Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 2

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Troisième partie : Ruptures

Un groupe de juifs libyens dans la Shoah 1942-1944

Liliana Picciotto

Texte intégral

  • 1 Site Internet www.cdec.it
  • 2 Voir Liliana Picciotto, Il libro della memoria. Gli Ebrei deportati dall’Italia (1943-1945), Milan, (...)

1Dans le cadre de mes fonctions au Centre de documentation juive contemporaine (CDEC)1, un institut de recherche à Milan spécialisé dans l’histoire contemporaine des communautés juives d’Italie, j’ai pu dresser une liste nominative de plus de 7 000 juifs arrêtés en Italie durant la période du nazisme et du fascisme, plus particulièrement au cours des années 1943 à 1945. Cette recherche a duré plus de quinze ans et a été publiée sous le titre de Le livre de la mémoire. Dans le cadre de cette recherche, j’ai consulté des milliers de documents émanant des archives de la police italienne et de la police allemande, visité de nombreuses prisons, consulté les registres d’immatriculation des lieux d’internement et des prisons, écouté des centaines de témoignages. Je suis allée à Auschwitz où j’ai travaillé pendant de nombreuses semaines dans les archives du camp. J’ai également collaboré avec le Service international des recherches de la Croix-Rouge, à Arolsen, en Allemagne2.

2Au cours de ces recherches, j’ai rencontré un groupe de juifs de Libye pris dans l’engrenage de la « solution finale » mise en œuvre en Europe par l’Allemagne nazie.

3En consultant une liste d’internés juifs assignés à résidence dans un tout petit village d’Italie, je me suis aperçue que les noms étaient étrangers par rapport à ceux des juifs italiens : Haddad, Labi, Nahum… et que des prénoms se répétaient continuellement avec des dizaines de Jussuf, de Hlafo, de Moshè, d’Ibrahim. Je me trouvais évidemment devant un groupe de juifs d’origine arabe. Mais comment expliquer l’assignation à résidence, en Italie au cours des années 1942-1943, d’un petit groupe de 400 personnes arrachés à leur terre première pour être soumis à la politique d’extermination ?

4Pour mieux comprendre l’histoire de ce petit groupe, il faut dire quelques mots sur le cadre historique et géographique de la Libye contemporaine.

Les juifs de Libye

5Le territoire de l’actuelle Libye – qui comprend les régions de Cyrénaïque, de Tripolitaine et du Fezzan – faisait partie, depuis le XVIe siècle, de l’Empire ottoman. De 1911 à 1942, il devient une colonie italienne et de 1943 à 1951, un mandat franco-britannique géré en partie par la Grande-Bretagne et en partie par la France (en ce qui concerne le Fezzan). La Libye est un État indépendant depuis 1951.

6Les populations juives de l’Empire ottoman étaient importantes du point de vue numérique. Certaines étaient aisées et travaillaient essentiellement dans le domaine de l’import-export ; d’autres avaient fait des études en Europe et exerçaient des professions libérales (médecins, avocats) ; une  autre partie d’entre elles vivaient presque en dessous du seuil de pauvreté et exerçaient alors des métiers d’artisanat ou gagnaient leur vie comme commerçants ambulants.

  • 3 Sur les coutumes des juifs de Libye, leurs cérémonies et leur alimentation, voir Mordechai Cohen, G (...)

7Les tensions entre juifs et Arabes, après des siècles de coexistence pacifique, commencèrent à s’exacerber à la fin du XIXe siècle. La majorité des juifs libyens étaient alors des artisans, vivant pauvrement et dans la promiscuité dans des habitations dégradées du cœur des villes de Tripoli et de Benghazi. Quelques groupes de juifs étaient implantés également au cœur de l’espace montagneux du pays dans un habitat troglodytique3. Seules quelques familles aisées vivaient à l’européenne ou envoyaient leurs enfants étudier dans des universités italiennes. Elles soutenaient, par ailleurs, la communauté, très pauvre et sans avenir économique et social, mais très attachée encore aux traditions juives. En Libye, dans les familles cultivées qui évoluaient dans un environnement social favorisé, juifs et musulmans étaient préparés à affronter la modernité. Au début du XXe siècle, quelques musulmans (de plus en plus nombreux par la suite) soutiennent l’idée que les juifs sont étrangers à la culture et à l'économie locale. Ils considèrent que les juifs libyens ne peuvent pas faire partie de la renaissance de l’identité arabo-islamique telle qu’elle était en train de s’exprimer dans le pays. Ce ressentiment populaire se transforme en dérives, révoltes, mouvements xénophobes contre les Européens et les juifs européanisés. On déplore, à cette période, des profanations de cimetières, des jets de pierres et de petites violences anti juives. Cet état de choses fait que beaucoup de juifs de Libye, au tournant du siècle, regardent au-delà du cadre de l’Empire ottoman et regardent avec intérêt la possibilité de passer sous la souveraineté d’un État européen moderne, à même de garantir leur sécurité. Leurs regards se tournent naturellement vers l’Italie, qui, de son côté, ne cachait pas ses ambitions coloniales envers la Libye.  

  • 4 Sur les juifs de Libye pendant la colonisation italienne, voir Renzo De Felice, Gli ebrei in un pae (...)

8En effet, à la fin de septembre 1911, l’Italie impose un ultimatum à la Turquie. C’est une déclaration de guerre saluée favorablement, dans l’esprit d’alors, par la communauté juive italienne, parce qu’elle représente, de son point de vue, et pour les juifs libyens, une occasion d’émancipation civile, sociale et culturelle. Du côté du gouvernement italien, on est conscient aussi qu’un soutien à l’occupation viendra sans doute de la part de la communauté juive locale4.

9Les années de 1915 à 1931 sont caractérisées par la révolte arabe contre la domination coloniale italienne et par la naissance d’un mouvement national libyen. La Première Guerre mondiale, de 1915 à 1918, voit les Arabes de Libye alliés des Turcs et des empires centraux (Allemagne et Autriche-Hongrie) par rejet de la colonisation italienne.

La Libye sous domination italienne

  • 5 Roberto Bachi, « Gli ebrei nelle Colonie italiane. Note statistiche sul censimento del 1931 », in L (...)

10Après la Grande Guerre, la Libye devient une colonie italienne gérée par un gouverneur civil. Le recensement général de la population italienne de 1931 permet d’avoir des données exactes sur le nombre de juifs en Libye. Ce nombre s’élevait à 25 103 et représentait 3,57 % de la population indigène5.Cinq ans plus tard, en 1939, les juifs de Libye se comptaient à plus de trente mille personnes.

11Au cours de l’année 1932, le gouvernement italien impose pour tout élève libyen la fréquentation obligatoire de l’école le samedi. L’occupation italienne avait introduit le repos hebdomadaire du dimanche, concurrençant ainsi le samedi juif et le vendredi musulman. Cette obligation nouvelle nourrit l’altération rapide des rapports entre juifs et autorités italiennes : c’est la première crise qui s’exprime.

  • 6 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 211-214.
  • 7 Felice Ravenna, Relazione sull’attività dell’Unione delle Comuniutà Israelitiche Italiane dal giugn (...)

12Au même moment, les incidents entre juifs et musulmans se multiplient et augmentent en intensité au cours du printemps 1933, en relation étroite avec les événements de Palestine. Les incidents provoquent des blessés des deux côtés. Le gouverneur Pietro Badoglio, sous couvert d’impartialité, impose, alors, une amende à la communauté juive et fait fouetter sur la place centrale de Tripoli les principaux protagonistes, juifs et arabes, responsables de ces incidents6. L’Union des communautés israélites italiennes à Rome est très préoccupée. Elle s’alarme et envoie à Tripoli son président Felice Ravenna et le rabbin Gustavo Castelbolognesi. La mission échoue car le gouverneur annonce son intention de réitérer l’année suivante l’obligation pour les élèves juifs de fréquenter l’école le samedi7.

13En janvier 1934 arrive à Tripoli un nouveau gouverneur italien, Italo Balbo. Cet homme, très haut placé dans le parti fasciste italien, avait été un des quatre leaders (avec Mussolini) à ouvrir la Marche sur Rome qui, le 22 octobre 1922, avait permis l’instauration du régime fasciste. La communauté juive de Libye se réjouit de cette nomination car on savait que, dans la ville de Ferrare, Balbo comptait, parmi ses meilleurs amis, des membres de familles juives. Balbo annonce son intention de faire de la Libye un pays moderne et développé du point de vue économique. Pour cela il cherche le soutien des familles les plus hauts placés, musulmanes et juives. Il compte également sur leurs sentiments italophiles pour favoriser l’italianisation du pays et aider à la promotion sociale des groupes les plus pauvres. Mais, lui non plus n’accepte pas l’idée de revenir sur l’obligation faite aux élèves juifs de fréquenter l’école le samedi. Par ailleurs, le 1er décembre 1936, une nouvelle obligation vient s’ajouter à la première : les magasins devront rester ouverts tous les jours de la semaine sauf le dimanche, sous peine de résiliation des licences commerciales. Dans L’Avvenire di Tripoli, journal officiel fasciste de Tripoli, la mention de cet ordre est  accompagnée du commentaire suivant : « Tripoli n’est pas Tel Aviv. »

  • 8 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 224-236.

14L’ordonnance contrarie les propriétaires juifs de magasins de Tripoli, au point que quelques-uns d’entre eux désobéissent et n’ouvrent pas le samedi. La réaction de Balbo, entêté et décidé à montrer aux juifs la voie de la modernisation, est radicale. À nouveau, l’autorité italienne inflige la peine de coups de fouet sur la place publique à deux juifs, considérés comme les chefs de ce mouvement de désobéissance8.

15Le régime fasciste, qui avait déjà manifesté en 1936 en Italie un penchant antijuif, impose, en septembre 1938 sur le territoire national italien, une législation discriminatoire qui limite les droits juridiques des juifs : droit à l’instruction, droit au travail et à la participation sociale et politique. Tout cela est intégré à une propagande antijuive diffusée par la presse et par les moyens de communication de masse de l’époque. Les juifs d’Italie sont privés de travail, de scolarité et de liberté d’expression. De nombreux militaires sont expulsés de l’armée et un certain nombre d’entre eux quittent le pays.

  • 9 Renzo De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, 1988 (éditions précédentes 1 (...)

16En 1940, l’Italie décide de rentrer en guerre aux côtés de l’Allemagne nazie. Tous les étrangers qui se trouvent sur le sol italien – des juifs réfugiés pour la plupart – sont enfermés dans des camps d’internement ou bien assignés à résidence au cours de l’hiver 1940-19419. La même disposition d’internement s’étend aux juifs des colonies. La Libye compte de nombreux ressortissants étrangers. Ils sont plus de 2 500, dont 1 600 titulaires d’un passeport français, tunisien ou marocain et 870 titulaires de passeport britannique, principalement originaires de Gibraltar. Mais tous ces étrangers ne sont pas juifs. Il y a également de nombreux Maltais catholiques qui détiennent, eux aussi, un passeport britannique. 

  • 10 Abramski-Bligh Irit, Pinkas Ha-keilloth : Luv. Tunisia, Jérusalem, 1997, p. 29-204 (Encyclopédie de (...)
  • 11 Archives centrales de l’État, Rome, ministère de l’Afrique italienne, Direction générale des affair (...)

17Trois camps d’internement pour les juifs sont créés en Libye par les autorités italiennes : à Tagiura (à 18 km de Tripoli), à Buerat el Hsun, et à Hun dans le désert méridional du pays10. Mais les autorités coloniales italiennes n’arrivent pas à subvenir à l’entretien de tous ces internés ; l’économie libyenne est en crise et il faut se débarrasser de ces prisonniers. Elles décident alors de refouler les juifs de nationalité française en Tunisie et de transférer les juifs britanniques dans des camps d’internement en Italie où les juifs de nationalité non italienne sont déjà enfermés. La même décision est prise pour les chrétiens anglo-maltais, sous prétexte qu’ils sont ressortissants d’une puissance européenne ennemie de l’Italie11.

  • 12 Valerio Di Porto, Le leggi della vergogna, Florence, 2000, p. 265-276.

18Le reste des juifs libyens demeure sur place et seront victimes des lois antijuives italiennes promulguées le 1er janvier 1942 et connues dans un premier temps sous le nom provisoire de « statut racial des juifs en Libye », puis à partir du 9 octobre 1942 (publiées le 17 décembre) sous le nom de « limitation de capacité des personnes de race juive en Libye ». Ces lois antijuives prévoient leur expulsion de l’armée, le travail obligatoire, l’interdiction d’avoir des domestiques chrétiens ou musulmans, l’obligation de donner des noms juifs aux nouveaux-nés, des limitations concernant la propriété d’entreprises et de biens immobiliers, la limitation dans l’exercice de professions libérales, l’interdiction de fréquenter les écoles musulmanes et les écoles italiennes12.

  • 13 Décret gouvernemental, 28 juin 1942, pour la soumission des juifs à la mobilisation civile par le t (...)
  • 14 Marcello Ortona, « Una persecuzione all’acqua di rose? Agosto 1938-gennaio 1943: da Balbo a Montgom (...)
  • 15 Ibid., p. 294 ; Abramski-Bligh, Pinkas, op. cit., p. 66.

19Le 30 mai 1942, en Italie, les juifs âgés de 18 à 45 ans sont soumis au travail obligatoire et le 28 juin de la même année la même obligation est appliquée aussi en Libye13. Ainsi, 4 à 5 000 personnes sont mobilisées pour travailler dans les grands chantiers italiens de construction de routes dans le désert entre la Libye et l’Égypte, ou pour creuser des lignes antichar. Le centre de rétention est situé à Porta Benito à Tripoli ; les hommes, après contrôle, sont amenés dans le camp de travail de Sidi Azaz à 150 km au sud de Tripoli, à Buerat El Hsun dans le golfe de Syrte, ou bien à Buq Buq. Mais les infrastructures sont dérisoires et les autorités italiennes ne sont pas préparées. Seulement un millier de jeunes seront soumis au travail obligatoire14. Des trois camps mentionnés, celui de Buq Buq (situé en Cyrénaïque vers la frontière égyptienne) connaissait les conditions de vie les plus dures. Au moment de la retraite des troupes italo-germaniques vers l’ouest (suite à la bataille d’El Alamein), les prisonniers seront abandonnés à eux-mêmes dans le désert, sans ravitaillement15.

  • 16 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 273-274.
  • 17 Salerno Eric, Uccideteli tutti. Libia 1943: gli ebrei nel campo di concentramento fascista di Giado(...)

20Mais il y a en Libye un autre groupe de juifs visé par les autorités italiennes, celui des juifs de Benghazi évacués de la ville au cours de l’été 1942. Deux raisons à cela : d’une part, il fallait écarter les civils du théâtre de la guerre entre Italiens, Allemands et armées alliées ; d’autre part, la population juive était suspecte de soutien aux Anglais et devait pour cela être sanctionnée16. Le transfert des juifs de Benghazi fut terrible : des centaines de familles furent déportées dans le camp de Yefren à côté de la petite ville de Garian, à 80 km au sud de Tripoli ou à Giado en plein désert, à 235 km de Tripoli. Les conditions de vie  à Giado étaient très difficiles : les conditions  sanitaires étaient défaillantes, l’eau, la nourriture et les médicaments manquaient, les soldats italiens étaient très nerveux et brutaux envers les prisonniers. En décembre 1942, une épidémie de typhus fit plus de 500 victimes17.

La déportation des juifs libyens en Italie

  • 18 Archives centrales de l’État, Rome, ministère de l’Afrique italienne, direction générale des Affair (...)
  • 19 Archives du CDEC, Milan, 5Hb, témoignage de Jacob Habib, juillet 1972 ; témoignage de Sion Burbea, (...)

21Revenons aux juifs libyens titulaires d’un passeport britannique. Ils sont déportés dans des camps d’internement sur le sol italien. Le 14 janvier 1942, les chefs de famille sont convoqués avec leur famille à l’école Roma de Tripoli pour être transférés en camion jusqu’au port. L’embarquement se déroule sans incident sur le navire Monginevro escorté par des carabiniers18. Mais le navire n’est pas adapté pour des passagers, tous les déportés sont enfermés dans la soute et installés tant bien que mal sur de la paille posée sur le sol. La direction prise est le port de Naples19. En janvier, un autre navire arrive à Brindisi et un autre à Tarente. D’autres suivront encore. Au total, le nombre des juifs transférés s’élève à près de 400 personnes. C’est une foule de personnes qui arrive en Italie avec des habits colorés, des livres de prières, des objets religieux, une façon de vivre et une cuisine tout à fait étrangères à celles des Italiens, et même aux traditions des juifs italiens.

  • 20 Carlo Spartaco Capogreco, L’internamento civile nell’Italia fascista (1940-1943), Turin, 2004.

22Ces juifs libyens, de nationalité britannique, sont en nombre restreint, en famille, et sont assignés à résidence dans de petits villages d’Italie20. Ils commencent, en exil, une vie tourmentée, marquée par le cauchemar du lendemain, peu sécurisant et dangereux. Les internés s’organisent comme ils peuvent par eux-mêmes afin de se procurer du bois pour se chauffer en hiver (le froid de l’Italie centrale est inhabituel pour eux) et de la nourriture autorisée par leur religion. Les aînés enseignent aux petits à lire et à écrire, la vie est monotone, sans aucune certitude du lendemain. Les prisonniers ne sont pas conscients de la situation générale, ne savent rien de la « solution finale », ne comprennent même pas pourquoi ils ne sont pas chez eux, ni pourquoi ils se trouvent loin de leur maison, au cœur de l’Italie, surveillés par la police italienne.

  • 21 Site Internet du CDEC www.cdec.it/ebrei_stramieri où sont publiés les noms de tous les internés jui (...)
  • 22 Interview de Sion Burbea par Liliana Picciotto, Rome, 13 octobre 2004.
  • 23 Valeria Galimi, L’internamento in Toscana, in Enzo Collotti (dir.), « La persecuzione contro gli eb (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Archives de l’État, Bologne, fonds Juifs-Préfecture, b. 1, carton 1, fasc. 9 : d’un fonctionnaire d (...)

23Ils vivront plus de 20 mois dans les lieux d’internement suivants21 : Civitella del Tronto dans la province de Teramo (Abruzzes)22, Civitella della Chiana et Badia al Pino dans la province d’Arezzo (Toscane)23, Bagno a Ripoli dans la province de Florence (Toscane)24, Pollenza dans la province de Macerata (Marches), Camugnano et Bazzano dans la province de Bologne (Émilie-Romagne)25.

  • 26 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya.Coexistance, persecution, resettlement, Brighton, 2008.

24Entre-temps en Libye, la loi antijuive italienne est promulguée par les autorités dans son intégralité le 17 décembre 1942, mais heureusement pas pour très longtemps puisque les Anglais libèrent le territoire libyen quelques semaines plus tard.  Le cauchemar des juifs de Libye touche alors à sa fin26.

25Le sort des juifs libyens qui se trouvent en Italie est bien plus dangereux puisqu’ils sont installés dans un pays où la « solution finale » est appliquée par les nazis. Pour eux, le pire est à venir. Les 14 et 15 décembre 1942, ils reçoivent la visite de la délégation suisse en Italie qui représente les intérêts du Royaume-Uni. Après cette inspection, une note de protestation sur les conditions épouvantables d’emprisonnement est présentée aux autorités italiennes qui ne prennent même pas la peine de répondre. L’Italie fasciste est alors l’alliée de l’Allemagne nazie. Elle est engagée avec elle contre l’Union soviétique et tous les États qui font partie de l’alliance anti-allemande : la Grande-Bretagne, les États-Unis d’Amérique, les pays de l’Amérique latine et les dominions britanniques.

26Les événements politiques qui se déroulent durant l’été 1943 vont changer la perspective politique et militaire de l’Italie dans le cadre de la guerre : le 25 juillet 1943 a lieu un putsch contre la dictature de Benito Mussolini, organisé par ses lieutenants, en accord avec le roi Victor-Emmanuel II. Le putsch est suivi par l’emprisonnement de Mussolini, la nomination d’un nouveau Premier ministre et le retrait de l’Italie de l’alliance avec l’Allemagne. Mais rapidement, Mussolini est libéré grâce aux Allemands et replacé à la tête d’un nouveau gouvernement néofasciste dans le nord et le centre de l’Italie sur un territoire appelé la République sociale italienne. Le déploiement de l’armée allemande tel qu’il s’effectue alors est celui d’une armée non plus alliée, mais celui d’une armée d’occupation. La nouvelle configuration se résume ainsi : en septembre 1943, la partie méridionale de l’Italie est progressivement libérée par les Alliés qui ont débarqué en Sicile et qui remontent très lentement la Péninsule ; l’autre partie, septentrionale, est en même temps alliée et otage de l’Allemagne nazie.

  • 27 Picciotto, Il libro, op. cit.

27La politique d’extermination des juifs, déjà appliquée dans tous les pays occupés par l’Allemagne nazie, est aussi étendue à la partie italienne sous l’administration de la République sociale italienne. Les juifs italiens, depuis septembre 1943, commencent à souffrir de la persécution déjà pratiquée dans les autres pays de l’Europe occidentale par les nazis. Les arrestations, les concentrations et les déportations vers les camps de la mort se multiplient...27 Les juifs libyens sont internés dans les provinces d’Arezzo, de Florence, de Macerata, de Bologne. Ce sont de petits villages où ils n’ont aucun moyen de se sauver et nulle part où se cacher : ils ne connaissent pas le contexte géographique de leur lieu d’internement, ils n’ont pas d’argent et ils ont la responsabilité de familles nombreuses avec des dizaines d’enfants et des vieillards. Ils seront donc très facilement arrêtés de nouveau, cette fois-ci, par les Allemands.

La déportation des juifs libyens par l’Allemagne nazie

  • 28 Interview d’Abraham Reginiano par Liliana Picciotto, Bat Yam, 10 septembre 2004 et Bazzano, 12 mai (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.

28Les premiers à être visés par la politique de persécution nazie sont les 59 juifs internés à Bazzano dans la province de Bologne. Le matin du 1er novembre 1943, des militaires allemands se présentent et ordonnent à tout le monde de préparer ses affaires personnelles et de monter dans les camions. Il y a avec eux des vieillards, de nombreux enfants, dont deux nourrissons. À la gare de Bologne, un train les attend qui partira vers le camp de concentration de Reichenau près d’Innsbruck en Autriche. Nous avons un témoignage sur ce premier groupe de victimes, celui d’Abraham Reginiano, qui nous a raconté qu’à l’arrivée les femmes étaient immédiatement séparées des hommes et que le camp avait un régime de travail très dur28. Son jeune frère Shalom, âgé de 27 ans, qui n’avait pas compris un ordre allemand a été torturé avec des jets d’eau glacé et tué. Dans le camp est également mort Mevorach Labi, âgé de 73 ans, vieux savant de la petite communauté29. Le groupe déporté d’Italie reste au camp de Reichenau jusqu’au 18 avril 1944, puis sera transféré au camp de Vittel dans le département français des Vosges, gardé non pas par des SS, mais par des militaires. Les conditions de vie étaient bien meilleures : pas de violence, les détenus recevaient des paquets de la Croix-Rouge, les enfants prenaient des leçons d’anglais auprès de sœurs anglaises. En juin 1944, le camp est libéré par les troupes américaines30.

  • 31 Liliana Picciotto, L’alba ci colse come un tradimento. Gli ebrei nel campo di Fossoli 1943-1944,
    Mi (...)

29Les autres juifs libyens restés en camps d’internement sont transférés vers le grand camp de concentration de Fossoli près de Carpi dans la province de Modène. C’est le camp choisi par les autorités italiennes de la République sociale italienne  pour tout juif arrêté en Italie selon la loi du 30 novembre 1943. Les juifs y restaient enfermés le temps que les Allemands organisent leur déportation vers les camps de Pologne ou d’Allemagne. Fossoli a la même fonction que Drancy pour la France, ou Westerbork pour la Hollande. Le deuxième convoi de juifs libyens quitte Fossoli le 26 janvier 1944 pour le camp de concentration de Bergen Belsen en Allemagne. Un autre convoi suivra le 19 février 1944  et un autre le 16 mai 194431.

30Les déportés à Bergen Belsen sont épouvantés : leur transport dans des convois fermés est inhumain, le froid des mois d’hiver, l’entassement les uns sur les autres, l’ignorance de leur destination, l’angoisse de voir des enfants souffrir, la faim et la soif. Ces déportés, comme ceux qui sont déjà partis vers Reichenau, ont tout de même une chance : celle d’être titulaires de passeports britanniques. Cela ne les préserve pas de la déportation mais les préserve de la mort presque certaine. Car les nazis avaient décidé de protéger certaines catégories de juifs en les utilisant comme monnaie d’échange contre des citoyens allemands prisonniers dans les pays alliés.

  • 32 Eberhard Kolb, Bergen-Belsen. Du camp d’hébergement au camp de concentration. 1943-1945,
    Goettingen (...)

31Pour cela, le gouvernement nazi avait décidé de créer un camp de détention ou camp de résidence (Aufenthaltslager) afin d’y enfermer momentanément des juifs dispensés de déportation vers les camps de la mort. Malgré sa singulière fonction, Bergen Belsen entra dans le système des camps de concentration nazi administrés par le bureau central économique des SS (Wirtschaftsverwaaltungshauptamt, WVHA). L’échange entre juifs qui se trouvaient entre les mains de l’Allemagne nazie et Allemands internés à l’étranger avait déjà été recommandé par Himmler lui-même et le ministère des Affaires étrangères allemand dès la fin de 1939, lorsqu’ils avaient essayé de rapatrier en Allemagne un certain nombre d’Allemands de Palestine. Ces derniers étaient les descendants d’émigrés du Wurtemberg, membres de la communauté des templaires, un groupe de chrétiens évangéliques qui s’était fixé en Palestine au XIXe siècle32.

32La destination des juifs anglo-libyens, contrairement aux juifs italiens, fut donc, fort heureusement, non pas le camp d’extermination d’Auschwitz mais les camps qui recevaient des prisonniers destinés à être échangés contre des sujets allemands entre les mains des Alliés. Les catégories concernées par cette politique allemande furent les suivantes : les juifs sujets espagnols, portugais, turcs, britanniques, américains et même les Hongrois jusqu’en mai 1944 (c’est seulement à cette date que le pays tombera aux mains des nazis).

33C’est ainsi que le groupe de juifs libyens de nationalité britannique déporté en Italie a souffert des tourments du camp de concentration (faim, froid, violences), mais a échappé à la mort. La majorité d’entre eux furent en effet échangés contre des internés civils allemands qui se trouvaient dans les pays des Alliés. Passant par des camps de la Croix-Rouge, ils furent libérés, avant la fin des hostilités.

La libération

  • 33 Archives CDEC, fonds CRDE, fasc. « Lettere liberati », dossier 5 : lettre de Musci Labi à un parent (...)

34Quelques mots enfin sur le retour en Libye. Le premier groupe des Anglo-Libyens quitta le camp d’internement de Vittel le 20 juillet 1944. Il traversa, en train, la France, l’Espagne et le Portugal. Le 14 août, il embarqua pour Casablanca. Le groupe des rescapés y fut hébergé sous des tentes durant deux mois. Le 13 octobre, il rejoignit Alger en train ; de là, ils embarquèrent le 5 novembre en direction de Tripoli. Ils arrivèrent finalement à la maison le 10 novembre 1944, soit deux ans et neuf mois après leur arrestation33.

  • 34 Témoignage de Sion Burbea, 27 mai 1973, op. cit.

35Un autre groupe partit du camp d’internement de Biberach en juillet 1945 et fut transféré à Jordanbad près d’Ulm. En août, le rapatriement s’effectua en train à travers l’Europe et l’Italie. À Naples, ils embarquèrent en direction de Tripoli, où ils arrivèrent le 12 septembre 1945. Trois ans et huit mois étaient passés depuis leur arrestation34.

Notes

1 Site Internet www.cdec.it

2 Voir Liliana Picciotto, Il libro della memoria. Gli Ebrei deportati dall’Italia (1943-1945), Milan, 1991, 1992 et 2002, liste des sources p. 66-80.

3 Sur les coutumes des juifs de Libye, leurs cérémonies et leur alimentation, voir Mordechai Cohen, Gli ebrei in Libia. Usi e costumi, Florence 1994 (édition en anglais The Book of Mordechai, Philadelphie 1980) ; Harvey E. Goldberg, Jewish Life in Muslim Libya, Chicago, 1990.

4 Sur les juifs de Libye pendant la colonisation italienne, voir Renzo De Felice, Gli ebrei in un paese arabo. Gli ebrei nella Libia contemporanea tra colonialismo, nazionalismo arabo e sionismo (1835-1970), Bologne, 1978 (édition en anglais Jews in an Arab Land 1835-1970, Texas 1985) ; Salem Al Ahwal Khalifa Mohamed, Yahud Madinat Tarabouls, Les Juifs de la ville de Tripoli sous l’occupation italienne 1911-1943 (en arabe), Tripoli, 2005.

5 Roberto Bachi, « Gli ebrei nelle Colonie italiane. Note statistiche sul censimento del 1931 », in La Rassegna Mensile di Israel, janvier-février 1936, p. 386.

6 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 211-214.

7 Felice Ravenna, Relazione sull’attività dell’Unione delle Comuniutà Israelitiche Italiane dal giugno 1933 al settembre 1934, Tipografia La Professionale, Rome, 1934, p. 7.

8 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 224-236.

9 Renzo De Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Turin, 1988 (éditions précédentes 1962, 1972 ; édition en anglais The Jews in Fascist Italy. An History, New York, 2001) ; Michele Sarfatti, Gli ebrei nell’Italia fascista, Turin, 2007 (première édition 2000 ; édition en anglais The Jews in Mussolini’s Italy, Wisconsin, 2007).

10 Abramski-Bligh Irit, Pinkas Ha-keilloth : Luv. Tunisia, Jérusalem, 1997, p. 29-204 (Encyclopédie des communautés : Libye, Tunisie, en hébreu).

11 Archives centrales de l’État, Rome, ministère de l’Afrique italienne, Direction générale des affaires politiques, archives secrètes (1906-1944), b. 18, fasc. 9 « Rientro sudditi stranieri dalla Libia », correspondance de septembre 1941 entre le gouverneur et le ministère.

12 Valerio Di Porto, Le leggi della vergogna, Florence, 2000, p. 265-276.

13 Décret gouvernemental, 28 juin 1942, pour la soumission des juifs à la mobilisation civile par le travail, cité par De Felice, Gli Ebrei, op. cit., p. 275-276.

14 Marcello Ortona, « Una persecuzione all’acqua di rose? Agosto 1938-gennaio 1943: da Balbo a Montgomery, la legge razziale a Tripoli nel ricordo dell’ultimo testimone », in Agorà, Annuario V, Varese, 2001, p. 252-299.

15 Ibid., p. 294 ; Abramski-Bligh, Pinkas, op. cit., p. 66.

16 De Felice, Gli ebrei, op. cit., p. 273-274.

17 Salerno Eric, Uccideteli tutti. Libia 1943: gli ebrei nel campo di concentramento fascista di Giado, Milan, 2008.

18 Archives centrales de l’État, Rome, ministère de l’Afrique italienne, direction générale des Affaires politiques, archives secrètes (1906-1944), b. 18, fasc. 9, du gouverneur de la Libye au ministre de l’Afrique italienne, 13 janvier 1942, communication de l’embarquement sur le Monginevro de 406 sujets étrangers et de leur liste.

19 Archives du CDEC, Milan, 5Hb, témoignage de Jacob Habib, juillet 1972 ; témoignage de Sion Burbea, 27 mai 1973 ; témoignage de Joseph Burbea, 14 avril 1972.

20 Carlo Spartaco Capogreco, L’internamento civile nell’Italia fascista (1940-1943), Turin, 2004.

21 Site Internet du CDEC www.cdec.it/ebrei_stramieri où sont publiés les noms de tous les internés juifs étrangers en Italie de 1940 à 1945 d’après les recherches d’Anna Pizzuti et de Francesca Cappella. Le site s’appelle Indice generale degli ebrei stranieri internati in Italia 1940-1943 (Foreign Jews Interned in Italy 1940-1943).

22 Interview de Sion Burbea par Liliana Picciotto, Rome, 13 octobre 2004.

23 Valeria Galimi, L’internamento in Toscana, in Enzo Collotti (dir.), « La persecuzione contro gli ebrei in Toscana (1938-1943) », Florence, 1999, p. 528.

24 Ibid.

25 Archives de l’État, Bologne, fonds Juifs-Préfecture, b. 1, carton 1, fasc. 9 : d’un fonctionnaire de police de Camugnano au préfet de Bologne, 22 juillet 1942 ; Archives historiques de la ville de
Bazzano, liste des juifs anglo-libyens internés.

26 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya.Coexistance, persecution, resettlement, Brighton, 2008.

27 Picciotto, Il libro, op. cit.

28 Interview d’Abraham Reginiano par Liliana Picciotto, Bat Yam, 10 septembre 2004 et Bazzano, 12 mai 2011.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Liliana Picciotto, L’alba ci colse come un tradimento. Gli ebrei nel campo di Fossoli 1943-1944,
Milan, 2010.

32 Eberhard Kolb, Bergen-Belsen. Du camp d’hébergement au camp de concentration. 1943-1945,
Goettingen, 1985 ; Schulze Rainer, « Keeping very clear of any ìKuh-Handelî: The British Foreign Office and the Rescue of Jews from Bergen Belsen », in Holocaust and Genocide Studies, vol. 19, n° 2, automne 2005, p. 226-251.

33 Archives CDEC, fonds CRDE, fasc. « Lettere liberati », dossier 5 : lettre de Musci Labi à un parent de Rome, Tripoli ,12 décembre 1944 ; déposition de Béatrice Goldstein Labi, Rome, 29 mai 1973.

34 Témoignage de Sion Burbea, 27 mai 1973, op. cit.

Auteur

Centro di documentzione ebraica contemporanea CDEC, Milan

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable