Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Première partie : « Mille ans, un jour »

Le peuplement du Maghreb

Une histoire de migrations plurielles

Mohamed Mezzine

Texte intégral

1Une lecture rapide de la répartition des peuples au Maghreb aujourd’hui montre clairement la grande diversité des noms de tribus, des toponymes et des espaces portant le nom de telle ou telle tribu ou confédération, ainsi que l’apparente incohérence de la distribution de ces peuples dans l’espace maghrébin. En fait, le peuplement du Maghreb semble être le résultat des traces des passages successifs de vagues de migrations qui ont modelé l’espace ethnologique et social de la région. Tant et si bien que des noms de confédérations, de tribus (qbila), de fractions (arch) continuent de peupler les traditions orales, la toponymie et la société.

  • 1 Émile-Félix Gauthier, Le passé de l’Afrique du Nord, Paris, 1942, p. 358.

2Des noms de tribus ou de confédérations, comme les Sanhaja, Masmouda, Zenata, Butr, Branès, qui ont traversé le temps, ressemblent aujourd’hui plus à des reliques d’un passé toujours présent qu’à une réalité sur le terrain. Au début du XXe siècle, Émile-Félix Gauthier disait déjà de cette situation : « On trouve partout n’importe quel nom de tribu… en Afrique du Nord. »1 Ces noms de confédérations tribales défient encore aujourd’hui la recherche, qui se pose de nombreuses questions : D’où viennent ces noms ? Comment démêler les imbrications, les enchevêtrements et les désordres apparents des groupements qui composent cette mosaïque de toponymes et de tribus ? Comment comprendre les liens et les interconnexions entre les uns et les autres ?

3La géographie historique de l’onomastique tribale, qui s’intéresse à la localisation, dans le temps et l’espace, des toponymes qui ont désigné ou qui désignent encore des groupements tribaux, constitue aujourd’hui l’une des bases possibles pour comprendre la complexité des dynamiques de peuplement dans le Maghreb. Car le peuplement du Maghreb est le résultat d’une longue histoire, qui a laissé derrière elle un pays qui a vu se superposer, aux populations autochtones, de multiples apports humains. La situation qui en a résulté est une mosaïque humaine qui dissimule derrière elle des noms de tribus, de fractions, voire de grandes aires culturelles et/ou linguistiques, qui augmentent cette complexité.

4Pour tenter de répondre à tous ces questionnements, les documents disponibles sont, malgré les apparences, limités. Il n’y a pas d’inventaire des origines de ces tribus, ni des groupes les plus importants auxquels ils disent appartenir (même pas pour les origines avouées et reconnues), ni de catalogues géographiques qui répertorient et classifient la répétition des mêmes ethnonymes, ou des ethnonymes les plus célèbres, qui serviraient de contre-épreuve. Pourtant, un tel outil pourrait contribuer à comprendre les grands mouvements des populations, les grandes migrations, et donc la logique de la situation humaine qui prévaut aujourd’hui au Maghreb. On est obligé de restreindre la recherche à des sources historiques rares et souvent contradictoires, ou à des légendes dites des origines, colportées et transmises par une tradition orale tenace. Certes, de célèbres historiens arabes ont tenté, depuis longtemps déjà, de voir un peu plus clair dans cette situation, comme Ibn Raqiq, Ibn Hazm, Ibn Hawqal, al Maqdissi, el Ya’qubi et l’incontournable Ibn Khaldun. Ils ont laissé des itinéraires, des généalogies et des chroniques qui, en plus d’offrir des informations pertinentes sur les emplacements des tribus et leurs liens, donnent des pistes de recherches intéressantes, sur leurs origines.

5Certes, le passé du Maghreb a été mouvementé. Son histoire est une suite de migrations, de déplacements… À tel point que certains anthropologues considèrent que l’un des traits saillants des sociétés du Maghreb est le déplacement : la migration, qui les rattache aux peuples de la Méditerranée. Ainsi, retracer les grandes lignes de l’histoire du peuplement du Maghreb revient à faire l’histoire de cette migration plurielle.

6L’objectif de ce propos est donc de présenter, dans ses grandes lignes, les étapes qui ont conduit à la carte actuelle du peuplement du Maghreb, et d’essayer de comprendre cette migration qui a occupée toute son histoire.

7Cela ne va pas être aisé. Le débat, chez les historiens et chez les anthropologues, qui vise à rendre intelligible la situation actuelle, est complexe, car les uns et les autres utilisent souvent des concepts et des outils différents et empruntent des entrées et des méthodes différentes.

8Cependant, à la base ce débat, se cristallise d’abord sur les concepts : tribu, confédération…

Le débat 

9De la première chronique du IXe siècle jusqu’aux textes classiques de la culture arabo-musulmane du XIVe siècle, en filigrane de chaque écrit, transparaît ce débat. Les questionnements qui le sous-tendent sont nombreux. Les plus fréquents sont : Comment se constitue une tribu ? D’où viennent ces tribus et ces confédérations qui structurent le peuplement maghrébin ? Comment s’établit le lien entre les différentes composantes de ces groupements ?

10La plus célèbre réponse à ces questionnements a été celle d’Ibn Khaldun qui explique l’essence de ce phénomène par la cohésion (al-açabiya). Selon lui, un groupement (une tribu) se forme autour d’un élément, d’un objectif, d’un danger, ou de la défense d’un territoire. La cohésion entre les membres du groupe les conduit à se trouver un ancêtre commun.

11L’Histoire des Berbères d’Ibn Khaldun va être une démonstration de sa définition de la tribu. Cette approche sera adoptée par les nassaba berbères et arabes qui viendront après lui dans leurs nombreux écrits.

12Ces problèmes de concepts seront de nouveaux soulevés, au XIXe siècle, par les orientalistes. Il s’agit, pour ces historiens, de régler la question de la terminologie adoptée, mais aussi de faire le tri parmi les hypothèses explicatives les plus utilisées des origines des tribus.

13Se pose d’abord la question de savoir ce qu’est une « tribu » ? Et ce qu’est une « confédération » ? Ensuite, quelles sont les origines des grandes tribus et confédérations du Maghreb qu’on traite souvent comme si leur généalogie était connue ? La définition explicative d’Ibn Khaldun est-elle suffisante, encore valable ?

  • 2 Jacques Berque, « Qu’est-ce qu’une “tribu” nord africaine ? » (p. 22-34), in Maghreb, histoire et s (...)

14Jacques Berque a tenté de résumer ce débat dans son célèbre article « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine »2, pour la période précoloniale et coloniale.

  • 3 Ibid., p. 22.

15Il rappelle que, pendant le XIXe et au début du XXe siècle, les historiens d’occasion, comme les appelle A. Laroui, « géographes à idées brillantes, fonctionnaires à prétentions scientifiques, militaires se piquant de culture » (officiers militaires, chefs de « bureaux arabes », missionnaires) et, avant eux, les ethnologues, faisant face à ces difficultés de définitions, vont distinguer sous un vocable simpliste une réalité complexe du terrain. Ainsi, ils distinguent simplement les « petites et les grandes tribus »3. Les anthropologues, suivis par les historiens de l’époque, vont tenter de différencier les tribus, cette fois-ci, selon leurs rythmes, leurs alliances et leurs territoires. Mais le débat ne s’arrêtera pas là. Il ne fera que s’amplifier pour aboutir en fin de compte à distinguer trois écoles de pensées qui tentent, chacune, d’expliquer ce qu’est une tribu, sa construction, son évolution et sa dispersion. L’une s’appuyant sur le déterminisme héréditaire et sur la causalité génétique des Sémites (comme le dit Jacques Berque), la deuxième sur les métaphores botaniques, la troisième fait appel à la légende transmise par la tradition orale.

16Pour les résumer, il y a :

– l’explication par l’ancêtre éponyme

– l’explication par la métaphore botanique

– et l’explication par la légende, et l’histoire.

L’explication par l’ancêtre éponyme 

17C’est probablement la plus ancienne approche, qui semblait la plus solide au XIVe siècle, déjà. Ibn Khaldun l’a adoptée et a organisé le schéma général de la répartition des tribus berbères à partir de deux grands ancêtres : Butr et Branès.

18Depuis, l’explication par l’ancêtre commun (éponyme) a fait son chemin. Surtout que cette filiation permettait, avec une certaine commodité, de structurer les grands ensembles de tribus et de les reconstruire sur un modèle d’hérédité et selon une logique généalogique. Au XIXe siècle, la pratique coloniale, suivie en cela par les historiens orientalistes de l’époque, après avoir adopté pour un temps le schéma

19khaldunien, tel qu’il l’a proposé dans son Histoire des Berbères, va tenter d’en fixer les contours, en systématisant son application.

  • 4 Statistiques et Documents relatifs au S. C. sur la propriété arabe, thèse inédite de Mme Rey Goldze (...)
  • 5 Il a tenté de recomposer sur le mode de Rome et d’Athènes primitives la structure des groupes séden (...)

20L’institution coloniale des « bureaux arabes », en Algérie, prenait en considération, en 1863, dans la référence foncière, « le cadre patriarcal » (fils d’un tel), adoptant ainsi l’approche khaldunienne4, lorsqu’elle voulait définir la tribu de référence d’un individu. Reprenant cette approche, en 1886, Masquarey, dans son livre La formation des cités5, reconstituait autour de la tribu des groupes sédentaires (fractions) se prétendant issus d’un ancêtre commun (éponyme) auquel se réfèrent toutes les composantes du leff (sur le mode de la structure des groupes dans la cité grecque et romaine).

21Mais rapidement, les historiens postcoloniaux se rendent compte qu’il est difficile d’accepter ce schéma, parce qu’il y a une extrême variété des origines et des groupes. Et que l’on retrouve, en outre, certaines fractions de tribus dans plusieurs leff en même temps. Ceci rendait très discutable l’application de l’hypothèse d’explication par l’ancêtre éponyme, et donc la reléguait progressivement au rang de fiction, difficilement acceptable.

Les explications par la métaphore botanique

  • 6 Émile-Félix Gauthier, op. cit., p. 358.
  • 7 Georges Marçais, « La Berbérie orientale au IXe siècle d’après al-Yàqàbi », in Revue africaine, 194 (...)
  • 8 Émile-Félix Gauthier, op. cit.

22En parallèle à cette tentative d’explication par l’ancêtre éponyme, celle qui se réfère à la nature faisait aussi son chemin. En effet, plusieurs années plus tard, Émile-Félix Gauthier dans Le passé de l’Afrique du Nord6 (1941) et Georges Marçais dans La Berbérie au IXe siècle7 (1942) montrent qu’il y a une extrême variété des origines des tribus en Afrique du Nord revendiquant leur rattachement à un même ancêtre, et que cette revendication ne s’appuyait sur aucune argumentation écrite. Et qu’il arrivait que certaines de ces tribus changent, à un moment donné, d’ancêtre. Ce qui fragilisait beaucoup la valeur de l’explication par l’ancêtre éponyme. Ils ont ainsi proposé d’expliquer cette diversité des tribus qui se déclaraient d’une même origine en comparant la tribu à un arbre et, ainsi, les différentes tribus ne seraient que des branches, issues initiales des souches mères d’un même tronc projetant leurs surgeons de tous les côtés. Ce qui expliquerait, selon eux, l’extraordinaire dissémination de certains groupes, à travers le Maghreb, comme les Senhaja du Maroc atlantique (depuis l’époque almoravide, XIe siècle) et qu’on retrouve jusque dans le Mzab, en Algérie, ou les Luata (Lemtouna ?) médiévaux de Libye, par exemple, qui vivent encore aujourd’hui dans deux régions éloignées, une fraction vivant dans la région de Bengrir, près de Marrakech, et l’autre dans le Sud algérien. Comme l’explique É.-F. Gautier8, ce sont là des surgeons qui ont poussé, chacun dans une région différente, mais qui se rattachent tous à une même souche mère.

23En fait, Gauthier et Marçais ne faisaient que reprendre l’hypothèse d’Edmond Doutté et d’Augustin Bernard, qui les avaient précédés.

  • 9 Edmond Doutté, « Figuig », in Bulletin de la Société de géographie d’Oran, 1903, p. 186.

24En effet, déjà au début du XXe siècle, le premier9 avait proposé cette explication des liens tribaux par la métaphore botanique, tout en émettant un certain doute. Ainsi, en 1903, après avoir analysé ce qu’il prenait pour l’agrégat hétéroclite des populations de Figuig et tenté de trouver une explication théorique à ce phénomène de répartition et de dissémination des tribus, il arriva à la conclusion suivante :

  • 10 Edmond Doutté, Ibid., p. 186.

« Les divisions des groupes actuels de populations constituent généralement non des rameaux issus d’une même souche, mais des boutons, des greffes continuelles apportées sur un pied primitif devenu parfois impossible à discerner. »10

25Avec cette approche, il pouvait faire renaître n’importe quelle fraction dans n’importe quelle région du Maghreb.

  • 11 Augustin Bernard et Napoléon Lacroix, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger, 1906, p. 271 et s (...)

26En 1911, Augustin Bernard, dans le même ordre d’idées, mais en le nuançant, affirme que « la tribu ne se développe pas seulement par intussusception mais aussi par juxtaposition »11. Deux formules promises à être largement reprises par de nombreuses études, après lui, surtout par les orientalistes.

27Elles ne seront pourtant aujourd’hui ni confirmées ni rejetées, car il n’y a pas de vraies statistiques ni d’inventaires sérieux des tribus du Maghreb selon leurs origines ou leurs ethnonymes. Inventaire qui aurait facilité la constitution de répertoires des ethnonymes, des vocables et des toponymes répétitifs à travers le Maghreb. Ce qui aurait permis d’essayer de rattacher les toponymes ayant les mêmes référents identitaires et d’utiliser ainsi, dans une même approche, les métaphores botaniques et l’analyse géographique.

28En fait, toute cette approche sera remise en question par les historiens postcoloniaux qui vont mettre en avant l’explication par la légende et par l’histoire, rejoignant par là même, d’une certaine façon, les historiens arabes et berbères anciens.

L’explication par la légende 

29Tout semble effectivement conduire à une explication où la légende et surtout l’histoire (spécialement les chroniques) seraient à la base de toute construction de « tribus » ou de « confédérations ». Nous l’avons déjà perçu avec l’explication par l’ancêtre éponyme et avec l’explication par la métaphore botanique. L’histoire et la légende semblent même constituer le cadre idéal pour soutenir et compléter les deux premières explications. Mais ce seront surtout les légendes généalogiques, construites sur des références aux grands leff khalduniens, qui allaient prendre le relais pour apporter une explication logique à l’évolution du peuplement au Maghreb. Deux grandes catégories de légendes seront mises en avant.

– La première catégorie est celle qui se base sur le premier ancêtre de la tribu, d’abord ses faits de guerre, puis sa descendance différenciée, assignée par la tradition à sa famille, et parfois même à ses actions qui sortent de l’ordinaire, les karamat. L’ancêtre des Zenata et celui des Hawara en constituent des modèles très significatifs. Les légendes construites autour de leurs personnages en font des modèles. Les Mérinides ont repris à leur compte la légende de l’ancêtre des Zenata pour l’adapter à la fraction mérinide.

– La seconde catégorie est construite sur la légende de l’ensemble d’un groupe qui a survécu à de grands événements, face à des ennemis, ou qui a émigré vers des contrées lointaines, comme les Sanhaja qui ont quitté, en trois vagues (qu’Ibn Khaldun considère comme trois races), le Sahara atlantique pour remonter jusque dans le pays Ghomara. On retrouve leurs légendes des origines reprise en partie par les Ghumara. Le ralliement des tribus qui formaient au tout début cette grande confédération s’est constitué en modèle. On le retrouve d’ailleurs aussi chez les Masmouda.

  • 12 Les « Kutub al Ansab », genre littéraire qui a fleuri surtout au Maroc, à l’époque mérinide, puis s (...)

30Les grandes égéries des livres généalogiques (ansab12) vont mettre par écrit les récits de ces légendes, les immortalisant et contribuant à la légitimation de la « tribu » ou de la « confédération » ainsi constituées. Ces livres généalogiques vont prospérer offrant des prolongements de choix aux légendes des origines et des tribunes vivantes à des traditions orales vivaces. À titre d’exemple, la légende que s’est créé le plus célèbre des Masmouda, Ibn Tumert, pour se constituer une généalogie, qui ne trouvera pas de contradiction entre le fait d’être d’origine berbère et celui de prétendre à une filiation chérifienne (arabe). Un exemple parmi tant d’autres, mais les tribus au pouvoir seront les plus concernées par ce genre de légendes, que celles-ci ssoient berbères ou arabes.

Les explications par l’histoire prennent le relai 

31En fait, l’explication « historique » n’est guère loin, lorsque l’on s’appuie sur la légende. Elle semble supérieure à l’hypothèse de l’explication par le système généalogique (légende), qui s’en tient à l’image de dispersion accomplie à partir de foyers primitifs, image répercutée par la tradition orale, et qu’elle tente d’expliquer.

32Certes, le passé du Maghreb fut mouvementé. On ne peut minimiser ces grandes marches des peuples berbères ou arabes, ces expansions dynastiques et cette migration plurielle qui se déroule tout au long des siècles. Mais la façon dont les évolutions, qui ont produit le schéma défendu par les grands généalogistes arabes et berbères, ont pu s’exercer, nous échappe. Toutefois, les historiens considèrent que depuis le début de l’histoire du Maghreb, trois à quatre grandes confédérations berbères (selon les nassaba) constituent l’ossature humaine du Maghreb : les Masmouda, les Sanhaja, les Zenata et, accessoirement, les Hawara. Elles descendent toutes de deux grands ancêtres : Burnes et Batr.

– D’abord les Masmouda, qui sont des populations dans leur ensemble sédentaires, qui se rattacheraient à un même ancêtre que les Sanhaja, Burnes. Ce sont donc des Branès (filiation de Burnes). Elles ont toujours vécu sur les deux versants du Haut-Atlas, se sont ensuite étendues vers le Haouz et sont, plus tard, remontées vers le nord du pays. Elles forment une vieille confédération à laquelle se rattachent de nombreuses tribus qui parfois ont gardé des liens généalogiques confus, mais en tout cas très forts, même si certaines tribus masmouda se retrouvent dans d’autres confédérations, de constitution plus tardive, souvent par intérêt stratégique. C’est le cas dans le nord du Maroc où des tribus masmouda se seraient ralliées aux Sanhaja et à d’autres fractions pour former (ou consolider, selon certains généalogistes) la grande confédération des Ghumara.

– Les Sanhaja sont aussi des Branès, beaucoup plus nomades. Ils semblent baliser les flancs sud des Atlas et du Tell. Certaines tribus de cette confédération ont des prolongements jusqu’en Mauritanie, voire jusqu’au Sénégal et au Mali actuels où elles se dissolvent en une évanescence d’origines et de groupes. Elles agrègent même parfois des éléments venus d’ailleurs. La personnalité collective sanhaja y cède le pas à des groupements moins homogènes. C’est le cas dans le Rif, au Maroc.

– Les Zenata sont connus pour être des bédouins berbères, qui se rattachent à l’ancêtre éponyme Butr, célèbres par leur mobilité. Leur territoire s’étend de l’Oriental marocain aux hauts plateaux algériens jusqu’au Mzab, dans le Maghreb central. Ils forment au Maroc une grande confédération qui avait des ramifications de l’Oriental jusqu’aux premières oasis du Tafilalet vers le sud. Ils constituaient la charnière humaine qui reliait les deux Maghreb, le Central et l’Occidental, avec des ramifications réelles ou supposées en Ifriqiya.

33D’autres généalogistes ajoutent à ces trois grandes confédérations celle des Hawara. Cette confédération reconnaît son rattachement aux Branès par son ancêtre. Moins établie que les trois autres, elle est constituée de nombreuses fractions dont les origines se confondent avec les Zenata. Elle couvre, au Moyen Âge, tout le long du Tell algérien avec des avancées sur le Rif-Ghumara.

34Cette division des populations berbères, en trois à quatre grandes confédérations, a longtemps été à la base des livres d’Émile-Félix Gauthier, de Georges Marçais et d’Henri Terrasse. Les trois historiens ont construit leur système sur ces grandes divisions des confédérations et des tribus qu’a proposées Ibn Khaldun. Ils y ont rattaché de nombreuses tribus et fractions de tribus, faisant remonter la construction de ces confédérations à une époque bien antérieure à l’arrivée de l’islam au Maghreb. Pourtant, ils ont très peu évoqué la question des tribus berbères juives.

35Les historiens européens de la période coloniale et même précoloniale qui ont essayé d’établir la liste des tribus et des « races » au Maghreb ont rarement tenté de comprendre la relation entre les Berbères et les juifs. Les juifs ont été considérés comme une catégorie à part, aux côtés des Maures, des Berbères, des Arabes et

36des Andalous. En 1840, James Richardson, qui a visité le Maroc, a été le premier à désigner les juifs de l’Atlas comme des « juifs shelouh ».

37Les historiens d’aujourd’hui, qui travaillent sur le judaïsme et sur le peuplement juif en Afrique du Nord, ont repris à leur compte cette question de la berbérité des juifs du Maghreb. Et l’une des questions qui les préoccupe concerne l’origine de ces juifs.

  • 13 Raymond Mauny, « Le judaïsme, les Juifs de l’Afrique occidentale », in Bulletin de l’Institut franç (...)

38Les juifs constituent-ils une population à part, venue de différents horizons, qui se serait berbérisée par la suite, ou, au contraire, fait-elle partie du socle sémite berbère du Maghreb ?13 Les historiens des populations juives semblent hésiter entre deux explications.

  • 14 Ibn Khaldun, Histoire des Berbères, trad. De Slane, Alger, 1852-1856, t. 1, p. 208.

– La première est endogène et prône le rattachement des populations juives du Maghreb par leurs origines ethniques aux populations locales berbères. C’est l’option que défend, déjà au début du XXe siècle, l’historien orientaliste hébraïsant Nahoum Slouschz. Il soutient que les juifs ne sont en fait que des éléments de confédérations ou de tribus berbères judaïsées. Et que leurs origines se confondent avec celles des grandes confédérations berbères. Slouschz s’appuie, pour cela, sur Ibn Khaldun dans son Histoire des Berbères14. Voici le passage où Ibn Khaldun évoque ce phénomène :

  • 15 Ibid.

« Une partie des Berbères professait le judaïsme, parmi les Berbères juifs, on distinguait les Djerawa, tribus qui habitaient l’Aurès… Les autres tribus juives étaient les Néfouça, Berbères de l’Ifriquya, les Fendlaoua, les Médiouna, les Behloula, les Ghiatas et les Faza, Berbères du Maghreb el-Aqça. »15

  • 16 Gabriel Camps, Les Berbères : mémoire et identité, Paris, Éditions Errance, 1995, p. 98.

Pendant longtemps, les opinions de Slouschz sur les origines berbères des juifs vont avoir force de loi. Ses idées seront même reprises dans la période postcoloniale par plusieurs chercheurs comme Gabriel Camps, qui affirme que « la plupart des juifs indigènes de l’Afrique du Nord descendent des tribus berbères »16.

  • 17 Voir Nahoum Slouschz, Étude sur l’histoire des Juifs et du judaïsme au Maroc, Ernest Leroux, Paris, (...)

– La seconde explication est exogène et rattache les peuples juifs du Maghreb à la diaspora de Palestine. Elle isole ainsi leur lignée, certes sémite, mais qui aurait été seulement berbérisée. L’historien Haïm Zeev Hieschberg17 estime ainsi que l’essentiel du peuplement juif du Maghreb est le résultat de flux migratoires en provenance de Palestine et d’autres régions du pourtour de la Méditerranée.

39Il est difficile de trancher dans ce débat. Cependant, de nombreux historiens ont tenté d’établir une histoire de ce phénomène, qui tienne compte des deux approches.

40Nous savons qu’en 70 apr. J.-C., à la faveur de la pax romana, de nombreuses communautés juives s’installent sur tout le pourtour de la Méditerranée. Après la chute de Jérusalem, Titus a envoyé en Mauritanie (césarienne et tingitane) douze navires de captifs juifs, rachetés par leurs coreligionnaires, renforçant ainsi les colonies juives déjà existantes. Ces groupes vont être renforcés par l’arrivée en 115 et 117 des juifs de Cyrénaïque, d’Égypte et de Chypre. Issachar ben Ami cite la légende des sept sages qui auraient été envoyés de Palestine à cette fin. Et ainsi ces juifs auraient diffusé leur foi dans les tribus locales berbères.

41Ce sont ces tribus, dont parle Ibn Khaldun, qui étaient anciennes et bien enracinées, qui se seraient fondues dans le milieu berbère, adoptant ses systèmes généalogiques et ses légendes, évoquant leurs liens avec telle ou telle confédération, déjà établie.

42Ces tribus juives vont façonner, comme les autres tribus berbères musulmanes, des généalogies complexes qui les rattachent aux dynamiques berbères autochtones.

43Les enjeux idéologiques de ces approches sont implicites. Ils sont affichés à l’époque du protectorat, puisqu’en exhumant les séquelles du passé berbère judéo-chrétien on justifiait le régime colonial au Maghreb. Certaines légendes sur l’expansion du judaïsme parmi les berbères, à l’époque préislamique, ont été même historiées pour servir les besoins de l’administration coloniale dans sa volonté de séparer les Berbères des Arabes.

44Ces enjeux, mêmes cachés, sous-tendent des débats importants, puisqu’ils interviennent dans la définition même d’une identité juive berbère. Les uns veulent démontrer l’existence confirmée d’un judaïsme berbère autochtone au Maghreb. Les autres démontrent par l’histoire la tendance berbère à la tolérance et à l’acceptation de l’autre, contrairement aux peuples wisigoths et romains, plus tard ibériques, et à l’époque coloniale, aux Français. Mais aussi la légitimité des juifs berbères maghrébins à revendiquer leurs origines locales, autochtones.

45Tout cela s’appuie, bien entendu, d’abord sur Ibn Khaldun, mais aussi sur des sources juives qui traitent du judaïsme dans le pourtour de la Méditerranée.

46En fait, l’explication par l’histoire de toute dynamique de peuplement s’adosse à l’autorité du grand maître Ibn Khaldun qui a conféré à l’historiographie européenne et arabe une sorte de tutelle, en lui laissant en héritage sa construction stratifiée de classement des populations berbères et sa théorie qui organise toute l’histoire du Moyen Âge, en cycles, sous forme de successions au pouvoir de ces grandes lignées. Selon son schéma, les trois grandes confédérations tribales ont produit chacune et successivement sa dynastie politique : les Senhaja, la dynastie des Almoravides ; les Masmouda, la dynastie des Almohades ; les Zenata, la dynastie des Mérinides. Cette répartition des Berbères en trois grands ensembles, qui ont chacun produit une dynastie, d’Ibn Khaldun reste une hypothèse qui a été rapidement transformée par commodité en théorie explicative même s’il est difficile aujourd’hui de la confirmer en la transformant en conviction scientifique. Car rien ne permet de dire que toutes ces divisions ne sont pas que des prolongements d’un mythe explicatif, ancien, remis à jour par l’auteur de l’Histoire des Berbères. Comment en effet concilier et mettre dans un même ensemble – les Senhaja – les paysans (sédentaires) de la Grande Kabylie et les chameliers (pasteurs) d’Ibn Tachfine qui ont régné sur l’Occident musulman pendant plus d’un siècle ? Comment rendre compte de cette diversité du terrain, qui met dans le même ensemble des Zenata ces bédouins mobiles de l’Oriental et des hauts plateaux algériens avec des Zenata, habiles agriculteurs, du Mzab, ou avec le montagnard znati des montagnes du Rif, au Maroc ?

47Doit-on remettre en question l’explication par l’histoire que nous propose Ibn Khaldun, reprise par les historiens de la période coloniale et même aujourd’hui par certains historiens marocains, faute de trouver mieux ?

  • 18 Jacques Berque, op. cit., p. 27.

48On peut au moins la remettre en débat. D’ailleurs, les linguistes et philologues n’hésitent pas à semer le doute sur cette répartition en grands ensembles. Car les parlers de chaque composante de ces ensembles ne sont pas des faits linguistiques ordonnés. Ce sont plutôt des foisonnements qui interfèrent, comme le dit J. Berque, « parfois selon les lignes géographiques les plus paradoxales »18. Il suffit de voir le cas du pays Ghomara (Rif) au Maroc, ou le parler et l’identité jbala semblent en contradiction avec leur généalogie connue et établie. Ce sont des berbères arabophones, dans leur ensemble, mais ils sont composés de fractions tribales arabes et berbères. En tout état de cause, et en adoptant la répartition khaldunnienne des Berbères, il est admis aujourd’hui, et les sources mises en avant par les nouvelles monographies universitaires le confirment, que l’histoire des migrations au Maghreb reste à faire ou à refaire. Même si un cadre pour retracer les grandes migrations a déjà été adopté par les historiens.

Une histoire des grandes migrations est-elle possible ?

49Pourrons-nous jamais arriver à retracer l’histoire des grands mouvements migratoires qu’a connus le Maghreb ? Le doute est permis, même si textes, qui séparent clairement les migrations des tribus berbères des migrations arabes, surtout au Moyen Âge, semblent confiants. Ces écrits proposent un schéma serein, simple et relativement clair.

Au Moyen Âge

  • 19 E. Bekri, Massalik al Ansar, trad. De Slane, Description d’El Bekri, 1913, p. 42, 112, 117, 124, 13 (...)

50El Bekri dans sa Description19, au XIe siècle, évoquait déjà des ensembles tribaux complexes, dispersés. Il retrouve des lambeaux des grandes confédérations éparpillés dans tout le Maghreb, mais n’esquisse aucune explication. Même, si en y regardant de plus près, les grands noms de confédérations qui seront repris par Ibn khaldun sont déjà là : Masmouda, Sanhaja, Zenata, Hawara… Cependant, vers le XIVe siècle, époque d’Ibn Khaldun, les grands mouvements migratoires tribaux semblent avoir déjà été effectués, celui-ci ne faisant que les préciser et les confirmer.

– Les Sanhaja remontent, durant plus de trois siècles (du VIIIe au XIe siècle), du sud de l’Atlas et pénètrent par les grandes vallées pour aboutir au Souss, au Haouz et, en moindre importance, au Tadla. Certaines branches, si l’on en croit les toponymes, sont venues se perdre dans les Ghomara, dans le Rif actuel. Du côté du Maghreb central et de l’Ifriqiya, le schéma de cette migration est beaucoup plus complexe. Cette complexité sera accentuée par l’entrée en scène dans tout le Maghreb des tribus arabes.

– Les Masmouda qui étaient, comme signalé plus haut, à cheval sur l’Atlas et se mélangeaient, dans un espace très vaste, avec les Senhaja, se présentent en un agrégat complexe. Dans leur expansion vers les marges du Souss, ils rencontrent les Arabes Maqil. Vers le nord, débouchant des vallées du Haut-Atlas, ils s’éparpillent dans le Haouz jusqu’au pays Abda et Doukala. Certaines branches masmouda remontent jusqu’au pays Ghumara. La certitude d’Ibn Khaldun semble sans équivoque.

– Les Zenata, beaucoup plus expansifs, s’ouvrent, au Moyen Âge, à des branches (arch) des autres confédérations. Leur domination de l’Est marocain et des hauts plateaux algériens est la conséquence de leur large déploiement tout au long du XIIIe, puis du XIVe siècle.

51Cette rétrospective n’est cependant que l’interprétation des informations rapportées par les sources de l’époque et que les nassaba comme Ibn Hazm et Ibn Khadun ont repris à leur compte. Sa subjectivité renvoie à la perception que les auteurs de l’époque avaient de leurs milieux. C’est là un autre problème.

  • 20 Ibn Khaldun, Histoire des Berbères, op. cit., p. 209.

52Dans ce même Moyen Âge, l’arrivée des Arabes semble avoir perturbé les descriptions tranquilles des chroniqueurs et des voyageurs. Car à travers la rétrospective qu’ils ébauchent des migrations berbères s’insinuent progressivement, mais difficilement, les migrations arabes. Presque absentes au temps d’El Bekri, les références aux mouvements des populations arabes se multiplient. Ibn Khaldun, qui a vécu l’apogée de leur migration, en fait une référence à un système et à un genre de vie bédouin20, al aarab.

53La migration arabe se profile dès le XIIe siècle. Elle se déroule sur plus de deux siècles, démantèle sur son passage les constructions confédérales fragiles et probablement en phase de faiblesse. Composée de Hilaliens, de Maqils et de Soleïm, la migration arabe, d’abord appoint d’une politique berbère en perte de vitesse, va devenir, en élargissant ses espaces, plus omniprésente. Malmenant le substrat berbère, elle s’insinue géographiquement dans toutes les contrées, ou presque.

54Les Beni Hilal s’installent progressivement dans le Gharb, dans le Haouz grâce aux largesses des pouvoirs politiques en place, le mérinide, puis le saadien. Ils s’insèrent avec le temps dans un tissu tribal berbère déjà distendu.

55Les Maqils, passant par le sud, contournent les Senhaja et les poussent vers le nord, leur faisant franchir les cols de l’Atlas (du Deren).

56Les Soleim tentent de consolider le mouvement maqil. Leur mouvement migratoire est moins facile à suivre.

57Ainsi, l’équilibre semble avoir été atteint dans cette recherche tribale des territoires à occuper. Ibn Khaldun est obligé, dans son Histoire des Berbères, de laisser une grande place aux tribus arabes.

58Quand arrivent les Chorfas, au XVIe siècle, et avec eux le mouvement maraboutique, la tribu ou la confédération, qu’elle soit berbère ou arabe, va obéir, dans sa construction et son expansion, à de nouvelles exigences.

Les mutations aux temps des Chorfas et des Ottomans

  • 21 Al-Fichtali, Manahil as-Safa, établi par A. Krièm, 1972, Rabat.
  • 22 Léon L’Africain, Description de l’Afrique, vol. I, Epaulard, 1949.

59À l’arrivée des Chorfas, au XVIe, la fresque de la répartition des populations au Maghreb évolue pour atteindre une certaine stabilité au XIXe siècle. La remontée générale des populations du sud vers le nord se consolide au moment où les côtes marocaines font l’objet d’attaques ibériques. Les tribus arabes maqil du Draà s’installent dans le Souss. Les Senhaja soutiennent le nouveau pouvoir saadien, qui, avec ses origines arabes, tente, grâce à son statut de chérifien, d’arbitrer les nouvelles migrations21. À la veille de leur arrivée au pouvoir (au XVIe siècle), Léon l’Africain montre, avec beaucoup de réalisme, dans sa Description, le réveil des mouvements migratoires22. Il insiste sur les épidémies et les famines qui poussent des populations par milliers à changer de territoire. Le schéma du Moyen Âge évolue. Le mouvement vers le nord continue. Il ne se stabilise que lorsque le pouvoir saadien fixe, pour les besoins d’une politique nouvelle, les tribus qui lui sont fidèles dans les régions sensibles. Al-Mansour (1578-1603) s’appuie sur les tribus guiches pour mener sa politique de fixation des grandes confédérations arabes. Les Kholt, des Beni Hilal de première date, installés dans le Gharb, avec les Beni Hsan et les Beni Malek, tous de la confédération des Beni Hilal, tentent de se révolter contre El Mansour dès son installation au pouvoir (en 1578). Ils s’insurgent et soutiennent des soulèvements, comme celui du prince an-Nassir, le neveu d’El Mansour, qui menaçait Fès et tout le nord du pays. Comme l’explique longuement A. Fichtali dans son livre Manahil as Safa, le nouveau souverain réduit, pour les punir, leurs moyens de guerre, en leur reprenant plusieurs milliers de chevaux, puis les oblige à changer de territoire et à s’installer dans le Haouz. El Mansour déchire ainsi l’unité des Beni Hilal du Gharb, et réduit leurs forces…

60Pourtant, l’interpénétration des tribus, le renouvellement des compositions des confédérations tribales continue et se consolide. Par exemple, la confédération berbère des Cherraga (les gens de l’Est) se développe grâce à l’apport arabe des tribus de l’Est, de la région de Tlemcen. Les Saadiens les ont installés au nord de Fès et leur ont même construit une casbah, aux portes de la ville de Fès.

61Les Ghumara intègrent des Senhaja et des fractions Zenata. Les Oudaya, les Kholt sont intégrés, chacun dans des confédérations nouvelles. Ce schéma s’affirme progressivement tout au long du XVIIIe et au début du XIXe siècle.

Les migrations contemporaines

62Le mouvement se poursuit encore longtemps. La marche vers le nord et le nord-ouest se confirme. Les Aït Atta, au sud de l’Anti-Atlas, quittent les zones semi-désertiques, traversent le Saghro, repoussant les grandes confédérations berbères vers les plateaux intérieurs. Les Aït Yafelman, les Aït Youssi, les Aït Saghrouchen s’installent sur les grandes régions pastorales. Les Zemmours et les Zaêrs arrivent pratiquement jusqu’à l’océan Atlantique. En Algérie et en Tunisie, le mouvement est moins important. Les tribus berbères, pour la plupart Zenata, sont maintenues sur les Hauts-Plateaux par les Ottomans. Quelques incursions débordent sur le Tell. La colonisation accentue la sédentarisation. Les mouvements des tribus sont plus limités. Les déplacements ne se font plus dans le cadre tribal ou confédéral. D’autres motivations vont progressivement remplacer les motivations d’appartenance à une tribu ou de déplacements pour chercher de nouveaux territoires.

63La colonisation a établi de nouvelles règles. Le morcellement, la dispersion vont rendre la cohésion tribale, donc la migration collective, plus difficile. La ‘asabiya s’use. La substance du groupe se perd, engendrant une segmentation profonde. Seuls quelques réseaux économiques et spirituels subsistent et maintiennent quelques vieilles solidarités. Les mutations sociales, l’attrait de la ville amènent de nouvelles formes de migrations. Une certaine rupture avec le passé menace. Le phénomène tribal devient en partie intégré à de nouvelles données. Le politique, le social vont y chercher des soutiens. Mais nous sommes là sur un autre terrain. La lecture du phénomène tribal du XXe siècle reste difficile, peut-être plus difficile que sa lecture au Moyen Âge.

64Doit-on conclure en redisant les limites qui restreignent toute recherche sur les migrations tribales du Maghreb ? La réponse, tout en étant affirmative, devrait pourtant souligner les différentes pistes qu’emprunte la recherche aujourd’hui pour tenter de répondre progressivement aux questionnements qui continuent à nous interpeler. Il faudrait peut-être pour cela, comme le préconisent les anthropologues, faire abstraction du miroir des représentations accumulées tout au long de l’histoire et qui déforment notre vision du phénomène en marche, pour l’aborder à partir d’autres dimensions.

65Les pistes qui nous semblent aujourd’hui les plus prometteuses sont celles des ethnologues qui, avec l’aide des linguistes, et en s’appuyant sur l’étude des ethnonymes, à partir d’enquêtes sur le terrain, tentent de répertorier les parlers, de les analyser et d’y chercher les traces d’interpénétrations des tribus. Le pays Ghomara nous semble un terrain tout indiqué pour accueillir ce genre de travail.

66D’autre part, de nouvelles pistes de recherches sont ouvertes par les expériences à partir d’ADN, qui ont été lancées par des chercheurs de l’EHESS de Paris, sur des populations du Sud tunisien, pour tenter de retrouver leurs origines.

Notes

1 Émile-Félix Gauthier, Le passé de l’Afrique du Nord, Paris, 1942, p. 358.

2 Jacques Berque, « Qu’est-ce qu’une “tribu” nord africaine ? » (p. 22-34), in Maghreb, histoire et sociétés, SNED Duculot, Alger, 1974.

3 Ibid., p. 22.

4 Statistiques et Documents relatifs au S. C. sur la propriété arabe, thèse inédite de Mme Rey Goldzeiger, soutenue en 1974, Paris.

5 Il a tenté de recomposer sur le mode de Rome et d’Athènes primitives la structure des groupes sédentaires de la Kabylie, de l’Aurès et du Mzab, voir J. Berque,  « Qu’est-ce qu’une “tribu” nord-africaine ? », op. cit., p. 23.

6 Émile-Félix Gauthier, op. cit., p. 358.

7 Georges Marçais, « La Berbérie orientale au IXe siècle d’après al-Yàqàbi », in Revue africaine, 1941, p. 42 et suiv., Alger.

8 Émile-Félix Gauthier, op. cit.

9 Edmond Doutté, « Figuig », in Bulletin de la Société de géographie d’Oran, 1903, p. 186.

10 Edmond Doutté, Ibid., p. 186.

11 Augustin Bernard et Napoléon Lacroix, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger, 1906, p. 271 et suiv.

12 Les « Kutub al Ansab », genre littéraire qui a fleuri surtout au Maroc, à l’époque mérinide, puis saâdide et alaouite.

13 Raymond Mauny, « Le judaïsme, les Juifs de l’Afrique occidentale », in Bulletin de l’Institut français d’Afrique Noire (IFAN), t. XI, Dakar, juillet-octobre 1949, p. 378-354. Et Robert Assaraf, Éléments de l’histoire des Juifs de Fès, de 808 à nos jours, CRJM, Rabat, 2009, p. 28-29.

14 Ibn Khaldun, Histoire des Berbères, trad. De Slane, Alger, 1852-1856, t. 1, p. 208.

15 Ibid.

16 Gabriel Camps, Les Berbères : mémoire et identité, Paris, Éditions Errance, 1995, p. 98.

17 Voir Nahoum Slouschz, Étude sur l’histoire des Juifs et du judaïsme au Maroc, Ernest Leroux, Paris, 1906, p. 49-52.

18 Jacques Berque, op. cit., p. 27.

19 E. Bekri, Massalik al Ansar, trad. De Slane, Description d’El Bekri, 1913, p. 42, 112, 117, 124, 139, etc.

20 Ibn Khaldun, Histoire des Berbères, op. cit., p. 209.

21 Al-Fichtali, Manahil as-Safa, établi par A. Krièm, 1972, Rabat.

22 Léon L’Africain, Description de l’Afrique, vol. I, Epaulard, 1949.

Auteur

Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable