Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

13. Peut-on parler de gentrification pour Casablanca ?

Entretien avec Abderrahim Kassou

Anne-Claire Kurzac-Souali

Note de l’éditeur

A. Kassou, architecte casablancais, a été président de l’association Casamémoire de 2006 à 2011 et a contribué à faire de cette association un des acteurs majeurs de la scène publique casablancaise en matière de réflexion sur la ville et la culture. Il est également spécialiste de l’histoire architecturale du Maroc1.

Texte intégral

Certaines médinas du Maroc sont transformées par un processus de gentrification ou tout au moins une requalification partielle de leurs espaces bâtis, notamment domestiques. Peut-on en dire autant de la ville de Casablanca ?

Répondre à cette question est un exercice difficile, et je poserai plutôt la question de savoir s’il n’existe pas, plus exactement, un processus de patrimonialisation qui serait en cours sans être accompagnée d’une gentrification. Je tiens à soulever d’ores et déjà deux problèmes : le premier problème, c’est qu’étant un activiste ou tout du moins sur le terrain, je n’ai ni le recul, ni la compétence pour analyser un phénomène en cours. Et le deuxième problème vient du fait qu’on peut toujours expliquer quelque chose qui se passe… mais comment justifier quelque chose qui ne se passe pas ? Ce qui me semble évident en tout cas, c’est que ce qui se passe à Casablanca concernant le patrimoine n’est pas accompagné de gentrification pour le moment.

Quels sont les éléments qui permettent d’affirmer qu’il y a manifestement une patrimonialisation en cours à Casablanca ?

Je préfère laisser le terme de patrimonialisation aux chercheurs pour parler de prise de conscience… en tout cas il y a clairement une nouvelle fonction, une nouvelle approche, une nouvelle attitude face au patrimoine. Les Casablancais, d’une manière générale, portent un nouveau regard sur le centre-ville et sur leur patrimoine au centre-ville. Il y a depuis dix ou quinze ans un changement d’attitude, de discours, de regard qui est évident. Le phénomène est apparu après une décennie de démolition de bâtiments importants tels le théâtre, le cinéma Vox, les arènes, les magasins Paris-Maroc et beaucoup d’autres encore. On date généralement le début de ce processus à l’année 1994 qui correspond à la démolition de la Villa Mokri, une villa de 1932 de l’architecte Marius Boyer. C’est le premier cas où un certain nombre d’individus se sont mobilisés pour dire « non, il faut la garder, parce que c’est un personnage important, une architecture intéressante… ». La villa a été démolie, mais les quelques personnes ont formé un groupe et par la suite ça a donné un courant. Ce phénomène s’est amplifié pour la défense de l’Hôtel Lincoln de 1917 qui a été fermé pour des raisons d’insalubrité en 1992 et menacé par un permis de démolir. La mobilisation a empêché sa démolition. Cet hôtel reste un cas qui mériterait un intérêt particulier parce qu’il a vraiment cristallisé quinze ans de lutte : c’est le premier bâtiment du XXe siècle inscrit au patrimoine national par le ministère de la Culture en 2000. C’est en soi une reconnaissance officielle par le ministère de la Culture, tutelle du patrimoine, qu’un bâtiment d’architecture moderne peut être envisagé et classé comme un patrimoine national. C’est aussi le premier cas où l’Administration change de camp : elle a longtemps délivré des permis de démolir, désormais elle change parfois de camp et passe du côté des « protectionnistes » pour défendre le patrimoine ; c’est également le premier cas où il y a eu une procédure d’expropriation et où l’argument premier avancé a été de dire que c’est un patrimoine, un bien d’intérêt public. L’expropriation prononcée, ce bien privé est devenu bien public : l’hôtel appartient à l’Agence urbaine de Casablanca depuis peu.

De toute façon, dans les médias, dans les discours officiels, dans le succès grandissant des manifestations concernant le patrimoine, les thèmes de l’architecture en général, et de l’art déco en particulier, sont de plus en plus présents.

Au-delà des faits ponctuels de démolition, la mobilisation à partir du milieu des années 90 peut-elle être également le résultat de la combinaison d’autres facteurs comme un début d’ouverture politique, une mise à distance de l’histoire coloniale par les nouvelles générations qui permettrait de réhabiliter la production architecturale en situation coloniale, une pression immobilière nouvelle menaçant les bâtiments du centre-ville et amenant de fait une prise de conscience face à la menace de destruction ou une réponse à des logiques patrimoniales de dimension internationale ?

Sans doute un peu de tout cela. Mais également un sentiment diffus dans la population casablancaise agacée d’entendre que Casablanca est une ville polluée, sale, dangereuse, alors que c’est la plus belle ville du monde. Alors que tous ceux qui connaissent Casablanca savent que c’est une ville attachante, excitante, agréable quand on sait la regarder et quand on se laisse entrainer. Il n’y a pas que la mosquée Hassan II à Casablanca, contrairement à ce que disent la plupart des guides. En effet, le processus de patrimonialisation concerne des quartiers construits durant une période de domination politique et économique et où souvent la population indigène n’avait pas le droit d’être. Mais ces mêmes quartiers représentent les lieux de construction de l’identité urbaine marocaine durant les cinquante dernières années, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de se limiter au centre-ville : la réappropriation de la mémoire urbaine et la préservation du patrimoine concernent autant l’ancienne médina et le centre-ville que les quartiers industriels et populaires de la périphérie.

La forte visibilité des médinas et de l’architecture des « riads » dans les médias (reportages dans les revues, à la télévision et sur internet) a fortement contribué à faire connaître le patrimoine vernaculaire puis à encourager une prise de conscience de sa mise en péril. Peut-on en dire autant pour le cas de Casablanca ?

  • 2 Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, Belvisi/H (...)

En effet, il y a un moment fort qui n’a pas été à l’origine de ce processus mais qui a permis son accélération, c’est la publication du livre de Jean-Louis Cohen et Monique Eleb Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine2 en 1998. Ce n’est pas tant le livre qui est à l’origine de cet engouement – peu de gens finalement l’ont lu – mais c’est le phénomène qu’il a déclenché. C’est devenu le livre qu’il fallait avoir, acheter, offrir, c’est un livre qui a été très vite épuisé. L’exposition « Casablanca, mémoire d’architecture », qui a été organisée en 2000 suite à la publication de ce livre, a également permis de mettre en avant la richesse architecturale de la ville. Elle eut lieu à Paris, à Bordeaux et ensuite à Casablanca à la Villa des Arts. Tous les publics se sont croisés dans cette exposition qui a fortement médiatisé l’histoire de Casablanca. Cette exposition venue de l’étranger pour présenter les trésors architecturaux de Casablanca a obligé d’une certaine façon, localement, à ne plus tenir le discours qu’on tenait avant sur cet espace urbain. L’association Casamémoire a organisé beaucoup de visites guidées de la ville, et elle participe aussi à la construction d’un nouveau regard porté sur la ville. En général, on a un rapport un peu dur au centre-ville, c’est un centre perçu comme bruyant, pollué et chargé. Mais le fait d’accompagner les gens en promenade le dimanche matin – quand il y a très peu de circulation et quand il fait beau – en obligeant les gens à laisser leurs voitures, à marcher pendant trois heures dans le centre-ville et à lever la tête pour voir les bâtiments change leur regard sur les lieux traversés. Et le travail que nous menons sur le long terme, les visites, les conférences et les expositions ont contribué fortement au changement de regard porté sur la ville. Pour donner un chiffre, en 2008, on a organisé la visite guidée pour 800 personnes, ce n’est pas beaucoup comparé à la population de la ville mais c’est énorme quand on sait où on en était, il y a à peine 5 ou 6 ans ! Finalement, notre expérience nous permet de dire qu’il existe une nouvelle conscience, une nouvelle appropriation de l’identité du centre-ville, une population nouvelle qui commence de plus en plus à considérer cette architecture comme son patrimoine.

Quels sont les acteurs de cette première mobilisation pour la réhabilitation du patrimoine datant du Protectorat ? Comment se sont-ils regroupés pour que leurs actions deviennent visibles ?

On parle du patrimoine moderne et non du patrimoine datant du Protectorat. Même si l’essentiel a été construit durant la période coloniale, l’architecture à Casablanca n’a pas commencé en 1912 pour s’arrêter en 1956. L’ancienne médina est une composante essentielle du fait urbain casablancais. C’est l’unique médina moderne et cosmopolite du Maroc, et le centre-ville vient en continuité formelle et non en opposition comme c’est le cas ailleurs. Et il y a de l’architecture après l’Indépendance. Les ruptures politiques ne sont pas des ruptures lisibles sur l’architecture ou l’espace urbain. Pour ce qui est des acteurs, ils sont multiples et fluctuants, le phénomène est global et tout le monde y a participé à des degrés divers : ministère de la Culture, autorités locales, ordre des architectes, associations, élus, individus, médias… La protection du patrimoine est devenue un méta-phénomène, tout le monde plaide pour sa valeur et sa nécessaire protection. L’action, c’est autre chose.

Peut-on dire, dans le cas de Casablanca comme dans celui des médinas, que le rôle des étrangers est décisif ? Et si oui, pourquoi selon vous ?

Absolument pas. Et il ne faut laisser aucune ambiguïté sur ce point. Casablanca est la ville faite par des immigrés pour des immigrés. Des générations d’immigrés ont construits la ville et se sont construits grâce à cette ville : Marocains musulmans et juifs, Italiens, Espagnols, Français… ce qui en fait la ville la plus accueillante du Maroc vu que la dichotomie entre l’autochtone et l’étranger est historiquement fausse et socialement idiote. Je connais une multitude d’Italiens ou d’Espagnols qui étaient à Casablanca bien avant mes parents. Qui est l’étranger et qui est le local ? C’est d’ailleurs à la fois la richesse et le drame de Casablanca : elle appartient à tout le monde et à personne en même temps. En tout cas, la question de la légitimité ne se pose pas en termes d’antériorité, mais plutôt en termes de situation sociale, économique et politique. Et même si on ne considère que la population étrangère récemment arrivée à Casablanca, elle n’est pas venue attirée par les charmes envoûtants d’une médina ensorceleuse comme ça peut être le cas à Fès ou à Marrakech, mais pour des raisons économiques dans sa majorité, ce qui est en parfaite cohérence avec un phénomène migratoire qui dure depuis cent ans. On vient à Casablanca d’abord et surtout pour travailler, ensuite on peut s’intéresser à autre chose.

Dans le cas des médinas, les limites du processus de gentrification sont soulevées : spéculation immobilière, modification fonctionnelle des espaces résidentiels, utilisation du patrimoine comme une ressource, survalorisation de certains aspects en médina et, notamment, des critiques portant sur l’esthétisme ou le néo-orientalisme. Voyez-vous dans le cas de Casablanca des limites, ou est-ce trop tôt pour les évoquer ou s’en soucier ?

On peut évoquer quelques limites du processus de patrimonialisation déjà perceptibles. Première limite : il y a une survalorisation de l’art déco par rapport à d’autres styles architecturaux d’autres périodes coloniales ; tout devient art déco, et il n’y a plus que l’art déco. Or, il y a de l’art nouveau ainsi qu’une très belle architecture des années 50 qui continue à être démolie. En fait, il se passe ce qui arrive quand on parle uniquement d’une seule chose : cette dernière finit par avoir le dessus sur le reste qui pourrait avoir un intérêt d’un point de vue historique, architectural, patrimonial, etc. On peut parler d’une sélection des éléments architecturaux dans l’espace urbain en fonction de ce qui est le plus visible ou reconnu comme patrimoine. Deuxième limite : une sorte de focalisation sur les bâtiments, aux dépens de ce que nous considérons, nous à Casamémoire, comme étant la qualité principale de Casablanca, à savoir l’espace urbain, le paysage urbain, la cohérence d’un certain nombre de rues ou de secteurs, si on peut dire ça comme cela, un ensemble est plus que la somme d’un certain nombre de bâtiments plus ou moins intéressants, certains beaux, d’autres laids ou plus médiocres, certains modernes, certains anciens, etc. C’est cette cohérence d’ensemble qui fait, à notre avis, la valeur de ces tissus et non pas les seuls bâtiments. Ainsi, on nous a demandé une liste de bâtiments à garder, ce que nous avons refusé de faire, évidemment, parce que si on donne une telle liste, on condamne les bâtiments d’à côté. La troisième limite est le rapport à la médina. C’est une médina de la fin XIXe et du début XXe, cosmopolite, moderne avec une architecture avec des balcons, des façades décorées, etc. La ville de Casablanca a été frappée par un tremblement de terre au XVIIIe siècle, et donc tout ce qui a été reconstruit est moderne et souvent de conception européenne. Pourtant, comme le centre-ville moderne prend du poids et de la valeur, on lui donne le rôle de contrepoids « traditionnel » en essayant de lui donner l’image d’une médina arabo-andalouse, ce qu’elle n’est absolument pas. Enfin, l’absence de texte de loi permettant la prise en charge de la question patrimoniale reste un handicap majeur. La loi 22-80 concernant le patrimoine a 30 ans, elle est complètement obsolète. Et même localement il n’y a pas pour l’instant de réglementation spécifique permettant la protection de zones urbaines et leur sauvegarde.

La prise de conscience est manifeste, mais peut-on relever une tendance même naissante à la gentrification ? En d’autres termes, existe-t-il actuellement des stratégies d’investissement de nouveaux propriétaires, de nouveaux entrepreneurs dans ces espaces en cours de patrimonialisation ?

A la question existe-t-il une gentrification à Casablanca ? Je ne sais pas. Je ne pense pas. Pour l’instant, ça reste anecdotique. On verra dans quelques années si le passage du tramway par l’avenue Mohammed V permettra de déclencher ce phénomène. Il existe, en revanche, des projets éparpillés et ponctuels dans la ville qui utilisent la question du patrimoine moderne comme fonds de commerce, et j’en donne quelques exemples pour illustrer mes propos. La Villa des Arts à Casablanca est à mon avis un phénomène intéressant. Il a été question de la démolir et de construire le musée de l’ONA. La villa était abandonnée depuis un moment, elle est devenue un lieu d’exposition et les visiteurs l’ont redécouverte. Parallèlement, ça coûtait moins cher de restaurer la villa que de construire un nouveau musée. La fondation ONA a décidé de la garder et la Villa des Arts est devenue un exemple de « ce qu’il faut faire » pour réintégrer la culture dans le patrimoine et une marque de fabrique pour l’ONA. Le deuxième exemple intéressant à évoquer est le Rick’s Café, situé en marge de la médina juste en face du projet de la marina. C’est un lieu qui a une dizaine d’années tout au plus, où le film Casablanca passe en boucle, un pianiste joue l’air connu du film, et les serveurs portent le tarbouche. Le patrimoine est envisagé comme fonds de commerce sur lequel on vend des représentations plus que des réalités puisqu’aucune scène n’a été tournée à Casablanca et qu’Humphrey Bogart n’a jamais mis les pieds à Casablanca. Après, je laisse la charge aux chercheurs de qualifier ce phénomène ; mais en tout cas, c’est une affaire qui fonctionne puisque le café est devenu l’étape incontournable pour beaucoup d’Américains, mais pas seulement pour eux. Enfin, la réhabilitation des Abattoirs pour en faire une fabrique culturelle constitue un phénomène intéressant parce que justement il prend un peu le contre-pied de la tendance évoquée. Cela ne se passe pas dans le centre-ville, justement, mais à Hay Mohammadi, qui est un quartier populaire historique périphérique, non loin du grand bidonville des Carrières centrales. La réouverture des Abattoirs combine plusieurs processus : c’est un patrimoine en termes d’architecture, elle répond tout à la fois à une recherche d’espace pour la création culturelle, à la réappropriation du patrimoine et à la revendication d’espace public.

Voyez-vous des parallèles entre ce qui se passe à Casablanca et ailleurs dans les autres villes du Maroc ?

Pour revenir à Marrakech, Fès, etc., on peut faire quelques parallèles. Je pense que ce qui se passe à Casablanca relève du local, cette appropriation du patrimoine est un phénomène local même si, bien entendu, ça se passe au moment où la modernité est à la mode partout dans le monde. Il se fait par les habitants alors que dans d’autres villes, l’apport des étrangers est fondamental. Surtout, la grande question soulevée à Casablanca est celle du patrimoine comme fondement de la mémoire et de l’identité locale. Cette question n’est pas franchement envisagée à Fès ou à Marrakech où on ne se pose pas la question de la place du patrimoine dans la ville actuelle. Il me semble que, dans ces villes, on se pose principalement la question du « comment on le traite » et non pas de ce qui fait le patrimoine. A Casablanca, l’origine coloniale du patrimoine a entraîné un travail sur la mémoire des lieux et ce qui fait des lieux de mémoire et non pas sur sa capacité à être gentrifié ou investi. A mon avis, c’est la grande différence par rapport à Fès ou Marrakech. Et puis, « le troisième problème », c’est qu’à Fès ou Marrakech on plaque une image des Mille et une nuits, de ville rêvée… A Casablanca, on est embêté, on ne sait pas quelle image plaquer : est-ce l’image des années 50 ? celle de la modernité ?… mais elle est liée au colonialisme. Est-ce l’image des années 1920-1930, teintée d’un esprit pionnier ?… Mais le Marocain n’était-il pas un peu « bouseux » à cette époque ? Toute la difficulté est encore dans la façon dont on peut et on doit imaginer cette ville. Pour finir rapidement, enfin, ce que l’on excuse à une ville médiévale, on l’excuse moins facilement à une ville moderne, à savoir le bazar, la circulation, le bruit, etc. Le désordre fait partie de l’image de carte postale de Marrakech et de Fès. A Casablanca, cela dérange, et cela dessert la ville.

Casablanca et son patrimoine (exemples)

Casablanca et son patrimoine (exemples)

Notes

1 Cet entretien reprend en grande partie l’intervention d’A. Kassou (« Le processus de gentrification est-il perceptible à Casablanca ? ») présentée à Rabat le 28 mai 2009. La transcription a été assurée par Hakim Cherkoui, et la structuration sous forme d’entretien a été effectuée par A.C. Kurzac-Soualli en 2010.

2 Cohen, Jean-Louis et Eleb, Monique, Casablanca, mythes et figures d’une aventure urbaine, Belvisi/Hazan, 1998.

Table des illustrations

Titre Casablanca et son patrimoine (exemples)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable