Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Troisième partie : la gentrification en action. Entretiens et témoignages

11. De la ville de terre à la ville durable, itinéraire et point de vue d’un pionnier

Entretien avec Quentin Wilbaux (Bruxelles, 14 mai 2010)

Elsa Coslado

Note de l’éditeur

Depuis près de trente ans, Quentin Wilbaux exerce sa profession d’architecte en Belgique et à Marrakech où il a tout particulièrement mis son savoir-faire au service d’une meilleure connaissance des maisons traditionnelles, de leur restauration et de leur promotion. En outre, il est aujourd’hui enseignant-chercheur à l’UCL (l’université de Louvain) à la faculté LOCI (architecture, urbanisme et aménagement du territoire) sur le site de Tournai (Belgique).

Texte intégral

Parlez-nous de votre parcours… et de votre implication dans la restauration des maisons de la médina de Marrakech.

Je suis arrivé à Marrakech en 1982 pour quatre mois en tant que coopérant. Je suis revenu en 1984, mais c’est en 1986 que je m’y suis installé. Je travaillais pour différents cabinets d’architecture et décidais de m’installer dans la médina, par choix et par intérêt. Les choses se sont passées très progressivement parce que l’intérêt pour le patrimoine, c’était chez moi presque congénital : j’étais fils et petit-fils d’architecte, mon père et mon grand-père étaient déjà très impliqués dans le patrimoine en Belgique. C’est vrai qu’en habitant la médina j’ai essayé de comprendre la structure de la ville et l’architecture des maisons. Dans les années 90, j’ai fait, de ma propre initiative, des recherches systématiques afin d’identifier les belles maisons de la médina. J’ai présenté ce travail personnel à l’Unesco en 1991-1992 : c’était mon premier relevé des maisons avec plans et photos. J’ai décroché ensuite une première petite mission officielle pour l’Unesco en 1993 qui visait, au titre du classement de la ville comme patrimoine mondial de l’humanité, à faire classer une dizaine de maisons remarquables dans la médina de Marrakech. A ce moment-là, très peu d’étrangers vivaient dans la médina. Il y avait les anciens, je veux dire des personnages historiques, comme Bert Flint, Bill Willis… des personnages hauts en couleur qui habitaient la médina. Puis quelques coopérants français ou autres qui se logeaient dans des maisons communautaires, ici ou là, mais l’installation des étrangers en médina, c’était très marginal.

  • 1 Le ghen est un système de location traditionnel qui se caractérise par un apport conséquent d’argen (...)

L’Unesco avait classé la médina de Marrakech en 1985, après le classement de celle de Fès. Aucune étude n’avait été réalisée sur Marrakech. A l’Unesco, ils m’ont montré une salle remplie d’études sur Fès, me disant qu’ils n’avaient rien sur Marrakech ; ils m’ont même dit : « Au départ, les Marocains ne nous ont rien demandé, puis ils nous ont demandé de classer cette médina, puis rien ». Alors, quand je leur ai montré mes relevés, ils se sont montrés très intéressés. Donc, j’ai eu une commande de l’Unesco à l’initiative du bureau local de Rabat pour une mission d’expertise qui devait être de trois mois mais qui s’est réduite à deux mois, puis à un. J’ai fait un rapport. Et puis finalement, j’ai appris que le rapport avait été bloqué, parce que j’ai revu il n’y a pas longtemps la responsable de l’Unesco qui m’a dit qu’elle n’avait jamais vu mon rapport. Pourtant, j’ai dû remettre le rapport en 12 exemplaires au ministère de la Culture ! Enfin, bref, cela n’intéressait pas grand monde. A travers mes différentes démarches, je me suis rendu compte que la sauvegarde du patrimoine de la médina de Marrakech n’intéressait quasiment personne. A part l’historien de la ville, Hamid Triki, qui, lui, a été très excité par ce que je lui montrais… mais il avait déjà les dents un peu usées, car il avait essayé de sauver quelques bâtiments et cela n’avait pas marché. Et puis, Hadj Hamid était intéressé, il était génial (voir plus loin). [Le manque d’intérêt] m’a découragé, et je me suis dit que le moyen de sauver le patrimoine de Marrakech, ce n’était pas par là. Et donc, en 1993, l’une des maisons que j’avais repérées s’est retrouvée en vente. La vieille dame qui était là était morte et ses héritières ne savaient pas quoi faire de la maison. Je me suis dit : « Il faut essayer de se mouiller personnellement et arrêter d’attendre que l’Etat fasse les choses à ta place, tu bouges, pour acheter cette maison et on la retape ». On a racheté cette maison qui était celle du Cadi de Marrakech, avec la tour, et c’est là que tout a commencé. Une vieille dame avait fait le ghen1 dans quasiment chaque pièce de la maison, donc huit ou dix familles y habitaient. Ses filles ont hérité de la maison mais ne savaient pas quoi faire ; elles ont essayé de la vendre, et je me suis présenté comme acheteur. A cette époque, il n’y avait pas de marché. Pas d’acheteur. Tout le monde m’a dit : « T’es complètement fou d’acheter une maison comme cela dans un quartier qui n’est pas touristique ». Le quartier est vraiment central, à l’est des souks.

On l’a retapée avec des vieux maalem (maître-artisan), comme les gens le faisaient dans la médina. Quand ma voisine a su qu’il y avait un étranger qui arrivait… elle est montée sur le toit, elle a commencé à me parler : « Ah, il y aura du travail ici ». Puis elle avait, comme dans les vieilles familles de Marrakech, un maâlem qui était attaché à la famille, un vieux monsieur qui était à la retraite depuis longtemps. Il avait réembauché des jeunes pour leur apprendre le métier. Il connaissait tous les matériaux, il les goûtait, il connaissait des choses magnifiques sur les façons de construire les maisons ; travailler avec ce maalem Mahjoub a été une très belle expérience.

Quand cette maison a été refaite, mon idée n’était pas d’y habiter mais de la montrer. A l’époque, les Européens ne connaissaient pas les maisons de Marrakech. Dans le Guide du Routard, il était écrit : « A Marrakech, les maisons n’ont pas d’intérêt. Passez votre chemin ». En plus, c’était l’époque où la pression sur les touristes était très désagréable, les gens ne restaient pas à Marrakech, l’atmosphère était un peu agressive. Donc, je l’ai mise en location, par hasard, comme ça, par le bouche à oreille, en disant : « Voilà, je loue cette maison pour les gens qui ont envie de mener l’expérience de vivre 15 jours dans la médina de Marrakech ». Très vite, la maison a eu beaucoup de succès dans un monde un peu branché, celui des artistes et du cinéma, tout ça alors que je n’avais pas mis d’annonce. Il faut dire, on a eu rapidement un article dans Côté Sud (voir photo ci-dessous). Je ne sais pas comment cette journaliste nous a trouvés, mais c’était exactement ce qu’elle cherchait : un habitat peu restauré et épuré. Ensuite, des gens lui ont demandé comment trouver cette maison… et hop, hop, hop. Ce qui fait que deux ans plus tard, on a dû créer une société pour répondre à la demande. En 1993, j’ai acheté la maison. En 1996, on avait créé la société Marrakech Médina.

Magazine Côté Sud Evasion, 1998, p. 36

Magazine Côté Sud Evasion, 1998, p. 36

A l’époque, comment avez-vous organisé votre activité ?

Si les gens me contactaient ou contactaient Abdellatif, c’est parce qu’ils savaient que j’avais une maison à louer. Abdellatif, mon collègue, avec qui j’étais plus ou moins associé, avait aussi acheté une maison, il l’avait retapée, ce qui a donné, dans un deuxième temps, Dar Dounia. On avait donc chacun notre maison. Sa femme faisait le secrétariat dans son salon, on donnait son numéro, et c’est elle qui répondait au téléphone. Très vite, on a vu qu’il fallait qu’on organise mieux les choses. On a créé la société, pris des bureaux.

La demande était incroyable. Par exemple, une professeure d’une école d’art allemande m’a dit : « Oh, je voulais acheter une maison sur une île grecque, c’est beaucoup mieux ici, est-ce que vous croyez qu’il y a une maison à vendre ? ». Bien, oui, justement, lui répondis-je : « Je viens de voir un voisin qui m’a demandé si je connaissais un étranger qui cherchait une maison ». On va le voir… et elle la lui achète. Le phénomène a pris de manière terriblement simple : je croise quelqu’un dans la rue qui me dit que sa maison est à vendre… et je croise des acheteurs potentiels. Les Marrakchis traditionnels voulaient tous quitter la médina. Même encore aujourd’hui. Cela s’est passé très vite, et cela a monté en puissance très vite.

Au départ, le fonctionnement de la société était très simple, et puis on a diversifié. Ensuite, on a développé une activité immobilière qui, en fait, s’inscrivait dans la continuité du travail de relevés que j’avais fait auparavant pour la société Marrakech Médina. On a continué à faire des photos et des plans de maisons, au fur et à mesure. Cette base de données patrimoniales – mais qui n’a jamais servi comme telle par les autorités locales – a servi de base de données de produits pour une agence immobilière. Eh oui, on vendait les maisons. Ensuite, les gens voulaient les restaurer. Donc, on a organisé une sorte d’entreprise interne de rénovation, la société Tarmin Médina. Une fois la maison rénovée, les propriétaires n’habitaient pas là, et ils voulaient la faire occuper : aussi, nous avons créé une société de gestion immobilière et de location touristique. Tout ça était intégré dans le concept. Au début, on était deux, trois, puis quatre, cinq. Serge Barkowsky, avec qui on s’est associé, a monté très fort la société. Et puis, il est décédé. On a eu jusqu’à 200 employés. C’est très vite devenu énorme. En 2000-2001, c’est devenu gigantesque. On embauchait tout le monde officiellement : les femmes de ménage dans les maisons, les ouvriers sur les chantiers… On avait, à un moment donné, trois chantiers en même temps, une trentaine de maison en gestion. C’est peut-être allé trop vite, et c’était peut-être trop gros aussi. C’était difficile, tous ces fonctionnaires qui nous demandaient des bakchichs… Quand une société a pignon sur rue, tu dois préparer des enveloppes pour tout le monde, car c’est comme cela que ça marche. Bien qu’on essaie d’être totalement « clean », à savoir que tout le monde est engagé officiellement, tout le monde a sa sécurité sociale, pour finir, ce n’est pas pour cela que tu ne dois pas payer le contrôleur sous la table…

C’est à ce moment-là qu’est né tout le phénomène des maisons d’hôtes individuelles. Les gens ouvraient une maison d’hôtes, il n’y avait donc plus besoin d’une société pour gérer leur maison, et ils avaient bien raison. Ils ont fait cela d’une façon plus locale. Beaucoup de gens qui créaient des maisons d’hôtes fonctionnaient au noir, ce qui, pour nous, représentait une concurrence déloyale. Non seulement on était la vitrine, et donc la bête noire des autorités mais, en même temps, on ouvrait la voie, on faisait la promotion de la médina pour tous ces gens qui fonctionnaient discrètement dans notre dos. Je crois que vers 2002-2003, les gérants de la société – moi je n’étais plus gérant – se sont dit : « Il faut faire marche arrière, cela ne marche plus ». Si les autorités locales ne défendent pas ceux qui essayent de jouer le jeu du tout légal, ça ne sert à rien. On était là trop tôt dans le pays, on ramait à contre-courant. Aujourd’hui, la société existe toujours, mais sous un autre nom, et elle est devenue une boîte vide.

Marrakech Médina a encadré la réhabilitation d’une centaine de maisons dans la médina, ce qui n’est pas mal quand même. Avec plusieurs architectes locaux et étrangers, nous avons brassé pendant dix-quinze ans de l’artisanat, des savoir-faire, de la formation de jeunes à la construction traditionnelle et aux métiers du chantier. Même si la société n’existe plus en tant que telle, il existe plusieurs microsociétés de construction issues d’anciens de Marrakech Médina qui continuent à rénover la médina et, quand ils le peuvent, de façon traditionnelle, car c’est, en quelque sorte, devenu interdit. On peut encore faire appel à eux. Et cela, c’est sympa. Moi, en gros, j’ai vraiment ralenti et quasiment arrêté de rénover les maisons dans la médina quand la restauration traditionnelle a été interdite.

Parce que la restauration traditionnelle est interdite ?

C’est suite au tremblement de terre d’Al Hoceima, en février 2004, qui s’est sanctionné par de nombreux morts, catastrophe naturelle qui a vraiment remué le Maroc. Les autorités ont fait une sorte de conférence pour savoir comment améliorer les constructions afin qu’elles soient antisismiques. La conférence en a conclu que la solution était la construction en béton. Ce qui n’est pas si évident : un mur porteur, à partir du moment où il est « croisé », est solide, tandis que le béton armé « mal fait » tombe plus vite que les murs croisés. Bref, depuis le tremblement de terre, il règne au Maroc une sorte de consensus autour du béton armé obligatoire. Dans toute demande de permis de bâtir et de rénover, il est obligatoire depuis quelques années de fournir un plan de béton armé. Pour l’obtenir, il faut s’acheter les services d’un ingénieur en béton armé. Ce qui veut dire aussi : destruction et reconstruction de la maison. Cela s’est mis en place progressivement. Aujourd’hui, tu ne peux rénover une maison traditionnelle dans la médina de Marrakech qu’en faisant un faux plan de béton armé ou alors avec une signature d’ingénieur qui accepte de couvrir « le traditionnel », ce qui est très rare. […] Les jeunes ingénieurs sont assez… hum, comment dire ? J’avais rencontré un vieil ingénieur : c’est un type qui était sympa, son père était maçon, il connaissait la construction traditionnelle. On a fait des constructions en terre avec lui, il nous signait les plans. Il avait ce bon sens… qui lui permettait de reconnaître une construction saine. Comme il était ingénieur, de plus c’est un type qui était bien placé […], avec sa signature, on passait le traditionnel. Dernièrement, j’ai travaillé avec un jeune ingénieur très en vue à Marrakech. On a eu toute une discussion qu’il a terminée avec ces mots : « Le mur porteur, c’est notre sous-développement ». Je lui ai dit que le béton armé, c’était importé ; enfin, même en Belgique on ne construit pas nos maisons en béton armé, on construit nos maisons en brique, et elles tiennent et on fait les murs avec 15 cm d’épaisseur.

Le système de structure en béton armé qui est utilisé au Maroc correspond à une combinaison de petits poteaux, des poutres et une dalle au-dessus. Sur cette structure, tu peux mettre un mur qui n’est pas porteur, en clair, tu peux faire une structure dans laquelle tu peux mettre une fenêtre, bref, tu fais ce que tu veux. Mais c’est une dépense énergétique terrible. Vu le poids d’une maison, la structure la plus économique, c’est de la faire reposer les murs sur le sol directement. Dans le système « béton armé-poteau-poutre-dalle », tu dois faire de profonds trous dans le sol pour pouvoir mettre des petites colonnes, et là, tu as une charge ponctuelle au niveau des colonnes. Comme le sol ne résiste pas très bien, il est nécessaire de répartir la charge, de solidifier en bétonnant autour des colonnes. C’est seulement après que tu reprends le poids de ta construction à partir des colonnes. Pour le faire, tu dois utiliser beaucoup de métal et de ciment. En Europe, c’est un système que nous utilisons dans les immeubles d’appartements, mais pas pour des maisons car c’est trop cher. Or, l’habitat au Maroc, même le plus économique, est construit comme cela. Et puis, il y a un autre problème qui est de taille. Quand tu construis une maison en béton armé au milieu de maisons traditionnelles, tu signes la mort de toutes les maisons autour puisqu’elles reposent les unes contre les autres. Dans mon métier, je rencontre plein de problèmes comme cela : une personne refait sa maison à la méthode traditionnelle, et, à côté, quelqu’un construit sa maison en béton armé, et le client me prévient qu’il y a des fissures sur son mur… Terrible !

Personne ne te dira le nombre de maisons traditionnelles qui restent : mais où en est la médina après cette bétonisation des maisons ? Qu’est-ce qui reste de cette médina classée patrimoine de l’Unesco ? En 2010, il resterait 30 % de maisons ? Ce n’est même pas sûr. Et celles qui restent sont condamnées... Franchement, la médina de Marrakech devrait être déclassée. Mais quand on agite cela, on dit, oh, catastrophe ! L’Unesco n’est pas prête à la déclasser parce que cela ferait un précédent. L’Unesco n’a pas envie de jouer le rôle d’arbitre, elle préfère se donner un rôle positif : « Je vous encourage, je vous donne mon expertise, etc. ». Mais c’est catastrophique. Ce n’est pas une gentrification, c’est une « cancerigénisation », enfin, je ne sais pas comment on pourrait dire. Ce qui est terrible, c’est que les Marocains disent que c’est à cause des Européens qu’on perd tout. Sans doute. La médina n’aurait pas subi cette pression de rénovation s’il n’y avait pas eu la mode chez les étrangers et chez les touristes, mais en même temps, tous ces étrangers étaient assez bien intentionnés par rapport au patrimoine, mais ils sont souvent mal conseillés. […].

Justement, à propos des étrangers et de la transformation de la médina, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

C’est sûr que la transformation de la médina par les étrangers a provoqué sa destruction dans un sens. Maintenant, je crois qu’il ne faut pas pleurnicher sur la destruction du patrimoine. Moi, je me fais une raison. Le combat du patrimoine est perdu. Quand j’y suis, je trouve que la médina a gardé un dynamisme extraordinaire, au niveau artisanal par exemple. Elle n’est pas du tout le ghetto étranger qu’on veut bien décrire quand on n’y habite pas. La présence des étrangers est en fait légère, localisée. Quand tu t’enfonces dans la médina, tu ne croises pas tant d’étrangers que ça. Je crois qu’il y a 250 000 habitants en médina et une centaine de résidents étrangers, bref… un tout petit pourcentage. On parle de poussières et on en fait un plat gigantesque. Les résidents secondaires… ne sont pas comptés, mais je pense qu’on ne peut pas parler de gentrification stricto sensu comme cela a été fait pour les villes européennes. Pour moi, la gentrification, c’est de l’embourgeoisement des centres anciens par les classes moyennes et supérieures, je pense que cela n’a pas eu lieu en tant que tel à Marrakech : où sont les bourgeois marocains qui ont fait la démarche de retourner dans la médina ? Il n’y a pas de profs d’université, de gens de la classe politique, de chefs d’entreprise… Non. Dans la médina, il reste les pauvres, les artisans, des personnes âgées parce qu’ils n’ont jamais voulu déménager, et ils sont de plus en plus rares ceux qui ne veulent pas déménager. Autre chose, cela n’a pas beaucoup modifié le commerce de proximité. Là où j’habite, avant, on trouvait plus d’épiceries mais les épiceries qui restent, elles ont toujours les mêmes produits, elles ne vendent pas de produits chics comme c’est le cas dans les quartiers gentrifiés européens. Il n’y a pas de consommation plus haut de gamme : c’est toujours le beurre au gramme. Dans un quartier, il y a peut-être une épicerie en moins parce que plus d’hôtels, mais ce n’est pas significatif. Par contre, il y a énormément de boutiques touristiques, mais ce n’est pas les résidents étrangers qui achètent dans ces boutiques-là. Les bourgeois étrangers qui habitent la médina, les fameux gentrifieurs, vont faire leur course dans les belles boutiques du Guéliz et dans les supermarchés de la périphérie. Par contre, les maisons d’hôtes ont modifié la donne. Cela a créé de l’emploi de proximité.

Je dirais qu’il y a deux tendances différentes [dans le mouvement des transformations de la médina]. Là où j’habite, près de Riad Zitoun, j’ai quasiment les mêmes voisins qu’il y a 25 ans. Certes, ils n’ont pas déménagé, mais ils ont rajouté un étage sur leur maison, et certains ont ouvert des maisons d’hôtes. L’un de mes voisins a détruit complètement sa maison et reconstruit avec deux étages de plus. L’intimité de la terrasse, finie… c’est eux qui plongent sur ma terrasse alors qu’avant, on avait des terrasses au même niveau. La maison que je loue est la seule restée traditionnelle, je veux dire, qui est restée en terre. C’est un quartier relativement « classe moyenne ». On y compte un bazariste du souk, un marchand de peinture, des commerçants. Mais de l’autre côté, vers Dar El Kadi, où j’étais le seul, pionnier, étranger à avoir acheté dans ce quartier-là, il y a une proportion importante d’étrangers. Sur 150 maisons, au moins 30 maisons – les belles – ont été achetées par des Occidentaux. Cependant, il existe toujours des petits logements habités par des Marocains. Les enfants jouent dans la rue… Ce que l’on constate comme changement majeur, c’est l’usage des toitures. Et là, les habitants ont raison de soulever ce problème. Les étrangers prennent la terrasse pour un solarium. Cela dérange les Marocains d’à côté, ce n’est pas du tout la façon dont eux utilisaient les terrasses. Cependant, il faut relativiser. Les familles marocaines utilisent différemment les terrasses aujourd’hui. Maintenant, tu vois des hommes sur les terrasses… par exemple, ceux qui règlent les paraboles. Cette stratification classique de l’espace, la rue pour l’homme qui est toléré dans la maison, le salon comme lieu de rencontre et les femmes sur les terrasses – là où les hommes n’ont pas le droit de monter car ils sont susceptibles de rentrer en contact avec les femmes – je crois que cela a globalement disparu. La médina se transforme.

D’ailleurs, une autre chose a fort changé. C’est la disparition progressive du système de gardiennage traditionnel. Quand je suis arrivé dans la médina, chaque rue était surveillée par un gardien de nuit avec son bâton, ce qui faisait que la médina était l’endroit le plus sûr de la ville. Cette fonction-là a disparu. Maintenant, il reste le moqaddem (chef de quartier), mais ce n’est pas la même chose que ce gardien de rue qui garantissait vraiment un calme dans toutes les rues. Je pense que [la disparition des gardiens de rues], c’est à cause des solidarités et du fait que les populations aisées ont quitté la médina. Vu que c’était les habitants qui se cotisaient – comme pour le concierge d’un immeuble – et que c’était les riches qui payaient. A cet égard, je crois que la présence d’étrangers est en train de jouer quelque chose, positivement. J’ai entendu que certains étrangers se cotisaient pour se payer un gardiennage dans la médina. Je mesure assez mal comment les étrangers ont pu se substituer aux vieilles familles de Marrakech pour assurer la sécurité… mais, ce serait intéressant de creuser cette question.

N’avez-vous travaillé que pour des étrangers ?

J’ai aussi travaillé pour des Marocains à partir des années 2000, surtout des gens qui ont eu un parcours à l’étranger, mais, en général, ce ne sont pas des Marrakchis. Un exemple, j’ai travaillé pour la personne qui a créé Kasbah Agafai [un hôtel-restaurant en vogue]. Il est de Kénitra. Nous avons restauré une des maisons qui appartenaient à la Zaouïa de Tamesloht de l’époque saadienne avec des plafonds somptueux. Il a pris de gros risques, car il a d’abord « pris la clé » et a fait des rénovations, après il est allé à l’extérieur [de la médina]. En fait, la vision que ce sont les étrangers qui retapent les maisons est un peu étroite. Certains Marocains sont sensibles à ne pas brader le patrimoine familial. Par exemple, je pense à un colonel de l’armée qui me disait : « On ne va quand même pas vendre la maison de ma femme, on va la restaurer ». Si les gens s’adressaient à moi, c’est parce qu’à l’époque nous étions, avec Abdellatif, les seuls à faire ce qu’on faisait. En plus, j’étais médiatisé, j’ai eu plutôt des gens de grandes familles comme clients, les Tazi notamment. J’ai eu aussi affaire à des Marocains qui rachetaient à des étrangers, ce dont on parle peu.

Et puis, Abdellatif, mon ancien associé, est Marocain, lui. On n’en parle pas beaucoup, mais il a participé autant que moi à lancer le phénomène. Il a cru à mon discours sur le patrimoine, il a convaincu son père de vendre son troupeau de moutons pour acheter une maison dans la médina. Il est tellement atypique qu’on dirait qu’il n’est pas classable dans le phénomène de la gentrification. Et pourtant, il est à l’origine du phénomène, au niveau de l’investissement physique et financier. Il a fait la même chose que moi et au même moment. On travaillait en tandem. Mais des parcours comme le sien, cela n’existe pas en Europe, c’est un itinéraire à l’américaine, quelqu’un qui vient de rien et qui fait un tel saut jusqu’à devenir un des plus gros propriétaires de la médina et un des acteurs principaux de la revalorisation du patrimoine. […] J’ai connu Abdellatif car il rendait des petits services, c’était un gars sympa ; il savait où tout se trouvait dans la médina. Il avait une boutique toute minuscule d’armoires faites en bois de caisse, un gars serviable et honnête. Pendant l’été, il gardait une maison communautaire où des médecins étrangers en coopération habitaient. La première fois qu’on a regardé ensemble des riads, c’est parce qu’un architecte belge voulait en acheter un, et Abdellatif m’a dit : « Attends, j’ai un oncle qui est coiffeur, il connaît du monde »… Et on a commencé à visiter des maisons. Régulièrement, il m’aidait à tenir le mètre pour faire des relevés, puis on a trouvé un système pour se faire ouvrir les maisons par les gens. Je me souviens lui avoir dit : « Tu sais là, je crois qu’on fait un truc important, tu vas voir un jour, cela pourra peut-être rapporter quelque chose ». Je lui étais redevable et j’étais excité à l’idée que cela puisse lui servir de tremplin dans la vie. Moi, je ne suis pas un homme qui gère l’argent. Sans lui, je n’aurais pas eu l’idée de faire une société ; lui, il savait intuitivement comment faire. Avec ma culture d’Occidental, je trouvais valorisant moralement de me mettre sur un pied d’égalité avec lui et de tout faire 50-50. Il était efficace, il savait à quel moment acheter, quoi retaper, quand revendre. Mais il était dans un mouvement d’ascension sociale que je ne suivais pas, et il m’a dépassé. J’étais très pris par mes projets en Belgique, je suivais de loin… et puis, j’étais surtout intéressé par la valeur culturelle du patrimoine. On a dû se séparer, au moment où on avait réussi un joli coup : rassembler trois maisons en achetant deux maisons et une en ruine. On souhaitait proposer une maison suffisamment grande car on savait qu’il y avait un manque dans la médina pour des personnes qui voyagent en groupe et à qui il fallait offrir plus de chambres. On a tout retapé ensemble […].

A quelles occasions avez-vous été en contact avec les autorités marocaines, et comment voyez-vous leur rôle dans les transformations de la médina et, particulièrement, dans sa réhabilitation ?

A plusieurs moments.
La première fois, c’était dans le cadre de cette mission avec l’Unesco, j’étais en contact avec le ministère de la Culture [marocain]. Son rôle était d’encadrer notre mission qui avait pour but de proposer des classements de maisons sur la liste du patrimoine national. Donc, c’était un peu ambigu. Et d’ailleurs, cela s’est soldé par une mise aux archives directement de mon étude. Ce rapport avec l’administration n’a pas été très positif.

La deuxième fois, c’était avec le ministère du Tourisme lors de l’ouverture de Dar El Kadi – notre première rénovation dans la médina – pour essayer de rendre officielle la location de la maison. A ce moment-là, j’avais l’idée qu’il fallait inventer une classification [d’hébergement touristique] pour ce genre de produit qui était de la location de meublés avec services dans la médina. Mais je ne voulais pas faire une « maison d’hôtes » parce que je considère que la maison d’hôtes est une sorte de petit hôtel qui se loue chambre par chambre. C’est d’ailleurs très exactement ce qui se fait dans la médina, mais ce n’est pas du tout ce que, nous, on propose. Une maison traditionnelle fonctionne bien si elle vit sur une unité familiale et quand les gens viennent vivre cette expérience d’une maison où tout est ouvert sur l’espace central qu’est le patio ou le riad. A partir du moment où l’on ferme toutes les chambres, que l’on met un numéro et donne les clés, cela ne présente plus beaucoup d’intérêt. Pour moi, une maison doit être louée en entier, aussi bien pour deux ou dix personnes. Louée en entier avec des services. Les services dont je parle, c’est de faire découvrir l’hospitalité traditionnelle. Par exemple, en faisant faire la cuisine marocaine qui est meilleure, toute fraîche, quand elle est cuisinée à la maison et est préparée en fonction du marché et en fonction du nombre de personnes qui sont présentes au repas. J’ai été voir le gouverneur de la médina, etc. L’administration a enregistré ma demande mais cela n’a jamais été suivi d’effet. Quand les autorités ont créé les catégories « maisons d’hôtes », je n’étais pas vraiment d’accord car, pour moi, c’est contraire à l’esprit de la médina. Autre exemple, la législation qui concerne l’affichage a entraîné la production de plans d’accès, de flèches sur les murs et de publicités avec les plaques sur les maisons. Or, une des caractéristiques essentielles de la vie en médina, c’est justement l’anonymat des maisons. Je regarde avec une certaine distance et aussi avec un certain amusement toutes les modifications qui sont faites dans la réglementation pour essayer d’organiser et de cadrer cet hébergement dans la médina de Marrakech sur le modèle hôtelier. Il y avait sans doute d’autres voies à explorer, plus proches des maisons traditionnelles que de l’hôtellerie. Maintenant, on essaye à tout prix de faire coller les maisons aux normes du ministère du Tourisme.

Ensuite, j’ai entretenu des liens avec l’administration municipale. Ah, que dire ? Par rapport aux permis de bâtir, bien sûr. Mais, j’ai déjà parlé de cette histoire de plan de béton armé qui est assez calamiteuse pour le patrimoine. Globalement, il y a eu des effets très positifs sur la médina au niveau du développement touristique. C’est la propreté publique, le pavage des rues, l’éclairage public et la réhabilitation progressive de tout le système d’assainissement. Des travaux énormes ont été entrepris pour renouveler le système d’égouttage. Tout ça est génial. Le pavage… c’est bien plus propre qu’il y a vingt ans. Les autorités locales ont donc montré leur intérêt pour la médina alors qu’il n’y en avait pas eu depuis des décennies, à part sur la place Jemaâ el-Fna et les souks. Pendant des années, tout le reste de la médina était considéré comme un bidonville.

Qu’est-ce que vous pensez des démolitions qui ont eu lieu dans la médina, comme celle du Palais El Ouarzazi ?

On a essayé de se battre. C’était en fait le Riad Ouarzazi de la famille Ouarzazi, le plus grand riad de la médina. Il était situé derrière la place Jemaâ el-Fna et a été vendu à un groupe étranger qui voulait le raser pour faire un hôtel. Avec Saïd Mouline, l’ancien directeur de l’Architecture au Maroc, nous avons essayé de nous battre. « Ce coup-là, je monte au créneau, j’en fais une affaire personnelle » m’a-t-il dit un jour. On a été voir le ministre, j’avais préparé tout un dossier. Lui, il s’était vraiment mouillé, il a fait un ramdam sur cette affaire, et il a dû apprendre qu’il n’avait pas tant de pouvoir que ça. Le riad a été démoli. Même l’ambassadeur d’Allemagne était monté au créneau en mobilisant la presse. Je crois que le groupe avait eu des assurances au niveau politique. Le maire ? Le wali ? Au Maroc, il faut dire que la défense du patrimoine s’efface devant les intérêts économiques. Mais les Européens ne peuvent pas se positionner en donneur de leçons. En Europe, il n’y a pas encore si longtemps, il se passait la même chose. En tout cas, au Maroc, tu n’arrêtes pas un projet privé avec l’argument du patrimoine.

Et l’Unesco… ?

A l’Unesco, ils me disent toujours : on n’est pas au-dessus des Etats. On peut intervenir si le Maroc demande quelque chose, sinon on n’a pas de pouvoir supranational, nous sommes des conseillers. C’est tellement pathétique quand une ville aussi tournée vers le tourisme, avec ses projets de développement touristique, ne mise pas sur l’avenir de son patrimoine en disant : moi j’ai des cartes à jouer… Pourquoi ils n’ont pas réquisitionné le palais El Ouarzazi ? Ils avaient un droit de préemption. Ah, le droit de préemption, parlons-en ! Dans les années 70, après l’indépendance, le Maroc manquait de cadres. Les Marocains n’avaient plus envie de travailler avec des Français, donc ils ont embauché pas mal de Belges au niveau de l’administration de l’Urbanisme, de l’Aménagement du Territoire et des Architectes communaux. Des personnages belges sympathiques comme Xavier Couplet, architecte municipal, ou encore Michel Van Der Meerschen, qui était directeur de l’Urbanisme et de l’Architecture de la ville. Ils étaient très axés patrimoine, et lui, en particulier, a essayé de prendre des mesures à l’époque pour permettre la sauvegarde des grands riads, et il a donné le droit de préemption sur les grands riads aux ministères de la Jeunesse et des Sports, de l’Education nationale… Ce qui, d’ailleurs, a provoqué la perte de plusieurs riads, car cet outil-là n’a pas été utilisé dans le sens de la défense du patrimoine.

S’il n’y a pas de sensibilité patrimoniale, c’est parce qu’il n’y a pas d’éducation à la base. Les enfants sont éduqués dans l’esprit de « tout ce qui est neuf est bien, tout ce qui est vieux n’est pas intéressant ». L’enjeu patrimonial est compris à partir du moment où le riad vaut de l’argent, lorsque des gens sont prêts à mettre de l’argent pour la valorisation du bien, mais ce n’est pas une valorisation culturelle, c’est une valorisation marchande. Au Maroc, le discours patrimonial s’axe sur d’autres choses : la cuisine, la musique, les vêtements, la façon de s’habiller… les broderies, plus que sur l’architecture. En ce qui concerne l’architecture, l’intérêt est un peu plus porté sur la forme architecturale et l’ornement pour laisser de côté les techniques de construction. La conception du patrimoine est donc très différente. Par exemple, les livres marocains d’architecture concernent le bois sculpté, les zelliges, ce sont des catalogues d’ornementation mais pas des livres sur l’organisation et la structure de l’espace.

Quelle est votre expérience du phénomène d’engouement pour les maisons de la médina de Marrakech ? Comment avez-vous participé à ce mouvement ?

Cela s’est révélé tout d’un coup. Les gens cherchent à acheter à l’étranger, comme en Grèce sur une île ; mais la Grèce, c’est cher, c’est moins accessible. Tu es moins facilement sur ton île grecque qu’à Marrakech, même si d’un côté, c’est l’Europe et, de l’autre, l’Afrique. Je pense que les gens se sont rendu compte qu’au Maroc le dépaysement était plus accessible. Et puis, les émissions de télé ont renforcé le processus. L’émission Capital dont on a tous parlé. Moi, heureusement, je n’étais pas dans cette émission mais j’aurais pu y être. C’était le prince Fabrizio Ruspoli à qui on a reproché d’y avoir dit : « On peut s’acheter un palais pour le prix d’un studio à Paris ». L’émission a fait exploser le bazar. Moi, j’ai vraiment ressenti cela en voyant les nouveaux profils d’acheteur. Un jour, c’était un agriculteur du sud de la France qui était en vacances et qui avait lu dans la presse que Marrakech était l’Eldorado de l’immobilier. Il me dit : « J’ai vendu une partie de mes terres. A votre avis : j’ai deux solutions, ou j’achète une maison à Marrakech, ou je construis un hangar à patates. Qu’est-ce que vous me conseillez ? ». Les gens pensaient que c’était une super affaire. Je lui ai bien sûr dit de s’occuper de ses patates. Mais cela montre bien qu’une certaine presse a fait miroiter que Marrakech était une super affaire. Beaucoup de gens ont déchanté parce que ce n’est pas facile du tout d’investir à l’étranger, et c’est encore plus difficile dans un pays comme le Maroc. S’il y a eu beaucoup d’investissements, il y a eu aussi beaucoup de reventes.

Avez-vous connu un processus similaire ailleurs ?

Je ne m’y connais pas assez, mais j’ai l’impression que si on a beaucoup parlé de Marrakech, c’est justement parce que son cas était un peu unique. La destruction des vieilles villes du pourtour méditerranéen paraissait inexorable, et tout à coup, il se passait quelque chose. Ce qui se passe à Fès n’est pas exactement la même chose, car à Fès, il y a les Fassis. Les Fassis se considèrent comme les vrais Marocains, ils sont très fiers de leur ville, de leur culture et de leur histoire. Marrakech n’est pas une ville bourgeoise, ce n’est pas une vraie ville pour les Marocains, ils la considèrent comme un grand souk cosmopolite depuis toujours. Il n’y a pas de bourgeoisie à Marrakech, quasiment pas je veux dire. Il n’y a pas de Marrakchis fiers de Marrakech, ni même vraiment prêts à la sauver. C’est très différent. Dès que les Fassis ont vu que quelque chose se passait à Marrakech, ils ont voulu prendre en main les choses [voir l’interview d’A. Seffar]. Justement, puisque c’est une ville très bourgeoise, plus fermée, moins ouverte à l’étranger, je pense que cela sera plus difficile de développer un tourisme intégré, un tourisme où les gens se sentent vraiment chez eux. On peut se sentir chez soi en tant qu’étranger à Marrakech. Je pense qu’à Fès on n’est jamais vraiment chez soi, on est chez les Fassis. Ce serait intéressant de comparer.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Très bien. Je suis un optimiste. Je pense que la médina a de l’avenir. Je pense qu’à Marrakech, c’est la médina qui a de l’avenir plutôt que les périphéries hallucinantes qui sont en train de se faire. Ces énormes projets de lotissements clos pour riches avec une piscine par maison, comme le projet Samanah, Palm Beach… Je crois qu’il va y avoir une sorte de recentrage sur le cœur de Marrakech, sur une dimension durable, soutenable… car de tout le phénomène d’explosion de la ville, il restera toujours la médina, le lieu intense de Marrakech. Regardez, dans le Guéliz, à 20h30 il n’y a plus personne, tandis que sur la place Jemaâ el-Fna ou dans la rue Mabrouka circule un monde fou. Le vrai centre de Marrakech, c’est la médina avec sa place, ses souks… C’est là qu’est le dynamisme de la production artisanale, c’est là que ça bouillonne. On peut regretter que cette médina magnifique, ville de terre traditionnelle, miraculeusement préservée par des circonstances historiques jusque dans les années 80, soit en train de disparaître. Mais, je crois à la médina comme moteur de cette ville. J’ai plus peur de l’impact du développement périphérique sur les ressources en eau. Personne n’évalue que, afin que cette ville soit durable, compte tenu du peu de pluie, des barrages, de la fonte des neiges, etc., il n’est pas possible que tant de personnes puissent y vivre avec le mode de vie que les publicités proposent. Regardez : les pouvoirs publics ont autorisé la réalisation d’une dizaine de golfs… La naïveté des gens de Samanah qui construisent ces villas et hôtels-suites avec piscine et qui n’interrogent pas l’administration sur l’état des nappes phréatiques, cela me paraît catastrophique. J’ai plus confiance dans la médina que dans le reste.

Notes

1 Le ghen est un système de location traditionnel qui se caractérise par un apport conséquent d’argent en début de période locative et un loyer mensuel réduit.

Table des illustrations

Titre Magazine Côté Sud Evasion, 1998, p. 36
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable