Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 3

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Postface

Pour une histoire des mobilités maghrébines

Driss El Yazami

Texte intégral

1La tenue du colloque Migrations, identité et modernité au Maghreb et la publication des actes interviennent alors que de nombreux chantiers sont ouverts au Maroc en matière d’histoire, de mémoire et d’archives.

2À la suite de la publication en 2006 des recommandations de l’Instance équité et réconciliation (IER), une loi moderne sur les archives a été adoptée par le Parlement en 2007 et l’institution Archives du Maroc a été enfin officiellement installée en 2011. Son directeur, l’éminent historien Jamaâ Baïda, a été désigné en avril 2011 et son siège « provisoire » est en ce moment même en cours d’équipement. Un premier inventaire des archives publiques et privées marocaines devrait être incessamment lancé, de même qu’un état de la recherche sur l’histoire du temps présent. Le master d’histoire du temps présent, mis en place avec le concours de la faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat-Agdal vient d’accueillir à la rentrée scolaire 2011 le deuxième groupe d’étudiant-e-s et les travaux de construction de l’Institut marocain d’histoire du temps présent ont été lancés ; ce centre de recherches devrait ouvrir ses portes en septembre 2012.

  • 1 L’intégralité du message royal ainsi que les programmes de ces trois colloques sont consultables su (...)

3Trois grands colloques rassemblant au total plus d’une centaine de chercheurs marocains et étrangers viennent de se tenir à Al Hoceïma (juillet 2011), Dakhla (décembre 2011) et Ouarzazate (janvier 2012). Dans les trois rencontres scientifiques, organisées sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, un premier état de l’historiographie régionale et des patrimoines matériel et immatériel de chaque région a pu être établi, donnant lieu à chaque fois à une dynamique de création d’un musée régional d’histoire. De manière systématique, les collectivités territoriales, la société civile et les partenaires économiques de la région ont été associés à ces initiatives et participent à leur financement. Comme indiqué dans le message royal adressé aux participants du colloque d’Al Hoceïma, les enjeux de ces musées sont multiples : réconcilier les populations avec une histoire riche et méconnue, faite à la fois de particularismes et de rencontre avec les autres régions du royaume et, au-delà, avec le monde ; transmettre aux jeunes générations un patrimoine auquel ils ont trop rarement accès ; reconnaître l’apport de chaque région au creuset marocain et enfin faire de la culture une ressource réelle pour le développement régional1.

4Dans le cadre du programme de réparation communautaire, lancé lui aussi dans le sillage des recommandations de l’IER, de nombreux projets associatifs portant sur la mémoire ont été financés. Films, publications, pièces de théâtre ont ainsi pu voir le jour, permettant à leur tour aux acteurs sociaux de contribuer à leur manière à ce processus de lecture pluraliste de l’histoire du Maroc. Le Conseil national des droits de l’Homme entreprend parallèlement une politique de réédition des livres et des films de fiction consacrés à l’histoire du Maroc depuis l’indépendance.

5Sur ces trois fronts (une politique moderne des archives, un effort continu de formation académique et de renforcement de la recherche et enfin une politique de vulgarisation par la création de musées), le Conseil consultatif puis le Conseil national des droits de l’Homme qui lui a succédé ont joué un rôle éminent.

6Durant cette même période, le Conseil de la communauté marocaine de l’étranger (CCME), créé en décembre 2007, a noué de multiples partenariats et entrepris plusieurs projets en matière d’histoire de l’immigration.

  • 2 Exposition organisée en partenariat avec le Centre de la culture judéo-marocaine de Bruxelles, anim (...)
  • 3 Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, catalogue de l’exposition, G (...)
  • 4 Actes publiés aux éditions La Croisée des chemins en février 2011.

7Après avoir édité dès l’été 2008 un premier CD de chansons de l’exil des chioukhs de l’Oriental marocain, le CCME a soutenu la tournée en Europe et au Maroc de cinq grandes expositions consacrées respectivement à l’histoire des ouvriers maghrébins de l’industrie de l’automobile, de l’émigration marocaine au Royaume-Uni (Moroccan memories in Britain) puis des Pays-Bas (Dakira, Présences marocaines aux Pays-Bas), des relations euromarocaines (Maroc-Europe, six siècles dans le regard de l’Autre)2 et, enfin, à l’histoire culturelle des Maghrébins de France3. En 2010, un colloque international était organisé sur le thème Sportifs marocains du monde, histoire et enjeux actuels, associant historiens et grands témoins, dont une pléiade de footballeurs et d’athlètes marocains qui avaient exercé dans divers pays du monde4. Depuis, le CCME s’est engagé dans une vaste opération de collecte des chansons marocaines dédiées à l’émigration, qui a permis de constituer un fonds de plusieurs centaines d’œuvres, dont les plus anciennes remontent aux années 1930.

8C’est dans ce contexte que le colloque Migrations, identité et modernité au Maghreb s’est tenu et que ces actes sont publiés. Entreprise scientifique exemplaire, portée à la fois avec ténacité, rigueur et une grande conscience civique, cette initiative ne pouvait qu’être accueillie par l’institution nationale des droits de l’Homme (dépositaire comme le rappelle Ahmed Herzenni de la mise en œuvre des recommandations de l’IER) et le CCME. Les raisons en sont évidentes.

9Dans le long travail de lecture informée et pluraliste de son histoire que le Maroc a entrepris, et au-delà des commémorations mémorielles que le pays et les communautés expatriées entreprennent, le temps de l’approche scientifique ne peut plus rester otage de l’actualité, aussi douloureuse soit-elle, et il ne saurait être indéfiniment reporté. Pour l’ensemble des institutions et des chercheurs rassemblés, cette mise à distance des événements d’aujourd’hui ne signifiait nullement, bien au contraire, indifférence ou peur de prendre position. Le droit des Palestiniens à un État indépendant et viable, le naufrage des négociations, qui n’est toujours pas surmonté, et la lâcheté de la communauté internationale, plus active sous d’autres cieux, étaient dans tous les esprits à Essaouira et le sont encore. C’est à l’honneur des chercheurs et des institutions présents lors de ce colloque d’avoir différencié le champ de la connaissance et celui de l’engagement qui, pour être liés, n’en sont pas moins distincts.

10La seconde raison réside dans le thème même du colloque qui ne pouvait qu’enrichir la démarche entreprise en matière d’histoire de l’immigration par le CCME.

11On imagine les enjeux liées à cette approche historique des migrations et des mobilités marocaines, trop souvent appréhendées sous le seul angle économique et piégées par l’actualité et les débats polémiques qui entourent depuis quelques décennies la problématique migratoire. Abordée sur la longue durée, avec une attention aiguë aux multiples raisons de l’acte d’émigrer et à ses nombreuses retombées, une nouvelle histoire de l’émigration est en train d’émerger et l’apport d’Essaouira est à cet égard important.

12Cette histoire est, en effet, une des conditions pour refonder le rapport du Maroc à son émigration, mais aussi une voie pour enrichir aussi bien l’histoire des pays d’immigration que l’histoire nationale. Que serait à titre d’exemples l’histoire militaire de l’Hexagone sans l’implication des « soldats coloniaux » de toutes origines, dont les Marocains, mobilisés par milliers dès la Première Guerre mondiale ? Et que seraient la chanson, les arts plastiques, le cinéma ou la fiction littéraire du Maroc d’aujourd’hui sans l’expérience migratoire de dizaines de pionniers d’El Ghorba ?

13Le constat est d’ailleurs valable pour les voisins du Maghreb et cette dimension maghrébine, choisie par les organisateurs du colloque s’est révélée à l’évidence très féconde. On sait depuis les travaux pionniers de Benjamin Stora et de Gilbert Meynier la contribution centrale de l’émigration algérienne à l’émergence et la cristallisation du nationalisme algérien ; et, depuis les travaux de Naïma Yahi notamment, l’urgence d’une histoire culturelle de l’émigration. C’est en effet dans l’exil que des centaines de migrants, partis pour les raisons les plus diverses (l’impératif économique n’est qu’un des ressorts du départ), se découvrent comme maghrébins d’abord en s’opposant aux représentations qui les stigmatisent, et se frottent ensuite aux idées et aux modes culturelles les plus novatrices. Et c’est le plus souvent avec les armes de la domination, qu’ils se sont appropriées, qu’ils forgent leur émancipation et, par ricochets successifs, celle de leur patrie.

  • 5 L’IER avait recommandé aussi la création d’un musée d’histoire de l’émigration.

14L’apport de ces générations à l’histoire de chacun des pays d’immigration commence « enfin » à trouver sa place comme le montre, à Paris par exemple, l’action de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Au Maghreb même, le concours de l’émigration à l’histoire nationale n’est pas reconnu comme il le devrait et ce n’est pas le moindre des mérites du colloque d’Essaouira que de contribuer à cet effort de connaissance et de reconnaissance5.

15Rabat, janvier 2012

Notes

1 L’intégralité du message royal ainsi que les programmes de ces trois colloques sont consultables sur le site du Conseil national des droits de l’Homme : www.cndh.org.ma.

2 Exposition organisée en partenariat avec le Centre de la culture judéo-marocaine de Bruxelles, animée par notre ami Paul Dahan. Le catalogue de l’exposition en français a été publié en 2010 aux éditions Somogy à Paris. La version arabe (traduction : J. Baïda) est parue la même année aux éditions Malika à Casablanca.

3 Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, catalogue de l’exposition, Gallimard, 347 p., Paris, 2009.

4 Actes publiés aux éditions La Croisée des chemins en février 2011.

5 L’IER avait recommandé aussi la création d’un musée d’histoire de l’émigration.

Auteur

Président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, CCME, Rabat

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable