Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

9. Dynamique de requalification des médinas et préservation du patrimoine : étude en acte dans la médina de Fès

Manon Istasse

Texte intégral

Introduction

1La médina de Fès fut inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1981. L’un des problèmes rencontrés est celui de la préservation de ce patrimoine. Selon Gravari-Barbas (2004, p. 11, souligné par l’auteur), « Le meilleur moyen pour protéger le patrimoine c’est de l’occuper, de lui attribuer une fonction, de lui accorder un rôle dans la société actuelle, bref, de l’habiter ». Dans cette perspective, que j’adopte, le propriétaire ne reste pas un simple visiteur dans sa maison : habiter est défini comme vivre dans un lieu, mais aussi investir ce lieu d’une fonction, d’un projet, voire d’une œuvre artistique et d’un imaginaire. Il s’agit donc, suivant Bossuet (2004), de s’intéresser à la manière dont les individus investissent l’espace ; d’observer le réel et l’imaginaire, le quotidien et l’exceptionnel des espaces ; de mettre l’accent sur trois dimensions : la matérialité de l’espace, les pratiques développées, les représentations. La focale vise alors à mettre en évidence ce que la maison et les propriétaires se font faire l’un à l’autre, comment ils se font agir, en les dotant d’une fonction particulière ou en leur faisant construire un type de récit spécifique. Aussi, il s’agit aussi de rendre aux objets matériels une place dans les situations sociales, autre que celle d’outil fonctionnel, superstructure déterminante ou signe (Latour, 1994).

2Dans le cadre de cet article, je m’intéresse à une manière spécifique d’habiter le patrimoine en médina de Fès qui se confond avec une activité économique, à savoir l’hébergement touristique. En proposant aux touristes de séjourner en médina, les propriétaires de ces établissements participent à la préservation des éléments du patrimoine que sont les maisons, qu’ils le mentionnent comme tel ou non. Dès lors, quels sont les actes (actions, discours et représentations) entrepris par les propriétaires sur leur maison ? Peut-on parler de préservation du patrimoine architectural ?

3Effectuant actuellement une recherche doctorale, je travaille avec bon nombre de propriétaires de maisons, qu’il s’agisse de maisons d’hôtes ou de logement chez l’habitant, avec des membres des autorités publiques, d’agences immobilières et touristiques, ou avec le bureau de l’Unesco de Rabat. Ce texte se fonde majoritairement sur des entretiens semi-directifs, des discussions informelles avec des propriétaires de maisons et des observations dans ces maisons. Il ne sera pas, ou peu, question des membres des autorités publiques ou de l’Unesco. Ce sont donc les propos et histoires des propriétaires qui sont ici relatés. Je tiens aussi à préciser d’emblée que l’expression « acte de préservation du patrimoine » est ici utilisée comme une expression générique et englobante afin de désigner les actes de sauvegarde, préservation, restauration du patrimoine effectivement observés et entendus.

4Dans un premier temps, je présente les lieux concernés par la dynamique de préservation, à savoir la médina de Fès et les maisons de cette médina et, plus spécifiquement, l’histoire de ces lieux, les images qui y sont associées et les actions de préservation entreprises par les pouvoirs publics. Je m’intéresse ensuite aux propriétaires d’hébergement touristique et à la manière dont ils rénovent et aménagent leur maison, pour conclure sur la dénomination de la dynamique en cours dans la médina.

Le contexte fassi de la protection et de la restauration de la médina

5Depuis sa fondation au neuvième siècle par Idriss II, la médina de Fès a vu se succéder de nombreuses dynasties et a accueilli diverses populations, notamment des musulmans de Bagdad, de Kairouan et d’Espagne (XIVe et XVe siècles), des juifs d’Espagne (XVe siècle), des Français (durant le Protectorat), des migrants ruraux (dès 1960), des étudiants d’Afrique subsaharienne, des touristes, etc. Il ressort de ces multiples brassages de populations un patrimoine culturel riche et varié et de nombreuses images associées à cette médina (McGuinness, 2010).

6Fès est une ville capitale au Maroc. Capitale culturelle, avec un artisanat réputé et un style culturel présenté dans les livres et par certains interlocuteurs comme spécifique à la ville : la médina de Fès est l’étendard d’une culture arabo-andalouse unique et nulle part égalée. Capitale intellectuelle par l’enseignement qui y fut dispensé et les figures intellectuelles importantes (Ibn Khaldoun, Averroès...) ayant fréquenté la première université du monde, la Qaraouiyine. Capitale spirituelle enfin, la médina abrite de nombreux édifices religieux (mausolées, mosquées, médersas, zaouïas). En plus de ce triple statut de capitale, Fès est décrite, dans la littérature de voyage et journalistique et dans les discours de certains résidents et guides, comme une ville authentique (Fès est une ville vivante, habitée par des Marocains et non dédiée au tourisme comme le serait Marrakech, selon de nombreux interlocuteurs), mystérieuse (son « esprit » ne se dévoile que dans la longue durée, et il est facile de se perdre dans les ruelles), exotique (c’est un lieu d’appel au voyage, un lieu de dépaysement dans un Orient relativement proche) et médiévale (la médina est un espace piétonnier où le transport de marchandises se fait à dos d’homme ou d’âne).

7A côté de ces images positives, la médina de Fès est également associée à des représentations négatives en tant qu’espace d’exclusion, de pauvreté, de marginalisation et d’insécurité. De fait, depuis l’indépendance du Maroc en 1956, les riches Fassis ont quitté la médina pour s’installer en ville nouvelle (le départ des Français ayant libéré des logements) ou dans des villes nouvellement importantes, telles Casablanca ou Rabat. En conséquence, leurs maisons sont restées vides ou ont été louées à des familles rurales fuyant la pauvreté des campagnes. Ce discours d’une médina vidée de ses élites et habitée par des populations pauvres sert, entre autres, à expliquer la dégradation architecturale, la ruralisation de la médina (les ruraux n’adoptent pas la culture urbaine), la densification de la population (la médina abrite en 2005, selon l’ADER, 260 000 habitants pour 12 000 maisons) et l’insécurité ambiante.

8La médina est aussi un centre patrimonial, suite à son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1981. D’où les nombreux actes de préservation et restauration qui y sont entrepris : la Campagne pour la sauvegarde de Fès initiée par l’Unesco en 1985, l’étude commandée par le PNUD en 1992, le projet de la Banque mondiale entre 1993 et 2003, etc. Les actions furent menées dans divers domaines : réhabilitation de monuments historiques, amélioration de l’accès à la médina et de l’environnement urbain, renforcement des institutions, réduction de la pauvreté. Mais ces projets ont été critiqués par certains auteurs (Lahbil-Tagemouati, 2001 ; Abry, 2004) : irréalisme et manque de stratégie des politiques élaborées, aucun changement visible, manque de prise en compte de la population, etc. A côté de ces bailleurs de fond internationaux, d’autres travaux proviennent d’initiatives royales (comme la réfection des remparts en cours), régionales (à l’instar de la réfection des façades) ou privées (construction d’une porte d’accès à la médina en 2009). A ces actions s’ajoutent celles des propriétaires privés de maisons, et c’est particulièrement sur ces dernières que je m’attarderai dans cet article.

9La médina de Fès comprend environ 12 000 maisons. Ces maisons, ou du moins certaines d’entre elles, ont fait l’objet d’études principalement architecturales. Par exemple, dans Fez, City of Islam, Titus Buckhardt (1992) décrit les maisons en relation avec la religion musulmane et le soufisme. Sont aussi à mentionner les trois volumes de Palais et Demeures de Fès (Amahan, Golvin et Revault, 1985). Ces ouvrages précisent que l’architecture et les décors de ces maisons suivaient des règles définies et un modèle de base : un ensemble de pièces réparties sur un ou deux étages entourant une cour intérieure à ciel ouvert, le plus souvent entourée d’arcades et possédant un point d’eau (fontaine ou bassin). Ce modèle donne, de l’extérieur, l’impression d’une clôture extrême (hostilité d’une façade lisse et muette) et, de l’intérieur, l’impression d’une grande ouverture. Les maisons étaient, en effet, construites pour préserver l’intimité. Les ouvertures (portes et fenêtres) sont conçues de manière à voir sans être vu, à ne laisser entrer aucun regard extérieur : murs aveugles, petites ouvertures. Ainsi, les fenêtres donnant sur la rue sont situées aux étages. Les portes d’entrée sont petites, donnant sur un couloir en angle droit empêchant tout regard indiscret de pénétrer dans la maison.

10Mais comme le disait Loti (1929 : 143), « Au Maroc, il ne faut pas s’inquiéter de l’extérieur des habitations ; les entrées les plus misérables mènent parfois à des palais de fées ». Ainsi, l’intérieur des maisons est ouvert : verdure et eau dans le jardin ou la cour centrale, décoration des plâtres et bois, mosaïques, pièces peu meublées (coussins, coffres et tables basses)… La terrasse, espace de liberté des femmes, était utilisée pour mettre à sécher des aliments, vêtements, laines et peaux animales ; pour y passer la nuit lors des chaleurs estivales. La cour centrale est un élément marquant de l’architecture musulmane (Zouilai, 1990) et est un espace dégagé, composé d’éléments qui ouvrent l’espace (arcades, balcon à l’étage). Elle est décrite comme le centre de la maison tant au niveau architectural (toutes les pièces donnent sur cette cour) que social (elle était le théâtre de la vie commune) et climatique (elle assurait la régulation thermique et lumineuse).

11Ainsi, les maisons arabo-musulmanes charrient un certain imaginaire en Occident : la vie en maison traditionnelle aiguise la curiosité par son architecture et son décor. Cet imaginaire peut être vécu et satisfait grâce au logement touristique dans ces maisons. Des propriétaires décident d’ouvrir leur maison à des étrangers et l’aménagent en vue de satisfaire les désirs de dépaysement, mais également les besoins de confort, de leurs hôtes éphémères.

Différentes offres d’accueil : maisons d’hôtes et logement chez l’habitant

  • 1 On ne connaît pas le nombre des non officielles.

12Le phénomène des maisons d’hôtes, initié à Marrakech dans les années 80, a depuis touché d’autres villes comme Essaouira (Escher, dans ce volume), Azzemour (Médina 2030) et Fès. Mais il est important de mentionner qu’à Fès, la population marocaine est impliquée dans ce processus : sur 60 maisons d’hôtes officielles1, 37 appartiennent à des Marocains (qui habitent en ville nouvelle ou une autre grande ville, mais possèdent une maison d’hôtes en médina). Les achats de maisons par des étrangers ont véritablement commencé à la fin des années 90, alors que les premières maisons d’hôtes appartenant à des Marocains ouvraient. Ces achats et ouvertures de maisons d’hôtes ont été en augmentant jusqu’en 2008, et ce pour diverses raisons : marché immobilier peu cher, ouvertures de lignes aériennes low cost, proximité géographique de l’Europe... Mais en 2008, le nombre de maisons achetées a baissé drastiquement, ce qui laisse penser à une stabilisation du marché et à la fin de la flambée des prix. Les maisons d’hôtes ouvrant actuellement sont celles acquises avant 2008. Et depuis le milieu de l’année 2010, des maisons d’hôtes sont en vente : on en dénombre actuellement une dizaine.

13En juin 2007, initiative unique au Maroc, un projet de logement chez l’habitant, dénommé « Ziyarates Fès », voyait le jour, mettant des chambres à disposition des touristes dans dix maisons de la médina habitées par des familles fassies. Ce projet regroupe la Wilaya de Fès (gestion du financement), le Conseil régional du tourisme (porteur de projet, mise en place du cadre juridique et de la démarche, promotion), l’Union des associations et amicales humanitaires de la médina de Fès (gestion et centralisation des réservations, accompagnement touristique), l’Agence de développement social (formation des familles et création d’un fonds commun). Le tout a débouché sur la création de l’Association des familles et du label « Ziyarates Fès ». Ce label est constitué d’une convention entre les partenaires, une mise à niveau des maisons sélectionnées, une mise en place de procédures et de moyens pour réaliser et promouvoir le projet et une formation des familles aux métiers du tourisme (langage, hygiène, histoire de la ville...). « Ziyarates Fès est une formule originale qui allie le tourisme au développement humain et cherche à faire connaître Fès sous son aspect le plus authentique : Fès la spirituelle », selon la brochure du Conseil régional du tourisme. Ainsi, les objectifs du projet sont multiples : favoriser l’échange interculturel et le dialogue des cultures, créer une activité génératrice de revenus pour les familles défavorisées afin qu’elles restent en médina et sauvegardent leurs demeures, participer à la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel, prolonger le séjour des touristes à Fès en leur proposant une découverte inédite de la ville.

14Mais en réalité, comme l’a déjà soulevé A.C. Kurzac-Souali (2006) dans le cas du développement des maisons d’hôtes à Marrakech, la préservation semble encore difficile à mettre en œuvre par les organismes publics, et ce sont donc les réalisations ponctuelles de mécènes et « la mode des riads » qui permettent de faire progresser cette restauration, sans pour autant faire équivaloir la préservation par les privés avec le logement touristique, puisque dans ce dernier cas, l’initiative est privée et les institutions ne sont venues encadrer les projets qu’ultérieurement. Le programme « Ziyarate » fut initié par Laïla Skali et mobilisa par la suite, pour des raisons de financement et de légalité, des institutions. Les maisons d’hôtes sont, avant tout, des propriétés privées que des particuliers et/ou entrepreneurs décident d’ouvrir. Et la législation a suivi le développement des premières maisons d’hôtes à Marrakech et ne l’a nullement précédé.

Les actes et les paroles de la préservation patrimoniale

Le récit de la préservation au sujet des travaux de rénovation

  • 2 Il est à noter que certains propriétaires, surtout étrangers, décident d’ouvrir une maison d’hôtes (...)

15Une fois la décision d’ouvrir une maison à des hôtes prise, il s’agit de mettre la maison aux normes d’accueil touristique et d’entreprendre pour cela des travaux de mise à niveau. Une procédure officielle est à respecter pour effectuer ces travaux, aussi bien pour les maisons d’hôtes que pour le logement chez l’habitant. Pour toute modification de structure de la maison, il s’agit d’établir des plans par un architecte, de les soumettre à une commission (composée de membres de la Municipalité, de l’Agence urbaine, des Monuments historiques, de l’ADER...) afin que la Municipalité accorde une autorisation de travaux de type V2. A la fin des travaux, la commission vérifie in situ que la rénovation effectuée correspond bien aux plans présentés. Certains travaux, plus légers, ne nécessitent pas de plans d’architecte. Aussi, d’autres réglementations peuvent intervenir dans l’entreprise des travaux : certains propriétaires, ayant déjà décidé de faire une maison d’hôtes avant de commencer les travaux2, tentent d’intégrer le cahier des charges des maisons d’hôtes. Et pour le logement chez l’habitant, le règlement intérieur précise qu’aucune « transformation allant à l’encontre du caractère traditionnel de la maison » ne peut être entreprise.

16Ces travaux sont généralement importants dans les maisons d’hôtes : décapage des murs et des boiseries, réfection des zelliges (mosaïques en céramique), ajout de salles de bain... Mettre une maison d’hôtes à niveau prend entre 1,5 et 2 ans, minimum. Les familles du projet de logement chez l’habitant n’ont pas, quant à eux, de travaux de structure à entreprendre, dans la mesure où il s’agit souvent de la maison familiale dans laquelle ils vivent. Ainsi, ajouter des salles de bain « autonomes » pourvues d’une douche, de toilettes et d’un lavabo distincts et repeindre les murs sont les transformations majeures mentionnées.

17Dans les maisons d’hôtes, la durée des travaux est présentée comme éprouvante : les ouvriers ne viennent pas travailler ou travaillent lentement, des imprévus surgissent. Une dépense importante d’argent est aussi régulièrement mentionnée : escroquerie d’agences de restauration, pas de prix fixe des marchandises ni des salaires des ouvriers qui se font un peu « à la tête du client ». Certaines critiques des réglementations se font aussi entendre, émanant notamment de propriétaires étrangers : il est difficile d’obtenir les autorisations, car il manque toujours un document, des modifications autorisées sur papier sont ensuite refusées in situ, etc. D’autres précisent qu’il faudrait des lignes directrices claires en matière de restauration de maisons. D’autres, enfin, critiquent le système de corruption dans lequel il faut entrer afin de gagner du temps et d’obtenir les autorisations. Les propriétaires de maisons d’hôtes marocains, quant à eux, mentionnent peu ces problèmes : soit qu’ils ne les rencontrent pas, soit qu’ils n’en font pas grand cas. Les familles du logement chez l’habitant trouvent, quant à elles, normal d’effectuer des travaux pour mettre leur maison « aux normes internationales du tourisme », comme le décrit le secrétaire de l’Association des familles, et bénéficient, si nécessaire, d’un prêt sans intérêt.

  • 3 Se reporter à l’entretien avec Q. Wilbaux dans ce volume.

18Où se situe alors la préservation dans les discours concernant les travaux ? Il est tout d’abord à noter que la majorité des propriétaires ne s’intéresse pas aux actions de préservation entreprises par les pouvoirs publics : « Ecoute, très sincèrement, je ne suis pas très informée. Quand je me suis promenée, j’étais étonnée, il y avait plein de choses qui ont été faites récemment, depuis deux ans je dirais » (propriétaire française de maison d’hôtes). Il est aussi intéressant de noter une absence de l’Unesco : la plupart des interlocuteurs ne savent pas quand la médina a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial, ni ce que l’Unesco veut dire. Pour certaines familles du logement chez l’habitant, l’Unesco est juste un nom, et l’inscription quelque chose de positif qui est arrivé à la médina. D’autres sont désenchantés : « Unesco, je sais ce que ça veut dire : préserver le patrimoine. Mais ça ne sert à rien. C’est uniquement matériel. Donne de l’argent à des Marocains, des euros ou des dirhams, ils vont acheter des jaguars, envoyer leurs enfants à l’étranger... » (employé marocain dans une maison d’hôtes). Des propriétaires de maison d’hôtes disent que l’Unesco ne les a pas aidés à rénover leur maison, et que tout ce qu’ils espèrent, c’est que l’Unesco soit d’accord avec ce qu’ils ont fait. D’autres encore déplorent le manque de directives et de contrôle des actions de préservation : « Chacun fait ce qu’il veut » et « le critère de l’Unesco de préserver une médina authentique est foutu » déclare un architecte belge. Et cela parce que la réglementation est mal adaptée aux maisons, car calquée sur la réglementation d’hôtellerie3. Mais, selon un membre des bureaux de l’Unesco à Rabat, ce n’est pas à l’Unesco d’édicter ces règles, c’est au gouvernement, l’Unesco ne pouvant qu’aider à leur préparation sur demande du gouvernement.

19Mais la préservation n’est pas absente pour autant. Dans le cadre du logement chez l’habitant, une restauration respectueuse est bien souvent un objectif explicite du projet : préserver le patrimoine de la médina en y maintenant les familles modestes, les revenus devant leur permettre d’entretenir la maison. Beaucoup de propriétaires ont, en effet, fait part de leur idée, avant de participer à « Ziyarates », de vendre leur maison pour aller en ville nouvelle. Mais leur attachement à la médina leur a fait choisir l’accueil de touristes. Bien entendu, la perspective de revenus supplémentaires et réguliers a aussi son importance et est mentionnée par certains : il est préférable de gagner de l’argent tous les mois mais toute la vie, plutôt que de toucher une seule grosse somme par la vente de la maison. Garder la maison familiale, continuer de vivre en médina et maintenir ses habitudes sont les discours dans lesquels se retrouve la préservation du patrimoine familial et architectural.

20Chez les propriétaires de maison d’hôtes, la préservation est tout d’abord présente dans leur discours lorsqu’ils qualifient les travaux entrepris. En effet, certains parlent explicitement de préservation : « Bon, certainement de la restauration, bien sûr, mais de la préservation aussi, parce que j’ai restauré comme on restaure un bâtiment historique. J’ai essayé de ne pas trop perturber l’âme de la maison, de la préserver. Et surtout d’utiliser toutes les matières anciennes, enfin originelles, qui sont déjà dans les murs » (propriétaire allemande). D’autres de restauration : « Parce que tu as de la restauration pour tout ce qui est vraiment traditionnel. Enfin, moi j’appelle ça comme ça. Quand tu refais des stucs, soit à l’identique, soit dans le même esprit, c’est plutôt de la restauration », puisque « Après par contre, quand tu fais une salle de bain dans une chambre, c’est de l’aménagement, c’est du neuf, quoi ! » (propriétaire français). Pour d’autres encore, il s’agit davantage d’aménagement : « Pas de préservation, non, parce que le patio était en très bon état. On a juste refait le bas des portes et des fenêtres qui était abimé. Mais on n’a pas remis de couleur, parce qu’on n’avait pas les pigments d’époque. Donc, on a respecté la structure d’origine. Mais il n’y a pas eu de préservation, parce que c’était préservé naturellement... Non, je dirais plutôt aménagement. Les salles de bains étaient quasi inexistantes, il y avait des WC à la turque qui étaient plus que sommaires. Donc c’est plutôt de l’aménagement pour être conforme avec l’idée de chambre pour recevoir des touristes » (propriétaire française).

21La préservation occupe le récit du « sauvetage » du patrimoine et, en particulier, lorsqu’il s’agit de décrire l’acte de sauver une maison de la ruine. En effet, certains déclarent que l’achat de maisons et le développement de maisons d’hôtes permettent de préserver la médina : « Ce sont des maisons qui vont être délaissées un jour ou l’autre, qui vont être démolies un jour ou l’autre. Si on ne fait pas ça, il n’y aura plus de maisons de notables dans la médina » (propriétaire marocain). Ainsi, il s’agit de sauver une maison : « La maison était comme beaucoup de maisons, en mauvais état. Et tout le monde disait, c’est super bien fait et c’est super beau de voir ce travail-là. Donc la maison a été vraiment préservée, au niveau de sa coque » (propriétaire français). D’autres ajoutent que les travaux dans leur maison permettent d’en sauver d’autres : « Parce qu’une maison, elle s’écroule sur elle-même, en plus, tu prends les voisins avec toi. Quand tu sauves une maison ici, tu en sauves 4 ou 5 » (propriétaire français).

22La préservation concerne ensuite les matériaux et techniques dits traditionnels, avec pour objectif de refaire à l’identique ou à tout le moins « de garder le même esprit ». Une des conditions de la préservation est le respect de la maison dans sa dimension spirituelle. Certains disent « respecter la maison et son âme », car c’est « la conception initiale de la maison qui lui donne une âme ; les demeures transformées perdent de leur charme » (propriétaire marocain). Parfois, plutôt que de parler d’âme ou d’esprit de la maison, c’est son énergie qui est mentionnée : « Donc, il y a une énergie particulière et ça, c’est à préserver à mon avis » (propriétaire française). Ou sa spécificité : « Je suis attentif, comme l’étaient les propriétaires précédents, à ne pas, euh, comment dire, ne pas détruire le... ce qui en fait l’originalité » (propriétaire français). Il est aussi important de préserver le caractère typique de la ville : « Quelquefois on parle entre nous, étrangers. On ne veut pas vraiment que cela devienne comme Marrakech. On veut cette authenticité de la ville, on veut que ça préserve ses traditions. On veut que Fès soit une ville marocaine et pas une ville étrangère, on ne veut pas que tout soit acheté par les étrangers et qu’on ne voie plus les Marocains » (propriétaire allemande). Mais parfois, le discours de la préservation est évacué. Pour nombre de personnes rencontrées, les travaux prenant plus de temps et d’argent que prévu, une maison achetée d’abord pour sa qualité de patrimoine ou de beauté, devient un objet économique : il faut qu’elle rapporte de l’argent. D’où l’oubli de sa qualité patrimoniale, qui n’est plus une priorité. Le discours patrimonial est peu présent dans les propos des interlocuteurs, sauf en de rares occasions, mais généralement pas pour parler de la maison mais plutôt de la médina.

23La conscience patrimoniale se retrouve enfin dans les initiatives de certaines agences de location. Regroupant différentes offres d’hébergement touristique (maisons à louer et chambres dans des maisons d’hôtes) sur un site internet, une agence gérée par une Australienne affecte 2 % du montant des réservations au financement de microprojets de restauration dans la médina. Ainsi, depuis quatre ans, huit fontaines ont été restaurées, et un petit jardin a été aménagé. La gérante présente ce projet comme bénéfique à tout le monde : aux maisons d’hôtes, parce qu’elles sont sur un site d’agence touristique, ce qui leur donne plus de crédit, et à l’agence qui encourage la préservation de la médina. Toutefois, les propriétaires présentent cette dernière raison comme mineure dans les motivations de leur inscription à cette agence.

24Mais plus que préserver un patrimoine culturel, rendre les maisons « traditionnelles » plus confortables est en fait ce qui retient le plus l’attention des propriétaires : ajouter des salles de bain (parfois inexistantes), faire une cuisine pratique, travailler les escaliers pour les rendre praticables, installer des climatiseurs et des chauffages, couvrir le toit du patio (pour utiliser le patio par temps de pluie ou de froid)... Finalement, l’objectif principal est d’avoir une maison qui paraît « marocaine » tout en étant confortable. La préservation concerne également le décor architectural de la maison (bois et plâtre peints ou sculptés, zelliges...).

Meubler et décorer, un acte d’évocation

25Après les travaux de structure architecturale arrivent la décoration et l’ameublement, et il ne s’agit pas du plus vain des actes, car, comme le met en exergue I. Cieraard (2004, p. 184), « Habiter n’est pas seulement une question d’espace intérieur, c’est aussi une question de mobilier, de tissus d’ameublement et de décoration » (souligné par moi). Les normes qui régissent l’ameublement et la décoration sont différentes dans les maisons d’hôtes et le logement chez l’habitant. Il existe pour les maisons d’hôtes un cahier des charges, instauré au niveau national par le ministère du Tourisme. A Fès, une commission, composée de membres de la Municipalité, de l’Office du tourisme, des pompiers, de la police, de l’hygiène et de l’Association des maisons d’hôtes est chargée de veiller à son respect, respect qui débouche sur un classement. Ainsi, selon ce cahier des charges, il est demandé un « salon marocain », une « décoration typique marocaine », un « ameublement typique ». Pour les maisons de logement chez l’habitant, la réglementation intérieure demande que les meubles soient « des objets d’art et d’artisanat marocains qui pérenniseront l’aspect traditionnel de ces maisons ».

  • 4 Nous essayons de présenter aux hôtes une maison typiquement marocaine. A mon avis, le souhait crois (...)

26Dans les maisons d’hôtes, beaucoup disent ne pas avoir suivi le cahier des charges pour meubler et décorer la maison. Les sources d’inspiration les plus souvent citées sont le goût personnel, les magazines et livres de décoration, la visite d’autres maisons in situ ou par internet ou la maison elle-même. Les moyens économiques viennent, quant à eux, brider cette inspiration. Les propriétaires marocains, ayant pour la plupart grandi en médina, disent parfois s’être laissé « guider par ma mémoire d’enfant » pour décorer la maison (propriétaire marocain). Pour d’autres, c’est la maison qui les a guidés : « Bien sûr, la maison m’a parlé (…) Et à partir de ce moment-là, tout s’est articulé d’une manière logique. La maison est devenue simple à reconstituer, en tout cas à aménager. Donc, la maison n’était vraiment pas belle, mais je savais immédiatement ce que je pouvais faire » (propriétaire français). D’autres précisent que ce qui prime, ce sont leurs goûts personnels. « J’ai voulu me faire plaisir » est une phrase souvent entendue. « En fait, je sais que ma maison ne ressemble pas à une maison de Fès, c’est plutôt une maison qui me ressemble à moi, puisque je n’ai pas voulu conserver ou rajouter ce qui aurait pu être un peu fassi. J’ai voulu faire une maison qui me ressemble » (propriétaire français). D’autres encore essayent de se conformer à ce qu’est une maison d’hôtes sans pour autant se fonder sur le cahier des charges : « Si c’était une maison pour moi, je l’aurais meublée différemment. Mais en tant que maison d’hôtes, je voulais garder le style marocain sans être dans cette opulence de couleurs, de formes marocaines. C’est pour ça que les couleurs sont simples, mais c’est mes couleurs aussi » (propriétaire allemande). Il peut s’agir aussi de se conformer aux attentes des touristes : « We are trying to present a typical Moroccan home to the guests. What I think become increasingly the desire of the guests, is to not stay in a hotel like any other in the world. They want to come and live in the medina. And they want a house that like the other people would live, typical to this city4 » (propriétaire australienne). Ce qui justifie certains aménagements que les propriétaires n’aiment pas : « Voilà pourquoi j’ai fait une arcade dans une chambre. Mais ça me débecte, je trouve ça horrible. Mais pourquoi j’ai fait ça, je ne sais pas. Je crois que c’est suite à cette crainte. Parce que je n’ai pas envie qu’on me dise ’Votre maison est agréable, mais on n’est pas assez dépaysé’. Alors, je ne sais pas » (propriétaire français). Finalement, « on a un cahier des charges qui est un peu pointu, parce que pour une maison d’hôtes, tu as beaucoup de contraintes quand même, c’est normal. En termes de sécurité, d’hygiène. Mais après, on a fait en sorte que ce soit des choses pratiques, fonctionnelles quoi. Et puis, il y a la touche de décor personnel, qui arrive ensuite et qui fait que c’est un espace agréable pour les gens en termes d’accueil dans les chambres, quoi ! » (propriétaire française). Dans le cas du logement chez l’habitant, la conformité aux normes prime : il s’agit, comme mentionné dans le dossier de présentation du projet, de procurer aux touristes une expérience authentique de la médina. Le secrétaire de l’Association des familles qui offre un logement chez l’habitant explique : « Il fallait équiper les chambres par des lits doubles. Parce que l’un des points de "Ziyarate Fès", c’est recevoir des visiteurs au sein d’une famille, mais avec des normes internationales du tourisme ».

27S’il est dit que les maisons se ressemblent toutes dans leur structure, l’aménagement permet de les différencier en leur donnant leur style propre. En effet, la terminologie floue du cahier des charges permet des aménagements divers et décorations différentes. Reflétant chacune un style, les maisons, voire même les chambres, peuvent devenir thématiques : « C’est vraiment à l’image de l’artisanat du Maroc. C’est un mélange. Et puis, on s’est amusé à faire des choses un peu par thèmes, la suite du porteur d’eau avec tous les accessoires qui vont avec. La suite du kaftan aussi. Il y a aussi une chambre en haut qui est un peu sur le thème des rois » (propriétaire française). Ainsi, certains propriétaires aménagent leur maison dans un style berbère, alors qualifié de rural par rapport au style fassi urbain. D’autres meublent avec des meubles français, syriens ou italiens, justifiant cela par le fait que ces meubles étaient à la mode au début du siècle dernier au sein de la noblesse fassie. D’autres encore instaurent un style minimaliste : peu de meubles et de décoration, meubles simples, lignes aussi droites que possible... désirant par-là offrir aux touristes le calme nécessaire, car « il est impossible de se reposer dans un musée ! » affirme un propriétaire marocain à l’encontre d’une maison aménagée dans le style berbère. Le style marocain, lui, est pointé par ses détracteurs qui le jugent trop kitch ou too much.

28La préservation n’est donc pas une préoccupation majeure des propriétaires en matière d’aménagement. Elle se retrouve sous forme du discours patrimonial qui critique la Commission délivrant l’autorisation d’exploitation : « Ce n’est pas un échange culturel autour d’un patrimoine dont on partagerait l’intérêt, à savoir de le préserver tout en l’adaptant à une activité qui est la maison d’hôtes. Euh non, c’est des gens qui ont des critères qui n’ont rien à voir avec ce genre de préoccupation » (propriétaire française). En effet, certains aménagements, comme des panneaux indicateurs, la présence de parkings à proximité, la présence de télévisions et de minibars dans les chambres, sont vus comme des exigences allant à l’encontre de la préservation des maisons et de la médina.

29Le constat est donc celui de la diversité des types d’ameublement et des motivations de choix d’un ameublement. Plusieurs approches théoriques ont abordé la relation entre un individu et sa maison. L’approche herméneutique fait de la maison un texte. Selon M. de Certeau (1980, p. 145) : « L’agencement du mobilier, le choix des matériaux, la gamme des formes et des couleurs (…), le soin ou la négligence, le règne de la convention, des touches d’exotisme et plus encore la manière d’organiser l’espace disponible et d’y distribuer les différentes fonctions journalières (...), tout compose déjà un récit de vie ». L’approche symbolique, à l’instar de Bourdieu (2000), fait correspondre la structure architecturale à la structure symbolique d’une population, la maison étant le reflet de la mentalité de cette population. Cette approche constructiviste aborde l’espace comme un construit qu’il s’agit d’analyser pour comprendre comment il agit en tant que fait social organisant la vie des humains. La lecture interactionniste présente l’espace comme devant être investi par les humains, qui vont le domestiquer et déterminer sa fonction par son aménagement et sa décoration. Ainsi, l’espace devient le reflet des valeurs de ses occupants (Eleb, 2003) et un espace où se ressourcer et se construire une identité (Kaufmann, 1997). Gravari-Barbas (2004) déclare, quant à elle, que l’habiter suppose un échange entre le lieu et l’occupant, qui se marquent et se transforment mutuellement (le lieu se transforme et transforme la façon de vivre de ceux qui l’occupent). L’interaction va ici dans les deux sens, rejoignant l’idée développée par Ingold (2007) de croisement de lignes (ou trajectoires) formant une situation. Dès lors, à la fois la trajectoire des propriétaires (leur histoire, leur récit, leur expérience) et celle des maisons (leur histoire, leur fonction) se croisent en un point précis. Dans ce cas, c’est celui de l’utilisation des maisons comme hébergement touristique qui suppose une influence mutuelle de ces deux éléments, sans nier que, bien entendu, d’autres composantes interviennent, comme les autorités publiques, les agences immobilières, les voisins, les règlements, etc.

30L’explication de cette diversité d’ameublement nécessite un approfondissement qui pourrait être abordé autour de la question du goût (Hénnion, 2000). Mais j’aimerais dans cet article développer un élément qui, loin d’être l’explication unique de cette diversité, peut servir de base à la réflexion. J’entends par là l’imaginaire. Dans cette dernière partie, je m’intéresse donc à l’influence que la maison en tant que modèle imaginaire et en tant qu’élément matériel a sur les propriétaires.

Le poids de l’imaginaire

31Selon Gravari-Barbas (2004), habiter une maison revient aussi à l’investir d’un imaginaire. Les images relatives à la maison telle que décrite dans la littérature scientifique se retrouvent-elles dans les actes des propriétaires ? Sont ici présentés les discours des propriétaires et les sites internet des propriétaires des maisons d’hôtes.

  • 5 Petite pièce sans porte donnant sur le patio.
  • 6 Dyour est le pluriel de dar qui veut dire maison.
  • 7 Et généralement une source d’eau dans la maison. Les toilettes toujours dans la cuisine ou juste à (...)
  • 8 C’est caché, pas de fenêtre vers l’extérieur, là la porte, à partir de la porte d’entrée il y a tou (...)

32En demandant aux propriétaires ce qu’est une maison traditionnelle, certains répondent par l’évidence : « Ben c’est ça » en montrant des mains ce qui l’entourait (propriétaire marocain). D’autres mettent en avant la structure architecturale de la maison : « Le fait qu’il y ait le patio avec ces quatre places. Tu as les salons. C’est rare quand tu as quatre faces habitées. Tu n’as souvent que deux ou trois faces habitées, et tu as le bartal5 et la fontaine, ça c’est pour les dyour6 qui sont souvent condamnés à ne servir que pour la décoration. Tandis que tu as des maisons, des riads qui sont beaucoup plus grands et où les quatre faces sont habitées. Mais généralement, il n’y en a que trois. Bartal ou fontaine. Si c’est un riad, tu auras la fontaine au centre, voire d’autres sur les côtés. Je pense que le côté qui n’est pas habité correspond souvent aussi au côté de l’entrée. Mais bon, le schéma, c’est le carré » (propriétaire française). La présence d’une source d’eau comme faisant partie intégrante de la maison est importante : « And one source of water usually in the house. Toilets always in the kitchen or next to the kitchen (rire)7 » (propriétaire australienne). D’autres répondent par la préservation de l’intimité : « That it’s hidden, no window to the outside, that the door, that from the front door there is always a corner, you always have to turn so that no one can see inside your house8 » (propriétaire australienne). « La structure close : on est enfermé dans le carré. Donc, ça tourne vers l’intérieur, très peu d’ouvertures vers l’extérieur » (propriétaire française). Ainsi, le dévoilement du patio est présent dans de nombreux discours. Un propriétaire français joue sur un effet de luminosité pour faire apparaître le patio : le couloir d’entrée, à angle droit, est faiblement éclairé, et les murs sont peints de couleur sombre (bordeaux) en contraste avec la luminosité du patio à ciel ouvert.

  • 9 Et le fait qu’il n’y a pas de pièce spécifique, à part la cuisine. Toutes les autres chambres peuve (...)

33La décoration et le mobilier participent aussi à l’aspect traditionnel. Le zellige, le bois de cèdre, le stuc (plâtre sculpté) sont considérés comme des éléments types de la maison traditionnelle. « Donc, tu as ça qui est traditionnel, cette symétrie (…) Et puis dans le mobilier, c’est les banquettes, les coffres et les tables rondes. Pratiquement chez tout le monde, tu as ça » (propriétaire française). La maison traditionnelle est celle dont tout, depuis la configuration jusqu’au décor, est symétrique. « La symétrie, c’est la caractéristique de l’architecture arabo-andalouse » (propriétaire allemande). Ou encore le fonctionnement de la maison, aussi bien au niveau des habitants : « Après, dans le fonctionnement, tu as toujours quelqu’un dans la maison. C’est très rare quand il n’y a personne, dans toutes les familles quel que soit le milieu » (propriétaire française). Ou dans l’organisation des pièces : « And the fact that there is no designated room, apart from the kitchen. All the other rooms could be bedroom, could be dining room, could be somewhere to sit... And people move around9 » (propriétaire anglaise).

34J’ai volontairement présenté les propos de propriétaires étrangers qui n’ont jamais vécu dans une maison fassie auparavant et qui ont acheté une maison vide de ses habitants, c’est-à-dire des propriétaires qui n’ont pas connu le mode de vie marocain, ni baigné dans l’architecture marocaine. Leurs connaissances et représentations de la maison proviennent donc de leur expérience, de leurs conversations et de leurs lectures. Les propos ici présentés montrent la permanence de certaines images (fermeture, fonctionnement familial, structure) de la maison arabe telles que développées dans le début de cet article. L’objectif n’est pas de montrer ici que la tradition est construite (Hobsbawm et Ranger, 1983), mais de poser que les images œuvrent en quelque sorte à la préservation des maisons, en incitant les propriétaires à se conformer à ces images. Mais cette application d’un imaginaire relatif à la maison « traditionnelle », adapté à des normes de confort moderne ou appliqué par des résidents étrangers, est parfois taxé d’orientalisme par certains propriétaires marocains. Prenant l’exemple de la table en fer forgé et en zellige, un propriétaire marocain déclare que c’est « le Maroc tel qu’imaginé par les Européens ». L’orientalisme, tant dans sa dimension spatiale que temporelle, et plus généralement les critiques de la notion de « ville islamique » s’avèreront donc par la suite une piste de réflexion non négligeable.

  • 10 Quand les Occidentaux achètent une maison, ils désignent immédiatement une chambre : ça, c’est ma c (...)

35D’une manière générale les modifications de structure et de décors sont très rares. Par contre, l’utilisation des pièces, quant à elle, est modifiée. Si dans la maison traditionnelle aucune pièce, exceptée la cuisine, n’est affectée à une fonction particulière, « When Westeners buy the houses, they immediatly designate a room : that’s my bedroom, that’s my office...10 » (propriétaire australienne). Aussi, la terrasse des maisons d’hôtes n’est plus le lieu où faire sécher le linge (du moins l’espace dédié à cette fonction a-t-il été minimisé) ou le lieu de liberté des femmes, mais le lieu où prendre le petit-déjeuner, bronzer, admirer la médina (beaucoup insistent dans leur site internet sur la vue panoramique depuis leur terrasse)... où les touristes sont invités à passer beaucoup de temps. D’où l’aménagement de cette terrasse : tables, chaises, banquettes, chaises longues, plantes... Ce qui contraste avec l’actuelle terrasse « traditionnelle » marocaine : « Avec le bouquet de paraboles, le linge qui sèche sur la terrasse. Ils ont recouvert la terrasse de carrelage rouge... » (propriétaire française). La chambre est, quant à elle, devenue le lieu de l’intimité par excellence dans les maisons d’hôtes, dont les portes demeurent la plupart du temps fermées, ce qui n’est pas le propre de la maison traditionnelle marocaine où les portes sont généralement ouvertes. Chacune est dotée d’un lit, mais les banquettes ont souvent disparu, remplacées par des divans et fauteuils, ce qui n’est pas le cas dans le logement chez l’habitant, où seule une partie des banquettes a été évacuée pour placer un lit. Et le salon est instauré dans une pièce spécifique dans les maisons d’hôtes, où il est le lieu où « se détendre en lisant un livre de la bibliothèque », où « prendre un verre de thé autour de la cheminée »... En revanche, le patio reste le véritable cœur de la maison, aussi bien centre de toutes les activités qu’élément décisif du « coup de cœur » pour la maison. Ainsi, il sert souvent de salle à manger dans les maisons d’hôtes et est désigné comme le « lieu de rassemblement » dans le règlement intérieur du logement chez l’habitant.

36Un autre type d’altération majeure intervient dans la manière de représenter les maisons aux touristes, à savoir les sites internet. L’analyse des écrits de ces sites mériterait un article à elle seule. Je me concentre ici principalement sur les photos. Toutes les pièces sont présentes en photos sur les sites internet, avec une moindre fréquence pour les cuisines et une absence des pièces de rangement et buanderies. Par contre, les photos des chambres, salons, salle de bain, patio et terrasse sont nombreuses. Ainsi, ces maisons physiquement fermées à l’extérieur se trouvent virtuellement exposées aux regards du monde entier, jusque dans les endroits les plus intimes, comme la salle de bain. Ensuite, de nombreuses photos font l’objet d’une mise en scène. Pour avoir accompagné deux photographes en charge des sites internet de maisons d’hôtes et pour avoir comparé de nombreuses photos à la réalité, la mise en scène peut aller de la légère altération (absence de la coupe de fruit sur la table de la chambre) à la tromperie importante (fausse idée de la taille de la pièce en jouant sur la perspective, luminosité irréelle suite à des modifications Photoshop, présentation d’un repas et d’une table qui ne seront jamais servis au vu du temps nécessaire à leur confection...). Si les images de la maison peuvent servir à sa préservation, leur exagération ou leur absence participent quant à elle, à une modification de la maison ou de l’attente que le touriste peut en avoir.

37Les sites internet ne se contentent pas de représenter la maison d’hôtes, ils offrent également une image idéalisée de la ville. Ce qui s’offre au touriste n’est donc pas la ville, mais une illusion de la ville (Gotham, 2005). Triple capitale héritière d’une culture arabo-andalouse unique, ville traditionnelle, mystérieuse, médiévale, authentique et exotique, autant d’images qui se retrouvent dans les discours des interlocuteurs, sur les sites internet présentant les maisons d’hôtes, et qui se retrouvent dans la configuration et l’aménagement des maisons.

Conclusion

38Finalement, quel lien peut-il être établi entre les actions des propriétaires de logement touristique et la préservation des maisons et de la médina ?

39Au niveau de la maison, la préservation n’est pas ce qui pousse les propriétaires à entreprendre des travaux et aménager leur maison d’une certaine manière, mais elle vient en second plan. Elle permet de qualifier les travaux entrepris, de définir l’intervention comme un sauvetage de la maison. La maison traditionnelle sert à recevoir des touristes en recherche de dépaysement. La tradition est suggérée par les techniques et matériaux de construction (il est important pour les propriétaires de respecter la maison) et par la décoration. Mais cette préservation est soumise au besoin d’adaptation des intérieurs pour répondre à un certain confort (ajout de salles de bain, de chauffage, etc.), à la réglementation et au désir des hôtes (dépaysement). Ainsi, l’imaginaire, entendu comme l’ensemble des images relatives aux maisons et à la médina, permet à la fois de préserver certains éléments, tout en permettant le développement d’autres images et réalités alors taxées d’orientalisme par certains.

40Les propriétaires de maisons d’hôtes étant, pour la plupart, issus d’une certaine élite intellectuelle ayant le souci de la préservation patrimoniale, l’impact des logements touristiques en médina pourrait être traité sous l’angle de la gentrification, en tant que changement architectural et social d’un quartier ou d’un derb (ruelle). S’il est indéniable que les propriétaires de logements touristiques participent d’une dynamique de revalorisation de leur quartier (Kurzac-Souali, 2007), il s’agit néanmoins de relativiser l’importance du phénomène, tout du moins à Fès. Tout d’abord, les familles proposant la formule « logement chez l’habitant » ne représentent pas ce qu’il est convenu d’appeler des gentrifieurs : ce sont des familles d’un niveau de vie moyen qui vivent sur place depuis plusieurs générations. Ensuite, la plupart des propriétaires marocains de maison d’hôtes, qui sont plus aisés que les premiers, n’habitent pas en médina, mais en ville nouvelle : la maison en médina ne sert que comme hébergement touristique. Les gentrifieurs sont donc les résidents étrangers, ce sont bel et bien de nouveaux arrivants aux revenus plus élevés que les habitants du quartier dans lequel ils acquièrent leur logement et dans lequel ils investissent des sommes non négligeables. Mais ces derniers sont peu nombreux en comparaison avec le nombre total d’habitants de la médina : 150 sur 240 000 habitants selon le recensement de la population de 2004.

  • 11 Sur ce concept de gentrification touristique, voir également article 1 (Coslado et McGuinness) et a (...)

41Si certains propriétaires de maisons peuvent être qualifiés de gentrifieurs, ils sont avant tout des acteurs du développement touristique. Aussi, est-il intéressant de se demander quelle relation s’établit entre la gentrification, la préservation du centre historique et le développement touristique dont les gentrifieurs sont les acteurs (aussi peu nombreux soit-il). Gotham (2005) présente un concept intéressant : « the tourism gentrification11 ». Ce concept a été développé pour aborder la troisième vague de gentrification aux Etats-Unis, caractérisée depuis les années 90 par des alliances entre développeurs privés et gouvernement local. Si au départ les investisseurs sont des particuliers (artistes, restaurateurs...), les corporations du divertissement et du loisir (et donc par la même occasion du tourisme) prennent rapidement le relais, menant à ce que l’auteur appelle une super-gentrification. L’Etat et le gouvernement local sont alors là pour encourager l’investissement de ces développeurs privés. La conséquence de ce processus est que le centre-ville tend à se transformer uniquement en espace de consommation et perd sa fonction de résidence ; c’est d’ailleurs ce qui est fréquemment reproché à la médina de Marrakech. En suivant les vues de Gotham, dans le cas du Maroc, on peut, en effet, dire que la politique de développement touristique du pays (Vision 2010, PDRT, etc.), les facilités d’investissement pour les étrangers (avantages fiscaux) et les dégrèvements fiscaux accordés à l’activité touristique sont autant d’indicateurs qui montrent que le gouvernement participe à la gentrification touristique. Pour autant, il me semble qu’il est trop tôt pour conclure, comme le fait Gotham, sur l’idée que le tourisme est une stratégie objective du pouvoir politique de régénération urbaine et de conservation du patrimoine.

42Maintenant, comment qualifier la dynamique à l’œuvre si ce n’est pas de la préservation et de la gentrification stricto sensu ? Il va sans dire que le tourisme joue un rôle non négligeable dans la dynamique en place : la volonté de développement touristique est nationale (« Vision 2010 » et « Vision 2020 ») et favorise les investissements dans ce domaine. Le patrimoine est également présent. Ainsi, à l’instar de Fabre (2009), on pourrait parler du cycle de la médina comme celui d’un déclassement-classement-sur-classement, la phase de classement amenant généralement un changement de population résidente. Pourtant, comme le montre cet article, la préservation de ce patrimoine n’est pas au cœur des préoccupations des propriétaires. Le changement de population, sous forme de la gentrification, n’est pas suffisant non plus pour rendre compte de la dynamique en cours. L’expression « dynamique de requalification » dans le sens changement de qualification, de regard et d’intérêt portés à la médina, me semble plus appropriée. De fait, sa généralité permet d’englober les composantes précédemment citées (tourisme, préservation, gentrification). De plus, l’expression est neutre et n’incite à aucun parti pris théorique ou idéologique : au cours de son histoire, la médina a changé bon nombre de fois de qualification, que ce soit de la part des experts de divers horizons (tantôt espace central, espace à préserver ou espace dégradé), des hommes politiques (capitale, lieu de révolte) ou des habitants (espace de pauvreté, espace de vie des Fassis). Le débat est donc ouvert.

Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative publique

Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative publique

Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative privée

Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative privée

Bibliographie

ABRY A., 2004. « Habitat et intégration patrimoniale dans la médina de Fès », in M. Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Approches, enjeux, vécus. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 227-243.

ANGELINI S., GODAT I., 2008. « Un exemple d’acteurs de la gentrification : les propriétaires de maison d’hôtes », in La gentrification dans la médina de Marrakech. Neuchatel, Institut de géographie, p. 25-49.

BIANCA S., 1980. Fez : The Ideal and the Reality of the Islamic City, en ligne www.archnet.org/library/pubdownloader/pdf/2626/doc/DPC0103.pdf, consulté le 04/06/2008.

BOSSUET L., 2004. « Habiter le patrimoine au quotidien, selon quelles conceptions et pour quels usages ? », in M. Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Approches, enjeux, vécus. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 27- 39.

BOURDIEU P., 2000 (1972). Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de trois études d’ethnologie kabyle. Paris, Seuil.

BURCKHARDT T., 1992 [1960]. Fes, City of Islam. Cambridge, ITS.

CIERAARD I., 2003. « Rituels domestiques au XXe siècle aux Pays-Bas. Habitudes d’habiter », in B. Collignon, et J.-F. Staszak (dir.,) Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter. Rosny-sous-Bois, Bréal, p. 184-196.

DE CERTEAU M., 1990. L’invention du quotidien. Habiter, cuisiner. Paris, Folio.

DRIS N., 2006. « Patrimoine et Développement Local : l’appropriation collective du patrimoine comme forme d’intégration sociale ». Revista Internacional de Desenvolvimento Local, n° 8 (13), p. 9-18.

ELEB M., 2003. « Le roman du couple et sa scène spatiale », in B. Collignon, et J.-F. Staszak (dir.,) Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter. Rosny-sous-Bois, Bréal, p. 310 – 331.

ERNST I., 2006. « La fabrication de la médina de Marrakech par les images », in N. Boumaza (dir.), Villes réelles, villes projetées : fabrication de la ville au Maghreb. Paris, Maisonneuve et Larose, p. 317-336.

FABRE D., 2009. « Introduction : Habiter les monuments », in D. Fabre, A. Iuso (dir.), Les monuments sont habités. Paris, Maison des sciences de l’Homme, p. 17-52.

FLORIDA, R., 2002. The Rise of the Creative Class : And How it’s transforming work, leisure, community and everyday life. New York, Perseus Book Group.

GOTHAM K., 2005. « Tourism Gentrification : The Case of New Orleans’Vieux Carre (French Quarter) ». Urban Studies, n° 42 (7), p. 1099-1121.

GRAVARI-BARBAS M. (dir.), 2004. Habiter le patrimoine. Approches, enjeux, vécus. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

HENNION A., 2000. « Figures de l’amateur. Formes objets et pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui ». Paris, La Documentation française/DEP-Ministère de la Culture.

INGOLD T., 2007. Lines. A Brief History. Oxford, Routledge.

KAUFMANN J. C., 1997. Le cœur à l’ouvrage. Théorie de l’action ménagère. Paris, Nathan.

KURZAC-SOUALI A. C., 2006. « La revalorisation de la médina dans l’espace urbain au Maroc. Un espace urbain revisité par les élites et le tourisme », in N. Boumaza (dir.), Villes réelles, villes projetées : fabrication de la ville au Maghreb. Paris, Maisonneuve et Larose, p. 337-349.

KURZAC-SOUALI A. C., 2007. « Rumeurs et cohabitation en médina de Marrakech : l’étranger où on ne l’attendait pas ». Hérodote, n° 4 (127), p. 64-88.

LAHBIL-TAGEMOUATI N., 2001. Dialogue en médina. Casablanca, Le Fennec.

LATOUR B., 1994. « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l’interobjectivité ». Sociologie du travail, n° 36 (4), p. 587-607.

LATOUR B., 2001. L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique. Paris, La Découverte.

LETOURNEAU R., 1949. Fès avant le Protectorat. Casablanca.

LOTI P., 1929. Au Maroc. Paris, Calmann-Lévy.

MCGUINNESS J., 2010. « De mon âme à ton âme : le Festival de Fès des musiques sacrées du monde et ses discours (2003-2007) », in K. Boissevain (dir.), Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse. Paris, L’Harmattan, p. 27-53.

PORTER G., 2001. « From Madrasa to Maison d’hôte : Historic Preservation in Mohammed VI’s Morocco ». Middle East Report, n° 218, p. 34-37.

REVAULT J., GOLVIN L., AMAHAN A., 1985. Palais et demeures de Fès. Paris, CNRS.

RGHEI A. et NELSON J., 1994. « The Conservation and Use of the Walled City of Tripoli ». The Geographical Journal, n° 160 (2), p. 143-158.

SAIGH BOUSTA R. et ALBERTINI F., 2004. Le Tourisme durable, réalités et perspectives marocaines et internationales. Marrakech, Université Caddi Ayyad.

VIOLIER P., 2004. « Habiter, c’est aussi recevoir », in M. Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine. Approches, enjeux, vécus. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 365-371.

ZOUILAI K., 1990. Des voiles et des serrures : de la fermeture en Islam. Paris, L’Harmattan.

Notes

1 On ne connaît pas le nombre des non officielles.

2 Il est à noter que certains propriétaires, surtout étrangers, décident d’ouvrir une maison d’hôtes lors de la phase des travaux, quand les coûts s’avèrent plus importants que prévus : la rentabilité de la maison devient essentielle.

3 Se reporter à l’entretien avec Q. Wilbaux dans ce volume.

4 Nous essayons de présenter aux hôtes une maison typiquement marocaine. A mon avis, le souhait croissant des hôtes n’est pas de rester dans un hôtel comme n’importe quel autre dans le monde. Ils veulent venir et vivre dans la médina. Et ils veulent une maison comme celle dans laquelle vivent les habitants de la ville, une maison typique.

5 Petite pièce sans porte donnant sur le patio.

6 Dyour est le pluriel de dar qui veut dire maison.

7 Et généralement une source d’eau dans la maison. Les toilettes toujours dans la cuisine ou juste à côté.

8 C’est caché, pas de fenêtre vers l’extérieur, là la porte, à partir de la porte d’entrée il y a toujours un coin, vous aurez toujours à tourner de sorte que personne ne puisse voir à l’intérieur.

9 Et le fait qu’il n’y a pas de pièce spécifique, à part la cuisine. Toutes les autres chambres peuvent être des chambres à coucher ou des salles à manger ou un lieu où s’asseoir. Et les gens circulent.

10 Quand les Occidentaux achètent une maison, ils désignent immédiatement une chambre : ça, c’est ma chambre à coucher, ça, c’est mon bureau…

11 Sur ce concept de gentrification touristique, voir également article 1 (Coslado et McGuinness) et article 4 (Escher et Petermann) dans cet ouvrage.

Table des illustrations

Titre Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative publique
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Diverses dynamiques dans la médina de Fès : initiative privée
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M

Auteur

Manon Istasse est diplômée en anthropologie sociale et culturelle à l’université Libre de Bruxelles. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat concernant le patrimoine dans la médina de Fès au Maroc, s’intéressant plus particulièrement à la question de la frontière patrimoniale.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable