Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

16. La gentrification et la défense du patrimoine urbain de Casablanca

Entretien avec Jacqueline Alluchon (Casablanca, juin 2011)

Justin McGuinness

Note de l’éditeur

Jacqueline Alluchon, architecte, est née à Casablanca en 1943 et exerce comme architecte dans cette ville depuis 1975. Elle a participé à la fondation de l’association Casamémoire en 1995 et a accompagné le travail de Monique Eleb et Jean-Louis Cohen, concrétisé en 1998 par la parution du livre Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine aux éditions Hazan.

Texte intégral

Quand vous entendez parler de la gentrification au Maroc, quelles sont les images qui vous viennent à l’esprit ?

Ce qui me vient à l’esprit, c’est que la situation dans chaque ville est différente. A Marrakech, le phénomène est surtout européen, avec cette tradition qui remonte aux années 1930, 1940, 1950 ; une certaine jet-set a choisi Marrakech à l’époque. A Essaouira, le phénomène est plutôt récent, ce sont des gens, des Européens en grande partie aussi – mais pas nécessairement – souvent sportifs. Il y a un rapport avec la mer ; « l’esprit » à Essaouira est très breton, je trouve. Il y a des exceptions, bien sûr, le galeriste danois Damgaard, par exemple [voir article Escher et Petermann dans ce volume]. Mais en général, le phénomène de la gentrification à Essaouira est relié à l’océan, il a quelque chose « entre la Bretagne et la Charente maritime ». Marrakech, c’est beaucoup plus orienté vers la consommation ; la ville se veut haut de gamme, une capitale du luxe.

Par contre, à Marrakech, depuis une vingtaine d’années, la bourgeoisie marocaine, particulièrement casablancaise, participe à la gentrification de la ville en s’établissant plutôt dans la palmeraie et ses alentours, laissant la médina et sa réhabilitation aux initiatives étrangères. Ses membres fréquentent Marrakech comme ils fréquentent Marbella ou Cabo Negro dans le nord du pays : des lieux de vacances où les gens se retrouvent entre eux, font la fête et dépensent de l’argent, dans un certain anonymat. Paradoxalement, ils ne sont pas attirés par Fès, ville d’où sont originaires les grandes familles commerçantes qui au début du XXe siècle ont adopté la modernité en faisant fortune à Casablanca, abandonnant les modes de vie fassis. Je crois que cette histoire a engendré chez leurs descendants un sentiment de culpabilité vis-à-vis de leur patrimoine délaissé et une frilosité à le réinvestir. De plus, Fès, ville introvertie, ne leur offre pas les attraits propres à Marrakech, plus proches de la culture hédoniste de Casablanca.

Est-ce que l’on peut dire quelque chose par rapport à l’évolution de la situation dans d’autres villes historiques, notamment celles de la côte atlantique ?

La légende veut que Tanger ait toujours été le refuge de toutes sortes de populations hétéroclites. Déjà, à la fin du dix-neuvième siècle, des étrangers aisés se sont installés à la Vieille Montagne. Puis dans les années 1950-1960, des étrangers ont investi la haute médina, la Kasbah. A Rabat, les nostalgiques de Pierre Loti s’installaient dans la kasbah des Oudayas. A l’arrivée de Lyautey, il y avait déjà des étrangers dans la kasbah.

Par contre, Azemmour est un cas très différent. Dans les années 60, il y avait le peintre Jacques Azema, mais aussi un assureur anglais. A la fin des années 90, il y avait déjà quelques étrangers. Au début des années 2000, les ventes de maisons à des étrangers se sont envolées. Je me suis occupée de la restauration d’une maison pour le compte d’un couple de Français. Les Casablancais achètent des maisons pour les rénover aussi à Azemmour. A El Jadida, que je sache, la gentrification ne pointe pas encore son nez. Je n’ai pas entendu parler d’étrangers qui s’installent à Safi non plus.

Par contre, il y a du nouveau au sud de la côte atlantique, en particulier à Sidi Ifni. Il y a deux ou trois ans j’étais sidérée de voir, en ouvrant un magazine de décoration, que cette ville – plutôt isolée – comptait un bon nombre de maisons restaurées. C’est quand même le bout du monde ! Est-ce qu’il y a quelques personnes qui font « effet de locomotive » ? Il paraît qu’il y a des Marocains aisés et quelques étrangers qui rénovent des maisons à Sidi Ifni. Peut-être que ce phénomène est relié à celui des Européens qui descendent à Agadir, à Taghazoute, en camping-car, les fameux snowbirds.

Dans la médina de Casablanca, les choses bougent lentement. On ne peut pas parler de gentrification, bien qu’il y ait quelques changements dans ce sens – on a vu l’arrivée de personnes ayant une sensibilité artistique. Une maison d’hôtes a été ouverte sur la place Sidi Bou Amara, mais elle a vite fermé. Le photographe Touhami Ennadre s’est installé dans la médina. On entend parler de projets artistiques de temps en temps. Sur l’ex-place de l’amiral Philibert, il y a un hôtel pimpant [l’Hôtel central], un peu « baba-cool » sur les bords. Et puis, il y a la fameuse histoire de Cathie Krieger, l’Américaine qui a recréé le Rick’s Café, construisant un nouveau mythe urbain. En fait, c’était une maison close au départ, une maison des années 30 tout près du port, qui travaillait pour les marins. Toutes ces innovations se passent sur le bord de la médina. Les gens arrivent et partent par l’extérieur, ils ne traversent pas la médina pour y accéder. Ils ne découvrent pas la médina. Une autre initiative commerciale, La Scala, a en quelque sorte privatisé un des accès de la vieille ville. Ce restaurant est très fréquenté par la bourgeoisie de Casablanca. Pour eux, la médina se résume à La Scala.

Qu’en est-il du problème de l’habitat insalubre dans la médina de Casablanca ?

De l’argent a été débloqué en 2010 pour réhabiliter la médina. Un comité de pilotage – sans élus locaux – a été formé, une quinzaine de personnes. La mouvance de l’association Casamémoire est très présente, des gens comme l’architecte Rachid Andaloussi, Abderrahim Kassou, Mohamed Tanguy. Des opérations comme la restauration de l’église et de la synagogue ont été lancées. L’amélioration de l’habitat risque d’être difficile. En tout cas, la médina est d’importance primordiale pour une population très fragile. C’est un endroit de réseaux, historiquement le premier point de contact du migrant fuyant la misère avec la grande ville. La médina donne accès aux réseaux du marché du travail informel.

Au niveau de la réhabilitation et de la réutilisation d’édifices d’importance architecturale et historique à Casablanca, quels sont les projets les plus intéressants à l’heure actuelle ?

On doit citer, pour commencer, la restauration de la Villa des Arts en 1999. On peut dire que c’était un projet précurseur. Au début des années 90, la villa – qui appartenait à l’ONA – était cachée par les arbres de son jardin à l’abandon. On ne la voyait même pas de la rue. On projetait de la démolir pour construire un musée d’art contemporain sur le site. Alain Bourdon, le directeur de l’Institut français, a organisé en 1995 une exposition dans la villa, intitulée Carte blanche à Belamine. Il y avait beaucoup de monde, Sophie Calle et beaucoup d’autres artistes connus. La réussite de cette exposition a peut-être incité les responsables à l’ONA à conserver la villa.

Et puis, il y avait le cas des anciens Abattoirs municipaux. La mairie ne savait pas trop quoi en faire. Au début des années 2000, il était question de les donner à des acteurs privés pour en faire une technopole, une opération prestigieuse. C’est toujours bien d’avoir une technopole. Depuis longtemps, sur les plans d’aménagement urbain, les Abattoirs étaient signalés comme « bâtiment à protéger ». La mairie de Casablanca a commencé à réfléchir à une possible réutilisation des lieux. La mairie de Rotterdam s’est impliquée dans l’affaire, un colloque a été organisé, et Casablanca a pu découvrir les expériences d’autres villes avec des édifices du même genre, importants en termes de taille et d’un intérêt architectural certain. A São Paulo, on a ouvert une cinémathèque dans les abattoirs restaurés ; à Toulouse il y a un musée de l’art contemporain. Il y a eu des projets intéressants dans les mataderos de Madrid et à Istanbul, etc. A partir de là, il a été décidé que la vocation des Abattoirs de Casablanca serait culturelle. En 2009, Casamémoire s’est vue confier leur gestion par la mairie de Casablanca.

On est donc passé en dix ans de la rénovation d’une villa à la transformation d’une série de bâtiments en un complexe culturel. Une fédération d’associations, chapeautée par Casamémoire, a été montée pour gérer l’opération. Le public a pu assister à de nombreuses manifestations culturelles dans les Abattoirs, même si la restauration peine à démarrer. On peut dire que l’intérêt pour le patrimoine récent a été renforcé grâce au projet des Abattoirs. Pendant le premier événement culturel qui y a été organisé – Les Transculturelles des Abattoirs des 11-12 avril 2009 – il y a eu un afflux incroyable, autour de 20 000 personnes en deux jours (voir ci-dessous l’affiche de cet événement). Le public était très mélangé, à la fois populaire et bourgeois, c’était génial.

D’autres lieux sont prévus comme espaces culturels par la municipalité. En 2011, il y a eu une très belle exposition itinérante, Abysses, sur les fonds marins, du Musée de l’histoire naturelle de Paris, dans l’ancien aquarium municipal – désaffecté depuis la fin des années 80. Il y a eu plus de mille visiteurs par jour. Malheureusement, le sort de ce bâtiment n’est pas encore décidé. Les gens ont pu découvrir un très bel édifice. Maintenant, la question de son avenir se pose – c’est très important. Au niveau de l’église du Sacré-Cœur, la prise de conscience des possibilités de cet espace a commencé plus tôt. Elle a été ouverte pour lancer l’idée d’un festival culturel à Casablanca en 2005, pendant le mandat de Driss Benhima, wali du Grand Casablanca. Il y a eu une très belle exposition du ministère de la Culture, Casablanca, deux millions d’années, sur les fouilles des sites préhistoriques de la ville. Par la suite, il y a eu d’autres très belles expositions à l’église. Je me souviens en particulier de celle qu’un artiste espagnol a réalisée avec un collectif. Il avait fait suspendre un semblant de tente fabriqué par des immigrants de Valence. C’était un patchwork, très beau, de bouts de chiffons, de jeans, suspendu au-dessus de la nef par des fils de nylon. Tout le sol était couvert de sable blanc ; il fallait se déchausser pour le voir. Il y a eu des installations sonores magnifiques dans cet espace.

Est-ce que vous pourriez nous dire un mot sur les Journées du patrimoine à Casablanca ?

Ces journées ont été organisées pour la première fois en 2008. L’idée est de faire découvrir le patrimoine architectural par le grand public. Pendant deux jours, on organise des visites guidées dans des bâtiments qui ne se visitent pas en temps normal. Casamémoire a formé des dizaines de guides, et les visites se font aussi bien en français qu’en arabe.

Chaque année, le nombre de bâtiments ouverts aux visiteurs augmente. Dans les bureaux du wali, les gosses se faisaient photographier à son bureau ; au Consulat de France, les gens se faisaient photographier à côté de la statue de Lyautey. A neuf heures du matin, il y avait une queue de gens qui attendait pour visiter la Banque du Maroc. En fait, la logistique est devenue assez compliquée. Il y a eu aussi de nombreuses animations en 2011, comme les projections sur la façade de l’église du Sacré-Cœur et les animations dans les passages, (Passage Tazi, Passage Glaoui) réalisées par les étudiants d’Arts’com, très impliqués dans ces Journées. Les étudiants de l’école des Beaux-Arts se sont également beaucoup investis. Et le cinéma le Rialto était ouvert avec des projections de films sur Casa. Le deuxième jour, il y avait les visites de la médina et du quartier des Habous ; sur le circuit il y avait le hammam conçu par l’architecte Cadet et la mahkama du Pacha [le tribunal]. Les participants musulmans ont visité les mosquées du quartier des Habous. Il y avait presque trop de monde en 2011, il y avait des groupes qui partaient toutes les dix minutes. Le public était très mélangé, les gens étaient très contents. Ils sont fascinés par les beaux bâtiments… Des gens qui avaient déjà visité l’année dernière sont revenus avec des amis, des parents. On peut dire qu’il y a un vrai appétit pour le patrimoine. Les événements culturels organisés dans des bâtiments emblématiques tels les Abattoirs et l’église du Sacré-Cœur y sont pour beaucoup. On parle maintenant de faire des installations artistiques dans la villa des Tourelles. En 2012, nous avons organisé la 4e année des Journées du Patrimoine avec 150 guides formés tout au long de l’année à travers l’Université populaire. Plus de 20 000 visiteurs et 3 000 scolaires ont participé à ces journées.

Quels sont les développements les plus importants à l’heure actuelle au niveau du patrimoine architectural à Casablanca ? Est-ce que l’on peut imaginer une certaine « gentrification » reliée à la réappréciation du patrimoine récent ?

C’est un peu tous azimuts en ce moment. En mai 2011, Casamémoire a lancé une pétition au sujet de la démolition programmée d’un bâtiment sur le boulevard Mohamed V. Juste après cette initiative, le gouverneur d’Anfa a pris un arrêté d’interdiction de démolition de bâtiments historiques sur toute la préfecture d’Anfa – qui couvre à peu près tout le centre-ville. Ça fait des années que nous sommes considérés comme des empêcheurs de travailler. On considère que nous attirons les foudres des investisseurs. Et ça fait des années que les élus – qui parlent beaucoup du patrimoine – ne prennent pas de mesures efficaces. Avec cet arrêté, c’est la première fois que le ministère de l’Intérieur se sert d’un des outils de protection qu’il a à sa disposition. Malheureusement, le bâtiment a été démoli en juillet 2011, malgré ces protestations.

Bientôt, l’association va boucler le pré-inventaire des bâtiments importants du centre-ville. C’est un travail que nous faisons avec des architectes stagiaires. On leur donne des secteurs. Il y a toutes sortes de critères d’appréciation, de définition des styles. Cet inventaire doit servir à monter un dossier préliminaire pour faire inscrire Casablanca sur la liste des sites protégés du Patrimoine mondial du XXe siècle de l’Unesco. Mais il faudra des mesures de protection efficace au niveau national. Le dossier est très avancé. On parle également de monter un dossier de classement pour Rabat.

Au niveau de Casablanca, le développement est tous azimuts aussi. Il y a les grands projets, la marina, l’aménagement de la corniche. Il y a aussi le théâtre de Rachid Andaloussi et Christian de Portzamparc. Mais, à mon avis, le plus beau projet est celui du tramway. Il aura un impact certain sur le patrimoine. Le tramway est de 32 kilomètres et relie Sidi Moumen et les Carrières centrales au centre. Il y a une branche de derb Ghallef jusqu’aux quartiers nouveaux construits sur l’ancien aéroport d’Anfa. Et tout au long du trajet, il y a des bâtiments d’intérêt architectural. Sur les stations, il est prévu de mettre des panneaux en acier gravé pour indiquer les édifices importants. Pour faire connaître le patrimoine récent, l’idée est de faire une sorte de passe pour les transports en commun destinée aux touristes.

Comment imaginez-vous Casablanca et son patrimoine en 2021 ?

Il y aura certainement de nouveaux aménagements, de nouvelles tours de bureaux. La population du centre-ville va peut-être changer. Pour l’instant, il y a une certaine mixité sociale au centre. Mais on ne pense pas beaucoup à cette mixité. Il y aura sans doute une certaine forme de gentrification. J’espère, bien sûr, que Casablanca sera classée par l’Unesco. J’espère également que le patrimoine sera mieux protégé, qu’il y aura des projets efficaces et sensibles. En cinq ans, il y a eu toute une série de projets pour le réaménagement du Parc de la Ligue arabe. Si on réfléchit, ces fameux projets que les autorités appellent « structurants » ne le sont pas du tout. Le projet de la marina, la corniche, le mastodonte du Méga-Mall, ces projets sont conçus indépendamment les uns des autres. Et puis pour revenir à ce que l’on disait tout à l’heure, au niveau de l’ancienne médina, la situation est plutôt explosive – surtout si on regarde ce qui est en train de se construire en face, les tours de la marina. Toute idée de mixité sociale est complètement absente. Ailleurs dans la ville, on démolit les écoles publiques pour récupérer les terrains. Par contre, vu l’intérêt du public, je reste plutôt optimiste par rapport à l’avenir des bâtiments importants qui marquent la ville de Casablanca. Il y a eu de la casse, certes, mais il y a beaucoup de belles choses qui restent et qui peuvent être sauvées.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 937k

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable