Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 2

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Quatrième partie : Recompositions

Employées « musulmanes »/ employeurs « juifs » maghrébins en migration

La singularité de la relation de services domestiques

Nasima Moujoud

Texte intégral

1Le partage d’une origine nationale ou de la trajectoire migratoire entre employeurs et employées domestiques est soulevé dans plusieurs travaux sur l’immigration, comme celui de Myriam Bals (1999 : 119) sur les domestiques marocaines au Québec et celui de Gao Yun, Florence Lévy et Véronique Poisson (2006) sur les nouvelles migrantes chinoises du nord à Paris. En tant que migrantes à statut juridique précaire, ces femmes ont pour débouché principal le service aux personnes dans un « marché du travail ethnique » où employées et employeurs ont des positions sociales divergentes, mais partagent une origine ou une trajectoire migratoire similaire.

  • 1 Mon propos est le résultat d’une enquête ethnographique qui a eu lieu à Paris de 1998 à 2004 auprès (...)

2Il en est de même chez les groupes migrants du Maghreb, comme on peut le voir à partir de l’exemple de femmes « musulmanes » d’origine marocaine employées dans les services dans des institutions juives ou auprès de familles ou d’individus « juifs » d’origine maghrébine vivant en France. Il s’agira ici de montrer en quoi l’analyse du travail relationnel dans les métiers de service peut aider à saisir les relations interethniques juifs/musulmans en contexte migratoire, tout en les situant dans le cadre des rapports de genre et de classe1. J’aborderai d’abord le contexte historique puis le contexte migratoire dans lequel les relations entre employeurs juifs et employées musulmanes ont évolué. Nous verrons que dans ces deux contextes, la domesticité est à la fois rendue invisible et pourtant centrale dans les relations interethniques. J’évoquerai ensuite les activités de service comme des activités relationnelles qui participent à la définition des migrants juifs et musulmans suivant des normes sexuées, ethnicisées et situées dans les rapports sociaux de classe.

Services domestiques et relations interethniques dans le contexte historique et migratoire

Services domestiques dans le contexte colonial

3Globalement, pendant la colonisation, les femmes (de milieux populaires) accèdent au salariat dans des conditions encore plus pénibles que les hommes (Rivet, 1999). Dans les grandes villes coloniales du Maghreb, pendant l’entre-deux-guerres, les femmes « indigènes » entrent dans le marché de la domesticité en se substituant progressivement aux Italiennes et aux Espagnoles (Chaïb, 2008). Leur désignation comme Fatma mettra longtemps en avant la « race », en signifiant « la Maghrébine », au détriment de la classe et de la visibilité de la précarisation commune aux travailleuses colonisées. Ainsi, en Algérie, ce sont des « cortèges » de « femmes voilées » qui quittent chaque matin les quartiers populaires pour travailler dans les services aux habitants des quartiers européens (Brac de la Perrière, 1987). Au Maroc, par exemple, il ressort du recensement de 1952 qu’une femme sur huit exerce une activité rémunérée en ville : 30 % sont domestiques au service d’Européens, 20 % sont ouvrières d’usine et 20 % opèrent dans le « secteur néoartisanal » (Rivet, 1999).

4Le travail domestique salarié n’implique pas seulement les relations inter-
ethniques Européens/« indigènes », mais aussi citadins/ruraux et juifs/musulmans. Aussi, les employées domestiques font l’objet d’instrumentalisation politique, comme ce fut le cas du Glaoui, le pacha de Marrakech en 1937, qui donna l’ordre d’empêcher les femmes de ménage musulmanes de travailler au mellah, le « quartier juif » (Rivet, 1999 : 415). La domesticité accompagne aussi la période des indépendances. En 1960 et en 1964, à Casablanca, les services domestiques occupent plus de la moitié des femmes salariées, et cette proportion est plus élevée si l’on considère les seules musulmanes. « Dans une ville à forte population européenne, […] domestiques et femmes de ménage trouvaient un grand nombre d’emplois. La diminution de cette population a été en partie compensée par la promotion des cadres marocains. » (Adam 1968 : 444) Si certaines femmes accèdent à des diplômes et des professions salariées (Mernissi, 1981), d’autres s’engagent dans le processus migratoire interne que la colonisation a impliqué et s’intègrent dans les métiers de services. Certaines accompagnent leurs employeurs « retournant » en France après l’indépendance, d’autres arrivent seules ou en compagnie de familles maghrébines, notamment juives, qui traversent le territoire français ou qui s’y installent définitivement. Ces femmes se retrouvent dans un contexte où les politiques migratoires imposent des statuts juridiques précaires qui empêchent les migrantes défavorisées d’accéder au travail protégé.

Le contexte migratoire français

5En France, les politiques migratoires tendent à rendre invisible le travail des migrantes et à placer d’emblée certaines migrantes dans une situation défavorable à partir notamment des années 1970 ; années qui connaissent un fort taux de
féminisation de la migration. En 1977, une disposition « prohibe la délivrance d’un
titre de travail aux membres des familles entrées après cette date » (Lebon, 1978 : 11) pour les migrantes qui ont fait l’objet d’une mesure de regroupement familial via leur mari ou leur père. Cette mesure les place dans une position distincte des Françaises et des hommes migrants, qu’on incitait à travailler et qui bénéficiaient ainsi d’une certaine reconnaissance. Pour les femmes venues seules ou sans papiers français, les politiques migratoires les rendent statistiquement absentes et les poussent vers les secteurs à fort taux d’activité clandestine, notamment la domesticité, l’habillement et la confection. Elles deviendront visibles lors des procédures de régularisation de 1981-1984, où les activités de services concentrent plus de 40 % des femmes régularisées (Laâcher, 1998).

6Parmi les femmes régularisées, lors des procédures de régularisation massive des années 1980 puis 1990, nombreuses étaient originaires du Maghreb (les Marocaines sont classées premières en 1998, suivies des Algériennes) et travaillaient dans le secteur des services à la personne. Cependant, l’un des principaux critères de régularisation était l’ancienneté du séjour en France, et non pas l’exercice de cette profession. En effet, le système juridique français ne permet pas la régularisation par le secteur domestique. On peut dire, comme l’a fait Nakano Glenn pour les États-Unis, qu’il a existé historiquement en France différents systèmes juridiques, au premier rang desquels les lois migratoires, pour priver de droits et forcer certaines catégories de la population à fournir du care et des services domestiques. D’une part, les politiques migratoires restrictives empêchent « en principe » l’arrivée et le travail de migrants et de migrantes en situation irrégulière. D’autre part, des migrantes en situation irrégulière arrivent et parviennent à travailler dans un contexte où le travail domestique salarié constitue bien souvent pour les migrantes du Sud le secteur de la première prise d’activité, voire, pour beaucoup d’entre elles, l’unique expérience professionnelle accessible en France.

7Ainsi, c’est souvent vers les migrants maghrébins anciennement installés et socialement favorisés que les migrantes marocaines défavorisées se tournent en dernier recours pour trouver un travail.

8Quel est exactement le type de travail qu’effectuent les femmes issues de l’immigration musulmane auprès des employeurs issus de l’immigration juive ? Elles dispensent, en majeure partie, les soins quotidiens et les travaux ménagers : repasser, nettoyer, changer les draps, laver « la mosquée des juifs », aider les personnes âgées, les malades ou handicapées… Le travail est pénible et dévalorisé : toilettes, soins au corps… Mais il existe une autre dimension mentale et émotionnelle peu reconnue dans ce travail : écouter les souvenirs des personnes âgées et fournir à certaines personnes leur seul contact avec leur histoire familiale et leur passé prémigratoire. Ces soins aident les personnes âgées à entretenir leur mémoire. Le partage de la langue et d’autres éléments culturels est en ce sens important, notamment dans le cas des employeurs désireux de renouer les liens avec leur pays d’origine. Des employeurs et des employées échangent en arabe dialectal, écoutent des musiques partagées et apprécient des modes de communication similaires (humour, discussions autour du pays ou de la famille…). Juifs et musulmanes développent ainsi des relations de travail variées complexifiant particulièrement le lien entre genre, classe et relations interethniques.

Le genre et la classe sociale au cœur des relations juifs/musulmans

Relations de travail et parcours migratoire

9Au-delà de la diversité des parcours, nous avons repéré trois types d’articulations entre relations de travail et parcours migratoire, que nous pouvons présenter au travers de l’itinéraire de Hajiba, qui croise celui de Fatima et de Mme Suissa.

10Le premier type d’articulation entre relation de travail et parcours migratoire est celui où l’employée et les employeurs sont venus ensemble du Maghreb. C’est le cas de Hajiba, qui avait 37 ans lorsque je l’ai rencontrée en 1998. Elle est arrivée du Maroc accompagnée de ses anciens employeurs juifs pendant la première guerre du Golfe. Ces derniers voulaient quitter le Maroc car ils pensaient que les manifestations de rue y annonçaient des violences à l’encontre de la population juive. Pensant que cette migration serait provisoire, ils proposèrent à leur employée de continuer à travailler pour eux en France et de retourner au Maroc après la guerre.

11Hajiba habitait à Casablanca dans le quartier du mellah. C’est son voisin juif qui lui a présenté plusieurs employeurs avant de la recommander aux employeurs qu’elle accompagna, par la suite, en France. Elle exprime plutôt de la satisfaction à propos de la relation de travail qu’elle avait eu avec ces employeurs au Maroc. Elle en donne comme preuve le fait qu’ils lui accordaient toujours des jours de congé pendant « les fêtes juives, musulmanes et nazaréennes » ; et surtout, la proposition de les accompagner en France.

12Une fois à Paris, Hajiba se vit confier des tâches supplémentaires puisqu’elle vivait désormais avec ses employeurs. Ces derniers estimèrent que sa rétribution devait correspondre à celle qu’ils lui donnaient au Maroc puisqu’elle était désormais nourrie et logée. Hajiba refusa le « salaire marocain » en précisant que, si elle avait quitté le Maroc en supportant l’exil, c’était pour en tirer un bénéfice matériel. Elle a ensuite rencontré dans un parc Mme Suissa, avec qui elle a pu parler en arabe et qui l’a encouragée à quitter ses premiers employeurs pour travailler dans une autre famille.

13L’exemple de Mme Suissa représente le deuxième type d’articulation entre relation de travail et parcours migratoire : le cas de l’intermédiaire entre employée et employeurs. Cet intermédiaire peut être une personne juive ou musulmane mais de sexe féminin et appartenant à une génération qui a grandi au Maghreb et intégrée au sein de réseaux sociaux juifs et musulmans. Justement, Mme Suissa est originaire du Maroc qu’elle a quitté à l’âge adulte. Elle entretient des relations professionnelles et amicales avec des employeurs juifs marocains et tunisiens, et avec une vingtaine de Marocaines sans papiers, en particulier de la région d’Oujda, sa région natale. Elle était âgée d’une soixantaine d’années lorsque je l’ai rencontrée en 1998, alors que les femmes employées étaient alors plus jeunes (une quarantaine d’années). Toutes ces femmes se lient d’amitié, utilisent la même langue, partagent des repas, des sorties, des confidences, des relations transnationales et des représentations communes sur « les Français », « les juifs tunisiens », « les Algériens », « les juifs algériens » ou « les gens de l’intérieur (du Maroc) », par exemple.

14Mme Suissa a permis à Hajiba de développer un réseau amical en France. Elle lui a proposé de la placer chez de « bons » employeurs originaires de la région de l’Oriental marocain, et lui a également permis d’entrer en contact avec d’autres Marocaines musulmanes, comme Fatima.

15Fatima représente le troisième type d’articulation entre relation de travail et parcours migratoire : à savoir l’établissement de relations de travail à partir du réseau social situé au Maghreb. Fatima avait pris contact avec Mme Suissa avant son départ du Maroc : sa mère travaillait déjà dans des familles juives. Fatima a obtenu les coordonnées de Mme Suissa qui l’a d’abord fait travailler chez elle, puis chez sa fille, avant de lui présenter d’autres employeurs juifs marocains, puis tunisiens. En 1999, les deux femmes se connaissent déjà depuis une dizaine d’années. Fatima avait 49 ans et est devenue la colocatrice de Hajiba, qui avait alors une trentaine d’années.

16Ces trois femmes représentent trois générations qui partagent un réseau social, un parcours migratoire et une relation de travail. Elles représentent des idéaux-types reconstitués à partir de plusieurs parcours d’employées migrantes musulmanes marocaines et d’employeuses migrantes juives maghrébines. Leurs relations de travail se déroulent très souvent dans l’espace privé, ce qui suppose à la fois une proximité et des modes de distanciation particuliers.

17En effet, les relations entre juifs et musulmans se présentent sous un jour particulièrement complexe dans le domaine du travail domestique salarié : d’une part, parce que le partage de l’appartenance de sexe et d’une histoire migratoire commune joue un rôle important dans la relation aux travaux domestiques (choix culinaires, ménage, nettoyage, soins aux personnes…) et à la vie quotidienne domestique ; d’autre part, parce que l’actualité politique au Moyen-Orient, le contexte raciste français et la position sociale de chaque groupe participent effectivement à la reconstruction de ces relations.

« Embaucher une Marocaine » pour un « travail chez les juifs »

18Globalement, employeurs et employées mettent en avant la religion, « la culture », le conflit israélo-palestinien ou la banlieue française pour s’autoidentifier comme pour désigner les autres. Du côté des employées, cela concerne la désignation du travail, que ces employées qualifient de « travail chez les juifs ». À travers cette formule, les employées évoquent leur travail dans les services, émettent ainsi des stéréotypes (positifs ou négatifs) sur leurs employeurs juifs et construisent des hiérarchies en comparant « le travail chez les juifs » au « travail chez les Arabes » ou au « travail chez les Français ». En même temps, ces femmes découvrent les pratiques religieuses ou culturelles juives qu’elles n’ont pas l’occasion de connaître dans d’autres espaces.

19De leur côté, les employeurs mettent souvent en avant l’origine marocaine de leur employée, qu’ils assimilent à des traits identifiés comme des qualités ou des pratiques culturelles. Ils utilisent des formules qui conjuguent la classe et l’origine, comme le montre la formule « embaucher une Marocaine », au lieu de « embaucher une domestique ». « La Marocaine » aurait des pratiques que les employeurs rejettent (vol, pratiques religieuses…) ou recherchent (la propreté, la maîtrise de la bonne cuisine, la discrétion par rapport aux Algériennes…). Ainsi, certains « traits culturels » sont utilisés par les employeurs comme marqueurs de différences ou de ressemblances, alors que d’autres ne sont pas retenus. Les domestiques marocaines sont construites par les employeurs comme un groupe qui possède la connaissance de pratiques culinaires et ménagères recherchées ou partagées.

20Le sexe et l’origine (marocaine et musulmane) sont utilisés pour définir les qualités de « la Marocaine ». Celle-ci aurait des spécificités culturelles qui seront parfois utilisées par les employeurs pour valoriser leur rôle émancipateur en faveur de femmes définies comme privées de droits dans leur pays d’origine. Les discours des employeurs vont se référer à la culture de l’employée, ou à leur propre culture, en gommant le rapport de classe qui les lie aux domestiques. Ils se basent sur une lecture ethnicisante qui tend à homogénéiser les situations des femmes au Maroc, des « Arabes » ou des migrantes maghrébines « musulmanes » en France, et à éclipser le rapport de classe et la précarité commune aux domestiques sans papiers.

21Les pratiques domestiques (de ménage ou de soins à la personne) mettent en jeu des logiques relationnelles complexes qui rapprochent, assimilent, distinguent et participent à la construction des frontières entre « juifs » et « musulmans ». L’actualité politique au Moyen-Orient influe souvent sur la définition de ces frontières. En même temps, le contexte raciste ou antisémite français nourri de nouvelles représentations qui se réfèrent à « la femme arabe soumise », au « voile », aux jeunes de banlieue, à l’avarice supposée des populations juives ou aux « raisons de l’antisémitisme français ». Toutefois, les frontières entre juifs et musulmans s’entremêlent autour de pratiques domestiques. Le meilleur exemple de cet enchevêtrement se trouve dans les pratiques culinaires, dont l’authenticité peut être attribuée tantôt aux familles employeuses, tantôt aux employées. Ainsi, les formes de valorisation des pratiques domestiques peuvent être mises en avant par les employées comme par les employeuses qui tendent à se reconnaître de la même culture (culinaire ou domestique) et à se distinguer des « Français » ou des juifs « algériens », « marocains » ou « tunisiens » ; c’est selon.

22La relation de travail entre employeurs juifs, tunisiens et marocains pour la plupart, et employées domestiques musulmanes devient ainsi un espace de construction de marqueurs ethniques (c’est-à-dire de différences ou de ressemblances culturelles socialement construites). Ces marqueurs ethniques fondent la frontière entre « nous » et « eux » et se construisent par la relation de travail, même si celle-ci se réfère souvent aux univers religieux. Du côté des employées, la référence à l’islam est présente pour expliquer la réaction de refus de ces femmes face à l’exploitation qu’elles subissent en tant que travailleuses. Ainsi, certaines employées disent que le Coran évoque l’importance de l’exploitation des musulmans par les juifs. Dans ce cas, définir les marqueurs ethniques (se définir comme musulmane par opposition aux juifs) n’est pas liée à la relation de ces femmes à la religion, ou au fait qu’elles se présentent comme de « bonnes musulmanes ». Cette définition est le résultat du rapport historique que le groupe entretient avec les juifs et qui dévoile un anti-
judaïsme latent, réactivé, d’une part, par le conflit israélo-palestinien et par le contexte raciste français ; et, d’autre part, par la relation de travail dont les dimensions interpersonnelles déterminent les représentations de ces femmes. L’inscription de ces relations dans la durée amène les employeuses et les employées, comme les intermédiaires, à s’investir particulièrement dans l’établissement, l’entretien ou le renforcement d’échanges. Les deux groupes de femmes vont, généralement, miser sur des pratiques de solidarité féminine qui se déclinent, par exemple, autour des soins à la personne, de la régularisation administrative de l’employée, de l’accès au logement ou de l’éducation des enfants « musulmans » restés au Maroc.

23Ainsi, ce qui donne sens à « juive » ou à « musulmane » (ou « arabe »), c’est d’être inscrite dans des relations de travail, sexuées, interpersonnelles et interethniques, de sorte que les employeuses et les employées n’interagissent jamais avec des identités religieuses mais avec des individus dans des situations précises. La référence à la religion est présente dans le discours mais elle n’est ni unique ni homogène. Elle est, au contraire, très diverse et surtout située dans le cadre des relations de travail, dont la complexité permet de déconstruire la vision uniformisante et essentialiste des « communautés » juives et musulmanes en migration.

Bibliographie

A. Adam 1968, Casablanca, Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, CNRS.

F. Ait Ben Lmadani 2007, La vieillesse illégitime ? Migrantes marocaines en quête de reconnaissance sociale, thèse de sociologie, Paris 7- Denis Diderot.

C. Brac de la Perrière 1987, Derrière les héros… Les employées de maison musulmanes en service chez les Européens à Alger pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, L’Harmattan.

S. Chaib 1997, « Activité professionnelle et vie familiale », Informations sociales, n° 63, p. 4-11.

— 2001, Facteurs d’insertion et d’exclusion des femmes immigrantes sur le marché du travail en France, Paris, Rapport pour la CFDT.

R. Goutalier et Y. Knibiehler, 1985, La femme au temps des colonies, Paris, Stock.

A. Lebon 1978, « Présentation » in Taboada Leonetti I., Lévy F. et al., Femmes immigrées. L’insertion des femmes immigrées en France, Paris, La Documentation française, p. 7-13.

S. Lâacher 1998, L’État et l’immigration clandestine. Entre la question du travail et celle des illégalismes, Rapport français, Commission européenne, Maison des sciences de l’homme.

F. Mernissi, 1981, Développement capitaliste et perceptions des femmes dans la société arabo-musulmane : une illustration des paysannes du Gharb, Maroc, Étude de recherche préparé pour le séminaire régional tripartite du BIT pour l’Afrique, La place des femmes dans le développement rural, Dakar, Sénégal, 15-19 juin 1981.

G. Nakano 1992, « From servitude to service: historical continuities in the racial division of paid reproductive labor », Signs : Journal of Women in Culture and Society, n° 18, p. 1-43.

D. Rivet 1999, Le Maroc de Lyautey à Mohammed V. Le double visage du protectorat, Paris, Denoël.

Notes

1 Mon propos est le résultat d’une enquête ethnographique qui a eu lieu à Paris de 1998 à 2004 auprès d’une quarantaine de femmes employées musulmanes sans papiers français, quatre employeuses juives d’origine marocaine et tunisienne, une intermédiaire tunisienne et une intermédiaire juive d’origine marocaine. J’ai aussi pratiqué de l’observation participante et réalisé une dizaine d’entretiens informels avec des acteurs hommes ou femmes juifs ou musulmans (commerçants, membre de la famille des employeurs…) impliqués dans les relations de travail des employées rencontrées.

Auteur

Université pierre Mendès France, Grenoble, LARHRA

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable