Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Première partie : « Mille ans, un jour »

Les quartiers juifs de Safi et Azemmour sous domination portugaise

Le développement d’un tissu social original au XVIe siècle

José Alberto Rodrigues da Silva Tavim

Texte intégral

1Les juifs ont été expulsés du Portugal par décret royal en 1497. Beaucoup se sont rendus au Maroc en diverses étapes. Mais parmi ceux qui ont émigré vers le nord de l’Afrique, certains sont restés dans les villes portugaises de la côte Atlantique, Safi et Azemmour. D. Manuel Ier, le même roi qui les a expulsés de la métropole, leur octroie des lettres reconnaissant l’existence légale de leur statut social et religieux, permettant ainsi l’existence des judiarias (quartiers juifs), alors que ceux-ci avaient « disparu » au Portugal (Safi, 1512 ; Azemmour, 1514). Cette communication tente d’éclairer ce paradoxe : bien que le cadre institutionnel médiéval reste le même, on assiste au développement d’un tissu social différent, dans un contexte de contacts permanents, surtout économiques et sociaux, avec les sociétés et les pouvoirs du Maroc, jusqu’à l’abandon de ces villes en 1541.

Les quartiers juifs dans le Portugal médiéval : une organisation parallèle à celle des communes chrétiennes

  • 1 Voir António Borges Coelho, Comunas ou Concelhos, Lisbonne, Editorial Prelo, 1973.
  • 2 Voir Maria José Pimenta Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, Lisbonne, Guimarães e Ca. Edito (...)

2Depuis l’avènement du royaume du Portugal (XIIe siècle) surgirent, à travers le territoire, des quartiers juifs : des espaces géographiques comprenant une ou plusieurs rues et, dans le cas des plus amples, formant des quartiers de ségrégation. Les communes juives, administrativement équivalentes à des communes ou des municipalités des chrétiens1, étaient des associations de croyants qui vivaient dans les quartiers juifs. Elles possédaient leurs institutions religieuses et judiciaires particulières et étaient gouvernés par une oligarchie semi-autonome, mais avec la grâce et la prérogative royales. Si, dans de nombreux cas, il y avait coïncidence entre la municipalité et les quartiers juifs, dans les grandes villes, comme Porto et Lisbonne, ayant une plus grande densité de population, chaque municipalité englobait différents quartiers juifs2.

3Les quartiers juifs médiévaux portugais se trouvaient généralement protégés par les murs de la municipalité chrétienne, se situant près de ses portes. Les communes judaïques étaient également un synonyme de l’ensemble des organismes religieux, administratifs et juridiques qui permettaient aux juifs de conserver leur propre identité, malgré leur soumission à la loi générale du royaume.

  • 3 Voir Maria José Pimenta Ferro Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, Lisbonne, Universidade N (...)
  • 4 Ibid., p. 24.
  • 5 Maria José Pimenta Ferro Tavares, Los Judíos en Portugal, Madrid, Editorial MAPFRE, s.d., p. 18 et  (...)
  • 6 Maria José P. Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 19.

4Cette reconnaissance de leur identité était une grâce royale. Pour cette raison chaque souverain traitait les juifs du royaume comme « ses juifs »3 et, en contrepartie, beaucoup d’entre eux devaient payer une rente pour habiter les maisons de la commune qui appartenaient, à vrai dire, au trésor royal4. En effet, c’est le roi qui, par une charte de privilège, accordait à chaque communauté juive le droit à la création d’une commune, stipulant celui de construire des synagogues, de tenir les réunions de leurs propres assemblées, d’élire des magistrats, de fixer la charge fiscale (et les exemptions), de suivre le droit talmudique et d’avoir une prison, de fixer des impôts en interne pour l’entretien et les travaux dans l’espace communal et pour l’assistance aux nécessiteux, et enfin d’utiliser l’hébreu dans les actes officiels de la communauté jusqu’au au règne du roi João I (1385-1433), même s’il est prouvé que son utilisation a duré jusqu’au règne du roi Afonso V (1438-1481)5. Dans certaines chartes, d’autres privilèges étaient accordés, tels que l’exemption du service militaire et l’accueil des membres de la maison royale et des fonctionnaires royaux6.

  • 7 Cf. Maurice Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Paris, Hachette (...)
  • 8 Maria José P. Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 25-27.
  • 9 Reuven Faingold, « Los Judíos en las Cortes Reales Portuguesas », in Sefarad, nº 45, fasc. 1, 1995, (...)

5Chaque municipalité avait ses propres fonctionnaires, élus lors d’une assemblée dans la synagogue, qui faisait aussi office de salle du conseil municipal. Mais cette base « démocratique » était, dans les faits, sous la tutelle d’un personnage de confiance du roi – le grand rabbin, « Rabi-Mór », pendant du « Rab de la Corte » castillan7 – appartenant à l’oligarchie de la communauté, par sa richesse et son rôle dans le culte. Celui-ci avait ses auditeurs, qui dirigeaient chaque canton du royaume, relayant sa juridiction sur tous les juifs de son district. Le grand rabbin en chef avait ses fonctions définies depuis le règne du roi Pedro I (1357-1367). Il faisait fonction d’officier principal de justice pour les juifs, siégeant en audience à la cour8. Il ne s’agissait pas d’un hakham (savant religieux), car il devait être accompagné par un légiste juif versé dans le Talmud. C’était surtout un courtisan juif, intermédiaire direct entre le roi et ses juifs, occupant une place à la cour comme trésorier principal et directeur financier, ou bien médecin. Le poste de grand rabbin fut aboli le 23 juin 1463, en raison du mécontentement royal face à la rivalité de familles de courtisans juifs qui prétendaient chacune au siège tant convoité. Mais tout aussi importante fut la création d’un cadre de fonctionnaires loyaux juste après la révolution de 1383, ce qui écarta de la Couronne du Portugal D. João I de Castille (1379-1390) et qui mena à la dynastie d’Avis (1385-1580)9.

  • 10 Maria José P Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 30.

6Au contraire, les rabbins mineurs ou les rabbins des communes étaient choisis par les privilégiés de la synagogue, et leur nomination confirmée par le grand rabbin. Ils exerçaient la fonction pendant un an, ne pouvant pas être élus deux années consécutives. Outre l’exercice de la justice au niveau local, administrée selon les préceptes du Talmud, le rabbin communal devait encore relayer les ordres du grand rabbin et fournir une assistance à la communauté. Les communes avaient également, au-delà des conseillers municipaux et des procureurs de la chambre, des échevins, des notaires et des greffiers ; ces derniers rédigeaient les documents établis par les magistrats de la commune10. Bien entendu, dans la commune, il avait aussi des personnalités chargées de prendre soin de la synagogue, le docteur en droit (équivalent au rabbin actuel), le hazan et l’égorgeur.

7Derrière cette oligarchie de puissants, qui servait directement le roi ou les seigneurs de la région et était exonérée d’impôts, on trouvait la plupart des petits marchands, les boutiquiers et les travailleurs ruraux et urbains, comme les artisans.

  • 11 « Los judíos en las Cortes Reales Portuguesas », p. 103.

8Au sommet de la société juive se trouvaient, déjà mentionnés, les juifs riches et puissants qui étaient favorisés par de nombreuses exemptions, notamment fiscales. Une de leurs activités de prédilection était le commerce international, spécialement avec l’Espagne et le nord de l’Afrique, consacré à l’échange d’articles portugais, comme le vin, le sel, les fruits secs et le liège, pour des produits comme le poivre, l’encens et les velours. Les juifs commerçaient aussi dans les foires internes et se dédiaient à l’usure. Au Portugal, ils pouvaient acquérir des biens immobiliers. Les plus riches étaient aussi des locataires de la Couronne, titulaires de fermes fiscales sur des biens immobiliers généraux, des droits du vin, des péages et des douanes. Plus tard, ils seront impliqués dans le commerce des esclaves maures et de la Guinée. Ils utilisaient le titre de « Dom », pouvaient se déplacer en mule et utiliser des armes, et étaient exemptées du signe distinctif. En bref, ils se comportaient comme des membres de la noblesse chrétienne. Reuven Faingold affirme que les juifs courtisans furent les premiers Portugais à transgresser les interdictions de l’immodestie11.

  • 12 Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, p. 105-150 ; Maria José P. F. Tavares (...)

9Mais la plupart de la population juive du royaume était soumise à une charge fiscale élevée, telle que la capitation, la dîme, l’impôt sur les biens meubles et immeubles, et aussi au service militaire à cheval ou à pied, en fonction de ses biens. Elle avait aussi à héberger le roi, sa famille, les nobles, les officiers royaux et leurs entourages. En tout état de cause, les obligations fiscales des juifs étaient une importante source de revenus de la Couronne, d’où la protection accordée par celle-ci12.

La fin des quartiers juifs dans le royaume : l’expulsion et l’arrivée dans le nord de l’Afrique

  • 13 Concernant l’Espagne, voir, entre autres, Yitzhak Baer, trad. de l’hébreu par José Luis Lacave, His (...)

10En décembre 1496, le roi Manuel Ier (1495-1521) ordonna l’expulsion de tous les juifs qui vivaient au Portugal, c’est-à-dire les juifs autochtones et ceux qui y avaient été accueillis après l’expulsion de l’Espagne, promulguée en mars 1492. La vraie raison de ce fait aurait été une exigence espagnole lorsque le roi portugais prétendit se marier avec la princesse Isabelle, et être ainsi en mesure d’accéder à la Couronne d’Espagne. Il s’insère dans un contexte plus large de cheminement vers l’unité politique, avec la fin du processus de « reconquête » chrétienne dans la péninsule Ibérique, et la consolidation, de deux États modernes : l’Espagne et le Portugal. Cela signifiait aussi à l’époque unité religieuse13. Mais cette décision, de teneur religieuse, prend aussi racine dans l’animosité de la noblesse et surtout des marchands chrétiens, qui considéraient les juifs comme des rivaux. Les juifs (et les « Maures ») devaient quitter le royaume avant octobre 1497. Nous savons aussi que D. Manuel aurait ordonné aux corrégidors des cantons d’occuper les synagogues et de s’emparer de leurs ornements. Les juifs commencèrent alors à vendre leurs propriétés afin de partir.

  • 14 Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, p. 483-500 ; id., Judaísmo e Inquisiç (...)

11Cependant, l’intention du roi n’était pas de les faire partir. Il préférait qu’ils se convertissent et restent dans le royaume en tant que chrétiens. Immédiatement, le 31 décembre, il limita les départs à des bateaux commandés par des hommes de confiance, qui ne pouvaient partir sans une licence royale. À Pâques 1497, les enfants mineurs, puis les adolescents et les jeunes de moins de 25 ans furent arrachés à leurs parents et immédiatement baptisés afin d’être éduqués de manière chrétienne. Entre juin et septembre, quelques juifs partirent vers plusieurs endroits, mais ceux qui ne vendirent pas leurs biens ou qui n’obtinrent pas de licence royale pour quitter le pays devaient être baptisés dans la capitale et par le royaume14.

  • 15 Maria José P. F. Tavares, Judaísmo e Inquisição. Estudos, p. 23-25.
  • 16 Voir François Soyer, The Persecution of the Jews and Muslims of Portugal. King Manuel I and the End (...)

12Il est évident que sur la pression exercée par la princesse espagnole et sur le contexte de l’expulsion du Portugal pesa beaucoup le fait que le pays avait reçu beaucoup de juifs expulsés d’Espagne (plus de 30 000 personnes), certains clandestinement, d’autres (600 familles) avec la permission expresse et opportuniste du roi João II (1481-1495), car ils furent soigneusement soumis aux impôts. La pression sociale, économique et démographique, même dans les quartiers juifs, était énorme, ce qui précipita la décision de D. Manuel, influencé par ses conseillers15. Il convient de noter toutefois que certains de ces juifs espagnols ne restèrent pas dans le royaume, s’apercevant qu’il s’agissait d’un chemin sans issue, et ils partirent donc vers l’Italie, le nord de l’Afrique et la Turquie, comme d’autres l’avaient fait directement depuis l’Espagne16.

  • 17 Historia de los Reyes Católicos Dom Fernando y Doña Isabel, sélection d’Octavio de Medeiros, Madrid (...)
  • 18 [Relation du gouvernement du conde de Borba, capitan d’Arzila], Arzila ?, 1497-1499, in Arquivo Nac (...)
  • 19 Bernardo Rodrigues, Anais de Arzila, Lisbonne, Academia das Ciências de Lisboa, vol. I, 1915, p. 44 (...)
  • 20 [Relation du gouvernement du conde de Borba, capitan d’Arzila], Arzila ?, 1497-1499, in ANTT, CC, P (...)

13Selon le chroniqueur Andres Bernaldez, les juifs qui sortirent par El Puerto de Santa Maria et Cadix furent les premiers à atteindre Asilah, conquise en 147117. Plusieurs juifs arrivés au Portugal dans le but d’atteindre le nord de l’Afrique débarquèrent également à Asilah. Certains documents d’archives nous permettent de supposer que la politique pratiquée dans le royaume en 1497 trouva là une nouvelle extension. Le gouverneur D. Vasco Coutinho aurait obligé beaucoup de juifs qui atteignirent Asilah à devenir chrétiens par le baptême en masse18, d’après le chroniqueur Bernardo Rodrigues19. Une question plus complexe se pose à propos des juifs qui reçurent l’ordre de D. Manuel, en 1499, de quitter Asilah et de partir vers Fès selon un document existant à l’Arquivo Nacional da Torre do Tombo, à Lisbonne20. S’agirait-il seulement des juifs castillans qui y vivaient encore après le baptême de plusieurs de leurs frères de foi ? Nous constatons, en effet, que, jusqu’à cette date, D. Manuel semblait poursuivre dans son comptoir sur la côte marocaine la même politique qui avait cours dans le royaume : l’expulsion de ceux qui persistaient ouvertement dans leur identité juive, pour éviter un phénomène d’influence religieuse sur les nouveaux convertis.

De la conquête à la création des quartiers juifs au Maroc

  • 21 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI (...)
  • 22 Voir J. Lúcio de Azevedo, História dos Cristãos Novos Portugueses, Lisbonne, Livraria Clássica Edit (...)

14Les conquêtes portugaises qui suivirent au Maroc donnèrent lieu à une « résurrection » du phénomène des juiveries. En fait, les places d’Asilah et de Santa Cruz do Cabo de Guer, la dernière ayant été fondée en 1505, étaient trop petites pour avoir un espace spécifique réservé aux juifs. À Ceuta et à Tanger, conquises respectivement en 1415 et 1471, les juifs expulsés de la Péninsule à la fin du XVe siècle n’eurent aucune garantie d’y préserver leur identité, en butte au même contexte qui mena D. Manuel à leur expulsion d’Asilah. À Mazagan, occupé entre 1513-1514, la présence des juifs, même les locataires originaires d’autres places, ne mena pas non plus à la création d’un quartier particulier juif : la fraction réduite de population juive qui y habitait était à la mesure du rôle secondaire du bourg, soumis en particulier à la concurrence d’Azemmour, jusqu’à son abandon en 1541. On peut supposer que la notification royale du 30 août 1556, qui obligeait les juifs à quitter les places portugaises de Ceuta et de Tanger dans les six mois, comprenait également les juifs de Mazagan. À la fin de cette période, estimant que tous les juifs n’étaient pas partis, le roi prolongea l’ordonnance de plus de trois mois jusqu’au 21 mai 155721. En outre, dans ces trois bourgs – après l’abandon de Safi et Azemmour en 1541 –, il n’y avait plus de place pour une communauté juive dans la situation religieuse qui était alors requise pour le royaume et l’empire : le 23 mai 1536 fut publié la bulle Cum ad nihil magis qui instaura l’inquisition au Portugal22.

  • 23 Voir Yosef Hayim Yerushalmi, The Lisbon Massacre of 1506 and the Royal Image in the Shebet Yehudah, (...)
  • 24 J. Lúcio de Azevedo, História dos Cristãos Novos Portugueses, livre 2, chap. 1 ; Israel Salvator Ré (...)

15La conquête de Safi en 1508 et d’Azemmour en 1513 nous renvoient à un autre contexte du règne de D. Manuel, plus avantageux pour la population convertie, et, par conséquent, en dehors de la métropole, également pour les juifs. D. Manuel avait promis le 20 mai 1497 de ne pas interroger les nouveaux convertis sur leur comportement religieux pendant vingt ans. En conséquence, l’esprit de la population chrétienne ancienne s’exacerba contre les nouveaux chrétiens, ce qui finit par le fameux massacre de Lisbonne, en 1506, désavoué par le monarque, qui punit sévèrement les promoteurs de l’événement en retirant des privilèges à la capitale23. De plus, le 21 avril 1512, il s’engagea de ne pas enquêter sur le comportement religieux des convertis pendant seize années supplémentaires, soit jusqu’en 153324. Avant les premiers pas vers l’établissement de l’inquisition au Portugal sous le règne du roi João III (1521-1557), il existait donc un contexte religieux favorable qui explique l’approbation de quartiers juifs dans les bourgs qui possédaient les plus amples tracés urbains sous domination du Portugal : Safi et Azemmour.

16Dans les deux cas, nous trouvons des informations sur les juifs de la péninsule Ibérique dans le contexte des Expulsions générales, où il est affirmé qu’ils habitaient déjà ces bourgs, certains d’entre eux ayant joué un rôle important dans l’aide à la conquête portugaise.

  • 25 « Memória de rabi Abraão » [Safim, 1510], pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Exp (...)
  • 26 « Carta para Isaac Benzamerro poder negociar em Portugal », Évora, 3.5.1509, idem, Apêndice 7, nº 1

17À Safi, le rabbin Abraham informa Diogo de Azambuja – capitaine de Mogador et qui deviendra le premier capitaine de Safi –, dont il était l’interprète, l’informa de l’intention de certains musulmans de le tuer ; par le service de porteur de lettres, il aida celui-ci et Garcia de Melo à devenir maîtres de la place. Selon un mémoire du rabbin Abraham, Diogo de Azambuja aurait même obligé les juifs à porter des armes25. Un autre individu, Isaac Benzamerro fut encore honoré par D. Manuel par une charte datée du 3 mai 1509, avec la possibilité de venir au Portugal en compagnie de deux domestiques, pour service rendu lors de la conquête de la ville26.

  • 27 Damião de Góis, Crónica do Felicíssimo Rei D. Manuel, Coimbra, Imprensa da Universidade, vol. 3, 19 (...)
  • 28 Jerónimo de Mendonça, Jornada de África, Lisbonne, par Pedro Craesbeek, 1607, fol. 90

18Dans le cas d’Azemmour, ce fut Jacob Adibe, désigné par le chroniqueur Damião de Góis comme « Judeu de nação Portuguesa », qui avertit les Portugais en 1513 que ses habitants avaient quitté le bourg27. En 1510, deux juifs d’Azemmour – Isaac et Ismaël Benzamerro –, sachant que les tribus avoisinantes avaient encerclé Safi, auraient fourni, selon Jerónimo de Mendonça, deux frégates de 200 juifs pour aider les Portugais28.

  • 29 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)

19Ces parcours nous semblent étranges, surtout quand on considère que ces juifs ibériques abandonnèrent l’Espagne et le Portugal seulement devant le dilemme de l’expulsion. Toutefois, nous pouvons également avancer l’hypothèse que ceux qui agissaient de la sorte investissaient sur le rétablissement, à partir des parcelles portugaises en Afrique du Nord, des affaires rentables qui étaient auparavant la base de leur subsistance économique. Ce qui vient étayer cette hypothèse, c’est la quantité de juifs qui se déplacèrent de ces comptoirs vers la métropole et le grand nombre de voyages réalisés afin de poursuivre le troc de marchandises entre le Portugal et le Maroc, et plus largement entre le Portugal, son empire, l’Europe, et aussi l’Afrique subsaharienne29.

  • 30 « Alvará de D. Manuel, em que quita de 10.000 reais de direitos a Isaac Benzamerro, judeu morador e (...)
  • 31 « Carta de confirmação de alguns bens a rabi Abraão, em Safim », Almeirim, 17.4.1510, pub. par José (...)
  • 32 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu morador em Azamor, rabi-mor dos judeus moradores nesta c (...)
  • 33 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu, morador em Azamor, para corretor da casa da feitoria da (...)
  • 34 « Carta de confirmação do cargo de língua a Yahya Adibe », Évora, 8.9.1524, pub par Francisco Marqu (...)

20D. Manuel débuta par des privilèges attribués aux leaders, ceux qui firent preuve de fidélité et contribuèrent à la conquête des places. Nous avons vu qu’Isaac Benzamerro reçut une carte spéciale pour pouvoir se déplacer au Portugal. Le 13 juin 1510, il est à Évora et il est favorisé à nouveau par le roi avec l’exonération de 10 000 réaux sur les droits de la marchandise transportée à Safi30. Toujours en 1510, le rabbin Abraham, se trouvant au Portugal, se vit confirmer par D. Manuel la possession de certaines maisons, une tente et jardin à Safi31. À Azemmour se vérifia également une récompense immédiate des membres de la famille Adibe, pour leur information sur le déménagement des habitants de la place : José Adibe, le père de Jacob Adibe, fut nommé grand rabbin de la communauté locale par une charte royale du 23 juillet 151432 et, le lendemain, chargé du poste d’inspecteur de la factorerie portugaise33. Un peu plus tard, le 9 septembre 1514, son fils Yahya sera nommé « lingua », l’interprète de la ville34.

21Après les privilèges attribués aux personnages principaux vint le moment d’accorder des droits aux communautés qu’ils dirigeaient à travers le vieux modèle des chartes octroyées aux communautés juives.

  • 35 « Cartas patentes de D. Manuel (Privilégio aos judeus de Safim) », Évora, 4.5.1509, in Les Sources (...)
  • 36 « Carta de rabi Abraão ao secretário de Estado António Carneiro », (Safim), 26.3.(de 1511), in ANTT (...)
  • 37 « Carta de privilégio para os judeus que viverem na cidade de Safim », Lisbonne, 2.1.1512, pub. par (...)
  • 38 « Carta de privilégio para os judeus que viverem na cidade de Safim », Lisbonne, 20.4.1512, idem, d (...)

22Dans le cas de Safi, nous avons connaissance de trois chartes, une de 1509 et deux de 1512. Par une charte datée du 4 mai 1509, D. Manuel promettait aux présents et futurs habitants juifs de ne jamais les expulser de la ville contre leur volonté ni de les forcer au baptême chrétien. À leur sortie, ils pourraient emporter tous leurs biens et personne ne devrait les harceler35. Quant aux chartes de 1512, la première datée du 2 janvier établit la présence des juifs à travers leur statut fiscal, négocié dans le royaume par Mail Benzamerro en 1511, contre le pouvoir du grand rabbin Abraham36. Cette charte privilégia la communauté avec le paiement d’une seule once de 320 réaux par maison à partir de 1513, les veuves étant exemptes de cet impôt. Connaissant l’existence des juifs pauvres dans la place, D. Manuel accorda l’autonomie aux juifs répartiteurs pour distribuer les montants devant être payés par les membres de la communauté, à condition que la somme finale soit établie. Ils devraient également payer les droits d’entrée et de sortie des marchandises destinées à Safi comme les autres résidents37. Le corollaire de cette politique qui reconnaissait le rôle essentiel de la communauté juive fut la nouvelle charte de privilège émise le 20 avril de cette même année. Selon ce document, D. Manuel autorisait la sortie de tous les juifs qui vivaient à Safi, avec leurs familles, quand elles le souhaiteraient. D’autre part, il voulait aussi attirer les juifs qui auraient « envie » de vivre dans la ville, augmentant de la sorte la population de la communauté juive ainsi reconnue38.

  • 39 « Carta de privilégio de D. Manuel I dirigida a todos os judeus residentes em Azamor », Lisbonne, 2 (...)

23La communauté d’Azemmour, dirigée par les Adibe, eut une seule charte de privilège daté du 28 juin 1514, exprimant les avantages et les impositions de tribut similaires à la charte de Safi du 2 janvier 1512. Toutefois, elle exemptait les membres de la communauté de la dîme sur les biens qu’ils feraient sortir ou entrer dans la place par voie terrestre, pouvant, dans ce dernier cas, les vendre sans payer d’impôts, ce qui s’avère être une incitation aux échanges commerciaux des juifs avec les populations marocaines. La charte d’Azemmour se révèle aussi, dans sa singularité, un document plus parfait que celles de Safi, comme si elle était, à leur suite, une synthèse de leurs dispositions. En fait, comme les chartes de Safi du 4 mai 1509 et du 20 avril 1512, il s’agissait d’un document qui tentait de conserver et même d’accroître la population juive, parce que le privilège était donné « aux juifs vivant à présent en leurs domiciles et avec leurs biens dans notre ville d’Azemmour et qui auront envie de venir et d’y rester avec leurs maisons et leurs biens »39.

Un Phénix ressuscité ?

  • 40 Hannah Arendt, A Condição Humana, trad. de l’anglais par Roberto Rapozo, Lisbonne, Relógio d’Água, (...)

24D. Manuel établit quatre chartes de privilège, pour les juifs qui vivaient dans les grandes villes contrôlées par les Portugais au Maroc – Safi et Azemmour – au moment même où il fut décrété par la loi l’extinction de l’identité juive au Portugal, y compris les personnes, les institutions sociales et les instruments culturels. La péremptoire détermination législative de l’extinction de l’identité signifiait, dans la pratique, l’impossibilité de parole ou d’action juives, dans la dimension ontologique qui lui est donné par Hannah Arendt, quand elle considère que la vie sans parole et sans action est littéralement morte pour le monde, n’étant plus une vie humaine, car elle n’est plus vécue parmi les hommes40.

  • 41 Voir António Dias Farinha, « Norte de África », in História da Expansão Portuguesa, dir. Francisco (...)
  • 42 Voir Luís Filipe F.R. Thomaz, « L’idée impériale manuéline », in La Découverte, le Portugal et l`Eu (...)

25Cette réflexion est essentielle pour comprendre l’extension d’une réalité institutionnelle de caractère médiéval dans une partie du pays qui était décrite dans la titulature des rois du Portugal, depuis la conquête d’Asilah par D. Afonso V (1438-1481), comme « Reino do Algarve […] de Além-Mar em África »41, par opposition à « Reino do Algarve d’Aquém », à savoir l’actuelle province de l’Algarve portugais, conquise au XIIIe siècle. L’inclusion dans le royaume d’un territoire « outre-mer en Afrique » serait utilisée à bon escient par D. Manuel Ier, connu pour ses ambitions impériales42, afin de détourner vers l’Afrique une réalité que l’idéologie religieuse prépondérante dans la péninsule Ibérique et sa stratégie matrimoniale rendirent inadmissible. Nous constatons que dans les premiers jours d’existence du décret d’Expulsion, D. Manuel agit avec prudence envers les juifs ibériques réfugiés à Asilah, c’est-à-dire qu’il y appliqua la même politique de baptême forcé et d’expulsion que celle qui avait été suivie en métropole. Mais Safi et Azemmour furent conquises dans une conjoncture autre, créée après le massacre de 1506, lorsque le roi devint plus complaisant à l’égard d’une minorité qu’il voulait intégrer dans le royaume. Et d’autre part il s’agissait de nouvelles conquêtes urbaines.

  • 43 Cf. José Alberto R. Silva Tavim, « Abraão Benzamerro, “judeu de sinal”, sem sinal, entre o Norte de (...)
  • 44 Voir David Corcos, « Rote (Roti, ar-Reuti, Arrueti, Aroti, al-Rueti, er-Routi, Rutty, Ruti, Rute) » (...)
  • 45 Vide José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)
  • 46 Idem, p. 214-235.
  • 47 Idem, p. 218-224, 243.

26Beaucoup de juifs qui vivaient à Safi et Azemmour appartenaient aux groupes de personnes expulsées du Portugal ou, plus largement, de la péninsule Ibérique. Les Benzamerro de Safi ont probablement pour origine une dynastie de médecins et de fermiers fiscaux, qui avaient vécu à Séville entre le XIIIe et le XVe siècle. Au cours de l’année de l’expulsion (1492), Isaac Benzamerro, étant à Badajoz, voulut être remboursé d’une somme qu’il avait prêtée à Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon pour financer la conquête de Grenade. Il est attesté qu’une autre branche de cette famille vivait au Portugal dans la ville d’Évora, au cours du XVe siècle. Il s’agit, de toute façon, dans le cas de Safi, d’une famille disposant d’une grande fortune, ce qui permit des entreprises considérables entre le Maroc et le Portugal, et l’investissement dans l’affermage de la collecte des impôts, la gestion des douanes d’Azemmour et Mazagan et le paiement des salaires à la population de ces places43. Le rabbin Abraham, qui appartenait à la famille Rute, probablement issu de la famille homonyme de juifs aragonais44, s’exprimait tant en castillan qu’en portugais dans ses missives adressées aux autorités portugaises45. Les Adibe d’Azemmour avaient sûrement une origine spécifiquement portugaise : plusieurs documents témoignent de la présence d’éléments de cette famille au Portugal au XVe siècle, également dans une situation économique aisée. C’est seulement vers 1524 que Moisés Adibe rejoignit les autres membres de la famille à Azemmour. Il avait probablement été l’un des enfants enlevés à leurs parents en 1497, car il avait été élevé par une nourrice en tant que chrétien dans la ville de Tavira à Algarve. En outre, le chroniqueur Damião de Góis nous précise que le héraut Jacob Adibe était un « judeu de nação português »46. D’autres, comme José Cordilha ou Gordilha, Samuel Boqueira, Abraão Carrilho, Abraão Cortidor et Abraão Homem, présentent également une onomastique d’origine péninsulaire47.

27Nous pouvons donc affirmer qu’il y eut une rencontre des juifs expulsés de la péninsule Ibérique avec les conquérants portugais du nord de l’Afrique. On aurait pu penser que l’héritage de l’expulsion pèserait lourdement dans l’attitude des juifs devant les Portugais. Ou que les conquérants portugais continueraient à les chasser de leurs nouvelles possessions. Au contraire, on constate une « plasticité » des attitudes sous l’effet d’une nouvelle conjoncture et d’un contexte spatial et social différent. D. Manuel, utilisant cette particularité, prolongea dans le nord de l’Afrique l’existence des quartiers juifs qu’il avait éliminés dans le royaume, autorisant la parole et encourageant les activités des juifs d’Azemmour et de Safi, à savoir en reconnaissant leur identité socioreligieuse dans ces places. D’autre part, beaucoup de juifs qui acceptèrent la domination de familles puissantes comme les Rute, Benzamerro et Adibe étaient prêts à coopérer avec les nouvelles autorités, participant à nouveau aux vieux circuits de contact avec la péninsule Ibérique d’où ils venaient. Les autorités portugaises, bien qu’avec beaucoup de réticence de la part de l’Église, étaient prêtes à accueillir cette collaboration, parce qu’il leur apparut que le rôle des juifs était aussi essentiel à la survie de ces places que celui des hommes de la factorerie ou du corps d’habitants chrétiens, y compris les militaires. Et c’est là la grande nouveauté : le « corpus » législatif qui permet les nouveaux quartiers juifs se modèle sur la documentation médiévale traditionnelle, mais un contexte social radicalement différent se lit immédiatement dans la structuration des chartes de privilège.

  • 48 « Carta para Isaac Benzamerro poder ir ao reino de Fez », Lisbonne, 1.7.1515, idem, Apêndice 7, doc (...)

28Dans le cas de Safi, il est clair que le pari du roi en 1509 était d’instaurer un sentiment de sécurité parmi la population juive de la place, en leur promettant qu’il ne se comporterait pas avec eux de la même façon que dans le royaume : il ne les expulserait pas, ne les forcerait pas au baptême chrétien, il assurerait la préservation de leur identité. Mais c’est seulement en 1512 que D. Manuel permet la liberté totale de mouvement aux juifs qui constituaient ou devaient constituer le quartier juif maintenant reconnu : soit le 2 janvier, soit le 20 avril, après les négociations menées par Mail Benzamerro, dans le royaume, toute liberté de mouvement des juifs fut permise, et même la possibilité d’abandonner la place. Mais ce n’était pas une décision prise au hasard : le 1er juillet 1511, Isaac Benzamerro avait reçu le privilège de voyager au royaume de Fez et aux « lieux de l’Afrique », autant de fois qu’il le désirait, en prenant avec lui deux serviteurs48. Cela signifie que jusqu’en 1512 la plupart des juifs avaient dû rester dans la place – vu que le roi avait peur qu’ils se déplacent en territoire musulman, surtout vers le Mellah de Fez – et que c’est seulement après, une fois réintégrés dans le système socio-économique portugais, et après avoir obtenu le privilège d’une faible pression fiscale, qu’ils furent autorisés à quitter la place. Enfin, comme nous l’observons dans la charte d’Azemmour de 1514, D. Manuel voulut qu’encore plus de juifs soient attirés pour vivre dans ces places.

  • 49 Voir par exemple la synthèse de Robert Ricard, « L’Affaire Rute (automne 1542) » in SIHMP, vol. 4, (...)

29Cette nouveauté qui apparaît dans le document de matrice médiévale révèle également que le pouvoir royal reconnaissait que les juifs étaient un groupe indispensable à la « respiration » de ses enclaves en territoire musulman. Cela fut amplement démontré par l’abondante participation des juifs aux affaires les plus considérables entre le Portugal et le royaume du Maroc, et au niveau des activités de négociation politique ou d’espionnage menées par des personnages importants tels que Jacob Rute, fils du rabbin Abraão49.

  • 50 Duarte Nunes de Leão, Leis Extravagantes e Reportório das Ordenações (reproduction « fac-similé » d (...)

30Cette situation particulière qui leur était garantie reconnaissait leur position de lien entre le monde chrétien et le monde islamique, où ils commencèrent à se déplacer plus librement. Toutefois, dans le cas de séjour précaire dans la métropole portugaise, pour des raisons d’affaires ou diplomatiques, ils étaient soumis à l’utilisation d’un signal d’identification, en particulier pour éviter tout contact avec les nouveaux chrétiens50. Quelles furent les répercussions internes de cette situation particulière dans le tissu social qui formait les « nouveaux » quartiers juifs ?

  • 51 Vide José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)
  • 52 Vide Jorge Correia, Implantação da Cidade Portuguesa no Norte de África. Da tomada de Ceuta a meado (...)
  • 53 « Carta de Simão Correia a D. Manuel », Azamor, 20.5.1517, in SIHMP, vol. 1, p. 186.
  • 54 Voir supra, 25 et 26.
  • 55 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)
  • 56 Voir supra, 28.

31Comme dans le royaume, il fut « négocié » un espace spécifique, en dehors de la zone urbaine habitée par la plupart de la population chrétienne. Nous n’avons pas de documentation sur ce point concernant Safi, mais, à Azemmour, la question du logement des juifs fut traitée le 30 octobre 1516 sur l’initiative de Yahya Adibe. Le capitaine Simão Correia voulait que tous les juifs se concentrent dans une ou deux rues, mais Yahya voulait que D. Manuel leur rendît deux ou trois rues le long du quai de la rivière, qui menaient tout droit à la forteresse. Simão Correia accepta également de défendre le quartier juif avec l’artillerie de la forteresse. Le quartier juif incorpora aussi la vieille place de l’ancienne Azemmour islamique, bien que D. João III indemnisât quelques juifs de la destruction de leurs maisons qui y étaient implantées51. Les juifs pourraient s’abriter dans le château par la porte du Bourg (Porta da Vila), en cas de danger52. Mais cette « primauté » n’était pas occasionnelle. Dans un terrain faisant l’objet d’attaques constantes des différents pouvoirs politiques du Maroc, tous les éléments étaient nécessaires, même ceux relevant d’une autre identité religieuse. Par exemple, le 20 mai 1517, Simão Correia, se référant à la garnison d’Azemmour, estimait à 100 les juifs qui y servaient53. Nous avons mentionné qu’à Safi Diogo de Azambuja avait obligé les juifs à porter des armes. L’un des juifs récompensés pour ce fait fut Isaac Benzamerro54. Lors du siège tribal de 1510, le capitaine Nuno Fernandes de Ataíde rendit au noble D. Rodrigo de Noronha le commandement des juifs de la place, jusque-là dirigés par Isaac et Ismael Benzamerro, arrivés d’Azemmour pour protéger une zone près de la citadelle qui comprenait 12 tours et 204 brasses de mur55. Le plus intéressant, comme nous l’avons dit, c’est que les deux Benzamerro avaient armé deux frégates de 200 juifs pour sauver Safi56. On sait que, dans les communes juives médiévales portugaises, tous les juifs, sauf les privilégiés, devaient accomplir le service militaire, chacun selon ses revenus, à cheval ou à pied. Mais cette transposition dans le nord de l’Afrique semble montrer une composante belliqueuse plus forte qu’en Europe, correspondant aussi à l’incidence des combats sur le territoire de la conquête. Nous pourrons donc avancer que l’encouragement de la permanence des juifs à Safi et à Azemmour correspond également à la nécessité de compter sur leur contribution à la défense de ces places.

  • 57 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)

32Une autre diversification des fonctions qui correspond à une nouvelle situation géographique et sociale c’est l’activité d’accueil. Nous avons déjà vu que, dans le cas du Portugal médiéval, la communauté juive devait offrir l’accueil dans ses maisons à des membres de la famille royale et aux fonctionnaires royaux. À Azemmour, cette activité était liée à la pratique diplomatique : les juifs devaient accueillir les alcades musulmans, leurs messagers et serviteurs et ceux des sultans de Fès aussi bien que ceux des chérifs ; ils étaient après dédommagés en numéraire. C’était une activité si méritoire et enrichissante qu’elle fut exercée surtout par les personnalités privilégiées : Jacob Adibe, grand rabbin, son frère Moisés Adibe, et trois intendants d’Abraão Benzamerro – Jacob Daroque, Juda Budara et Samuel Palençano57.

  • 58 Voir José Alberto R. Silva Tavim, « Subir a Fez em meados do século XVI : contribuição para o estud (...)
  • 59 « Lettre de Nicolau Clenardo a Jacques Latomus », Fez, 9.4.1541 ; et « lettre de Nicolau Clenardo a (...)

33À Safi et Azemmour, des quartiers juifs fonctionnent donc à l’image du Mellah à Fès (1438) et plus tard à Marrakech (1557) : ce sont les lieux de l’Autre civilisationnel, dans lequel les résidents juifs devaient aussi abriter les chrétiens hors de la plupart des zones urbaines où la population musulmane montrait un comportement visiblement hostile58. C’est pourquoi l’humaniste Nicolau Clenardo, au cours de sa visite à Fès en 1541, choisit de vivre au Mellah et non pas dans les douanes59. Il est supposé que les « visiteurs » musulmans « sentaient » le même niveau de sécurité dans les quartiers juifs des places portugaises. Et dans ce contexte, dans le cadre des vieux « devoirs » de la commune juive, une nouvelle vocation surgit comme une adaptation à un nouveau cadre social. En ressuscitant une forme médiévale, les Portugais s’alignent sur un usage musulman, sauf pour l’usage des armes, interdit aux juifs en islam.

34Mais la singularité des quartiers juifs de Safi et d’Azemmour révèle une autre réalité. Contrairement à ce qui se passait dans le royaume, chacun de ces bourgs était considéré comme une parcelle territoriale per se ayant chacune le droit à un grand rabbin avec la même signification sociale que le grand rabbin médiéval. On observe par la documentation qu’ils servirent d’intermédiaires avec le roi, assumant des rôles importants, individuels ou familiaux tant dans les pratiques d’information ou diplomatiques avec les entités politiques du Maroc, que dans la dynamisation d’affaires importantes entre le Portugal et le Maroc.

  • 60 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)
  • 61 Idem, p. 218-224.

35Le cas d’Azemmour semble être de transmission héréditaire jusqu’à l’abandon de la place en 1541 : la fonction de grand rabbin fut la prérogative de la famille Adibe, étant exercé successivement par José Adibe (1514-1520 ou 1522), par l’aîné de ses enfants Yhaya Adibe (1522-1534) puis, après sa mort, par son frère Jacob Adibe (1534-1541)60. Il y eut seulement une brève interruption en 1520, lorsque José Cordilha fut nommé grand rabbin par le fait que José Adibe avait été jeté hors de la place à cause de sa fâcherie avec le capitaine D. Álvaro de Noronha61.

  • 62 Selon David Corços, ils sont venues de Rota, en Andalousie ou de Rueda, en Aragon – voir David Corc (...)

36Safi connut une situation plus dramatique par rapport à la fonction de grand rabbin parce que deux familles rivalisaient pour ce poste : les Rute, d’origine ibérique62, qui étaient là avant la conquête portugaise, et les Benzamerro, comme nous avons mentionné, de la même origine, mais venant d’Azemmour. Nous avons déjà vu qu’avec rabbi Abraham Rute, interprète et argentier au service du capitaine Diogo de Azambuja, Isaac Benzamerro fut parmi les premiers juifs à être mentionné dans les sources portugaises, en raison des services rendus lors de la conquête de Safi. Pendant son séjour au Portugal, en 1509, Isaac fut gratifié par D. Manuel du poste de grand rabbin des juifs de Safi. Cependant, le roi avait agi par inadvertance, méconnaissant le fait que le rabbin Abraham était déjà le grand rabbin des juifs de cette place, et qu’il avait été confirmé lorsque Diogo da Azambuja occupait le poste de capitaine. Le roi se vit donc contraint à la confirmation d’Abraão Rute comme grand rabbin, pendant la présence de celui-ci à la cour du Portugal en 1510, et à retirer cette grâce à Isaac Benzamerro.

  • 63 « Carta de mercê e confirmação do ofício de rabi-mor dos judeus de Safim a rabi Abraão », Almeirim, (...)
  • 64 « Carta de privilégio aos judeu Benzamerros de Safim », Almeirim, 9.6.1523, pub. idem, Apêndice 7, (...)
  • 65 « Requerimento de rabi Abraão a el-rei sobre a forma de julgar os Benzamerro », s.l., s.d. (Safim, (...)
  • 66 « Carta de privilégio para Abraão Benzamerro, outros membros da sua família e criados, não obedecer (...)

37C’était un affront pour la puissante famille Benzamerro : tous les juifs de Safi devraient obéir au rabbin Abraão, sans autre recours que lancer un appel au capitaine et, en dernier ressort, au souverain. Les Benzamerro ne pardonnèrent pas cette audace du rabbin Abraão Rute et entamèrent contre lui une lutte interne féroce63. En fait, le rabbin Abraão ne put pas résister à la « fronde » des puissants et nombreux Benzamerro, dirigés par l’habile et très dynamique Abraão Benzamerro. Le 9 juin 1523, le nouveau souverain – D. João III – ordonna l’émission d’une charte de privilèges adressée aux « Judeus Benzamerro de Safim », ordonnant que toutes les questions juives qu’ils auraient avec les juifs devraient être jugées par eux, selon leurs propres lois64. Rabbi Abraão Rute tenta de répliquer devant le roi, en disant qu’il ne voulait tout simplement pas lui obéir, parce qu’il les jugeait selon la loi juive65. Les Benzamerro réussirent néanmoins à convaincre le roi que le rabbin Abraão Rute était devenu son ennemi. Le 12 mai 1524, D. João III ordonna l’émission d’une autre charte de privilèges adressée à Abraão Benzamerro, à sa famille et ses domestiques, leur disant de ne pas obéire au rabbin Abraão Rute. Abraão Benzamerro avait dit au roi qu’Abraão Rute était son ennemi juré, de telle sorte que le roi ordonna au capitaine Gonçalo Mendes Sacoto d’accorder aux Benzamerro un juge juif supplémentaire66.

  • 67 « Carta para Abraão Benzamerro vir a estes reinos », Évora, 8.5.1524, pub. idem, Apêndice 7, doc. 1 (...)
  • 68 « Carta de mercê do cargo de língua a Jacob Rute », Almeirim, 7.7.1523, pub. par Francisco Marques (...)
  • 69 « Carta de Jacob Rute a seu irmão [Moisés] », Fez, juillet de 1536 selon Elaine Sanceau, in Colecçã (...)
  • 70 Voir supra, 49.
  • 71 Voir supra, 69.
  • 72 « Carta para Abraão Benzamerro, morador em Safim, gozar dos privilégios dos cavaleiros », Coimbra, (...)
  • 73 « Carta de mercê do cargo de rabi-mor dos judeus de Safim a Abraão Benzamerro », Évora, 24.5. 1537, (...)

38Les Benzamerro sortirent victorieux de cette lutte, profitant d’une situation nouvelle qui leur était favorable. Abraão Rute était étroitement lié à D. Manuel et aux cercles de pouvoir gravitant autour de lui, dont faisait partie l’un de ses principaux interlocuteurs – le secrétaire d’État António Carneiro. Au contraire, les Benzamerro purent profiter de la bienfaisance du successeur D. João III, entouré par d’autres élites au pouvoir. L’ordre d’émission d’une autre charte de privilège par D. João III n’est pas une coïncidence : le 8 mai 1524, il autorise le déplacement d’Abraão Benzamerro en métropole67. Jusqu’à sa mort en 1537, le rabbin Abraão Rute fut obligé d’accepter la honte que représentait l’existence dans sa commune d’une famille puissante, exonérée de sa juridiction. Son fils Jacob Rute, nommé « língua » (interprète) et greffier pour la langue arabe à Safi en 152368, aurait trouvé cette situation tellement intenable qu’en 1536 il quitta cette place pour celle de Fès69, la ville où il fut également conseiller du roi70. Quant à son frère Moisés Rute, il partit pour Asilah peut-être la même année71. Pour les Benzamerro, la consécration politique de son ascension se vérifia le 24 mai 1537, lorsque, après la mort du rabbin Abraão Rute et l’écartement de ses enfants, D. João III nomma Abrão Benzamerro, déjà chevalier72, grand rabbin des juifs de Safi73.

  • 74 Voir Maria José P. Ferro Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, vol. 1, p. 113-114.
  • 75 Voir Reuven Faingold, « Los judios en las cortes reales portuguesas ».

39C’est ainsi que s’instaura, au nord de l’Afrique, une réalité qui est attestée au Portugal jusqu’à l’expulsion générale des juifs : la rivalité entre les plus importantes familles juives afin de profiter de la fonction de grand rabbin. Signalons toutefois que dans le cas de Safi, « la lute extrême » nous révèle des situations de dépendance mutuelle entre courtisans juifs et l’appareil d’État, propres à la situation particulière d’une enclave et non pas d’un royaume74. L’existence d’une dynastie de courtisans juifs occupant la fonction de grand rabbin d’Azemmour semble être une nouveauté dans le cadre portugais75. Elle montre aussi ce haut degré de dépendance de l’État portugais à l’égard d’une famille qui, dès la conquête, a apporté des preuves solides de fidélité.

  • 76 Voir José Alberto R. Silva Tavim, « Abraão Benzamerro, judeu de sinal », p. 125.

40Ces microcosmes de dépendance personnelle se révèlent jusque dans l’attribution de postes au-delà même de la ville de Safi, dessinant tout un réseau d’influence. Abraão Benzamerro se fit ainsi représenter par des serviteurs fidèles dans les différentes fonctions qui lui furent attribuées : Jacob Daroque fut son intendant à Azemmour, douanier et garde-rivière et collecteur des loyers de la cathédrale de cette ville, le logeur et le pourvoyeur des envoyés du sultan de Fès et du chérif de Marrakech, et le fermier des douanes d’Azemmour et de Mazagan, exerçant dans cette dernière ville le métier d’interprète au nom de son seigneur ; Judas Budarão ou Abudarham eut pour fonction de payer les soldes à Santa Cruz do Cabo de Guer et fut également fournisseur des biens nécessaires aux voyages des émissaires du chérif ; enfin, David Cint négociait et signait des contrats en son nom dans la ville de Fès. Au centre de cet important réseau familial et domestique, déplaçant l’argent nécessaire au fonctionnement de l’appareil administratif et à la guerre des places en vue de rentabiliser les relations économiques entre les royaumes du Portugal et du Maroc, Abraão Benzamerro réussit à éclipser la famille rivale des Rute76.

  • 77 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu, morador em Azamor, para corretor da casa da feitoria da (...)
  • 78 « Carta de confirmação do cargo de língua de Azamor a Yahya Adibe », Évora, 8.9.1524, in Francisco (...)
  • 79 « Carta de mercê do cargo de tabelião do rabi dos judeus de Azamor a Jusepe Gordilha », Almeirim, 1 (...)

41Le cas d’Azemmour est encore plus impressionnant. Au lendemain de sa nomination au poste de grand rabbin des juifs d’Azemmour, D. Manuel nommait José Adibe correcteur de la factorerie de la ville, grâce à la confiance qu’il avait en lui77. Et le 9 septembre 1514, son fils et futur grand rabbin, Yahya Adibe, fut confirmé pour le rôle crucial d’interprète de la ville78. Le seul pouvoir de substitution que nous ayons pu déceler fut celui de José Gordilha ou Cordelha que D. João III nomma notaire devant le rabbin des juifs d’Azemmour et des écritures qui se feraient entre eux79.

  • 80 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI(...)

42Parallèlement à cette concentration de fonctions honorables et économiquement rentables entre les personnes de la même « maison » nous observons une autre nouveauté : l’importance de la position sociale du poste de « língua », cruciale dans ces mondes de frontières. Le poste était mis au concours par l’affichage d’avis. Mais les candidats qui généralement saisirent cette position étaient des juifs, par le fait qu’ils savaient ou comprenaient une autre « langue hispanique » aussi bien que l’arabe, qu’ils utilisaient dans leurs affaires. C’était également une position de prestige car son titulaire devait mériter une grande confiance de la puissance royale. Ce n’est pas une coïncidence que son exercice ait été attribué aux membres les plus importants de la commune ou à leurs serviteurs. Nous avons vu que le rabbin Abraão Rute fut l’interprète à Safi du capitaine Diogo d’Azambuja, et qu’en 1523 son fils Jacob Rute fut nommé « língua de árabe » de cette ville, comme expert dans cette langue et « scribe d’écriture mauresque ». Ce n’est qu’après son départ à Fès en 1536, que le poste fut transféré à José Levi. Le seul « língua » officiel à Azemmour fut Yahya Adibe, confirmé dans les années 1520 et 1524, qui cumulera plus tard le poste avec celui de grand rabbin. Le grand potentat Abraão Benzamerro fut nommé « língua » de Mazagan en 1527, puis de Safi et d’Azemmour au moment où ces postes furent libérés80.

  • 81 « Carta de quitação para Nuno Gato, contador de Safim », Lisboa, 23.3.1513, in A. Braamcamp Freire, (...)

43Cette grande proximité entre les juifs des enclaves et le pouvoir royal est également évidente dans le service militaire et dans l’appui aux travaux dans les villes. Nous savons que la communauté résidant à Safi eut, entre 1508 et 1513, un rôle important dans la tâche de la construction des murs et des maisons de la factorerie, ainsi que dans l’ouverture des raccourcis vers celle-ci, des travaux qu’ils aidèrent à subventionner81.

  • 82 « Carta de venda de habitações na cidade de Safim, cujos contratantes são alguns “judeus mouriscos” (...)
  • 83 « Denúncia de Gutierrez Pacheco », Las Palmas de la Gran Canaria, 3.3.1530, in Lucien Wolf, Jews in (...)

44Mais la communauté s’affirmait également devant les autorités royales en se démarquant de ceux qu’ils appelaient « judeus mouriscos » ou autochtones – « toshavim ». À Safi, les « judeus mouriscos » vivaient ensemble, ségrégués des autres juifs, et réalisaient des affaires entre eux. Par exemple, le 21 décembre 1518, Meyman Belleanes et sa femme Ariqua vendirent à José Bem Myara et à sa femme Soltana, tous des « judeus mouriscos », quelques maisons de la Rua de Gonçalo Dias, près d’un mur, lesquelles s’accotaient d’un côté à la maison de ce Portugais et de l’autre à la maison de Cyxbealla Menagullo, « judeu mourisco »82. La même chose arriva à Santa Cruz do Cabo de Guer : suivant une accusation de Gutierrez Pacheco, dans l’inquisition des Canaries en 1530, vivaient 15 ou 20 « judeus mouriscos », dont le rabbin s’appelait Juda. A contrario, les deux séfarades, le rabbin Frayan, venant de Tolède et Aaron Benzamerro, neveu d’Abraão Benzamerro, sont convenablement différenciés83.

  • 84 Voir Haim Zafrani, Les Juifs du Maroc – Vie sociale, économique et religieuse. Études de Taqqanot e (...)
  • 85 David Corcos, Studies in the History of the Jews of Morocco, Jérusalem, Rubin Mass, 1976, p. 168, n (...)
  • 86 Voir Haim Zafrani, Les Juifs du Maroc, p. 132 et 142 ; Robert Ricard, « L’Affaire Rute », p. 108, n (...)
  • 87 Voir David Corcos, « Benzamero », in Encyclopaedia Judaica, éd. Cecil Roth, Jérusalem, Keter Publis (...)

45On assiste donc dans les enclaves portugaises du nord de l’Afrique au même phénomène qui s’était produit dans les grandes villes comme Fès : la séparation, allant de la pratique religieuse, aux « sources considérées essentielles » de la loi en passant par les lois alimentaires, entre les expulsés ou « megorashim » et les autochtones ou « toshavim » (parmi lesquels il faut inclure des juifs de la Péninsule établis au Maroc avant les expulsions générales de la fin du XVe siècle). À partir du milieu du XVIe siècle, la superposition du groupe des « megorashim » devint claire soit en raison de l’acceptation générale de l’œuvre de Joseph Caro au Maroc, soit par l’acceptation du « Livre des Taqqanot des Exilés de Castille »84. Selon David Corcos, les « judeus mouriscos » poursuivirent leur vie à l’écart de la coexistence avec les groupes fermés de « megorashim » qui se formèrent à Marrakech et notamment à Azemmour, à Safi et à Agadir85. Ainsi, une fois de plus, nous vérifions que la formation de ces communautés dans les places portugaises renforça un nouveau tissu social juif au Maroc, où l’on assiste à l’imposition, à quelques exceptions près, du modèle séfarade, et donc à la division entre ceux-ci et les « judeus mouriscos » ou les « toshavim ». Preuve de cette assertion est le fait que des membres importants de la communauté juive de Safi et leurs descendants occupèrent le poste de dirigeants de la communauté juive de Fès. C’est le cas des Rute, qui occupèrent successivement la fonction de « naguid » ou chef de communauté à Fès depuis le déjà mentionné Jacob, immigré de Safi86. Les Benzamerro occupèrent également un poste important à Fès, tel que le rabbin Isaac et le « naguid » David, à la fin du XVIe, et au début du XVIIe siècle87.

***

  • 88 Voir Otília Rodrigues Fontoura, Portugal em Marrocos na Época de D. João III, S. l., Centro de Estu (...)

46L’identité juive de ces communautés parvint à se maintenir dans « les poches de domination portugaise » du nord de l’Afrique parce que leur importance primordiale dans le maintien de ces enclaves fut reconnue : les prêts et l’usure étaient des activités aussi vitales que l’affermage de la distribution des soldes à une population en condition de carence économique constituée principalement de gens de guerre et de fonctionnaires royaux. Mais aussi parce que la plus haute autorité du Portugal reconnut les juifs comme des experts mondiaux dans la négociation entre plusieurs entités politiques et religieuses souvent en conflit, qu’elle avait aussi besoin d’eux en tant que diplomates (sans avoir une définition officielle), interprètes, informateurs, intermédiaires de commerce et experts dans l’essentiel rachat des captifs, étant donné l’état de guerre latente. Initiée dans la péninsule Ibérique, « la fermeture » du dialogue entre les deux civilisations, au moment de l’essor de la dynastie saadienne et du renforcement de la Contre-Réforme au Portugal, mit fin à la « survie » des juifs dans le prolongement de l’ancienne séfarade. L’expulsion des juifs des différentes places fut provoquée par la décision des autorités portugaises d’abandonner Azemmour, Safi, Asilah et al-Qsar Sghir en 1541 (Santa Cruz do Cabo de Guer fut conquise cette même année par le chérif Mawlay Muhammad Shaykh)88.

  • 89 Voir Robert Ricard, « Baptême d’un Juif de Fès à l’Escorial (1589) », in Hespéris, vol. 44, 1-2, 19 (...)

47Nous observons donc que la présence de communautés juives dans les enclaves portugaises du nord de l’Afrique n’étaient pas un simple « Phénix ressuscité ». Les raisons qui conduisirent la monarchie portugaise à la reconnaissance de l’existence de quartiers juifs à Safi et Azemmour, aussi bien qu’à l’essor de l’immigration de juifs vers les communes nouvellement établies, résultèrent d’un intérêt conjoncturel où ces juifs apparurent indispensables en tant que médiateurs civilisationnels. Mais l’autorisation d’une existence légale, fondée sur la primauté de leur rôle de médiateurs, se répercuta immédiatement dans le tissu social des nouveaux quartiers juifs : ces nouveaux immigrants tentèrent de s’affirmer de prime abord contre la population juive autochtone et de souligner leur rôle primordial en tant qu‘hommes-charnières entre les deux mondes – celui d’où ils avaient émigré et celui qui les accueillait. Les juifs d’Azemmour et de Safi étaient déjà des experts dans les contextes marocains, et certains de leurs dirigeants utiliseront leurs connaissances pour transférer leur prépondérance à des villes comme Fès. Le choix de l’appartenance n’est pas si linéaire. La permanence de la précarité en des lieux sous tutelle portugaise tels que Safi se répercuta immédiatement dans les choix civilisationnels de membres de ces familles. Par exemple, aux côtés des membres éminents installés à Fès, tels qu’Isaac et David, la famille Benzamerro eut un « juif de cour » baptisé chrétien à l’Escorial en 1589 : Moisés Benzamerro, à savoir Pablo de Santa Maria89. Mais ceux qui choisirent de rester au mellah, comme à Fès – c’est-à-dire la plupart d’entre eux – connurent d’importants profits liés l’ascension sociale et communale due à la poursuite des relations avec la Péninsule, à travers les places portugaises.

48Plus qu’un Phénix ressuscité, le tissu social des juifs, ayant pris forme dans l’ancienne chrysalide médiévale, devint un avatar correspondant à des temps et lieux de remarquable différence.

Notes

1 Voir António Borges Coelho, Comunas ou Concelhos, Lisbonne, Editorial Prelo, 1973.

2 Voir Maria José Pimenta Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, Lisbonne, Guimarães e Ca. Editores, 1980, p. 20-22.

3 Voir Maria José Pimenta Ferro Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, vol. I, 1982, p. 44-45 et 77.

4 Ibid., p. 24.

5 Maria José Pimenta Ferro Tavares, Los Judíos en Portugal, Madrid, Editorial MAPFRE, s.d., p. 18 et 45.

6 Maria José P. Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 19.

7 Cf. Maurice Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Paris, Hachette, 1979, p. 112-113.

8 Maria José P. Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 25-27.

9 Reuven Faingold, « Los Judíos en las Cortes Reales Portuguesas », in Sefarad, nº 45, fasc. 1, 1995, p. 87.

10 Maria José P Ferro, Os judeus em Portugal no século XIV, p. 30.

11 « Los judíos en las Cortes Reales Portuguesas », p. 103.

12 Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, p. 105-150 ; Maria José P. F. Tavares, Los judíos en Portugal, p. 63-88.

13 Concernant l’Espagne, voir, entre autres, Yitzhak Baer, trad. de l’hébreu par José Luis Lacave, Historia de los Judíos en la España Cristiana, Madrid, Riopiedras, s.d., chap. 12-15 ; Julio Caro Baroja, Los judíos en la España Moderna y Contemporánea, Madrid, Ediciones Istmo, vol. 1, 1986, chap. 8-10 ; Béatrice Le Roy, L’Expulsion des Juifs d’Espagne, Paris, Berg International éditeurs, 1990, chap. 2 ; Henry Kamen, « La expulsión : finalidad y consecuencias », in Los judíos de España, éd. Elie Kadourie, Barcelone, Editorial Crítica, 1992, p. 73-96 ; Luis Suárez Fernández, « La population juive à la veille de 1492. Causes et mécanismes de l’expulsion », in Les Juifs d’Espagne : histoire d’une diaspora, 1492-1992, éd. Henry Méchoulan, Paris, Liana Levi, 1992, p. 29-41 ; pour le Portugal, Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, p. 483-500 ; aussi pour l’Espagne et le Portugal, José Amador de los Rios, Historia de los judios de España y Portugal, Madrid, Ediciones Turner, s.d., chap. 7-10. Voir également les considérations de Maurice Kriegel, in Les Juifs à la fin du Moyen Âge…, op. cit., chap. 6.

14 Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, p. 483-500 ; id., Judaísmo e Inquisição. Estudos, Lisbonne, Presença, 1987, p. 29-37.

15 Maria José P. F. Tavares, Judaísmo e Inquisição. Estudos, p. 23-25.

16 Voir François Soyer, The Persecution of the Jews and Muslims of Portugal. King Manuel I and the End of Religious Tolerance (1496-1497), Leiden, Brill, 2007, chap. 2-3.

17 Historia de los Reyes Católicos Dom Fernando y Doña Isabel, sélection d’Octavio de Medeiros, Madrid, Istmo, 1945, p. 83-84.

18 [Relation du gouvernement du conde de Borba, capitan d’Arzila], Arzila ?, 1497-1499, in Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT), Corpo Cronológico (CC), Parte III (P. III), maço I (m. I), doc. 18, fol. 5vº e 7 vº.

19 Bernardo Rodrigues, Anais de Arzila, Lisbonne, Academia das Ciências de Lisboa, vol. I, 1915, p. 445.

20 [Relation du gouvernement du conde de Borba, capitan d’Arzila], Arzila ?, 1497-1499, in ANTT, CC, P. III, m. I, doc. 18, fol. 7-7 vº.

21 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI. Origens e actividades duma comunidade, Braga, Edições APPACDM Distrital de Braga, 1997, chap. 2.

22 Voir J. Lúcio de Azevedo, História dos Cristãos Novos Portugueses, Lisbonne, Livraria Clássica Editora, 1975, livre 2, chap. 1 ; Israel Salvator Révah, Études portugaises, Paris, Fundação Calouste Gulbenkian, 1973, chap. 8 ; Maria José P. F. Tavares, Judaísmo e Inquisição. Estudos, 1987, chap. 3.

23 Voir Yosef Hayim Yerushalmi, The Lisbon Massacre of 1506 and the Royal Image in the Shebet Yehudah, Cincinnati, Hebrew Union College Annual Supplements, nº 1, 1976.

24 J. Lúcio de Azevedo, História dos Cristãos Novos Portugueses, livre 2, chap. 1 ; Israel Salvator Révah, Études Portugaises, chap. 8 ; Maria José P. Ferro Tavares, Judaísmo e Inquisição. Estudos, p. 42-54.

25 « Memória de rabi Abraão » [Safim, 1510], pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos, Apêndice 7, doc. 4.

26 « Carta para Isaac Benzamerro poder negociar em Portugal », Évora, 3.5.1509, idem, Apêndice 7, nº 1.

27 Damião de Góis, Crónica do Felicíssimo Rei D. Manuel, Coimbra, Imprensa da Universidade, vol. 3, 1954, p. 188

28 Jerónimo de Mendonça, Jornada de África, Lisbonne, par Pedro Craesbeek, 1607, fol. 90

29 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, Apêndice 4.

30 « Alvará de D. Manuel, em que quita de 10.000 reais de direitos a Isaac Benzamerro, judeu morador em Safim », Évora, 13.6.1509, in ANTT, CC, P. 1., m. 7, doc. 18.

31 « Carta de confirmação de alguns bens a rabi Abraão, em Safim », Almeirim, 17.4.1510, pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, Apêndice 7, doc. 2.

32 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu morador em Azamor, rabi-mor dos judeus moradores nesta cidade », Lisbonne, 23.6.1514, pub. par Maria Augusta Lima Cruz, in « Documentos Inéditos para a História dos Portugueses em Azamor », Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, vol. 2, 1979, p. 137.

33 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu, morador em Azamor, para corretor da casa da feitoria da mesma cidade », Lisbonne, 24.6.1514, pub. par Maria Augusta Lima Cruz, in « Documentos Inéditos para a História dos Portugueses em Azamor », p. 137.

34 « Carta de confirmação do cargo de língua a Yahya Adibe », Évora, 8.9.1524, pub par Francisco Marques de Sousa Viterbo, in « Ocurrências da Vida Judaica », Archivo Histórico Português, vol. 2, 1904, p. 13-14.

35 « Cartas patentes de D. Manuel (Privilégio aos judeus de Safim) », Évora, 4.5.1509, in Les Sources inédites de l’histoire du Maroc - première série : Dynastie saadienne, Archives et Bibliothèques du Portugal (SIHMP), dir. Pierre de Cénival, David Lopes et Robert Ricard, Paris, Éditions Paul Geuthner, vol. 1, 1934, p. 174-176.

36 « Carta de rabi Abraão ao secretário de Estado António Carneiro », (Safim), 26.3.(de 1511), in ANTT, Cartas dos Governadores de África, nº 19.

37 « Carta de privilégio para os judeus que viverem na cidade de Safim », Lisbonne, 2.1.1512, pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, Apêndice 7, doc. 6.

38 « Carta de privilégio para os judeus que viverem na cidade de Safim », Lisbonne, 20.4.1512, idem, doc. 7.

39 « Carta de privilégio de D. Manuel I dirigida a todos os judeus residentes em Azamor », Lisbonne, 28.6.1514, pub. par Maria Augusta Lima Cruz, in « Documentos Inéditos para a História dos Portugueses em Azamor », p. 138-139.

40 Hannah Arendt, A Condição Humana, trad. de l’anglais par Roberto Rapozo, Lisbonne, Relógio d’Água, 2001, p. 225.

41 Voir António Dias Farinha, « Norte de África », in História da Expansão Portuguesa, dir. Francisco Bethencout et Kirti Chaudhuri, Lisbonne, Círculo de Leitores, vol. 1, 1998, p. 126-127.

42 Voir Luís Filipe F.R. Thomaz, « L’idée impériale manuéline », in La Découverte, le Portugal et l`Europe, éd. Jean Aubin, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1990, p. 35-103.

43 Cf. José Alberto R. Silva Tavim, « Abraão Benzamerro, “judeu de sinal”, sem sinal, entre o Norte de África e o Reino de Portugal », in Mare Liberum, nº 6, Dezembro de 1993, p. 115-1421

44 Voir David Corcos, « Rote (Roti, ar-Reuti, Arrueti, Aroti, al-Rueti, er-Routi, Rutty, Ruti, Rute) », in The Encyclopaedia Judaica, éd. Cecil Roth et. al., Jérusalem, Keter Publishing, vol. 14, 1971, p. 323-324.

45 Vide José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 206-210 et Apêndice 6, doc. 4.

46 Idem, p. 214-235.

47 Idem, p. 218-224, 243.

48 « Carta para Isaac Benzamerro poder ir ao reino de Fez », Lisbonne, 1.7.1515, idem, Apêndice 7, doc. 5.

49 Voir par exemple la synthèse de Robert Ricard, « L’Affaire Rute (automne 1542) » in SIHMP, vol. 4, 1951, p. 106-112.

50 Duarte Nunes de Leão, Leis Extravagantes e Reportório das Ordenações (reproduction « fac-similé » de l’éd. de 1569), Lisbonne, Fundação Calouste Gulbenkian, 1987, P. 4, tit. 5, ligne 7 – « Dos judeus e mouros que andão sem sinal », fol. 122.

51 Vide José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 240-241.

52 Vide Jorge Correia, Implantação da Cidade Portuguesa no Norte de África. Da tomada de Ceuta a meados do século XVI, Porto, FAUP Publicações, 2008, p. 300 (plan de la ville ancienne) et 306.

53 « Carta de Simão Correia a D. Manuel », Azamor, 20.5.1517, in SIHMP, vol. 1, p. 186.

54 Voir supra, 25 et 26.

55 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 204-205.

56 Voir supra, 28.

57 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 399-403 et 426-428.

58 Voir José Alberto R. Silva Tavim, « Subir a Fez em meados do século XVI : contribuição para o estudo de um mellah », in Os Judeus Sefarditas entre Portugal, Espanha e Marrocos, éd. Carmen Ballesteros et Mery Ruah, Lisbonne, Edições Colibri, p. 87-117.

59 « Lettre de Nicolau Clenardo a Jacques Latomus », Fez, 9.4.1541 ; et « lettre de Nicolau Clenardo a Arnold Streyters, abbé de Tangerioo », Fez, 12.4.1541, pub. par Alphonse Roersche, Clénard peint par lui-même, Bruxelles, Office de publicité, 1942, p. 67 ; et référence par Manuel Gonçalves Cerejeira, O Renascimento em Portugal. Clenardo e a Sociedade Portuguesa do seu Tempo, Coimbra, Coimbra Editora, 1949, p. 143.

60 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, Apêndice 3, nº 3.

61 Idem, p. 218-224.

62 Selon David Corços, ils sont venues de Rota, en Andalousie ou de Rueda, en Aragon – voir David Corcos, « Rote », in Encyclopaedia Judaica, vol. 14, p. 323. Il y avait aussi des juifs au Portugal, au XVe siècle, portent des surnoms comme Arote et Rude – voir Maria José P. F. Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, vol. 2, p. 28 et 64. On ne sait pas s`ils sont venus à Safi pendant l’Expulsion générale d’Espagne de 1492, du Portugal, de 1496, ou même avant.

63 « Carta de mercê e confirmação do ofício de rabi-mor dos judeus de Safim a rabi Abraão », Almeirim, 5.6.1510, pub. idem, Apêndice 7, doc. 3.

64 « Carta de privilégio aos judeu Benzamerros de Safim », Almeirim, 9.6.1523, pub. idem, Apêndice 7, doc. 15.

65 « Requerimento de rabi Abraão a el-rei sobre a forma de julgar os Benzamerro », s.l., s.d. (Safim, circa 1523), pub. idem, Apêndice 7, doc. 16.

66 « Carta de privilégio para Abraão Benzamerro, outros membros da sua família e criados, não obedecerem a rabi Abraão », Évora, 12.5.1524, pub. idem, Apêndice 7, doc. 18.

67 « Carta para Abraão Benzamerro vir a estes reinos », Évora, 8.5.1524, pub. idem, Apêndice 7, doc. 17.

68 « Carta de mercê do cargo de língua a Jacob Rute », Almeirim, 7.7.1523, pub. par Francisco Marques de Sousa Viterbo, in Notícias de alguns arabistas e intérpretes de Lìnguas Africanas e Orientais, Coimbra, Imprensa da Universidade, 1906, p. 69-70.

69 « Carta de Jacob Rute a seu irmão [Moisés] », Fez, juillet de 1536 selon Elaine Sanceau, in Colecção de S. Lourenço, Lisbonne, Centro de Estudos Históricos Ultramarinos, vol. 1, 1973, p. 49-51 ; et début août de la même année, selon SIHMP, vol. 3, 1948, p. 46-48.

70 Voir supra, 49.

71 Voir supra, 69.

72 « Carta para Abraão Benzamerro, morador em Safim, gozar dos privilégios dos cavaleiros », Coimbra, 21.8.1527, pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos, Apêndice 7, doc. 21.

73 « Carta de mercê do cargo de rabi-mor dos judeus de Safim a Abraão Benzamerro », Évora, 24.5. 1537, pub. idem, Apêndice 7, doc. 30.

74 Voir Maria José P. Ferro Tavares, Os judeus em Portugal no século XV, vol. 1, p. 113-114.

75 Voir Reuven Faingold, « Los judios en las cortes reales portuguesas ».

76 Voir José Alberto R. Silva Tavim, « Abraão Benzamerro, judeu de sinal », p. 125.

77 « Carta de nomeação de Jocefe Adibe, judeu, morador em Azamor, para corretor da casa da feitoria da mesma cidade, Lisboa, 24.6.1514, pub. par Maria Augusta Lima Cruz, in « Documentos Inéditos para a História dos Portugueses em Azamor », p. 137.

78 « Carta de confirmação do cargo de língua de Azamor a Yahya Adibe », Évora, 8.9.1524, in Francisco Marques de Sousa Viterbo, Notícias de alguns arabistas, p. 13-14.

79 « Carta de mercê do cargo de tabelião do rabi dos judeus de Azamor a Jusepe Gordilha », Almeirim, 11.5.1523, in ANTT, Chancelaria de D. João III, liv. 3, fol. 36vº.

80 Voir José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 374-381.

81 « Carta de quitação para Nuno Gato, contador de Safim », Lisboa, 23.3.1513, in A. Braamcamp Freire, « Cartas de Quitação del Rei D. Manuel », Archivo Histórico Portuguez, Lisbonne, Tipografia Calçada do Cabra, vol. 4, fasc. 1-2, 1906, p. 478.

82 « Carta de venda de habitações na cidade de Safim, cujos contratantes são alguns “judeus mouriscos” », Safim, 15.12.1518, pub. par José Alberto R. Silva Tavim, in Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, Apêndice VII, doc. XI.

83 « Denúncia de Gutierrez Pacheco », Las Palmas de la Gran Canaria, 3.3.1530, in Lucien Wolf, Jews in the Canary Islands. Being a Calendar of Jewish Cases extracted from the Records of the Canariote Inquisition of the Marquess of Bute, Londres, The Jewish Historical Society of England, 1926, p. 89-90.

84 Voir Haim Zafrani, Les Juifs du Maroc – Vie sociale, économique et religieuse. Études de Taqqanot et Responsa, Paris, Paul Geuthner, 1972, p. 61-64 ; et Joseph Tolédano, Le temps du Mellah. Une histoire des Juifs du Maroc racontée à travers les annales de la communauté de Meknès, Jérusalem, Éditions Ramtol, 1982, p. 22-23.

85 David Corcos, Studies in the History of the Jews of Morocco, Jérusalem, Rubin Mass, 1976, p. 168, note 26.

86 Voir Haim Zafrani, Les Juifs du Maroc, p. 132 et 142 ; Robert Ricard, « L’Affaire Rute », p. 108, note 4 ; David Corcos, « Rote », p. 323-324 ; et José Alberto R. Silva Tavim, Os judeus na Expansão Portuguesa em Marrocos durante o século XVI, p. 172-174.

87 Voir David Corcos, « Benzamero », in Encyclopaedia Judaica, éd. Cecil Roth, Jérusalem, Keter Publishing, vol. 4, 1971, p. 572 ; Abraham Laredo, Les Noms des juifs du Maroc : essai d`onomastique judéo-marocaine, Madrid, CSIC, 1978, p. 552.

88 Voir Otília Rodrigues Fontoura, Portugal em Marrocos na Época de D. João III, S. l., Centro de Estudos de História do Atlântico, 1996 ; et également Bernard Rosenberger, Le Maroc au XVIe siècle. Au seuil de la modernité, s.l., Fondation des Trois Cultures, 2008, chap. 3.

89 Voir Robert Ricard, « Baptême d’un Juif de Fès à l’Escorial (1589) », in Hespéris, vol. 44, 1-2, 1937, p. 136.

Auteur

Instituto de Investigação Científica Tropical, Lisbonne

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable