Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Avant-propos

Carnets de terrain : année 2000, quand les changements s’imposent aux yeux des chercheurs…

Justin McGuinness et Elsa Coslado

Texte intégral

1A l’automne 2000, je me rendis à Marrakech dans l’objectif d’identifier un sujet de recherche pour une éventuelle étude post-doctorale. Je vivais alors dans une maison traditionnelle située Derb Dabachi. Le riad appartenait à un investisseur belge, une partie de la maison faisait office de résidence d’artistes, l’autre partie accueillait un atelier de broderie de babouches destinées à l’exportation. Assez rapidement, j’ai réalisé que le voisinage se transformait. A proximité, plusieurs maisons avaient été achetées par des étrangers et restaurées avec raffinement. Je me rappelle particulièrement la demeure d’un ancien ambassadeur allemand reconnu pour son savoir en matière de tissus provenant des campagnes marocaines. Je constatais aussi des évolutions moins heureuses telles que cet hôtel reprenant tous les clichés que les magazines de décoration peuvent offrir et qu’un voisin avait baptisé la « maison orientale des trois petits cochons ». Je me souviens aussi de la surprenante apparition de créneaux pastiches au sommet des maisons de terre et l’omniprésence fort désagréable du bruit et des fumées de diesel émis par les mobylettes de plus en plus nombreuses. Au début des années 2000, la municipalité devint de plus en plus pro-active en matière de salubrité et d’« embellissement » de la vieille ville : les égouts étaient améliorés grâce aux subventions de l’Union européenne, l’autorisation de démolir l’historique Dar Ouarzazi avait été délivrée pour la construction d’un hôtel touristique, tandis que les vendeurs de jus de la place Jemaâ el-Fna étaient réinstallés dans de fausses calèches. Les bordures des murailles avaient été confiées aux mains des jardiniers qui agrémentaient les lieux de lits de rosiers protégés par des ferronneries ressemblant aux aménagements d’une ville de province française. A l’époque, un commentateur comparait la ville à « un vieux félin, quelque peu fatigué mais toujours magnifique, dont on a décoré la crinière poussiéreuse avec des rubans ».
Les conversations des étrangers qui arrivaient à Marrakech pour se lancer dans un business étaient empreintes de questions immobilières et de préoccupations liées à l’installation dans la cité. Comment acquérir une maison ? Comment la réhabiliter ? Et même, comment y vivre ? Le gérant de l’agence immobilière Marrakech-Médina rapporta qu’en 2001, il ne se passait pas un jour sans qu’un couple d’étrangers n’entre dans son bureau pour lui annoncer qu’il avait une idée brillante et originale : acheter et restaurer une maison dans la médina. Un changement important était inévitablement en cours, celui d’une nouvelle géographie résidentielle. Les quartiers pour la réalisation des rêves orientaux des Occidentaux étaient assez bien identifiés. Mouassine, Leksour, Bab Doukkala étaient les plus prometteurs, même si un débat émergeait sur les mérites d’autres parties plus excentrées de la médina. Certains derb témoignèrent assez vite d’une forte ségrégation socio-spatiale, marquée notamment par la fermeture des impasses où plusieurs maisons avaient été acquises et réaménagées à coup de dépenses considérables, alors que les constructions environnantes étaient surpeuplées et habitées par des familles à bas revenus. Comment le phénomène était-il compris et analysé, aussi bien par les intellectuels de la place et les étrangers récemment arrivés que par les habitants de longue date ? Je fus le témoin de vives discussions dans les cafés et à l’occasion de soirées d’expatriés. Une chose me semblait évidente, néanmoins : les amis marocains des étrangers, les architectes, les artisans, les commerçants... travaillaient dur pour satisfaire les caprices des nouveaux arrivants en matière de décoration intérieure.
J.MG.

  • 1 Azoulay K., Rosilio E., Sibony R., Essaouira. Mogador, parfums d’enfance, Courbevoie, ACR éditions, (...)
  • 2 Charmes E. & Vivant E., « La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question (...)
  • 3 Donzelot J., « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, (...)
  • 4 Le jardin en mouvement : de la vallée au champ via le parc André-Citroën et le jardin planétaire, P (...)
  • 5 Marrâkech, Paris, Comité du Maroc, 1905.

2Curieusement, je n’étais pas à Essaouira lorsque je réalisai la mutation qui s’enclenchait dans la petite ville marocaine battue par les alizés. Enfant, j’y parcourais les ruelles, habitée par la stimulante curiosité que soulèvent les maisons aux murs aveugles mais aussi les haïks des femmes si caractéristiques d’Essaouira. C’était donc bien plus tard, pendant l’été 2000, loin des saveurs marines d’Essaouira d’où j’arrivais justement, que je découvris en pleine campagne française dans les trésors d’une bibliothèque : Essaouira. Mogador, parfums d’enfance1. Le beau livre offre un regard croisé et nostalgique d’Elsa Rosilio, Katia Azoulay et Régine Sibony, trois enfants de Mogador, issus des trois cultures – arabe, juive et européenne – qui proposent trois confessions photographiques et poétiques. Le livre est un témoignage haut en couleur d’une humble cité qui avait eu, en son temps et toutes proportions gardées, son heure interculturelle, voire cosmopolite. L’alchimie proustienne opéra, car les photos prises au début des années 90 étaient celles de mon enfance. Je me rappelai également la fin des années 80, l’époque où l’actuel désuet hôtel des îles était le fleuron d’une cité qui ne comportait alors que quelques auberges au confort « local ». Le différentiel de réalité me parut immense, et pourtant dix ans à peine s’étaient écoulés, entre les scènes urbaines présentées dans l’ouvrage et ce que j’avais observé et vécu ces derniers mois à Essaouira. Le statut des visiteurs et des hôtels s’était sensiblement modifié : les hommes d’un certain grand monde s’invitaient au côté des surfeurs et des artistes quasi inconnus, sans pour autant les côtoyer. Les gens du in succédaient à ceux du off sans les évincer2 ; les signes de prestige et de « l’état d’esprit global » se faisaient de plus en plus visibles3. La signature de Bertrand Delanoë venait d’apparaître sur le livre d’or du palais d’hôtes aux tonalités italiennes, Palazzo Desdemona ; j’avais mangé dans une crêperie bretonne en l’agréable compagnie du paysagiste Gilles Clément dont j’avais dégusté avidement le récit à l’énoncé très à propos de son « jardin planétaire »4 illustrant sa grande exposition réalisée à la Villette. Aussi, j’avais écouté volontiers au Taros, restaurant branché de la médina tenu par un Breton, un air de djembé joué par des musiciens venus du Mali et du Sénégal. Dans les galeries d’art dont l’une était tenue par un Danois et une autre par un Italien se revisitait la ville tant les œuvres picturales d’artistes marocains et européens recomposaient l’imagerie de la cité. De nombreuses situations urbaines témoignaient ainsi de l’érosion des frontières culturelles et de l’hybridation socio-culturelle. Mais plus prosaïquement, elles révélaient aussi une évolution des types d’activités économiques et d’occupations résidentielles de la médina. A la vue des images du beau livre et revisitant mon expérience personnelle, je m’interrogeai sur l’engouement de ce nouveau peuplement animé, comme le disait Edmond Doutté à propos de Marrakech il y a fort longtemps, par une vive « émotion esthétique »5. Je soulevai un des paradoxes : pourquoi une population qui se veut être dans l’air du temps était-elle captivée – ou capturée ? – par la langueur hypnotique d’une ville et de ses maisons qui diffusent le sentiment d’être hors du temps ? Année après année, je ne pus que constater l’amplification du phénomène et de ces transformations : les passions multiculturelles semblaient s’atténuer pour permuter en un mouvement d’intérêts économiques, des entrepreneurs marocains prenaient également place aux côtés des investisseurs étrangers, les différences sociales entre les anciens habitants et les néo semblaient s’accentuer. Comment comprendre, interpréter tous ces changements ?
E.C.

Notes

1 Azoulay K., Rosilio E., Sibony R., Essaouira. Mogador, parfums d’enfance, Courbevoie, ACR éditions, 1991.

2 Charmes E. & Vivant E., « La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question », Métropoles 22, n°3, 2008, http://metropoles.revues.org/1972

3 Donzelot J., « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n° 303, 2004.

4 Le jardin en mouvement : de la vallée au champ via le parc André-Citroën et le jardin planétaire, Paris, Sens &Tonka, 2007.

5 Marrâkech, Paris, Comité du Maroc, 1905.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable