé l’association Casamémoire de 2006 à 2009, explique le statut très particulier de Casablanca et le rapport très ambivalent que les habitants de cette ville entretiennent avec son patrimoine. A l’inverse des vieilles villes impériales, Casablanca ne peut se prévaloir d’une médina historique et n’a donc pas attiré les touristes en mal d’exotisme. Le centre-ville, qui fut l’un des fleurons de l’architecture art déco dans la première partie du XXe siècle, a été délaissé après l’indépendance car il souffrait d’un déficit d’image et ne rentrait pas dans une vision arabo-musulmane du patrimoine national. Mais depuis une dizaine d’années, on perçoit un mouvement en faveur d’une reconnaissance de ce patrimoine, mouvement « local » largement initié par l’association Casamémoire qui a entrepris de le faire connaître aux habitants de la ville. Cette « redécouverte » du patrimoine art-déco ne s’est pas encore traduite par un mouvement de gentrification de ce centre délaissé pour de multiples raisons économiques et administratives, un mouvement qui sera peut-être favorisé par le passage du tramway. Ajoutons que, pour l’association Casamémoire, le travail sur la ville implique aussi un travail sur l’identité urbaine et la mémoire des quartiers populaires comme dans le cas du projet autour de la Fabrique Culturelle des Abattoirs, première friche industrielle transformée en espace de création culturelle.

20Natif de Fès et parti vivre un moment en Europe, Abdelfattah Seffar fait partie de ces entrepreneurs culturels marocains qui participent au processus de réhabilitation de leur ville et se posent en médiateurs culturels entre les néo-arrivants européens et les habitants fassis. Il analyse le rôle des pouvoirs publics et de l’Unesco dans la préservation du patrimoine et retrace l’arrivée des étrangers à Fès, les difficultés rencontrées par ceux-ci dans la restauration des maisons et le phénomène des maisons d’hôtes. Considérant que la réhabilitation de la médina de Fès devait se faire de manière coordonnée entre tous les participants, il avait créé une structure qui se voulait un lieu de dialogue entre étrangers et Marocains autour de la préservation de la médina et notamment autour de la transformation des maisons. Cette expérience de médiateur culturel n’a pas été facile. Après plusieurs années, son constat est relativement critique. Il estime que la plupart des Européens ne font pas assez d’efforts pour s’intégrer et se plaint du laisser-aller des autorités locales marocaines. Personnage relativement atypique, A. Seffar se concentre aujourd’hui sur la gestion de sa maison d’hôtes.

21L’architecte Olivier Toutain, qui vit au Maroc depuis plusieurs dizaines d’années, réside actuellement dans la kasbah des Oudayas à Rabat. Consultant en urbanisme, il a une vue relativement panoramique et une connaissance profonde des rouages de la gestion urbaine. Il souligne que la réhabilitation des médinas ne s’accompagne pas d’une politique de logement social car la vision des aménageurs et des pouvoirs publics reste essentiellement technocratique : faire des villes propres pour attirer les investisseurs. Il critique l’absence totale de vision à long terme sur les tissus anciens de manière globale, y compris dans le cas de nouveaux projets de prestige comme celui du Bouregreg à Rabat. Il constate qu’à Rabat la gentrification s’enracine de façon sélective à un rythme beaucoup moins soutenu qu’à Marrakech, Essaouira et Fès. Mais, comme ailleurs, on constate que les classes moyennes marocaines participent très peu à ce phénomène (en dehors des couples mixtes).

22L’architecte Jacqueline Alluchon, née à Casablanca, revient après A. Kassou sur l’histoire de la ville, sa spécificité à l’échelle du Maroc et le rôle de l’association Casamémoire, dont le succès croît d’année en année. Elle pense que le tramway va avoir un impact favorable, soutenant ainsi l’idée que des travaux d’infrastructure importants peuvent influer sur le devenir de certains quartiers. Elle insiste donc sur le nécessaire rôle des pouvoirs publics et sur l’attitude très ambivalente de l’élite casaouie par rapport au patrimoine bâti de sa ville.

23El Idrissi El Omari, inspecteur des monuments historiques à Fès, retrace l’historique du classement comme patrimoine national puis mondial de la médina de Fès. Il décrit le rôle respectif de l’Unesco et de l’Inspection des monuments historiques et celui des autres institutions en charge de la gestion de la médina. Extrêmement précis sur les dates, les modalités, les implications que ces classements ont sur le traitement des maisons traditionnelles, El Idrissi El Omari montre que l’Etat n’est pas si absent qu’on ne le dit souvent et insiste sur l’importance de l’image culturelle de la ville. Si le service des Monuments historiques prend partiellement en charge la réhabilitation de certains édifices, c’est bien le tourisme qui permet de protéger certaines maisons individuelles. Prudent, El Idrissi El Omari semble moins pessimiste que A. Seffar sur le devenir de la ville.

24L’architecte Nabil Rahmouni livre un témoignage très vivant de la spécificité de la ville de Salé, qui a pour le moment été tenue à l’écart de la gentrification touristique, alors que par le passé elle abritait une population « étrangère » relativement importante. Livrée à la spéculation immobilière, la médina de Salé a perdu une partie de ses belles maisons, et ouvrir une maison d’hôtes tient du parcours du combattant. Comme O. Toutain, N. Rahmouni se livre à une analyse critique de l’absence de conception urbanistique plus globale et considère que la réhabilitation du bâti n’a de sens que si elle s’accompagne d’une vraie politique d’habitation en maintenant sur place une population diversifiée. Loin d’une vision idéaliste, il souligne combien l’évolution des modes de vie rend les maisons traditionnelles peu compatibles avec la vie « moderne ».

25Enfin, dans le chapitre Les médinas du Maroc en mutation. Quelles perspectives pour la recherche ? qui clôture cet ouvrage, Elsa Coslado et Justin McGuinness tentent de situer les travaux publiés dans cet ouvrage dans une optique plus large. Les auteurs de Médinas immuables ? ayant surtout travaillé sur les arrivants européens de classe sociale aisée, le lecteur peut arriver à la conclusion que les institutions marocaines participent peu aux changements en cours. Cependant, certains témoignages et quelques travaux récents nuancent ce propos, révélant que l’Etat intervient, d’une part, au niveau de l’infrastructure, et d’autre part, dans l’aménagement de l’espace public. A une échelle plus large, les politiques publiques en faveur du tourisme et de la promotion du logement pour le plus grand nombre sont autant d’appuis indirects à la gentrification. En fait, le manque d’intervention pour soutenir la réhabilitation par les propriétaires privés aisés s’avère peu important, étant donné que d’autres dynamiques contribuent à façonner un environnement favorable à l’essor de la gentrification. (Des travaux empiriques détaillés pour confirmer cette hypothèse restent à faire.) En ce qui concerne l’avenir de la recherche en médina, Coslado et McGuinness soulignent la nécessité pour les chercheurs d’adopter des démarches qui développeront les connaissances à partir d'un dialogue avec tous les résidents de la médina, aussi bien les primo-habitants que les arrivants. La recherche sur les périphéries urbaines et la création de résidences fermées seraient révélatrices, à un niveau plus large, d’une autre forme de gentrification. L’étude des stratégies des promoteurs immobiliers, nationaux et internationaux, en médina serait une autre piste importante à explorer pour mieux saisir comment les espaces historiques sont raccrochés à l’économie mondiale à travers la production de nouveaux aménagements. A un niveau discursif, les métaphores dominantes de la « réhabilitation », de la « renaissance » ou de la « revitalisation » – pour ne citer que trois termes du lexique technocrate global – sont de plus en plus employées par les opérateurs urbains dominants pour légitimer la mise en place d’un urbanisme néo-libéral. Mais derrière les discours, les enjeux du territoire restent vifs. L’espace bâti n’est jamais un simple conteneur de vie, il est aussi un véhicule d’idéologies et d’inégalités. A cet égard, dans un contexte de globalisation dans laquelle le Maroc est acteur à part entière, aussi bien les chercheurs que les aménageurs se trouvent de plus en plus confrontés à des questions de justice spatiale.

Bibliographie

ABDELKAFI J., 1989. La Médina de Tunis, espace historique. Paris, Les éditions du CNRS.

ABRY A., 2005. « Habitat et intégration patrimoniale dans la médina de Fès : quelles politiques, quels enjeux ? », in M. Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu. Rennes, P.U.R., p. 227-243.

BALBO M., PINI D. (dir.), 1993. La Medina di Salè. Studi e ipotesi per la riqalificazione urbana. Milan, CittàStudi.

BALBO M., PINI D. (dir.), 1992. La Medina di Fès. Studi e ipotesi per la riqualificazione dell’asse del Boukhrareb. Milan, CittàStudi.

BENKADIR M. (dir.), 2004. La Medersa en chantier. Grenoble : CRATerre – Ecole d’architecture de Grenoble / Constantine, Université Mentouri, Département d’architecture et d'urbanisme.

BENLAHCEN TLEMçANI M., 1998. La problématique urbaine au Maroc : de la permanence aux ruptures. Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

BERRIANE M. (dir.), 2010. Patrimoine et Patrimonialisation au Maroc, numéro thématique de la revue Hespéris-Tamuda, vol. XLV, Rabat, Faculté des Lettres et des Sciences humaines.

BREITMAN M., 1986. Rationalisme et tradition, Tunisie 1943-1947. Le cas Jacques Marmey. Liège, éditions Mardaga.

BUOB B., 2009. La dinanderie de Fès. Un artisanat traditionnel dans les temps modernes. Une anthropologie des techniques par le film et le texte. Paris, Ibis Press/ Éditions de la Maison des sciences de l’homme (ouvrage édité avec DVD).

BUOB B., 2010. « Les artisans du patrimoine : regard ethnologique sur les dinandiers de Fès et la patrimonialisation au Maroc ». Hespéris Tamuda, vol. XLV, fascicule unique, p. 119-128.

CATTEDRA R., Garret P., Miller C., Volait M., 2010. Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbain. Collections électroniques de l’IFPO, IFPO/CJB, http://ifpo.revues.org/864

CHADLI M., 2003. « Nejjarine, un fondouk restauré et réhabilité en musée à Fès ». Gaultier-Kurhan Caroline, (dir.), 2003. Le patrimoine culturel marocain. Paris, Maisonneuve et Larose, p. 267-287.

DELUZ J. J., 1988. L’urbanisme et l’architecture d’Alger. Aperçu critique. Liège, Pierre Mardaga éditeur.

GAULTIER-KURHAN C. (dir.), 2003. Le patrimoine culturel marocain. Paris, Maisonneuve et Larose.

LAPRADE A., 1983. Architectures de la Méditerranée à travers les croquis d’Albert Laprade. Paris, Berger Levrault.

MARçAIS G., 1950. Les villes d’art célèbres : Tlemcen. Paris, Librairie Renouard, H. Laurens.

MARçAIS G., 1954. L’architecture musulmane d’occident. Paris, Arts et métiers graphiques.

MARçAIS W., 1928. « L’islamisme et la vie urbaine », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 72e année, n° 1, p. 86-100.

SAIGH BOUSTA R., 2005. « Tourisme et perspectives de développement au Maroc », in Téoros [En ligne], 24-1 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2011, URL : http://teoros.revues.org/778

SAIGH BOUSTA R., TEBBAA O., 2005. « Stratégies et imaginaires du tourisme : cas des ryads maisons d’hôtes et mutations de la médina de Marrakech », in Téoros [En ligne], 24-1 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2011, URL : http://teoros.revues.org/1511

SAIGH Bousta R., Tebbaa O., El Qadery M., 2010. Analyses et mise à jour des données disponibles sur le patrimoine culturel marocain. Rabat, Ministère de la Culture, rapport disponible en ligne http://www.minculture.gov.ma/fr/images/stories/pdf/Analyse_%20donnees.pdf

Notes

1 Pour une publication collective récente, cf. Berriane, 2010.

2 Colloque Processus de requalification des médinas marocaines, Rabat (CDG-ENA), 27-28 mai 2009, co-organisation E. Coslado, A. C. Kurzac Souali et C. Miller avec le soutien du Centre Jacques Berque, de la CDG (Caisse de Dépôt et de Gestion) et de l’ENA (Ecole Nationale d’Architecture) de Rabat.

Auteurs

Elsa Coslado, urbaniste, est doctorante de l’Equipe monde arabe et Méditerranée au sein du laboratoire CITERES de l’université de Tours. Sous la direction de Pierre Signoles, elle achève actuellement sa thèse sur le bouleversement récent des périphéries de Marrakech.

Justin McGuinness est enseignant-chercheur en communication et études urbaines à l’Université américaine de Paris. Après des études de langue arabe et d’histoire islamique (BA Cambridge, 1985), il s’est orienté vers la géographie urbaine, travaillant notamment sur la sauvegarde de la médina de Tunis et les discours et pratiques entourant la question du logement insalubre dans cette même ville (PhD, 1999, University of Newcastle-upon-Tyne). Depuis plusieurs années, il travaille et publie sur des questions relatives à la médina de Fès et son patrimoine. Il vit entre Fès, Paris et Tunis.

Catherine Miller est directrice de recherche au CNRS. Sociolinguiste, elle a travaillé principalement au Soudan, en Egypte, et plus récemment, au Maroc en s’intéressant plus particulièrement à la sociolinguistique urbaine du monde arabe et aux questions de langues, identités et modernité. Elle a co-dirigé l’ouvrage Arabic in the City (2007), Routledge-Taylor.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable