Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Deuxième partie : Colonisation et distorsion de l'espace

De Tombouctou à Conakry

Musulmans et juifs du Maroc dans l’espace de la relation Maroc-Afrique noire (fin XIXe siècle-début XXe siècle)

Rita Aouad

Texte intégral

1L’Afrique subsaharienne reste un espace peu évoqué dans l’histoire des migrations marocaines. Pourtant, depuis le Moyen Âge au moins, le bilad es Sudan accueille des communautés marocaines, et plus largement maghrébines, spécialisées dans le commerce.

2L’histoire de ces marchands est étroitement corrélée aux cycles du négoce caravanier transsaharien (Abitbol, 1980 ; Aouad, 1995 ; Miège, 1981) et elle est liée à la diffusion et au statut de l’islam dans cette aire géographique, une religion d’abord adoptée par les élites puis renouvelée et popularisée par le biais des zawiya-s à partir du XVIIIe siècle (Triaud, 2008). D’où l’assimilation encore courante de ces Marocains à la seule figure du commerçant musulman, figure longtemps auréolée du prestige de la culture arabo-musulmane en milieu islamisé subsaharien. À y regarder de plus près, la dimension biconfessionnelle – musulmane et juive – de cette présence marocaine ne peut pourtant échapper, venant confirmer la thèse d’un continuum social et culturel de l’espace transsaharien, du Maroc à la boucle du Niger, au fondement de la prospérité du commerce caravanier au long cours, depuis son « âge d’or » au Moyen Âge jusqu’à son déclin définitif à l’aube de la période coloniale (Abitbol, 1981 ; Mauny, 1949 ; Miège, 1982).

  • 1 L’expression est de M. Abitbol, 1982, p. 564.

3Au tournant du XIXe et du XXe siècle, en effet, le commerce transsaharien entre définitivement en décadence. Un dernier cycle assez prospère, des années 1850 aux années 1870, a été alimenté par la demande intérieure marocaine et les réexportations, vers l’Europe, à partir du port d’Essaouira : négociants musulmans et surtout juifs de la ville ont activement participé à cet ultime essor (Schroeter, 1988). La colonisation française conduit, inexorablement, à partir des années 1880-1890, à la fermeture du Sahara « […] appréhendé comme une barrière naturelle et un espace « inutile » […] », devenu « […] une zone tampon quadrillée de fortins (borj) à fonction de séparation » (Bennafla, 2008, p. 16). Les « chaînes ininterrompues »1 de colonies de commerçants musulmans et juifs qui s’égrainaient depuis les ports présahariens du Maroc jusqu’aux cités sahéliennes, le long des axes caravaniers, s’étiolent et la présence judéo-marocaine disparaît des relais sahariens et des cités sahéliennes. Dans le même temps, en direction des ports coloniaux de l’Afrique de l’Ouest, Saint-Louis mais aussi Dakar et Conakry, s’ouvrent pour les Marocains (toujours en grande majorité musulmans mais aussi en petite minorité juifs) de nouvelles opportunités d’expatriation vers le sud, que nombre d’entre eux vont saisir.

4Les décennies à la charnière du XIXe et du XXe siècle correspondent aux derniers moments d’une présence commune de Marocains musulmans et juifs à Tombouctou et dans les ports coloniaux de l’Afrique occidentale. La mise sous protectorat du Maroc en 1912 marque en effet un tournant. Alors que la présence marocaine musulmane se renouvelle, s’ancre et se métisse dans le contexte colonial de l’Afrique occidentale, celle des juifs originaires de l’Empire chérifien disparaît, d’abord de Tombouctou puis des ports d’Afrique occidentale attractifs au tournant du siècle mais vite abandonnés pour d’autres horizons. Les conditions dans lesquelles se produit cette divergence de destin accompagnent ce travail. Épisode à cheval entre deux temps, ce moment permet d’éclairer les enjeux de la rencontre entre une tradition migratoire ancienne et la situation coloniale. Il met ainsi remarquablement bien en évidence, dans un contexte inattendu, l’accélération des mutations que connaît la communauté juive marocaine à cette période. Trois niveaux d’analyse ont été privilégiés : géographique, avec le basculement de la présence marocaine en Afrique occidentale de l’intérieur vers les littoraux ; individuel, avec des parcours qui montrent la permanence et les changements de cette tradition migratoire ; identitaire et statutaire avec les questions d’appartenance nationale et de hiérarchie sociale que soulève cette migration marocaine en situation coloniale.

De Tombouctou à Conakry

  • 2 Quelques rares exemples de Marocains ayant dépassé la frontière sahélienne dans D. J. Schroeter, 19 (...)

5Au niveau géographique, l’évolution marquante de ces décennies est le redéploiement de la présence marocaine en Afrique occidentale, du monde des cités sahéliennes vers celui des ports coloniaux atlantiques, de Tombouctou à Conakry. Les cités sahéliennes, et en premier lieu Tombouctou, ont été traditionnellement les ports d’attache de communautés originaires du Maroc à partir desquelles l’exploration de marchés plus intérieurs, plus méridionaux ont été confiés à des agents, souvent liés familialement. Ces percées ne conduiront pas, sauf exception, à une présence stabilisée à l’intérieur de la boucle du Niger2 : le Sahel reste donc longtemps une frontière au-delà de laquelle la présence marocaine est sporadique et l’activité commerciale contrôlée par d’autres communautés.

  • 3 Ils y rejoignent un groupe « minuscule » de Marocains signalés dès la fin du XVIIIe siècle et qui s (...)
  • 4 Dès 1888, Aaron Ben el Hazan, frère d’Eliahou Ben el Hazan dont il sera question plus loin, est sig (...)
  • 5 Selon la mémoire familiale, le premier Marocain serait arrivé à Bathurst dans les années 1890 et le (...)
  • 6 L’arrivée de Joseph Garzon date de 1900. Dossier de naturalisation de J. Garzon, ANS23G32 CAOM 14mi (...)
  • 7 Deux Marocains signalés à Aboisso en 1911. ANS 22G24 CAOM 14mi 1109. Il faut attendre les années 19 (...)

6À partir du dernier quart du XIXe siècle, la présence marocaine en Afrique subsaharienne essaime et se littoralise, calquant sa dispersion sur les mutations spatiales induites par la géographie coloniale. Les ports maritimes, institués en capitales, deviennent les lieux de passage privilégiés des produits et des hommes, conduisant à l’enclavement du Sahel, arrière-pays peu à peu abandonné et désolé. Les premiers Marocains, d’abord musulmans et en majorité fassis, commencent donc à débarquer avec une certaine régularité à Saint-Louis à partir des années 1870 et à s’installer dans ce qui est à l’époque la capitale et le principal port du Sénégal français3. L’arrivée régulière des juifs est plus tardive, elle débute dans les années 1890 et intéresse surtout Dakar dont la croissance rapide commence à porter ombrage à Saint-Louis, révélant les potentialités de la future capitale de l’Afrique occidentale française (1902) et d’un grand port africain4. Au début du XXe siècle, à partir du Sénégal, les Marocains vont essaimer vers le sud, franchir la frontière de la Gambie anglaise et arriver à Bathurst : des familles anciennement implantées dans les villes sénégalaises y envoient agents ou correspondants5. Au même moment, ils sont quelques-uns à s’installer à Conakry6, capitale politique et économique de la Guinée depuis 1885. Créée ex-nihilo, la ville voit sa population passer de trois cents habitants en 1885 à dix mille à la fin du XIXe siècle suivant le « boom » du caoutchouc qui donne à la Guinée d’alors une image d’Eldorado colonial (O. Goerg, 1990). C’est le point extrême de la présence marocaine à l’époque. Au tournant du siècle, celle-ci est en effet encore peu palpable en Côte d’Ivoire où sont signalés de manière épisodique quelques rares Marocains7.

  • 8 Pour le Sénégal, en 1910-1911 : Saint-Louis, Rufisque, Dakar, Tivaouane, Thiès, Ngaye-Méké, Piré-Go (...)
  • 9 Annuaires de l’AOF des années citées.

7Dans les ports où débarquent ces Marocains mais aussi des Européens, beaucoup de ceux qu’on appelle alors des Levantins ou « Libano-Syriens » ainsi qu’une main-d’œuvre africaine, se regroupe peu à peu une population cosmopolite attirée par les opportunités de l’économie de traite coloniale : ces capitales sont, avant tout, les têtes de voies de chemin de fer vers l’intérieur que dessine la route de la gomme et de l’arachide au Sénégal, la route du caoutchouc en Guinée. Au début du XXe siècle, on ne compte pas moins de seize lieux d’implantations du commerce marocain le long des voies de chemin de fer Saint-Louis–Dakar et Dakar–Bamako, dix le long de l’axe de pénétration Conakry–Niger8. En Guinée, la présence marocaine est exclusivement judéo-marocaine. Elle se confond avec les activités d’une « multinationale », tantôt identifiée comme tangéroise, espagnole ou gibraltarienne, une « holding » aux activités diversifiées (commerce général, import-export, ligne de navigation, service postal) : la maison Cohen-frères de Tanger dont les employés sont, pour la plupart, des juifs du Maroc. L’implantation de cette entreprise accompagne voire précède la construction du chemin de fer Conakry–Kankan entre 1899 et 1914. D’abord implantée à Conakry, la maison ouvre une succursale à Kindia en 1906, Mamou en 1908, étend ses activités à Faranah à la même date, s’installe à Kankan en 1912 – et ceci avant même l’arrivée de la voie de chemin de fer –, franchit la frontière guinéo-soudanaise la même année, atteint Bamako puis Koulikoro en 19139. Une présence qui se calque sur la nouvelle géographie coloniale et en renforce les traits quand elle ne la dessine pas elle-même, prenant l’aspect d’un véritable « front pionnier », porté par l’attractivité des nouvelles infrastructures et des nouveaux centres. Ainsi, au Soudan français, la maison Cohen-frères ne poursuivra pas son installation en direction des anciennes cités sahéliennes, vers Tombouctou notamment.

  • 10 Deux sources ont été retenues : A. Beaumier, 1870, p. 29 (630 commerçants étrangers dont 600 Touati (...)
  • 11 L’expression est de M. Abitbol, 1979, p. 238.
  • 12 ANM, FA, 5D50, Recensement de la ville de Tombouctou, 1912.
  • 13 R. Aouad-Badoual, 1994, tome 1, p. 308-320.

8En effet, la littoralisation de la présence marocaine en Afrique de l’Ouest et sa dispersion le long de ces nouveaux axes s’accompagne d’une stagnation de celle-ci dans ses lieux d’implantation traditionnelle. Dans les années 1860-1870, au moins une centaine de commerçants « marocains » sont signalés à Tombouctou, dont une dizaine de juifs, participant activement au dernier cycle du commerce transsaharien10. Sous l’effet de « l’ouragan toucouleur »11 et de la conquête française en 1894, leur nombre va se tasser pour être estimé au premier dénombrement colonial en 1912 à moins d’une centaine d’individus sur une population évaluée à dix mille habitants environ12. Plus que l’évolution des chiffres, celle de la composition de cette communauté est révélateur : les Fassis et les Marrakchis sont désormais très peu nombreux et les juifs du Maroc ont disparu du kaléidoscope tombouctéen. La communauté marocaine, à présent dominée par l’élément saharien, a perdu de sa diversité reflétant l’appauvrissement du cosmopolitisme sahélien et la contraction de l’aire de rayonnement des cités de la boucle du Niger. Parmi les grandes familles négociantes de la ville attachées au Maroc au début du XXe siècle, des Tekna de Guelmim – les Benbarka par exemple (R. Aouad, 1993), les Boularaf, Ben Abdelouahab (Y. Abou El Farah, A. Akmir, A. Beni Azza, 1997) – des Tadjakants de Tindouf, comme Mohammed el Bachir ould el ‘Abd el Hartani, qui comptent toujours parmi les principaux animateurs du commerce de gros de la région13.

9L’évolution géographique de la présence marocaine en Afrique occidentale apparaît ainsi comme un véritable marqueur des mutations spatiales de cet espace. Elle montre la grande sensibilité de cette minorité spécialisée aux évolutions de son temps, sensibilité encore plus exacerbée chez les judéo-marocains qui tournent définitivement le dos à l’ancien monde des échanges transsahariens et des cités sahéliennes entré en crise structurelle pour tenter « l’aventure » coloniale. L’attractivité des ports de ce « nouveau monde » s’explique par la « course à la fortune stimulée par l’aspiration vers l’émancipation sociale et politique […] » (M. Abitbol, 1988, p. 12). Ces deux facteurs favorisèrent, à l’époque, l’expatriation de centaines de juifs marocains de l’Algérie à l’Amérique du Sud.

  • 14 Quatre-vingt Marocains recensés en 1905, six en 1911. Des chiffres à manier avec précaution. M. Fre (...)

10Mais cette plongée dans le nouveau monde n’est pas sans risque. Le miracle colonial, suspendu aux fluctuations et à la concurrence du marché mondial, est souvent un mirage. En témoigne la quasi-disparition de la communauté marocaine de Guinée à la fin du cycle du caoutchouc en 191214 qui fait basculer la colonie dans une crise de reconversion au moment où il faut compter avec la rude concurrence des Libano-Syriens. Ces derniers arrivent en effet massivement dans ce territoire (O. Goerg, 1990, p. 86), comme dans toute l’Afrique de l’Ouest au cours de ces décennies. Débarqués « accidentellement » (les premiers migrants se seraient arrêtés, faute de moyens, sur leur route vers l’Amérique), ils y inventent des modalités d’insertion économique originales au fondement d’une implantation durable.

Continuité et rupture d’une tradition migratoire

  • 15 Pour exemple : «  Chérif Bakhali était un érudit avec une réputation en Gambie et au Sénégal. C’est (...)

11Les commerçants marocains qui s’installent à partir des années 1870 dans les capitales coloniales de l’Afrique occidentale sont les héritiers, à la différence de ces derniers, d’une tradition séculaire. Ils peuvent reproduire, avec un décalage chronologique, les stratégies commerciales éprouvées pendant des générations par leurs prédécesseurs implantés à Tombouctou, à Gao ou à Djenné. Ils partagent avec les animateurs du grand commerce caravanier de solides réseaux familiaux ou confessionnels. Les musulmans jouissent, en milieu islamisé, d’un prestige lié à leur érudition et à leur ascendance chérifienne, à leur affiliation à une confrérie (la Tijâniyya), à leur statut de haj. Distingués socialement, ils s’intègrent par les mariages sur place15. Leur installation est accompagnée par celle d’un frère ou d’un fils, aide ou agent itinérant. Beaucoup de points communs entre Sidi el Makki Buhillal originaire de Fès, un des grands marchants marocains installés à Tombouctou au milieu du XIXe siècle dont les frères commerçaient jusque dans les villes haoussa (Schroeter, 1988, p. 243, note 127) et de nombreux commerçants fassis arrivés à Saint-Louis ou Dakar à la fin du XIXe siècle avec un fils, un frère ou un neveu chargé d’explorer « les marchés de l’intérieur » de la colonie. À la fin du XIXe siècle, l’installation au Sénégal peut être considérée comme un moment d’une carrière professionnelle qui saisit les opportunités de la mondialisation du commerce et des affaires, préfigurant ainsi « les carrières à l’international » d’aujourd’hui. Âgé de 26 ans, Moulay Ali el Ktiri arrive à Saint-Louis au début des années 1880. Derrière lui, déjà, une expérience du négoce en Méditerranée et en Angleterre. Il y reste six ans avant de retourner à Fès où il joue, à la veille du protectorat, le rôle de bourgeois éclairé (Dr D’Anfreville de la Salle, 1905, p. 155). David Hatchwell de Mogador, d’abord comptable de la maison Afriat à Londres, installé à Rufisque en 1910, élargit ensuite ses activités en Gambie anglaise (ANS, 21G41 CAOM 14 mi1102). Mais l’expérience en Afrique occidentale reste pour beaucoup de Marocains – essentiellement fassis – plus sédentaire : l’itinéraire plus modeste d’un simple boutiquier, vendant tissus, effets vestimentaires, babouches et livres religieux en provenance du Maroc, forge l’image stéréotypée du fassi en Afrique noire jusqu’à aujourd’hui : commerçant de détail écoulant auprès de sa clientèle des produits choisis.

12Parmi ces parcours qui dessinent une communauté hétérogène, deux destins judéo-marocains forcent les traits d’une rupture entre tradition commerçante transsaharienne et élan entrepreneurial prospérant sur le terreau du capitalisme colonial de l’Afrique occidentale.

  • 16 Sur ce personnage au parcours exceptionnel : A. Beaumier, 1870 ; J. Oliel, 1998 ; T. Nathan, 2008 ; (...)
  • 17 «  Le juif Azan Léon, usurier de profession, espion par intérêt, médecin à l’occasion… » Rapport du (...)
  • 18 Ordre n° 8 du chef de bataillon d’Infanterie de la marine, commandant la région de Tombouctou, 4 se (...)
  • 19 « Au Soudan, il faut être pessimiste à rebours. Le soleil surchauffe les cervelles, aiguise les lan (...)

13En 1900 meurt le dernier représentant d’une présence juive marocaine à Tombouctou, le dernier dhimmi de la ville, l’héritier de la petite communauté formée autour du rabbin Abi-Serour Mardochée dans les années 1860-187016. Au moment de la conquête française en 1894, trois juifs originaires du Maroc, dont deux frères du Tazerwalt, Eliahou et Aaron ben el Hazan Yacoub El Harrar, vivent encore à Tombouctou. Eliahou – baptisé Léon Azan par les Français – va connaître une rapide déchéance. Jouant d’abord un rôle d’intermédiaire entre les militaires français de Tombouctou et le chef de la tribu maure des Bérabiches, il est victime, dans un climat de grande tension, de l’antisémitisme du commandant de la région17 condamné en 1895 pour « espionnage en faveur de l’ennemi », ruiné par le paiement de deux mille francs d’amende et mis en prison18. Conduit sous escorte et enfermé à Bamako, il meurt à Tombouctou en 1900 endetté et bien isolé des siens puisque la nouvelle de son décès ne parvient que six ans plus tard à son frère Makhlouf (ANM, fonds ancien, 4D112). D’Eliahou à Léon, le destin du dernier dhimmi de Tombouctou sonne comme une fin de monde. Dans la cité sahélienne devenue forteresse, on retiendra donc cette rencontre ratée entre le judaïsme marocain incarné par un personnage polyglotte, à la mobilité étonnante et aux rôles multiples, et la colonisation française dans sa version antisémite matinée de « soudanite »19.

  • 20 Le siège social est à Tanger. La compagnie est aussi présente à Gibraltar, en Algérie.
  • 21 Dossiers de naturalisation des Cohen ANS23G33CAOM14mi1119, Annuaires du gouvernement général de l’A (...)

14L’année même de la disparition du dernier juif marocain de Tombouctou, les Cohen-Frères de Tanger s’installent à Conakry, deviennent concessionnaires d’une ligne postale de navigation entre Conakry et la Basse-Guinée en 1906, arment une flotte et comptent parmi les grandes entreprises de la colonie au début du XXe siècle. La « world compagnie »20 des frères Cohen de Tanger maille l’espace économique guinéen et constitue un véritable empire monté avec l’habilité des self-made men du nouveau monde et la bénédiction des autorités coloniales21.

  • 22 Qui ont forcé à une première définition internationale de la nationalité marocaine à la conférence (...)

15La simultanéité de ces deux parcours met en regard, d’un côté, le processus rapide de marginalisation du judaïsme intérieur marocain, de l’autre, l’inscription dans des réseaux mondialisés du judaïsme tangérois, illustrant les profonds clivages traversant désormais la société judéo-marocaine. Ces mutations rapides ont lieu à un moment de crise et d’accentuation des pressions coloniales sur le Maroc. L’une des principales conséquences sociales et politiques de ce processus est l’éclatement des cadres traditionnels d’appartenance avec le développement du phénomène des protections à l’intérieur du pays, des naturalisations à l’extérieur22. Originaires de l’empire chérifien, expatriés dans des territoires coloniaux, les Marocains d’Afrique occidentale sont au cœur de ces tensions.

Appartenance nationale, catégorisation juridique et identité dans l’espace migratoire Maroc-Afrique noire

  • 23 En 1911, sur six dossiers de naturalisation parvenus d’AOF et d’AEF au ministère des Colonies, cinq (...)
  • 24 De Guinée, le secrétaire général écrit au lieutenant de la colonie au sujet de la demande de natura (...)
  • 25 En plus d’autre nationalité, comme c’est le cas de Abraham Benaïon – dit Albert – sujet brésilien n (...)
  • 26 Terme emprunté à Christian Bruschi, 1987-1988.

16Le mouvement de naturalisation de ces Marocains commence au début des années 1890 et culmine dans les années 1909-1912 constituant la quasi-totalité des étrangers naturalisés à partir de l’AOF23. La tendance est exacerbée chez les judéo-marocains. En effet, quasiment tous les juifs du Maroc sollicitent et acquièrent – malgré les débats suscités24 – la nationalité française lors de leur séjour en AOF25, sans pour autant y faire souche. Ce qui indique clairement qu’expatriation et acquisition de la nationalité française sont ici liées expliquant aussi le tarissement de ce courant migratoire une fois le protectorat instauré au Maroc et le statut des Marocains modifiés. De nombreux Fassis musulmans deviennent également français au Sénégal formant une catégorie particulière dans le paysage social de la colonie française (R. Aouad, 2009). Ces choix les distinguent des « Marocains » de Tombouctou, peu prompts à troquer le prestige de leur ascendance septentrionale contre le statut de citoyen français qui ne constitue pas un « nirvana »26 dans leur cité aux marges du monde colonial. Ces derniers s’inscrivent toujours dans le monde des échanges transsahariens sur lequel il est difficile de plaquer les notions d’étranger et de national, de migration et d’expatriation, telles qu’elles se forgent à la fin du XIXe siècle dans l’Europe des États-nations et s’exportent vers le monde colonisé. Leurs modes de mobilité induisent des séjours plus ou moins prolongés dans différents lieux de résidence, des allers-retours, en bref : une vie de mobilité partagée entre plusieurs mondes. Logiques migratoires complexes donc sur lesquelles on a apposé aujourd’hui les notions de migrations circulaires, systèmes résidentiels et multilocalisation (F. Boyer, 2007). Les Tekna de Tombouctou, à la vie partagée entre Tombouctou et Guelmim, Tombouctou et Marrakech ou Essaouira en sont un bon exemple à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (R. Aouad, 1993). De l’autre côté, les Marocains, fassis ou juifs, s’embarquant sur les cargos européens à Tanger ou Casablanca, débarquant à Saint-Louis ou Dakar, soumis au contrôle sanitaire, passant frontière, déposant caution financière de rapatriement, surveillés et passibles d’expulsion, usent, avec les possibilités de naturalisation, de rares brèches juridiques permettant d’ échapper aux stigmates de l’étranger et/ou de l’indigène en situation de domination coloniale.

17Étrangers ou indigènes ? Quel est précisément le statut de ces Marocains aux yeux des autorités coloniales ?

  • 27 C’est le décret du 7 février 1897 qui clarifie les conditions de naturalisation française à partir (...)
  • 28 Correspondance entre le lieutenant gouverneur de Saint-Louis, le gouverneur du Sénégal et le gouver (...)

18C’est en tant qu’étrangers résidant dans une colonie française que les Marocains domiciliés en Afrique occidentale sont en droit, entre 1894 et 1912, de solliciter la naturalisation française27. Dans l’esprit du législateur colonial, ce critère d’accès à la citoyenneté visait implicitement les étrangers de « droit commun » d’origine européenne appartenant, de fait, au groupe des colonisateurs à distinguer des étrangers « assimilés aux indigènes » en raison de leur statut personnel jugé proche de celui des sujets français (C. Bruschi, 1987-1988). Dans cette hiérarchie d’étrangers caractéristiques de la colonisation, la place des Marocains est ambiguë : « Citoyens d’une nation fort ancienne et d’ailleurs reconnue par l’ensemble des puissances […] » ne pouvant « […] être assimilés aux noirs […] » pour les uns, ils sont pour les autres des « […] étrangers musulmans […] » qui ne doivent pas être « […] plus favorablement traités que nos sujets. »28

  • 29 Lettre du chargé d’affaires de France à Tanger du 28 août 1894 au ministère des Colonies, CAOM, Sér (...)
  • 30 Encore en 1900, catégorie de « commerçants blancs », ANM, FA, 2 E71, fiches de renseignements, Tomb (...)
  • 31 ANM, FA, 5D50, Recensement de la ville de Tombouctou, 1912. Au sujet de la difficulté du classement (...)

19En même temps qu’ils s’interrogent sur l’attitude à adopter face à ces demandes de naturalisation – octroyées dans la majorité des cas car elles ne constituent pas un courant massif – les représentants de l’autorité coloniale en Afrique occidentale française ouvrent « la boîte de pandore » de la « marocanité ». Débats suscités par les naturalisations mais aussi catégories adoptées lors des identifications et des recensements montrent la complexité de l’affaire ! Musulmans et juifs, blancs, métis et noirs, étrangers et Français, le cas des Marocains d’Afrique occidentale française brouille les contours des catégories de religion, couleur de la peau, d’africanité et d’européanité, d’indigénat et de citoyenneté. Déjà, dans le cadre d’un projet d’émigration de jeunes israélites de Mogador vers le Sénégal dans les années 1890, le chargé d’affaires de France à Tanger affirmait, lapidaire, que ces derniers ne « […] sont pas à proprement parler des Marocains […] » restreignant sa définition de la marocanité aux seuls musulmans29. À Tombouctou, les classifications coloniales évoluent d’une mosaïque sahélienne bien simplifiée – en noir et blanc – dans laquelle les Marocains sont le plus souvent assimilés à des « commerçants blancs »30 à un éclatement ethnique extrême où ils ne sont quasiment plus identifiables : le recensement colonial de 1912 éclate, en effet, la dénomination des Tombouctéens en pas moins de trente-six groupes ethniques dans lesquels Marocains, Teknas, Tadjakants, Berabers, Filali, Arabes et Maures constituent des catégories à part31.

  • 32 « La question des Syriens en Guinée française », À travers le monde, 1895, p. 22 : «  Au début, cet (...)
  • 33 Les recensement de 1909 (Gorée), de 1912 (sur la populations des principales villes de l’AOF) adopt (...)
  • 34 Voir pour l’exemple le recensement du cercle de Louga de 1926, ANS 2G26/69, CAOM 14mi 2623.

20Autre évolution de la classification à la fois étonnante et révélatrice : celle des commerçants marocains des territoires côtiers de l’AOF. Catégorisés dans un premier temps comme « Syriens et assimilés », l’activité commune – le commerce – déterminant ici un groupe aux contours assez flous32, puis identifiés comme « Africains étrangers »33, les Marocains peuvent devenir dans les années 1920 des « Européens étrangers » ; ce classement est justifié par l’élaboration d’une définition des populations non européennes comme étant « toutes les populations qui ne sont pas de race blanche et pas issues d’Europe »34 ce qui conduit à une acception effectivement assez large de l’européanité… dans le sens de son assimilation à la race dite blanche. Derrière ces catégories fluctuantes se lit l’embarras et l’empirisme d’une administration coloniale dérangée par un groupe peu « ethnographiable » – dans le sens colonial d’identification de catégorie – difficile donc à intégrer dans la gestion hiérarchisée des groupes caractéristiques de la colonisation.

  • 35 Quelques centaines de musulmans, quelques dizaines de juifs…

21Cette mise en perspective voulait d’abord montrer que des migrations ni forcées ni massives35 pouvaient présenter un intérêt historique, rejoindre et illustrer des mutations plus globales, d’ordre géographique, économique et sociopolitique : le renversement de l’espace Maroc-Afrique noire sur ses littoraux et l’enclavement de l’espace sahélien, la maritimisation et l’extraversion de l’économie de traite ouest-africaine, l’éclatement des cadres d’appartenance traditionnels au contact de la colonisation française, la complexification des statuts sous administration coloniale. Pris un à un et mis côte à côte, les destins de ces « diasporais » marocains d’Afrique subsaharienne, longtemps oubliés de l’histoire, incarnent tout cela. Parmi eux, quelques individus maintiennent une présence judéo-marocaine en Afrique subsaharienne l’espace d’une génération, celle de l’entrée dans la modernité coloniale, au cours de laquelle ils testent les possibilités offertes et font le choix de ne pas rester. En se détournant d’un territoire à l’économie fragile où une partie de l’activité commerciale passe sous contrôle des Libano-Syriens et, en portant leurs regards ailleurs, ils montrent bien qu’ils choisissent et ne subissent pas leur trajectoire migratoire.

22L’Afrique subsaharienne, espace séculaire de circulation et d’échange du Maroc apparaît donc comme un espace où s’est, avec bien des nuances, jouée la « rencontre coloniale » : choc, mais aussi adaptation, accommodement voire usage stratégique et temporaire de celle-ci. En cela, elle constitue un laboratoire et un observatoire, un concentré des mutations que connaissent, à cette période, la société marocaine en général et les juifs du Maroc en particulier.

Bibliographie

Sources

Archives nationales du Mali (ANM)

ANM, fonds ancien, 4D112 : successions Tombouctou, 1902-1919

ANM, fonds ancien, 5D50 : recensement de la population du cercle et de la ville de Tombouctou

ANM, fonds ancien, 5D85 : recensement statistique de la population du cercle de Tombouctou.

ANM, fonds ancien, 2 E 71 : Notes et fiches de renseignements sur les chefs et notables, Tombouctou, 1897-1917

Archives nationales du Sénégal (ANS) Centre national des archives d’outre-mer, Aix-en-Provence (CAOM)

ANS2G26/69CAOM14mi2623 : rapports périodiques

ANS3G11/136CAOM14mi740

ANS15G212/CAOM14mi1054 : Région Nord (chef-lieu Tombouctou. Correspondance des commandants de la région Nord au gouverneur du Soudan. 1894-1896.

ANS22G23/CAOM 14mi1109 : statistiques générales pour l’office colonial : culture et colonisation, justice, population, 1910.

ANS22G24 /CAOM 14mi1109 : statistiques générales des colonies de l’AOF destinées à la préparation de la situation générale en AOF, 1911.

ANS23G32/CAOM 14 mi1119 : naturalisations des étrangers. Accessions accordées. 1905-1916

ANS23G33CAOM14mi1119 : naturalisations des étrangers. Accessions refusées. 1903-1920.

Références bibliographiques

Michel Abitbol, 1979, Tombouctou et les Arma, de la conquête marocaine du Soudan nigérien en 1591 à l’hégémonie de l’empire peul du Macina en 1833, Paris, Maisonneuve et Larose.

Michel Abitbol, 1980, « Le Maroc et le commerce transsaharien du XVIIe au début du XIXe siècle » Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, volume 30, n° 1, p. 5-19.

Michel Abitbol, 1981, « Juifs maghrébins et commerce transsaharien du VIIIe au XVe siècle », Le sol, la parole et l’écrit. Mélanges en hommage à R. Mauny, Société française d’histoire d’outre-mer, p. 561-576.

Michel Abitbol, 1998, Les commerçants du roi. Tujjar al-sultan. Une élite économique judéo-marocaine au XIXe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose.

Michel Abitbol, 2009, Histoire du Maroc, Paris, Perrin.

Yahia Abou el Farah, Abdelouahed Akmir, Abdelmalek Beni Azza, 1997, La présence marocaine en Afrique de l’Ouest : le cas du Sénégal, du Mali et de la Côte d’Ivoire, publications de l’Institut des études africaines, Université Mohammed V, Rabat, 495 p.

Dr d’Anfreville de la Salle, 1905, « Les Marocains en Afrique occidentale », Bulletin du comité de l’Afrique française, Renseignements coloniaux, p. 155-156.

Annuaires du Sénégal et dépendances, années 1880-1890.

Annuaires de l’AOF, années 1890-1900.

Rita Aouad, 1993, « Les réseaux marocains en Afrique subsaharienne. Les Tekna de l’oued Noun : le cas de la famille Benbarka 1880-1930 », Maroc-Europe n° 4, Rabat, p. 93-114.

Rita Aouad-Badoual, 1994, Les incidences de la colonisation française sur les relations entre le Maroc et l’Afrique noire (c. 1875-1935), thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence.

Rita Aouad-Badoual, 1995, « Colonisation française et échanges transsahariens. Aspects des relations Maroc-Afrique noire d’une guerre à l’autre (1914-1939) », Maroc-Europe, n° 8, Rabat, p. 219-245.

Rita Aouad, 2009, « Aspects des relations entre Fès et l’Afrique noire au tournant du XIXe et du XXe siècle », Fès. Mille deux cents ans d’histoire, sous la dir. de Jeronimo Paez et Hamid Triki, fondation Benjelloun Mezian, 2009, p. 396-412.

Auguste Beaumier, 1870, « Premier établissement des Israélites à Tombouctou », extrait du Bulletin de la Société de géographie, avril-mai, Paris, publié en tiré à part, 30 p.

Karine Bennafla, 2008, « Mise en place et dépassement des frontières entre Maghreb et Afrique noire : approche géo-historique », Culture sud. Maghreb-Afrique noire : quelles cultures en partage ?, p. 15-21.

Florence Boyer, 2007, « Échelle locale et mouvement : de la porosité spatiale et sociale dans les migrations circulaires », Les nouveaux urbains dans l’espace Sahara-Sahel. Un cosmopolitisme par le bas, Paris, Karthala, p. 25-60.

Félix Dubois, 1897, Tombouctou la mystérieuse, Paris, Flammarion.

Michèle Freitas, 1968, Les étrangers en Afrique occidentale de 1900 à 1920, mémoire de maîtrise d’histoire, Aix-en-Provence, 151 p.

Christian Bruschi, 1987-1988, « La nationalité dans le droit colonial », Procès. Cahiers d’analyse politique et juridique, n° 18, p. 29-84.

Odile Goerg, 1990, « La genèse du peuplement de Conakry », Cahiers d’études africaines, vol. 30, n° 117, p. 73-99.

Ismaël Diadié Haïdara, 1999, Les juifs à Tombouctou. Recueil des sources écrites relatives au commerce juif à Tombouctou au XIXe siècle, Bamako, Ed. Donniya, 144 p.

Oskar Lenz, 1886-1887, Timbouctou. Voyage au Maroc, au Sahara et au Soudan, traduit de l’allemand par P. Lehautecourt, Paris, Hachette, 2 t. in 8°, XII-467 p. et 438 p.

Raymond Mauny, 1949, « Le judaïsme, les juifs et l’Afrique occidentale », Bulletin de l’IFAN, p. 354-376.

Jean-Louis Miège, 1981, « Le commerce transsaharien au XIXe siècle. Essai de quantification », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 32, 2, p. 93-119.

Jean-Louis Miège, 1982, « Les juifs et le commerce transsaharien au XIXe siècle », Communautés juives des marges sahariennes du Maghreb, Jérusalem, Institut Ben Zvi, p. 391-404.

Thobie Nathan, L’épopée de Rabbi Mordechai Abi-Serour, Netanya collège, Netanya (Israël), mars 2008. Une conférence de l’ethnopsychiatre, en ligne : http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/3/6/module_4176.php

Jacob Oliel, 1998, De Jérusalem à Tombouctou. L’odyssée saharienne du rabbin Mardochée (1826- 1886), Paris, éd. Olbia.

Roger Pasquier, 1987, Le Sénégal au milieu du XIXe siècle. La crise économique et sociale, Paris, thèse d’État, Université de Paris IV.

Commandant Rejou, « Huit mois à Tombouctou et dans la région nord », Le tour du monde, nouvelle série 4, p. 409-420.

Daniel J. Schroeter, 1988, Merchants of Essaouira. Urban Society and imperialism in southwester Morocco, 1844-1886, Cambridge University Press, 322 p.

Jean-Louis Triaud, 2008, « La relation historique maghrébo-africaine : une dimension islamique », Culture sud. Maghreb-Afrique noire : quelles cultures en partage ?, p. 47-53.

« La question des Syriens en Guinée française », À travers le monde, 1895, p. 22-23.

Notes

1 L’expression est de M. Abitbol, 1982, p. 564.

2 Quelques rares exemples de Marocains ayant dépassé la frontière sahélienne dans D. J. Schroeter, 1988, p. 243 note 127 ; R. Aouad-Badoual, 1994, p. 338 ; ANM, fonds ancien 4D112 (un Marocain de Gao, décédé à Kano au début du XXe siècle).

3 Ils y rejoignent un groupe « minuscule » de Marocains signalés dès la fin du XVIIIe siècle et qui se renouvelle, par la voie du fleuve, dans la deuxième moitié du XIXe siècle à partir de Tombouctou. À ce sujet, quelques renseignements chez R. Pasquier, 1987, tome 1, p. 359.

4 Dès 1888, Aaron Ben el Hazan, frère d’Eliahou Ben el Hazan dont il sera question plus loin, est signalé comme commerçant à Gorée, Annuaire du Sénégal et Dépendances, 1888, p. 250.

5 Selon la mémoire familiale, le premier Marocain serait arrivé à Bathurst dans les années 1890 et le doyen des Marocains en Gambie au début du XXe siècle serait Chérif Bekhaly signalé comme commerçant à Saint-Louis de 1886 à 1889. Entretien avec Edris Makward, juin 2010, Annuaire du Sénégal et Dépendances, 1886-1889.

6 L’arrivée de Joseph Garzon date de 1900. Dossier de naturalisation de J. Garzon, ANS23G32 CAOM 14mi1119.

7 Deux Marocains signalés à Aboisso en 1911. ANS 22G24 CAOM 14mi 1109. Il faut attendre les années 1950 pour voir se dessiner un courant d’installation de Marocains en Côte d’Ivoire, Y. Abou el Farah, A. Akmir, A. Beni Azza, 1997, p. 270. De Bathurst, les commerçants marocains vont pénétrer les marchés de l’Afrique britannique, Sierra Leone et Nigéria, pendant l’entre-deux-guerres, une histoire encore méconnue. Entretien avec Edris Makward, juin 2010.

8 Pour le Sénégal, en 1910-1911 : Saint-Louis, Rufisque, Dakar, Tivaouane, Thiès, Ngaye-Méké, Piré-Gourey, Louga, N’Dande, Kaolack, Pout, Foundiougne, Fitick, Khombole, Dapa, Dagana, Zinguichor, Mekhe. Pour la Guinée : Conakry, Coyah, Bel Air, Kindia, Boké, Dubreka, Mamou, cercle de Timbo, Faranah, Kankan (listes établies d’après les annuaires de l’AOF).

9 Annuaires de l’AOF des années citées.

10 Deux sources ont été retenues : A. Beaumier, 1870, p. 29 (630 commerçants étrangers dont 600 Touatiens, 20 à 25 Marocains de Fès ou du Tafilelt, 6 à 7 Tripolitains) et F. Dubois, 1897, p. 290 (le quartier de Baghindé était en grande partie occupé par ces Arabes, qui naguère étaient au nombre de 300 Marocains, Touatiens, Tripolitains). Sur les commerçants juifs du Maroc, A. Beaumier, 1870 et O. Lenz, 1886-87, t. 2, p. 154. (« En ce moment plusieurs familles juives de l’oued Noun ont acheté le droit d’habiter et de commercer à Timbouctou. »)

11 L’expression est de M. Abitbol, 1979, p. 238.

12 ANM, FA, 5D50, Recensement de la ville de Tombouctou, 1912.

13 R. Aouad-Badoual, 1994, tome 1, p. 308-320.

14 Quatre-vingt Marocains recensés en 1905, six en 1911. Des chiffres à manier avec précaution. M. Freitas, 1968, p. 43, ANS2G23, CAOM, 14mi1109.

15 Pour exemple : «  Chérif Bakhali était un érudit avec une réputation en Gambie et au Sénégal. C’est grâce à cette réputation qu’en visite à Saint-Louis un marabout local du nom d’Abalye Sarr lui a offert comme épouse sa fille aînée, Khady, née à Saint-Louis en 1883. » Entretien avec Edris Makward, juin 2010.

16 Sur ce personnage au parcours exceptionnel : A. Beaumier, 1870 ; J. Oliel, 1998 ; T. Nathan, 2008 ; M. Abitbol, 2009, p. 346-347.

17 «  Le juif Azan Léon, usurier de profession, espion par intérêt, médecin à l’occasion… » Rapport du chef de bataillon d’infanterie de la marine Réjou, commandant la région de Tombouctou au lieutenant-colonel gouverneur du Soudan, le 8 septembre 1895, ANS 15G212CAOM14mi1054.

18 Ordre n° 8 du chef de bataillon d’Infanterie de la marine, commandant la région de Tombouctou, 4 septembre 1895, ANS 15G215 14mi1057.

19 « Au Soudan, il faut être pessimiste à rebours. Le soleil surchauffe les cervelles, aiguise les langues et rend souvent injuste pour autrui. C’est la « soudanite », maladie toute locale, se manifestant sous des formes diverses. Personne n’y échappe, peu ou prou. » Selon la propre définition du commandant Réjou. Commandant Réjou, 1898.

20 Le siège social est à Tanger. La compagnie est aussi présente à Gibraltar, en Algérie.

21 Dossiers de naturalisation des Cohen ANS23G33CAOM14mi1119, Annuaires du gouvernement général de l’AOF.

22 Qui ont forcé à une première définition internationale de la nationalité marocaine à la conférence entérinée par la convention de Madrid de 1880.

23 En 1911, sur six dossiers de naturalisation parvenus d’AOF et d’AEF au ministère des Colonies, cinq concernent des Marocains, le dernier un « Libano-Syrien ».

24 De Guinée, le secrétaire général écrit au lieutenant de la colonie au sujet de la demande de naturalisation d’Abraham Cohen en 1904 : « Je me permets de rappeler que la naturalisation des Israélites d’Algérie a soulevé de violentes polémiques et qu’en Tunisie, pays de protectorat comme pourrait le devenir le Maroc, il ne semble pas que l’on pousse à la naturalisation de cette catégorie d’indigènes. » ANS23G33, CAOM 14mi1119.

25 En plus d’autre nationalité, comme c’est le cas de Abraham Benaïon – dit Albert – sujet brésilien naturalisé français en 1911 mais déjà parti pour Tanger au moment de la remise de son décret de naturalisation ! ANS 23G32/CAOM14mi1119.

26 Terme emprunté à Christian Bruschi, 1987-1988.

27 C’est le décret du 7 février 1897 qui clarifie les conditions de naturalisation française à partir de l’AOF. En 1912, la situation change puisque les Marocains appartiennent désormais à une catégorie particulière d’étrangers, les protégés.

28 Correspondance entre le lieutenant gouverneur de Saint-Louis, le gouverneur du Sénégal et le gouverneur général de l’AOF au sujet de la demande de naturalisation de Moulaye Hamed Bougaleb, 1911. ANS 23G31/ CAOM 14mi1119.

29 Lettre du chargé d’affaires de France à Tanger du 28 août 1894 au ministère des Colonies, CAOM, Séries géographiques, Sénégal et dépendances XIV, dossier 25.

30 Encore en 1900, catégorie de « commerçants blancs », ANM, FA, 2 E71, fiches de renseignements, Tombouctou.

31 ANM, FA, 5D50, Recensement de la ville de Tombouctou, 1912. Au sujet de la difficulté du classement « racial » et de l’identification des Marocains, le responsable du recensement, M. Huchery, commis première classe aux affaires indigènes avoue ses difficultés : «  Il est matériellement impossible d’attribuer à chaque individu de race exacte. Ce travail a consisté à enregistrer les déclarations qui m’étaient faites. »

32 « La question des Syriens en Guinée française », À travers le monde, 1895, p. 22 : «  Au début, cette population cosmopolite, qui n’est pas entièrement syrienne, mais comprend également des Italiens, des juifs marocains et de Gibraltar, des Maltais, des Égyptiens […]. »

33 Les recensement de 1909 (Gorée), de 1912 (sur la populations des principales villes de l’AOF) adoptent ces catégories (ANS 3G11/136 CAOM 14mi740 ; ANM, FA, 5D85).

34 Voir pour l’exemple le recensement du cercle de Louga de 1926, ANS 2G26/69, CAOM 14mi 2623.

35 Quelques centaines de musulmans, quelques dizaines de juifs…

Auteur

Lycée Descartes Rabat

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable