Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Deuxième partie : parcours, pratiques et impact

8. Restaurer une maison à patio à Fès : « savoir-quoi », « savoir-comment » et communication interculturelle, 2000-2009

Justin McGuinness et Zoubeïr Mouhli

Texte intégral

1Cet article propose d’examiner la manière dont les arrivants occidentaux, dans l’ensemble venus d’Europe et des Etats-Unis, transforment des maisons de la vieille ville de Fès, au cours des années 2000. Son sous-titre pourrait être : « Architecture, consommation et communication », car l’article se fonde sur des matériaux récoltés au cours de conversations et d’entretiens avec des rénovateurs de maisons et analyse les relations entre la forme matérielle architecturale, la pratique sociale de sa restauration et le sens qui lui est conféré. Le contexte est dynamique, celui d’une ville des extrêmes, d’un point de vue environnemental, historique, socio-économique et symbolique. La rénovation d’édifices anciens est rarement une tâche aisée, et, à Fès, les « nomades étrangers » qui décident de s’y lancer sont confrontés à une combinaison de difficultés multiples, d’ordre pratique, linguistique et financier. Ces maisons fassies appartenant à des étrangers, après avoir connu une longue période de transformations méticuleuses et souvent coûteuses, entament alors une nouvelle vie, en tant que lieu et décor dans le marché international du logement touristique. Quel sens acquiert la maison fassie au cours de sa restauration ? Comment les protagonistes de cette réhabilitation parlent-ils du processus ? Qu’est-ce qui est accompli à travers la transformation « des vieilles pierres » ? En explorant les changements apportés aux anciennes maisons de Fès, cet article tente de démontrer la manière dont un groupe spécifique peut doter un système architectural et domestique d’un sens nouveau. Malgré le fossé très important entre les représentations et les usages de la ville historique des habitants et celles des arrivants, les données ethnographiques permettent de révéler l’importance des rénovations pour les individus qui s’y impliquent. Le processus de réhabilitation est très laborieux et douloureux, créant dans la coquille des maisons à patio des espaces à l’image leurs propriétaires. L’émergence d’un capital culturel et économique à partir d’un objet perçu comme étant déclassé et sans intérêt par les habitants d’origine dans un contexte post-colonial n’est pas sans poser de problèmes.

Contexte : Fès comme patrimoine bâti

2Jusqu’à la déclaration du Protectorat français sur le Maroc en 1912, Fès était la capitale du pays. La vieille ville était, et reste, composée de trois sections de taille inégale : le quartier de la Qaraouiyine et celui des Andalous, situés respectivement sur les rives gauche et droite de l’oued Bou Khrareb, et le quartier de Fès el Jedid, situé sur un plateau à l’ouest. Pendant la période du Protectorat français, une nouvelle capitale administrative fut créée à Rabat, sur la côte atlantique, suivant le modèle d’une cité-jardin. La ville nouvelle de Fès, aménagée à l’ouest de Fès el Jedid, a été lente à se développer. Après l’indépendance en 1956, une grande partie de l’élite fassie a émigré vers Rabat et Casablanca, la capitale économique du Royaume. Tout en étant le berceau du mouvement pour l’indépendance du Maroc, Fès a également été le fief des forces sociales conservatrices du nouvel Etat-nation. L’élite religieuse et certaines grandes familles qui avaient été très influentes sous la domination française – parmi lesquelles les Ababou, Glaoui et Mokri – y avaient des résidences. Fès a été marginalisée en raison d’un double processus : d’un côté, au niveau géopolitique, le pouvoir est passé aux mains des nationalistes modernistes monarchistes ; d’un autre côté, en termes d’espace, le pouvoir a également glissé vers les grandes villes situées sur le littoral atlantique. Bien que Fès conserve une certaine aura religieuse – la documentation touristique témoigne du « capital » spirituel de la ville – depuis les années 70 jusqu’au début des années 90, la ville est devenue un lieu d’accueil pour un grand nombre de migrants ruraux fuyant la sécheresse et la pauvreté dans le Moyen-Atlas et les régions proches du Rif. Les grandes maisons à patio de la ville sont souvent devenues des lieux de résidence où cohabitent plusieurs familles de ces nouveaux arrivants en quête d’une vie décente et de meilleures perspectives pour leurs enfants. (Les structures éducatives dans la campagne marocaine sont restées notoirement médiocres jusqu’au début des années 2000).

3La qualité du patrimoine de Fès a été reconnue pendant le Protectorat français (1912-1956). Un grand musée a été créé dans l’ancien quartier diplomatique, le Batha, et des mesures ont été prises pour protéger le paysage naturel autour de la vieille ville. Les écrivains voyageurs, comme les frères Tharaud, ont dépeint la vie sociale de la ville, pendant que des architectes ont dessiné son architecture (Albert Laprade, voir Culot et Lambrichs, 2007) ou développé des programmes de logements sur un mode néo-vernaculaire (Cadet et Brion). La protection des monuments religieux a donné lieu à des tensions entre la vision esthétique des nouveaux arrivants et les habitants qui souhaitaient moderniser leurs lieux de prière. Quelque vingt-cinq ans après l’Indépendance, un intérêt renouvelé pour la sauvegarde du vieux Fès est apparu. En 1981, la ville a gagné une place sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, et certains des principaux monuments ont été restaurés avec des financements à la fois publics et privés. Malgré les recommandations d’un rapport de planification réalisé en 1980, aucun grand projet d’infrastructure n’a été entrepris (Barrou, 2006). La question d’une politique appropriée pour réhabiliter le parc de logements insalubres, surpeuplés et souvent dangereux, a été laissée en suspens, tout comme la question de la cohabitation des fonctions (pas toujours très compatibles) dans le tissu historique bâti (notamment entre l’usage résidentiel et l’émergence d’un réseau fragmenté d’ateliers artisanaux opérant sur une base flexible). Les fonctions productives de la ville ancienne de Fès dans les années 80 sont particulièrement bien documentées par Escher et Wirth dans une étude réalisée au début des années 90 (Escher & Wirth, 1992).

4Dans ce contexte, au début des années 90, des étrangers en quête de biens immobiliers patrimoniaux à haut potentiel esthétique ont commencé à prospecter à Fès. Fondé en 1991, le Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde est devenu un événement annuel de renommée internationale. Il a attiré vers la ville un certain public mélomane, intellectuel et sensible à des questions de spiritualité et de vivre ensemble. Encouragés, d’une part, par les premières réussites en matière de restauration communiquées dans les suppléments « Voyage » de la presse et dans les guides touristiques et, d’autre part, par les prix bas de l’immobilier, les étrangers ont commencé à acheter en grand nombre vers 2004 (voir Petermann & Escher, ce volume). Contrairement à Marrakech et à Essaouira – largement dominées par les acheteurs français et francophones – Fès attire une plus grande variété d’étrangers, et notamment un grand nombre d’anglophones de Grande-Bretagne, d’Australie, d’Afrique du Sud et des Etats-Unis. Les personnes que nous avons interrogées expliquent en partie cette présence par les programmes télévisuels sur les chaînes anglophones dédiés à l’art de vivre à Fès et par les sites web comme www.houseinfez.com, créé par le directeur de l’école américaine de langues de Fès. De plus, toujours à la différence de Marrakech, un certain nombre d’investisseurs marocains ont été impliqués dans l’acquisition et la restauration de vieilles maisons, ainsi que dans leur transformation en maison d’hôtes une fois que ce phénomène eut touché Fès au début des années 2000.

5À la fin des années 90 à Fès, un petit noyau de résidents européens et anglo-saxons était impliqué dans l’industrie du tourisme, principalement dans la gestion de petits établissements d’hébergement de qualité. Il est intéressant – et là encore, contrairement à Marrakech – de souligner que le développement d’unités d’hébergement haut de gamme a inspiré le Conseil régional du tourisme de Fès (CRTF), en coopération avec les autorités régionales, pour lancer un programme de logement chez l’habitant. Cette initiative, appelée Fès Ziyarates, permet à des familles plutôt modestes de moderniser leurs maisons sous contrôle officiel afin d’offrir un hébergement touristique, ceci grâce à des prêts sans intérêt pour financer les travaux de restauration. Pour en revenir à la question des étrangers qui ont acquis et restauré des biens immobiliers dans la ville réputée la plus conservatrice du pays, l’impact du phénomène est clairement visible depuis les toits-terrasses. Sans avoir un regard très aiguisé, une maison restaurée par des étrangers est très repérable (voir également Kurzac, ce volume). Elle se signale par l’enduit parfaitement réalisé de couleur crème et la présence de plantes. Au niveau de la rue, les signes sont plus discrets : une porte en bois soigneusement huilée et cloutée est une bonne indication, qui sera confirmée par la présence d’une lanterne en fer forgé (l’éclairage public peut être irrégulier !). Enfin, les maisons restaurées sont le plus souvent signalées par une plaque mentionnant leur nom réalisée dans du zellige (carreau d’argile émaillé).

Remarques sur les questions, la théorie et la méthode

6Le présent article se propose d’explorer une phase particulière de l’appropriation des maisons historiques à Fès par des étrangers : la période des travaux de restauration. Ces propriétés, souvent qualifiées de fastueuses, représentent des investissements considérables dans tous les sens du terme. Mais contrairement à d’autres biens plus éphémères, les biens immobiliers de grande valeur esthétique, à l’instar des maisons à patio de Fès, nécessitent du temps pour être acquis. Compte tenu de l’identité de la ville qui est un point de rencontre de fortes cultures religieuses, nationales et locales, l’étude des changements récents dans le parc de logements fassi et la propriété immobilière est d’un grand intérêt. Il serait intéressant d’étudier pourquoi les maisons fassies suscitent un tel engouement parmi une population n’ayant aucune racine dans la ville. Si l’on prend la forme bâtie comme un puissant matériau de communication visuelle, quels publics sont visés ? Parce que les ressources mobilisées pour restaurer les maisons par des étrangers sont considérables, des questions peuvent être soulevées : quelle est la nature du processus de restauration ? Quels sont les résultats et comment sont-ils communiqués ? Qui est censé être impressionné par ces réalisations architecturales ?

7Cet article met donc l’accent sur le côté opérationnel de la restauration des maisons. Il vise à décrire et analyser, de façon ethnographique, ce qui se passe en termes humains, mais aussi en termes de communication, d’apprentissage et de création de sens durant le processus même de restauration.

8En termes de fondement théorique, cette contribution s’inspire d’une étude réalisée en 2003 par Trevor Marchand sur les métiers de la construction traditionnelle à Sanaâ, au Yémen. Ayant travaillé intensivement avec les maîtres constructeurs de mosquées, T. Marchand s’est intéressé aux différents types de connaissance mobilisés (« le savoir-comment » et « le savoir-quoi ») et leurs interactions. Beaucoup moins ambitieux en termes théoriques, cet article essaie d’explorer deux domaines : tout d’abord, comment la connaissance impliquée dans le processus de restauration se constitue et, d’autre part, comment cette connaissance de l’objet matériel transformé commence à prendre un nouveau sens dans les récits élaborés par les propriétaires et, à un niveau plus large, dans l’imaginaire urbain.

9En termes de données, l’article est fondé sur de nombreuses conversations de rue et de chantier, en plus d’entretiens formels. L’objectif est de fournir une analyse de la pratique actuelle de restauration sur la base d’observations des réalisations architecturales et à partir de discours des acteurs concernés. Il existe un large éventail de biens immobiliers transformés par des nouveaux arrivants : c’est vrai aussi bien des anciennes demeures de familles religieuses qui datent du XVIIIe siècle que des logements des petits artisans. Dans certains cas, la restauration est motivée par la quête du profit, que ce soit en vue de fournir des services touristiques et d’hébergement ou dans la perspective d’une revente immédiate à des fins spéculatives. Dans d’autres cas, certains propriétaires ont l’idée de se créer une résidence secondaire ou d’utiliser l’espace rénové pour des projets artistiques. La plupart des personnes interrogées avaient travaillé ou travaillent sur des chantiers de restauration de maisons de taille plutôt petite, avec des patios d’environ 30 m2, voire moins.

  • 1 Nom d’une petite rue de Fès, mot à mot « petite montée ».

10D’après l’ensemble de nos interlocuteurs, la médina et les espaces qui ont été l’objet d’une restauration exerçaient un fort attrait affectif. Presque toutes les personnes interrogées sont des anglophones, avec seulement deux Marocains de classe moyenne venus en médina acheter une maison en tant que résidence principale. Les personnes interrogées sont actives dans le monde du travail : un jeune cinéaste, un comptable, un architecte, un designer graphique, un ingénieur, un gestionnaire de l’éducation, plusieurs professeurs, un peintre, un couple d’écrivains et un journaliste. La personne la plus âgée de notre échantillon avait une quarantaine d’années à la fin de 2009 ; la plus jeune une vingtaine avancée. Environ la moitié de l’échantillon vit et travaille à Fès. Le reste se rend à Fès une à plusieurs fois par an. Pour ce qui est des maisons, quelques-unes pourraient être précisément datées par leurs propriétaires. Toutefois, selon les caractéristiques architecturales, la plus ancienne pourrait remonter au IXe siècle et la plus récente a été construite dans les années 20 ou 30. (Dar Zouiten, à proximité de la mosquée Qaraouiyine, a été mentionnée par certains restaurateurs comme étant la plus vieille maison qu’ils avaient vue). Tous les acheteurs ont trouvé leur maison par l’intermédiaire de semsara locaux (agents immobiliers informels), plutôt qu’avec des agences immobilières comme on les entend en Europe et qui existent depuis peu à Fès dans le quartier Batha et sur Talaâ Sghira1. En termes de restauration, l’échantillon montre des situations variées, allant de cas où les travaux ont été rapidement menés à d’autres où les travaux ont été (temporairement parfois) abandonnés. En règle générale, cependant, les néo-Fassis interrogés ont raconté avec enthousiasme les travaux engagés pour restaurer leur maison et pour en décorer l’intérieur.

11Aucune des personnes interrogées n’avait eu d’expérience de restauration avant de venir à Fès. De là, on peut imaginer l’importance de ces premiers arrivants dans la création d’une dynamique qui a amené d’autres acheteurs potentiels à se lancer dans une expérience de restauration. Au cours de notre découverte de Fès à travers les restaurateurs de maison et les artisans qui participent à la réalisation des rêves immobiliers de ces derniers, deux paradoxes sont apparus à la lumière de l’ensemble des discussions et entretiens. Tout d’abord, la nature des maisons et les manières de faire l’expérience de la restauration se sont montrées extrêmement diverses, au-delà d’un premier aperçu qui donne à penser qu’un même modèle standard architectural est repris d’une maison à l’autre. Ensuite, les restaurateurs ont tendance à privilégier des lieux qui ont un passé et une patine à leurs yeux, alors que depuis le milieu des années 2000, l’espace urbain de Fès subit de grandes transformations auxquelles participent finalement les projets de restauration.

L’évolution de la maison fassie : morphologie et histoire récente

12Etonnamment, étant donné l’étendue de la médina de Fès et le nombre élevé de logements qu’elle contient, l’architecture domestique de la ville a fait l’objet de peu d’études scientifiques, mis à part l’ouvrage en trois tomes de l’équipe d’Amahan, Revault et al. (1985, 1988), grands connaisseurs de la ville. Cette monographie descriptive, publiée par le Centre national de la recherche scientifique en France dans les années 80, est connue par les amateurs de vieilles pierres à Fès sous l’épithète du « Revault ». On y trouve une typologie très fouillée de l’espace domestique fassi, une typologie des maisons établie selon une série d’étiquettes dynastiques, à savoir Mérinide, Saâdien et Alaouite, périodes correspondant plus ou moins respectivement à la fin du Moyen Age européen, au seizième siècle et à la période allant du dix-septième jusqu’au dix-neuvième siècle. Les tomes du « Revault » fournissent un portrait détaillé de la morphologie architecturale et du vocabulaire décoratif des maisons fassies, allant d’une courte tentative de description d’une maison mérinide à des analyses fouillées des résidences de dignitaires de la cour à la fin du dix-neuvième siècle. Il est fort probable que les trois volumes du « Revault » ainsi qu’un autre ouvrage sur le décor traditionnel marocain, le « Paccard » (1980), sont utilisés par des architectes et leurs clients au Maroc en tant que source d’inspiration tant au niveau architectural que décoratif lors de la conception de projets immobiliers.

13Quoi qu’il en soit, au niveau de l’architecture domestique fassie, certains éléments clés – la mosaïque murale en céramique, le plâtre ciselé et l’emploi de panneaux et poutres en bois peint – étaient considérés dans les années 80 comme étant le summum du « style marocain ». Certains éléments de ce répertoire se révélèrent attractifs pour des constructeurs de maisons au Maroc – et même dans certains pays étrangers. Ainsi, au début des années 2000, ce répertoire faisait partie de bon nombre de projets de restauration ou de rénovation à Fès menés par des étrangers – malgré les coûts souvent très élevés de tels travaux. En même temps, au niveau de l’ameublement, un style remontant au début du XXe siècle est souvent adopté par certains propriétaires marocains de maisons d’hôtes qui se positionnent en tant que défenseurs de la tradition immuable.

14A côté de ce modèle architectural adopté par certains groupes sociaux de la population, les espaces domestique et urbain à Fès ont connu des changements considérables depuis les années 50. Ces changements sont marqués par une variété que le modèle de la maison à cour idéalisé dans les années 80 ne laissait pas supposer. Nous soulignons ce point car l’un des objectifs de cet article est de situer de récentes réalisations architecturales dans leur contexte aussi bien historique qu’urbain. Nous nous intéressons au côté dynamique de l’architecture domestique et aux processus qui mènent à la réalisation de la forme construite.

15En effet, les années 60 et 70 ont vu le tissu urbain de la médina se densifier au détriment des jardins maraîchers et vergers situés à l’intérieur des murailles. De nouveaux édifices – essentiellement des écoles et de petits immeubles – furent élevés sur ces terrains à usage agricole, en particulier sur la rive andalouse de la médina. Au niveau de l’interface entre les deux rives, les années 70 furent le témoin d’un changement significatif : des tronçons importants de la rivière qui traverse la ville furent recouverts de dalles en béton pour permettre l’aménagement de nouvelles routes d’accès et d’aires de stationnement (Balbo et Pini, 1992). Les années 70 et 80 furent celles d’un changement démographique important avec l’arrivée en masse des familles de migrants d’origine rurale. Il en a résulté une sur-occupation des vieilles maisons à patio. D’autres vieux édifices furent transformés en ateliers pour les industries artisanales de la ville. Les plus grandes demeures – concentrées essentiellement sur les hauteurs ouest de la médina – furent délaissées par leurs propriétaires et laissées aux soins de gardiens et de leurs familles. Par manque de travaux d’entretien, les grands palais – on pense notamment aux maisons Ababou, Glaoui et Mokri – sombrèrent dans l’oubli.

16Si les grands palais furent désertés, les maisons de taille moyenne louées ou sous-louées à des familles à faibles revenus subirent en général une série de modifications en vue de maximaliser l’espace habitable et d’augmenter le confort des ménages installés dans des espaces conçus pour une occupation beaucoup moins intensive. Aussi bien les familles aisées que les ménages modestes intervenaient pour améliorer le confort de leurs logements. Bien que nous ne soyons pas en mesure de fournir des données quantitatives sur la nature et l’étendue de ces changements, il est possible de donner une typologie minimale de ces transformations réalisées dans le but d’adapter la maison à cour à la vie quotidienne de plusieurs ménages non apparentés.

17Une maison à patio fassie louée à des ménages multiples comprend typiquement les aménagements suivants. S’il s’agit d’une grande maison avec des pièces dépassant les 20 m² en superficie, les pièces sont divisées par des cloisons ajoutées, souvent aux dépens de la lumière. Si la maison possède un péristyle autour de la cour au rez-de-chaussée, des couloirs d’accès indépendants aux pièces seront réalisés grâce à la construction de cloisons entre les colonnes. De cette manière, le caractère privé des pièces occupées par les ménages est augmenté. Au niveau des galeries sur cour à l’étage, des panneaux en bois contreplaqué ou des bâches en plastique sont ajoutés pour privatiser les espaces. L’eau potable – généralement disponible uniquement au rez-de-chaussée – est amenée à tous les étages grâce à une plomberie bricolée. Le système d’évacuation des eaux usées est souvent défectueux, et l’infiltration mène au pourrissement des éléments porteurs en bois de la maison. Ces transformations peuvent s’avérer problématiques. Ainsi, la cohabitation de ménages non apparentés favorise l’émergence de conflits autour de l’utilisation des points d’eau ou de la terrasse, cette dernière se trouvant privée de sa fonction initiale d’espace domestique utilisé par les femmes d’une même famille.

18Dans les années 80 et 90, les familles de la classe moyenne cherchaient à donner une apparence plus moderne à leurs maisons en supprimant ou en cachant certains éléments du décor d’origine parfois détériorés. En utilisant des carreaux en céramique industriels, qui faisaient malgré tout référence au passé – les nouveaux carreaux choisis avaient souvent des motifs imitant les zelliges – on remplaça à peu de coût les anciens revêtements muraux en zelliges ébréchés, résolvant facilement – pensait-on – certains problèmes d’humidité. On employait du contreplaqué pour couvrir des plafonds dont les planches étaient pourries par l’infiltration d’eau, résultat du lavage quotidien des sols. Ces solutions rapides et souvent insuffisantes pour régler les problèmes dus à l’humidité et à l’usure des matériaux sont typiques des interventions des années 80 et 90.

19D’autres interventions résultent de la volonté de propriétaires et locataires de vieilles maisons d’augmenter la superficie habitable de leurs logements. Dans les grandes pièces principales d’une maison fassie où la hauteur de plafond dépasse souvent les 3,5 mètres, on adjoint un niveau supplémentaire, généralement sous forme d’une dalle en béton armé, pour gagner une chambre supplémentaire. De nouvelles coursives s’ajoutent grâce à l’emploi de poutres en acier. Profitant de la hauteur importante des parapets (souvent dépassant 1m80), certains propriétaires ajoutent de nouvelles pièces recouvertes de dalles en béton au niveau des terrasses. Le contrôle de la construction de ces surélévations « sauvages » (dixit une inspectrice des monuments historiques) s’est avéré impossible.

  • 2 On ne doit pas oublier de citer non plus, les maisons traditionnelles transformées en restaurants e (...)

20Pour conclure, cette brève typologie des transformations des maisons traditionnelles par des propriétaires et locataires fassis met en exergue les pathologies – des problèmes considérables au niveau des sols et des terrasses, essentiellement dus à une plomberie défectueuse – auxquelles les acheteurs-restaurateurs et leurs équipes d’artisans doivent faire face. Cette courte description soulève également la question suivante : pourquoi les classes moyennes fassies ont-elles évité, en général, de s’impliquer dans la restauration des maisons traditionnelles, alors qu’à long terme elles y habitaient ? D’après nos connaissances, à Fès, seuls deux ou trois Fassis ont restauré une maison dans les règles de l’art dans le but d’en faire leur résidence principale, et un petit nombre de couples mixtes – formés par des Marocains ayant épousé des étrangères – ont restauré des maisons pour en faire des résidences secondaires2. Si on laisse de côté la fâcheuse question du coût, la réponse est simple : les travaux de restauration prennent beaucoup de temps. La durée potentielle d’un chantier reste difficile à évaluer, et étant donné que les travaux rendent quasiment inhabitable une maison, surtout pendant le remplacement d’un sol ou d’une terrasse, le problème est celui du logement de la ou des familles pendant les travaux. En somme, des interventions importantes pour résoudre des problèmes de structure, d’humidité et de drainage ne sont possibles que si une maison est vide de ses habitants. Il s’avère donc que les seules maisons où des programmes de restauration ambitieuse sont possibles sont soit celles appartenant à des étrangers « conservateurs-gentrificateurs », soit celles achetées par des entrepreneurs touristiques, d’origine aussi bien marocaine qu’étrangère.

Se lancer dans un projet de restauration : inspirations, conseils et doxa

21Parmi la communauté d’étrangers installés à Fès, le terme « restauration » s’emploie couramment pour parler d’un projet de réaménagement d’une maison. Cependant, le terme « appropriation » paraît très adapté aussi pour décrire la série d’interventions effectuées dans l’espace domestique traditionnel, tout simplement parce que quelque chose de beaucoup plus complexe que le retour d’une structure à son état d’origine est en train de se réaliser. Les résultats des travaux sont parfois si spectaculaires que le terme « métamorphose » a été utilisé par certains de nos informateurs pour parler de leurs maisons.

22Comme nous l’avons déjà mentionné, les restaurateurs en herbe achètent des biens immobiliers alors qu’ils manquent d’informations fiables sur les techniques et les procédures de restauration. Ils doivent se lancer dans les travaux tout en étant prêts à construire leurs propres récits de restauration. Il s’agit avant tout d’un apprentissage qui, dans bien des cas, a commencé bien avant l’achat de la maison, à travers le suivi de sites web ou d’émissions télévisées. Par le biais d’un habillage graphique soigné, une écriture emphatique, et des images somptueuses, les médias présentent à leurs publics (majoritairement occidentaux) diverses trajectoires résidentielles réussies à l’étranger.

  • 3 Au sujet des parcours de vie et des motivations des étrangers s’installant à Fès, voir McGuinness, (...)

23Nous n’approfondirons pas ici la question des discours médiatiques sur la réalisation de la maison idéale dans un endroit exotique3. Il suffit de souligner que le fantasme télévisuel ou l’article de magazine de luxe sont des textes de divertissement offrant une vision de personnes en train de « réaliser un rêve » (les vacances parfaites, la création de la maison parfaite). Ce projet de loisirs parfait sera donc le véhicule d’un épanouissement personnel : les lecteurs ou les auditeurs n’ont qu’à s’imaginer dans le cadre de leur rêve.

24Cependant, une fois la maison à Fès acquise, le récit médiatique reste exactement ce qu’il est : un récit médiatique, une version romancée de la vie. Les mots et les images de ce discours haut en couleur, concocté par des rédacteurs et des stylistes habiles, ne prennent pas la peine de raconter les improvisations quotidiennes dans la ville. Parmi nos interlocuteurs, on se souvient d’un couple qui donna à sa maison le surnom « notre projet de cent jours ». Or, en l’occurrence, les travaux ont duré deux ans... Le restaurateur se rend compte assez vite qu’il y a en fait deux options pour réaménager une maison : gérer les travaux tout seul ou bien déléguer les travaux, soit à un maître maçon de la ville, soit à une des petites entreprises spécialisées dans la restauration qui apparurent vers le milieu des années 2000. Les deux options sont lourdes de difficultés. En fait, nos interlocuteurs ont souvent eu recours à un mélange des deux solutions.

25Une fois sur place, le restaurateur novice se rend compte que la restauration est un processus bien plus compliqué que ce que les informations glanées sur les sites web et dans les magazines ne lui avaient laissé prévoir. En fait, il devient clair qu’il existe une doxa de la restauration bien définie qui circule parmi les étrangers et, à un niveau moindre, parmi les artisans. Cette doxa est centrée sur la nature des méthodes d’intervention, sur les matériaux à adopter – et sur ceux qu’il faut éviter et sur la question du respect des formes architecturales d’origine. Faut-il écarter tout emploi du ciment gris ? – Oui, toujours. Comment faut-il traiter les toits-terrasses ? – Avec des carreaux traditionnels en terre cuite ; les parapets doivent être simples, des détails en maçonnerie rappelant des murailles sont à prescrire. Est-ce que les adductions d’eau doivent être encastrées ? – Oui, si on emploie de la tuyauterie en PVC importée d’Espagne.... Cette ébauche de liste est très loin d’être exhaustive.

26Une connaissance de cette doxa est acquise lors des conversations dans la rue, des visites de chantier ou au cours des repas dans les maisons restaurées – ou partiellement restaurées – d’amis ou d’autres restaurateurs. (Nous parlerons de l’importance de ces occasions sociales plus tard). L’attention au détail est indispensable, et c’est grâce à de telles conversations que le restaurateur nouvellement débarqué apprendra « le comment-faire » de la médina. Cependant, les interlocuteurs qui privilégiaient les méthodes traditionnelles prônées par la doxa avouèrent parfois avoir été obligés d’utiliser des matériaux modernes.

27La doxa, hautement normative, circule donc oralement. En cela, elle ressemble à d’autres formes de savoir dans la médina de Fès, où le taux d’illettrisme est élevé comme c’est le cas dans tous les quartiers ayant une population à faible revenu. Le noyau de la doxa repose sur l’idée qu’il faut retourner aux méthodes traditionnelles de la construction. L’étranger peut donc parler des matériaux et des techniques traditionnels, du besoin de les employer pour réaliser une restauration saine. Les artisans du bâtiment, eux, considèrent leurs interventions en termes de beldi (local, traditionnel, fait-maison – dans les bons et mauvais sens de ce dernier mot) et de roumi (moderne, efficace). Dans le cadre du bâtiment, le beldi nécessite beaucoup plus de temps et très souvent des matériaux de construction onéreux ; il s’avère souvent plus coûteux que le roumi. C’est pourquoi les techniques beldi sont très peu utilisées en dehors des opérations de restauration en médina, si ce n’est pour donner « une touche marocaine » à un intérieur de prestige dans un nouveau bâtiment. A l’inverse, une intervention effectuée selon des techniques roumi sera certainement rapide et peut éventuellement exiger moins d’adresse et de savoir-faire de la part de l’artisan. Cependant, l’intervention roumi peut avoir un impact peu prévisible dans une médina où tout le système de construction et de décoration est fondé sur des matériaux artisanaux dont la force vient du lent processus de leur vieillissement et de leur entretien soigné. (Sur cette question, voir le témoignage de l’architecte Quentin Wilbaux, ce volume).

28Cependant, le « traditionnel » – comme Hobsbawm and Ranger (1992), Lowenthal (1985) et bien d’autres l’ont si bien démontré – est une construction. En contradiction avec la doxa de la restauration parfaite telle qu’elle est imaginée par les étrangers récemment arrivés, la médina est un lieu tout en nuances, composé de multiples juxtapositions et pratiques. Dans le cadre d’une restauration, le terme « traditionnel » peut éventuellement s’appliquer d’une façon assez libre à des techniques. Si les plans de certaines maisons sont soigneusement ordonnancés pour extraire d’un lieu un maximum d’espace architectural, dans d’autres maisons, le bricolage est très apparent. On peut imaginer la croissance de telles maisons en étudiant l’adoption et la mise en œuvre de différentes techniques de construction. Pour arriver à résoudre des problèmes, le restaurateur est souvent obligé d’infléchir sa position et de négocier avec les façons locales de faire, en espérant réaliser une maison pur beldi mais en ayant recours parfois à des solutions roumi.

La restauration d’une maison en tant que pratique sociale : parler et faire

  • 4 Il semblerait que cet état des choses ait changé en 2009, les services municipaux étant devenus plu (...)

29Au fur et à mesure que le restaurateur commence à recruter des artisans et à acheter des matériaux, la discussion avec les autres restaurateurs s’éloigne de la doxa pour se recentrer sur la négociation et le faire. Ici, il convient de souligner que, d’une façon générale – au moins dans le cas de l’échantillon envisagé – les restaurateurs-propriétaires procèdent d’une manière pragmatique, sans utiliser des plans à l’échelle élaborés par des dessinateurs ou architectes. Selon la réglementation en vigueur à Fès, des plans à l’échelle ne sont pas requis lors d’une demande de permis de construire, du moins pour un projet sans fin commerciale4. L’oralité est donc d’une importance capitale dans le processus de restauration. Si certains propriétaires utilisent des croquis ou la photographie numérique pour démontrer leurs objectifs aux corps de métier, la discussion et l’observation d’un travail de qualité déjà effectué était considérées comme étant la façon la plus efficace pour arriver à des résultats de qualité.

30Quand le permis de construire a été octroyé, les travaux peuvent commencer. Pour l’apprenti-restaurateur, il s’agit sans doute de la phase la plus inquiétante du réaménagement d’une maison : de nombreuses histoires circulent racontant les désastres rencontrés après l’ouverture des travaux, les défauts qui apparaissent une fois les murs décapés jusqu’à la brique. Cependant, notre objectif dans le cadre de cet article n’est pas de décrire une restauration « typique ». Il nous semble difficile de parler d’une maison-type en vue de sa restauration, étant donné la diversité des combinaisons de pathologies possibles (dégâts dus à l’humidité, aux problèmes de voisinage, à l’affaissement du sol et/ou des murs, à l’utilisation inappropriée de matériaux industriels, etc.).

31Tout en étant un espace de transformation matérielle pendant la durée des travaux, la maison fait également figure de lieu bien particulier de socialité et de communication. Son ancien rôle de lieu de vie d’une famille étendue ou d’un couple et leurs enfants a été effacé, le nouveau fonctionnement de l’espace est en cours de définition et reste souvent opaque à ceux qui sont employés pour transformer la maison par leur travail. La maison est ouverte aux yeux et aux mains des corps de métier, les maître-artisans (maalamine) et les tâcherons (khaddama). Parfois le propriétaire-restaurateur apprend avec surprise que les artisans connaissent bien les problèmes de la maison, y ayant travaillé auparavant, et sont capables également de raconter en détail les multiples pathologies des maisons environnantes. Après tout, Fès est une petite ville...

32Avec le début des travaux, le propriétaire-restaurateur se lance dans une série d’opérations de fourniture, de transport et de stockage de matériaux, de gestion de quantités insoupçonnées de gravats – et de suivi et paiement. Il passe ses journées à négocier, à donner des instructions, à contrôler, à critiquer et à re-négocier. Toute cette communication a lieu très souvent dans une langue dont le restaurateur étranger n’a qu’une maîtrise très limitée : les artisans pratiquent peu le français, et lui peu l’arabe marocain, même si avec le temps, un mélange pratique de langues prend forme, selon les ressources linguistiques de ceux présents sur le chantier, combinant l’arabe marocain, le français, l’anglais, voire même l’italien. Dans ce contexte linguistique, comment le propriétaire peut-il agir pour faire en sorte que l’on arrive au bon résultat ? Pour de nombreux restaurateurs interrogés, l’authenticité – ou un niveau particulier de détail au niveau des finitions – est de prime importance, souvent au-delà des exigences de confort et de fonctionnalité. Dans les chantiers fassis du début des années 2000, peu d’artisans avaient une idée précise de l’apparence d’une maison restaurée conformément aux standards « d’authenticité ». Comme disait un des meilleurs carreleurs-mosaïstes (zlaïji) de la place : « Ils t’expliquent ce qu’ils veulent, et tu essaies de le faire ».

33D’où l’importance sur le chantier de l’intermédiaire ayant une bonne connaissance des langues et une compréhension de la restauration. Ce personnage aura un assez bon niveau en français ou en anglais pour pouvoir traduire les propos parfois en arabe hésitant du propriétaire vers un arabe marocain compréhensible par l’équipe. Avec du temps et de l’expérience, l’étranger peut acquérir assez d’arabe marocain pour s’assurer de la précision de la traduction. Mais, dans ce processus de mise en œuvre de matériaux, un décalage communicationnel semble subsister selon bon nombre de nos interlocuteurs. C’est une chose de lire, par exemple, une description de la fabrication du madlouk, un enduit dur et imperméable préparé à partir de la chaux et du sable, c’est autre chose de suivre les tenants et les aboutissants de son application.

34Au-delà de la gestion des quantités et de la mise en œuvre des matériaux, reste la question du temps. Au fur et à mesure qu’une opération donnée avance, il devient très vite apparent que sa durée est loin d’être définie. Il est presque inévitable, disaient nos interlocuteurs, que n’importe quelle opération prenne plus de temps qu’il n’était envisagé au départ. Parfois, tout simplement, le ou les artisans ne viennent plus et on apprend par la suite les raisons inattendues de leur absence. Par exemple, il n’est pas rare qu’un artisan soit employé simultanément sur plusieurs chantiers, et un restaurateur peut faire pression sur l’artisan pour que son chantier avance plus vite, privant ainsi un autre de l’artisan en question. Une compréhension des relations de l’artisan avec le temps – et l’argent – est donc indispensable. Cependant, les questions d’ordre financier étaient peu évoquées par les restaurateurs.

35L’apprenti restaurateur doit donc apprendre non seulement les aspects techniques de la restauration – la réparation des défauts structurels, souvent coûteux, parfois dangereux, la mise en œuvre d’enduits, d’huiles et autres finitions – mais également la gestion d’une équipe d’artisans ayant leurs propres priorités, dont la plus importante est de bien gagner leur vie.

  • 5 Maalem : maître-artisan.

36Cet impératif (du point de vue des artisans) peut être oublié par les restaurateurs lors des longues et complexes discussions autour de la réalisation d’une opération donnée. Parfois, un artisan ne pourra pas expliquer son approche tout simplement parce qu’il ne sait pas comment effectuer la tâche en question et cache son intention de faire venir un collègue pour effectuer les travaux, tout en le payant. Le recours à de telles pratiques de sous-traitance n’est pas toujours exprimé explicitement. Le propriétaire restaurateur doit donc apprendre à lire les intentions et les promesses des artisans, même si les négociations se déroulent en deux langues avec interprète. Un certain niveau d’ingénuité des deux côtés dans la relation restaurateur/maalem5 peut mener à des malentendus et des travaux mal finis. L’artisan doit avoir la certitude qu’il sera payé selon ses attentes, le restaurateur doit espérer qu’il a choisi la bonne personne pour réaliser le travail. Visiter d’autres maisons où l’artisan a effectué des travaux et écouter l’évaluation de ces travaux par d’autres artisans est une manière pour le client de s’assurer qu’il a fait le bon choix. Savoir comment un artisan donné est considéré par des artisans d’autres corps métiers est également un bon indice de l’éventuelle qualité des travaux.

37A ce point, notre texte commence à ressembler à un mini-guide des procédures de restauration à Fès. Notre objectif est de souligner la nature des embûches auxquels nos interlocuteurs ont dû faire face dans ce contexte de communication transculturelle. Finalement, cette capacité d’évaluation des vraies compétences d’un artisan s’acquiert sur le tas. Au chantier, on apprend beaucoup par la pratique, en faisant faire des choses. En ce sens, les restaurateurs suivent leur propre apprentissage. Renforcer ses capacités en négociation dans un contexte multilingue est une partie-clé de cet apprentissage – tout comme de bonnes capacités d’observation et de discussion sont essentielles à l’artisan dans un contexte où l’écrit n’est utilisé que pour les calculs.

38Le restaurateur est particulièrement mis à l’épreuve quand il s’agit de passer au-delà de certaines habitudes pour mettre en œuvre une nouvelle forme ou technique. Ou plutôt, l’épreuve surgit lorsque le restaurateur demande à l’artisan de réaliser une forme qui se situe en dehors de ce qui est considéré comme étant approprié, faisable ou tout simplement imaginable. Le poids des traditions et des pratiques est tel que les innovations apparaissent souvent comme étant entièrement inappropriées aux yeux du maalem. Cependant, la difficulté se trouve parfois dans l’autre sens. Convaincre un maçon que l’ajout d’une grande pelletée de ciment gris au mortier n’est pas désirable dans une maison où on cherche à faire tout en utilisant des matériaux « doux » peut se révéler impossible. Le ciment rend le mortier dur (qasi), tandis qu’un mortier composé de chaux et de sable est faible, dira le maalem. Faire comprendre pourquoi telle solution fonctionnera, faire réaliser un concept cher à l’imaginaire du restaurateur est souvent délicat. La vision du monde d’un artisan qui n’a jamais eu la possibilité de quitter sa région et celle d’un restaurateur globe-trotter aux prétentions artistiques sont loin l’une de l’autre. L’appropriation d’une maison à cour par ce dernier est un processus complexe, impliquant parfois une bonne dose de théâtralité pour communiquer un objectif.

Récits, communautés et communication

39Alors que la rénovation d’une demeure progresse conformément à la doxa, ou à d’autres injonctions plus larges, les récits émergent et circulent. A travers la ville, les maalemine et artisans échangent histoires et anecdotes sur leurs expériences de travaux dans les différentes maisons en réfection, comme celle de cet Italien à Ziat qui a enduit chaque pièce d’un tadelakt d’une teinte différente, ou celle de l’Anglaise à Talaâ Sghira qui a fait poser une énorme baignoire façon jacuzzi au premier étage. Dans le but d’obtenir d’autres contrats, les artisans conseillent parfois leur futur client potentiel en se fondant sur ce qu’ils ont appris de ces expériences. Ces histoires servent aussi à meubler les temps-morts d’après-midis trop chaudes, lorsque l’activité ralentit, ou peuvent devenir le sujet principal des conversations qui suivent la prière ayant lieu dans l’oratoire (msid) du quartier, près du chantier. Et les artisans distinguent souvent à grands traits deux groupes dans le Fès ancien, en fonction des affinités linguistiques et nationales : les anglophones et les francophones. Les maalemine leur attribuent des particularités. Ainsi, il semblerait que les anglophones soient plus susceptibles de parler un peu de marocain et qu’ils mènent les négociations de manière plus ferme, tandis que les francophones seraient plus souples et prompts à trouver des solutions à l’amiable pour contourner certains obstacles bureaucratiques.

40De même, entre rénovateurs néo-fassis, les anecdotes et conseils s’échangent au cours de dîners ou lors de rencontres impromptues au coin d’une rue. Pourtant, les conseils ne s’échangent pas toujours facilement, dans la mesure où les conséquences pourraient être lourdes si les solutions suggérées s’avéraient inefficaces. Une recette appliquée avec succès dans une maison peut très bien être inadaptée dans une autre, tout comme un chef de chantier ou artisan ayant fait un bon travail dans certaines conditions peut être moins brillant, voire médiocre, face à d’autres contraintes. Malgré cela, les rénovateurs partagent incontestablement le sentiment d’être embarqués dans un même bateau.

41Les repas au cours desquels les rénovateurs ressassent les mêmes anecdotes sur leur maison – la manière dont ils l’ont trouvée, comment ils la restaurent, si oui ou non un certain matériau est efficace – sont des moments où les discours qui participent à l’appropriation de la maison, à la familiarisation avec le quartier et la ville, prennent corps et se développent. Les histoires qui s’y racontent permettent aux uns et aux autres de s’assurer qu’ils sont sur la bonne voie, que si la route est longue et les erreurs inévitables, le projet demeure néanmoins faisable conformément à leurs désirs. En dépit des difficultés, la vie à Fès est perçue de manière positive, ce qui n’empêche pas un des acteurs d’affirmer : « …Si on me demande comment c’est de restaurer une maison ici, je ne sais pas quoi répondre. Je leur montre la maison et leur parle des différentes étapes. Mais il faut vraiment le vivre pour comprendre ».

42Il n’en demeure pas moins que certains discours sur les rénovations de maisons trouvent leur expression, pour un lectorat anglophone, sous la forme de récits autobiographiques généreusement illustrés de photographies. Par exemple, un couple de professionnels des médias australiens a publié A House in Fez en 2008, un ouvrage arrivant à point nommé, puisqu’il surfe aisément sur la vague d’intérêt pour la ville suscitée par les magazines anglophones d’ « art de vivre ». Au travers d’un style relevé, on retrouve, dans ce récit suffisamment romancé pour éviter de froisser les susceptibilités, le trope de l’individu éduqué, en provenance d’un pays riche, qui pose ses bagages dans une ville exotique et y crée un coin à lui. Bien que rarement cité par les rénovateurs interviewés pour cet article, un propriétaire de maison d’hôtes nous a affirmé que ce livre attire des touristes à Fès, visiteurs qui expriment régulièrement le désir de voir la maison et de rencontrer les « personnages ».

43Les récits de restauration sont aussi construits de manière moins formelle par les propriétaires de pensions et maisons d’hôtes. Le chemin parcouru est mis en scène par des photographies en vrac ou organisées en album (parfois rehaussé de plans d’architectes et de croquis) auprès des clients et/ou amis qui inspectent la pile de clichés « avant et après » en écoutant l’histoire contée par leur hôte. Cette histoire – celle de l’appropriation accomplie d’une demeure décatie de Fès – s’accompagne d’un discours plus implicite sur la réussite personnelle à force de persévérance et de dur labeur, discours réactualisé régulièrement par sa narration quotidienne aux nouveaux visiteurs. Contrairement aux maalemine qui évoquent peu leur savoir-faire ni leur parcours, les restaurateurs tissent un fil solide entre la maison transformée et l’accomplissement individuel. La maison à patio devient un lieu de mémoire dont les transformations récentes sont souvent soigneusement documentées, en opposition au flou relatif à son passé avant l’achat.

Consommation architecturale en contexte post-colonial : entre l’imperceptible et le remarquable

44Les rénovations « traditionnelles » de maisons à patio, comme toute forme de consommation matérielle, se développent à l’intérieur d’un cadre culturel prédéfini. Les pratiques de réhabilitation mises en œuvre par la micro-communauté dont il a été question dans cet article sont l’une des nombreuses manières de s’approprier le patrimoine architectural de Fès. S’il est difficile de définir exactement, au sein de cette communauté, un schéma unique de transformation et d’attribution de nouvelles fonctionnalités, on relève pourtant dans les discours de tous les propriétaires néo-fassis des enjeux de viabilité commerciale, de confort domestique, d’attrait affectif et de fidélité à une réalité historique. Ce qui est tu, en revanche, c’est la manière dont sont perçues ces rénovations par les voisins fassis et par les différents corps de métiers mis à contribution dans ces maisons. Jusqu’à présent, la réinvention de l’espace domestique par les restaurateurs, fondée sur un ensemble de diverses références culturelles, d’un savoir-faire acquis de manière pragmatique et d’un bâti ancien, n’a inspiré que peu de Marocains.

45Il n’en demeure pas moins que cette forme d’appropriation privée de la « maison arabe » (maison à patio) est le résultat d’une relation entre ressources, savoir-faire et connaissances, qui permet de soulager quelque peu l’Etat-nation et ses institutions officielles d’une partie du fardeau de la gestion du patrimoine architectural.

46Les rénovateurs étrangers des vieilles maisons de Fès, en introduisant un programme patrimonial dans lequel l’accent est mis sur le maintien d’une pureté matérielle et visuelle, contribuent aussi à répondre aux exigences de l’hospitalité touristique internationale. Dans cet article, nous espérons avoir ouvert de nouvelles pistes de recherche pour étudier les usages actuels du bâti ancien au Maghreb. Nous nous sommes appliqués à mettre en lumière comment des propriétaires étrangers (immigrés ou nomades), à travers leurs projets de restauration, entrent dans un jeu complexe de communication, qui implique une forme d’architecture très locale et des liens privilégiés avec les métiers de la construction. Contrairement à l’image orientalisante que l’on pourrait avoir du processus d’adaptation d’une maison à patio, en consommant les images de magazines de décoration intérieure, une telle aventure exige une compréhension de l’Autre, de sa manière de travailler, de sa vision de l’espace, et une volonté d’œuvrer ensemble. Bien que la restauration de maisons soit rendue visible dans un discours global dirigé vers un public international avide de distinction, la réussite de sa mise en œuvre exige une certaine éthique de la communication à un niveau local. Alors que les propriétaires étrangers ajustent leur maison à une économie globale, par l’intermédiaire de la fétichisation de certains traits de décoration fassie, ils doivent également être capables de passer du « savoir quoi » au « savoir comment », d’un contexte où l’écrit prime à une situation où l’oralité est omniprésente. La maison restaurée est le lieu d’un exercice de communication transculturelle. Après tout, ces rénovateurs sont de nouveaux participants dans une société urbaine, dont ils deviennent bon an, mal an, des acteurs à part entière.

Bibliographie

BALBO M., PINI D., (dir.), 1992. La Medina di Fès. Studi e ipotesi per la riqualificazione dell’asse del Boukhrareb. Milan, CittàStudi.

BARROU B., 2006. Fès, de la gestion urbaine normative à la gouvernance. Rabat, Institut national d’aménagement urbain.

CLARKE S., 2008. A House in Fez: building a life in the ancient heart of Morocco. London, Pocket Books.

CULOT M., LAMBRICHS A., 2007. Albert Laprade, architecte, jardinier, urbaniste, dessinateur. Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine / Editions Norma.

ESCHER A., WIRTH E., 1992. Die Medina von Fes. Geographische Beiträge zu Persistenz und Dynamik, Verfall under Erneuerung einer traditionellen islamischen Stadt in handlungstheorietischer Sicht. Unter Mitwirkung von Frank Meyer und Carmella Pfaffenbach, Erglangen, Erlanger Geographische Arbeiten Heft 53.

HOBSBAWM E., RANGER T. (dir.), 1992. The Invention of Tradition. Cambridge University Press.

GAUDIO, A., 1982. Fès, joyau de la civilisation islamique. Paris, Nouvelles éditions latines / Les Presses de l’Unesco.

KURZAC-SOUALI A. C., 2007. « Rumeurs et cohabitations en médina de Marrakech : l’étranger où on ne l’attendait pas ». Hérodote, 127, 4, p. 64-88.

LOWENTHAL D., 1999. The Past is a Foreign Country. Cambridge University Press.

MARCHAND T., 2003. « A possible explanation for the lack of explanation. Or, why the master builder can’t explain what he knows. Introducing informational atomism against a « definitional » definition of concepts », in J. Pottier, A. Bicker et al. (dir.), Negotiating Local Knowledge. Power and Identity in Development. London, Pluto Press, p. 30-50.

MCGUINNESS J., 2007. « Errances vers un Orient imaginaire : nomadisme cosmopolite et la Médina de Fès, 2000-2005 ». Revue de l’Institut de belles lettres arabes (Tunis), 198, p. 3-33.

PACCARD A., 1980. Le Maroc et l’artisanat traditionnel dans l’architecture. Saint Jorioz, édition Atelier 74.

REVAULT J., AMAHAN A., et al., 1985. Palais et demeures de Fès. Tome 1. Epoques mérinide et saâdienne, XIVe et XVIe siècles. Paris, éditions du CNRS.

REVAULT J., AMAHAN A. et al., 1988. Palais et demeures de Fès. Tome 2. Epoque alaouite, XVIIe et XVIIIe siècles. Paris, éditions du CNRS.

REVAULT J., AMAHAN A. et al., 1988. Palais et demeures de Fès. Tome 3. Epoque alaouite, XIXe et XXe siècles. Paris, éditions du CNRS.

Notes

1 Nom d’une petite rue de Fès, mot à mot « petite montée ».

2 On ne doit pas oublier de citer non plus, les maisons traditionnelles transformées en restaurants et maisons d’hôtes par des propriétaires-promoteurs marocains. On pense notamment à la Maison bleue de la famille Abbadi, la première maison d’hôtes à Fès. A noter, cependant, que la famille n’y habitait pas.

3 Au sujet des parcours de vie et des motivations des étrangers s’installant à Fès, voir McGuinness, 2007.

4 Il semblerait que cet état des choses ait changé en 2009, les services municipaux étant devenus plus exigeants au sujet des pièces à fournir pour constituer un dossier de permis de bâtir. L’un de nos interlocuteurs nous indiqua que la mission de l’architecte dans un projet de restauration se limite souvent à fournir des plans, ce qui implique une ou deux visites à la maison en question, pour l’inspecter et pour prendre des mesures.

5 Maalem : maître-artisan.

Auteurs

Justin McGuinness est enseignant-chercheur en communication et études urbaines à l’Université américaine de Paris. Après des études de langue arabe et d’histoire islamique (BA Cambridge, 1985), il s’est orienté vers la géographie urbaine, travaillant notamment sur la sauvegarde de la médina de Tunis et les discours et pratiques entourant la question du logement insalubre dans cette même ville (PhD, 1999, University of Newcastle-upon-Tyne). Depuis plusieurs années, il travaille et publie sur des questions relatives à la médina de Fès et son patrimoine. Il vit entre Fès, Paris et Tunis.

Zoubeïr Mouhli est sous-directeur chargé de l’architecture et de l’urbanisme à l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis et président de l’association Patrimoine 13/20. L’activité professionnelle de Zoubeïr Mouhli s’agence actuellement autour de trois axes principaux : la réalisation de circuits urbains, culturels et touristiques dans la médina de Tunis, la conception de projets de réaménagement, de reconversion et de restauration de monuments historiques ainsi que le suivi de leur exécution et, enfin, la sensibilisation au patrimoine récent (19e et 20e siècles) en Tunisie, sa promotion et sa mise en valeur.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable