Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Préface

Ahmed Skounti

Texte intégral

1Toute évaluation de la différence entre l’ethnologie européenne (surtout française) et l’anthropologie américaine sur le Maroc conclut à la prédominance de la campagne, dans la première, et à la prédilection pour la ville, dans la seconde. Il s’agit là évidemment d’une différence globale compte tenu de l’intérêt orientalisant puis historicisant que les chercheurs européens ont porté à la ville, d’un côté, et, de l’autre, à la présence d’anthropologues américains qui ont entrepris des recherches sur les campagnes et les montagnes du pays. Les répondants d’un Westermarck, d’un Montagne, d’un Berque ou d’un Gellner qui ont respectivement étudié les rites et les croyances des Marocains, le Haut-Atlas et la zaouïa d’Ahansal ont pour noms Geertz, Brown, Eickelman, Abu-Lughod et Ossmann qui ont respectivement enquêté à Sefrou, Salé, Boujaâd, Rabat et Casablanca.

2Malgré cette dichotomie quelque peu savante, la valeur patrimoniale des villes historiques du Maroc a été très tôt perçue par le Protectorat qui s’efforça d’identifier des monuments historiques et des sites archéologiques dans le sillage de ce qui se faisait à l’époque en France en matière de protection des vestiges et des témoignages du passé. On commença ainsi par isoler des édifices « remarquables », des monuments « imposants », des sites archéologiques ou naturels « exceptionnels » ou « pittoresques ». Les textes de classement de ces témoins du passé renseignent sur cette approche normative résolument éclectique. Le monument est isolé du contexte urbain qui lui donne tout son sens ; le site archéologique ou naturel est coupé de son environnement immédiat. Ces mesures de protection légale ont tout de même le mérite d’avoir identifié et protégé des milliers de monuments, de sites et de vestiges à travers l’ensemble des pays du Maghreb.

3Les recherches des Marocains (et de Français) d’après l’Indépendance qui s’intéressent à la ville en étudient l’histoire ou les difficultés d’intégration urbaine et territoriale d’un point de vue géographique et sociologique. Elles privilégient les thématiques du changement, de l’urbanisation, du développement, de la croissance, des politiques urbaines, des rapports entre ville et campagne, de la planification urbaine, du logement, de la polarisation et de l’aménagement du territoire, entre autres. Rares ont été les recherches qui ont réservé un intérêt au patrimoine urbain des villes. Les médinas, devenues de « vieux quartiers » au sein d’agglomérations plus vastes, s’y imposent au mieux comme un réservoir immobilier, au pire comme un tissu dont on ne sait que faire. La notion de patrimoine, elle-même relativement récente, n’a cessé de s’élargir au fur et à mesure qu’elle devenait un objet scientifique.

4Une approche plus globale de la ville et du site ne sera de plus en plus admise que lentement. Paradoxalement, les médinas figurent sur un agenda politique prestigieux, celui de l’Unesco. Le Maroc, qui ratifie la Convention du patrimoine mondial dès 1975, entreprend de proposer pour inscription des sites considérés comme représentatifs de son héritage historique et culturel. Lorsque l’on y regarde aujourd’hui, avec le recul, on se rend compte que sur les 9 sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, 7 sont des médinas. C’est dire l’importance de la place à la fois réelle et supposée que les médinas occupent dans l’imaginaire des responsables politiques du pays. En 1981, la médina de Fès, érigée en « capitale culturelle et spirituelle du royaume », est inscrite sur la liste de l’Unesco. Elle ouvre la voie à d’autres, considérées comme les plus grandes et les plus représentatives des qualités urbaines et des valeurs patrimoniales de la ville historique marocaine : d’abord Marrakech en 1985, puis Meknès en 1996, Tétouan en 1997, Essaouira en 2001, Mazagan en 2004 et, enfin, l’ensemble historique de Rabat, y compris sa médina en 2012.

5Cette visibilité est suivie par l’intérêt des pouvoirs publics et des bailleurs de fonds internationaux qui multiplient, dans le cas de Fès notamment, études, diagnostics et propositions de sauvegarde. Les Rapports périodiques de l’Unesco sur l’état de conservation des sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, au premier rang desquels figurent les médinas, relèvent en 2000 et 2009 les principaux dysfonctionnements liés à la protection et à la gestion du patrimoine. Dans ce contexte, les études s’intéressent à la requalification urbaine, à la restauration des bâtiments historiques et à la réhabilitation par l’affectation de nouvelles fonctions, le double objectif en vue étant la « dédensification » et la réduction de la pauvreté. C’est ainsi que l’impact social des politiques urbaines en matière de médinas ne tarde pas à s’imposer aux chercheurs. Le lien est vite établi avec d’autres domaines connexes de l’activité économique et sociale, à savoir le tourisme et l’artisanat.

6Les médinas ne sont pas toutes sur un même pied d’égalité en matière de patrimonialisation. Le peloton du patrimoine mondial de l’Unesco au Maroc a du mal à jouer son rôle de « locomotive ». Les seuls textes législatifs de protection datant du Protectorat ne les prémunissent plus contre la dégradation ; ils sont même parfois dénoncés comme obsolètes et anachroniques. Un phénomène relativement récent retient l’attention des observateurs : la « gentrification ». Il a été diversement apprécié par les chercheurs : un phénomène complexe et une opportunité pour la sauvegarde de maisons à l’état de conservation inquiétant pour les uns, un appétit immobilier aux relents de néocolonialisme pour les autres. La vérité se trouve peut-être entre ces deux points de vue, dans cette interaction entre autochtones et allochtones, entre habitants de la médina et nouveaux résidents. Les pouvoirs publics locaux eux-mêmes se sont vite vus dépassés par un phénomène rapide et désarmés face à sa fulgurante montée. Comme la réalité devance toujours le droit, on ne peut s’expliquer autrement le retard pris à réglementer le domaine des riads maisons d’hôtes.

7L’un des nombreux mérites du présent ouvrage est d’avoir jeté un double regard sur les médinas marocaines. Entrepris par des chercheurs appartenant à au moins deux générations, on y fait le point sur un fait social qui participe des mouvements de population et des migrations en général. On y croise des profils de « gentrificateurs ». On y voit, sans en avoir tout à fait épuisé les implications, le travail souterrain de l’altérité dans un contexte d’interculturalité. Le titre Médinas immuables ? évoque la nostalgie des acteurs qui parlent toujours de leur « médina », celle qu’ils ont connue dans leur enfance et leur jeunesse, un peu comme Proust de sa madeleine. Qui dit gentrification dit, en creux, non gentrification. Les deux facettes d’un même phénomène ne peuvent se comprendre que mutuellement, dans un vis-à-vis nécessaire. Aux articles de fond font écho les témoignages d’acteurs privilégiés qui laissent entrevoir, au-delà de la réflexion et de l’échange, une expérience, un récit de vie, une passion.

8On ne peut conclure cette brève préface sans renvoyer à la réflexion engagée ces dernières années par l’Unesco. Sa récente Recommandation concernant le Paysage urbain historique adoptée en 2011 introduit la complexité de la gestion des villes historiques inscrites au sein d’agglomérations plus vastes. Le paysage urbain historique s’y « entend du territoire urbain conçu comme la résultante d’une stratification historique de valeurs et d’attributs culturels et naturels, dépassant les notions de « centre historique » ou d’« ensemble historique » pour inclure le contexte urbain plus large ainsi que son environnement géographique ». Le texte entend amener les Etats à adopter des politiques à même de faire face aux défis globaux de migration, d’urbanisation, de développement, d’environnement et de cohésion sociale. Le second domaine de réflexion est celui de la prise en compte des communautés vivant dans ou autour des sites (du patrimoine mondial, par exemple) dans l’identification, la reconnaissance et la protection des patrimoines. Il s’agit d’aller au-delà des simples déclarations d’intention concernant l’implication des communautés ou l’approche participative. Cela est, notamment, possible en essayant de dépasser les clivages institutionnels, réglementaires et financiers, d’une part, et, d’autre part, les cloisonnements disciplinaires entre patrimoine naturel et culturel ou entre patrimoine matériel et immatériel. La question des communautés a d’ailleurs acquis une telle priorité pour l’Unesco, qu’elle a été choisie comme slogan au 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, célébré tout au long de l’année 2012. Le dernier domaine est celui qui a été engagé récemment à l’initiative de la Fédération internationale des architectes paysagistes sur un projet de « convention du paysage global ». L’idée est de considérer le paysage comme un tout, à la fois du point de vue de la gestion du territoire, de la durabilité des ressources, de la qualité de vie et de la valeur esthétique. La réflexion est à peine engagée aujourd’hui, mais gageons qu’elle ne laissera pas indifférents les acteurs politiques de la ville et de l’ensemble des territoires.

Auteur

Ahmed Skounti est anthropologue à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP, Rabat) et professeur associé à l’université Cadi Ayyad de Marrakech. Il est spécialiste du patrimoine culturel et étudie les processus de patrimonialisation. Voir : http://www.ahmedskounti.weebly.com

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable