Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Deuxième partie : Colonisation et distorsion de l'espace

Du séfarade à l’indigène

Jacob Lasry et les négociants juifs dans l’Algérie coloniale

Joshua Schreier

Texte intégral

  • 1 Pour plus d’informations sur la réputation de Boyer, voir Charles-André Julien, Histoire de l’Algér (...)
  • 2 SHAT, série 1 H 12, fol. 3 Rapport sur la province d’Oran, du général Boyer au gouverneur général d (...)
  • 3 Idem.

1En mars 1832, le général Pierre Boyer1, commandant français d’Oran, ville récemment conquise par l’armée d’Afrique, envoya un rapport à ses supérieurs dont voici un extrait : « [à Oran], le commerce se compose de 40 juifs au plus, qui se cotisent ensemble pour l’achat de la cargaison d’un bâtiment de 70 à 100 tonneaux. »2 Une fois la cargaison arrivée, ces juifs se mettaient à « débarquer au plus vite leurs marchandises, [à] les transporter dans leurs boutiques et magasins, dans la haute ville, et [à] les étaler… ». Cette stratégie leur permettait à la fois d’éviter les frais d’entrepôt, et de gagner un avantage sur leurs concurrents, c’est-à-dire d’autres commerçants. Le résultat, selon Boyer, était qu’« il n’y a pas un seul négociant français établi à Oran »3.

  • 4 De fait, le décret enjoint les rabbins « d’encourager les israélites à l’exercice des professions u (...)

2Treize ans plus tard, le 9 novembre 1845, le gouvernement français inaugura une stratégie coloniale juive visant à améliorer une situation qui semblait bien différente de celle qu’avait décrite Boyer. Cette campagne préconisait la mise en place d’une série de consistoires israélites censés « civiliser » les juifs d’Algérie, supposés « isolés », « misérables » et « opprimés ». Les premiers consistoires avaient été établis en France sous Napoléon Ier, en 1808, quarante ans plus tôt. Leur but était de « régénérer » les juifs de France. Dès le début de la conquête de l’Algérie, certains membres de ces consistoires français, de tendance libérale, soutenaient que les juifs des villes du littoral algérien étaient victimes du fanatisme musulman et que les consistoires, considérés comme des éléments civilisateurs, leur permettraient de se rattacher rapidement à la France. Un tel attachement ferait d’eux les alliés du projet colonial. Quand le ministre de la Guerre décida de suivre ces conseils en établissant les consistoires, ces nouvelles institutions coloniales adoptèrent la devise « civilisation et patrie », et se virent chargées « d’encourager les juifs [à faire] l’apprentissage des métiers utiles »4. Vers la fin de 1847, un officier juif du consistoire d’Oran utilisa, peut-être pour la première fois, l’expression « mission civilisatrice » pour décrire sa tâche.

3Comment expliquer le décalage entre les déclarations agacées de Boyer, qui soulignent la domination commerciale et l’omniprésence des juifs d’Oran, et un autre discours colonial mettant l’emphase sur leur oppression et leur misère ? Cet article privilégie les années qui ont suivi la conquête et l’installation des militaires français dans les villes d’Algérie et propose l’hypothèse suivante : le ministre de la Guerre n’a pas décidé de prendre en charge les communautés juives de l’Algérie coloniale parce qu’elles étaient « exclues » ou inutiles, mais plutôt parce que leur poids démographique et commercial dans les villes d’Algérie était devenu préoccupant. Nous allons voir que les rapports militaires des premières années de la conquête ne décrivent pas une communauté récemment affranchie de l’esclavage, mais plutôt un groupe ayant une réelle influence économique, un groupe qui avait tissé des réseaux interrégionaux importants avec des tribus et des négociants tant musulmans qu’européens. Ce travail se distingue des traitements antérieurs de la question, qui liaient principalement la politique émancipatrice française à l’égard des juifs algériens aux efforts des juifs français libéraux des consistoires métropolitains. Les consistoires algériens ont bien été instaurés dans le but d’émanciper les juifs, mais cette émancipation était au service de la conquête.

4Le processus de « civilisation » a bien constitué une façon d’attirer une partie importante de la population urbaine juive dans le camp français. Mais comment l’action de « civiliser » a-t-elle affecté les identités sociales des bénéficiaires supposés de cette stratégie ? Pour répondre à cette question, on examinera d’abord la dynamique commerciale que Boyer a trouvé si problématique, ainsi que le degré d’intégration des commerçants juifs dans leurs milieux. On considérera ensuite le cas d’un certain Jacob Lasry, négociant juif séfarade installé à Oran, et qui avait des relations avec des négociants anglais, gibraltariens et marocains. Son odyssée identitaire au cours des années 1840 et 1850 est celle d’un grand commerçant qui s’est adapté aux institutions civilisatrices censées transformer les identités de l’Afrique du Nord en les réorientant vers un nouvel axe bipolaire Français-indigène. Le cas de Lasry nous donnera un aperçu de l’émergence d’un nouveau sujet colonial : la communauté juive indigène. Jacob Lasry est un exemple frappant d’une importante transformation : ce négociant séfarade est, en effet, devenu le représentant « indigène » des juifs d’Oran.

5Le colonialisme français s’est efforcé de réorienter le statut de l’élite juive maghrébine. Cette transformation s’est opérée autour de nouvelles sources de pouvoir et de privilèges, avec, parfois, des difficultés considérables. Si les activités commerciales qui faisaient la fortune des élites séfarades avant la conquête n’ont pas disparu après 1830, la domination française et le projet de civilisation ont apporté des changements dans le paysage économique. Ils ont aussi mené à la constitution de nouvelles institutions civiles ainsi qu’à de nouvelles difficultés.

  • 5 CAOM, fol. F80 1670/B, Rapport sur la province d’Oran et sur l’état de l’occupation dans cette part (...)
  • 6 CAOM, fol. F80 1670/B. Du chef du bureau d’Alger au ministère de la Guerre, 3 juillet 1832 ; SHAT, (...)
  • 7 CAOM, fol. F80 1670/B, Rapport sur la province d’Oran et sur l’état de l’occupation dans cette part (...)

6La décision du ministre de la Guerre de créer des institutions civilisatrices pour les juifs d’Afrique du Nord a été prise à la suite d’une crise économique locale déclenchée par la conquête, et de l’arrivée de nombreux colons non français dans les villes d’Algérie. Dans les années qui ont suivi 1830, les Français ont essayé de ranimer le commerce des caravanes dans les villes d’Algérie. Au même moment, la population d’Européens non français (Espagnols, Maltais et Italiens, pour la plupart) a commencé à dépasser, en nombre, la population française. Les juifs, quant à eux, constituaient un groupe démographique important dans les villes. Oran, par exemple, comptait 17 000 habitants au moment de la conquête, dont 3 700 juifs5. Les correspondances militaires des années 1830 et 1840 déplorent l’insuffisance numérique des colons français et la surreprésentation de pêcheurs de corail napolitains, de pêcheurs maltais6, de juifs marocains, de juifs locaux, de Turcs, d’esclaves libérés et de bandes d’ouvriers italiens ou espagnols circulant librement7. Au cours des années 1830 et 1840, plusieurs officiers ont proposé des plans visant à encourager l’immigration française, à décourager l’immigration étrangère, et même à supprimer tout simplement la colonisation non militaire. Les juifs d’Algérie étaient un groupe dont la fidélité à la France, les habitudes commerciales et le poids économique inquiétaient les officiers français.

  • 8 SHAT, series 1 H 11, dos. 2, Rapport particulier, Alger, 20 février 1832.

7Selon les mémos des militaires, les commerçants juifs travaillaient avec des gens de diverses confessions. Dans un rapport de 1832, par exemple, le commandant français à Alger remarque avec plaisir qu’il y a de plus en plus de bateaux de pêche au port. Malheureusement, il rapporte aussi, en juin de la même année, des plaintes contre « une compagnie de Maltais, pêcheurs et juifs qui accaparent tout le poisson et le vendent à des prix très élevés ». L’administration locale, pour « faire cesser ces abus », a alors nommé un Sheik « afin de surveiller la quantité de poisson pêché ». Au début, ces efforts ont eu du succès, « mais depuis la fin de décembre dernier, le même abus s’est reproduit … »8, note le même commandant.

  • 9 Thomas Robert Bugeaud, duc d’Isly, Mémoire sur notre établissement dans la province d’Oran : Par su (...)
  • 10 SHAT, série 1 H 93, dos. 2, Bugeaud au ministère de la Guerre, 10 novembre 1843.
  • 11 CAOM, 18 M1 2EE 5, Bugeaud au ministre de la Guerre, 19 novembre 1843. L’historien Michel Ansky a m (...)

8Il semble que l’affaire du prix du poisson n’était pas un incident isolé. Dans les années1840, le général Thomas-Robert Bugeaud a décrit les juifs comme « le plus grand obstacle au rapprochement des Arabes et des Français ». Il les tenait pour des intermédiaires incontournables entre des colons et les indigènes. Bugeaud déplorait par exemple le fait qu’ils « parlent la langue et qu’ils connaissent les habitudes du pays, [qu’]ils s’imposent comme arbitres du commerce, et [qu’]ils ne laissent que fort rarement un Arabe traiter directement avec un Français »9. Le 10 novembre1843, Bugeaud a repris les commentaires de Boyer (cités en début de ce texte), décrivant Oran comme une « jolie ville fraîche et pittoresque », mais ajoutant que « malheureusement la majeure partie de sa population se compose de juifs rapaces et devenus insolents parce que nous les avons émancipés trop tôt »10. Dix jours plus tard, il s’est plaint que les juifs « absorbent la meilleure part d’un commerce que feraient fort bien nos nationaux… »11. La première représentation coloniale officielle des juifs algériens était celle d’un groupe opprimé par l’islam. La correspondance militaire des quinze premières années de la conquête déplorait pourtant à maintes reprises leur puissance commerciale.

  • 12 Daniel Holsinger, « Trade Routes in the Algerian Sahara in the 19th Century », in Revue de l’Occide (...)

9Il semblerait donc que les liens et les accords existant entre certaines tribus et certains juifs ont pu préoccuper les Français, malgré les efforts accomplis par l’administration coloniale pour influer sur le commerce local12. En 1839, par exemple, un négociant musulman qui avait récemment acheté un morceau de calicot à Mostaganem a rencontré un oukil (réprésentant) de l’émir Abd al-Qader de Mascara. D’après un rapport militaire français, l’oukil a maltraité le négociant, lui a pris le tissu et a exigé, au nom de l’émir, qu’il cesse de commercer dans les villes occupées par les Français. Le tissu a été rendu à l’acheteur, mais le lieutenant général a décrit les actions de l’oukil comme une escroquerie plus large impliquant plusieurs tribus, mais aussi des marchands juifs influents. D’après l’officier français, l’oukil n’aurait pas agi de la part de l’émir, mais plutôt par intérêt personnel, pour trouver « un moyen de favoriser certains Israélites privilégiés » :

  • 13 SHAT, Série 1 H 62, dos. 2, Lt. colonel au lieutenant général, commandant supérieur de la province (...)

J’ai remarqué, en effet, que plusieurs d’entre eux, le Sr. Israel Serfati, par exemple, font des envois considérables de marchandises dans l’intérieur avec le concours et la protection des Oukil, à l’exclusion des autres. Les Juifs qui ont toujours entretenu de bonnes relations avec l’Oukil jouissent naturellement de cette faveur, le préférant aux autres.13

  • 14 CAOM, fol. 3U/1, Commandant colonel de la subdivision d’Oran au général Pélissier, 5 avril 1853.
  • 15 CAOM, fol. 3U/1, Extrait du registre des délibérations du consistoire d’Oran, 11 février 1855.

10On ne sait pas si ce récit décrit bien les motivations de l’oukil ; reste que cette anecdote n’est pas la seule qui évoque l’existence de liens étroits entre des marchands juifs et musulmans. En 1853, par exemple, un juif s’est fait arrêter avec quelques comparses kabyles pour vols près de Sidi-bel-Abbès. Selon la correspondance des officiers militaires, il vivait « parmi les Kabyles du Maroc »14. Dernier exemple : en 1855, le bureau arabe de la province d’Oran a établi une liste de tous les colporteurs juifs qui travaillaient dans les tribus arabes et leurs demandes d’autorisation de faire ce travail15.

  • 16 SHAT, 1 H 11, dos. 2, de Muhammad abd al-Kadi au général Boyer, sans date ; vraisemblablement févri (...)
  • 17 Id. Voir aussi, SHAT 1 H 11, dos. 1, du général Boyer au gouverneur général d’Algérie, 21 janvier 1 (...)
  • 18 SHAT, 1 H 11, dos. 2, de Muhammad al Qadi au général Boyer, sans date ; vraisemblablement février 1 (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

11D’autres exemples indiquent que la misère de la communauté juive inquiétait bien moins les militaires français que leur intégration, comme le révèle l’épisode qui suit. En février 1832, le moqaddem (ou chef de la communauté juive) d’Oran, nommé Amar, a démissionné16. Amar représentait les juifs auprès de la régence ottomane ; il avait aussi travaillé avec les Français pour approvisionner Oran. Il était, en 1832, l’intermédiaire entre les marchands juifs de la ville et la tribu des Doua’ir et Smela, qui approvisionnaient le marché d’Oran17. Après la démission d’Amar, Muhammad al-Qadi, un notable Doua’ir, a écrit à Boyer pour se plaindre de ce qu’en l’absence du moqaddem certains juifs insultaient les vendeurs arabes et les dépouillaient18. Al-Qadi a déclaré alors qu’il ne reviendrait que quand Boyer « remettrait Amar à la tête de la nation juive », estimant qu’« il est le seul qui comprend les intérêts des Arabes et des Juifs et qui sache y mettre ordre »19. Sans perdre un instant, Boyer a répondu à Muhammad al-Qadi pour lui assurer que lui aussi avait beaucoup d’admiration pour Amar. Il a ajouté : « [Vous pouvez] venir avec vos produits, [et] si [un ?] Juif vous manque de respect , adressez-vous à moi. »20 Le terme moqaddem est souvent traduit comme « chef de la nation juive », mais la communauté dont cet homme était responsable n’était pas strictement confessionnelle.

  • 21 BNA, F.O. 335/57/13, de James Welsford au colonel Sir Thomas Reed, Tunis, 18 janvier 1832.

12L’histoire du négociant Jacob Lasry nous fournit un autre type d’exemple de la transformation des juifs d’Algérie en une « communauté d’israélites indigènes. » Lasry était un sujet protégé des Britanniques qui entretenait des liens familiaux et commerciaux au Maroc, à Gibraltar et à Oran. Son affaire d’exportation de bétail (moutons et bœufs), de blé et d’orge était très importante et impliquait des négociants anglais et des consuls étrangers. En 1831, le général Clauzel, qui manquait de soldats, a demandé au bey Ahmed de Tunis de choisir des beys pour Constantine et Oran, beys qui assureraient les fonctions de représentants de la France. Le bey Kheir al-Din Agha, installé à Oran, conclut un marché avec Jacob Lasry et James Welsford, le vice-consul britannique à Oran. Ce marché permettait à Lasry d’obtenir le droit d’exporter des céréales et du bétail à partir d’Oran, et donnait au bey d’Oran la possibilité de faire un emprunt21.

  • 22 BNA, F.O. 335/57/2, du vice-consul britannique à Alger au vicomte Goderich, 5 octobre 1831.
  • 23 Ibid.
  • 24 BNA, F.O. 335/57/2, Armée française d’Afrique, général Behaghel à l’invitation du général Landois, (...)
  • 25 BNA, F.O. 335/57/2, vice-consul britannique Welsford, copie certifiée d’une note de l’intendant civ (...)

13Cependant, peu après l’acquisition des droits d’exportation par Lasry, le nouveau gouverneur général, Pierre Berthezène, mit fin à la politique d’administration indirecte et remplaça le bey tunisien par le général Pierre Boyer (mentionné plus haut). Paris refusa par ailleurs de ratifier l’accord que le général Clauzel avait passé avec le bey Ahmed, rendant ainsi caducs les accords passés par Kheir al-Din durant son bref régime22. N’ayant plus le droit d’exporter, Lasry et Welsford firent appel à la nouvelle administration française pour que justice leur soit rendue ; ils eurent également recours aux autorités britanniques d’Alger et de Londres23. Lors d’une entrevue dans le palais du bey en août 1831 entre le sous-intendant à Oran, Jacob Lasry et quelques autres intéressés24, l’officier français assura aux marchands que les droits d’exportation seraient respectés dès que Boyer aurait donné son autorisation formelle25.

  • 26 BNA, F.O. 335/57/2, Pierre Boyer au vice-consul britannique, 11 octobre 1831.

14Pourtant, en fin de compte, en dépit même des plaintes déposées par Londres, les autorités françaises ont refusé de valider l’accord que Lasry avait passé avec l’ancien bey d’Oran. Dans un courrier adressé au consul britannique basé à Alger, le général Boyer a expliqué que le bey « n’avait pas le droit de disposer de l’avenir, qui ne lui appartenait point »26. Il semble que les autorités françaises d’Algérie ne voulaient pas ratifier des accords qui auraient pu bénéficier à l’Angleterre au détriment de la France.

15Cet incident entraîna, pour Lasry, des pertes économiques considérables ; il se trouva également au cœur d’un incident diplomatique entre l’Angleterre et les généraux français. Malgré cela, Lasry n’a pas été ruiné. Le consistoire israélite colonial fit bientôt appel à ce commerçant aux attaches familiales internationales et lui proposa de représenter et de diriger la communauté juive à laquelle il avait pourtant lui-même nié appartenir au début de la conquête.

  • 27 CAOM, F80 1631, Lasry au ministère de la Guerre, document transcrit et attaché à la lettre du minis (...)

16Aux débuts des années 1840, Jacob Lasry avait réalisé un investissement immobilier important à Oran en acquérant un bâtiment avec une synagogue privée (dite particulière). Pour les hommes riches, les synagogues particulières étaient un moyen d’investir mais aussi d’augmenter leur prestige au sein de leur communauté, en faisant œuvre pieuse. Or l’établissement du consistoire israélite d’Oran, dont l’un des buts était « civilisateur », avait conduit à la suppression des synagogues particulières d’Algérie. Peu après le décret de novembre 1845 établissant les consistoires en Algérie, Lasry, qui craignait que son investissement religio-immobilier ne soit menacé, a écrit aux autorités françaises. Il avait déjà une longue expérience auprès des consuls européens, mais la présence (et la politique) coloniale et civilisatrice de la France exigeaient d’autres stratégies. Lasry a estimé alors qu’il fallait expliquer, dans une lettre au ministre de la Guerre à Paris, qu’il existait des différences rituelles importantes entre les divers groupes de juifs en Algérie ; un élément que la nouvelle loi sur les synagogues semblait ignorer. Sa synagogue, a-t-il expliqué dans sa lettre, portait le nom de Beit ha-Knesset européenne Lasry et servait à ceux qu’il appelait les « séfarades européens » en Algérie27 (il s’agissait, sans doute, des juifs du Maroc qui parlaient haketia, une forme occidentale de judéo-espagnol). Lasry a ainsi expliqué pour des raisons économiques et financières qu’il n’appartenait pas à la communauté des juifs autochtones d’Algérie, mais plutôt à celles de juifs européens (du Maroc !). Il a ainsi obtenu gain de cause. Lasry a sans doute perdu de l’argent avec l’installation de Boyer à Oran, mais il a réussi à garder sa synagogue (et par conséquent son investissement immobilier).

  • 28 CAOM, fol. 3U/1, Projet du consistoire d’Oran pour les notables de la circonscription, 5 mai 1853.

17Dans les années 1850, l’administration civile a installé Lasry dans les fonctions de président du consistoire israélite de la province d’Oran28. Il a succédé à des dirigeants très contestés pour des raisons peu claires. Sa tâche était de veiller à renforcer les liens de la communauté des juifs indigènes à la France. Ainsi, le consistoire colonial a fait appel à un négociant juif dont les racines étaient au Maroc et à Gibraltar et qui entretenait des liens étroits avec des consuls d’un pouvoir rival ; il a choisi un homme qui avait failli être ruiné par suite des caprices d’un représentant du nouveau pouvoir colonial français. Et il lui a fourni une structure et un cadre qui lui ont permis de se muer en dirigeant et en délégué de ce qu’on appelait « la communauté israélite indigène », en somme en un agent de la mission civilisatrice française.

18Conclusion

19Ces épisodes tirés des premières années de la conquête nous en apprennent long sur la création coloniale d’une communauté juive à Oran. D’abord, il semblerait que l’intégration des juifs – du moins dans les réseaux commerciaux – ait suscité plus d’inquiétudes de la part des Français que leur isolement, leur persécution ou leur misère supposés. Il se peut même que ce soit précisément cette intégration qui ait conduit le gouvernement français à lancer une politique « civilisatrice » destinée à lier le destin de ces juifs à la France. Des travaux antérieurs à celui-ci soulignent l’écart entre une stratégie militaire « antijuive » et les efforts de certains libéraux civilisateurs des consistoires israélites métropolitains, qui voulaient à tout prix émanciper leur cousins « orientaux » afin de ne pas les laisser vivre sous le même statut colonial qui gouvernait les musulmans. Il semble plutôt que ce sont d’abord les exigences coloniales et les besoins de la conquête qui ont joué un rôle dans l’établissement d’une politique civilisatrice visant les juifs d’Algérie.

20Une autre conclusion que l’on peut tirer de l’histoire de Jacob Lasry et de ses coreligionnaires est que l’idéologie civilisatrice et les institutions coloniales qui la représentaient ont créé un contexte historique qui a mené à une mutation profonde des identités juives méditerranéennes. Lasry n’est pas sorti indemne de l’installation du pouvoir colonial français en Algérie. Il est allé jusqu’à mobiliser l’autorité des consuls britanniques pour tenter de récupérer ses biens. Mais une décennie et demie plus tard, les nouvelles identités coloniales et les institutions dont elles étaient le reflet (et qu’elles ont aidé à créer) ont offert à Lasry de nouvelles opportunités. Sa richesse, produit de ses attaches familiales et de ses connections transrégionales, lui a paradoxalement permis de profiter de la consolidation du pouvoir français et de la campagne visant à lier les juifs d’Oran aux colonisateurs. Il a su mobiliser son identité « européenne séfarade » pour se distinguer des « indigènes » et protéger sa synagogue au cours des années 1840, mais il a aussi réussi à s’inventer suffisamment de racines locales pour se présenter comme un juif à la fois algérien et éclairé, capable de servir la France dans sa mission coloniale. Il s’est ainsi déclaré apte à faire participer les juifs d’Afrique du Nord, récemment devenus « indigènes, » à une téléologie française d’émancipation.

Notes

1 Pour plus d’informations sur la réputation de Boyer, voir Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine : Conquête et Civilisation (1827-1871) (Paris : Presses universitaires de France, 1964), 83.

2 SHAT, série 1 H 12, fol. 3 Rapport sur la province d’Oran, du général Boyer au gouverneur général d’Algérie, 1er mars 1832.

3 Idem.

4 De fait, le décret enjoint les rabbins « d’encourager les israélites à l’exercice des professions utiles et plus particuliérement, des travaux agricoles ». Voir R. Estoublon et A. Lefébure, Code de l’Algérie annoté. Recueil chronologique des lois, ordonnances, décrets arrêtés, circulaires, etc. actuellement en vigueur (Alger: A. Jourdan, 1896) : 83.

5 CAOM, fol. F80 1670/B, Rapport sur la province d’Oran et sur l’état de l’occupation dans cette partie de la Régence, 25 avril 1853.

6 CAOM, fol. F80 1670/B. Du chef du bureau d’Alger au ministère de la Guerre, 3 juillet 1832 ; SHAT, Série 1 H 11, dos. 2, Rapport particulier, Alger, 20 février 1832.

7 CAOM, fol. F80 1670/B, Rapport sur la province d’Oran et sur l’état de l’occupation dans cette partie de la Régence, 25 avril 1853.

8 SHAT, series 1 H 11, dos. 2, Rapport particulier, Alger, 20 février 1832.

9 Thomas Robert Bugeaud, duc d’Isly, Mémoire sur notre établissement dans la province d’Oran : Par suite de la paix, in Weil, Œuvres militaires du maréchal Bugeaud, duc d’Isly, réunis et mises en ordre (Paris : L. Baudouin, 1883), 219. La brochure a d’abord été publiée en 1838.

10 SHAT, série 1 H 93, dos. 2, Bugeaud au ministère de la Guerre, 10 novembre 1843.

11 CAOM, 18 M1 2EE 5, Bugeaud au ministre de la Guerre, 19 novembre 1843. L’historien Michel Ansky a même suggéré que, du XVIIe siècle à l’arrivée des Français, les juifs dominaient le commerce dans les villes algériennes. Voir Michel Ansky, Les Juifs d’Algérie : du décret Crémieux à la libération (Paris : Éditions du Centre, 1950): 23-24.

12 Daniel Holsinger, « Trade Routes in the Algerian Sahara in the 19th Century », in Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée 30 :1 (1980) : 57-70. Dans une lettre adressée au ministère de la Guerre, Bugeaud a noté qu’il était parvenu à raviver le commerce bédouin dans les marchés français, mais que les résultats n’étaient pas entièrement satisfaisants. Bugeaud au ministère de la Guerre, 20 septembre 1842. CAOM, fol. 2 EE 3, microfilm 18 MIOM 2 ; Holsinger, « Trade routes », 63.

13 SHAT, Série 1 H 62, dos. 2, Lt. colonel au lieutenant général, commandant supérieur de la province d’Oran, 5 juin 1839.

14 CAOM, fol. 3U/1, Commandant colonel de la subdivision d’Oran au général Pélissier, 5 avril 1853.

15 CAOM, fol. 3U/1, Extrait du registre des délibérations du consistoire d’Oran, 11 février 1855.

16 SHAT, 1 H 11, dos. 2, de Muhammad abd al-Kadi au général Boyer, sans date ; vraisemblablement février 1832.

17 Id. Voir aussi, SHAT 1 H 11, dos. 1, du général Boyer au gouverneur général d’Algérie, 21 janvier 1832.

18 SHAT, 1 H 11, dos. 2, de Muhammad al Qadi au général Boyer, sans date ; vraisemblablement février 1832.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 BNA, F.O. 335/57/13, de James Welsford au colonel Sir Thomas Reed, Tunis, 18 janvier 1832.

22 BNA, F.O. 335/57/2, du vice-consul britannique à Alger au vicomte Goderich, 5 octobre 1831.

23 Ibid.

24 BNA, F.O. 335/57/2, Armée française d’Afrique, général Behaghel à l’invitation du général Landois, copie d’une section des minutes, 22 août 1831.

25 BNA, F.O. 335/57/2, vice-consul britannique Welsford, copie certifiée d’une note de l’intendant civil d’Oran Banachin, 27 octobre 1831.

26 BNA, F.O. 335/57/2, Pierre Boyer au vice-consul britannique, 11 octobre 1831.

27 CAOM, F80 1631, Lasry au ministère de la Guerre, document transcrit et attaché à la lettre du ministère de la Guerre, Direction des affaires algériennes, au gouverneur général d’Algérie, 24 février 1846.

28 CAOM, fol. 3U/1, Projet du consistoire d’Oran pour les notables de la circonscription, 5 mai 1853.

Auteur

Vassar College, Poughkeepsie, New York

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable