Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 3

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

La notion de diaspora à l’ère de la mondialisation

Ami Bouganim

Texte intégral

1La mondialisation crée de nouvelles conditions de circulation. De l’information, des croyances, des marchandises. Des personnes surtout. On circule plus librement que par le passé ; on s’expatrie d’autant plus aisément qu’on ne se coupe pas totalement des siens restés en terre natale. Le téléphone est plus accessible, le réseau aérien plus étendu et moins cher. On est en train d’assister à des mouvements de population que rien n’arrêtera. Ni murailles ni patrouilles ; ni restrictions ni poursuites. La mondialisation annonce un univers en émulsion. Les populations sont brassées et l’on ne sait ce qui en décantera.

2On ne peut se dérober à la mondialisation. Comme catégorie existentielle autant que géopolitique et économique. Bientôt, on n’étudiera un phénomène qu’à l’échelle planétaire ; on ne luttera contre un mal qu’à l’échelle planétaire. Les répercussions des conflits sont d’ores et déjà planétaires, leur règlement réclame l’accord des puissances qui président au destin de la planète. Sinon les conflits perdurent ; sinon on pèche par provincialisme. C’est désormais la planète Terre qui nous sollicite. Du moins les chercheurs, les penseurs, voire les politiciens. La mondialisation procède à une révision radicale de nos schémas d’analyse et de comportement. Je distingue volontiers entre l’humain qui a précédé la mondialisation et celui qui se situe sous son régime. Entre deux modes de communication. Deux sciences. Voire deux éthiques. Nous sommes en pleine gestation. Le nouveau est encombré de l’ancien, l’ancien s’invite dans le nouveau. On est embrouillé et on n’est pas près de sortir de l’embrouillaminis. Conceptuel, religieux, culturel, éthique. On recule souvent devant cette révision. Dans ce cas, elle s’accomplira dans notre dos.

  • 1 G. W. F. Hegel, La Phénoménologie de l’esprit, Aubier, 1946, vol. I, p. 62.
  • 2 Ibid., vol. I, p. 310.

3On a trop médit au cours du XXe siècle de Hegel et de sa conception de l’histoire travaillée par la raison. Au nom de l’individu, pour lui, contre son instrumentalisation. On avait toutes les raisons de s’insurger contre la marginalisation de son rôle : il était davantage entraîné par des processus irrésistibles de pensée et d’action motivés par l’instauration du régime universel de la Raison qu’il ne les contrôlait ou les aiguillait. On ne pouvait se résoudre à cette humiliation de l’individu par un vulgaire penseur qui concluait sa préface à La Phénoménologie de l’esprit en ces termes : « ... la participation qui dans l’œuvre totale de l’esprit revient à l’activité de l’individu peut seulement être minime ; aussi l’individu doit-il, comme d’ailleurs la nature de la science l’implique déjà, s’oublier le plus possible et faire et devenir ce qui lui est possible ; mais on doit d’autant moins exiger de lui, qu’il doit peu attendre de soi et réclamer pour soi-même »1. Hegel aggravait son cas en couvrant de ses railleries le pauvre individu qui se révolterait contre son aliénation dans et par l’universel. Cette révolte ne participerait rien moins qu’à « un délire de présomption ». Surtout si elle invoque la raison du cœur contre la raison universelle : « Même s’ils se lamentent et se plaignent de cet ordre universel, comme étant en conflit avec leur loi intérieure, même s’ils maintiennent les aspirations de leur cœur en face de cet ordre, en fait, ils sont avec leurs cœurs attachés à cet ordre comme à leur essence, et si cet ordre leur est ravi, ou si eux-mêmes s’en excluent, ils perdent tout. »2

  • 3 S. Kierkegaard, Traité du désespoir, Idées/Gallimard, 1949, p. 106.
  • 4 S. Kierkegaard, Journal 1834-1846, Gallimard, 1963, p. 392.

4On connaît les célèbres attaques de Kierkegaard contre le système hégélien qui ont légitimé et alimenté la religion dialectique, désormais au cœur de toutes les théologies modernes, de même que de l’ensemble des doctrines existentialistes. Le paradoxe est le lot de l’humain sur terre. La contradiction est inhérente à l’existence humaine et rien ne sert de tenter de la dépasser dans et par des argumentations qui ne parleraient dans le meilleur des cas qu’à la raison : « Tel penseur s’élève une bâtisse immense, un système universel embrassant toute l’existence et l’histoire du monde, etc. – mais regarde-t-on sa vie privée, on découvre ébaubi ce ridicule énorme, qu’il n’habite pas lui-même ce vaste palais aux hautes voûtes, mais une grange à côté, un chenil, ou tout au plus la loge du concierge. »3 Dans le journal de Kierkegaard, on trouve une phrase encore plus éloquente et plus complète : « Au spirituel, il faut que les pensées d’un homme soient la maison où il habite – sinon tant pis pour elles. »4 Malgré ces protestations et toutes celles qui leur emboîteront le pas, on n’a pas su préserver l’humanité des massacres, des charniers et des génocides du XXe siècle. On incrimine volontiers l’hégélianisme derrière sa version marxiste, voire sa dégénérescence totalitaire ; on ne réussirait qu’à trouver un exutoire dans cette dénonciation d’une pensée qui déborde l’individu. On a continué au demeurant de massacrer les hommes alors que l’existentialisme, se posant en antihégélianisme, préconisait un humanisme toutes catégories. On n’a pas le choix, on doit pouvoir renouer avec une perception de l’histoire qui se moque de l’individu, ruse avec ses intentions et l’utilise à ses fins, ne serait-ce que pour mieux comprendre ses mécanismes et mieux protéger l’individu contre son aliénation et le cortège des perversions que celle-ci génère. Se garder de cette béatitude humaniste, volontiers déclamatoire, qui s’accommode d’autant mieux des massacres qu’elle s’est blanchie la conscience en prononçant vains prêches sur l’amour ou le service du prochain.

L’exil à l’ère de la mondialisation

5La mondialisation ne cesse de procéder à des délocalisations et à des relocalisations, à des décompositions et à des recompositions. Elle accomplit, on ne le dit pas assez, une transmutation symbolique des notions, sinon morale, des valeurs. Certaines notions à connotation négative, recouvrant des phénomènes répréhensibles, seraient en train de devenir positives. Ce serait le cas de l’exil. J’ai personnellement vécu l’exil comme un manque de sensations, de remous, de troubles. Sentimentaux, domestiques et littéraires. Dans cette déshérence, inconnu à soi autant qu’aux autres, on ne s’éprend pas, on ne s’attache pas, on n’écrit pas, on ne lit pas. On n’est pas chez soi ; on est encombré de soi. On est ailleurs. Loin d’on ne sait quoi. D’une certaine sensibilité, une certaine sensualité, une certaine intimité. En revanche, quand je suis chez moi, je suis entre mes murs. C’est ma solitude, ma rusticité, mon silence. Ce sont les miens, ce sont mes proches. Quand je descends dans la rue, on me reconnaît. On me salue. Le voisin. Le corbeau. L’alouette. L’exil c’est ne pas être chez soi. L’exil, si tant est qu’il s’atteste chez l’exilé, ne dure qu’une génération, à moins de l’enraciner dans les mémoires, de le couler dans un calendrier, de le graver par des rites et des habitudes dans les âmes – de lui inventer ce que Bourdieu nomme « une logique rituelle ».

6Désormais, on distinguera entre deux exils : l’exil contraint et l’exil volontaire. Le premier ne se produit plus tant sous la contrainte politique qu’économique. Les exilés quittent leur terre natale pour des lieux où ils pourront trouver du travail, voire s’asservir. On travaille sa vie durant pour soulager la misère des siens et on ne s’émancipe qu’avec la retraite, à condition bien sûr qu’on bénéficie d’une protection sociale. Le second exil – l’exil volontaire – est le lot de privilégiés. On vit une autre vie – une seconde vie – avec une autre compagne ou un autre compagnon ; on découvre un autre univers et d’autres mœurs ; on porte de nouveaux vêtements et on se met à de nouveaux régimes. On s’altère volontiers et cette altération est recherchée et souhaitée. Les exilés contraints vivent leur exil comme une malédiction nécessaire ; les exilés volontaires comme une bénédiction riche en promesses. Dans tous les cas, le phénomène de l’exil participe désormais des mouvements migratoires qui caractérisent la mondialisation.

L’errance à l’ère de la globalisation

7La notion d’errance aussi serait en train de perdre de ses rigueurs. On ne redoute plus de quitter son lieu natal, son domicile, « sa terre, sa patrie et la terre de ses ancêtres » pour des contrées inconnues et souvent promises. On doit se résoudre. Depuis que Dieu est unique et qu’il est partout, qu’il n’est plus celui d’une cité ou d’un terroir, l’errance serait en train de devenir la disposition divine la plus commune aux hommes. Plutôt que l’enracinement. Ce n’est pas par hasard que les Hébreux étaient et restent un peuple errant, en attente d’un Messie qui ne vient jamais, en partance pour une Terre promise à laquelle ils n’accèdent pas. L’âme est errante dans un autre sens. Elle se perd, se repent, se retrouve, se perd à nouveau. Le christianisme ne s’est pas davantage établi que le judaïsme. Il s’est logé dans l’âme errante. Angelus Silesius, le plus éloquent de ses maîtres, déclare :

  • 5 Angelus Silesius, Le Voyageur chérubinique, IV, 219, Éditions Payot & Rivages, 2004, p. 320.

« L’âme où habite Dieu (ô joie !)
Est une tente errante de la gloire éternelle. »5

  • 6 Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî, Odes mystiques, Seuil, 1973, p. 42.
  • 7 Tchouang-tseu, L’œuvre complète, VI, Philosophes taoïstes, La Pléiade, Gallimard, 1980, p. 134.
  • 8 Lie-tseu, Le Vrai Classique du vide parfait, I, X, Philosophes taoïstes, La Pléiade, p. 375.

8Le soufisme trouve son accomplissement dans l’errance du derviche ou, au Maroc, de Bouderbala. D’un sanctuaire à l’autre, d’une pâmoison à l’autre : « Cette âme errante qui tourne à cause de ce moulin. »6 Les sages taoïstes assimilent résolument la vie à une errance. Les plus sages des Anciens « considèrent la vie comme une tumeur ou une grosseur et la mort comme sa percée et son ouverture »7. Ils nommaient les morts « ceux qui sont rentrés » et l’expression soulignait que les humains ne sont que « des hommes de passage ». Pour Lie-tseu, c’est tout le monde qui serait plongé dans l’errance : « Un voyageur qui ne retrouverait pas le chemin du retour serait sans domicile. Un individu sans domicile est réprouvé par tous. (Comment se fait-il donc) que si le monde entier est sans domicile, personne ne trouve rien à y redire ? »8

9L’errance prend volontiers la tournure d’une transhumance, du moins souhaiterait-on qu’elle la prenne. On a l’impression que ce ne sont pas seulement les bêtes qui passent d’un lieu à l’autre. On quitte les déserts pour les villes, les bidonvilles pour les banlieues, les banlieues pour les centres-villes. On ne cesse de se déplacer. D’un continent à l’autre, d’une région à l’autre. En quête de nourriture, de travail, de gloire. La transhumance est universelle. Elle s’étend à la terre entière. Il n’est pas de frontière qu’on ne passe légalement ou illégalement, d’obstacles qu’on ne surmonte, souvent d’ailleurs au risque de sa vie. On ne part plus en exil, on ne se reconnaît pas dans l’errance. On part pour revenir ; on n’est pas tôt revenu qu’on doit partir. On est partagé entre deux lieux, deux domiciles, deux allégeances domiciliaires, deux sensibilités poétiques. La transhumance n’est nulle part plus transitoire et banale que dans le tourisme. En quête de paresse et de loisir, par les voies du monde, en quête de sexe, qui restera la denrée la plus recherchée, et d’émotions exotiques qui cachent souvent une sordide vacuité d’être.

L’émigration à l’ère de la mondialisation

10De même, l’émigration déborde le sens qui était le sien avant la mondialisation. Elle participe volontiers de la transhumance, du moins se berce-t-elle du leurre d’un retour dont rares sont ceux qui l’accomplissent. On distinguera, pour être plus précis, entre quatre types d’émigration :

11L’émigration politique pousse des populations entières à chercher un champ plus propice à la liberté de pensée, de parole, de relation et d’action. On quitte des lieux où l’on est persécuté pour des contrées plus tolérantes et amicales. On se réclame volontiers de l’asile politique. Malheureusement, ce droit est battu en brèche par les proportions des populations persécutées qui s’en réclament. Ce ne sont plus des individus ou des militants ; ce sont des minorités religieuses, comme les chrétiens au Soudan, des minorités ethniques, comme les Kurdes en Turquie. Ce sont également des populations entières, minoritaires dans leurs pays, dont les traditions et les mœurs tranchent avec les traditions et les mœurs ambiantes, comme les maronites en Israël et en Palestine.

12L’émigration laborieuse ou l’émigration du travail se rencontre dans les pays qui n’ont pas su ou pu – pour toutes sortes de raisons – se moderniser et où sévit une grave pénurie du travail. Les personnes les plus jeunes, les plus saines, voire les plus talentueuses, partent en quête d’emplois dans les pays surdéveloppés, en Europe, aux États-Unis, aux Émirats arabes unis et ailleurs. En général, les pouvoirs publics ne veulent pas de ces candidats au travail et l’on prend des mesures pour endiguer ou limiter leur flot, les empêcher de débarquer, les repousser ou les expulser. Pourtant l’économie du surdéveloppement ne peut se passer d’eux. Le secteur tertiaire, de même que l’industrie lourde, sont inconcevables sans eux. En général, ils sont confinés aux tâches les plus ardues et ingrates, les plus vitales et productives aussi. Ce sont les véritables artisans de la croissance. Les populations locales, par trop xénophobes, ne veulent pas plus de leur présence que les pouvoirs publics. On n’en a pas moins besoin d’eux. Toutes les tentatives des autorités gouvernementales ou des collectivités locales d’atteler des nationaux aux tâches abandonnées aux émigrés échouent. Les nationaux bénéficient de telles conditions de protection sociale – chômage, allocations, voire rentes – qu’on se complaît plus volontiers dans l’oisiveté qu’à des tâches subalternes considérées comme infâmantes.

13On a besoin des travailleurs émigrés pour une autre raison. Plutôt que de délocaliser ses structures productives dans des pays où le coût du travail est bas, on conserve – par patriotisme ! – les entreprises sur le sol national et on importe légalement ou illégalement de la main-d’œuvre à bas coût. En fait, il est des secteurs qu’on ne peut délocaliser. Le bâtiment, la cueillette, l’accompagnement des personnes âgées qui menace de ruiner les caisses de retraite dans les pays occidentaux. Les travailleurs émigrés sont généralement laborieux, dociles et loyaux. Ils sont corvéables à merci. De jour et de nuit. Le samedi, le dimanche et les jours fériés. Ce n’est peut-être pas l’esclavage antique ; ça n’en est pas moins une modalité de l’esclavagisme consenti : les circonstances de la vie contraignent les candidats à l’émigration laborieuse à se vendre en vendant leur force de travail. Je ne sais du reste lesquels étaient les mieux lotis, des esclaves de l’Antiquité ou des esclaves de nos jours. Il est des patrons plus arbitraires, plus harcelants, voire plus brutaux, que des maîtres.

14Les sociétés occidentales engagées dans la logique inexorable d’une croissance positive réclament donc ces travailleurs émigrés et ce besoin risque ou promet de s’étendre à des tâches considérées jusque-là comme nobles et pour lesquelles on ne trouve plus de candidats nationaux – les métiers médicaux et paramédicaux et bientôt l’enseignement des sciences dans les collèges et lycées. Les candidats à l’émigration laborieuse savent qu’on a besoin d’eux. Ils connaissent tous un proche ou un voisin qui a surmonté les écueils, trouvé du travail et même normalisé son statut. Ils voient surtout le bien que peut causer un virement bancaire de quelques centaines d’euros par mois à toute une famille restée au pays.

15L’émigration de plaisance : l’allongement de la durée de vie invite à mener sa vie par tronçons. Un lieu pour chaque tronçon, un métier, un compagnon ou une compagne. On ne vit plus une seule vie, on en vit plusieurs. On ne cesse de composer, de recomposer et de décomposer sa vie. Surtout quand on est riche, qu’on réalise la vanité de sa richesse et qu’on se convainc que le meilleur investissement est encore dans sa vie. La délocalisation est une catégorie existentielle autant qu’économique. On déménage pour avoir une meilleure qualité de vie. De nouvelles expériences poétiques et romantiques. On s’arrache à son lieu natal pour habiter la Terre. Surtout quand on n’a plus d’engagements domestiques. On change de langue, de personnage, de régime alimentaire, de religion. L’émigration de plaisance s’inscrit dans une mondialisation de la vie. Sans parler de la retraite qui est souvent le tremplin pour une autre vie plutôt que la réclusion dans une maison de campagne. L’émigration de plaisance présente également des traits détestables. Comme dans l’émigration sexuelle où l’on prend de jeunes compagnons ou de jeunes compagnes dans des contrées où les différences d’âge ne sont pas aussi déterminantes qu’en Occident. Nous assistons, là encore, à une colonisation par les liens du mariage, qu’on dénoue avec autant de légèreté qu’on les noue. Sans parler du tourisme sexuel qui constitue pour certaines contrées des recettes non négligeables.

16L’émigration de consécration : on ne connaît la consécration cinématographique qu’à Hollywood, littéraire qu’à Paris, artistique qu’à Londres. La consécration aussi s’est délocalisée. Dans un sens inverse. On quitte sa terre et sa patrie, par trop provinciales, pour chercher la gloire dans des lieux où les critiques, les publicitaires et les industries ont choisi de la délivrer. Une consécration n’est complète qu’à l’échelle mondiale. Les prix Nobel ne sont plus suédois et norvégiens, ils sont mondiaux. Si le droit à l’exil est nié aux candidats à l’exil contraint qui n’ont d’autre choix que de s’exiler pour survivre, en revanche, nul ne le contestera aux candidats à l’exil volontaire – exil doré – autour desquels on s’empresse pour mieux les retenir.

17Les deux premiers types d’émigration réclament un lourd prix de la part des émigrés et des premières générations de leurs descendants, en l’occurrence les séquelles, pour certaines perverses, d’une perte et d’une quête d’identité.

La diaspora juive à l’ère de la globalisation

18Les États nationaux se donnent des diasporas, voire les encouragent, pour des raisons économiques, diplomatiques, démographiques, culturelles. La condition diasporique, longtemps confinée aux juifs, serait en train de séduire les Etats nationaux. Pourtant, les diasporas sont condamnées à se diluer. C’est ce qu’on appelle l’intégration. À moins de se donner des principes qui les préserveraient, ressemblant peut-être à ceux qui caractérisaient le peuple juif jusqu’à la création de l’État d’Israël. La diaspora juive était alors fondée sur les principes suivants :

19– Des souvenirs communs : une communauté de souvenirs, qu’on aura désignés comme souvenirs fondateurs, coulés dans un calendrier de commémorations et de célébrations liant l’ensemble des communautés juives à travers le monde. On a davantage souligné la destruction, la déchéance, la persécution que les éphémères victoires militaires. L’esclavage en Égypte. La destruction des deux temples de Jérusalem. Les persécutions par les croisés. Les persécutions de 1648-1649 par les Cosaques et les Polonais. Cette terrible saga du meurtre gratuit culminera dans la Shoah qui aura décomposé la diaspora juive contemporaine et autour de la commémoration de laquelle elle se sera recomposée.

20– Des commandements communs : ces commandements explicitent une alliance particulière entre Dieu et son peuple, une alliance volontiers exclusiviste. Ils précisent un culte de tous les instants assignant en permanence le juif au compagnonnage de Dieu.

21– Une langue commune : l’hébreu se sera d’autant mieux conservé qu’il était langue sacrée et que, contrairement aux idées communément reçues, il était également langue de liaison et de communication sinon de création. La résistance linguistique s’exerçait, par ailleurs, par l’invention de langues mixtes judéo-arabes, judéo-espagnoles, judéo-allemandes.

22– Une mission commune : les juifs étaient d’autant plus contraints de réfléchir leur vocation et leur mission qu’ils étaient acculés à s’en expliquer sous la pression de religions qui se posaient en leur dépassement universaliste. Ils n’auront cessé de considérer les menaces que celles-ci représentaient pour eux, au point que leur théologie ne serait qu’une longue variation sur ce thème. On ne voulait pas se convertir à une autre religion ; on était dans l’impossibilité de proposer une nouvelle qui ne serait ni néochrétienne ni néomusulmane ; on ne pouvait que viser la réparation du monde – tikkun olam – à partir de vestiges et de ruines où la condition juive était vécue comme une paradoxale déchéance élective.

23– Une nostalgie commune : Jérusalem constituait un pôle nostalgique terrestre autant que céleste. Un terreau. Un lieu virtuel. Un berceau. Voire un cimetière. Ce n’était pas tant la nostalgie d’un lieu que l’aspiration à un retour, une restauration et une réhabilitation. Aujourd’hui encore, le juif serait sur un retour permanent. On ne sait pour quoi ni vers quoi. Retour politique et repentir religieux. Même en Israël, il n’a pas fini de retourner et de se retourner ; quand il a le sentiment d’être arrivé, il bascule dans un certain philistinisme où il risque de perdre jusqu’à son âme. La nostalgie est plus déterminante que sa satisfaction. On rencontre en principe ce phénomène dans toutes les perceptions fantasmagoriques.

24– Une condition commune : en l’occurrence la condition de parias de Dieu ne s’entendant à aucun autre régime qu’une théocratie directe. S’accommodant des régimes en place comme d’un pis aller selon la formule de « Dina dé-Malkhouta Dina » (Guittin 10a), qui prescrit de se soumettre aux pouvoirs en place et de montrer une loyauté politique conditionnée par le respect des trois interdictions, de l’idolâtrie, de l’inceste et de la consommation du vivant. La diaspora juive se caractérise par un dédoublement généralisé. On n’est juif qu’autant qu’on est juif et autre chose. Le régime public et le régime privé. Le régime politique et le régime de Dieu. Cette condition se caractérise également, on doit le reconnaître, par une démarcation de l’autre – du Gentil.

25– La solidarité mutuelle enracinée dans une proximité particulière ou l’engendrant, dans un je-ne-sais-quoi qui passe entre deux juifs sitôt qu’ils se rencontrent ou se croisent par les sentiers du monde.

26– La sainteté de vie qui trouve son expression dans un consentement inconditionnel à la vie malgré les déboires, les persécutions et les massacres et malgré les salaires et merveilles promis dans le monde à venir que, pour reprendre le Talmud, « nul œil n’a vu ».

  • 9 Le Zohar, trad. C. Mopsik, Éditions Verdier, 1981, vol. I, 59b, p. 302.

27On ne peut parler de diaspora au sens judaïque du terme si on ne présume d’une résistance à l’assimilation, voire à l’intégration. En l’absence de cette résistance, la diaspora craque et la communauté se dissout et se dilue dans la population générale. Les juifs n’ont cultivé cette résistance que parce qu’ils étaient nourris et bercés par une religion particulariste résistant, précisément, à son dépassement par des religions plus universelles comme le christianisme et l’islam. Elle présumait de la coïncidence, que d’aucuns trouvent primitive, entre religion, nation et ethnie. Elle trouvait – et continue de trouver – expression dans une théologie essentiellement diasporique telle qu’elle est débattue dans le Talmud et la Kabbale avec des scénarios cosmogoniques et théosophiques grandioses réitérant l’élection malgré la déchéance et lui impartissant une mission. Dès les débuts : « Si mon alliance n’existait pas, je n’aurais fait ni le jour ni la nuit, ni les lois du Ciel et de la Terre. » (Jérémie 33, 25) Le Zohar, œuvre maîtresse de la Kabbale, renchérit : « Ainsi, les enfants d’Israël qui gardent l’Alliance [en pratiquant la circoncision] et qui la reçoivent pour eux-mêmes ont part au monde à venir. D’autant plus que c’est pour cette raison qu’ils sont appelés “justes”. »9 Le particularisme, l’exclusivisme et l’apologétique qu’on reproche tant au judaïsme recouvreraient à mon sens autant de vertus qui ont garanti le succès de la préservation diasporique des juifs, malgré la déchéance politique et le désaveu théologique. Sans la diaspora, on n’aurait pu parler du peuple juif comme d’un am olam – à la lettre peuple mondial ou peuple éternel.

28Aujourd’hui, nous assistons à la reconstitution de la diaspora juive autour d’Israël. C’est un État tournant comme on dit plaque tournante. Ces deux dernières décennies, un million de Russes sont venus, deux cent mille seraient partis. Ces dernières années, dix mille français sont venus, la moitié a dû regagner la France ou vit entre Tel Aviv et Paris. Sans cesse, on vient ; sans cesse, on part. Les universitaires n’ont de hâte que de gagner Harvard ou la Sorbonne ; là-bas, ils ne rêvent que de regagner leurs domiciles hiérosolomytains ou telaviviens. Les retraités qui en ont les moyens vivent entre Jérusalem ou Tel Aviv et Paris ou New York. Les artistes trouvent leur consécration à l’étranger, voire leur reconnaissance. On ne récuse pas pour autant le sionisme, on ne se désolidarise pas avec Israël. En général. On continue de considérer le pays comme un port d’attache. À Moscou, où l’on parle volontiers hébreu dans les rues et où l’on regarde la chaîne israélienne émettant en russe ; à Paris, où l’on s’interpelle volontiers en hébreu et où le XVIIe arrondissement est devenu un lieu de rencontres entre ces Israéliens français ou ces Français israéliens. La double nationalité n’est plus un secret, la double allégeance un tabou. On exhibe volontiers ses deux et trois passeports. La loi du retour n’a pas seulement permis le rassemblement des exilés et le retour de millions d’entre eux en Israël. En l’étendant à tous ceux qui avaient un ancêtre juif, en URSS et ailleurs, on a permis à des centaines de milliers de personnes de gagner Israël et de se prêter à des processus de conversion somme toute assouplis, quoique dominés par le rabbinat orthodoxe. Ces dernières décennies, Israël a rempli le rôle d’un grand chantier de conversions et d’expansion du peuple juif. On entrait avec une croix tatouée sur le front, pour prendre l’exemple des Falashas éthiopiens, on se soumettait à une intervention chirurgicale et à une conversion. Demain, leurs descendants regagneront peut-être l’Éthiopie pour reconstituer une communauté juive et apporter le savoir-faire qu’ils auront acquis à la société éthiopienne. J’ai rencontré parmi les intellectuels israéliens nombre d’entre eux qui ne reculaient pas devant la notion étonnante, dangereuse et prometteuse à la fois, de « droit à l’exil »…

  • 10 H. Arendt, « Aux origines de l’assimilation », in La Tradition cachée, Christian Bourgeois, 1987, p (...)

29La diaspora juive était un phénomène singulier dans l’histoire de l’humanité. Par la résistance, la persistance, l’hostilité, la persécution, le massacre, la créativité…, voire l’assimilation. On ne s’assimilait pas impunément, on devait encore en illustrer les mérites. Parlant de Henriette Herz qui tenait un salon à Berlin, Hannah Arendt déclare : « Son détachement devient un talent insensé pour tout. »10 C’était un phénomène national (le psychologue austro-américain Erik Erikson parle de pseudo-species) transnationalitaire (on était nationalement juif-allemand, juif-marocain, juif-turc) ; un phénomène transethnique (on était ethniquement juif sans que les juifs ne constituent à proprement parler une ethnie) ; un phénomène transculturel (le juif allemand était de culture allemande, le juif marocain de culture marocaine) ; un phénomène transétatique (au cours de la Première Guerre mondiale, on trouvait des juifs des deux côtés des tranchées). Dans ce grand brassage des populations qui caractérise la mondialisation, je ne sais ce que la diaspora juive va devenir. Je ne sais si les principes explicitant la diaspora juive, tels qu’ils ont été énoncés ci-dessus, vont perdurer. Je ne sais surtout ce que réserve l’avenir à Israël et quelles seront ses répercussions sur la reconstitution de la diaspora autour de lui ? S’achemine-t-on vers son démantèlement comme État juif ? Vers un État binational ? Vers une fédération jordano-palestino-israélienne ? Vers une fédération de cantons ? On devra un jour se prononcer sur ces questions. Sinon ce sera encore une fois l’Histoire – avec un grand H – qui donnera ses solutions.

30Je ne sais si les Irlandais, les Polonais, les Libanais ou les Marocains constituent une diaspora ni surtout combien de temps elle tiendra. Je ne pense pas que les petits enfants des Portugais en France ou des Italiens aux États-Unis s’encombrent outre mesure des origines de leurs arrière-grands-parents. Ils se sont intégrés et ils en sont heureux. De même que les israélites de France avant la Seconde Guerre mondiale. En revanche, on peut parler, avec la poursuite des flux de migration, de la permanence d’un consortium de diasporas dont les contours ne cesseraient de changer. Les Marocains continueront de gagner l’Europe et l’Amérique, les nouveaux émigrés alimentant la vitalité de structures créées par les premiers émigrés dont les descendants se seraient intégrés pour ne pas dire assimilés (un peu comme les juifs maghrébins ont revitalisé les structures israélites en France, les juifs russes les structures en Allemagne…). Les changements au sein des populations nationales auxquels nous assistons dans les pays de destination de l’émigration ne sont pas sans générer des tensions qui – je le pense, je l’espère – s’émousseront avec le temps puisque les premiers partis améliorent souvent les conditions d’accueil de ceux qui les suivent. On le voit avec les Chinois en France et les Turcs en Allemagne. Les questions ne manquent pas : Quels nouveaux modes d’habitation et de cohabitation prévaudront sur Terre ? Assisterons-nous à la création de diasporas ? La diaspora marocaine ; la diaspora iranienne ; la diaspora chinoise ? Se maintiendront-elles au-delà des trois premières générations pendant lesquelles les petits-enfants continuent de se chercher en leurs grands-parents émigrés ? Leur maintien est-il souhaitable ? L’exemple des États-Unis est éloquent à plus d’un égard. Le creuset – le célèbre melting pot – a œuvré et continue d’œuvrer au prix d’une homogénéisation des mœurs et d’une perte des traits particularistes et cela malgré le tribut politiquement correct versé au multiculturalisme. Le modèle américain est-il souhaitable ? est-il condamnable ? est-il transférable ? Quels avantages présente-t-il ? quels inconvénients ? Les juifs même ne sont plus à l’abri de l’assimilation malgré des mécanismes de résistance bimillénaires que la Shoah – je dois malheureusement le constater – ont réactivés. Je ne sais si les juifs marocains constituent une diaspora au sein de la grande diaspora juive et combien de générations elle se maintiendra. Quand les juifs du Maroc cesseront-ils d’être des juifs marocains en Israël, en France, au Canada ? Quelle place tient la nationalité marocaine – à laquelle je le rappelle on ne renonce pas ! – dans la perception de soi des deuxième et troisième générations ? Se transmet-elle aux générations suivantes ? Combien de générations ? Quels liens entretiennent-elles avec le Maroc ? Quels ressorts nostalgiques les rattachent encore à lui ? Quelles perspectives s’offrent à eux, quelles perspectives pouvons-nous leur ouvrir ?

Le royaume de la mondialisation

31Malgré les reculs intégristes et les crispations particularistes, la mondialisation serait en train d’étendre un régime universel à l’ensemble de l’humanité. Il est véhiculé par la science – et il n’en est qu’une – dont les réalisations technologiques pénètrent toutes les sphères de la vie. La science ne connaît pas d’entraves, n’en tolère pas. Elle s’échange, elle circule, elle lève les scellés, elle pénètre partout. Dans cent ans sinon dans dix. Elle considère l’homme, pour le meilleur et pour le pire, comme son cobaye par excellence. Sans le déclarer ; sans le reconnaître. Malgré les comités d’éthique. C’est lui qui mène la recherche, c’est à lui qu’elle se destine, c’est lui qu’elle sert ou dessert. Les bouleversements dans la notion de circulation sont l’expression la plus éloquente et impérieuse de ses acquis. La circulation routière, ferroviaire, maritime, aérienne et bientôt spatiale. La circulation de l’information par les médias, Internet et la nouvelle téléphonie. La circulation des marchandises, condition nécessaire à une croissance permettant de résorber les poches de chômage. Circulation enfin – transhumance ? – des populations. D’un continent à l’autre, d’une aire culturelle à l’autre, d’une région à l’autre. On a l’impression d’un grand brassage des populations avec son cortège de guerres interethniques, de guerres de religion, de ségrégations raciales. Ce brassage promet ou menace de s’accélérer. Rien n’empêchera des Iraniens déterminés de s’établir dans les émirats, les Mexicains de passer la frontière avec les États-Unis, les Chinois de créer des colonies un peu partout. La mondialisation encourage les migrations et nul ne saurait prédire ce qui sortira de ce grand brassage. Quels nouveaux syncrétismes ? Quelles nouvelles cultures ?

32On peut penser que la mondialisation instaure le royaume. Elle autorise les métissages qui étaient jusque-là inconcevables. Elle encourage l’émergence de nouvelles voix, de nouveaux styles, voire de nouveaux cultes. Elle crée à la longue une proximité entre les races, les religions et les cultures qui promet de dissoudre les préjugés. Le racisme ne disparaîtra pas parce que l’amour du prochain l’aura emporté sur la haine de l’autre mais parce qu’au bout de trois à cinq générations, on se ressemblera tellement les uns les autres qu’on ne sera plus autant sensible aux différences de couleurs ou de cultes. On réalisera progressivement que derrière les textes sacrés de l’humanité et les panthéons des prophètes retentit la voix du même Dieu se déclinant en mille et une langues et dans mille et un textes. La mondialisation pave la voie au régime de tolérance que tous appellent de leurs vœux et qu’on ne montre qu’à contrecœur, par condescendance par-ci, par repentance par-là. Pour être politiquement correct. Les accès d’intégrisme auxquels nous assistons ne sont à mon sens qu’autant de crispations devant la perte des exclusivismes religieux et toutes les religions sont exclusivistes. Ces crispations peuvent se révéler meurtrières. Dans tous les cas, elles engagent le monde entier.

33Les charniers laissés derrière eux par les totalitarismes, en Europe et en Asie surtout, n’ont pas ralenti le cours de cette histoire de la raison. On a beau la décrier, l’incriminer, lui imputer toutes sortes de crimes, elle ne ralentit pas pour autant. Sans montrer, il est vrai, de grandes considérations pour l’individu. L’histoire sait au demeurant se repentir sincèrement ou simuler sa repentance pour poursuivre sa course inexorable dans les grandes aventure et mésaventure de la découverte, qu’on l’assimile ou non au progrès, et vers la déposition de l’individu de ses prétendus droits et devoirs. Désormais, elle étend son régime au monde entier. Grâce, par, à cause des forces du marché qui incitent à la délocalisation, à la colonisation et à une certaine homogénéisation. On ne pille plus les richesses locales, on loue la main-d’œuvre et on contribue de la sorte à donner de petites impulsions à l’économie locale. Dans un premier temps, on s’est contenté de la main-d’œuvre ; on est en train de passer à l’exploitation de mines et à la culture sous serre. Protester ne servirait pas à grand-chose ; c’est à nous autres, politiques, chercheurs et pédagogues, à faire de cette mondialisation une bénédiction en créant les conditions propices à l’épanouissement de l’individu. Sinon ce sera encore et de nouveau sa déperdition. On a tant décrié Hegel, ses prédécesseurs et ses successeurs qu’on a préféré se tourmenter et tourmenter les autres avec Kierkegaard que tirer parti de la légère et délicate place que l’histoire, sa raison, sa science et son esprit laissent à l’individu. Je ne suis pas pour célébrer béatiquement la mondialisation et pour reprendre les mythes d’une veine hellénique sur « le mélange des races » et « la fusion des peuples » ; les masses sont du reste plus sensibles aux discours particularistes qu’aux discours universalistes à moins d’être violentées par des intellectuels se doublant de commissaires politiques ; je suis pour en tirer tous les avantages possibles, quitte à payer le prix que réclame parfois son expansion (l’anglais comme lingua franca, la bureaucratisation informatisée de nos vies et de nos parcours, la colonisation accompagnant la délocalisation, etc.). Ce n’est pas le royaume qui nous attend, c’est la Lune.

Le sens du monde

34Le sens du monde requiert de se résigner au déracinement et à la délocalisation. On n’est nulle part chez soi ; on est partout chez soi. C’est en train de venir, pour le meilleur et pour le pire. On ne se reconnaît en rien ; on se reconnaît en tout. Ça menace. L’homme est désormais un grand nomade. Il passe volontiers d’un lieu à l’autre, d’un rêve à l’autre, d’un culte à l’autre, d’un dieu à l’autre, d’un désir à l’autre... d’une vérité à l’autre. Le sens du monde instruit une citoyenneté du monde. Ce n’est pas un passeport ; ce n’est pas non plus le refus de tout passeport. C’est la résiliation progressive des nationalités et la décrispation des citoyennetés. C’est l’adhésion au métissage généralisé. Des races, des cultures, des religions, des couleurs, des rêves, des désirs. On n’a pas le choix : les menaces qui pèsent sur la Terre et sur l’humanité sont si concrètes, proches et terribles qu’elles marginalisent les luttes tribales, les guerres de religion et les vindictes nationales. Le patriotisme n’est plus une piété, l’exil une excommunication. L’étranger, on doit l’espérer, sera de moins en moins exclu. De même qu’ont disparu les limites de la cité ancienne, les frontières des États modernes sont condamnées à disparaître. On le voit en Europe, on le verra ailleurs. Ça prendra des décennies, voire des siècles. Ça se produira. Ce qui est encourageant c’est qu’on est en train de mettre en place des régulations transétatiques et qu’on s’achemine de la sorte vers un monde. On assiste à :

  • 11 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, Éditions Gallimard, 1997 (1963), p. 448.

35– L’élaboration d’une charte écologique à l’échelle de la planète encouragée par une sensibilité écologique grandissante au sein des populations les mieux nanties comme des plus démunies. Ce souci écologique recouvre une responsabilité pour l’avenir de la Terre qui, pour reprendre Hannah Arendt, est au fondement de toute responsabilité qui relève davantage du registre politique – une politique morale – que de l’éthique. Arendt concluait le réquisitoire qu’elle aurait choisi de prononcer contre Eichmann à Jérusalem par ces termes : « Et parce que vous avez soutenu et exécuté une politique qui consistait à refuser de partager la Terre avec le peuple juif et les peuples d’un certain nombre d’autres nations – comme si vous et vos supérieurs aviez le droit de décider qui doit et ne doit pas habiter cette planète – nous estimons que personne, qu’aucun être humain, ne peut avoir envie de partager cette planète avec vous. C’est pour cette raison, et cette raison seule, que vous devez être pendu. » 11

36– Un calendrier commun et l’on commence à voir s’établir comme un calendrier universel.

37– Des régulations économiques.

38– Un réseau de communications à l’échelle planétaire.

39– Des droits et des devoirs universels.

40Un régime universel – la mondialisation – serait en train de se mettre en place avec notre consentement ou sans lui. En vérité, on ne saurait pas ce qu’on veut. On appelle de ses vœux l’instauration d’un régime universel et l’on se crispe sitôt qu’il s’annonce. On souhaite une meilleure intégration dans la société civile et l’on crie à l’assimilation sitôt que cette intégration est réussie. On célèbre les vertus du métissage et l’on se préserve des mariages mixtes comme d’une trahison. On proteste contre l’absurde et l’on tombe dans des exacerbations religieuses encore plus absurdes. Il en est pour voir dans cette tendance une bénédiction, d’autres, une malédiction. On aurait peur, pour reprendre une expression de Robert Musil, de l’homme sans qualités qui se profile à l’orée de cette mondialisation, l’homme dont l’identité se sera étiolée dans le laminage de ses traits particularistes. Soit on s’en accommode, résistant à l’abîme de sens, soit on s’accroche à un dieu ou à un démon, à un dieu recouvrant un démon ou un démon recouvrant un dieu. Le cœur est privilégié. Le sentiment aussi. L’intellect, par trop technique, est abandonné aux intellectuels. C’est la paresse de penser ou le désespoir de penser. La vague new age est animée par la recherche du sens mais également par la recherche de la tribalité ou de la communauté. Dans ce grand monde où règne l’anonymat, on recherche – ou ne recherche pas – l’intimité d’une tribu ou d’une communauté. L’homme sans qualités guette l’homme dans ce vaste supermarché où la question des nationalités connaîtra des rebondissements qui se concluront par autant de râles. En France, l’émigration change la nationalité française, les mariages mixtes les contours du peuple juif. Les entités collectives sont travaillées par les mouvements migratoires et les processus de métissage. Mais le sens du monde est aussi celui de l’amitié entre les peuples et de la détente dans les relations interhumaines. Il n’est que de prendre l’avion pour comprendre que nous sommes tous, là haut, dans le même bateau. Le monde est à conquérir et nul ne se décide à décréter le royaume.

41Dans tout cela que deviendra la diaspora marocaine ou magrébine ? Elle se maintiendra tant qu’elle continuera d’être alimentée par de nouveaux venus et conservera des amarres culturelles dans les pays d’origine ainsi que des attaches familiales. Jamais sa résistance ne sera aussi pugnace qu’a été la diaspora juive. Parce que l’islam est une religion universelle, parce qu’il se résout à renouer son dialogue avec la science après une longue interruption, parce qu’il est insensible aux couleurs et aux nationalités. Parce que dans ce brassage général ne résistent que les traits morphologiques et encore peut-on voir un peu partout comment le métissage change les couleurs et corrige les traits. Mogador est le nom d’une ville. Le nom d’un théâtre. Le nom d’une rue. Le nom d’un restaurant dans le XVIe arrondissement de Paris. Il propose des plats et des pâtisseries souiris. Sitôt installé, j’ai annoncé que j’étais de Mogador ; je m’attendais à un régime de faveur. La carte n’était pas décevante. Le serveur aussi se disait de Mogador. Son père sinon lui. Il ne connaissait ni la ville ni le théâtre, ni les Gnawa ni les Hmadsha. Il ne savait rien de Mogador. Il n’était que de la deuxième génération de l’émigration. J’ai écarté mon dépit. Contre l’humanité entière : « Comment peut-on être homme et ne pas connaître Mogador ? ! » Du coup, la nourriture n’était plus aussi bonne que dans mes souvenirs où continuent de griller des sardines et c’est, n’en déplaise aux stratèges politiques, ce goût et cette odeur de sardines grillées qu’on ne peut transmettre à la prochaine génération…

Notes

1 G. W. F. Hegel, La Phénoménologie de l’esprit, Aubier, 1946, vol. I, p. 62.

2 Ibid., vol. I, p. 310.

3 S. Kierkegaard, Traité du désespoir, Idées/Gallimard, 1949, p. 106.

4 S. Kierkegaard, Journal 1834-1846, Gallimard, 1963, p. 392.

5 Angelus Silesius, Le Voyageur chérubinique, IV, 219, Éditions Payot & Rivages, 2004, p. 320.

6 Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî, Odes mystiques, Seuil, 1973, p. 42.

7 Tchouang-tseu, L’œuvre complète, VI, Philosophes taoïstes, La Pléiade, Gallimard, 1980, p. 134.

8 Lie-tseu, Le Vrai Classique du vide parfait, I, X, Philosophes taoïstes, La Pléiade, p. 375.

9 Le Zohar, trad. C. Mopsik, Éditions Verdier, 1981, vol. I, 59b, p. 302.

10 H. Arendt, « Aux origines de l’assimilation », in La Tradition cachée, Christian Bourgeois, 1987, p. 43.

11 H. Arendt, Eichmann à Jérusalem, Éditions Gallimard, 1997 (1963), p. 448.

Auteur

Ecrivain et philosophe

© Centre Jacques-Berque, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable