Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 2

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Troisième partie : Ruptures

Les « réfugiés » juifs européens au Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale

Jamaâ Baïda

Texte intégral

1C’est désormais chose connue que la Seconde Guerre mondiale a été un cauchemar pour les juifs d’Europe. Mais ce que l’on connaît moins, c’est que des centaines parmi eux ont été contraints de « chercher refuge » en Afrique du Nord, particulièrement au Maroc, dans l’espoir de transiter vers des pays d’accueil en Amérique du Nord ou au Canada. Le film américain Casablanca de Michael Curtiz, réalisé en 1942 avec comme têtes d’affiche Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, fait, avec un accent de fiction hollywoodienne, un clin d’œil à cette réalité. Mais le sort de ces « réfugiés » au Maroc demeure une page d’histoire encore mal élucidée puisqu’il a pris des formes diverses allant de l’installation dans des familles au passage par des camps de transit ou de vrais centres d’internement gardés par des militaires.

  • 1 Robert Satloff, Among the Righteous : Lost Stories From the Holocaust’s Long Reach Into Arab Lands, (...)
  • 2 Le livre en question s’intéresse à l’attitude du monde arabe face au sort des juifs persécutés ou m (...)
  • 3 Ainsi, le magazine Tel Quel de Casablanca consacre-t-il la couverture de son n° 274, du 19/25 mai 2 (...)

2Nous avons choisi de nous pencher sur cet épisode, non seulement parce qu’il a été mal exploré et qu’il vient de commencer à l’être à l’occasion de ce colloque dédié au thème de « Migrations, identité et modernité », mais encore parce que la publication aux États-Unis, en 2006, d’un livre de Robert Satloff 1, consacré bestseller par The Washington Post, a été accompagnée d’articles de presse, au Maroc et ailleurs, comportant bien des amalgames2. Pour des lecteurs non avertis, le pas est vite franchi de se représenter le Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale comme un espace parsemé de camps de concentration nazis quasiment similaires à ceux érigés par le IIIe Reich en Europe3.

3Des fonds d’archives, récemment ouverts au public, notamment en France et aux États-Unis, permettent heureusement de démêler l’écheveau de cette affaire, de voir de plus près la nature des camps au Maroc, nuancer le propos et éviter par conséquent des généralisations, innocentes ou malveillantes, qui constituent toujours une entorse à l’histoire.

4Des camps d’internement ont bel et bien existé sur le territoire marocain pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient sous l’autorité soit de la Direction des affaires politiques, soit de la Direction du département de l’industrie et de la production. En 1942, la Croix-Rouge internationale a envoyé en mission le Dr. Wyss-Denant, son délégué pour l’Afrique du Nord, pour visiter les camps des « réfugiés » européens. Nous avons pu lire ses rapports au sujet de Sidi El-Ayachi, de Bou-Arfa, de Berguent, d’Oued-Zem, de Moulay Bouazza et de bien d’autres. Ces rapports décrivent la situation générale dans ces camps : localisation, conditions climatiques, nombre de « résidents », habitation, hygiène, nourriture, culte, loisirs, etc. Ils étaient, selon la même source, au nombre de 14, regroupant quelque 4 000 personnes, dont 500 juifs de diverses nationalités. La majorité des internés étaient des Espagnols. Quant au genre, la plupart des camps avaient accueilli uniquement des hommes, sauf celui de Sidi Al-Ayachi qui comprenait hommes, femmes et enfants (quelque 60 enfants de moins de 16 ans).

  • 4 Pierre Jalée [pseudonyme de Maurice Rué], L’ancre dans l’avenir. Mémoires d’un militant heureux, Éd (...)

5Ces camps ont accueilli des populations hétérogènes, civiles et militaires : des républicains espagnols, des prisonniers de pays de l’Axe, des antifascistes pouvant être considérés comme des déserteurs par les pays de l’Axe, des anciens soldats de la Légion étrangère, des ex-volontaires dans la Légion étrangère… mais aussi des ressortissants étrangers qui vivaient paisiblement au Maroc avant le déclenchement de la guerre et qui étaient jugés « suspects » ou « dangereux » sous le régime de Vichy. C’est ainsi que furent licenciés, pour des raisons idéologiques ou raciales, des centaines de personnes que les autorités françaises ont internées dans des camps officiellement appelés Centres de séjour surveillé (CSS). Les internés des CSS étaient privés de liberté et assujettis à des corvées d’autosubsistance. Les CSS accueillaient indifféremment communistes, socialistes, gaullistes, francs-maçons, nationalistes, musulmans, juifs et chrétiens. Une victime de cette période, Maurice Rué, journaliste communiste, nous apprend que, dans le centre de Boudenib où il était interné, il y avait sur une quarantaine d’internés trois-quarts de communistes, des socialistes et deux gaullistes… avant l’arrivée d’une quarantaine de juifs pour quelques mois4.

6Mais les dénominations des camps varient. À côté des Centres de séjour surveillé, figuraient dans le lexique de la résidence générale des camps pour les réfugiés, des camps de transit, des centres, des camps d’internement pour travailleurs étrangers, des camps disciplinaires, etc. Bien entendu, il serait imprudent de mettre tous ces centres sous une même rubrique.

  • 5 Nous avons pu consulter ces archives au centre de documentation de The Holocaust Museum, Washington (...)

7Illustrons tout d’abord ce propos en donnant, brièvement, quelques exemples de camps, dans leur diversité, avant de nous attarder sur le sort réservé aux « réfugiés juifs », l’essentiel des renseignements étant puisé dans les rapports de la Croix-Rouge internationale (CRI)5.

Le camp Sidi El Ayachi

8Cet ancien camp militaire, situé près d’Azemmour, au sud de Casablanca, à l’embouchure de l’Oum Rabi‘, fut transformé en camp régulier pour les réfugiés en transit, c’est-à-dire qu’il n’est pas à confondre avec les camps de travail. Il a reçu, à plusieurs reprises, la visite du consul américain à Casablanca dans le but d’y améliorer les conditions de séjour. Un rapport de la Croix-Rouge internationale, daté de Genève le 17 août 1942, nous apprend qu’il héberge à cette date 288 personnes (dont 138 hommes, 99 femmes et 51 enfants). La plupart de ces réfugiés étaient espagnols (86 personnes), le reste composé de nationalités diverses. Ledit rapport constate que les conditions générales y étaient plutôt confortables ; mais il signale également que des marins belges et norvégiens qui y étaient internés en mai 1942 ont été transférés dans un camp à Oued-Zem après une tentative d’évasion.

  • 6 Le jeune Hans Stefan Moses, natif de Berlin mais devenu « apatride », fréquentera, de 1944 à 1949, (...)

9En l’absence d’un lieu de culte israélite sur place, les juifs de ce centre pouvaient se rendre à une synagogue à Azemmour. Parmi les « réfugiés » juifs qui ont séjourné à Sidi el Ayachi, mentionnons le cas du futur philosophe Stéphane Mosès, décédé à Paris en décembre 2007. C’est pendant l’été 1938, qu’il arriva en famille au Maroc venant de Hollande où ses parents s’étaient installés depuis qu’ils avaient quitté l’Allemagne en 1937. En 1939, la petite famille fut rejointe par les grands-parents en provenance de Berlin. Mais l’avènement de la guerre allait bientôt assombrir la joie des retrouvailles. Les uns furent internés comme « étrangers ennemis » (ex-Allemands) à la prison pour femmes de Casablanca, les autres incarcérés pour le même motif au pénitencier de Port-Lyautey (Kénitra). Plus tard, en avril 1942, les autorités vichyssoises de Rabat procédèrent à l’internement de la famille Mosès, parce que juive, à Sidi El Ayachi qu’elle ne quittera qu’au lendemain du débarquement américain6.

Le camp d’Oued-Zem

10Initialement, c’était un petit camp militaire prévu pour héberger quelque 40 personnes. Mais, à la suite du transfert des marins norvégiens et belges de Sidi El Ayachi, il fut transformé en camp civil pouvant recevoir jusqu’à 200 personnes dans des baraques de type militaire, chacune d’elles étant prévue pour 30 à 40 personnes.

11Lorsque le Dr. Wyss-Dunant, de la CRI, le visita le 14 août 1942, l’ensemble des internés se composait comme suit :

  • 110 marins norvégiens

  • 22 marins belges

  • 22 sujets britanniques

  • 51 personnes originaires de Tanger, Gibraltar et Malte.

  • 32 nationalités diverses.

12Selon Wyss-Dunant, les Norvégiens du camp se plaignaient de la chaleur qui régnait dans la région, mais lorsqu’on leur offrit de les libérer à condition qu’ils regagnent leur pays, ils refusèrent et préférèrent rester.

Le camp de Bou-Arfa

13Le camp est pris en charge par la compagnie de chemin de fer Méditerranée-
Niger, appelée communément Mer-Niger. En 1941, le gouvernement de Vichy avait voulu reprendre le vieux rêve de la construction d’un chemin de fer transsaharien qui partirait de Nemours en Oranie et aboutirait au Niger, passant par Oujda, Bou-Arfa et Colomb Béchar (charbon), mais le débarquement américain, en novembre 1942, a mis fin à la poursuite du projet.

14À la fin du mois de juillet 1942, le camp de Bou-Arfa abritait 818 personnes réparties comme suit :

– 694 Espagnols

– 2 Français

– 21 Allemands

– 2 Algériens

– 19 Autrichiens

– 2 apatrides

– 11 Italiens

– 1 Hongrois

– 5 Belges

– 1 Roumain

– 4 Yougoslaves

– 1 Grec

– 4 Russes

– 1 Brésilien

– 2 Hollandais

– 1 Cubain

– 2 Portugais

15Concernant les Allemands signalés dans la liste ci-dessus, le rapport en date du 30 juillet 1942 indique que deux d’entre eux ont déclaré avoir peur d’être réclamés par leur consulat et traités comme des « déserteurs ».

Le camp de Berguent

16Situé dans l’Oriental, au lieu-dit Aïn Beni Mathar, il était sous l’autorité du Département de la production industrielle. À la fin du mois de juillet 1942, il comprenait 155 personnes, toutes juives. Le chiffre atteindra 400 personnes, six mois après. C’est, à notre connaissance, l’unique camp exclusivement réservé aux juifs européens en territoire marocain. Un rapport de la CRI mentionne d’ailleurs qu’en ce qui concerne le culte les internés pouvaient bénéficier des services de trois rabbins affiliés respectivement à la communauté juive algérienne de la région, à la communauté de Figuig et à celle de Debdou. Mais ce réconfort spirituel ne réduisit en rien le fait que le camp de Berguent était entre tous les autres camps le plus ignoble. Les conditions y étaient très précaires. Un rapport de synthèse daté de Casablanca, le 7 novembre 1942, nous apprend que le délégué de la CRI a d’ailleurs demandé sa fermeture, mais sa doléance n’a pas été prise en considération par les autorités françaises de Rabat.

1790 % des internés de Berguent étaient alors des anciens volontaires de l’armée française ; des juifs d’origines diverses ayant, à un certain moment, élu domicile en France, considérée comme terre d’asile pour les opprimés. Lorsque la guerre a éclaté, ils se sont engagés, pour la durée de la guerre, dans les régiments de la Légion étrangère pour défendre leur patrie d’adoption. Certains de ces régiments se sont retrouvés en Afrique du Nord lorsque, après la débâcle de la France, en juin 1940, le gouvernement annonça la démobilisation des engagés volontaires. Ce fut le cas, à titre d’exemple, d’un certain Albert Saul, né à Smyrne, en Turquie, en 1910, de nationalité turque mais d’origine judéo-espagnole. Il s’était installé avec sa famille en France depuis 1922. Engagé volontaire en 1940, il se retrouva au Maroc au moment de la démobilisation. Les options idéologiques du gouvernement de Vichy l’ont alors destiné, avec d’autres compagnons d’infortune, au camp de Bou-Arfa, « par mesure administrative ». Il ne sera libéré qu’en mars 1943. Durant sa détention, il a tenu un journal7 entre janvier 1941 et février 1942. Nous pouvons y glaner notamment quelques bribes d’informations pouvant donner une idée approximative de la situation :

« 7 février 1941 : Arrivée à 10 km de Bou Arfa. Nous apprenons que les libérations commencent…

10 février : Cassé des cailloux toute la journée. 27 prisonniers sont partis d’ici ; Fin mars tout le monde devrait partir…

2 mars : Transféré au 5e groupe avec des juifs allemands. Je ne m’y plais pas du tout. Le travail n’est pas le même ; Il faut faire du ballast…

6 avril : On nous fait creuser des trous pour faire des habitations car on va nous prendre nos marabouts. Je n’en peux plus de cette vie, on travaille trop et on se fait engueuler. J’ai la fièvre, mal aux dents…

9 juin : Il est arrivé une note disant qu’on doit faire 1/2 m3 de pierre cassés par jour, pour ne pas aller en prison…

14 juillet : On ne devait pas travailler, mais on nous a obligés…

22 septembre : Rosch Hachana : personne n’a voulu travailler…

30 septembre : Yom Kippour 1er octobre : pas mangé…

5 octobre : Tous les juifs doivent travailler pour remplacer le mercredi…

23 novembre : Les catholiques vont partir pour Colomb-Béchard et nous, les juifs, pour Berguent…

25 novembre : Ils sont partis et nous on continue à casser des cailloux…

Janvier 1942 : Froid et neige qui tombe. Travaillé dans le froid toute la journée.
Toutes les pierres sont cassées…

4 janvier : Touché 1 kg de figues du Comité des engagés volontaires…

27 janvier : Camp de Berguent. Le travail est assez dur, on répare une route…

4 février : De bon échos sur notre libération, mais je ne me fais plus d’illusion. Une lettre écrite à Sarah [son épouse] m’est revenue… »

18Le débarquement américain en Afrique du Nord, en novembre 1942, suscita une vague d’espoir dans les camps. Cependant, les considérations stratégiques ayant priorité, il n’y eut pas d’empressement pour libérer les détenus des camps, surtout les plus éloignés de la capitale comme celui de Berguent. D’où le cri d’alarme lancé, le 28 décembre 1942, dans un rapport sous forme de pétition adressée aux « autorités intéressées ». On y relève une description sombre des conditions de vie dans les camps, surtout à Berguent :

19« Les malades, notamment à Berguent, se sont vu infliger des peines de prison par le chef de groupe Jansen avant d’être hospitalisés. Les punitions étaient fréquemment prononcées pour les moindres délits, délits qui souvent ont été imaginaires.

20Coupés de toute civilisation dans le bled ou dans le désert, les EV [engagés volontaires] trimaient comme des forçats dans des conditions de travail déplorables, tâches surhumaines à remplir sous la garde vigilante de surveillants malveillants qui – anciens sous-officiers de la Légion étrangère – déclarent en grande partie la nationalité allemande ou étant naturalisés français – auraient mieux figuré dans la fameuse SS nazie, tant leur attitude était hostile aux internés. »

21Nous ne savons pas jusqu’à quel point la commission d’armistice allemande au Maroc était au courant de l’état des camps d’internement, particulièrement celui de Berguent. En tout cas, il est évident que toute comparaison entre Berguent et le sort des victimes des camps d’extermination nazis en Europe est une témérité qu’un historien n’a pas, tant sur le plan éthique que sur le plan professionnel, le droit de se permettre.

22À Berguent, les détenus avaient cessé de travailler et avaient exprimé le désir de s’enrôler dans les forces américaines, mais ils furent forcés de reprendre le travail. Ailleurs, des détenus ont pu s’évader de leurs camps pour aller chercher refuge à Casablanca, avec l’espoir d’y trouver la protection de l’oncle Sam ; mais ce dernier avait une autre appréciation de la situation. Pour lui, tantôt l’affaire des camps était une affaire intérieure ne regardant que la France, tantôt il craignait que ces camps ne soient le repère d’une « cinquième colonne » ou de militants « rouges ».

23Il y avait bien sur place une unité de Corps francs, dépendant du général Giraud, qui enrôlait tous les volontaires désirant poursuivre la lutte contre l’Axe. Mais ceux qui avaient enduré l’expérience de la Légion étrangère hésitaient à tenter une nouvelle expérience sous la bannière française.

24Cependant, les internés juifs de Berguent se dispersèrent à la mi-janvier 1943 comme suit : certains ont rejoint la Légion étrangère, d’autres les Corps francs, d’autres encore (à l’exception des originaires des pays de l’Axe) ont embarqué pour l’Angleterre afin de combattre dans les rangs des forces alliées. Enfin, les derniers ont été évacués vers le camp voisin de Bou-Arfa… en attendant de leur trouver une destination appropriée.

Interventions humanitaires

25Plusieurs acteurs ont essayé d’améliorer les conditions dans les camps. Ainsi, le consulat américain prêtait une attention particulière au sort des internés britanniques. Il y avait aussi le comte Emeryk Hutten-Czapski, délégué du gouvernement de la République de Pologne pour l’Afrique du Nord, qui gérait une agence polonaise, avec quelques subsides consacrés aux internés polonais au Maroc. Mais Les Espagnols, largement majoritaires parmi les internés étrangers, étaient les plus démunis, car aucun organisme ne s’intéressait particulièrement à leur secours.

  • 8 Des dahirs, décrets et circulaires antijuifs ont été promulgués au Maroc à partir de 1940 sur insti (...)

26Quant à la défense des internés juifs, elle était assurée par Jacques Cottinger (du Comité d’aide aux engagés volontaires étrangers de l’armée française) et par Rachel Hélène Cazès Benatar. Un rapport de la CRI, daté de Casablanca, le 7 novembre 1942, soit à la veille même du débarquement américain, évoque ces deux personnes : « The Jewish Committees represented by Mr. Cottinger and Mme Benatar have done splendid work for all nationalities of Jewish Origin, particularly in immigration. » Hélène Benatar, juive tangéroise dont la famille s’était installée à Casablanca en 1917, a été une des premières bachelières du Maroc. Elle a poursuivi ses études à Bordeaux pour devenir par la suite la première femme avocate du Maroc. Engagée très tôt dans différentes œuvres caritatives, elle se mobilisa pendant la Seconde Guerre mondiale en faveur des victimes juives, notamment auprès de la Croix-Rouge de Casablanca. Après le débarquement, lorsque le consulat de Pologne manqua de moyens pour s’occuper des internés juifs polonais du camp de Sidi El-Ayachi, ce fut Hélène Benatar, en sa qualité de représentante du Jewish Joint Committee de New York qui se chargea d’eux. À travers l’action de cette femme, il est permis d’entrevoir la compassion des communautés juives marocaineq à l’égard de leurs coreligionnaires en détresse ; au moment même où les juifs marocains étaient sous la menace des lois raciales promulguées sur instructions de Vichy par la résidence générale, malgré l’opposition du sultan Sidi Mohammed Ben Youssef (futur Mohammed V) qui n’entendait faire aucune différence entre ses sujets musulmans et juifs8. Cette attitude, qualifiée de « dissidence » dans une dépêche du journaliste René Touraine en date du 24 mai 1941 à l’Agence française de l’information, a certainement épargné aux juifs marocains le sort des juifs étrangers de Berguent, voire pire. D’où l’image d’un sultan adulé par les juifs marocains parmi lesquels des voix se sont élevées, il y a quelques années, pour proposer son entrée dans le Panthéon des Justes.

27En conclusion, il faudrait souligner que la question des « camps » au Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale ne devrait pas être traitée sans nuance. Leur cas n’est pas à confondre avec les camps nazis en Europe et la diversité de leurs statuts doit être prise en considération, loin de toute généralisation abusive. Ainsi, il serait aberrant de mettre sur le même pied d’égalité les quatorze camps dont l’existence a été signalée à travers le pays et qui comptaient environ 4 000 internés ; le camp Sidi El Ayachi, camp régulier pour les réfugiés en transit, n’avait rien à voir, par exemple, avec le camp de Berguent où les internés, exclusivement juifs européens, souffraient le martyre. Enfin, il n’est pas dénué d’intérêt de rappeler que si les camps destinés aux étrangers se trouvaient bien en territoire marocain, leur gestion échappait complètement au Makhzen et était exclusivement du ressort de la résidence générale, qui recevait alors ses instructions de Vichy.

Notes

1 Robert Satloff, Among the Righteous : Lost Stories From the Holocaust’s Long Reach Into Arab Lands, Public Affairs, États-Unis, 2006.

2 Le livre en question s’intéresse à l’attitude du monde arabe face au sort des juifs persécutés ou menacés de persécution par le IIIe Reich ou par ses collaborateurs et sympathisants. La politique antijuive qui a vu le jour en Europe n’a pas manqué de trouver des échos, voire des disciples, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cependant, il y eut des cas, dans ces mêmes régions, de dissidences contre cette injustice. Robert Satloff essaie de réhabiliter ces épisodes oubliés, mais une lecture non avisée ou trop rapide de son récit pourrait laisser croire que certaines régions du monde arabe furent directement concernées par l’Holocauste ; d’où des amalgames qui s’écartent de la vérité historique.

3 Ainsi, le magazine Tel Quel de Casablanca consacre-t-il la couverture de son n° 274, du 19/25 mai 2007, à ce qu’il considère comme des « révélations » : « Des camps de concentration au Maroc : sous Mohammed V, entre 1940 et 1942, des centaines de juifs ont été internés dans des camps nazis entre Oujda et Errachidia. Tel Quel en dresse la carte et raconte leur histoire secrète. » Parler de camps nazis au Maroc me semble trop téméraire !

4 Pierre Jalée [pseudonyme de Maurice Rué], L’ancre dans l’avenir. Mémoires d’un militant heureux, Éd. Karthala, Paris, 1981, p. 60-61.

5 Nous avons pu consulter ces archives au centre de documentation de The Holocaust Museum, Washington DC, États-Unis.

6 Le jeune Hans Stefan Moses, natif de Berlin mais devenu « apatride », fréquentera, de 1944 à 1949, le lycée Lyautey de Casablanca où il décrochera son baccalauréat. En avril 1949, il obtint la nationalité française et put ainsi troquer son nom allemand contre celui de Jean Stéphane Mosès.

7 Communiqué par sa fille Angel Saul sur le site web www.combattantvolontairejuif.org/38.html (date de consultation : janvier 2010).

8 Des dahirs, décrets et circulaires antijuifs ont été promulgués au Maroc à partir de 1940 sur instigation du gouvernement de Vichy. Si ces textes ne visaient point l’internement généralisé des Marocains de confession juive, ils constituaient néanmoins une atteinte à leur statut de sujets marocains. Un numerus clausus leur a été imposé dans certaines professions, l’obligation leur a été faite de quitter les quartiers européens, ainsi que l’interdiction d’employer des femmes musulmanes dans des tâches ménagères…

Auteur

Université Mohammed V-Agdal, faculté des lettres & sciences humaines, Rabat

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable