Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 1

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Avant-propos

André Azoulay

Texte intégral

Mot d’accueil

1Ce rendez-vous n’est pas un rendez-vous ordinaire. En ouvrant nos travaux, permettez-moi d’exprimer le vœu que nos réflexions soient aussi proches que possible de la vérité scientifique et que sur une thématique qui suscite généralement des débats passionnés et parfois irrationnels, la sérénité s’impose pour amorcer ici un processus qui, je l’espère, va se prolonger. C’est une première étape ; il y en aura d’autres, car nous sommes sur le bon chemin. Celui de la rencontre collective pour récupérer une histoire et une mémoire qui nous appartiennent à tous. C’est la première fois, je le note avec exaltation et responsabilité, que nous sommes réunis pour aborder des sujets dont il faut dire honnêtement, que nous n’avions pas eu l’audace, le courage ou la maturité requise pour les évoquer plus tôt ensemble, dans une démarche solidaire et éthique.

2Cette démarche commence aujourd’hui, à Essaouira, grâce à vous tous. Mais prenez là aussi la juste mesure du fait que nous allons enfin aborder tous ces thèmes à partir de leur profondeur historique. On a trop longtemps réagi, façonné, et forgé nos attitudes et nos réflexes en privilégiant l’événement ou l’instant, et on a malheureusement trop souvent oublié d’ouvrir les livres d’histoire. Ici, nous allons ensemble réfléchir sur la grande distance, dans la grande durée, celle de la vérité historique.

3Deuxième nouveauté, nous allons travailler en recontextualisant tout ce qui nous est commun. On a trop souvent et parfois abusivement et de façon caricaturale, parlé des migrations juives, des migrations musulmanes, quand elles étaient toutes marocaines ou maghrébines. Il aurait fallu parler du Maroc ou du Maghreb avant de parler de juifs ou de musulmans. Ici il n’y aura pas de dichotomie et nous allons collectivement nous efforcer de résister à toutes les frilosités de l’instant, pour pousser le plus loin possible notre réflexion sans nous écarter de la rigueur scientifique. Plus nous irons loin, plus nous serons légitimes dans la démarche et mieux nous serons préparés justement à apporter la réponse de notre histoire commune à l’équation judéo-musulmane telle qu’elle s’offre à nous, aujourd’hui au Maghreb, avec ses incertitudes, sa complexité et ses contrastes.

4Les aléas du moment sont dans la tête de chacun d’entre nous. Et on ne va pas les oublier ou les éradiquer simplement en disant : on ne veut pas voir, on ne veut pas entendre, on ne veut pas savoir. Je pense qu’on doit tout entendre, tout dire, savoir le maximum, pour apporter la réponse marocaine, la réponse maghrébine, aux défis auxquels nous sommes confrontés. Ici comme ailleurs, les faits historiques sont irréfragables et seule leur réalité doit nous guider.

5C’est pour cela que ce rendez-vous d’Essaouira est différent et riche de promesses, et je suis à la fois fier et heureux que ce processus naisse ici, à Dar Souiri où depuis 2003 la parole est donnée et la scène est ouverte aux poètes et aux chanteurs juifs et musulmans du Maghreb et du Moyen-Orient, pour déclamer, chanter et danser ensemble, en ressuscitant un répertoire qui, il y a fort longtemps, avait le talent de s’écrire à deux mains et la grâce de se chanter à deux voix.

Le génie du lieu

6Sur Mogador-Essaouira, deux ou trois compléments d’information et nuances. La présence juive dans cette ville ne remonte pas à la période du roi Mohammed Ben Abdallah. La présence juive est plus ancienne, même si le chapitre le plus emblématique de cette histoire date du XVIIIe siècle. Seconde nuance, l’histoire de la communauté juive ne s’est pas arrêtée. On a pu employer le terme de finie, je ne crois pas que cette histoire soit finie.

7Et ce que je vais dire sur Essaouira s’applique à tout le Maroc. Ce qui est symptomatique du judaïsme marocain, c’est la force et la permanence de son identité revendiquée et assumée comme de son adhésion spontanée et volontariste à ses racines. Le judaïsme marocain contemporain ne commence pas et ne finit pas avec la seule référence démographique au nombre résiduel de juifs encore présents sur le sol marocain. On est aussi Marocain dans sa tête, et pas seulement par sa présence sur le sol marocain. Les juifs marocains sont en majorité restés fidèles et attachés à leurs racines où qu’ils se trouvent. C’est une réalité à la fois sociale, politique, culturelle et historique qu’il faut prendre en compte. Aujourd’hui, il y a près d’un million de juifs dans le monde, qui se réfèrent à leur marocanité. C’est ce qui fait à la fois la singularité, et je crois la force et la légitimité de cette communauté quand elle se définit comme marocaine.

8Je crois qu’il faut prendre la juste mesure de cet enracinement, parce que rien n’oblige ces Marocains qui sont en Angleterre, aux États-Unis, en Israël ou ailleurs, à préserver leur langue, à cultiver leur mémoire, à transmettre leur histoire, à épanouir leur rituel ou leur vie sociale là où ils vivent désormais, très loin du Maroc. Il ne s’agit pas non plus d’un ascenseur social ou économique, loin de là. C’est un choix délibéré volontaire, et collectif. C’est un choix qui est le nôtre. C’est ce qui me fait dire ici que l’histoire du judaïsme marocain n’est pas celle d’un livre dont on écrirait ici la dernière page.

9Très rapidement, si vous me le permettez, encore deux autres précisions : dans son intervention consacrée aux familles juives de la ville, Sidney Corcos a beaucoup parlé, à juste titre, des tujjar as-sultan, ces grands hommes de la scène politique, diplomatique et économique qu’Essaouira a donnés à l’Angleterre et aux États-Unis. C’est important de le savoir et on pourrait en citer d’autres, mais il y a d’autres espaces où ont excellé les Souiris. Il s’agit de la littérature, de la musique et des sciences sociales. Il en est ainsi, par exemple, des écoles d’exégèse de la Torah à Essaouira, qui ont aussi marqué le judaïsme universel.

10Autre chose, l’école de musique andalouse juive à Essaouira est une école sur laquelle on ne peut pas faire l’impasse. Le professeur Chetrit, qui est parmi nous, connaît mieux que quiconque cette réalité. C’est l’une des marques d’excellence de la ville, et il est important de la mettre en perspective avec la production souirie en général, du zajal en particulier, en arabe dialectal. Les poésies qui ont été écrites ici en arabe dialectal par des Souiris, musulmans et juifs ont été pendant longtemps la colonne vertébrale de la culture littéraire et artistique locale. Et ce n’est pas non plus par accident qu’aujourd’hui la renaissance d’Essaouira passe par la musique et par la poésie. Il y a là une réalité et un déterminisme historique qu’il faut garder en mémoire.

11Je terminerai en rappelant que l’analyse que nous faisons ici pour les Marocains de confession juive rejoint de très près les mutations sociales qu’a connues Essaouira dans sa composante musulmane. Des flux substantiels de migrations dans les deux communautés ont modifié les équilibres démographiques et socioculturels de la cité et, là aussi, il y a souvent convergence de destin et de destinée.

12Enfin, je n’ai pour ma part aucun complexe à faire référence et à revenir au nom de Mogador, puisque, je le rappelle, Mogador est un nom qui est parti d’ici vers le nord de l’Europe. Il n’est pas descendu du Nord vers le Sud. La rue de Mogador à Paris, ou le théâtre Mogador, la porte Mogador aux Galeries Lafayette sont nés ici. Quand le prince de Joinville a bombardé Mogador en 1844 et qu’il l’a conquise pendant quelques semaines, il a voulu honorer sa maîtresse qui était comédienne à Paris en lui achetant un théâtre qu’il a baptisé du nom de la ville qu’il venait de conquérir. Le théâtre a ensuite donné naissance à la rue, la rue à la porte des Galeries Lafayette et ainsi de suite. Le nom de Mogador est endogène et il appartient au Maroc et à son patrimoine.

À propos de la session « Trajectoires individuelles »

13Nous venons de vivre une matinée exceptionnelle et je vous en suis profondément reconnaissant. Je voudrais y ajouter deux notes personnelles, la première pour dire ma gratitude à Albert Memmi qui est avec nous. Ma gratitude, car entré très jeune dans la rhétorique marxiste et fasciné à la fois par la rigueur et la puissance de cette pensée et de cette école, j’ai au même moment trouvé dans la lecture de La Statue de sel, l’éclairage et le support intellectuel qui m’ont permis de traduire dans mon propre environnement, ce que j’apprenais ou découvrais en lisant Marx. Il est probable que sans La Statue de sel, j’aurais renoncé beaucoup plus tôt et beaucoup plus vite à mon initiation marxiste et j’y aurais certainement beaucoup perdu en rigueur et en rationalité.

14C’est ensuite de Felix Nataf que je voudrais parler en complétant tout ce qui a été dit ici très justement à son propos ce matin. Juif tunisien lui aussi, Felix Nataf est à tous égards une personnalité atypique du judaïsme maghrébin. Il s’est très tôt converti au christianisme, sans rien céder de son identité juive. Venu s’installer au Maroc pendant le protectorat français, il a rejoint dès la fin des années 1940, le camp des libéraux français qui avaient pris fait et cause pour le mouvement national marocain et pour la fin du protectorat. Décidément peu avare de contradictions et de paradoxes, Felix Nataf deviendra à la même époque l’un des principaux conseillers du président de l’Omnium nord-africain, le groupe industriel et financier français le plus puissant du Maroc et le plus profondément ancré dans les rouages et dans les instances de la colonisation française.

15Riche de toutes ces complexités, Felix Nataf n’en a pas moins été le passeur le plus attachant de son époque. Tunisien, il affichait sans réserve sa marocanité en se battant pour l’indépendance du Maroc. Français, il avait fait le choix de s’identifier aux valeurs les plus emblématiques de la République en militant au Maroc pour la liberté, la justice et la dignité reconnues et partagées par le plus grand nombre. Juif converti, il se disait catholique pour approfondir et prolonger son judaïsme.

16J’ai rencontré Felix Nataf au cœur de toutes ses contradictions et de toutes ses croisades. Il acceptait le débat avec patience et sérénité et il savait vous faire comprendre, avec pudeur et malice, que ses choix pouvaient déconcerter et créer chez ses interlocuteurs plus de doutes que de certitudes. Mais très vite, il vous faisait comprendre que la réponse à vos propres interrogations faisait partie de son sacerdoce, sans restriction et sans tabou.

À propos de la session « Départs »

17Un complément rapide à l’excellent exposé de Jean-Pierre Dedieu. Quand, en Espagne, les juifs ont été confrontés au racisme le plus régressif et le plus sanglant, c’est de l’islam qu’est venu leur salut et c’est l’islam qui leur a fait retrouver la dignité et leur condition d’être humain. Il ne faut pas se priver de convoquer et de revisiter cette page exaltante de l’histoire du judaïsme et de l’islam. Il ne faut pas s’en priver parce que cette histoire est vraie et il faut en parler parce que nous avons plus que jamais besoin de savoir que cette période a existé, même s’il y a eu au même moment des pages moins glorieuses de la même histoire, je pense notamment à la période des Almohades.

Propos de shabbat, un vendredi soir à Essaouira

18La soirée est belle, nos débats ont été riches et nous sommes très nombreux réunis ici, musulmans et juifs, pour célébrer ensemble l’entrée du shabbat, comme Essaouira a eu le talent et le don de le faire en écrivant pendant des siècles les plus belles pages de notre histoire commune.

19La magie et la lumière de ce moment de grâce partagé m’invitent à refaire avec vous le parcours du combattant qui a été le mien ces trente dernière années, pour mieux mesurer le chemin parcouru, le chemin qui nous permet d’être réunis ce soir, sur les rivages d’Essaouira.

20Ce parcours commence en 1973, l’année où avec quelques amis juifs marocains et séfarades vivant en Europe, nous décidons de créer à Paris le groupe Identité et dialogue. Identité parce que nous étions à ce moment-là au fond du précipice. Partout où ils avaient essaimé, de nombreux juifs marocains, prisonniers de leur aliénation culturelle et soumis à la pression d’un environnement souvent hostile et agressif, n’hésitaient pas à changer leurs noms et leurs lieux de naissance. Au lieu de s’appeler Dahan, Tolédano ou Azoulay, ils troquaient leurs patronymes pour Durand ou Dupont et, plutôt que d’être nés à Rabat, Fès ou Marrakech, ils s’inventaient des lieux de naissance fictifs à Aix-en-Provence, Toulouse ou Strasbourg. Ce déni de soi était suicidaire et porteur de drames futurs dont on voyait se dessiner la trame sanglante en Israël. Ce fut notre chapitre identité, celui de la lente et douloureuse reconquête de la dignité et de la fierté de soi.

21Ce soir, nous sommes donc là pour fêter et célébrer notre mémoire retrouvée et notre identité reconstruite. Je ne peux pas m’empêcher à cet instant précis d’imaginer ce qu’il serait advenu de notre belle histoire si nous avions, nous aussi, accepté de participer au suicide collectif auquel nous étions conviés par le consensus ambiant et dominant de cette époque.

22Identité mais aussi dialogue car pour ceux d’entre nous qui avaient choisi de ne rien céder, de ne rien concéder ni sur leurs noms, ni sur leurs lieux de naissance et encore moins sur les fondements philosophiques de leur propre identité, cette résistance à l’amnésie et au déni de soi n’avaient de sens que dans la mesure où nous restions fidèles aux valeurs que nous avaient enseignées nos rabbins, nos instituteurs, nos parents, à Essaouira et partout ailleurs au Maroc. Ces valeurs étaient, pour faire court, celles de l’acceptation et du respect de l’autre. Il n’y avait pas de justice ou de dignité qui soient légitimes pour soi si elles n’étaient pas aussi celles reconnues à l’autre et voulues pour tous les autres.

23Au sein d’Identité et dialogue et depuis Paris, pour chacun d’entre nous, cet autre et ces autres avaient un nom, celui de la Palestine et des Palestiniens. Nous y sommes venus naturellement et sans détour ou faux fuyant. Notre histoire, nos sensibilités, notre identité et notre vécu trouvaient ainsi naturellement leur cohérence et leur légitimité dans cet engagement pour le droit, la justice et la dignité.

Discours de clôture

24« Ils savaient que c’était impossible alors ils l’ont fait », c’est Mark Twain qui l’a dit et écrit et ce dicton me semble, ce soir, le plus approprié pour qualifier à la fois la qualité, la densité et la réussite de ces trois journées de débats sur Migrations, identité et modernité au Maghreb.

25Migration, identité et modernité appliquées pour l’essentiel à la migration, à l’identité du judaïsme au Maghreb et à la profondeur historique de la relation judéo-musulmane dans notre région, à sa résilience, à ses vérités, à ses incertitudes mais aussi à ses renaissances successives quand tout aurait pu disparaitre, sombrer dans l’indifférence ou se dissoudre dans l’amnésie collective qui aurait fini par vaincre et s’imposer à tous par défaut, par vacuité ou par indifférence.

26Ces trois journées à Essaouira feront date et nous savons maintenant que le pire n’est pas le plus probable. En partageant ce constat avec vous, je pense avec la même intensité à cet instant de lumière que j’ai vécu ici il y a près d’un demi-siècle, à quelques dizaine de mètres de Dar Souiri où nous sommes réunis.

27C’était à la fin des années 1950, dans le bureau de mon père ; l’un de ses meilleurs amis, Hadj Limam était venu le voir comme tous les soirs et, après les accolades d’usage, avait sorti des poches de sa djellaba un petit sac rempli de terre qu’il a remis à mon père en lui disant : « Je rentre d’Al Qods où je viens de péleriner et comme il t’est impossible d’y aller, je suis venu partager mes prières avec toi et t’apporter un peu de cette terre sainte qui nous appartient à tous les deux. »

28Cette scène m’a accompagné toute ma vie. J’en ai compris la force, la profondeur et la tranquille modernité longtemps après. Mais aujourd’hui et cinquante ans plus tard, quasiment au même endroit, c’est sur la force tranquille de cette image exaltante de fraternité partagée que je voudrais conclure en soulignant encore une fois que mon judaïsme au Maroc, en terre d’islam, n’a jamais été celui de la posture convenue du militant ni celui de la seule nostalgie.

29Cette histoire, notre histoire, chacun l’aura compris ici, ne s’écrit pas pour moi seulement au passé.

30Merci Frédéric Abécassis,
Merci Karima Direche,
Merci Driss El Yazami d’avoir voulu, d’avoir su et d’avoir réussi à nous réunir pendant ces trois journées et dont nous avions tellement besoin pour nous réconcilier avec nous-mêmes.

Auteur

Conseiller de Sa Majesté Mohammed V, président de la Fondation Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable