Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Deuxième partie : Colonisation et distorsion de l'espace

Migrations des populations juives et musulmanes à l’intérieur de l’espace maghrébin, XIXe et XXe siècles

Jacques Taïeb

Texte intégral

1Cette contribution présente les mouvements migratoires intramaghrébins à l’exclusion donc des échanges avec le dehors, essentiellement l’Europe et le Proche-Orient. Les migrations seront abordées de pays à pays : Maroc, Algérie, Tunisie, Libye. Les mouvements, à l’intérieur de chacune des quatre entités, ne seront pas analysés, car cela dépasserait, et de loin, le cadre limité que nous nous sommes fixé.

2On l’aura sans doute subodoré à l’énoncé de notre titre, la période étudiée représente pour l’essentiel les temps coloniaux même si l’Algérie est, en la matière, un cas particulier, ne serait ce que par la précocité du fait colonial. Par souci comparatif enfin, nous tenterons, dans la limite d’une documentation lacunaire, de mettre en parallèle ces migrations et celles des populations musulmanes à la même période.

3Trois axes majeurs articuleront notre analyse. Les deux premiers axes (résolument chronologiques) aborderont les migrations juives aux XIXe et XXe siècles et révéleront de sensibles divergences quant à l’origine géographique des flux migratoires et à leurs destinations. Le troisième axe enfin s’attachera, de manière factuelle, à identifier les mouvements des populations musulmanes, aux mêmes époques, et à analyser dissemblances et analogies entre les deux populations.

Le XIXe siècle : l’Algérie au centre du dispositif et foyer d’immigration

  • 1 Cf. Isaac Bloch, Inscriptions tumulaires des anciens cimetières israélites d’Alger, Paris, Cercle d (...)

4Le récit des migrations débute en 1805. Cette année-là, à Alger, le massacre antijuif, perpétré par les janissaires turcs en juillet 1805, et sur les origines duquel il serait ici trop long de s’étendre1, pousse au départ 200 personnes vers Livourne, 100 vers Tunis, et d’autres vers Tripoli de Barbarie. Dans les années qui suivent, les départs se poursuivent vers les mêmes directions mais également vers la Terre sainte, vidant partiellement la communauté juive d’un certain nombre de ses membres et la privant de talents et de compétences.

5Le déclin de la communauté d’Alger, au plan économique, surtout suite à la croisière de l’amiral Exmouth qui mit fin à la course, catalysa aussi l’exode. En 1830, le dénombrement effectué par les autorités françaises donna 6 025 juifs. Sans doute, vu l’état embryonnaire de l’enquête, était-il inférieur à la réalité. En tout état de cause, il y avait vraisemblablement moins de monde en 1830 qu’en 1805. Mais à quel total s’arrêter à cette dernière date, 7 000 individus, peut-être plus ?

6Changement de décor dès les premières années de présence française dans l’ancienne régence d’Alger, qu’on commençait à appeler Algérie dans les années 1830. De répulsive, au moins pour Alger, la contrée commence à attirer des migrants juifs venus du Maroc et de Tunisie. C’est ainsi que les patronymes Bellaïche, Borgel, Douieb, Taïeb, Zeïtoun étaient perçus comme d’ascendance tunisienne et d’autres comme Abécassis, Abouhassira, Bitton, Fhima se référaient à une origine marocaine.

  • 2 Cf. Statistique générale de l’Algérie, année 1872.

7Le recensement de 1872, quelque deux ans après la promulgation du décret Crémieux – le mal nommé, puisqu’il s’agissait d’un acte législatif – permit de comptabiliser 34 574 juifs indigènes auxquels il faudrait ajouter 5 238 étrangers, Tunisiens et Marocains dans leur quasi-totalité2, qu’aucune étude sur l’Algérie et les juifs d’Algérie ne paraît avoir retenus. Cela donnerait pour ces étrangers, le nombre de 5 200 sur les 39 800 juifs du pays, une proportion d’environ 13 %. Encore ce pourcentage serait-il sensiblement inférieur à la réalité, si l’on tenait compte des enfants de ces étrangers nés en Algérie. La définition du juif indigène, mise en place en 1871, après la promulgation du décret, les englobait en effet au sein des autochtones, puisque nés in situ.

  • 3 Ibid., année 1902.

8Quelque trente ans plus tard les données de l’état civil en Algérie fournissent quelques clés sur l’ampleur du mouvement migratoire en direction de la colonie. En 19023, sur 1 176 décès officiellement déclarés, 153 étaient des étrangers (13 %), sans compter les étrangers devenus français de quelque façon que ce soit : naturalisation, mariages, bénéficiaires du principe du jus soli du 26 juin 1889 qui faisait d’eux, sauf refus de leur part à leur majorité, des citoyens français.

  • 4 Ibid., année 1904.
  • 5 Une première anomalie de ce recensement des naissances de 1904 s’observe dans le fait que sur ces 1 (...)

9L’examen des naissances de l’année 19044 conduit à des conclusions très voisines. On dénombrait, cette année-là, nés de mères juives 1 867 enfants dont les mères étaient françaises par le décret Crémieux, 21 Françaises de souche par leurs pères, 51 par le Senatus Consulte du 14 juillet 1865 (elles-mêmes ou leur père) – qui donnait aux juifs et aux musulmans la possibilité de devenir français en abandonnant leur statut personnel. On dénombrait, par ailleurs, 213 enfants dont les mères étaient étrangères. Enfin, 184 avaient bénéficié de la loi du 26 juin 1889, complétée par celle du 22 juillet 1893, qui rendait automatiquement français les enfants nés en France (et en Algérie) de parents étrangers, sauf refus à leur majorité5. Ainsi, sur les 2 336 naissances de 1904, les nouveaux-nés étrangers ou d’origine étrangère étaient au nombre de 397, soit 17 % du total. Il faut donc relativiser l’impact du décret Crémieux quant à l’obtention de la citoyenneté française, et ce par l’existence d’un courant migratoire, puissant et continu, par nature extérieur au dit décret, et qui privilégiait donc l’accès à la citoyenneté française par d’autres voies.

10Comment enfin, pour l’essentiel, expliquer les raisons de cette immigration ? L’explication traditionnelle, qui veut qu’elle fut corrélée à la recherche d’un statut d’égalité politique avec les non-juifs, plus ou moins réalisée dans la colonie, et débouchant même, après le décret Crémieux, à une situation particulière par rapport aux autochtones musulmans, demeure largement valable. Elle doit cependant être vraisemblablement amendée par des paramètres économiques, la mise en valeur agressive (mais prometteuse) de la colonie fournissant des opportunités nouvelles.

L’Algérie, toujours au centre, devient répulsive

  • 6 Ce déferlement de violences permit aux juifs d’expérimenter, avec une certaine efficacité, les méca (...)
  • 7 Ici, les sources écrites manquent, malheureusement. Mais, des traditions orales de source communaut (...)

11La crise antisémite de 1897-1898, poussant la population européenne à des violences6 contre les communautés juives et appelant à l’abolition du décret Crémieux, entraîne autour du début des années 1900 une vague de départs vers la Tunisie, devenue protectorat français depuis 18817.

  • 8 Maurice Eisenbeth, Les juifs de l’Afrique du Nord. Démographie et onomastique, Paris, Cercle de gén (...)
  • 9 Sur ce thème voir Jacques Taïeb et Claude Tapia, « Portrait d’une communauté », Les Nouveaux Cahier (...)

12La deuxième vague d’émigration d’Algérie, plus précisément celle qui concerne le département de Constantine et qui émerge dans le second versant des années 1930, se dirige toujours vers la Tunisie. Là, en revanche, les chiffres directs concernant les flux migratoires n’existent pas. Mais, à partir du recensement de 1941, dans le cadre du statut des juifs du gouvernement de Vichy, et des travaux de Maurice Eisenbeth8 sur le recensement de 1931, quelques données chiffrées peuvent être avancées. En 1931, on recensait 13 110 juifs à Constantine, 3 888 à Sétif, 676 à Bougie, 926 à Batna ; et en 1941, respectivement 12 961, 2 038, 626, 1 063. Il y avait donc stagnation, voire tassement de la population juive du département de Constantine, et la vox populi savait que les émigrants s’étaient très majoritairement dirigés vers la Tunisie9.

13Le pogrom d’août 1934 de Constantine fut à l’origine de ce flux cette même année et au cours des années suivantes. Il révélait, par la même occasion, la détérioration des relations entre musulmans et juifs, suite aux événements en Palestine mandataire et à la propagande nazie (mais aussi à l’action très virulente du parti antisémite à Constantine).

14En matière anthroponymique, ces vagues venues d’Algérie vers 1900 et dans la seconde moitié des années 1930 ont laissé des souvenirs précis. C’est ainsi que de nombreux patronymes sont, à juste raison, considérés comme « Algériens » comme Abib, Aboujdid, Arki, Atlan, Bedoch, Benillouche, Chetboun, Chochana, Guedj, Hadjadj, Hanon, Hassoun, Karsenty, Laloum, Mimouni, Narboni, Sayag, Swech…

  • 10 Cf. Jacques Taïeb, « Évolution et comportement démographique des Juifs de Tunisie sous le Protector (...)

15Une autre indication est fournie par le nombre des juifs de nationalité française tels qu’ils étaient signalés dans le recensement de 1941 ordonné par les autorités de Vichy. On dénombrait, au milieu de cette année, en Tunisie, 68 268 Tunisiens israélites selon la terminologie officielle, 3 208 israélites italiens, 668 Britanniques, 1 030 autres étrangers et 16 496 Français10. Or, de 1881 à 1939, on avait enregistré 7 056 naturalisations d’israélites tunisiens. D’autres Tunisiens étaient devenus français par mariage. On comptait aussi des naturalisations chez les Italiens et les autres étrangers. Certains Français descendaient de gens déjà immatriculés au consulat de France à Tunis avant l’instauration du protectorat français sur la Tunisie en 1881 (une grosse centaine de personnes ?). Il faut tenir compte aussi de l’accroissement naturel de cette population de naturalisés. Mais entre les 16 496 Français et toutes les autres catégories, la marge était sensible et ne pouvait provenir que de gens venus d’Algérie de la fin du XIXe siècle (de 1897 à 1939) et de leurs descendants.

16Pour importants qu’ils soient cependant, ces mouvements migratoires n’épuisent pas notre thème. Rappelons, dans les années 1930, l’émigration depuis la Tunisie vers le Maroc de plusieurs dizaines de personnes ; hommes d’affaires et « capacités » comme on disait au XIXe siècle, tels que Félix Guedj, bâtonnier de l’ordre des avocats à Casablanca, et son fils Max, Compagnon de la Libération, mort au champ d’honneur, Raphaël Léyy, Ryvel de son nom de plume, directeur d’une grande école de l’Alliance israélite à Casablanca, qui finit par retourner en Tunisie en 1943, et d’autres encore appartenant aux familles Nataf et Senouf.

  • 11 Cette expulsion massive montrait bien que les protégés français étaient devenus fort nombreux après (...)

17Mais c’est surtout entre la Tunisie et la Libye que se situent, sur le long terme, les échanges de population les plus signifiants. Depuis des générations, pour les gens du Sud tunisien et de Tripolitaine (l’est de la Libye), musulmans ou juifs, l’herbe était plus grasse dans la Tunisie du nord, le pays de Friguia, car, comme le disait un dicton arabe populaire, hunâ sâba wâda, Fî Friguia seb‘a sâbât, « Ici il n’est qu’un nuage, au pays de Friguia il en est sept » ; d’où un mouvement migratoire méridien Sud-Nord. Toutefois, après la Grande Guerre et la mise en valeur intensive de la Libye par l’Italie, un mouvement inverse paraît bien s’être mis en place. Mouvement révélé par l’expulsion (par le gouvernement de Rome) de 1 600 juifs, en 1942, citoyens et surtout protégés français (Tunisiens), lesquels se retrouvent en Algérie et plus encore en Tunisie. À eux se joignirent 400 Libyens fuyant les combats entre les forces de l’Axe et les Britanniques et se dirigeant dans les mêmes directions. Mais dans leur quasi-totalité ces émigrants retourneront en Libye en 1943 après la libération du pays par la 8e armée britannique11.

  • 12 Cf. Renzo de Felice, Ebrei in un paese arabo. Gli Ebrei nella Libia contemporanea tra colonialismo, (...)
  • 13 Cf. Annuaire statistique de la Tunisie, année 1947.

18Le mouvement Sud-Nord reprit sur une grande échelle, entre la fin de l’année 1945 et le début de l’année 1946, suite aux pogroms (130 morts) du 4 au 7 novembre 1945 qui ensanglantèrent les communautés juives du pays ; pogroms probablement déjà liés aux événements de Palestine. À la suite également des heurts sanglants qui opposèrent musulmans et juifs les 12 et 13 juin 1948 et qui firent, des deux côtés, de nombreux morts12, les départs se multiplièrent à une grande échelle. Le recensement du 1er novembre 1946 en Tunisie comptabilise près de 1 000 juifs non tunisiens, de statut mosaïque et Libyens dans leur écrasante majorité13 ; chiffre sans doute inférieur à la réalité car il s’agissait d’une population récemment arrivée, déracinée et de surcroît non francophone, échappant donc en grande partie aux agents recenseurs.

Les mouvements migratoires des musulmans : analogies et dissemblances

Au XIXe siècle, l’Algérie toujours en position centrale

19Après la prise d’Alger, les autorités françaises organisèrent un dénombrement de la population. Elles comptabilisèrent dans la ville un peu plus de 16 000 habitants, un nombre vraisemblable, sans doute un peu minoré. Dès la prise de la cité, les 4 000 janissaires turcs s’embarquèrent pour le Levant, bientôt suivis, pour certains, de leurs familles et par de nombreux Maures (les citadins et villageois musulmans dans la terminologie de l’époque). Mais tous les Maures ne quittèrent pas la régence d’Alger. Ils se contentèrent d’abandonner la ville dont la partie basse, livrée aux pics des démolisseurs, fut bientôt, dans les années qui ont suivi la conquête, surmontée d’immeubles à étages, violant l’intimité des demeures plus basses, atteinte à l’honneur familial et cause de nombreux départs. Toujours dans ces années 1830, les janissaires et leurs familles partirent d’Oran, de Tlemcen, et de Constantine, très majoritairement en direction du Levant, soit 6 000 personnes et leurs familles.

20Au-delà de ces premiers temps de la conquête, les mouvements migratoires se poursuivirent pendant et après la révolte d’Abd el Kader (1835-1847), surtout vers le Maroc ; mouvement essentiellement issu des tribus de l’Ouest algérien mais aussi des citadins de Tlemcen, Mascara, Mostaganem et Alger. Vers la Tunisie se sont déployées des fractions de tribus du Constantinois et de citadins ; comme ceux de Bône vers Bizerte, après la prise de la ville par les Français, au début des années 1830. Le mouvement grossit probablement après la révolte de l’Est algérien de 1870-1871 lourdement réprimée et suivie de confiscations des terres de parcours des tribus et des impositions de lourdes amendes.

  • 14 L’essentiel de nos informations sur ces mouvements issus de l’Algérie est tiré de l’ouvrage de Kame (...)

21Après 1870-1875, les départs continuèrent et l’incessante émigration fut certainement, avant 1870, une des causes du recul démographique de la population musulmane14 : des quelque 3 millions d’individus estimés en 1830, la population se réduit, en 1872, à 2,1 millions. Cette baisse est une conséquence des opérations militaires, des disettes et surtout des épidémies meurtrières de choléra du début des années 1830, de 1850-1851 et de 1867.

22Après 1870, les départs se poursuivirent ; départs essentiellement politiques, liés au refus de l’ordre colonial ; refus présent bien sûr avant cette date, mais non catalysé par des événements particuliers comme les confiscations de terres, les amendes, la crainte de la répression après l’échec des révoltes… Il y eut cependant quelques pics migratoires comme ceux qui ont suivi la rébellion des awlâd sîdî chaykh au début des années 1880, et les mouvements d’émigration de Sétif (1909-1910) et ceux de Tlemcen (plus denses de 1910 à 1911). Il est à noter que le glissement des tribus vers la Tunisie et le Maroc s’effectuait à l’évidence dans un cadre maghrébin alors que les citadins partaient aussi vers le Proche-Orient et surtout vers la Syrie où s’était établi l’émir Abd el Kader après son exil en France.

23L’instauration du protectorat français en Tunisie, en 1881, ne mit pas fin à l’émigration algérienne. Bien que très diminuée, elle se poursuivit cependant jusque vers 1900. Peut-être, à tort ou à raison, les émigrés imaginaient-ils un ordre colonial plus léger dans la régence de Tunis. Après la Grande Guerre, les mouvements intramaghrébins se limitèrent à des départs individuels peu politisés, quelque peu browniens, tandis que commençait, à une vaste échelle, l’émigration de travail vers la France. Il semble bien, en définitive, que l’extension du domaine colonial français à tout le Maghreb, à la Syrie, au Liban ait rendu sans objet l’exode politique. Dorénavant, la contestation anticoloniale se fera sur place.

24Il est très difficile de préciser, durant les années 1830-1918, le nombre d’émigrants qui se sont déplacés de l’Algérie vers le reste du Maghreb. Nous savons simplement que le consulat de France à Tunis recensait en 1876, 16 600 Algériens musulmans en Tunisie. Encore ce total était-il, sans doute, inférieur à la réalité.

25Face à cet exode continu et démographiquement signifiant – 150 000 départs sans retour, de 1830 à 1913, en tenant compte de ceux qui se sont dirigés vers le Levant, davantage, un peu moins ? –, l’administration coloniale, assez bien renseignée sur ses causes, fort mal sur l’importance des flux, avait, quant à elle, une attitude contradictoire. Fort logiquement elle avait tendance à s’en réjouir car s’exilaient les plus hostiles à l’autorité française et leur départ libérait des terres pour la colonisation. Mais dans le même temps l’image de marque de la France se détériorait ; les rentrées fiscales se dérobaient et le dépeuplement rural, peu accusé, il est vrai, après 1870, laissait aux brigands et aux groupes armés hostiles la possibilité d’occuper l’espace et de s’installer aux frontières.

  • 15 Annuaire statistique de la Tunisie, 1936 et 1947.

26En dehors de l’Algérie, foyer (d’émigration ?) répulsif par excellence, au XIXe siècle, d’autres mouvements peu politiques existaient dont celui très lent mais continu des Tripolitains vers la Tunisie pour des raisons économiques surtout, mais sans doute aussi, après l’installation des Italiens dans leur pays, pour fuir la répression fasciste. Le recensement tunisien de 1936 comptabilisait 24 000 musulmans libyens, 41 000 musulmans algériens, et celui de 1946 décomptait 87 454 musulmans non Tunisiens dont une forte proportion d’Algériens et de Libyens15. Il existe enfin, pour l’immigration en Tunisie, une composante marocaine peu fournie (à peine 4 500 sujets chérifiens au recensement de 1936) mais fort originale, très antérieure à l’instauration du protectorat français en Tunisie et limitée aux villes et surtout à Tunis. Constituée de pèlerins de retour de La Mecque, originaires du Souss et de l’Anti-Atlas, établis comme gardiens, au point qu’à Tunis le mot âjj, pèlerin, devint synonyme de ‘assâs, gardien ; une population perçue comme honnête, sérieuse et folklorique car parlant une langue que l’homme de la rue appelait chela et que nul ne comprenait. La plupart, après avoir amassé un petit pécule, prenait la route de l’Ouest.

Des migrations pour tous suractivées mais des motivations différentes selon l’appartenance confessionnelle ou ethnique

27Les mouvements migratoires des deux populations présentaient quelques analogies. Au XIXe siècle, l’Algérie est au centre d’un mouvement migratoire, qui voyait les juifs s’y installer et les musulmans la quitter. Les temps coloniaux représentent aussi, et là encore pour ces deux populations, une période de suractivation des flux migratoires par rapport à la période antérieure. Les causes de ces migrations sont essentiellement politiques mais les raisons économiques existent. Dans le sens méridien, Sud-Nord ou Libye-Tunisie, juifs et musulmans, et depuis des lustres, furent animés par la même fascination à l’égard de la Tunisie septentrionale, de ses montagnes giboyeuses, de ses vergers plantureux, de « Tunis la verte », non seulement par sa ceinture de jardins, mais par la joyeuseté de son accueil, « vert » signifiant, dans l’arabe vernaculaire de la cité, laxisme des mœurs, vie nocturne, etc. Un proverbe tunisien n’affirmait-il pas : Qandîl sîdî Marez (le patron de la ville) ma yewî ella ‘ala elbarânî : « le lumignon de sidi Mahrez ne luit que pour l’étranger. »

28Mais ces ressemblances à l’évidence coexistent avec des dissemblances accusées. Si l’Algérie du XIXe siècle demeure au centre des mouvements migratoires, elle est répulsive en ce qui concerne les musulmans qui fuient la colonisation et attractive pour les juifs à la fois par le prestige de la grande nation et son message universel idéel de 1789-1791 et pour des raisons socio-économiques plus concrètes et liées au dynamisme du marché de travail. L’émigration des juifs d’Algérie vers la Tunisie (autour de 1900 et après 1934) est un phénomène spécifique, corrélé, dans le premier cas, à l’antisémitisme colonial et dans le second à des phénomènes, pour partie, extérieurs au Maghreb, à savoir la détérioration des rapports judéo-musulmans (alimentée également largement par l’antisémitisme colonial !). Les départs massifs des juifs de Libye vers la Tunisie après 1945 relevaient également de la même logique. L’absence du moindre flux migratoire sérieux, constatée auprès des juifs, entre le Maroc et la Tunisie, est encore un phénomène assez singulier ; beaucoup moins net auprès des musulmans comme si l’éloignement géographique jouait très fortement. Pourtant, aux temps précoloniaux, les lettrés juifs marocains, souvent d’origine espagnole, et au-delà du groupe des lettrés, s’installaient à l’est du Maghreb à leur retour de Terre sainte, comme le rabbin Simon Labi à Tripoli (XVIe siècle), le rabbin Tsemah Sarfati à Tunis (fin du XVIIe siècle) ou encore le rabbin Messaoud Elfassi, toujours à Tunis (second versant du XVIIIe siècle). Un certain nombre de ces émigrés en Libye et en Tunisie héritaient du patronyme de ajjâj (pèlerin), orthographié par les administrations coloniales, Haggege en Tunisie et en Libye, Hadjadj en Algérie, patronyme semble-t-il inconnu au Maroc, et cela pour les raisons déjà évoquées.

29À l’issue de ce récit, on peut, de façon lapidaire, retenir le rôle clé de l’Algérie au XIXe siècle, encore que de manière antithétique, pour les juifs et les musulmans, pôle d’attraction pour les premiers, foyer de répulsion pour les seconds. Au siècle suivant, en revanche, la dégradation des rapports entre juifs et non-juifs poussent ces derniers au départ, tandis que l’émigration musulmane change de caractère en se dirigeant prioritairement vers la France.

30Ce rôle central de l’Algérie n’est, au fond, pas surprenant. La nature juridique de cet espace, une colonie de peuplement, en fait, par essence, un lieu de confrontation poussant à l’exode vaincus, mécontents et victimes.

31La mobilité géographique est pour l’ensemble du Maghreb un fait marquant ; fait massif et relativement nouveau par rapport à la période précoloniale, corrélé donc, pour l’essentiel, aux bouleversements politico-économiques apportés par la modernité coloniale. Ces phénomènes toutefois sont moins évidents pour l’axe Libye-Tunisie, antérieur à la colonisation marqué par l’attrait des cieux embués du Septentrion et les lumières de la ville de Tunis.

Notes

1 Cf. Isaac Bloch, Inscriptions tumulaires des anciens cimetières israélites d’Alger, Paris, Cercle de généalogie juive, 2008, 2e édition, Paris, Librairie Armand Durlacher, 1888, p. 93-105.

2 Cf. Statistique générale de l’Algérie, année 1872.

3 Ibid., année 1902.

4 Ibid., année 1904.

5 Une première anomalie de ce recensement des naissances de 1904 s’observe dans le fait que sur ces 184 naturalisées, 144 étaient majeures en 1904, c’est-à-dire nées antérieurement à 1889. Celle-ci s’explique par le fait que le jus soli de 1889 prévoyait que les enfants mineurs à cette date pourraient acquérir la citoyenneté française à leur majorité. Autre anomalie, ce jus soli s’appliquait en principe aux Européens (Espagnols, Italiens, Maltais, etc.) et nullement aux indigènes musulmans ou juifs venus des pays voisins. Mais dans les faits, les juifs furent concernés au point que les annuaires statistiques les mentionnèrent le plus officiellement du monde. Cette attitude, à notre sens, pourrait s’expliquer par le désir d’accroître le nombre des Français par rapport aux autres Européens, les Espagnols en particulier, et ce, en dépit d’un antisémitisme diffus dans les services de l’administration.

6 Ce déferlement de violences permit aux juifs d’expérimenter, avec une certaine efficacité, les mécanismes d’autodéfense (bagarres, bâtons, couteaux, etc.).

7 Ici, les sources écrites manquent, malheureusement. Mais, des traditions orales de source communautaire parlent de 700 familles établies en Tunisie. Et des sources proches de la résidence générale de France en Tunisie ramenaient le chiffre à 400. Peut-être la vérité se situe-t-elle à mi chemin ?

8 Maurice Eisenbeth, Les juifs de l’Afrique du Nord. Démographie et onomastique, Paris, Cercle de généalogie juive – La Lettre Sépharade [Alger, 1936], p. 14.

9 Sur ce thème voir Jacques Taïeb et Claude Tapia, « Portrait d’une communauté », Les Nouveaux Cahiers, n° 29, été 1972, p. 49-62.

10 Cf. Jacques Taïeb, « Évolution et comportement démographique des Juifs de Tunisie sous le Protectorat français (1881-1956) », Population (Institut national d’études démographiques), n° 4-5, 1982, p. 952-958.

11 Cette expulsion massive montrait bien que les protégés français étaient devenus fort nombreux après 1918. Sur ce thème, voir Yaacov Haggege-Lilouf, Tôldôt Yehûdè Luv (en hébreu), traduction française, Histoire des Juifs de Libye, Bat Yam, Centro di studi sull’ebraismo libico, organizzazione mondiale Ebrei de Libia, 2000, p. 84-85. L’historien Habib Kazdaghli, de l’université de la Manouba de Tunis, nous a signalé qu’on recensait, en 1942, 2 600 passages de juifs de Libye vers la Tunisie, soit, au-delà des chiffres fournis par l’ouvrage ci-dessus, au moins pour les immigrés non protégés français.

12 Cf. Renzo de Felice, Ebrei in un paese arabo. Gli Ebrei nella Libia contemporanea tra colonialismo, nazionalismo arabo e sionismo 1835-1970, Bologne, Societa editrice Il Mulino, 1978, p. 285-357.

13 Cf. Annuaire statistique de la Tunisie, année 1947.

14 L’essentiel de nos informations sur ces mouvements issus de l’Algérie est tiré de l’ouvrage de Kamel Kateb, Européens « indigènes » et Juifs en Algérie (1830-1962), Paris, INED, PUF, Cahiers de l’INED n° 145, 2001, p. 49-66, p. 153-173.

15 Annuaire statistique de la Tunisie, 1936 et 1947.

Auteur

Société d’histoire des juifs de Tunisie

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable