Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

14. La médina de Fès : faire revivre la mosaïque

Entretien avec Abdelfettah Seffar (Fès, 4 mai 2010)

Manon Istasse

Note de l’éditeur

Maitre-artisan plâtrier par héritage familial, personnalité relativement atypique, A. Seffar décide de quitter sa médina natale pour entreprendre plusieurs formations (beaux-arts, théâtre, linguistique, etc.) en France d’abord (de 1980 à 1990), puis en Angleterre (1990-1997)1. Il revient à Fès en 1997, avec un projet culturel : Fas Hadara (littéralement « la civilisation de Fès »), une maison traditionnelle restaurée en espace d’animation culturelle. Cet espace héberge de 2001 à 2004 l’association Nida’ Fas (« l’appel de Fès »), qui se voulait être un lieu de rencontre et de débat entre acteurs clés de la médina. Mais tout cela s’arrête en 2005. Depuis, A. Seffar, propriétaire d’une des plus grandes et prestigieuses maisons d’hôtes de Fès (Riad Al Kantara, « le pont ») se consacre uniquement à sa maison.

Texte intégral

Pour commencer, pourriez-vous vous présenter : qui êtes-vous dans la médina de Fès ?

Une voix qui s’élève dans la médina de Fès, qui dit ce qu’elle pense sans avoir peur. Je n’ai pas peur, je critique en face. En même temps, je suis quelqu’un qui essaye de joindre les paroles aux actes. Avec cette maison, ma conscience s’est réveillée, a vu que le patrimoine avait son importance ; mes efforts, ma vie se sont concentrés pour créer cet endroit, pour montrer que c’est possible et aider ceux qui ont la même philosophie.

Beaucoup de pistes ont été lancées dans ces premiers propos. Peut-être pourrait-on les reprendre séparément, à commencer par celle-ci : vous avez parlé de maison, d’une manière générale, quel est l’état du bâti dans la médina ?

Le bâti représente la question la plus urgente et la plus épineuse : à part quelques maisons qui ont été restaurées dans le cadre du tourisme, je dirais que le bâtiment souffre de négligence.

Négligence ? De la part de qui ?

  • 2 Nom d’une rue à Fès, mot à mot « petite montée ».
  • 3 Agence de dédensification et de réhabilitation de la médina de Fès, administration créée en 1989 po (...)

Les habitants de Fès, les vrais, ont émigré. Ceux qui sont là en ce moment n’ont, pour la plupart, pas assez d’argent pour faire face aux problèmes. Et même, quand ils font des restaurations, ce n’est pas ce qu’il faut faire. Ici, on rencontre un réel problème de maintenance [...]. Les Fassis connaissaient probablement le bâtiment et savaient comment le maintenir. Les gens qui habitent en ce moment dans ces bâtiments ne connaissent rien et les négligent, année après année. Parfois, ces bâtiments sont complètement abandonnés, comme Dar el Khami dans la Talaat Sghera2. Généralement, ce qui se passe, c’est que les évacuations se bloquent, et l’eau a raison du bâtiment. Mais tant que le bâtiment est habité, est maintenu, il vit avec les gens qui l’habitent. [...] L’ADER3 fait également œuvre de négligence : elle devait s’investir, mais bon, on ne sait pas ce qui se passe. Le résultat a été la sauvegarde de quelques maisons, qui souvent n’ont pas vraiment d’importance. Celles qui représentent une importance historique, architecturale, n’ont pas été touchées, notamment Dar el Khami qui est une merveille. On l’a étayée, mais rien d’autre n’a été fait. Le programme de l’ADER opère sur des petites maisons insignifiantes qui normalement devaient être démolies, désaffectées. On ne sait même pas pourquoi on les restaure : elles n’ont pas d’importance, pourtant elles absorbent de l’énergie et de l’argent. Alors que moi je verrais plutôt la restauration des grandes maisons et des palais qui ont une valeur historique et architecturale. […] S’il est clair que la médina devrait bénéficier de tous les efforts et de l’amour du Maroc, il n’en est rien. C’est toujours la ville négligée, le ghetto, la vache à traire, car on sait qu’elle est riche : la médina draine de l’argent, mais il n’y a rien en retour.

Mais quel y est le rôle des pouvoirs publics ?

  • 4 Mosquée où Ibn Arabi a eu sa révélation mystique soufie, et dont un pan de mur s’est écroulé en 200 (...)
  • 5 Entrepôt commercial qui servait à héberger les commerçants de passage avec leurs marchandises (cara (...)

Si on regarde ce qui s’est passé à Fès ces trois dernières années, il y a eu beaucoup de changements, mais toujours dans la ville nouvelle, comme l’agrandissement des artères. La médina reste la négligée ou l’oubliée des pouvoirs publics. Suite à l’écroulement de la mosquée Aïn al-Khaïl4, rien n’a été fait sauf quelques étayages en bois. Et ça n’a pas changé depuis : on note peu de solutions durables apportées par les pouvoirs publics. […] Il existe bien quelques projets de réhabilitation de fondouk5. Il y a également le programme Logement chez l’habitant Zyarate Fès qui a fait que certaines familles ont pu restaurer leur maison pour accueillir quelques touristes. Mais à part ça, au niveau de l’espace public, ça s’est arrêté à l’étayage des façades, car on croyait que cela suffisait. On n’est pas allé au cœur du sujet. A mon avis, l’État ou les pouvoirs publics doivent intervenir dans ces maisons pour éviter la catastrophe. Parce qu’un jour, on va entendre qu’une maison s’est écroulée sur un groupe de touristes. Je pense que c’est quelque chose qui peut arriver […]. A vrai dire, je ne crois pas que les pouvoirs publics vont intervenir avant une dizaine d’années. Un peu d’argent a été débloqué pour les remparts, pour dire que « ça a été restauré ». Mais la réalité reste que la fabrique architecturale de la médina est en train de se dégrader année après année et que, dans les années qui viennent, on va voir des maisons s’écrouler dans l’espace public.

Et l’Unesco dans tout ça ?

Cela n’a rien changé. L’Unesco a fonctionné... Elle a fait plus de dégâts que de bien. Bon, l’Unesco a proclamé Fès, Word Heritage, en 1980. Peut-être que les Marocains ont espéré que, puisque c’est un héritage universel, cela attirerait des fonds internationaux. Entre temps, Hassan II avait une politique qui consistait à drainer l’argent de Fès et à le réinvestir ailleurs. Tout en prétendant restaurer l’ancien Maroc, il bâtissait le nouveau avec l’argent de l’ancien. Il a complètement négligé les médinas. Fès vivait du tourisme, de l’agriculture et du textile. Et puis l’exode rural l’a complètement « bouffée ». L’Unesco a cru qu’en classant Fès comme héritage mondial, les Marocains prendraient conscience de cet héritage et le traiteraient bien. On peut parler d’une mauvaise compréhension entre les deux. Résultat, Fès se dégradait doucement et l’Unesco ne faisait rien pour éveiller les consciences. […] C’est vrai que ça a arrêté un petit peu les dégâts, parce qu’à cette époque (1970-1980), les promoteurs commençaient à acheter des maisons traditionnelles et à couper les volumes pour faire des appartements. Le classement de Fès a freiné ce processus-là.

Un mot a été prononcé : tourisme... Quelle est son importance à Fès et pour Fès ?

La dynamique touristique est la seule qui, à mon avis, maintienne les bâtiments et la vie même de la médina. La vague des gens qui ont acheté des maisons pour en faire des maisons d’hôtes a montré à bien des égards que c’est le mouvement qui reste le plus efficace car il apporte des solutions viables à la restauration de la médina. Le touriste vient voir la médina et il y reste, et ça, c’est un élément nouveau. Avant, le touriste passait par une artère principale guidé par quelqu’un, rentrait dans des bazars, faisait un petit peu sa plongée et puis retournait à l’hôtel extra muros. Mais maintenant, il reste au sein de la médina dans les maisons d’hôtes, il commence à mieux découvrir la médina et à la vivre comme elle est. Et c’est beaucoup mieux : le touriste pense qu’il a eu l’expérience de Fès. C’est un pas en avant. La médina est découverte de « l’intérieur ». Avant, elle était méconnue. […]. Et puis, la dynamique des maisons d’hôtes a quand même joué en faveur de la dédensification de la médina, parce que des maisons occupées par plusieurs familles ont été vendues pour le développement touristique. Beaucoup de familles se sont déplacées en dehors de la médina, qui devient moins peuplée.

Parlons un peu des maisons d’hôtes justement. Par qui est mené ce mouvement ?

Parmi les étrangers, les Français viennent en première position. Puis les Américains. Et puis, se joignent à eux des éléments éparpillés : des Anglais, des Espagnols, des Italiens, un peu de tout. Mais les Marocains viennent en première position, avant les Français je crois. Les Marocains détiennent les grandes structures, alors que, généralement, les Français vont s’impliquer dans une maison de taille limitée (environ 300 ou 400m2) et assez récente (années 30). La seule exception, c’est le Riad Laaroussa : pour la première fois, quelqu’un a refait une maison du XVIIe ou XVIIIe siècle ; d’ailleurs, j’ai aidé à la restaurer. Comme ils n’ont pas beaucoup de financements, les Français essayent de trouver des produits abordables. En fait, on ne peut pas parler d’une vraie restauration : les bâtiments sont assez solides, il a juste fallu installer des salles de bains, des systèmes d’électricité et de plomberie vite fait, et commencer l’exploitation.

La restauration des maisons pour faire une maison d’hôtes constitue donc un travail important. Comment est-il effectué ?

La volonté politique s’est manifestée dernièrement par un petit relâchement pour laisser passer les projets de maisons d’hôtes, mais aucune situation pratique n’a suivi. Il n’existe aucun encadrement d’ensemble. Le mouvement [de création des maisons d’hôtes] est nécessairement mené par des décisions individuelles, parfois par des amoureux de Fès, parfois par ceux qui sont appâtés par le gain. Ce mouvement devrait être plus ou moins dirigé ou encadré par le CRT [Conseil régional du tourisme]. Mais, malheureusement, les personnes ignorent cet organisme […]. L’ADER n’intervient absolument pas. Elle a un programme de financement à 50 % des travaux de restauration, mais c’est pour de petites maisons. Cela n’a rien à voir avec les maisons d’hôtes. Peut-être que des particuliers dont la maison pouvait s’écrouler en ont bénéficié. Mais dans les projets touristiques, absolument pas, je n’ai pas entendu quelqu’un qui en a bénéficié. […]. Donc entre négligence des pouvoirs publics et absence d’encadrement, c’est une petite jungle en ce moment. Surtout que ces dernières années, la compagnie Ryanair a ramené beaucoup d’Anglais qui ont acheté des petites structures qui sont en cours de restauration. Mais personne ne leur a expliqué Fès : ils ont débarqué dans un environnement « sauvage » sans aucun encadrement […].

  • 6 Maître-artisan, chef de chantier lors d’une restauration de maison.

Par contre, ce que la ville a gagné, c’est qu’elle commence à récupérer petit à petit ses artisans pour les travaux de restauration. Je dirais que les gens savent de mieux en mieux restaurer, et dans ce sens, aujourd’hui, la restauration de la médina se passe dans de meilleures conditions. Cela reste néanmoins une pratique de restauration plus ou moins « sauvage », sans débat de fond sur la restauration. Avant, l’association Nida’ Fas avait lancé – avec certains de ses membres, comme moi en tant qu’artisan, un architecte et d’autres gens d’expérience – le débat sur ce qu’il faut ou ne faut pas faire en matière de restauration. Mais maintenant, en l’absence de cet organisme, il n’y a plus personne qui parle. Chacun fait ce qu’il peut. Il n’y a pas de contrôle. Les autorités, la municipalité doivent faire ce contrôle, mais malheureusement il n’en est rien. Par exemple, dans la Commission de contrôle chapeautée par les pouvoirs publics, le maalem6 est absent, alors que son opinion est déterminante dans la restauration de la médina. Je suis sûr que l’ADER ne peut pas remplacer l’opinion du maalem. Elle prétend le faire, mais elle n’est pas en mesure de le représenter, car c’est un organisme administratif. Et le maalem, c’est quelqu’un du terrain, qui prend des décisions pragmatiques. Il peut voir l’état d’un mur, d’un plafond, il peut dire si un bâtiment représente un problème ou pas. Donc, en l’absence de ce professionnel, un danger peut être là sans qu’on sans aperçoive : l’administrateur ne va pas le voir alors que le maalem pourra le voir. Et c’est là que ça devient dangereux : on doit écouter le maalem, son opinion vient d’une expérience, d’une pratique de terrain et non pas d’une théorie.

Vous avez parlé des Anglais, mais parlons plus généralement de la présence des étrangers et de la vague d’achats de maisons ...

Ah, elle s’est arrêtée maintenant [2010]. La crise l’a complètement freinée. Je me rappelle, après les attaques du 11 septembre 2001, c’était pareil, le mouvement a freiné. Il s’est ensuivi la grande question : Est-ce qu’il va reprendre ? Et effectivement, il a repris juste après. Donc, on ne sait pas. Mais, pour l’instant, je crois que la plupart des chantiers, des grands chantiers se sont arrêtés à cause du manque de financements.

Et que pensez-vous de cette présence des étrangers en médina ?

Au départ, je croyais que la présence étrangère pourrait installer une certaine dynamique intelligente entre les Marocains et les étrangers, un certain échange culturel. Mais toutes mes idées, tous mes calculs se sont révélés faux. […] Ce que je n’aime pas, c’est quand ils se réunissent entre eux et que le Marocain est perçu comme un voleur. Ce discours est très présent. Je ne crois pas qu’ils soient arrivés à s’intégrer et à absorber, ne serait-ce qu’un peu, la culture marocaine et à la comprendre dans sa spécificité. Leur réaction immédiate, c’est de la condamner et de croire qu’il y a un modèle à imposer, leur modèle. Je prendrai l’exemple de la « commission » ou du « bakchich » comme on dit parfois. Cette pratique, au Maroc, est complètement intégrée dans la culture et est une manière de partager le bien. Elle n’est pas vue comme une question morale. Simplement, c’est comme ça, c’est accepté par les Marocains, c’est le mode de fonctionnement. Mais l’étranger importe ses valeurs et croit que c’est du vol. Il va condamner quelque chose parce que ce n’est pas sa manière de fonctionner. Je travaille avec des agences de voyage, je leur donne 20 % de commission, là, elle est acceptée. Mais si le guide prend 20 %, là non, lui c’est un voleur. L’étranger va le taxer de voleur, tout en la pratiquant, bien sûr. Quand c’est lui, ce n’est pas du vol, quand c’est l’autre, c’est du vol. A ses clients, il va leur dire « Attention, le Marocain, il prend une commission, mais moi, je connais quelqu’un... », et il va faire la même chose. En plus, la commission, c’est le principe même du maalem. Le maalem va gagner sa vie en faisant travailler une équipe : à la fois, il leur donne le savoir et un encadrement, mais il exploite aussi leur travail. C’est comme ça depuis des millénaires au Maroc. Eh bien non, le maalem est un voleur, et ils vont le remplacer en étant en contact direct avec les sous-maalem. Si ces derniers deviennent importants, ils risquent de déstabiliser le fonctionnement interne de la médina. Dans quelques années, on va sentir l’effet de ce changement. Bon, certaines « commissions » sont excessives, elles montent parfois jusqu’à 40 %. Ce qu’il faut faire, c’est en parler directement, mettre le sujet sur la table, l’accepter, mais surtout régulariser la commission, qu’elle devienne assez claire. Mais la condamner, c’est condamner tout le système. […]

Il faut aussi voir le côté positif. D’un côté – et c’est la carte que j’ai jouée au départ – j’ai dit que s’il n’y avait pas d’étrangers, les Marocains n’avanceraient pas. Donc, j’ai aidé certains étrangers à s’installer dans la médina pour encourager les Marocains à faire pareil. Et les premiers Français qui ont ouvert une maison d’hôtes, c’était le riad Al-Bartal. Et effectivement, c’est ce qui est arrivé : l’installation des étrangers a encouragé les Marocains. Voilà un point positif. Le deuxième, c’est que le bâti en a bénéficié, plus de maisons ont été sauvées. […] Et si on compare les aspects positifs et négatifs, je vois plus de positif que de négatif. On a encore besoin de leur présence et de cet échange culturel. Le problème vient du fait que ce n’est pas encadré. Avec Nida’ Fas, les étrangers rencontraient les Marocains, et pas seulement les Marocains qui travaillent pour eux à la journée, mais aussi ceux qui réfléchissent et disent leur opinion. Mais le problème, maintenant, c’est qu’il n’y a plus tout ça. Et donc, il n’y a plus de Marocain pour leur dire : « Mais, attention, là, vous risquez de toucher quelque chose de très fragile », parce que le Marocain de la rue n’a pas cette vision complexe de la société. Les gens qui viennent s’investir en médina doivent savoir qu’il y a des limites à ne pas dépasser, surtout des limites culturelles. Et de l’autre côté, il faut dire aux Marocains aussi que ces gens-là... Parce qu’il y avait et il y a un discours xénophobe qui est maintenant probablement beaucoup plus présent chez les administrateurs, de dire que l’on assiste à un nouveau colonialisme. Au sein de Nida’ Fas, on débattait de part et d’autre : « Ce sont des individus qui sont tombés amoureux de la médina et qui veulent s’investir. C’est complètement leur droit. » Cela calmait le discours xénophobe, et, en même temps, nous disions aux étrangers de ne pas nourrir ce discours xénophobe : « Tu as des limites, il ne faut pas toucher à certaines choses. » L’absence de ce débat actuellement risque d’entraîner que ce mouvement d’installation des étrangers dévie, comme cela a été le cas à Marrakech. L’Association des maisons d’hôtes, qui a remplacé Nida’ Fas, n’est pas intéressée par ce débat.

Revenons un peu à la médina. Comment la décririez-vous ?

Quand je suis revenu en 1997, la médina était un dortoir pour les ruraux. Maintenant, elle est plus dynamique, dans la mesure où il y a beaucoup plus de gens qui s’y rendent pour y travailler, pour la restaurer, et qui s’en retirent le soir. Les artisans, par exemple. Mais je crois que si tu enlèves la composante touristique de la médina, tu as un ghetto où les gens dorment, regardent la télévision, et c’est tout. Et tu as des problèmes sociaux. […] Aussi, je compare la médina de Fès à une mosaïque. Dans la mosaïque, surtout la mosaïque à la musulmane, chaque pièce a un nom, une forme et un rôle déterminé dans un tracé géométrique extrêmement logique, très précis. Rien n’est laissé au hasard. Les maisons sont les pièces de la mosaïque de cette composition qu’est la ville.

La mosaïque a volé en éclats... ?

Je crois que c’est après l’Indépendance, au moment où tout a changé : l’exode des Fassis vers d’autres villes plus prospères, l’abandon de la culture, le déplacement des administrations, du commerce, de l’artisanat et même de l’université, en tant que pièce-maîtresse. Dans toute mosaïque, il y a une pièce unique qui fait tout pivoter autour d’elle. La Qaraouiyine était cette pièce : tout pivotait autour de cette mosquée, qui était aussi une université. Donc, en déplaçant l’université en dehors de la ville, on a vidé le cœur de la cité. Et l’université a été placée dans une caserne militaire, c’était une façon de mettre la pensée sous surveillance. Et du coup, toute la ville a été vidée de cette fonction vitale, de son cerveau, de son cœur. Elle était devenue un corps vide.

Est-ce que le mouvement de maisons d’hôtes participe à la reconstruction de la mosaïque ?

Non, c’est... Certainement, Fès va revivre une autre histoire. C’est impossible que cela revienne [à l’identique]. Mais c’est peut-être un jalon vers une autre culture qui pourrait faire face à ce vide, à ce dortoir. C’est ma vision ou mon espoir : des gens qui viennent et qui vont peut-être aussi créer une certaine culture dans ces pièces de mosaïque qui existent toujours. Il s’agit donc de faire revivre ces pièces et de rejouer la mosaïque, mais la rejouer d’une autre manière. Est-ce que ce scénario va arriver ou pas, c’est ça la question. Pour l’instant, je ne crois pas. Ma vision de la ville, disons plutôt la meilleure chose qui puisse arriver, c’est que Fès devienne une université ouverte. Qu’elle redevienne un centre qui rayonne, avec l’esprit, le savoir et les arts, et les gens viendraient expérimenter ces choses-là dans l’environnement de Fès. Je ne sais pas si le monde bouge dans ce sens. La ville pourrait aussi être un centre mystique, un centre de soufisme. Elle peut être beaucoup de choses. Mais bon, c’est une vision [...].

Dernière question, est-ce que médina rime avec patrimoine ?

  • 7 L’école d’architecture de Fès, annexe de l’Ecole Nationale d’Architecture (ENA) de Rabat, a été ouv (...)

La médina est certainement un patrimoine. C’est un patrimoine universel classé par l’Unesco en 1980. Mais c’est surtout un patrimoine pour les Marocains. Parce que l’identité du Maroc, elle est là : elle a été écrite par l’architecture, par l’histoire, par tout ce que l’on peut imaginer. Et elle est toujours là. Donc, si le Maroc un jour veut se pencher sur son identité et l’étudier, il est obligé de passer par Fès. On revient à l’idée d’université : c’est une université vivante. Mais jusqu’ici, il n’y a même pas de département d’art dans l’université de Fès, ce qui est honteux dans une ville qui est essentiellement artistique. Pourquoi n’a-t-on pas placé ici une école des Beaux-Arts ou une école d’architecture ?7 Pourquoi faut-il que ça soit toujours Rabat, Casablanca ou ailleurs ? Alors que c’était naturel qu’après l’Indépendance, dans le nouveau Maroc, Fès joue aussi un rôle déterminant grâce justement à cet héritage...

Notes

1 A. Seffar décrit ainsi son parcours relativement atypique : « Mon parcours est étrange, disloqué. Je ne suis pas conventionnel : ma vie et mes recherches ne font qu’un. Je ne cherchais pas des diplômes, mais des outils pour réaliser mes idées. »

2 Nom d’une rue à Fès, mot à mot « petite montée ».

3 Agence de dédensification et de réhabilitation de la médina de Fès, administration créée en 1989 pour exécuter les travaux de restauration de la médina. Elle est notamment responsable de l’étayage des maisons menaçant ruine.

4 Mosquée où Ibn Arabi a eu sa révélation mystique soufie, et dont un pan de mur s’est écroulé en 2004, faisant 10 morts et ce, malgré les avertissements (dont ceux de Seffar) adressés aux pouvoirs publics.

5 Entrepôt commercial qui servait à héberger les commerçants de passage avec leurs marchandises (caravansérail).

6 Maître-artisan, chef de chantier lors d’une restauration de maison.

7 L’école d’architecture de Fès, annexe de l’Ecole Nationale d’Architecture (ENA) de Rabat, a été ouverte en septembre 2009 dans la ville nouvelle et devrait œuvrer dans la mise en place d’une formation hautement spécialisée dans le domaine du patrimoine.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable