Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 2

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

Troisième partie : Ruptures

Immigrations des juifs de Tripolitaine vers la Tunisie (1936-1948)

Habib Kazdaghli

Texte intégral

  • 1 C’est un fonds d’archives qui a été remis aux archives diplomatiques de Nantes (CADN), à la fin de (...)
  • 2 À titre d’exemple on peut citer le film : The Forgotten refugees, A film about the mass exodus of j (...)

1Trabelsi, Ghériani, Soufir, Mazouz, Sroussi, Branes, pour ne citer que les plus répandus, sont tous des noms de famille fréquents chez les Tunisiens juifs. Une simple recherche fait découvrir qu’il s’agit pour la plupart d’entre eux de patronymes toponymiques issus de régions situées en Lybie. C’est dire qu’à sa composante autochtone, installée ou convertie de longue date au judaïsme, la communauté juive de Tunisie a vu s’ajouter un peuplement venu d’Espagne, d’Italie, mais aussi des autres pays du Maghreb. Des investigations menées aussi bien dans les mémoires des familles juives que dans les sources d’archives de Tunis et de Nantes nous ont conduit à constater que pendant les périodes de crises économiques ou de difficultés politiques, la Tunisie devenait une destination de choix pour les populations aussi bien juives que musulmanes de Tripolitaine. Au cours de la première moitié du XXe siècle, la Libye, avec ses deux régions la Cyrénaïque et la Tripolitaine, qui était passée en 1911, de la sphère d’influence ottomane à celle de la domination italienne, allait se séparer à trois reprises d’une partie de sa communauté juive, qui prit la route de l’exil, temporaire ou définitif, pour la Tunisie. Même si elle a bénéficié de l’apport des « archives de Moscou »1, récemment remises au centre des archives diplomatiques de Nantes, la documentation sur ces mouvements migratoires intermaghrébins reste lacunaire et la reconstitution des traces de ces mobilités, surtout celles qui s’étaient faites dans le sillage de la création de l’État d’Israël, ne sont pas encore à l’abri des aléas des passions et des débordements de la mémoire2. Les différentes sources auxquelles nous avons pu accéder pour la préparation de cette recherche confirment que, pendant longtemps, à chaque fois que surgissaient des difficultés pour une communauté juive dans l’un des pays du Maghreb, la solution était toujours recherchée à travers le déplacement vers un pays géographiquement limitrophe. Le regard vers la Palestine, même s’il était bien présent dans les esprits, n’aboutissait que rarement à la réalisation du voyage. Ce désir ne pouvait se concrétiser que pour certains individus très religieux bénéficiant de moyens matériels ou bien il fut le projet de fin de vie pour certaines personnes qui avaient décidé de faire l’alyah et « aller mourir en Terre sainte ». Quant au choix du départ en Europe comme projet alternatif, il n’a été envisagé par les communautés juives locales qu’à la suite des indépendances successives des trois pays du Maghreb. L’Europe a été, certes, depuis longtemps intégrée à l’horizon migratoire des communautés juives du Maghreb, ne serait-ce que par l’ampleur des relations commerciales, dans lesquelles les juifs ont souvent un rôle important. Cependant, ces mobilités ne touchaient que les couches aisées de ces communautés et le départ pour l’Europe représentait encore une aventure individuelle. Ainsi, il apparaît clairement que les migrations des juifs de Tripolitaine, objet de cette étude, se situent encore dans le contexte du Maghreb colonial.

  • 3 Khélifa Mohamed Salem Lahouel, Les juifs de la ville de Tripoli de l’Occident sous la domination it (...)

2La population juive est présente en Tripolitaine depuis les temps les plus anciens. Pour la période précédant l’occupation italienne en 1911, les rapports de l’Alliance israélite universelle à Paris signalent qu’en 1904 la communauté israélite était estimée à 18 000 membres. Elle était répartie entre deux groupes : la communauté de Tripoli qui comptait 12 000 juifs et celle de la ville de Benghazi qui était constituée de 2 000 individus. D’après les statistiques ottomanes en 1911, au moment du début de l’occupation italienne, la Tripolitaine comptait 523 000 habitants ; une population essentiellement semi-nomade, vivant dans les zones intérieures du pays. Tripoli, la principale ville, comptait 30 000 habitants. La même source3 indique que ce chiffre global incluait une communauté juive de 8 500 individus. Comme à Tunis, Fès ou Alger, les populations non musulmanes étaient toujours attirées par les lieux où siégeait le pouvoir central musulman, car c’est là que leur sécurité pouvait être mieux garantie.

  • 4 Ibid., p. 304.
  • 5 Ibid., p. 304.

3La population juive de Tripolitaine vivait surtout dans les villes. Son élite commerçante et lettrée, attirée tôt par les vents de la modernité en provenance de l’Europe, avait entrepris dès le milieu du XIXe siècle, une ouverture sur les marchés et les ports méditerranéens en jouant le rôle de médiateur entre le monde extérieur et la population autochtone. Elle avait pensé pouvoir tirer profit de la présence italienne dans le pays4 et espéré que les Italiens, venus d’Europe, pourraient lui apporter plus de sécurité et améliorer ses conditions de vie. Selon la même analyse, le nouveau contexte fut considéré plus favorable à l’émancipation de ce qu’elle considérait comme une situation humiliante découlant du statut de dhimmi, qui leur était imposée dans ce pays géré par le droit musulman. Des rumeurs avaient même évoqué la complicité de certains juifs avec les troupes italiennes précisant qu’ils leur avaient servi de guide ou avaient mis à leur disposition des bateaux pour le transport des troupes5.

  • 6 Renzo De Felice, Jews in Arab Land. Libya (1835-1970), trad. Judith Roumani, University Texas Press (...)
  • 7 Lahouel, Les juifs de la ville… , op. cit., p. 304. La prolongation des hostilités entre, d’une par (...)
  • 8 Ibid., p. 304.
  • 9 Ibid., p. 305.
  • 10 L’assassinat de l’officier Cafia avait eu lieu en 1924, c’est Khélifa Lahouel qui évoque cette affa (...)
  • 11 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya. Coexistence, Persécution, Resettlement, Sussex Academic Pres (...)

4Conscients des dangers pouvant découler de la prolongation du climat d’insécurité, des notables juifs auraient même servi d’intermédiaires entre les chefs italiens de la campagne militaire et les chefs de tribus insurgées, afin de convaincre ces derniers de cesser la résistance à l’occupant. Une telle attitude de médiation, voire de « complicité », avait permis à des membres de l’élite juive, surtout les éléments lettrés, d’être recrutés à des postes de fonctionnaires dans la nouvelle administration mise en place par les Italiens ainsi que de travailler dans les institutions bancaires et commerciales6. Ces élites qui avaient tout intérêt à voir s’arrêter les hostilités avaient joué un rôle important dans le rapprochement entre les deux parties italienne et tripolitaine pour aboutir à l’armistice de 1918 et, par la suite, à la proclamation du statut de 19197. Mais l’arrivée des fascistes au pouvoir à Rome à partir de 1922 avait changé la donne. Les relations entre les représentants du régime fasciste à Tripoli et les élites juives étaient rentrées dans une phase de tensions, voire de suspicions, provoquant des inquiétudes et des mouvements migratoires parmi la population juive. Les nouvelles autorités italiennes de Tripoli voulaient considérer les juifs comme des Arabes, faisant partie, selon eux, des populations indigènes8. Un chef juif, Eugénio Nahum, fut même accusé de complicité avec les résistants libyens à l’occupation italienne9. Excédés par l’attitude hostile des fascistes, des éléments juifs de Tripoli allèrent même jusqu’à commettre l’assassinat d’un officier italien du nom de Cafia10 se trouvant dans la Hara, ce qui ne manqua pas d’accentuer le contrôle sur les juifs et de leur imposer une surveillance accrue. Un autre moment de tension est fourni par ce qu’il était convenu d’appeler « la crise du shabbat ». En effet, les autorités italiennes ont voulu imposer aux juifs l’ouverture de leur commerce durant la journée du samedi et obliger les écoles à ouvrir leurs portes11. Ces mesures prises au nom de la modernisation du pays ont contribué à perpétuer un climat de tension et de peur parmi les juifs de Tripoli et à contraindre ceux qui se considéraient moins intégrés que les autres à quitter Tripoli. C’est ce qui va favoriser une première vague de départ des juifs de Libye au milieu des années 1930.

Première vague de réfugiés juifs en Tunisie, une occasion pour faire endosser la responsabilité de la crise aux autorités italiennes 

  • 12 Archives nationales de Tunisie (ANT), série D, carton 220, D.19, lettre datée du 24 septembre, adre (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid. Le président de la communauté israélite de Tunis écrit à propos de ces émigrés originaires de (...)
  • 15 Pour confirmer ses propos, le président Nataf informe son interlocuteur qu’il a reçu « une lettre d (...)
  • 16 Ibid.

5Au mois de septembre 1936, une lettre adressée par Élie Nataf, président du conseil de la communauté israélite de Tunis, au secrétaire général du gouvernement tunisien nous apprend la présence à Tunis de « 209 familles juives tripolitaines, composées de 791 personnes au total [qui] sont secourues par la communauté juive de Tunis »12. La lettre nous décrit ces « très nombreuses familles juives, originaires de Tripolitaine, pour la plupart indigentes, démunies de ressources et qui s’adressent d’une façon constante à la communauté pour l’obtention de secours de toutes natures, en espèces, de chômage, de maladies, etc.… »13. Le président Nataf apparaît un peu excédé de voir son institution dans l’obligation de s’acquitter de cette lourde charge « alors qu’il s’agit de Tripolitains qui sont de nationalité italienne et régulièrement inscrits comme tels »14. La deuxième raison qui semble avoir exaspéré le président Nataf tient au profil désolant de ces juifs originaires de Tripolitaine dont le nombre le plus important est constitué « d’hommes qui abandonnent leurs épouses et leurs enfants en Tripolitaine, qui s’installent à Tunis, se remarient au bout de quelques mois, sans se préoccuper de la première famille démunie de toutes ressources »15. La lettre du président de la communauté israélite de Tunis semble indiquer que la présence de ces juifs à Tunis n’a aucune justification, causant un double préjudice au conseil de la communauté qui a eu la lourde tâche de les encadrer et de subvenir à leurs besoins et à leurs familles restées en Tripolitaine. Il conclut sa lettre en demandant aux autorités d’imposer « une réglementation concernant le séjour des ces Tripolitains à Tunis » et dans un tel cas « leur assistance devait incomber au consulat d’Italie dont ils sont ressortissants »16.

  • 17 ANT, Série D, C. 220, D.19, lettre datée du 15 octobre 1936, adressée par le secrétaire général du (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 ANT, Série D, C. 220, D.19, lettre datée du 15 octobre 1936, adressée par le résident général de Fr (...)

6Les autorités du protectorat semblent avoir épousé les arguments et solutions avancés par le président Nataf. Elles s’étaient montrées compréhensives face au préjudice causé à l’institution de bienfaisance israélite de Tunis qui ne pouvait continuer à supporter seule « cette lourde charge » d’autant plus que « ses ressources sont restreintes et dont l’action charitable ne saurait s’étendre aux collectivités d’origine non tunisienne sans risquer de lui causer de graves embarras financiers »17. De même, le secrétaire général du gouvernement tunisien fit siennes les accusations portées par le président Nataf à l’encontre des institutions italiennes de Tunis. Aussi informa-t-il le résident général (la plus haute autorité du protectorat français en Tunisie) que « les intéressés s’adressent, en général, à cette institution (conseil de la communauté israélite de Tunis) après rejet de leurs demandes de secours par le consulat général d’Italie ou par la Société de bienfaisance italienne de Tunis »18. À l’instar du président Nataf, le secrétaire général pense, à son tour, que c’est aux autorités italiennes qu’incombe la mission de trouver une solution à ces réfugiés. C’est ainsi qu’il demanda, lui aussi, au résident général « d’intervenir auprès du consul général d’Italie à Tunis, en vue de lui exposer la situation et lui suggérer d’aviser aux mesures qu’il jugerait les plus opportunes pour concourir à l’assistance de ces groupements en question, tout en déchargeant de ce soin la communauté israélite de Tunis »19. Dans sa lettre au consul d’Italie, le résident général de France en Tunisie signale la situation exposée par la communauté juive et lui demande « d’aviser aux mesures les plus opportunes pour concourir à l’assistance des groupements tripolitains en question »20.

7Il découle de ces différentes correspondances administratives et diplomatiques échangées à Tunis entre le conseil de la communauté israélite et les autorités du protectorat, d’une part, et les autorités du protectorat et la représentation diplomatique italienne à Tunis, d’autre part, un désir d’instrumentalisation de la misère des réfugiés en provenance de Tripolitaine pour faire endosser aux autorités italiennes la responsabilité de la situation dans laquelle se trouvait ce millier d’immigrants. D’ailleurs, la proposition qu’il avait faite au résident général d’intervenir auprès du consul d’Italie à Tunis ne visait-elle pas à mettre en difficulté le gouvernement italien en insinuant que le drame vécu par les réfugiés tripolitains dans la régence n’était, en définitive, qu’une conséquence de la politique suivie par l’Italie dans les territoires qui étaient sous son influence tels que la Libye ou l’Abyssinie dont les échos de leur conquête, une année auparavant, étaient encore présents dans les esprits.

  • 21 Lettre datée du 20 janvier 1935 adressée par le consul de France à Tripoli au gouverneur général de (...)
  • 22 (ANT), Série D, carton 220, D.19, lettre datée du 24 septembre, adressée par le président Élie Nata (...)
  • 23 Khélifa Lahouel, Juifs de Tripoli…, op. cit. L’auteur cite p. 305 plusieurs exemples de ces tension (...)
  • 24 Italo Balbo naît à Ferrare le 6 juin 1896. Après avoir été acquis, au cours de sa jeunesse, aux idé (...)
  • 25 Lahouel, Les juifs de la ville…, op. cit., p. 307.
  • 26 Maurice M. Roumani, op. cit., p. 30. L’auteur évoque plusieurs exemples de solidarité des juifs de (...)
  • 27 Lahouel, Les juifs de la ville…, op. cit., p. 307, il s’agit de Abramo Bedusa et les deux frères Au (...)
  • 28 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya…, op. cit., p. 33.
  • 29 Ibid. Quelque 870 juifs parmi les 2 000 juifs de nationalité britannique résidant en Libye ont été (...)
  • 30 CADN (RG), carton 142, note de police du 1er octobre 1942 indiquant que « les réfugiés juifs tripol (...)

8Les sources disponibles fournissent peu d’informations sur les conditions précises dans lesquelles ces populations ont dû quitter leur pays de résidence, même si les autorités du protectorat font état de plaintes adressées par des juifs résidant à Tripoli au consulat de France de cette ville depuis l’année 193521. Comme on l’a précisé plus haut, la première fois que leur présence est signalée à Tunis date du mois de septembre 1936. Cependant, la même source indique que l’arrivée de ces populations remontait déjà à quelques mois auparavant. Les correspondances adressées aux autorités du protectorat par le conseil de la communauté israélite de Tunis attestent de la présence « d’hommes qui abandonnent leurs épouses et leurs enfants en Tripolitaine »22. En effet, les sources relatives aux juifs de Tripolitaine nous confirment l’existence d’une tension permanente ayant marqué les relations entre les autorités italiennes de Tripoli et la communauté juive locale depuis la prise du pouvoir par les fascistes23. Certes, ces relations semblent avoir connu un certain apaisement à partir de 1934, lorsqu’Italo Balbo24 prend la direction des affaires italiennes en Libye. Ce dernier est connu pour ses sentiments anti-allemands et « l’amitié » qu’on lui prête envers les juifs25. Ainsi, malgré la promulgation des lois raciales à Rome en 1938, leur application en Libye resta limitée et superficielle jusqu’à la mort de Balbo dans un « accident d’avion » le 28 juin 1940. C’est à cette date que l’Italie décide d’entrer dans la guerre aux côtés de l’Allemagne et une telle décision ne va pas manquer d’avoir des conséquences fâcheuses sur la situation des juifs résidant en Libye. La première occupation anglaise de la Cyrénaïque au cours des mois de février-avril 1941 allait, elle, encore aggraver davantage la situation. Les juifs ont été accusés de complicité avec les ennemis de l’Italie en leur fournissant, munitions et renseignements26. Lorsque les forces italo-allemandes arrivent, en mai 1941, à reprendre cette vaste région de Libye, des actes de vengeance sont engagés contre les populations juives, plusieurs centaines d’hommes furent traduits devant les tribunaux militaires. Les exactions contre les juifs vont reprendre de plus belle lorsque les forces anglaises réussirent de reprendre à nouveau la région de la Cyrénaïque, à partir de janvier 1942. Dans les zones restées sous influence italienne, les tribunaux prononcèrent des peines capitales contre trois juifs accusés de collaboration avec les forces britanniques27. Plusieurs milliers de juifs furent envoyés dans des camps du travail obligatoire en Libye même à Sidi Azzaz et Giado28. Les juifs se trouvant sur le territoire libyen avec la nationalité anglaise furent expulsés vers le nord de l’Italie29. Un autre groupe de juifs originaires de Tunisie, de l’Algérie et du Maroc avait été contraint au départ vers la Tunisie, à la suite d’une convention30 entre les autorités italiennes et le consulat de France à Tripoli.

La seconde vague migratoire vers la Tunisie (1942-1943)

  • 31 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya…, op. cit., p. 31.

9La nouvelle vague de départ de juifs résidant en Tripolitaine vers la Tunisie qui eut lieu au cours de l’été 1942 est directement liée à la tournure prise par la guerre en Cyrénaïque entre les forces italo-allemandes et les forces anglaises. Les frictions qui opposaient les juifs et les autorités italiennes avaient pour cause la promulgation des lois raciales, l’attitude anti-allemande des premiers et leur soutien aux réfugiés juifs allemands lors de leur passage par Benghazi sur la route pour Alexandrie et la Palestine ; ces tensions ne pouvaient échapper aux services des renseignements italiens. La participation d’un bataillon juif au sein des forces britanniques qui étaient intervenues en Cyrénaïque avait eu pour effet d’attiser les haines à l’encontre des juifs de Libye et d’accélérer la mise en place de mesures répressives à leur encontre. Ainsi, faisant suite aux déboires des forces de l’Axe en Cyrénaïque au début de l’été 1942, un plan d’expulsion des juifs de Tripolitaine, selon leur nationalité d’origine, fut mis en place. Ceux qui détenaient la nationalité anglaise, considérés comme faisant partie des armées ennemies, furent déportés dans le nord de l’Italie31.

  • 32 Nous pensons que la précision a été faite pour les distinguer des Marocains protégés espagnols.

10Les juifs se réclamant de la nationalité française ou sujets du bey de Tunis, se trouvant au moment des faits en Tripolitaine bénéficièrent de l’intervention des autorités consulaires françaises de Tripoli et furent acheminés vers la Tunisie. Même si, dans leur grande majorité, les personnes concernées par ces mesures étaient de confession juive, les musulmans originaires des trois pays nord-africains qui étaient présents en Tripolitaine ne furent pas à leur tour épargnés. En effet, 1 838 juifs, auxquels il faut ajouter 464 musulmans et seulement 3 Français, prirent le chemin de l’exil et furent dirigés vers la frontière tuniso-libyenne. Ce mouvement migratoire s’est accompli à partir du milieu du mois de juillet et ce jusqu’au début du mois de septembre 1942. Ces réfugiés furent répartis sur les trois pays du Maghreb. La Tunisie avait reçu le groupe le plus important aussi bien pour les juifs (1 292 personnes) que pour les musulmans (335 personnes), quant à l’Algérie, elle était la deuxième destination des expulsés avec 514 (juifs) et 55 (musulmans) et enfin le Maroc, vers lequel ont été envoyés les protégés français32 au nombre de 31 juifs et 75 musulmans. Il découle de ces chiffres que 73 % des expulsés furent évacués vers la Tunisie, ce qui obligea les autorités du protectorat français à mettre en place un dispositif pour accueillir cette nouvelle vague d’expulsion de juifs en provenance de Libye.

Mise en place des structures d’accueil des réfugiés

  • 33 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 24 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire (...)
  • 34 Ibid., lettre datée du 24 juillet 1942.

11Informées par le consulat de France à Tripoli, les autorités du protectorat dépêchèrent un renfort policier au poste frontalier de Ben Gardane (sud-est de la Tunisie). Cette structure fut opérationnelle à partir du milieu du mois de juillet 1942. Grâce à ce dispositif, l’administration centrale a pu suivre et contrôler l’afflux du mouvement migratoire. C’est ainsi que l’un des premiers rapports envoyés à Tunis constate que « l’arrivée des rapatriés continue normalement à un rythme de 130 par jour. Ce chiffre pourrait être largement dépassé, si l’on trouvait une solution au problème des transports »33. Les rapports qui vont se succéder renseignent également sur la situation pécuniaire et matérielle des inspecteurs qui furent envoyés à Ben Gardane pour veiller à l’accueil des réfugiés en provenance de Tripolitaine34. Les agents affectés au bureau d’accueil de Ben Gardane se devaient d’accueillir ces nouveaux arrivants mais aussi de collecter toute information utile sur l’état du déroulement de la guerre en Libye entre forces alliées et forces de l’Axe.

Déroulement de la guerre en Cyrénaïque

  • 35 Ibid., lettre datée du 17 juillet 1942.
  • 36 Ibid., lettre datée du 17 juillet 1942.
  • 37 CADN, fonds RG, carton 142, lettre daté du 19 juillet 1942.
  • 38 CADN, fonds RG, carton 142, note datée du 20 juillet 1942.
  • 39 CADN, fonds RG, carton142, lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942 par les inspecteurs Rom (...)
  • 40 Ibid., lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942.
  • 41 CADN, RG, carton 142, lettre datée du 4 août 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire spécial à (...)

12Même si les informations fournies par les arrivants au poste frontalier étaient à prendre avec toutes les précautions d’usage, il n’en demeure pas moins qu’elles renseignaient, même partiellement, sur les souffrances vécues par ces réfugiés qui « se plaignaient du pillage de la ville (Benghazi) par les Siciliens contre lesquels des Italiens de la métropole auraient été obligés d’intervenir »35. Ces rapports évoquaient également l’état d’esprit des réfugiés israélites qui « étaient évidemment gaullistes et persuadés de la victoire anglaise »36. Étant convaincus qu’ils étaient sur un terrain qui leur est favorable, les réfugiés ne se privaient pas de critiquer le comportement des autorités italiennes de Libye dans la gestion des produits alimentaires. Aussi fut-il noté que « tout est sévèrement rationné, il est octroyé à chaque personne : 180 grammes de pain par jour, tous les 8 jours 62 grammes d’huile, 800 grammes de pâtes, 62 grammes de sucre et 200 grammes de savon par mois. À part le pain, la population italienne (de Tripolitaine) a droit aux doubles rations en ce qui concerne tous les produits alimentaires »37. Les rapports fournissent également une idée sur l’état mental des réfugiés et à leur imaginaire laissant libre cours à leurs fantasmes. C’est ainsi qu’ils faisaient circuler les rumeurs les plus fantaisistes sur l’arrivée d’Hitler ou de Mussolini en Tripolitaine38. En effet, ces populations civiles arrachées à leurs demeures habituelles fuyant les atrocités de la guerre ne pouvaient fournir qu’un état d’âme et non une vision rationnelle sur le sort final des combats. D’après les renseignements recueillis par les agents de renseignement, deux attitudes se dégageaient chez les réfugiés. La première prévalait parmi les « milieux intellectuels, notamment dans la haute société, où l’on constate un scepticisme non dissimulé qui se fait de plus en plus évident. L’on ne cache pas que la victoire de l’Axe est encore lointaine »39. La seconde attitude se manifestait chez « les gens les plus modestes, les Siciliens notamment, qui sont persuadés du succès final [des pays de l’Axe] et se livrent chaque jour dans les rues à des manifestations enthousiastes »40. Mais d’une façon générale, les inspecteurs dépêchés au poste frontière de Ben Gardane avouaient leurs handicaps et leurs limites dans la collecte de renseignements précis sur le déroulement de la guerre en Tripolitaine. Cette incapacité est due au fait qu’ils ne parlaient ni l’arabe ni l’italien et qu’« il est rare qu’un refoulé parle quelques mots de français. Ces derniers sont généralement réticents craignant sans doute d’être signalés pars nous [les agents] aux autorités italiennes »41. En effet, les réfugiés restaient peu bavards sur les souffrances passées et voyaient avec scepticisme leur avenir en Tunisie.

Souffrances des réfugiés en Tripolitaine et avenir incertain en Tunisie

  • 42 CADN, fonds RG, carton 142, lettre envoyée de Ben Gardane le 19 juillet 1942 par les inspecteurs Ro (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 17 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire (...)
  • 45 CADN, fonds RG, carton 142, note datée du 20 juillet 1942 de Jean Brinkman, commissaire spécial à B (...)
  • 46 CADN, fonds RG, note datée du 20 juillet 1942.

13Les inspecteurs en poste à Ben Gardane rapportent que « les réfugiés (de nationalité française ou protégés français) qui ont fait le service militaire dans l’armée française en Tunisie, après leur retour dans leur foyer en Tripolitaine, ont été envoyés dans des camps de concentration où ils sont restés plus d’un an et demi »42. Cependant, lorsque les réfugiés se montraient résignés et « ne se plaignaient que très peu de la façon dont ils ont été traités », les agents des renseignements chargés de les accueillir à la frontière tuniso-libyenne ne voulaient plus trop les croire, ils finissaient par mettre en doute de telles déclarations et attribuaient de tels comportements à la peur des réfugiés43. Bien entendu, il s’agit encore une fois du regard porté par les agents sur des populations en état de détresse qui se présentaient à eux quotidiennement. Aussi les voient-ils comme « des Israélites de très humble condition, ils disent avoir beaucoup souffert des bombardements de Benghazi »44. Les mêmes agents semblent mettre en doute les critères qui ont déterminé leur choix de départ. Ils avancent que les autorités italiennes de Tripoli avaient eu tendance à épargner les juifs riches et à encourager seulement les pauvres au départ. Ainsi notent-ils que « les réfugiés qui ont [sic] passé jusqu’à présent sont recrutés aux échelons inférieurs de la race juive. C’est une vraie cour des miracles. Infirmes, aveugles, paralytiques, vieillards au dernier degré de décrépitude, enfants aux paupières rongées, il y a très peu d’hommes valides »45. Sur les centaines de cas qu’ils avaient vu passer, ils n’avaient noté que deux cas de familles dérogeant à la norme : les familles Journo et Cohen46.

  • 47 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 24 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire (...)
  • 48 CADN, fonds RG, carton 142, lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942 par les inspecteurs Ro (...)
  • 49 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, datée du 28 juillet 1942.
  • 50 CADN, fonds RG, carton 142, note de police en provenance de Ben Gardane, datée du 8 août 1942.
  • 51 Ibid., note de police en provenance de Ben Gardane, datée du 8 août 1942.

14Les agents du service de renseignements se montraient très sceptiques sur l’apport que pouvaient constituer ces réfugiés pour la Tunisie. Ils les décrivaient comme « toujours et en grande majorité de très humble condition, ils n’ont qu’un espoir, celui de retourner en Tripolitaine, et ceux qui sont valides n’ont qu’une crainte, celle d’être astreints au service militaire (une fois en Tunisie) »47. Pour ce qui est de la disponibilité des réfugiés au travail, un rapport du 26 juillet 1942 mentionne que « le pourcentage des hommes valides est des plus restreints, on estime que 5 à 7 % seulement sont susceptibles de travailler, les autres sont des femmes, des vieillards et enfants incapables du moindre labeur »48. Concernant la situation financière des réfugiés, « le gouvernement italien a laissé aux réfugiés leurs bijoux et ils ont reçu avant de passer la frontière 1 000 frs et 450 lires par personnes »49. Outre les juifs, on compte également des populations musulmanes concernées par le refoulement vers la Tunisie. Leur arrivée est signalée à partir du début du mois d’août. La plupart d’entre elles étaient installées dans la région de Cyrénaïque et dans leur majorité « ne semblent pas disposer de ressources importantes »50. Ces populations étaient conscientes que leur origine tunisienne ne pouvait, à elle seule, constituer la garantie d’un avenir meilleur dans ce pays, « ils se demandent même s’ils pourront trouver un emploi quelconque leur permettant de subvenir à leurs moyens d’existence »51. Ils ne pouvaient avoir de garanties préalables sur l’accueil que pourraient leur faire les populations vivant en Tunisie.

L’accueil « réservé » des populations musulmanes et des autorités françaises de Tunisie

  • 52 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 23 juillet 1942.
  • 53 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.
  • 54 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.
  • 55 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.

15Il est évident que l’arrivée, en si peu de temps, de ces deux milles réfugiés, dans un contexte tunisien déjà difficile, incertain et marqué par la pénurie, allait devenir une source d’inquiétude auprès des populations de ce pays. Les rapports notent que « l’exode des juifs tripolitains en Tunisie n’a pas manqué de créer au sein de la population musulmane une atmosphère hostile à l’attitude des hautes autorités locales et même de Son Altesse le bey qu’on accuse de n’être pas intervenu opportunément pour arrêter cette immigration »52. De leur côté, les autorités du protectorat ont songé à utiliser cette présence et l’état des réfugiés pour inviter les populations autochtones à comparer leur situation en Tunisie (sous la protection de la France) et celle des populations de Libye sous domination italienne. Un rapport de police note que « l’aspect pitoyable des émigrés dont la majorité se trouvant dans un dénuement complet a provoqué d’autre part un étonnement général. Les Tunisiens n’ont pu s’empêcher en effet de juger objectivement la politique de ruine de l’Italie dans ses colonies, politique dont le résultat se révèle aujourd’hui d’une façon concrète »53. Les correspondances administratives échangées se montrent compréhensives à l’égard d’une éventuelle attitude d’exaspération de la population musulmane de Tunisie face à cette arrivée soudaine de « toute une peuplade qualifiée par eux de “vermine”, qui ait pu ainsi trouver refuge et abri dans un pays qui la veille était considéré comme un ennemi »54. Outre les besoins en nourriture et en vêtements qu’il fallait offrir à cette population de réfugiés, les autorités du protectorat craignaient la concurrence qu’ils ne manqueraient pas de provoquer aussi bien sur le marché du travail qu’au niveau économique. Elles ne se faisaient pas d’illusions sur le fait que « certains d’entre eux ne tarderont pas à s’immiscer dans les affaires économiques de la régence et à s’approprier ainsi une part de l’activité commerciale du pays »55.

  • 56 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 23 juillet 1942.
  • 57 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 4 août 1942.
  • 58 Ibid., note de police, Tunis le 4 août 1942.
  • 59 Ibid., note de police, Tunis le 4 août 1942.

16Aussi les rapports de renseignements se faisaient-ils l’écho de sentiments d’exaspération « de nombreux musulmans [qui] déclarent que le gouvernement du protectorat aurait dû, avant d’accepter les juifs tripolitains, exiger qu’un nombre égal d’Italiens résidant en Tunisie soit envoyé en Tripolitaine afin de créer un équilibre et soulager la population autochtone des privations nouvelles qui pourront être causées par la transplantation de ces éléments jugés indésirables par les Tunisiens »56. La même attitude est partagée par « la population française de plusieurs centres [qui] s’inquiète de l’arrivée en Tunisie de réfugiés tripolitains »57. Ces inquiétudes étaient le résultat de rumeurs savamment propagées parmi la population faisant monter d’une manière exagérée le chiffre de ces réfugiés. Les rapports de police ne manquaient pas de prévenir les autorités officielles que le meilleur moyen pour couper court à de telles rumeurs consisterait à publier un communiqué de presse donnant le chiffre exact des réfugiés58. Tout en se montrant compréhensifs par rapport aux sentiments exprimés à l’égard des réfugiés juifs, les rapports de police ne cessaient d’alerter les autorités sur l’ampleur de la diffusion de « toutes ces nouvelles [qui] provoquent de l’étonnement parmi nos compatriotes qui s’inquiètent de voir la population de la régence s’augmenter de ces éléments jugés indésirables et trop nombreux »59. Malgré la conjoncture difficile, l’attitude de la composante israélite des populations de Tunisie va se traduire par des actes de solidarité.

La communauté israélite de Tunis prend en charge l’accueil des juifs de Tripolitaine

  • 60 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, datée du 28 juillet 1942.
  • 61 Ibid., note de police, datée du 28 juillet 1942.
  • 62 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya, op. cit., p. 31.
  • 63 CADN, fonds RG, carton 142, Note de police du 1er octobre 1942. Le rapport notait qu’en contreparti (...)
  • 64 CADN, fonds RG, carton 142, note de police du 1er octobre 1942, op. cit.… La même note signale que (...)

17La population israélite de Tunisie ne resta pas indifférente à l’égard de ces réfugiés arrivant à Tunis et dans plusieurs autres villes. Les rapports notent qu’ils sont l’objet d’une curiosité « de la part de leurs coreligionnaires tunisiens. Ces derniers leur rendent de fréquentes visites au cours desquelles ils posent de nombreuses questions au sujet des événements de Libye »60. Mais les mêmes rapports reconnaissent que « les réfugiés sont peu bavards et font preuve d’une grande passivité » avouant que « leur plus grand souci est de se restaurer. Ils sont satisfaits du bon ravitaillement de la Tunisie et constatent avec étonnement que le pain blanc est à discrétion »61. Dans une telle conjoncture, il n’était pas aisé de leur trouver un logement décent. Le conseil de la communauté israélite de Tunis fit de son mieux pour les aider. Une partie fut logée sur les terrasses des immeubles de recasement récemment construits dans la Hara, une autre partie fut entassée dans une vieille grande demeure (Oukala) à la Marsa, située dans la banlieue de Tunis62. C’est aussi le conseil de la communauté qui assura la défense des réfugiés qui s’étaient vu réquisitionner les sommes excédentaires passées en fraude, au moment de leur passage à la frontière, par les agents de la douane française ; agents qui ne les laissèrent apporter avec eux que les sommes autorisées et les bijoux63. Moise Borgel, président du conseil de la communauté, adressa, au nom des réfugiés, une réclamation à ce sujet au résident général pour que les intéressés puissent récupérer les sommes retenues, d’autant « que certains d’entre eux se trouvaient sans ressources »64.

  • 65 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 22 juillet 1942, du commissaire en chef de Sfax au pr (...)
  • 66 Carton 142, lettre en date du 22 juillet 1942, du commissaire en chef de Sfax au préfet délégué à l (...)

18Même si le groupe le plus important parmi les réfugiés fut dirigé vers Tunis qui accueillit respectivement 656 juifs et 173 116 musulmans, la ville de Sfax fut également la seconde ville d’accueil des réfugiés de Tripolitaine. Le premier groupe dirigé vers cette ville était composé de 131 israélites tunisiens. Le 22 juillet 1942, il fut reçu à la gare de la ville par les autorités administratives et par le président de la communauté israélite locale65. Par la suite, le groupe fut dirigé vers un camp situé à 5 km de la ville sur la route d’Agareb66.

  • 67 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 12 août 1942 de l’amiral Esteva à M. le Préfet délégu (...)
  • 68 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 12 août 1942 de l’amiral Esteva à M. le Préfet délégu (...)

19Un mois après le début de l’opération de rapatriement des ressortissants et protégés français vivant en Tripolitaine, l’amiral Esteva, résident général, représentant le gouvernement de Vichy, évaluait le nombre total des juifs et musulmans ayant traversé le poste de Ben Gardane à 2 000 personnes67. Il pensait qu’il appartenait aux services concernés « de prendre toutes les dispositions pour éviter que les autorités italiennes ne cherchent à débarrasser leur territoire, à la faveur de l’exode des ressortissants français, de bon nombre de gens improductifs et bouches inutiles »68.

  • 69 Tableau réalisé à partir des informations contenues dans la lettre datée du 29 août 1942, adressée (...)

Tableau récapitulatif 69 des réfugiés de la deuxième vague (répartition par nationalité, confession et par pays d’origine) – Les réfugiés expulsés de Libye au cours de l’été 1942

Citoyens français

Tunisiens

Algériens sujets français

Marocains protégés français

J

M

J

M

J

M

Total

Total des arrivées à Ben Gardane du 16 juillet au 24 août 1942

3

1 293

335

514

55

31

75

2 305

F : 3

J : 1 838

M : 464

Refugiés dirigés vers l’Algérie

Convoi du 29/07/1942

398

15

413

27 %

Convoi du 25/08/1942

71

55

13

71

211

Total des réfugiés vers l’Algérie

1 293

336

45

3

Refugiés dirigés vers la Tunisie

1 681

Sfax

573

116

10

699

Soit 73 %

Tunis

2

656

173

32

3

Sousse

35

1

36

Jemmel

6

6

Monastir

9

14

Le Kef

3

2

Maharès

15

Hammam-Lif

10

10

Kerkennah

5

5

Gabès

29

1

30

F : Français. M : musulmans. J : juifs

  • 70 CADN, fonds RG, carton 142, note en date 25 août 1942, de l’inspecteur Soudani au chef de la sûreté (...)
  • 71 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya, op. cit., p. 31. Ces réfugiés avaient assisté malgré eux, le (...)

20Comme le montre le tableau ci-dessus, c’est vers la régence de Tunis que le nombre le plus important des réfugiés de Tripolitaine a été dirigé (73 % du total), quant à l’Algérie, elle vient en second lieu. Vu l’importance du nombre, les autorités du protectorat ont essayé de répartir les réfugiés sur plusieurs villes côtières. Toujours, d’après les données de ce tableau daté du 29 août 1942, il apparaît clairement que d’autres juifs avaient rejoint le premier groupe déjà installé depuis le 22 juillet dans la ville de Sfax. Au total, la part de cette ville est de 576 personnes. Les villes de Sousse, Gabès et Mahrès ont accueilli respectivement 35, 29 et 15 personnes70. Après leur installation dans ces divers centres, les informations les concernant deviennent rares. La dernière note concernant les réfugiés de Tunis est datée du mois d’octobre, elle fait état des réclamations faites auprès du résident général par le conseil de la communauté israélite de Tunis. Un mois plus tard, le contexte général de la Tunisie et du reste de l’Afrique du Nord va basculer totalement avec, d’une part, l’opération Torch qui a permis aux forces anglo-américaines de débarquer au Maroc et en Algérie, suivie, deux jours après, par l’occupation allemande de la Tunisie. Ces réfugiés sont abandonnés à leur sort au cours de cette période. Une partie d’entre eux ont même péri à la suite des combats aériens qui s’étaient déroulés au cours de la journée du 10 mars 1943 dans la localité de La Marsa71.

  • 72 CADN, fonds Protectorat-Tunisie (1er versement), carton 2792, note datée du 24 septembre 1943, du d (...)
  • 73 Ibid., fonds Protectorat-Tunisie (1er versement), carton 2792, note datée du 4 octobre 1943, adress (...)

21Au lendemain de la libération de la Tunisie par les Alliés au mois de mai 1943, le rapatriement des réfugiés vers la Libye put commencer à partir du mois de septembre de la même année. Au cours des préparatifs du retour, des réfugiés installés dans la ville de Sfax signalèrent qu’ils avaient été victimes de tentatives d’escroquerie de la part de certains dirigeants communautaires locaux. En effet, Joseph Bokhobza et Max Lumbroso furent accusés, par certains réfugiés, de s’être fait payer des services qui leur incombaient72. Réagissant à ces alertes, les autorités du protectorat ouvrirent une enquête à propos du comportement des responsables locaux incriminés73. Les sources sont malheureusement muettes sur les résultats de cette enquête.

22Certes, la majorité des réfugiés de cette deuxième vague put prendre, au bout de quelques mois, le chemin du retour vers la Tripolitaine. Mais ils n’étaient pas au bout de leurs peines. À nouveau, à la suite des pogroms de 1945, ils durent reprendre la route de l’exil. La Tunisie ne sera plus cette fois-ci, un lieu de repli temporaire, mais une étape avant la réalisation de l’alyah.

La troisième vague migratoire vers la Tunisie (1945-1948) et les débuts de l’alyah des juifs du Maghreb

  • 74 ANT, série D, carton 220, dossier 19, note datée du 6 février 1948 rédigée par Clément Seroussi, dé (...)
  • 75 Ibid. On note pour la troisième fois consécutive, comme en 1935 et 1942, le rôle joué par la
    représ (...)
  • 76 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya..., op. cit., p. 31.
  • 77 ANT, série D, carton 220, dossier 19, lettre datée du 6 novembre 1947 du Conseil de la communauté i (...)
  • 78 ANT, série D, carton 220, dossier 19, op. cit., note datée du 6 février 1948.

23La présence à Tunis des juifs originaires de Tripolitaine est à nouveau signalée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Leur arrivée s’est faite « depuis le mois de juillet 1947 »74, lit-on dans une note rédigée par Clément Seroussi, délégué du gouvernement près du conseil de la communauté israélite de Tunis. La même note précise que « ces familles sont venues se réfugier à Tunis sur les conseils de M. le Consul de France à Tripoli qui leur a délivré des passeports réguliers »75. En réalité, cette nouvelle vague de réfugiés va s’ajouter à ceux qui avaient préféré rester en Tunisie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. En fait, seulement une partie de ceux qui étaient venus au cours de l’été 1942 avait accepté de reprendre le chemin du retour à Tripoli en avril 1945, grâce au concours de l’organisation juive américaine le Joint Committee76, après à la mise en échec définitive, par les Alliés, des armées germano-italiennes en Afrique du Nord. C’est Clément Séroussi, un ancien de Tripoli, qui fut coopté au sein du conseil de la communauté israélite de Tunis pour veiller aux destinées de ceux qui choisirent de s’installer d’une façon permanente en Tunisie77. C’est ce qui explique le fait qu’il fut le premier à signaler la nécessité d’un secours exceptionnel de l’ordre de 100 F par jour et par famille pendant une période de 3 à 4 mois78.

  • 79 Maurice M. Roumani, « Le processus de discrimination des juifs de Libye », in Shmuel Trigano (sous (...)

24En réalité, la nouvelle présence des juifs de Tripolitaine en Tunisie est à relier aux conséquences du pogrom dont furent victimes les juifs de Tripoli le 9 novembre 1945 et les jours suivants ; pogrom qui se solda par 130 morts et de nombreuses destructions de biens juifs79. Cet événement dramatique a provoqué un nouvel état d’insécurité qui explique cette troisième vague d’exil vers la Tunisie à partir du mois de juillet 1947. La proclamation de l’État d’Israël, au mois de mai 1948, donne lieu à des réactions antijuives dans la plupart des pays arabes. Les institutions juives américaines désormais basées à Tunis ne pensent plus, comme ce fut le cas en avril 1945, à les rapatrier en Libye, mais à les aider à émigrer clandestinement en Israël, inaugurant ainsi le cycle des migrations des juifs du Maghreb en dehors de l’espace maghrébin.

Conclusion

25Ces trois vagues de déplacement des juifs de Tripolitaine vers la Tunisie ont concerné en une dizaine d’années (de 1936 à 1947) une population estimée à 4 000 personnes. Elles s’étaient inscrites, en définitive, dans le cadre des migrations intérieures au sein même de l’espace maghrébin. Elles s’étaient produites dans la continuité historique des déplacements intérieurs dans une même zone géographique, même si elles ont été faites, d’un pays à l’autre, tantôt d’est en ouest ou le contraire, tantôt de la rive nord du Maghreb (Espagne) vers le sud, ou le contraire. Ces trois derniers déplacements qui ont touchés les juifs de Libye, même s’ils eurent lieu en plein XXe siècle, prenaient pleinement place dans une des constantes de la vie des populations berbères, musulmanes ou juives du Maghreb tout au long de son histoire, depuis l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Certes, il ne s’agit point de migrations volontaires mais le produit de changements de conjoncture. Comme ce fut le cas pour les juifs de Tripolitaine, elles ont toujours été une conséquence des changements de situations politiques, économiques ou de conjonctures et d’équilibres internationaux. Il est important de signaler que c’étaient les populations minoritaires, par leur nombre ou par leurs convictions religieuses et politiques (donatistes, kharidjites, juives, pro-Alliés, etc.), qui ont été les premières désignées à faire les frais de leurs choix et à payer le prix face aux vainqueurs du moment.

  • 80 C’est le cas de la cinquantaine de juifs tripolitains résidant dans la Oukala de La Marsa, qui ont (...)
  • 81 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya..., op. cit., p. 31.

26Cependant, ce qui a toujours caractérisé ces migrations qui avaient suivi les mesures répressives et discriminatoires subies par les juifs c’est qu’elles n’étaient pas perçues comme des transplantations définitives, mais comme des exils temporaires des hijras, dans un territoire limitrophe, proche, en attendant des jours meilleurs pour revenir au pays d’origine. C’est ainsi que la mémoire collective n’a gardé que peu de traces, de récits nostalgiques ou mélancoliques de ces migrations : elles ont été suivies d’un retour au pays qui a fait oublier les souffrances ressenties lors des déplacements, même lorsqu’ils étaient forcés. Les exils intérieurs au sein du même espace maghrébin ont laissé peu de paroles ou d’évocations de souffrance, comme s’il s’agissait de mouvements naturels et habituels dont la fin est toujours prévisible. Cependant, il s’avère parfois que la mort peut frapper les réfugiés même dans leurs lieux d’exils temporaires80. Ainsi, même s’ils ont été épargnés, chez eux, des conséquences meurtrières des bombardements de Benghazi, voilà que la mort avait bien rattrapé les juifs tripolitains dans leur petit refuge de fortune dans la Oukala de La Marsa81.

27Les maux de la mémoire liés à la situation d’un exil profond et définitif étaient apparus lorsque les migrations des juifs du Maghreb s’étaient réalisées à l’extérieur de l’espace originel : en Israël, après le départ d’une partie des communautés vers ce pays et en Europe après les indépendances politiques des États du Maghreb. Il est évident que les maux de la mémoire ne peuvent être dépassés qu’à travers les thérapies déclenchées par les retrouvailles avec le sol natal et les réconciliations avec les hommes. Il est important de noter « un éveil de conscience » chez ceux qui vivent aujourd’hui au Maghreb. Un nombre de plus en plus important, parmi eux, tient compte de ces sentiments humains et se dit favorable aux opportunités de rencontre, de contact et de retrouvailles à l’occasion de séjours touristiques et de pèlerinages. À vrai dire, le ressourcement est réciproque. Pour ceux qui vivent encore au Maghreb, c’est le temps des mémoires retrouvées d’un passé riche et pluriel qui tend de plus en plus à disparaître de leur réalité alors qu’il avait marqué de ses empreintes, durant des siècles, le quotidien des villes et des campagnes maghrébines.

Sources d’archives

28Archives Nationales de Tunisie (ANT), série D, carton 220.

Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN),

– fonds Protectorat-Tunisie, Renseignements généraux (RG), carton 142.

– fonds Protectorat-Tunisie, (1er versement), carton 2792.

Bibliographie

Renzo De Felice, Jews in Arab Land: Libya (1835-1970), traduit par Judith Roumani, University Texas Press, 1985.

Khélifa Mohamed Salem Lahouel, Les juifs de la ville de Tripoli de l’Occident sous la domination italienne (1911-1943) (en arabe), Tripoli, 2005, p. 304.

Maurice M. Roumani, The Jews of Libya. Coexistences, persécution, Resettlement, Sussex Académic Presse, Portland, 2008.

Maurice M. Roumani, « Le processus de discrimination des Juifs de Libye », in Shmuel Trigano (dir.), La fin du judaïsme en terres d’islam, Denoël, 2009, p. 125-160.

The Forgotten refugees, A film about the mass exodus of jews from Arab contries and Iran in the 20th centry, produit par The David project, 2005 (49 minutes).

Notes

1 C’est un fonds d’archives qui a été remis aux archives diplomatiques de Nantes (CADN), à la fin de l’année 2000. Actuellement, il est classé sous le titre fonds « Renseignements généraux » (RG), carton 142. Il termine, ainsi, un long parcours entre Tunis, Berlin et Moscou pour atterrir enfin à Nantes. En fait, ce fonds a été produit à Tunis à partir de 1920, il a été saisi par les autorités allemandes à la fin de l’année 1942 lorsque l’armée allemande était devenue maître de la Tunisie en novembre de la même année. En mai 1943, lors du retrait allemand, ce fonds fut emporté à Berlin. En 1945, après la défaite de l’Allemagne, avec d’autres documents originaires de France, ce fonds a été récupéré par l’Armée rouge. À partir de 1946, ces différents dossiers pris en Allemagne ont été transférés aux archives spéciales – un centre secret ouvert en 1946 au nord de Moscou –, où ils ont fait l’objet d’une exploitation méthodique. Après la chute du mur de Berlin, le gouvernement français entame auprès des autorités russes une négociation pour récupérer les très nombreuses archives françaises saisies en France durant la Seconde Guerre mondiale. Un accord de coopération en matière d’archives est signé entre la France et la Russie en 1992. C’est dans l’inventaire russe remis aux autorités que figurait sous le numéro 90 un fonds dont la provenance première était la Tunisie. Produits de 1920 à 1942, il s’est révélé être le fonds des Renseignements généraux de Tunis. (Informations recueillies à partir d’un rapport présentant ce fonds rédigé par Damien Heurteubise, conservateur au centre des archives diplomatiques de Nantes.)

2 À titre d’exemple on peut citer le film : The Forgotten refugees, A film about the mass exodus of jews from Arab contries and Iran in the 20th centry, produit par The David project, 2005 (49 minutes). Les Réfugiés oubliés se présente comme la rectification indispensable d’une idée fausse, selon laquelle seuls les Arabes de Palestine auraient éprouvé des souffrances à la suite des guerres israélo-arabes. Il est certain que les communautés juives des pays arabes ont vécu des histoires dramatiques et ont enduré des traumatismes après avoir quitté leurs pays de naissance. Cependant, en arriver à établir un parallélisme historique entre deux situations, bien différentes, relève, à notre avis, d’une certaine propagande qui viserait à refuser le droit au retour des réfugiés Palestiniens, victimes de la guerre, et légitimer le refus de trouver une solution adéquate aux millions de palestiniens vivant depuis 1948 dans les pays arabes limitrophes, après avoir été obligés de quitter leurs maisons et leurs terres.

3 Khélifa Mohamed Salem Lahouel, Les juifs de la ville de Tripoli de l’Occident sous la domination italienne (1911-1943), Tripoli, 2005, p. 24 (en arabe). L’auteur avance ces chiffres en se référant au rapport de l’inspecteur de l’hygiène rédigé le 14 juillet 1911 et conservé au centre des archives historiques de Tripoli.

4 Ibid., p. 304.

5 Ibid., p. 304.

6 Renzo De Felice, Jews in Arab Land. Libya (1835-1970), trad. Judith Roumani, University Texas Press, p. 43. Cette référence est citée par Khélifa Lahouel, p. 304.

7 Lahouel, Les juifs de la ville… , op. cit., p. 304. La prolongation des hostilités entre, d’une part, les troupes italiennes et la résistance libyenne, de l’autre, pouvaient avoir des conséquences négatives sur les intérêts des commerçants juifs qui, en raison de l’insécurité persistante, ne pouvaient plus assurer le ravitaillement des campagnes et des zones intérieures encore en rébellion.

8 Ibid., p. 304.

9 Ibid., p. 305.

10 L’assassinat de l’officier Cafia avait eu lieu en 1924, c’est Khélifa Lahouel qui évoque cette affaire p. 305 de son étude, citée plus haut, en se référant au journal Il corriere du Tripoli, n° 65, année IV, 1924, p. 3.

11 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya. Coexistence, Persécution, Resettlement, Sussex Academic Press, Brighton, Portland, 2008, p. 18-22. D’après Roumani, la crise du shabbat, qui avait commencé au cours de l’année 1932, devait connaître un nouveau rebondissement au cours des années 1935-1936. La précipitation de cette crise s’expliquait par le désir des autorités italiennes de « moderniser » les juifs en espérant les voir fermer leurs boutiques, le dimanche, comme les Européens.

12 Archives nationales de Tunisie (ANT), série D, carton 220, D.19, lettre datée du 24 septembre, adressée par le président du conseil de la communauté israélite de Tunis au secrétaire général du gouvernement tunisien.

13 Ibid.

14 Ibid. Le président de la communauté israélite de Tunis écrit à propos de ces émigrés originaires de Tripolitaine : « Voyant leurs demandes de secours refusées aussi bien par le consulat d’Italie que par la Société italienne de bienfaisance, ils s’adressent à la communauté israélite de Tunis qui s’est trouvée dans l’obligation de leur venir en aide. »

15 Pour confirmer ses propos, le président Nataf informe son interlocuteur qu’il a reçu « une lettre du président du tribunal rabbinique de Tripoli se plaignant de la situation ainsi créée à des mères et à des enfants abandonnés, le mari et le père se marient à Tunis sans différence ».

16 Ibid.

17 ANT, Série D, C. 220, D.19, lettre datée du 15 octobre 1936, adressée par le secrétaire général du gouvernement tunisien au résident général de France en Tunisie.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 ANT, Série D, C. 220, D.19, lettre datée du 15 octobre 1936, adressée par le résident général de France en Tunisie au consul général d’Italie en Tunisie.

21 Lettre datée du 20 janvier 1935 adressée par le consul de France à Tripoli au gouverneur général de Tripoli (citée dans les annexes du livre en arabe de Khélifa Lahouel édité à Tripoli en 2005, Juifs de Tripoli sous l’occupation italienne (1911-1943), op. cit., p. 413). L’objet de la plainte de ces juifs se réclamant « protégés français, même s’ils vivent depuis plusieurs générations en Tripolitaine » est l’augmentation et la variation d’une année à l’autre des charges fiscales qu’ils sont obligés de payer aux autorités italiennes de Tripoli.

22 (ANT), Série D, carton 220, D.19, lettre datée du 24 septembre, adressée par le président Élie Nataf, op. cit.

23 Khélifa Lahouel, Juifs de Tripoli…, op. cit. L’auteur cite p. 305 plusieurs exemples de ces tensions entre les groupes fascistes et les juifs de Tripoli au cours des années 1920 : excédé par les exactions des jeunes fascistes en plein quartier juif, un boucher juif est allé jusqu’à porter un coup mortel au lieutenant du nom Cavara.

24 Italo Balbo naît à Ferrare le 6 juin 1896. Après avoir été acquis, au cours de sa jeunesse, aux idées républicaines de Mazzini et à la loge maçonnique de Ferrare, Balbo adhère après la guerre au fascisme. Le 6 novembre 1926, il est nommé secrétaire d’État à l’Aviation. En 1928, il devient maréchal des forces aériennes. En 1934, Mussolini lui enlève la charge de ministre de l’Aéronautique et l’exclut du gouvernement ; il lui confie la charge de gouverneur général de la Libye, où il se rend en janvier 1934. En Libye, il mène à bien des ouvrages publics et réalise la construction de réseaux routiers, en particulier la route littorale de plusieurs centaines de kilomètres. Celle-ci sera nommée en son honneur la via Balbia. Il cherche à attirer des colons italiens et il suit une politique d’intégration et de pacification des populations musulmanes. Après l’invasion allemande de la Pologne en septembre 1939, Balbo, en visite à Rome, exprime de manière répétée son mécontentement et sa préoccupation concernant l’alliance avec l’Allemagne et la politique de Mussolini tant sur le plan interne qu’international. Du reste, ses dissensions avec le Duce ne cessaient de croître depuis 1938, quand, en plusieurs occasions, il avait manifesté son opposition aux lois raciales. Le 28 juin 1940, Italo Balbo est tué alors qu’il est de retour d’un vol de reconnaissance sur Tobrouk, son avion est abattu par un canon antiaérien italien.

25 Lahouel, Les juifs de la ville…, op. cit., p. 307.

26 Maurice M. Roumani, op. cit., p. 30. L’auteur évoque plusieurs exemples de solidarité des juifs de Benghazi avec les juifs européens persécutés par les occupants nazis.

27 Lahouel, Les juifs de la ville…, op. cit., p. 307, il s’agit de Abramo Bedusa et les deux frères Auna et Sialom Berrebi.

28 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya…, op. cit., p. 33.

29 Ibid. Quelque 870 juifs parmi les 2 000 juifs de nationalité britannique résidant en Libye ont été envoyés en Italie entre janvier et mars 1942. 300 juifs ont été embarqués dans des bateaux de pêche. À leur arrivé à Naples, ils ont été distribués dans trois camps : Arezzo, Bagno a Ripoli et Civitella del Tronto (voir l’article de Liliana Picciotto dans ce volume).

30 CADN (RG), carton 142, note de police du 1er octobre 1942 indiquant que « les réfugiés juifs tripolitains qui sont arrivés à Tunis il y a environ 2 mois, à la suite d’une convention italo-française, ont été autorisés par les pouvoirs publics italiens, à emprunter chacun quatre cent cinquante lires, mille francs et leurs bijoux ».

31 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya…, op. cit., p. 31.

32 Nous pensons que la précision a été faite pour les distinguer des Marocains protégés espagnols.

33 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 24 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire spécial à Ben Gardane au contrôleur de la police administrative à Tunis.

34 Ibid., lettre datée du 24 juillet 1942.

35 Ibid., lettre datée du 17 juillet 1942.

36 Ibid., lettre datée du 17 juillet 1942.

37 CADN, fonds RG, carton 142, lettre daté du 19 juillet 1942.

38 CADN, fonds RG, carton 142, note datée du 20 juillet 1942.

39 CADN, fonds RG, carton142, lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942 par les inspecteurs Romdane et Proust détachés à Ben Gardane.

40 Ibid., lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942.

41 CADN, RG, carton 142, lettre datée du 4 août 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire spécial à Ben Gardane, au contrôleur de la police administrative à Tunis. Tout en promettant à son chef à Tunis de faire plus d’efforts dans la collecte des renseignements, il signale « qu’il est rare de voir arriver un sujet intéressant et évolué. Les renseignements tirés de la “plèbe” qui forme habituellement les convois, sont le plus souvent insignifiants et toujours les mêmes ».

42 CADN, fonds RG, carton 142, lettre envoyée de Ben Gardane le 19 juillet 1942 par les inspecteurs Romdane et Proust.

43 Ibid.

44 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 17 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire spécial à Ben Gardane, au contrôleur de la police administrative à Tunis.

45 CADN, fonds RG, carton 142, note datée du 20 juillet 1942 de Jean Brinkman, commissaire spécial à Ben Gardane, au contrôleur de la police administrative.

46 CADN, fonds RG, note datée du 20 juillet 1942.

47 CADN, fonds RG, carton 142, lettre datée du 24 juillet 1942 envoyée par Jean Brinkman, commissaire spécial à Ben Gardane, au contrôleur de la police administrative à Tunis. Le commissaire commente cette situation en écrivant « ce sont des Français malgré eux, qu’il est regrettable d’avoir à recueillir et à considérer comme français. Cette plèbe lamentable semble actuellement inoffensive, mais serait certainement un grave facteur de désordre en cas de troubles sociaux ».

48 CADN, fonds RG, carton 142, lettre envoyée de Ben Gardane le 26 juillet 1942 par les inspecteurs Romdane et Proust détachés à Ben Gardane.

49 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, datée du 28 juillet 1942.

50 CADN, fonds RG, carton 142, note de police en provenance de Ben Gardane, datée du 8 août 1942.

51 Ibid., note de police en provenance de Ben Gardane, datée du 8 août 1942.

52 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 23 juillet 1942.

53 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.

54 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.

55 Ibid., note de police, Tunis, le 23 juillet 1942.

56 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 23 juillet 1942.

57 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, Tunis le 4 août 1942.

58 Ibid., note de police, Tunis le 4 août 1942.

59 Ibid., note de police, Tunis le 4 août 1942.

60 CADN, fonds RG, carton 142, note de police, datée du 28 juillet 1942.

61 Ibid., note de police, datée du 28 juillet 1942.

62 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya, op. cit., p. 31.

63 CADN, fonds RG, carton 142, Note de police du 1er octobre 1942. Le rapport notait qu’en contrepartie des sommes excédentaires réquisitionnées par les agents de la douane, les intéressés obtenaient un reçu devant leur permettre par la suite de se faire rembourser à la banque au cours de faveur de 227 francs. Or, jusqu’à la date du rapport (1er octobre 1942), les banques n’avaient pas encore reçu l’ordre de payer les sommes retenues par la douane française.

64 CADN, fonds RG, carton 142, note de police du 1er octobre 1942, op. cit.… La même note signale que « cette situation suscite quelques mécontentement parmi la population israélite qui rend les autorités françaises responsables ».

65 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 22 juillet 1942, du commissaire en chef de Sfax au préfet délégué à la sécurité à Tunis. Ils ont été conduits en premier lieu à l’école de l’Alliance israélite universelle où un couscous leur a été offert par le comité de bienfaisance israélite de Sfax.

66 Carton 142, lettre en date du 22 juillet 1942, du commissaire en chef de Sfax au préfet délégué à la sécurité à Tunis.

67 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 12 août 1942 de l’amiral Esteva à M. le Préfet délégué à la sécurité générale. Dans cette lettre, le résident général note qu’il a déjà adressé une lettre au consul Suisse (G. Muller), lui précisant qu’à la date du 12 août 1942, 2 000 protégés français sont déjà parvenus à ce jour sur le territoire de la régence et que, d’après les registres d’immatriculation des consulats de France à Benghazi et à Tripoli, leurs nombre ne dépasserait pas 2 000.

68 CADN, fonds RG, carton 142, lettre en date du 12 août 1942 de l’amiral Esteva à M. le Préfet délégué à la sécurité générale.

69 Tableau réalisé à partir des informations contenues dans la lettre datée du 29 août 1942, adressée par le contrôleur civil de Gabès R. Stablo à l’amiral Esteva, résident général de France en Tunisie, CADN, fonds RG, carton 142.

70 CADN, fonds RG, carton 142, note en date 25 août 1942, de l’inspecteur Soudani au chef de la sûreté à Tunis. Il l’informe que conformément « aux instructions données, il s’est rendu à la gare de Maharès le 19 août à l’arrivée du train parti de Gabès. Une vingtaine de réfugiés seraient descendus à Maharès où elles auraient de la famille ».

71 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya, op. cit., p. 31. Ces réfugiés avaient assisté malgré eux, le 10 mars 1943, à une bataille aérienne qui s’est déroulée en plein cœur de La Marsa entre les avions de l’Axe et ceux des Alliés. Il s’en est suivi un bombardement de la ville qui entraîna la mort de 50 réfugiés parmi ceux qui étaient hébergés dans la Oukala (fondouk) de cette ville. Treize victimes appartenaient à une seule famille.

72 CADN, fonds Protectorat-Tunisie (1er versement), carton 2792, note datée du 24 septembre 1943, du directeur du cabinet du résident général de France à M. le Directeur des affaires politiques. Après avoir exposé les faits reprochés aux chefs communautaires de Sfax, le directeur du cabinet demande « d’ouvrir d’urgence une enquête sur l’exactitude des faits reprochés aux intéressés et de lui en faire connaître les résultats ».

73 Ibid., fonds Protectorat-Tunisie (1er versement), carton 2792, note datée du 4 octobre 1943, adressée au résident général suite à sa demande d’enquête datée 24 septembre. Il résulte de cette enquête que « Joseph Bocobza [sic], chef des israélites de Sfax a fait, il y a quelques temps des demandes de rapatriement pour ces réfugiés. Il se faisait payer 20, 30 ou même 50 frs par personne ou par demande, il a ainsi encaissé des milliers de francs. Si le fait est véridique, il est honteux qu’il ait ainsi profité de ces pauvres illettrés, quand il s’agit d’un travail qui lui incombe ». De son côté, « Max Lumbroso [un autre dirigeant communautaire de Sfax] a informé les réfugiés qu’il était indispensable et urgent qu’il se rende à Tunis pour obtenir leur rapatriement en Libye, pour cela, il a demandé de l’argent, car disait-il, il lui fallait une auto pour le voyage, il a ainsi obtenu 6 000 frs que les réfugiés lui ont procuré au prix de durs sacrifices ».

74 ANT, série D, carton 220, dossier 19, note datée du 6 février 1948 rédigée par Clément Seroussi, délégué du gouvernement près du conseil de la communauté israélite de Tunis.

75 Ibid. On note pour la troisième fois consécutive, comme en 1935 et 1942, le rôle joué par la
représentation diplomatique française à Tripoli qui conseille à ses ressortissants ainsi qu’à ceux qui se réclamaient de sa protection le départ en Tunisie.

76 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya..., op. cit., p. 31.

77 ANT, série D, carton 220, dossier 19, lettre datée du 6 novembre 1947 du Conseil de la communauté israélite de Tunis.

78 ANT, série D, carton 220, dossier 19, op. cit., note datée du 6 février 1948.

79 Maurice M. Roumani, « Le processus de discrimination des juifs de Libye », in Shmuel Trigano (sous la dir.), La fin du judaïsme en terres d’islam, Denoël, 2009, p. 140.

80 C’est le cas de la cinquantaine de juifs tripolitains résidant dans la Oukala de La Marsa, qui ont succombé, comme il a été signalé plus haut, à la bataille aérienne au cours de la journée du 10 mars 1943, entre les avions alliés et ceux de l’Axe.

81 Maurice M. Roumani, The Jews of Libya..., op. cit., p. 31.

Auteur

Université de Tunis-La Manouba

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable