Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médinas immuables?

 | 
Elsa Coslado
, 
Justin McGuinness
, 
Catherine Miller

Première partie : la gentrification au Maroc en débat

4. Dynamiques socio-économiques dans une médina non « gentrifiée » : le cas de Salé1

Mekki Zouaoui

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le présent article a été écrit en 2009, au moment où démarraient les travaux du projet d’aménagemen (...)

1A l’inverse de nombreuses médinas marocaines, la médina de Salé n’a pas connu, jusqu’en 2009-2010, de phénomène de gentrification et reste peu touristique. Son évolution économique atteste d’une réduction de l’artisanat traditionnel au profit d’activités commerciales. Même si la médina de Salé a perdu une partie de sa population dans les deux dernières décennies et témoigne d’un processus de paupérisation, elle montre quelques cas de requalification et le maintien d’une classe moyenne, qui en font un exemple particulièrement intéressant à l’échelle du Maroc. Tout ceci pose la question des conditions nécessaires à sa valorisation économique et sociale, incluant les questions de gouvernance et de prise en compte du patrimoine.

2L’analyse des performances et des dynamiques économiques et sociales d’un espace urbain ancien revêt une grande utilité pour élaborer une stratégie de réhabilitation de cet espace. Dans le cas d’une médina, la performance économique n’est évidemment pas réductible au maximum de valeur ajoutée ou d’emplois générés, car il s’agit d’un tissu urbain particulier, non reproductible. La performance n’a de sens ici que dans la mesure où elle contribue à préserver le caractère patrimonial de la médina, à favoriser une mixité sociale, à renforcer sa centralité, à l’intégrer intelligemment dans son environnement. Elle n’a de sens que si elle peut raisonnablement capitaliser sur l’histoire, la culture, afin de lui donner une nouvelle vitalité et une attractivité, garants de son rayonnement culturel, cultuel, et de la préservation de la mémoire collective.

3La réflexion développée ici s’inscrit dans une perspective historique et touche aussi bien les aspects quantitatifs que qualitatifs qui permettent d’expliquer ces dynamiques. Les développements qui suivent vont s’attacher en premier lieu à apprécier l’évolution de l’activité économique de la médina de Salé, puis, dans un second temps, à dégager les influences mutuelles entre les fonctions résidentielle et économique de la médina et, en dernier lieu, à examiner ses perspectives, dans le cadre en particulier du projet de développement du Bouregreg.

L’appréciation de l’évolution de l’activité économique de la médina de Salé

4L’appréciation de l’activité économique de la médina de Salé est menée suivant deux grands axes : l’analyse de l’évolution de l’activité économique proprement dite, déployée dans cet espace, d’une part, et l’analyse de l’évolution de quelques caractéristiques pertinentes de la population résidente de cet espace, d’autre part. L’analyse consiste également à faire ressortir, autant que possible, les impacts et influences mutuelles entre les dimensions résidentielle et économique de la médina de Salé.

Evolution de l’activité économique de 1971 à 2000

  • 2 Ne sont recensées que les activités exercées au sein d’un local à usage professionnel. Ne sont donc (...)
  • 3 Il s’agit du recensement de l’activité de la médina de Salé effectué par A. Fadloullah et M. Belfqu (...)

5L’appréciation de l’activité économique de la médina de Salé repose, pour l’essentiel, sur la base d’un recensement des activités de la médina, réalisé en 2000. Ce relevé systématique, fait rue par rue, nous a permis de dénombrer et de décrire les activités (exercées au sein d’un local), ventilées selon leur localisation et la nature de leur activité2. La comparaison des résultats du dénombrement de 2000 avec ceux résultant d’un travail similaire fait en 19713 a permis de dégager des tendances tant dans les structures des activités que dans leur répartition à travers le tissu de la médina (cf. tableau 1).

6Le nombre d’activités ayant un local fixe est passé de 2091 à 2751 entre 1971 et 2000, soit un taux d’accroissement moyen de l’ordre de 1 % par an. Cela signifierait qu’entre ces deux dénombrements, il y a quelque 660 activités supplémentaires en médina, ou la création nette de 23 unités chaque année. Cette moyenne est la résultante d’évolutions contrastées selon les trois catégories retenues : l’artisanat de production, le commerce et les services.

Régression de l’artisanat traditionnel

7Alors que l’artisanat représentait 30 % des activités économiques en 1971 avec 632 unités, sa part a régressé à 320 unités en 2000, soit 12 % seulement. Le rythme de fermeture a été très élevé et représente un solde net moyen de 11 unités chaque année. La chute n’a pas affecté de la même manière l’ensemble des activités artisanales.

8Les métiers de la tapisserie et du tissage, formant jadis le noyau de l’artisanat slaoui, sont les plus touchés puisqu’on ne compte plus que 11 unités en 2000 contre 173 unités trente ans auparavant. Ceci signifie que 93 % de ces unités artisanales ont fermé au rythme de 5 à 6 unités par an. Cette activité patrimoniale est en voie de disparition, soit par extinction sur place, soit par migration vers d’autres espaces plus adaptés. A ce rythme, ces métiers quitteront complètement la médina dans deux à trois ans, si ce n’est pas déjà le cas.

9Le travail du bois (menuiserie), qui était la troisième activité artisanale importante de la médina en 1971, avec 124 unités, ne compte plus que 60 unités en 2000 soit une baisse de plus de la moitié en trente ans. C’est la menuiserie traditionnelle qui a probablement le plus régressé car on n’en compte plus que 11 unités. On note également une tendance à la modernisation avec des ateliers plus mécanisés.

10La confection, qui englobe notamment les métiers de la couture traditionnelle, a maintenu une grande partie de ses effectifs. Avec la fermeture d’une activité tous les deux ans, la baisse a été de près de 30 % durant la période, donc relativement plus faible que les deux secteurs cités précédemment. La confection ne représente plus que 7 % de l’ensemble des locaux où s’exerce une activité économique en 2000, contre 10 % en 1971. La vivacité du mode vestimentaire traditionnel, particulièrement féminin, a contribué au maintien de quelques métiers spécifiques. C’est ainsi que dans l’artisanat traditionnel pour femmes et hommes, on a dénombré près d’une centaine de tailleurs-couturiers (contre 17 tailleurs modernes), 16 fabricants de ceintures, 13 babouchiers, 5 tisseurs de djellabas…

11Les fermetures de locaux ont été importantes pour toutes les autres activités d’artisanat (cuir, nattes, etc.) puisqu’il n’y a plus que 55 unités en production contre 126 en 1971. Des métiers sont en voie de disparition comme celui des nattiers et la maroquinerie : il n’y avait en 2000 dans la médina plus que 5 nattiers et 3 unités de maroquinerie, alors que ceux-ci étaient bien plus nombreux trente ans auparavant.

12L’artisanat traditionnel reste cependant prédominant globalement dans ce secteur puisqu’il représente environ 60 % des unités de production artisanale. Cette proportion est, certes, largement supérieure à celles rencontrées dans les espaces extra muros de l’agglomération, mais probablement bien moindre que les proportions en vigueur dans les médinas de Fès et de Marrakech.

Tableau 1 : Evolution de l’activité économique par branche dans la médina de Salé entre 1971 et 2000

Unités
1971

Unités
2000

Part %
1971

Part %
2000

Tx annuel moy Varia

Unités
par an

1. Artisanat de production

632

320

30 %

12 %

-2 %

-11

Confection

209

194

10 %

7 %

0 %

-1

Tapisserie – tissage

173

11

8 %

0 %

-9 %

-6

Menuiserie

124

60

6 %

2 %

-2 %

-2

Autres

126

55

6 %

2 %

-3 %

-2

2. Commerce

1009

1862

48 %

68 %

2 %

29

2.1. Alimentation

742

760

35 %

28 %

0 %

1

Epicerie

324

190

15 %

7 %

-2 %

-5

Fruits et légumes

184

137

9 %

5 %

-1 %

-2

Boucherie – poissonnerie

73

112

3 %

4 %

1 %

1

Boisson – laiterie

40

41

2 %

1 %

0 %

0

Pâtisserie, pain, beignets

64

50

3 %

2 %

-1 %

0

Autres

57

230

3 %

8 %

5 %

6

2.2. Habillement

173

982

8 %

36 %

6 %

28

Tissus – vêtements

95

481

5 %

17 %

6 %

13

Friperie

4

181

0 %

7 %

14 %

6

Chaussures

35

146

2 %

5 %

5 %

4

Bijouterie

19

86

1 %

3 %

5 %

2

Mercerie

20

88

1 %

3 %

5 %

2

2.3. Equipement

94

120

4 %

4 %

1 %

1

Equipement ménager

23

11

1 %

0 %

-3 %

0

Divers

71

109

3 %

4 %

1 %

1

3. Services

450

569

22 %

21 %

1 %

4

3.1. Services personnels

213

271

10 %

10 %

1 %

2

Coiffeur

146

94

7 %

3 %

-2 %

-2

Agent immobilier

25

24

1 %

1 %

0 %

0

Photographie

6

8

0 %

0 %

1 %

0

Autres

36

145

2 %

5 %

5 %

4

3.2. Réparation et entretien

174

184

8 %

7 %

0 %

0

Cycle et auto

45

15

2 %

1 %

-4 %

-1

Cordonnier

60

71

3 %

3 %

1 %

0

Horloger

14

51

1 %

2 %

5 %

1

Pressing

17

13

1 %

0 %

-1 %

0

Radio TV

15

23

1 %

1 %

1 %

0

Autres

23

11

1 %

0 %

-3 %

0

3.3. Restauration

63

114

3 %

4 %

2 %

2

Cafés

51

28

2 %

1 %

-2 %

-1

Gargotes

8

86

0 %

3 %

9 %

3

Hôtels

4

0

0 %

0 %

100 %

0

TOTAL

2091

2751

100 %

100 %

1 %

23

Source : Pour l’année 1971 : Fadloullah et Belfquih (1986), pour l’année 2000 : recensement effectué dans le cadre de l’étude EASMS (2000); pourcentages de l’auteur.

  • 4 Zellige : carreau d’argile émaillé ; gyps : plâtre sculpté.

13Comme appréciations d’ensemble sur l’artisanat de production, on peut dire que l’activité a continué son déclin. Certains métiers ont délocalisé en partie leurs activités à l’extérieur de la médina. Il s’agit de quelques nattiers, tisserands, babouchiers et forgerons. Par ailleurs, des métiers spécifiques qui n’exigeaient pas l’occupation d’un local semblent avoir périclité et risquent de disparaître (travail du zellige, gyps4…). Globalement, il ne semble pas que l’artisanat de production ait gardé une vigueur comparable à celle observée dans ces hauts lieux de l’artisanat que sont les médinas de Fès et de Marrakech.

Encadré 1 : l’importance de l’artisanat traditionnel

La médina est un espace particulier qu’il s’agit de préserver et de faire revivre en intelligence avec son passé, son mode d’organisation urbaine et sa vocation. Aussi, la focalisation sur l’artisanat traditionnel n’est pas fortuite. La proportion des unités relevant de ce type d’activité constitue un indicateur utile pour juger du « degré d’authenticité » ou d’altération de la médina. Cet indicateur permet de porter un premier jugement sur l’étendue de sa banalisation en tant qu’espace non seulement créateur de richesses matérielles mais aussi en tant que réceptacle et environnement (urbain, culturel, spirituel, cultuel…) favorables à la perpétuation et au renouveau de savoir-faire constitutifs de notre personnalité et de nos identités (modes de se vêtir, de se loger, représentations esthétiques…).

Le développement des activités commerciales.

14Le dépérissement de l’artisanat se fait au profit des activités commerciales. Le commerce occupe aujourd’hui une place prépondérante dans la médina de Salé, avec près de 1 900 locaux. Il constituait déjà la principale catégorie il y une trentaine d’années, avec un millier de locaux. La part des unités à activité commerciale est passée de 48 % en 1971 à 68 % en 2000. C’est le résultat d’une progression moyenne de 2 % par an correspondant à un solde net de création de 29 locaux par an. Cette hausse n’est cependant pas générale et ne concerne pas l’ensemble des branches d’activité.

  • 5 La médina a perdu près de 10 000 habitants entre 1994 et 2004, passant de 44 400 habitants en 1994 (...)

15On remarque ainsi que le commerce alimentaire, lié à la consommation des ménages (épiceries, fruits et légumes, laiteries, pâtisseries boulangeries…), a régressé. Sa part ne représente plus que 28 % du total des unités en 2000 contre 35 % en 1971. Dans cette catégorie, ce sont surtout les épiceries qui ont fermé, accompagnant la tendance au dépeuplement de la médina5, le changement dans les structures sociales et une tendance à la paupérisation des habitants.

16Par contre, le commerce de l’habillement a connu une progression spectaculaire. Le nombre d’unités est passé de 173 à 982 entre 1971 et 2000, soit un rythme de création de près de 27 unités par an. Ce sont essentiellement des boutiques de tissus ou de vêtements, des friperies, des magasins de chaussures et des merceries.

17La forte expansion du commerce n’a pas du tout concerné celui des produits d’artisanat traditionnel, aujourd’hui quasi inexistant du fait de l’absence de visiteurs à la recherche de cet artisanat d’art : un contraste saisissant avec la médina de Rabat dont les principaux axes commerciaux lui sont réservés. L’exception de taille concerne l’orfèvrerie, qui a connu un grand essor puisqu’on compte actuellement 88 bijouteries dans la médina contre seulement 19 en 1971. Le commerce des bijoux en or occupe actuellement la majorité des boutiques de la kissariya, principal axe commerçant de la médina, jadis connu pour la concentration des commerces de tissus.

Des activités de services en légère progression et plus diversifiées

18Si, dans l’ensemble, les unités de service sont passées de 450 à 569 entre 1971 et 2000 (soit une création nette de 4 unités par an), la situation est plus contrastée selon les catégories.

19Ainsi, certains services de proximité quittent progressivement la médina (exemple : la réparation de cycles et motos). D’autres se maintiennent (agent immobilier, photographe, pressing) ou progressent légèrement (cordonnier) ou fortement (horloger, réparation radio TV).

20Les activités d’hébergement touristique ont pratiquement disparu de la médina. Les fondouks qui, jusqu’au début du XXe siècle, accueillaient les voyageurs se sont transformés, pour certains, en véritables bidonvilles. Les rares établissements hôteliers non classés ont fermé. La baisse du nombre de cafés et la forte augmentation du nombre de gargotes sont, là encore, révélatrices d’une certaine paupérisation de la médina, mais aussi, paradoxalement, du pouvoir d’attraction qu’elle exerce sur les résidents de l’agglomération, non seulement en tant que lieu d’activités commerciales, mais aussi en tant qu’espace de détente et de socialisation.

Des évolutions différenciées

21Une analyse plus fine montre que le phénomène de création/substitution des activités se distingue par plusieurs types d’évolution.

22La médina vit sur elle-même pour tout ce qui concerne l’alimentation, les services personnels, la réparation et l’entretien. On peut expliquer de ce fait que la baisse importante de la population résidente soit à l’origine :
- de la stagnation du nombre des boulangeries-pâtisseries et des laiteries, au profit peut-être d’une hausse de la qualité. On remarque d’ailleurs, pendant le mois du ramadan notamment, une transformation des commerces, y compris au marché central, en métiers de la pâtisserie ;
- de la baisse du nombre de commerces de fruits et légumes et, surtout, des épiceries. Dans ce dernier cas, le phénomène a été probablement accentué par l’apparition des circuits modernes de distribution que sont les supermarchés et supérettes ainsi que des marchés situés dans les abords de la médina (Sidi Moussa, Bab Sebta, Tabriquet) ;
- de la forte réduction du nombre de coiffeurs pour hommes résultant également du recul des habitudes de rasage chez le coiffeur-barbier, que ne compense qu’en partie la progression probable de salons de coiffure pour dames, au nombre d’une trentaine.

23La médina continue d’attirer une clientèle résidant extra muros pour tous les commerces d’habillement. Ce pouvoir d’attraction se serait même accentué si l’on en juge par les chiffres :
- Apparition de plus de 800 commerces, dont près des trois quarts pour les tissus-vêtements et la friperie. Ces derniers constituent à eux seuls près du quart de l’ensemble des locaux d’activités de la médina, contre 5 % en 1971. Le changement des habitudes de consommation de la population marocaine, médinoise ou non, explique pour une partie, difficile à évaluer, ce phénomène. Mais il ne saurait expliquer à lui seul l’apparition d’une vingtaine d’unités de ce type par an, constituant l’un des principaux changements de la physionomie du commerce de la médina de Salé.
- La multiplication par quatre du nombre de commerces de chaussures, devenus une spécialité de la médina. Dans ce cas, il s’agit, dans une proportion difficile à préciser, de la substitution de boutiques d’artisans fabricants de babouches en magasins de chaussures produites industriellement ailleurs.
- Le développement de l’orfèvrerie, on l’a vu, constitue l’un des principaux changements de la physionomie du commerce de la médina de Salé.

Encadré 2 : L’attractivité commerciale de la médina de Salé

  • 6 Résultats d’une enquête légère de l’activité économique dans la médina, avec l’aide du syndicat des (...)

A la question « d’où provient, pour l’essentiel, votre clientèle ? », on constate que pour l’alimentaire et les services de proximité, l’essentiel de la clientèle habite la médina (81 %), alors que la clientèle des commerces d’habillement et de la chaussure vient pour 70 % de l’extérieur de la médina6. On peut penser que ces taux sont encore plus élevés pour ce qui concerne la mercerie et, surtout, la bijouterie dont la concentration dans la médina de Salé est l’une des plus élevées au Maroc.
L’attractivité économique de la médina dépend donc, dans une large mesure, du type d’activité. Du fait de la spécialisation des quartiers par activité, cette attractivité est spatialement très disparate. Les zones à activité dominante alimentaire n’attirent guère que les populations riveraines à faible pouvoir d’achat. De ce fait, les activités à haute attractivité sont peu incitées à s’y installer. C’est un cercle vicieux connu qui ne peut être rompu que par des politiques volontaristes de réhabilitation de ces quartiers. Réhabilitation qui passe, avant tout, par la valorisation des seuls atouts de ces quartiers que sont leur spécificité urbaine, le type de leur habitat et leur patrimoine, tant bâti qu’immatériel. Les expériences montrent que des actions soutenues en matière de réhabilitation de l’habitat traditionnel constituent un puissant moyen d’attraction de populations à hauts revenus, d’activités nouvelles et donc de désenclavement – démarginalisation de ces zones vouées autrement à la dégradation et à la banalisation.

24En résumé, on constate :
- la continuité du processus de substitution de la fonction marchande de produits manufacturés à la fonction de production artisanale ;
- la stagnation sinon la baisse de certains commerces et activités, tel l’équipement ménager, concurrencés par les grandes surfaces et de la menuiserie qui se développe beaucoup plus dans les nouveaux quartiers (Tabriquet notamment) ;
- la stagnation ou la baisse du commerce de proximité qui concerne particulièrement les commerces de fruits et légumes fortement concurrencés par les étals dans les rues, la baisse de la population intra-muros et le détournement d’une partie de la clientèle qui provenait des nouveaux quartiers de Salé (Bettana, Hay Salam, etc.) et de Rabat. Le marché central, jadis fréquenté par une clientèle spécifique (Slaouis de Rabat, ambassades…), voit la nature de ses activités se transformer progressivement avec l’ouverture de pâtisseries, de commerces d’oiseaux exotiques…

Les évolutions récentes de l’activité économique de la médina de Salé

  • 7 Etude conduite par Anthony G. Bigio sur demande du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’A (...)

25L’importante progression des activités de commerce et de services traduit-elle nécessairement une prospérité économique de la médina ? Cela n’est pas certain, car il s’agit, dans la plupart des cas, de petits commerces destinés à des ménages à faibles revenus. En outre, comme le fait remarquer à juste titre une étude de la Banque mondiale7 analysant nos résultats de l’évolution chiffrée des activités entre 1971 et 2000, « étant donné la longue période sur laquelle est observée cette progression et le changement important des habitudes de vie et de consommation de la population marocaine, cette évolution ne peut être appréciée qu’en la comparant à l’évolution des activités extra muros ». Cependant, l’observation de l’évolution récente de l’activité économique exercée au sein de la médina de Salé (cf. 1.2.2) prête à penser qu’il faut parler d’évolutions (au pluriel) : certaines témoignant de la continuation du processus de paupérisation, d’autres faisant apparaître des éléments de renouveau.

Des évolutions nouvelles témoignant de la paupérisation / banalisation de la médina

  • 8 Au nombre de 440, selon une autre étude de la préfecture de Salé (cf. Stratégies de développement d (...)

26Le développement du commerce ambulant est la manifestation la plus visible de la paupérisation de la médina. Son apparition en tant que phénomène important date du début des années 80. Les expériences d’organisation se sont soldées par des échecs8. L’illustration peut être donnée par l’exemple de la rue Haddadine envahie par les poissonniers qui, par les nuisances causées, rendaient la rue impraticable. Ils se laissèrent convaincre de rejoindre un marché des habous. Mais de nouveaux poissonniers ambulants s’installèrent aux portes de ce marché, captant la clientèle qui n’avait plus besoin d’entrer au marché. Le manque de fermeté et de vigilance des autorités pour empêcher l’installation de ces nouveaux marchands n’a laissé d’autre choix aux autres poissonniers que d’abandonner les étals du marché pour réinvestir la rue. Le même phénomène est observé pour le commerce des fruits et légumes. Empêchés de vendre dans la rue Haddadine, les marchands se sont repliés vers les rues latérales, déplaçant le problème des nuisances à quelques dizaines de mètres.

27La désorganisation des corporations et la substitution de nouveaux commerces aux activités ancestrales sont dues au fait que les oumana (pluriel de amine, chef de corporation), bien que désignés par « vote » au sein de la corporation, ont peu de prise sur leur corporation. Le contrôle qualité, le règlement des litiges et l’emplacement des activités, qui faisaient leur raison d’être, sont des fonctions qui leur échappent totalement aujourd’hui. C’est ainsi que :

- Aux fabricants de babouches et de chaussures (kharrazine) se sont substitués des commerces de chaussures. Leur départ s’est accompagné d’une destruction du patrimoine bâti (disparition des vestiges, des portes hautes en bois à ouverture horizontale remplacées par des rideaux en fer). Seules deux boutiques survivent.

- Les fabricants de produits en jonc (cherratine), connus auparavant pour leur spécialité de vente des tissus, sont aujourd’hui envahis par la friperie, la plupart provenant de circuits informels (contrebande avec les présides de Sebta et Mélilla, autres réseaux avec des ateliers clandestins…).

- Les fabricants de nattes (derraza ou dassara), qui ont fait la réputation de Salé, ont pratiquement disparu. Il en reste trois ou quatre dans la médina, et un seul commerce, rue Cherratine.

- Les potiers (fakhkharine) qui avaient jadis une présence commerciale, notamment à Souk Lekbir et Souk Leghzel, sont aujourd’hui tous concentrés dans le complexe des potiers de l’Oulja (à Salé).

- Les menuisiers (najjarine) rassemblaient les artisans-menuisiers spécialisés dans le travail du bois d’oranger, des portes slaouies, etc. Ils sont actuellement de moins en moins nombreux et se trouvent dispersés dans la médina.

- Les commerçants de la soie (harrarine) ont quasiment disparu.

- Les chellaline (ou bien sellaline, fabricants de slil (paniers en jute), de chouari (bât)...), qui occupaient une rue qui porte encore cette appellation, ont disparu.

- Les artisans travaillant la pierre de Salé (hajjara), auparavant proches du cimetière, se retrouvent sur la route de Kénitra.

  • 9 Zlaïjia et gabbassa : respectivement maîtres-artisans dans les domaines des carreaux d’argile émail (...)

- Les maîtres-artisans (zlaïjia, gabbassa9) et autres métiers du bâtiment se font rares.

Des signes précurseurs d’une requalification / revalorisation de l’activité exercée au sein de la médina de Salé

  • 10 Résultats des données relatives à l’impôt de la patente dans la médina de Salé pour les années 1994 (...)
  • 11 La classe A0 comprend, dans le cas de la médina de Salé, outre les agences bancaires, essentielleme (...)
  • 12 Il faut souligner que ces activités à haute valeur ajoutée sont concentrées autour du marché centra (...)

28L’un des éléments des plus notables de cette récente évolution est la présence de plus en plus affirmée de services à plus grande valeur ajoutée10. Il s’agit, notamment, des services de banque et de crédit (7), d’assurances, de cabinets d’avocats (21), de notaires (4), d’opticiens (5). C’est au cours de ces dernières années que ce mouvement a pris de l’ampleur, ainsi qu’en témoigne l’évolution des activités « hors classe » recensées par les services de la patente (classe A0)11, qui sont passées de 28 unités en 1994 à 68 unités en 2002, soit une création nette de 5 unités par an12 (cf. tableau suivant).

Tableau 2 : Répartition de la population fiscale redevable de la patente dans la médina de Salé en classes de taxation

Nombre d’unités

Créations
nettes/an

Part en %

Classes

1994

2002

1994

2002

A0

28

68

5

1

2,2

A1

19

23

1

0,7

0,7

A2

57

60

0

2,1

1,9

A3

88

103

2

3,2

3,3

A4

318

407

11

11,7

13

A5

945

1215

34

35

39

A6

759

761

0

28

24

A7

454

405

-6

17

13

B1

10

23

2

0,4

1

B2

28

56

4

1

1,8

Total

2676

3048

52

100

100

Source : Données communiquées à notre demande par la Direction des Impôts, Rabat, mars 2004. Les classes B1 et B2 concernent les activités à caractère industriel.

29Par ailleurs, l’analyse de ce tableau suggère quelques observations utiles même si, pour des raisons techniques, les services des impôts n’ont pas pu nous fournir une catégorisation des unités recensées selon le type d’activité. En effet, on sait que la logique de l’affectation des activités ou métiers à l’une des neuf classes de l’impôt sur la patente repose sur la « profitabilité » ou le chiffre d’affaires de l’activité. C’est ainsi, à titre d’exemple, que la nomenclature de la patente classe un cabinet d’avocat soit dans la classe A0 dite « hors-classe », s’il emploie plus de trois personnes, soit dans la classe A3 s’il n’emploie qu’une personne. De même, une épicerie sera rangée en classe 1 ou en classe 5 selon qu’il s’agit respectivement de vente en gros ou en détail. Comme la taxation, fondée sur la valeur locative du local, va du taux le plus élevé (hors-classe) au moins élevé (classe A7), on peut globalement convenir, malgré certains archaïsmes de la nomenclature de la patente, de l’existence d’une certaine corrélation entre le classement des unités et leur niveau d’activité.

30A ce titre, en procédant au regroupement de ces classes, on se rend compte que, de 1994 à 2002 :
- les unités de petite et toute petite taille (classes 5, 6 et 7) ont vu leur part baisser de 80 % à 76 % en dépit d’un solde net de 28 créations par an ;
- les unités de taille « moyenne » (classes 2, 3 et 4) ont connu une légère progression de leur part, passée de 17 à 18 %, enregistrant 13 créations nettes par an ;
- les unités à activité « importante » par le chiffre d’affaires ou par le nombre d’employés (classes A0 et A1) ont vu leur part passer de 1,7 % à 2,2 %, se traduisant par un solde net de 6 créations par an.

31Peut-on interpréter ces chiffres comme les signes d’un infléchissement de la tendance à la paupérisation de l’activité économique de la médina, constatée tout au long de ce travail ? Faut-il expliquer la baisse de la part des activités de petite taille tout simplement par la concurrence exercée par le commerce ambulant ? Il est difficile de se prononcer sur cette question en dehors d’autres indices tangibles confirmant ou infirmant cette supposition. L’enseignement tiré est que si la tendance lourde à la paupérisation/dégradation de la médina est avérée depuis plus de trois décennies, il reste à savoir si les dernières années ont été porteuses d’un certain infléchissement. Dans l’attente de nouvelles investigations pour déceler ces signes, il est certain que, pour renverser la tendance à la paupérisation / banalisation de la médina de Salé, il est important d’identifier et de hiérarchiser les problèmes rencontrés. Aussi, pour en savoir plus sur ces problèmes tels qu’ils sont perçus par les commerçants eux-mêmes, nous leur avons demandé, dans le cadre de notre enquête, de les classer par ordre d’importance. Les développements qui suivent récapitulent les résultats obtenus.

Les principaux problèmes rencontrés par l’activité économique de la médina de Salé

32Le problème majeur évoqué par les commerçants est la question des marchands ambulants, suivi du pouvoir d’achat, puis les problèmes de circulation et du transport public et, enfin, l’emplacement du commerce. Cependant, la hiérarchisation et l’acuité des problèmes ne sont pas les mêmes selon que les commerces se trouvent en zones « accessibles » ou « inaccessibles ».

33Le problème des marchands ambulants est plus fortement ressenti dans les quartiers inaccessibles. Du fait que les voies sont empruntées par les véhicules, la pression du commerce ambulant se fait moins grande qu’à l’intérieur de la médina. A l’intérieur de cette dernière, les ruelles sont l’objet d’une lutte incessante d’occupation de l’espace. Pour contrer le phénomène du commerce ambulant, les marchands avec locaux cherchent à occuper le plus d’espace autour d’eux. Pour cela, ils empiètent largement sur les trottoirs avec leurs étals. La réponse des marchands ambulants consiste alors parfois à investir des ruelles résidentielles attenantes.

34Le problème du pouvoir d’achat est plus ressenti dans les quartiers inaccessibles que fréquente une population à faibles revenus.

35Les commerces des quartiers accessibles sont beaucoup plus sensibles aux questions de circulation et de transport public. En effet, l’exacerbation des problèmes de circulation détourne une partie grandissante de la clientèle aisée qui, par habitude, par fidélité, continuait à faire ses courses dans la médina. Par ailleurs, la logique de rentabilisation des lignes de transport public a eu pour effet que la médina de Salé n’est plus desservie comme auparavant par les autobus, ce qui exacerbe son enclavement. La question de l’accessibilité a, de tout temps, constitué l’un des problèmes essentiels de la médina. Cependant, cette question devrait bientôt perdre de son acuité avec la mise en service en 2011 du nouveau du tramway de Rabat-Salé, dont deux stations sont localisées à quelques dizaines de mètres des remparts de la vieille cité.

36Quant à l’emplacement, il est ressenti avant tout dans les quartiers inaccessibles. Le fonds de commerce n’a généralement de valeur que s’il donne directement sur une rue. Plusieurs regroupements de commerces (poissonniers, marchés de fruits et légumes…) et de kissaryat (pluriel de kissariya) nouvellement créées ont été un échec dans la mesure où les locaux sont encore vides plusieurs années après leur construction. La faiblesse de la réglementation – ou plutôt le laisser-faire dans le domaine – a conduit à la multiplication des locaux commerciaux édifiés, le plus souvent, à la place d’anciennes demeures, contribuant à la banalisation de la médina et altérant encore plus son ordonnancement architectural.

Les interactions entre les dimensions résidentielle et économique de la médina de Salé

L’impact de l’évolution de la composition de la population active résidente sur l’activité économique de la médina de Salé

37De toutes les médinas du Maroc, celle de Salé affichait en 1994 la plus faible proportion d’artisans, ouvriers et manœuvres (45,7 %) et de commerçants (8,3 %), d’une part, et la plus forte proportion d’employés (29,9 %) et de cadres (13,7 %), d’autre part. Ces deux dernières catégories représentaient près de 44 % de la population active occupée, une proportion trois fois plus élevée que celle de la médina de Fès (15,2 %), ce qui n’est guère surprenant du fait de la place prépondérante de la fonction publique dans l’agglomération de Rabat-Salé.

Tableau 3 : Structure de la population active occupée des médinas de Fès et de Salé selon les principaux groupes de professions

Fès

Salé

Grands groupes

de professions

1982

1994

2004

1982

1994

2004

Cadres supérieurs

et moyens

8,7

6,4

6,9

10,9

13,7

14,1

Employés

11,7

8,8

11,0

25,5

29,9

24,6

Commerçants

7,4

10,7

16,7

9,7

8,3

15,6

Artisans, ouvriers

et manœuvres

67,2

72

62,2

49,5

45,7

40,7

Autres, non classés

5,0

2,1

3,2

4,4

2,4

5,0

Total

100

100

100

100

100

100

Source : Les anciennes médinas du Maroc ; Les cahiers de la Direction de la Statistique, n° 5, octobre 1999 et RGPH 2004.

  • 13 La catégorie artisans, ouvriers et manœuvres est très vague pour pouvoir l’interpréter, car on y tr (...)

38L’évolution la plus notable entre 1994 et 2004 est que :
1- la proportion des cadres a continué à augmenter. Ceci est une particularité de Salé dans le sens où beaucoup de familles slaouies médinoises n’ont pas eu besoin d’émigrer vers les grands centres, comme c’est le cas des Fassis vers Rabat et Casablanca.
2- La proportion des commerçants a presque doublé, ce qui montre clairement que la fonction commerciale grandissante de la médina a fortement incité les commerçants soit à ne pas la quitter pour ceux qui y résidaient déjà, soit à y élire domicile pour ceux qui habitaient en dehors de la médina13.

39L’appréciation de l’impact de la population résidente de la médina de Salé sur l’activité exercée au sein de cet espace dépend des habitudes de consommation de cette population. Nous ne disposons pas d’éléments pour juger de l’évolution de ces habitudes. Cependant, en supposant qu’elles n’ont pas connu de changement significatif durant ces dernières années, et comme les revenus moyens des cadres et employés sont stables et généralement plus élevés que ceux des autres catégories, on peut en déduire que l’évolution de la composition socio-professionnelle de la population résidente constitue un atout pour la médina de Salé. En effet, une population résidente avec un pouvoir d’achat relativement plus favorable qu’ailleurs fait que le processus de paupérisation connaît probablement une ampleur moindre que dans les autres médinas.

40Il ne faut pas perdre de vue que cette évolution découle d’un atout de taille de la médina de Salé, celui de sa centralité au sein de l’agglomération. On sait que cet atout est insuffisamment exploité du fait tant de l’image et du niveau des équipements que de la dégradation des aspects patrimoniaux de la médina. Les développements qui suivent, relatifs aux relations entre lieu de naissance et lieu de résidence des actifs occupés, donnent une idée du degré d’attraction qu’exerce encore la médina de Salé.

  • 14 C’est une proportion inférieure à celle de Marrakech ou de Meknès (70 %), de Fès (65 %) et de Tétou (...)

41La part de la population active occupée en 1994, née dans la médina de Salé, était de 60 %14. Cette moyenne reflète des situations différentes selon les groupes de profession en ce sens que, pour la médina de Salé, cette part varie de 67 % pour les cadres, de 64 % pour les employés et de 45 % tant pour les commerçants que pour les artisans et les ouvriers.

42Ces proportions permettent de nuancer l’analyse selon laquelle la médina de Salé serait devenue un espace de résidence où affluent des immigrés attirés avant tout par le prix relativement bas du logement et que quittent les populations dès que leurs niveaux de revenus augmentent vers les autres quartiers de l’agglomération. Le fait que plus des deux tiers des cadres supérieurs et moyens qui y résident y soient nés est révélateur d’un attachement et d’un choix délibéré. Par ailleurs, le fait que 55 % des commerçants et artisans qui y résident n’y soient pas nés témoigne d’un certain pouvoir d’attraction. Dans ce cas, on peut avancer que la propension à élire domicile dans la médina de Salé s’explique non seulement par le différentiel de coût de location mais aussi par les opportunités d’emploi occasionnées par la densité de l’activité commerciale.

L’impact de l’activité économique de la médina de Salé sur sa population résidente

43Comme cela a été souligné, on constate qu’il y a eu une extension appréciable des activités au sein de la médina de Salé malgré le déclin de la population (pour rappel selon RGPH 2004 : 34 400 hab. en 2004 contre 44 400 hab. en 1994). A quoi imputer ce phénomène ? A un plus grand rayonnement commercial de la médina ? A une paupérisation des habitants qui trouvent dans l’ouverture d’un commerce de survie un moyen de pallier la pénurie d’emplois dans d’autres secteurs ?

44L’impact de l’activité économique menée au sein de la médina sur la population résidente n’est pas facile à apprécier. Pour apporter quelques éléments d’analyse, nous avons essayé de l’approcher en établissant les relations entre lieux d’activité et lieux de résidence des travailleurs dans le secteur. Plus précisément, nous nous sommes interrogés sur la propension de ceux qui travaillent dans la médina à y élire domicile. Notre enquête auprès des commerçants (cf. supra note 5) a montré que :

- Globalement, un peu moins de la moitié des personnes exerçant une activité (à local fixe) réside dans cette médina. Le quart seulement des employeurs habite la médina, alors que près des deux tiers des employés y habitent (61 %). Si l’on convient que le niveau de revenu des employeurs est supérieur à celui de leurs employés, on en déduit que la médina sert de lieu de résidence à la frange la moins favorisée de cette population.

Tableau 4 : Lieu de résidence des employeurs et des employés de la médina

Lieu de résidence

Employeurs

%

Employés

%

Total

%

Intérieur des remparts

14

26

37

61

51

44

Extérieur des remparts

40

74

24

39

64

56

Total

54

100

61

100

115

100

Source : Notre enquête auprès des commerçants.

  • 15 Selon la localisation de l’activité des 54 unités enquêtées, une distinction grossière a pu être ét (...)

- Cette disparité est plus accentuée quand on considère la zone d’activité (accessible ou non15). Dans les zones accessibles, seuls 15 % des propriétaires habitent la médina alors que dans les quartiers inaccessibles, plus de 30 % résident à l’intérieur des remparts. Le même phénomène est observé pour les employés (respectivement 54 % et 67 %). C’est une confirmation de ce que l’on sait et qui est facilement observée sur le terrain, à savoir que plus on pénètre à l’intérieur de la médina, moins l’activité commerciale est florissante et plus le statut économique des travailleurs est précaire. En d’autres termes, quand le niveau de revenu permet l’acquisition d’un logement, la personne qui travaille à l’intérieur de la médina a une forte propension à élire domicile extra muros. On peut en déduire que l’attractivité « résidentielle » de la médina est faible en ce sens que les facteurs de « répulsion » l’emportent encore sur les facteurs potentiels d’attraction. Ceci est à nuancer car les détenteurs des commerces florissants qui n’habitent plus la médina ont, pour la plupart, élu domicile dans les quartiers limitrophes du Rmel et de Bettana, rachetant, le plus souvent, les villas construites par des Français du temps du Protectorat.

- Par ailleurs, comme ces propensions à élire domicile dans la médina sont indépendantes du type d’activités exercé, il s’ensuit que les facteurs d’attraction de populations à hauts revenus pour y résider renvoient davantage à des mesures de réhabilitation de quartiers. En effet, il s’avère que la requalification des activités, aussi importante qu’elle soit, l’est certainement moins que les actions à prendre aux niveaux du cadre bâti, de l’accessibilité, de l’aménagement intégré du quartier, de la lutte contre la pauvreté…

Quelles perspectives économiques pour la médina de Salé ?

45L’un des enseignements majeurs des développements précédents est que la poursuite des tendances observées va conduire à une plus grande banalisation de l’espace de la médina. De ce fait, ne pouvant concurrencer de nouveaux quartiers de la ville, l’activité économique de la médina de Salé s’essouffle, décline ou végète. Il n’est pas surprenant, de ce fait, que la perception d’avenir des principaux concernés soit aussi pessimiste, ainsi que l’a révélé notre enquête (cf. encadré 3).

Encadré 3 : Avenir des activités/commerces de la médina de Salé

  • 16 Le quartier d’Inbiät est souvent donné comme exemple de quartier à population défavorisée et, parad (...)

A la question « pensez-vous que l’avenir de votre commerce à l’intérieur de la médina va connaître une progression, une stagnation ou une régression ? », aucun n’a évoqué la première réponse (cf. enquête ci-dessus). La grande majorité des commerçants est assez pessimiste sur l’avenir de l’activité commerciale. Près des deux tiers pensent qu’il y aura une stagnation, alors que plus du tiers prévoit une régression de l’activité.
Il faut cependant souligner que les perspectives des commerces dans les quartiers inaccessibles sont moins pessimistes que celles des quartiers accessibles. Cela s’explique aisément par le fait qu’il s’agit de commerces de proximité dont la demande est assez stable, contrairement aux quartiers accessibles dont l’activité est fortement concurrencée par les nouveaux quartiers où prédomine l’informel sous tous ses aspects16.

Entre enclavement et nouvelles centralités : impact du projet du Bouregreg

  • 17 Les indicateurs de performance retenus ont été établis sur la base de trois indicateurs-clefs : i) (...)

46La médina de Salé, comparée aux autres médinas du Maroc, a évolué dans une conurbation ayant connu une dynamique économique relativement favorable. En effet, l’agglomération de Rabat-Salé fait partie de la catégorie des provinces/préfectures non seulement les plus prospères du Maroc mais qui ont aussi enregistré les plus fortes performances du Maroc17. Aujourd’hui, l’un des principaux atouts de la médina de Salé est que cette agglomération va continuer à s’affirmer comme l’un des pôles majeurs de croissance au Maroc. L’autre atout majeur est l’aménagement des rives du Bouregreg qui devrait, par sa proximité, avoir des retombées plus tangibles. On sait cependant qu’en la matière il n’existe pas de déterminisme, car la vitalité économique d’une médina obéit le plus souvent à ses ressorts propres, ressorts qui participent essentiellement de sa capacité à préserver sa centralité, laquelle ne pourra s’affirmer que par son désenclavement, sa requalification et par une stratégie visant de manière explicite le renforcement de son rôle fonctionnel dans l’agglomération.

47On a vu que la question de l’enclavement figure parmi les principaux problèmes entravant l’attractivité et le dynamisme économique de la médina de Salé, contrairement à celle de Rabat qui jouit d’un avantage indéniable en termes de position et d’accessibilité. Les commerçants se plaignent de la difficulté d’accès à la médina du fait de l’éloignement des arrêts des transports publics (grands taxis et autobus), de la fermeture de certains accès (exemple de Bab Fès). Ils souhaitent l’ouverture de passages dans la muraille, le règlement des problèmes de la circulation à l’intérieur de la médina (interdiction de stationner…), la création de lignes entre la médina et les autres quartiers de la ville, les lignes actuelles de transport ne desservant la médina qu’accessoirement. Si la revitalisation de la médina passe nécessairement par son désenclavement spatial, on convient tous qu’à ce titre, le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg offre une opportunité historique par les nouvelles facilités d’accès et de circulation qu’il réalise (tramway, nouveau pont, parkings…).

Une nouvelle centralité ?

48Le projet du Bouregreg ne se limite cependant pas à son volet infrastructures de transports. C’est aussi, et surtout, la constitution d’une nouvelle centralité en cours de réalisation dans la zone située entre le fleuve et la médina de Salé. Devant s’étendre sur près de 70 hectares, un peu moins que la superficie de la médina intra-muros (90 ha), la nouvelle cité fluviale, ou cité Bab Al Bahr, dont l’achèvement de la première tranche de 30 hectares est prévu pour 2011, est appelée à devenir l’un des centres d’animation et de loisir les plus attractifs de l’agglomération. Elle est composée d’un lieu résidentiel (en prolongement du petit quartier des années 30), d’un lieu touristique (lié à la mer et au fleuve) et d’un lieu économique, culturel et artistique (la Cité des arts et métiers). Cette dernière abritera des musées, des maisons d’hôtes, des hôtels, des galeries, des boutiques et une grande variété de constructions résidentielles ainsi que des activités liées au renouvellement des savoir-faire traditionnels et des métiers du tourisme.

49De ce fait, la réflexion sur les perspectives socio-économiques de la médina de Salé est devenue indissociable de celle relative à l’articulation entre le projet Bouregreg et la médina.

50A cet égard, on s’accorde facilement à dire que la réussite de l’intégration de cette nouvelle centralité dépend de la qualité et de la pertinence des articulations urbanistiques, architecturales et fonctionnelles avec la médina. En d’autres termes, la durabilité du succès de la Cité des arts et métiers, de la partie résidentielle mitoyenne, de la marina et du port de pêche, ne se mesurera pas à l’aune des seules performances financières, du nombre de nuitées touristiques, ni même des emplois générés par ces projets. Elle se mesurera aussi et surtout par leur capacité à revitaliser la médina de Salé, laquelle revitalisation passe aussi par le désenclavement social, car les futurs résidents de ces nouveaux espaces limitrophes de la médina présentent des différences non négligeables avec ceux de la vieille ville en termes de revenus, de modes de consommation ou d’accès aux services publics.

51A la médina, la nouvelle centralité offre aussi des opportunités historiques par les emplois offerts, par les nouveaux équipements de proximité dont bénéficieront les médinois, par l’attraction et la fixation à quelques dizaines de mètres de populations à hauts revenus, à la recherche non seulement d’un cadre urbain de grand standing, mais aussi d’un espace de culture et d’authenticité qui donnent tout leur sens au site d’exception où ils se trouvent. Mais qu’est-ce qui a été parallèlement entrepris dans cette médina pour que cette dernière puisse saisir ces opportunités et retrouver sa vitalité économique ?

Politique patrimoniale et gouvernance

52Contrairement à Marrakech, Fès et Essaouira qui ont fait de la réhabilitation de leurs centres historiques le cœur de leurs stratégies de développement, Salé, par négligence, indifférence ou incapacité de ses élites et de ses élus, a « oublié » de s’occuper de son centre historique. Un « oubli » à l’origine, non seulement d’un processus, toujours en cours, de paupérisation et de délabrement de sa médina, mais aussi d’un déficit d’image et d’attractivité de l’ensemble de la ville.

Encadré 4 : Pour un diagnostic stratégique de l’activité touristique en médina de Salé

Aussi est-il nécessaire aujourd’hui de mener un véritable diagnostic stratégique sur l’activité touristique de la médina de Salé, en mettant en valeur ses atouts et en analysant ses faiblesses tant au niveau institutionnel, organisationnel que dans les infrastructures et les équipements. Cette réflexion doit être globale et toucher toutes les activités connexes au tourisme, aussi bien le patrimoine bâti que le patrimoine culturel, musical et artisanal…
On peut d’ores et déjà proposer quelques actions urgentes à mener.
- Lancer une campagne de propreté et d’embellissement des rues (par exemple en badigeonnant les façades à la chaux).
- Renforcer la sécurité dans les quartiers d’intérêt touristique.
- Bien éclairer les rues principales et les principaux monuments (murailles, mosquées, médersa…).
- Recenser les demeures anciennes, dont certaines sont menacées de ruine, et chercher les moyens de les réhabiliter en leur affectant des fonctions précises (par exemple : maison d’hôtes, restaurant, musée, centre artisanal, centre culturel, conservatoire de musique, bibliothèque…).
- Repérer et organiser des circuits touristiques à thèmes.
- Lancer une campagne promotionnelle auprès des agences de voyage et des Tours Opérateurs (confection d’un guide touristique, d’affiches, d’un site web…).
- Promouvoir des associations de quartiers, de jeunes…
- Créer un Comité de promotion de la médina associant les élus, les opérateurs économiques, les jeunes et les autorités locales.
- Organiser et réglementer des activités commerciales.
- Revoir, en termes de sauvegarde, les autorisations de construire et de rénovation.
Ces actions doivent être soutenues par une campagne de sensibilisation de la population, pour son implication dans leur mise en œuvre, en faisant participer le tissu associatif, les jeunes, les écoles, les corporations, etc.

53Aujourd’hui, la médina de Salé ne peut plus se contenter, comme par le passé, d’actions éparses à faible impact. Ceci suppose l’amélioration de son cadre de vie à travers la création, la restauration et l’embellissement des lieux d’habitat, d’activité et de loisirs et la valorisation du patrimoine monumental. La médina dispose aujourd’hui d’une multitude de projets allant de la réhabilitation des fondouks au circuit touristique en passant par la restauration des murailles. Ces projets sont le résultat d’un important effort de concertation, de conception et de programmation entrepris ces quatre dernières années par la ville et quelques associations locales. Ils sont pour la plupart consignés dans des conventions avec les autres partenaires que sont les ministères de la Culture, du Tourisme, de l’Habitat, des Habous, etc. Cependant, force est de constater que, du fait de l’incapacité de la ville à mettre en œuvre la quasi-totalité de ces projets, le plan de réhabilitation de la médina n’a pas quitté le domaine du discours.

54Pour illustrer la faiblesse de la capacité de maîtrise d’ouvrage (conception, élaboration, coordination, mise en œuvre et suivi) des municipalités, plus particulièrement celle de Salé, très pauvre en ressources humaines, en qualifications, en moyens et cadres incitatifs, il suffit de comparer, à titre d’exemple, la qualité tant technique qu’esthétique des réalisations de l’Agence du Bouregreg (quais, marina,…) avec, à quelques encablures, au cœur de la médina de Salé, la mise en œuvre en 2008 d’un projet de requalification des principales artères et placettes, considéré par tous comme un « fiasco », fiasco du point de vue tant de la conception que, surtout, de l’exécution, auquel s’ajoute la bagatelle de 18 millions de dirhams pour le coût du projet, quasiment perdus par la ville.

55Le Plan de requalification de la médina de Salé n’avance donc pas malgré les conventions et les partenariats. Il fait du surplace depuis plusieurs années. Pourquoi ? Ce n’est sûrement pas par manque de moyens financiers, car la ville de Salé dégage d’importants « excédents budgétaires », ce dont s’enorgueillissait même son ex-président et ce qui n’est pas le moindre paradoxe d’une grande ville largement sous-équipée par rapport à sa voisine. Ce n’est probablement pas par manque de volonté des gouverneurs successifs qui ont présidé plusieurs réunions de coordination avec le conseil de la ville, les services extérieurs et quelques représentants de la société civile. C’est, au-delà des questions des faiblesses de leadership des élus locaux et de leurs convictions au regard du rôle moteur que peut jouer la valorisation du patrimoine historique dans le changement de l’image et de l’attractivité économique de toute la ville de Salé, le simple fait que le cadre organisationnel et réglementaire de la commune soit inapproprié et inadéquat à la conduite et à l’exécution des projets et actions pour atteindre les objectifs requis.

Quelle articulation entre la médina et le projet du Bouregreg ?

56Par ailleurs, pour contribuer à la vitalité économique de la médina de Salé, on ne voit pas très bien les articulations prévues par le projet Bouregreg pour :
1- que les nouveaux projets urbains mitoyens de la médina ne tournent pas le dos à cette dernière ;
2- que les nouvelles activités et fonctions qui y sont prévues invitent non seulement à visiter ce centre historique, mais incitent les futurs acquéreurs de boutiques, de galeries, de restaurants, de maisons d’hôtes à créer des activités similaires ou complémentaires dans la médina ; 
3- que soit encouragée dans la médina l’installation d’ateliers d’artistes, d’architectes et de lieux de formation artistique et artisanale ;
3- que l’envie soit donnée à des ménages à hauts revenus afin de s’y établir en tant que résidents…

57Dans les faits, l’articulation avec la médina n’a pas été pensée, car cette dernière a été exclue dès le départ du périmètre d’intervention de l’Agence. Ce choix s’est avéré être une erreur d’appréciation, erreur qui s’explique probablement par le fait que le projet Bouregreg ne considérait les médinas de Rabat, de Salé et leurs murailles que comme attraction complémentaire, un décor d’arrière-fond. Elle s’explique aussi et surtout par la logique financière et la rationalité économique à court terme qui sous-tendent l’ensemble de l’aménagement de la vallée. C’est une réalité qui met le projet en porte-à-faux avec un de ses principaux paradigmes d’aménagement, la mise en valeur du patrimoine. En effet, cette dernière, focalisée à juste titre sur le Chellah et les Oudayas, a exclu les deux médinas jumelles dont n’ont été traitées que les parties visibles à partir du Bouregreg, laissant aux conseils des villes le soin de prendre en charge le reste. Or, c’est là où le bât blesse, ces instances ont de grandes difficultés à concevoir et à mettre en œuvre des plans de réhabilitation de leurs médinas. Faut-il donc revoir le texte de loi pour inclure l’ensemble des médinas dans le périmètre réglementaire de l’Agence afin de rattraper ce qui est rattrapable, bénéficier de son savoir-faire, de son professionnalisme ? Ou faut-il pour cela créer une nouvelle entité dédiée à la médina ? Il n’y pas d’autre choix car le statu quo, illustré par l’indigence de la gestion de ce tissu ancien, conduirait inéluctablement à une plus grande marginalisation, à une banalisation et, à terme, à une dégradation totale de ce patrimoine, de ce lieu de mémoire dont on oublie qu’il est non reproductible.

58Le défi aujourd’hui est de trouver le moyen de passer d’une logique de juxtaposition de projets à une vision d’ensemble pour une véritable revitalisation socio-économique de la médina de Salé. Plus que des réalisations physiques, il faut des outils de gestion, de sensibilisation et de conseil des citoyens et de promotion de tout ce qui fait de la médina un espace urbain unique et irremplaçable : un véritable atelier de la médina que la ville a été incapable de concrétiser en dépit des multiples recommandations formulées depuis plus d’une vingtaine d’années...

De la nécessaire gouvernance

59Une véritable réhabilitation de la médina de Salé a donc besoin d’une vision englobant la dimension de gouvernance, qui consiste d’abord en des mesures d’ordre organisationnel, institutionnel et réglementaire, et de formation des ressources humaines qui accompagnent tout projet de cette ampleur et de cette complexité. Ensuite, il faut une vision nécessitant un plan de sauvegarde de l’ensemble du patrimoine de la ville car, si le patrimoine public est, tant bien que mal, protégé sur le plan légal (mosquées de quartiers, zaouïas…), ce n’est guère le cas pour tout ce qui concerne le patrimoine privé (demeures, msid (école coranique), fours, hammams..). Ainsi, des maisons historiques ont été défigurées, quand elles n’ont pas été démolies et remplacées par des immeubles de plusieurs étages de grande banalité. Des portes du XVIIIe siècle en belle pierre de Salé et en thuya ont été remplacées par des carreaux de salle de bain et par des ouvrants en métal sans émouvoir ni élus ni autorités. Ces détériorations, pour ne pas dire ces saccages, se font « en toute légalité » au vu et au su de tous, sans que personne ne sache comment réagir. De quelle réhabilitation s’agit-il alors ici ? De celle qui veut préserver l’authenticité de la médina ou de celle qui veut en faire un quartier quelconque de la ville ?

60Peut-on conduire des actions de réhabilitation en même temps qu’on tolère ou qu’on ferme les yeux sur la démolition ou la défiguration du patrimoine ? Comment faire face à ces phénomènes et comportements déplorables qui hypothèquent tout projet de développement touristique durable et décrédibilisent tout projet de sauvegarde ?

Conclusion

61Le déclenchement du cercle vertueux du développement de la médina de Salé passe nécessairement par le changement de son image. Cependant, ce développement doit-il passer obligatoirement par sa « gentrification » plus ou moins touristique ? Est-ce vraiment le seul moyen de préserver un type d’habitat et de sociabilité et de maintenir et promouvoir un dynamisme économique ?

62On est tenté de répondre par l’affirmative car, devant l’incapacité des pouvoirs locaux à réhabiliter la médina, on en arrive à déplorer que le phénomène de gentrification n’ait pas encore opéré à Salé. A en juger par ce qui s’est passé dans plusieurs tissus anciens où un certain « embourgeoisement » s’est traduit non seulement par la réhabilitation des bâtiments mais par une pression plus forte des nouveaux résidents sur les pouvoirs publics en vue d’améliorer le cadre de vie, la question pratique est la suivante : comment faire pour que des groupes sociaux relativement aisés découvrent / redécouvrent la médina de Salé et décident de s’y installer ?

63En effet, en dehors de l’acquisition de quelques riads, aussi bien par des étrangers que par des Marocains, on ne trouve dans la médina de Salé que très peu de créations d’activités « porteuses » telles que les maisons d’hôtes, restaurants, bazars… L’éclosion spontanée n’ayant pratiquement pas opéré, la ville n’a pas pris de mesures concrètes afin d’inciter à l’installation de tels établissements dans la médina, car elle est peu consciente de leur importance en tant que facteur déclencheur d’un processus de patrimonialisation.

64Anticipant sur des tendances prévisibles, il paraît tout à fait indiqué que des mesures incitatives ou un peu plus volontaristes soient préconisées pour que, à l’instar d’expériences réussies dans les médinas d’Essaouira ou de Marrakech, des demeures traditionnelles servent à ces « niches » pour lesquelles il existe une demande certaine. Outre les conséquences immédiates en termes d’emploi et de revenus, en termes de valorisation du patrimoine aux yeux des habitants de la médina, en termes de préservation de ce patrimoine bâti qui, autrement, aurait probablement dépéri, les principales retombées de ces « niches » doivent s’apprécier en termes d’image. Pour ce faire, il est possible d’identifier une zone (ou des zones) au sein de la médina où ces activités et autres (ateliers d’artistes, d’architectes, lieux de formation artistique et artisanale..) seraient encouragées. Cette démarche est importante, car ce n’est qu’une fois cette greffe prise qu’il sera possible de capitaliser sur le renouveau d’intérêt des Slaouis pour leur médina, l’indicateur ultime étant le nombre de jeunes Marocains à revenus élevés décidant d’y établir domicile de manière permanente.

Bibliographie

Ouvrage

Fadloullah, A., Belfquih, m., 1986. Mécanismes et formes de croissance urbaine au Maroc. Le cas de l’agglomération de Rabat-Salé. Rabat, Librairie El Maârif, (3 volumes).

Rapports et projets d’études

Bigio, A. G., 2008. Stratégies de développement des villes historiques marocaines : étude de politique intersectorielle ; rapport préliminaire. Royaume du Maroc - Banque Mondiale. Rabat, avril 2008 (sur demande du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace).

Zouaoui, M. et Jaidi, L., 2002. Dynamiques démo-économiques provinciales. Schéma National d’Aménagement du Territoire ; Direction de l’Aménagement du Territoire, Rabat.

Etude architecturale et de sauvegarde de la Médina de Salé (EASMS 2000), étude non publiée, commanditée en 2000 par la Direction de l’Architecture du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement au cabinet d’architecte Nabil Rahmouni.

Problématique des constructions menaçant ruine dans la médina de Salé, rapport mission 1, diagnostic de la situation actuelle. Délégation préfectorale de Salé et ministère Délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, Rabat, novembre 2004, (étude effectuée par le bureau étude Groupement (AREA-TESCO) à la demande de la Préfecture de Salé.

Recensement Général de la Population et de l’Habitat Maroc (RGPH), Rabat, 2004.

Stratégies de développement des villes historiques marocaines. Banque Mondiale, avril 2008, (sur demande de la Préfecture de Salé).

Notes

1 Le présent article a été écrit en 2009, au moment où démarraient les travaux du projet d’aménagement des rives du Bouregreg, dont il était encore difficile de prévoir l’impact sur la médina de Salé. Cette réflexion sur les dynamiques économiques de la médina de Salé reprend en partie l’analyse du volet économique effectuée dans le cadre d’un travail d’équipe, conduit par le cabinet d’architecte Nabil Rahmouni et commandité en 2000 par la direction de l’Architecture du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, intitulé Etude architecturale et de sauvegarde de la médina de Salé (EASMS 2000). (Etude qui, pour diverses raisons, n’a pas été menée à bout et n’a pas été publiée).

2 Ne sont recensées que les activités exercées au sein d’un local à usage professionnel. Ne sont donc pas inclues les activités ambulantes et celles effectuées par les ménages dans leurs lieux de résidence.

3 Il s’agit du recensement de l’activité de la médina de Salé effectué par A. Fadloullah et M. Belfquih dans le cadre de leur thèse d’Etat : Mécanismes et formes de croissance urbaine au Maroc. Le cas de l’agglomération de Rabat-Salé, 3 volumes, Rabat, Librairie El Maârif, 1986.

4 Zellige : carreau d’argile émaillé ; gyps : plâtre sculpté.

5 La médina a perdu près de 10 000 habitants entre 1994 et 2004, passant de 44 400 habitants en 1994 à 34 400 en 2004 (source RGPH : Recensement général de la population et de l’habitat, 2004).

6 Résultats d’une enquête légère de l’activité économique dans la médina, avec l’aide du syndicat des commerçants de Salé en mai 2004. Cette enquête, statistiquement non représentative de l’activité économique dans la médina de Salé, a concerné des commerçants exerçant dans un local, choisis au hasard sans aucun souci explicite de représentativité par type d’activité (artisanat, commerce, services…) ou par quartier. Sur un total de 54 unités ayant répondu au questionnaire, la répartition des commerces a été la suivante : alimentaire (22), habillement (15), chaussures (18), divers (7). Réalisée par nos soins, cette enquête n’a pas donné lieu à publication.

7 Etude conduite par Anthony G. Bigio sur demande du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace ; cf. « Stratégies de développement des villes historiques marocaines : étude de politique intersectorielle », rapport préliminaire, Royaume du Maroc, Banque mondiale, Rabat, avril 2008.

8 Au nombre de 440, selon une autre étude de la préfecture de Salé (cf. Stratégies de développement des villes historiques marocaines, Banque mondiale, avril 2008), les marchands ambulants sont, dans la majorité des cas, des résidents des fondouks. Ces derniers, foyers de pauvreté sévère, témoignent aussi de la paupérisation de la médina. Selon une récente étude réalisée à la demande de la Préfecture de Salé (cf. « Problématique des constructions menaçant ruine dans la médina de Salé » Rapport de mission 1 ; Diagnostic de la situation actuelle, Délégation préfectorale de Salé et ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, Rabat, novembre 2004, Bureau étude Groupement (AREA-TESCO) ; des 45 fondouks de la médina, 33 ont été reconvertis en zones d’habitat, hébergeant 782 ménages dont 61 % sont constitués d’une seule personne. Ces ménages sont, dans 98 % des cas, des non-médinois d’origine, dans 35 % des cas, issus de l’exode rural. Ces fondouks sont un refuge pour une population sans travail dans 53 % des cas ; les autres exercent des petits métiers peu rémunérateurs, voire même pratiquent uniquement la mendicité.

9 Zlaïjia et gabbassa : respectivement maîtres-artisans dans les domaines des carreaux d’argile émaillé et du plâtre.

10 Résultats des données relatives à l’impôt de la patente dans la médina de Salé pour les années 1994 et 2002. Fournies à notre demande, elles se présentent sous forme d’un tableau dénombrant le nombre d’activités, ventilées en neuf classes auxquelles correspondent des taux de la taxe sur la patente. Il est important de souligner que les résultats du recensement des activités en 2000 et ceux dégagés du fichier de la patente concordent bien, en ce sens, que le nombre d’activités recensées par l’un et l’autre est approximativement le même. Cette convergence de sources d’information totalement différentes renseigne sur la fiabilité, du moins quantitativement, des données sur lesquelles s’appuie l’analyse.

11 La classe A0 comprend, dans le cas de la médina de Salé, outre les agences bancaires, essentiellement les professions libérales.

12 Il faut souligner que ces activités à haute valeur ajoutée sont concentrées autour du marché central, zone accessible en voiture qui, sur les plans urbanistique et architectural, se rattache aussi bien à la médina qu’à la ville « moderne ».

13 La catégorie artisans, ouvriers et manœuvres est très vague pour pouvoir l’interpréter, car on y trouve aussi bien l’artisan traditionnel ou le maçon que l’ouvrier pauvre ou le menuisier riche.

14 C’est une proportion inférieure à celle de Marrakech ou de Meknès (70 %), de Fès (65 %) et de Tétouan (62,5 %) mais en revanche supérieure à celle de Rabat (47 %) ou de Casablanca (49 %).

15 Selon la localisation de l’activité des 54 unités enquêtées, une distinction grossière a pu être établie entre quartier « accessible » (aux voitures) (20) et quartier « inaccessible » (34).

16 Le quartier d’Inbiät est souvent donné comme exemple de quartier à population défavorisée et, paradoxalement, à commerces florissants.

17 Les indicateurs de performance retenus ont été établis sur la base de trois indicateurs-clefs : i) le taux annuel moyen de variation (TAMV) du PIB par habitant ; ii) le TAMV du PIB ; iii) le TAMV de la population totale. L’intérêt de cette réflexion est que, pour la première fois, a été établie une typologie des agglomérations, préfectures ou provinces selon le degré de leur dynamisme économique constaté durant la période 1987-1997. Cf. Zouaoui M., Jaidi, L., Dynamiques démo-économiques provinciales, Schéma national d’aménagement du territoire ; Direction de l’Aménagement du Territoire, Rabat 2002.

Auteur

Mekki Zouaoui est économiste de formation, diplômé des universités de Grenoble et de Harvard ; il est enseignant-chercheur à l’université Mohammed V Agdal-Rabat. Ses réflexions ont porté principalement sur le développement local, la pauvreté, l’aménagement du territoire, le système éducatif. Militant associatif natif de la médina de Salé, il est également engagé dans des réflexions sur la ville de Salé et son devenir dans le cadre de l’agglomération capitale. Il est un fervent défenseur de l’idée d’élargissement des attributs administratifs de la capitale à Salé.

© Centre Jacques-Berque, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable