Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 2

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Troisième partie : Ruptures

L’émigration des juifs maghrébins et le camp du Grand Arénas 1946-1966

Nathalie Deguigné

Texte intégral

  • 1 Le camp du Grand Arénas et l’émigration des juifs d’Afrique du Nord : 1946-1966, Université d’Aix-e (...)

1Mon étude sur le camp du Grand Arénas de Marseille est issue d’un travail de recherche dans le cadre universitaire, en archives et sur le terrain sous forme d’enquêtes orales1. Le camp n’avait alors jamais fait l’objet d’une étude historique approfondie.

2L’idée centrale de ce travail était de recueillir alors, trente ans après la démolition du camp (1966), les souvenirs et les traces de cette histoire pour en reconstituer les mémoires individuelles et collectives.

  • 2 Le camp du Grand Arénas - Marseille, 1944-1966, Éd. Autrement, Paris, 2001.
  • 3 Émile Temime est décédé en novembre 2008. Parler du Grand Arénas me donne la possibilité d’évoquer (...)

3Cette étude a fait par la suite l’objet d’une publication en collaboration avec Émile Temime2. Je tiens ici à lui rendre hommage3.

La migration des juifs du Maghreb

4L’émigration des juifs maghrébins en Israël, dans les années 1950 et 1960, demeure une histoire difficile à établir car elle est étroitement liée aux multiples contextes politiques de cette période : protectorats français au Maroc et en Tunisie, puis indépendance de ces deux pays en 1956 ; ces changements impliquent dès lors une attitude et un contrôle différents sur les mouvements migratoires selon les autorités gouvernantes (françaises ou nouvellement indépendantes).

5Du côté du jeune État israélien, la politique d’émigration à l’égard des juifs d’Afrique du Nord se traduira par un accueil massif mais aussi par des applications de quotas et par des critères sélectifs.

6Avant la création de l’État d’Israël, l’émigration clandestine des juifs maghrébins demeure très limitée en nombre. Au Maroc et en Tunisie, la propagande sioniste, qui se manifestait déjà avant la guerre, connaît un nouvel essor à partir de 1943 avec la venue d’émissaires envoyés par le Yishouv. Les premiers départs organisés débutent après la Seconde Guerre mondiale mais se révèlent très irréguliers. La proportion de juifs marocains et tunisiens décidés à tenter le voyage en Palestine est infime voire même dérisoire par rapport à celle des juifs d’Europe centrale.

  • 4 Communauté devenue française depuis le décret Crémieux, plus de 90 % des juifs d’origine algérienne (...)

7Pour rejoindre la Palestine, ils transitent au camp de Bouzaréah près d’Alger. Le passage par l’Algérie se fait de manière clandestine car les autorités françaises s’opposent à ces départs et rendent difficile l’obtention des passeports. Elles ne lèveront cette interdiction qu’en septembre 1948, quelques mois après la création de l’État d’Israël et face à l’accélération des mouvements de départs. Ces derniers ne toucheront guère la communauté israélite d’Algérie4.

  • 5 Doris Bensimon-Donath, Immigrants d’Afrique du Nord en Israël : évolution et adaptation, Anthropos, (...)

8L’organisation de cette émigration juive maghrébine est déléguée à l’Agence juive. 35 946 juifs marocains partiront en Israël, sur une population totale de plus de 250 000 habitants, et la grande majorité passera par le camp du Grand Arénas5. Cette émigration est qualifiée d’« alyah de masse ». Il s’agit d’une émigration familiale, issue des mellahs des grandes villes – Casablanca, Rabat, Fez, Marrakech – et des villes moyennes : Tétouan, Tanger, Meknès. Elle touche aussi les régions montagneuses du Moyen et Haut-Atlas avec des départs massifs de villages entiers. En Tunisie, elle concerne surtout les villes de Sfax, Sousse, Tunis, Gabès et Tétouan.

9Les émigrants qui passent par le Grand Arénas sont souvent d’origine modeste et leur prise en charge directe par l’Agence juive permet ainsi des départs regroupés et nombreux.

10Devant l’importance de ces mouvements, des négociations secrètes entre le délégué de l’Agence juive en France, M. Gerzuni, et le résident général du Maroc, le général d’armée Juin, se tiennent de mars à juillet 1949 et aboutiront à un accord :

  • 6 Archives diplomatiques, archives de la Haganah, Tel Aviv ; source citée par Mickaël Lanskier in L’i (...)

« Les émigrants qui quittent le Maroc en groupe ou individuellement obtiendront des visas d’entrée en Israël. Les frais de retour au Maroc en cas d’impossibilité seront à la charge de l’Agence juive. Les départs ne doivent causer aucune gêne sinon ils seront interrompus à la demande de la Résidence. Les départs ne sont autorisés que dans la mesure où le nombre de juifs partant sous le contrôle de Gerzuni et en transit à Marseille ne soit pas supérieur à ce qui est raisonnable. »6

11Par le terme « raisonnable », le gouvernement français reste assez indéterminé sur cette question. En 1951, l’ambassadeur français en Tunisie précise :

  • 7 Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, Tunisie 1944-1945, dossier 457, lettre (...)

12« Il importe que nous sachions dès maintenant si nous voulons favoriser les départs en masse de juifs, si nous voulons nous y opposer ou si nous conserverons une attitude indifférente devant les entreprises de l’Agence juive. »7

13Ces départs seront limités par un quota d’émigration, fixé la même année. De l’ordre de mille départs par mois, il ne sera en réalité jamais respecté. Les autorités françaises permettront ainsi un certain laisser-faire malgré leur souhait de voir se maintenir une communauté juive en Afrique du Nord.

14En avril 1949, un bureau d’émigration, la Kadima, est ouvert à Casablanca pour enregistrer les départs des juifs marocains pour Israël via Marseille et le camp du Grand Arénas. D’autres bureaux s’ouvrent à Fès et Marrakech. Les candidats au départ sont regroupés dans un deuxième temps au camp de Mazagan à 200 km de Casablanca où ils reçoivent leur titre de voyage. Puis ils embarquent généralement à bord des bateaux de la compagnie Paquet. Mais cette relative facilité ne dure pas. En 1956, le gouvernement chérifien, multiplie les obstacles pour arrêter ces mouvements. Le camp de Mazagan et les bureaux de l’Agence juive sont fermés. L’émigration se développe mais de nouveau dans la clandestinité et les lieux d’embarquement se déplacent vers Tanger. Les transports par bateau ne s’effectuent pas dans des conditions idéales ; le trajet est long. Il dure environ 60 heures de Casablanca à Marseille. Les émigrants voyagent en quatrième classe et ne se déplacent que très rarement sur le navire.

15À la fin de l’année 1957, les juifs marocains munis d’un passeport sont de nouveau autorisés à quitter le pays. Mais la délivrance des passeports se fait rare. Un réseau clandestin se développe jusqu’à la catastrophe du Piscès, bateau transportant des émigrants, pris dans une violente tempête entre la côte marocaine et Gibraltar. Il fait naufrage le 11 janvier 1961 provoquant la mort de 43 passagers.

16Ce drame révèle à l’opinion internationale l’histoire cachée de cette émigration clandestine. Une campagne de presse contre Mohammed V poussera ce dernier à prendre des dispositions pour autoriser les juifs marocains à quitter librement son royaume. Après son décès le 26 février, son fils Hassan II lèvera officiellement l’interdiction mais sous certaines clauses, dont celle interdisant l’émigration en Israël. Cette clause ne sera bien évidemment pas respectée, les départs pour la Terre promise demeureront nombreux, orchestrés par des filières clandestines.

17En Tunisie, il n’y aura ni quotas ni interdictions mais un mécontentement affirmé contre les mouvements sionistes qui rallient à leur cause les juifs tunisiens les plus pauvres mais aussi les élites. Les candidats se font enregistrer dans un bureau de l’Agence juive mondiale à Tunis et passent un examen médical. Ils n’ont pas l’obligation de passer par un camp de transit. Si une famille entière émigre et, de ce fait, vend sa maison, elle peut loger chez des proches en attendant le moment du départ.

18En Israël, le gouvernement fait preuve d’une grande capacité à accueillir cette alyah de masse mais décidera de freiner ces arrivées dès 1952. Les clauses d’émigration sélective envers les juifs maghrébins demeurent liées à une grave récession économique qui touche le jeune État. Ces clauses soulèveront nombre de débats notamment lors d’un Congrès des juifs d’Afrique du Nord qui se tient à Marseille le 10 février 1953. Il réunit les délégués des organisations sionistes maghrébines, des représentants des gouvernements israéliens, de l’Agence juive et de la Fédération sioniste mondiale. Mais l’annulation de la plupart de ces clauses ne prennent effet qu’en 1954. En revanche, la fin des protectorats aura une résonance particulière en Israël. Un élargissement des quotas d’émigration est voté car le gouvernement considère dès lors l’émigration maghrébine comme une alyah de sauvetage.

Le passage par le camp du Grand Arénas : des conditions de vie difficiles

  • 8 Agnès Bensimon, Hassan II et les juifs, Histoire d’une émigration secrète, Seuil, Paris, 1991, p. 1 (...)
  • 9 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 137 W 686.

19Au Grand Arénas, on compte environ 37 000 transitaires de janvier à octobre 1956, année des indépendances du Maroc et de la Tunisie. Un ralentissement s’opère jusqu’aux années 1961-1962. La levée de l’interdiction de l’émigration juive au Maroc, l’affaire de Bizerte en Tunisie et l’indépendance de l’Algérie relancent une nouvelle vague de départs. De juin à décembre 1961, 14 592 migrants sont consignés à l’unité prêt sur les registres du camp8. Avant sa fermeture en 1966, le Grand Arénas connaît une dernière hausse de sa population avec 14 310 juifs maghrébins en 1964. La dernière année de son existence, le camp comptera 7 673 transitaires dont 6 453 juifs marocains9.

20Pourquoi ce camp est-il devenu pendant plus de vingt ans le lieu de transit incessant de milliers d’émigrants juifs maghrébins ?

21Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Le camp se situe à l’abri des regards, entouré par un mur d’enceinte, à l’extrême sud de la ville de Marseille. La solidité de ses baraquements et sa grande capacité d’accueil permettent de regrouper en un seul lieu l’ensemble des transitaires.

  • 10 Fernand Pouillon, Mémoires d’un architecte, Éd. du Seuil, 1968, p. 35.
  • 11 Cette forme insolite a son importance car elle identifie véritablement le camp ; les autorités loca (...)
  • 12 Inventaire Fernand Pouillon, laboratoire INAMA (école d’architecture de Marseille-Luminy).

22La construction du camp du Grand Arénas date de 1945. Marseille, sortie de la guerre, abrite alors des groupes de prisonniers dans l’attente de leur rapatriement. Le ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés confie la réalisation d’un nouveau camp à l’architecte Fernand Pouillon10. Ce dernier propose le terrain vierge d’une cinquantaine d’hectares du Grand Arénas. Proche de La Cayolle, petit village de près de 500 habitants, le camp est relativement isolé, sur un territoire aride qui s’étend jusqu’au pied des collines tout près de la mer. Les toits des baraquements sont dessinés en arc de cercle. L’ensemble du Grand Arénas se présente alors comme un immense champ de demi-tonneaux11. Ces derniers représentent environ quatre-vingt baraquements rudimentaires, répartis sur une superficie avoisinant les 12,5 hectares. Ils sont orientés dans le même sens et disposés parallèlement les uns aux autres. Ils mesurent 30,50 m de long, 6,50 m de large et 3,50 m de haut et comportent chacun un numéro inscrit sur le haut de leur façade12.

23Après avoir servi de lieu de transit pour le rapatriement de travailleurs indochinois, ce camp accueillera également des travailleurs émigrés, des émigrants juifs d’Europe centrale partant clandestinement pour la Palestine et ses premiers juifs maghrébins. Le camp du Grand Arénas est alors un camp parmi tant d’autres dans l’histoire de la période clandestine. Après la création de l’État d’Israël, les juifs nord-africains deviendront progressivement majoritaires. La plupart des autres camps de transit à Marseille et dans la région fermeront leur porte, laissant le Grand Arénas être le lieu de transit principal de cette émigration.

24Pour de nombreux émigrants juifs maghrébins, l’arrivée au camp est difficile. Je me souviens de témoins qui n’hésitaient pas à parler de « premier choc », de « cour des miracles » lors de leur arrivée au camp. Plusieurs familles vivent dans le même tonneau, tendant des cordes pour s’isoler.

25Douches et toilettes se trouvent à l’extérieur. Les repas sont servis derrière des guichets dans des gamelles. L’attente est longue pour chaque tâche quotidienne. La vie au Grand Arénas implique ainsi une vie en collectivité mais aussi une soumission à la règle.

26Le personnel du camp et ses dirigeants se souviennent des conditions de vie difficiles dans lesquelles vivaient les transitaires du Grand Arénas, notamment dans les baraquements où, l’hiver, il faisait très froid et, l’été, très chaud, car une partie des constructions était constituée de tôle et les toits enduits de goudron. La terre battue rend de plus l’hygiène difficile à l’intérieur. En cas d’intempéries, il pleut dans les tonneaux dont les toits sont bien mal isolés. L’hiver 1956, les canalisations du camp se fissurent et le camp doit être ravitaillé par les pompiers. Toujours la même année, le Grand Arénas est surpeuplé. Nous sommes, en effet, en pleine période d’indépendance du Maroc et de la Tunisie. Le commandant est contraint de faire installer des tentes entre les baraquements. Des transitaires dorment même dans les bus qui assurent la navette entre le port et le camp.

  • 13 Ces derniers, revêtus du statut de chlikhim, ont souvent des postes d’encadrement ou d’animation.

27À l’intérieur d’autres difficultés, d’ordre culturel, apparaissent. Le Grand Arénas se présente dès lors comme un « petit bout d’Israël » et les appréhensions ressenties dans ce pays à l’égard des juifs marocains sont déjà visibles dans le microcosme marseillais. Les différences de langue, de culture, d’habitudes alimentaires sont mal ressenties et créent d’inévitables malentendus. Le camp compte une trentaine d’employés recrutés par les soins de l’Agence juive – employés de recrutement local ou employés israéliens pourvus de contrat de trois ans13 – qui habitent généralement en ville ou dans des logements en préfabriqué à l’intérieur du camp. La grande majorité d’entre eux sont d’origine ashkénaze. Les émigrants nord-africains de culture séfarade, ont parfois l’impression d’être mal compris. L’arrivée d’un commandant d’origine tunisienne améliorera sensiblement les relations entre l’encadrement et les transitaires.

28Mais cette diversité étonne aussi et crée naturellement des rencontres. Les employés regardent avec curiosité ces juifs qui viennent des régions montagneuses et qu’on appelle les « chleuhs ». Ils apprécient leur convivialité, leur générosité. Le magasinier du camp m’avait confié cette anecdote sur les habitudes alimentaires de certains émigrants tunisiens :

  • 14 Enquête orale : S. C.

« Les Djerbiens, lorsqu’on leur a offert la soupe à la juive polonaise comme on fait tous les soirs, étaient horrifiés… Ils préféraient avoir pour leurs petits-enfants, même à peine sevrés, un morceau de pain frais sur lequel ils étalaient de l’huile d’olive. Ils pimentaient ça très fort et c’était leur façon de manger. »14

  • 15 Œuvre de secours aux enfants.

29Mais les problèmes les plus importants restent liés à la question sanitaire. Celle-ci devient primordiale côté français et surtout israélien avec l’application des clauses d’émigration sélective. Au camp du Grand Arénas, on assure les soins et la prise en charge des malades avant leur départ pour Israël. Un médecin, le docteur Henenfeld, vit en permanence dans le camp. Il loge dans la propriété Colgate que l’Agence juive a achetée dans les années 1949-1950 et transformée en dispensaire. Ce petit château sera appelé Mizrahbé, la « maison de l’espoir ». Il sera réservé aux malades dont l’état de santé réclame l’isolement ou, tout au moins, des soins intensifs. Les hospitalisations et les accouchements ont lieu dans les hôpitaux de la ville. Un autre médecin, vacataire de l’OSE15, des infirmières et des assistantes sociales s’occupent également des malades. Le camp s’équipera en 1957 d’un appareil de radiographie. Les maladies contagieuses les plus répandues demeurent la tuberculose, la teigne et le trachome.

30Mais la politique d’émigration sélective empêche le départ de nombreux émigrants. Certains mourront au camp, d’autres seront rapatriés s’ils ont encore un parent proche en Afrique du Nord, certains même finiront par rester en France.

31À Marseille, on ferme les yeux sur la présence irrégulière de ces transitaires. Leur transit ne doit pas, en principe, dépasser un mois. Au Grand Arénas, nombre de séjours se prolongent pourtant durant des semaines, voire des années dans l’attente de guérisons ou d’un relâchement de la politique d’émigration sélective pratiquée par Israël. Cette dernière s’applique au camp dès 1952 avec les visites d’un inspecteur médical envoyé par l’Agence juive de Jérusalem. Juifs marocains et tunisiens font l’objet d’un examen minutieux, assorti parfois de considérations déplaisantes. Certains émissaires israéliens tiennent même des propos violents à leur égard. Le journal L’Écho d’Israël précise, en 1952, notamment à propos des juifs tunisiens les plus déshérités :

  • 16 Extrait de L’Écho d’Israël du 27 mars 1952.

« Ceux qui ne possèdent rien et qu’on appelle en Tunisie les sans-culottes présentent un très grand nombre de cas sociaux. Les malades atteints de trachome, de la teigne, etc. sont maintenant admis en Israël mais il n’en est pas de même pour les aveugles, les malades mentaux… et les personnes âgées de plus de 40 ans sans métier dont l’immigration en Israël est restreinte. »16

32Il arrive aussi que des mesures radicales soient prises comme en 1953 lorsque le camp se voit exiger un rapatriement immédiat de l’ensemble des malades résidant à Colgate.

Une identité communautaire

33Mais le camp s’avère aussi être un lieu où le judaïsme, vecteur commun des employés et des transitaires, permettra de resserrer des liens entre les communautés.

34Un baraquement blanchi à la chaux sert de synagogue au rabbin Scharwtzfuchs, nommé par l’Agence juive et responsable des offices jusqu’à la fermeture du camp. Le shabbat est respecté. Quand les bateaux arrivent au port le samedi, on n’embarque pas les passagers pour Arénas. On prépare la dafina la veille et un choret, présent au camp, surveille la cachérisation. Les fêtes sont célébrées. Pour Pessah, les responsables instaurent une distribution de galettes de pain azyme. Pour Soukkot, certains émigrants construisent des baraques à ciel ouvert avec des branches de pins. Les circoncisions sont pratiquées lors des naissances. Des bar-mitzvah se déroulent dans la synagogue du camp. Des conversions ou des mariages religieux ont lieu avant de faire son alyah.

35Le lien avec Israël se renforce avec les visites du président Ben Zvi en 1955 et 1957. Lors de son premier passage, il se rend à la synagogue à laquelle il donnera son nom. Les émigrants reçoivent aussi la visite de rabbins israéliens comme celles en 1964 du rabbin marocain Rabbi Israel Abehassera, surnommé Baba Salé, et en mars 1965, du grand rabbin d’Israël, Itshak Nissim.

36On aménage également une école dans un baraquement. Les enfants y apprennent leurs premiers mots d’hébreu. Paul Paoli, projectionniste marseillais, est embauché au camp à partir de 1956. Je l’ai rencontré à plusieurs reprises. Il se plaisait à me raconter certaines de ces projections :

  • 17 Enquête orale : Paul Paoli.

« On a obtenu d’avoir des courts métrages qui venaient d’Israël et qui étaient évidemment très prisés. J’avais également réussi à avoir des actualités mensuelles qui m’étaient envoyées d’Israël, ça avait énormément de succès. Les gens applaudissaient à tout rompre quand le drapeau apparaissait. »17 

Une enclave restée sous surveillance

  • 18 Lettre du ministère de l’Intérieur du 15 décembre 1953 adressée au préfet des Bouches-du-
    Rhône, Arc (...)
  • 19 Témoignage écrit : J. S.

37Le camp semble jouir d’un véritable droit d’exterritorialité, en dépit des rapports étroits que ses responsables entretiennent avec les autorités françaises. La Ville de Marseille souhaite cependant conserver un certain droit de regard et les autorités israéliennes veulent s’assurer que les transitaires poursuivent leur émigration. Un inspecteur des garnis et un inspecteur chargé de la police des étrangers seront affectés dans un bureau du camp en 1953 et y resteront jusqu’en 1957. Leur mission : contrôler les identités et recenser, par pays, les « transitaires ». Ces derniers sont accueillis à leur arrivée au camp par des secrétaires qui tentent d’établir des fiches d’identité, transmises par la suite aux inspecteurs. Une réglementation détaillée est officiellement décidée par les autorités ministérielles et préfectorales au mois de décembre 1953. Ces mesures sont destinées à mettre un terme à certaines infractions, notamment celles qui concernent la durée de transit et les départ effectifs pour Israël. Chaque personne « fera l’objet d’une fiche individuelle comportant en particulier : son état civil complet, ses empreintes digitales, le pays dont il provient, l’indication du passeport, titre de voyage, ou laissez-passer qu’il possède, la nature du visa qui lui permet de pénétrer en France, la durée de transit accordée ainsi que la date d’entrée en France »18. Un des inspecteurs m’apprendra que ces indications étaient rarement recueillies dans leur totalité : « Un certain nombre d’identités figurant sur les titres de voyage avaient été établies phonétiquement et mal orthographiées. »19 Les empreintes digitales exigées ne seront jamais relevées.

38Officiellement, des mesures de contrôle existent. Mais à l’échelon local, d’autres relations s’instaurent, établies davantage sur une base de confiance ou de laissez-faire.

39Au camp, l’enregistrement préalable des transitaires permet d’établir des visas pour Israël. Sur cette délicate question, la présence de Frédéric Thau, président sous la période de l’émigration clandestine de la Fédération des sociétés juives de France, est primordiale. Cet homme, médiateur indispensable entre les autorités françaises et israéliennes, a un incontestable pouvoir auprès des autorités marseillaises. Il s’occupe de toutes les démarches administratives auprès du préfet et des demandes de sorties du territoire pour Israël.

Les liens avec l’extérieur

  • 20 Activité première du projectionniste du camp qui avait une entreprise cinématographique itinérante.

40Pendant leur séjour au Grand Arénas, les transitaires obtiennent des laissez-passer pour sortir du camp et se promènent dans le quartier. Des échanges se créent inévitablement. Plusieurs témoins qui vivaient à La Cayolle pendant ces années (certains y vivent encore) se souviennent de familles juives maghrébines qui leur portaient du pain pour leurs bêtes en échange de bouquets de menthe pour faire du thé. D’autres jouaient au foot ensemble. Certains jeunes arrivent même à rentrer au camp pour assister à des projections de films de l’époque20.

41Les transitaires profitent de ces sorties pour préparer leur voyage en achetant des marchandises aux commerçants qui stationnent aux abords du Grand Arénas. L’Agence juive, de son côté, autorise la présence de deux magasins fixes à l’intérieur du camp. Les marchandises les plus achetées sont les appareils électroménagers, télés, radios, literies, savonnettes et surtout la bicyclette. Dans la mémoire du personnel, l’ambiance folklorique créée par la foule des commerçants n’était pas toujours appréciée des responsables du camp.

42Des contacts existent également entre les deux enclaves du Grand Arénas. Mitoyenne à l’enclave juive se trouve une cité de relogement, la cité du Nouvel Arénas, qui abrite depuis 1951 des familles expulsées, des travailleurs émigrés et des familles à la recherche de logements peu coûteux. Des barbelés séparent les deux enclaves. Les baraquements sont divisés en trois pour accueillir plusieurs familles. En dehors des échanges inévitables entre ces deux populations, notamment à l’extérieur du camp, certaines personnes de la cité seront aussi embauchées au camp dans les cuisines ou à l’entretien. J’ai retrouvé des témoins, enfants et adolescents à cette époque, qui vivaient à la cité du Nouvel Arénas. D’origine maghrébine, ils se souvenaient des discussions qu’ils entretenaient avec les transitaires de l’enclave juive au cours desquelles ils apprenaient à mieux connaître leur pays d’origine. Le témoignage de Saddok Bouchoucha, certes dominé et influencé par un élan nostalgique, exprime cette rencontre, ces retrouvailles involontaires mais qui font sens.

« Il y a eu cette non-volonté des responsables politiques de l’époque de rassembler des populations différentes, pas physiquement mais spirituellement et religieusement. Ils les ont mis devant le fait accompli : et c’était comme des atomes, obligé que ça fusionne, que ça donne une lumière. Qu’elle soit de longue ou de courte durée, elle a existé. Elle a existé et on ne pourra jamais l’enlever pour quelqu’un comme moi qui a vécu sur le site, pour n’importe quel individu qui a vécu sur le site […] J’ai compris qu’à ce moment-là, il y avait un mariage des trois écrits universels et que l’on n’a jamais rien compris. Et ça c’est merveilleux car on est tous en train de se poser la même question. Tous les gens qui ont vécu ici depuis que je suis là, qu’ils soient de n’importe quelle religion, de n’importe quelle couleur, on a vécu quelque chose d’identique et ça on ne pourra jamais le retrouver ailleurs. Car on n’aura jamais été dans une arène. On a poussé, acculé une population à l’extrême ; c’est-à-dire qu’après il y a la mer et ensuite il n’y a plus le choix. Les gens avaient envie de vivre le bonheur. Il y a eu l’Holocauste, il y a eu la guerre d’Indochine, il y a eu la guerre d’Algérie, il y a eu le Maroc, la Tunisie, il y a eu la misère en France, les gens ont souffert. On ne pouvait pas les mener plus loin. Et je crois que la dernière flamme, c’était ça, c’était de les rassembler. »

43Le transit des juifs maghrébins au Grand Arénas s’arrête à la fin de l’année 1965. Le transfert des émigrants se fait progressivement vers un ancien hôpital militaire acheté par l’Agence juive dans le quartier marseillais de Montolivet. Des juifs maghrébins s’y trouvent encore en 1966. Il y a même certaines familles qui s’installent dans la cité de relogement. Mais le camp du Grand Arénas qui ressemble de plus en plus à un bidonville semble promis à la démolition. Il sera définitivement démoli et entièrement résorbé le 8 juin 1966.

Quand je suis retournée sur les lieux, il ne restait rien du camp, si ce n’est un petit bout de mur avec écrit « hôpital à 250 m » qui fait référence à la propriété Colgate, témoignant ainsi de la présence des émigrants juifs maghrébins.

44Les archives et les témoignages ancrent le Grand Arénas dans la grande histoire politique mais également dans une histoire des mentalités, celle de milliers de personnes qui se sont retrouvées ensemble à attendre, à échanger et à espérer.

Bibliographie

ATOM, L’aide aux travailleurs migrants de la région marseillaise, Hommes et migrations, Paris, 1968.

Robert Attal, Les Juifs d’Afrique du Nord, Institut Benzvi, Université hébraïque, Jérusalem, 1993.

Agnès Bensimon, Hassan II et les Juifs, Histoire d’une émigration secrète, Éditions du Seuil, Paris, 1991.

Doris Bensimon-Donath, Immigrants d’Afrique du Nord en Israël : évolution et adaptation, Anthropos, Paris, 1970.

Bernard Blumenkranz, Joseph Klatzmann, Histoire de l’État d’Israël, Éditions Privat, Toulouse, 1982.

André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, Hachette, Paris, 1985.

Marius Ganay (Abbé), La poétique histoire de Mazargues, Société nationale des entreprises de presse, Marseille, 1947.

Michel Farhi, Histoire de l’alyah de Marseille (1946-1953), brochure éditée dans le cadre de l’exposition Histoire de l’alyah de Marseille (1946-1953), Marseille, 1984.

Charles Haddad de Paz, Juifs et Arabes au pays de Bourguiba, Imprimerie Paul Roubaud, Aix-en-Provence, 1977.

Mickaël Lanskier, L’intervention des juifs de France sous l’aliya d’Afrique du Nord 1948-1955, Colloque Langues orientales, Paris, 1987.

Edmond Nadjari, Contribution à l’histoire des juifs de Marseille de l’Antiquité à 1960, Comité du Vieux-Marseille n° 29, Marseille, 1986.

Fernand Pouillon, Mémoires d’un architecte, Éditions du Seuil, Paris, 1968.

Fernande Schulmann, Les enfants du juif errant, L’Harmattan, Paris,1990.

Émile Temime, Jean-Jacques Jordy, Abdelmalek Sayad, Histoire des migrations à Marseille, le choc de la décolonisation 1945-1990, Édisud, Aix-en-Provence, 1991.

Martine Yana, La Table juive, Édisud, Aix-en-Provence, 1992.

Notes

1 Le camp du Grand Arénas et l’émigration des juifs d’Afrique du Nord : 1946-1966, Université d’Aix-en-Provence, 1997, mémoire sous la direction de Robert Ilbert.

2 Le camp du Grand Arénas - Marseille, 1944-1966, Éd. Autrement, Paris, 2001.

3 Émile Temime est décédé en novembre 2008. Parler du Grand Arénas me donne la possibilité d’évoquer la mémoire de ce grand historien, spécialiste des migrations, devenu un ami très cher.

4 Communauté devenue française depuis le décret Crémieux, plus de 90 % des juifs d’origine algérienne ont quitté ce pays dans les années 1960 et ont choisi le France.

5 Doris Bensimon-Donath, Immigrants d’Afrique du Nord en Israël : évolution et adaptation, Anthropos, Paris, 1970, p. 115.

6 Archives diplomatiques, archives de la Haganah, Tel Aviv ; source citée par Mickaël Lanskier in L’intervention des juifs de France sous l’alyah d’Afrique du Nord 1948-1955, Colloque langues orientales, Paris, 1987, p. 104.

7 Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, Tunisie 1944-1945, dossier 457, lettre du 4/11/1951.

8 Agnès Bensimon, Hassan II et les juifs, Histoire d’une émigration secrète, Seuil, Paris, 1991, p. 178.

9 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 137 W 686.

10 Fernand Pouillon, Mémoires d’un architecte, Éd. du Seuil, 1968, p. 35.

11 Cette forme insolite a son importance car elle identifie véritablement le camp ; les autorités locales ainsi que les habitants du quartier du Grand Arénas et les transitaires du camp parleront couramment des « tonneaux » à l’évocation du camp de Grand Arénas.

12 Inventaire Fernand Pouillon, laboratoire INAMA (école d’architecture de Marseille-Luminy).

13 Ces derniers, revêtus du statut de chlikhim, ont souvent des postes d’encadrement ou d’animation.

14 Enquête orale : S. C.

15 Œuvre de secours aux enfants.

16 Extrait de L’Écho d’Israël du 27 mars 1952.

17 Enquête orale : Paul Paoli.

18 Lettre du ministère de l’Intérieur du 15 décembre 1953 adressée au préfet des Bouches-du-
Rhône, Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères.

19 Témoignage écrit : J. S.

20 Activité première du projectionniste du camp qui avait une entreprise cinématographique itinérante.

Auteur

Comité de coopération Marseille-Provence-Méditerranée, Marseille

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable