Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La bienvenue et l’adieu | 3

 | 
Frédéric Abécassis
, 
Karima Dirèche
, 
Rita Aouad

La communauté marocaine : communauté matricielle et diasporas

Allocution prononcée par Serge Berdugo en ouverture du colloque

Serge Berdugo

Testo integrale

1Mesdames et Messieurs,

2Quelques mots pour tout d’abord saluer l’audace tranquille de M. El Yazami lorsqu’il a accepté de soutenir ce colloque qui ne va pas de soi et qui est même assez courageux par les temps qui courent. Et je voudrais aussi dire combien je félicite tous ceux qui ont participé à l’organisation de ce colloque, et qui me donnent l’opportunité aujourd’hui de parler de la communauté juive marocaine, de son évolution depuis une trentaine d’années. C’est la première fois que je m’exprime devant un tel aréopage de chercheurs et je voudrais le faire au nom de tout ceux qui ont, pendant un certain nombre d’années, dirigé ma communauté.

3La communauté juive du Maroc, l’une des seules communautés juives structurées vivant en terre arabe et musulmane, ne laisse pas indifférent, elle suscite de l’intérêt et des questionnements. On demande souvent : « Pourquoi les juifs du Maroc restent-ils si attachés au Maroc quel que soit leur lieu de résidence ? Comment expliquer la tolérance entre juifs et musulmans au Maroc ? Pourquoi l’identité juive marocaine partout dans le monde s’affirme-t-elle, alors que le nombre de juifs diminue au Maroc ? Autant de questions auxquelles il nous faudra apporter des éléments de réponses d’ordre historique, religieux et institutionnel.

4On peut tout d’abord parler de l’enracinement historique. Les juifs se sont installés au Maroc il y a plus de 2000 ans et lorsque les Arabes conquirent le Maghreb, ils y trouvèrent des Berbères, des juifs et des tribus berbères judaïsées. La seconde raison est d’ordre religieux : l’islam maghrébin a permis aux juifs de conserver leur foi et leurs pratiques religieuses et de participer à la vie de la cité. C’est ainsi que plusieurs milliers de juifs (artisans, médecins, soldats, savants) ont accompagné Tariq Ibnou Ziyad dans la conquête de l’Espagne où ils participèrent, durant sept siècles, à l’âge d’or d’El-Andalous.

5En 1492, les descendants de ces juifs et des musulmans furent expulsés d’Espagne « ensemble » pour n’avoir pas accepté d’abjurer leur foi. C’est, à mon sens, cette épreuve commune qui a forcé le respect des uns et des autres et jeté les bases de la tolérance entre un islam orthodoxe et un judaïsme tout aussi orthodoxe.

6La troisième raison est d’ordre institutionnel : je veux parler ici de la monarchie marocaine. Au Maroc, le roi est « Amir al-Mouminin » – commandeur des croyants – non seulement des musulmans mais aussi des adeptes des religions monothéistes. À ce titre, le roi a le devoir spirituel de protéger les juifs et il est symptomatique de constater que les pages noires – qu’il ne faut pas occulter – de la vie des juifs au Maroc ont le plus souvent coïncidé avec des périodes d’affaiblissement du pouvoir royal.

7La vie des juifs au Maroc ne fut pas toujours un long fleuve tranquille, mais la mémoire collective de juifs du Maroc retient que, toutes choses égales par ailleurs, le sort des juifs au Maroc fut meilleur que celui de leurs coreligionnaires dans d’autres parties du monde, notamment en Europe. Entre musulmans et juifs, il y eut donc cette « convivance » séculaire sous l’ombrelle protectrice du roi, garant de la sécurité et de la quiétude des trois composantes du royaume : arabe, berbère et juive. Trois exemples éclairent la responsabilité spirituelle du roi dans la protection de ses sujets juifs et non juifs. Le sultan Hassan Ier déclarait au XIXe siècle : « Le jour du Jugement dernier, je plaiderai moi-même contre quiconque aura lésé un juif. » Je rappellerai, si besoin est, la position courageuse de feu Mohammed V qui a refusé d’appliquer aux juifs marocains les lois du gouvernement de Vichy. Aujourd’hui, Sa Majesté le roi Mohammed VI a réaffirmé sa « responsabilité religieuse historique et constitutionnelle dans la préservation des personnes, des droits et des valeurs sacrées de [ses] sujets de confession juive, à l’instar de toutes les composantes de la Nation ». Si les rois du Maroc n’ont jamais démenti leur sollicitude envers les juifs, l’attachement des juifs à leur marocanité ne s’est jamais démenti, qu’ils soient restés au Maroc ou qu’ils vivent sous d’autres cieux.

8En 1955, à Aix-les-Bains, lors des négociations franco-marocaines pour l’indépendance, les dirigeants juifs marocains refusèrent de suivre la résidence générale du protectorat qui les encourageait à demander un statut de minorité pour réclamer la citoyenneté marocaine à part entière, citoyenneté qui leur fut accordée par le sultan dès son retour de Madagascar en 1956 à Saint-Germain-en-Laye. Je crois même que ce fut sa première déclaration à son retour d’exil.

9À l’aube de l’indépendance, les juifs, loin de quitter le pays, ont délibérément choisi la citoyenneté marocaine et ont activement participé à la vie de la cité. En fait, les juifs marocains jouèrent un rôle crucial dans la refondation des structures de la nation. Ils se sont d’emblée engagés dans l’administration à différents échelons, de la dactylo au directeur central, et ce, dans tous les secteurs de l’agriculture à la défense nationale et de la santé à l’intérieur en passant par les affaires étrangères. Cela aurait pu ressembler à un nouvel âge d’or.

10Malheureusement, cet élan extraordinaire a été cassé par l’exacerbation politique puis militaire du conflit au Moyen-Orient, qui a créé une psychose au sein de toutes les communautés juives à travers le monde et suscité un exode massif dans les rangs de la communauté juive marocaine. Je n’évoquerai pas les différents flux migratoires. Ils seront l’objet de plusieurs contributions à ce colloque. Je dirai simplement que ces flux migratoires ont touché toute la communauté, et qu’en une quarantaine d’années nous avons assisté à l’émigration de plus de 180 000 personnes, en vagues différentes, d’ampleurs différentes, avec des motivations et des destinations spécifiques. Elles furent entrecoupées par des périodes de stabilité relative. C’est ainsi qu’après la dernière vague d’émigration en 1968-1969, la communauté juive comptait moins de 20 000 membres. L’impact de ces départs fut dramatique.

Refondation de la communauté juive

11Il faut prendre toute la mesure de l’impact de l’émigration sur les communautés. Aucune famille n’étant épargnée, les institutions tombent en déshérence, les associations en hibernation, le tissu social en lambeaux, les relations se font distendues avec l’administration… C’est le syndrome : « le dernier qui s’en va éteint la lumière… »

12Quand on parle d’émigration, on parle rarement de ceux qui sont restés. Quelles que soient les raisons de leur choix, elles sont légitimes. Loin des fantasmes et des sarcasmes, il est notable que dans les faits, la population n’était pas particulièrement aisée, et beaucoup étaient des laissés pour compte de l’alyah. La communauté devait prendre en charge plus de 15 % de la population, dont la majorité était composée de personnes humbles, exerçant de petits métiers et tenant de petits commerces.

  • 1 Cf. Arlette Berdugo, Juives et juifs dans le Maroc contemporain, images d’un devenir, Paris, Geuthn (...)

13Il m’a paru important de faire l’état des lieux pour mieux faire comprendre l’évolution de la communauté juive du Maroc au cours de ces quarante dernières années. En fait, il nous a fallu plus de dix ans pour la refondation de communautés aptes à préserver leur identité dans un Maroc en devenir, tout en s’ouvrant vers le monde extérieur. Tâche délicate si l’on considère que ces communautés de près de 300 000 âmes en 1948 se sont réduites à moins de 5 000 aujourd’hui. Il a fallu du courage et des efforts pour reconstruire une vraie communauté. Cela n’a été possible que grâce à des dirigeants communautaires responsables et à l’action héroïque des femmes juives marocaines qui ont su « recréer » une vie juive autour du noyau familial dans un univers complètement désagrégé. Je renvoie à l’ouvrage écrit par Arlette Berdugo et aux entretiens qu’elle a collectés1.

14Ce n’est qu’à la fin des années 1970, après une dizaine d’années de reconstruction, que nous avons été en mesure de renouer les contacts avec notre diaspora, avec le judaïsme mondial et avec les originaires du Maroc en Israël. Cela avec une double exigence : être des Marocains loyaux et fidèles à notre patrie et n’accepter aucune compromission sur notre identité juive. On peut dire aujourd’hui que ces exigences sont remplies et on peut affirmer que notre communauté est la seule communauté juive structurée vivant dans un pays arabe et musulman. Nos nombreux visiteurs constatent tous les jours que nos institutions héritées du passé fonctionnent aussi bien, voire parfois mieux, que naguère. Ainsi, Casablanca dispose d’un service social et de bienfaisance exemplaire, d’une cacherout parfaitement gérée par notre grand rabbinat, et de 20 synagogues, dont la dernière, David Hamekekch a été créée en 2002, d’un foyer de personnes âgées avec des services hospitaliers de proximité, d’un club sportif (le SOC), d’un centre pour la jeunesse (DEJJ) avec une section d’Éclaireurs et d’Éclaireuses, de 10 boucheries, 3 pâtisseries, 3 traiteurs, d’un Kollel et de 3 réseaux scolaires de haut niveau dont 3 écoles qui comptent près de 25 % d’élèves musulmans apprenant l’hébreu. Cet inventaire à la Prévert est très évocateur de la vivacité de notre communauté. L’autre élément important pour une complète vie juive au Maroc est le maintien officiel des chambres de tribunaux rabbiniques qui statuent selon de la loi de Moïse dans les cours de justice marocaines et dont les jugements sont rendus au nom de Sa Majesté le Roi. Signalons que ce sont nos institutions qui ont servi de modèle aux juifs de Russie après l’effondrement de l’URSS.

Préservation du patrimoine

15Dans le même temps, étant à la recherche d’un dessein structurant, nous avons ressenti l’obligation morale d’assurer la pérennité de notre culture et de nos traditions, vieilles de 2000 ans. La question de la préservation du patrimoine juif du Maroc est primordiale, car elle relève de notre dignité, de celle de nos ancêtres, mais surtout de celle de nos enfants et petits-enfants, pour qui nous devons sauvegarder les lieux et les sites du passé juif (synagogues, cimetières et lieux de pèlerinage, etc.). C’est la vocation de la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, reconnue d’utilité publique par le gouvernement marocain, lequel considère l’héritage juif marocain comme une partie intégrante de la culture marocaine.

16Je laisserai à M. Simon Lévy le soin de présenter plus en détail ses activités. Disons rapidement qu’à l’actif de la fondation, on peut compter, entre autres, la synagogue Ibn Danan à Fès, la synagogue Ben Gualid à Tétouan, la synagogue Tolédano à Meknès. Le projet de Slat al-Fassiyine (Toshabim) de Fès et celui de l’ancien cimetière de Meknès sont en cours. Il nous faut aussi citer la création du Musée juif de Casablanca, conservatoire vivant du judaïsme marocain, qui reçoit des touristes, mais aussi les enfants des écoles, juifs et musulmans. C’est assurément l’un des plus beaux musées du Maroc et le seul musée juif dans un pays arabe.

17Notre héritage intellectuel n’est pas en reste. Nous avons publié une bibliographie générale du judaïsme marocain qui recense plus de 3 000 ouvrages. Celle-ci vient d’être actualisée et complétée sur le site Internet du colloque. Nous avons revisité notre musique traditionnelle en organisant plus de 15 concerts au Maroc et à l’étranger, créé un magnifique site Internet (Mimouna.net) qui diffuse le contenu du CD-ROM Traditions et modernité du judaïsme marocain et a été complété par la mise en ligne de près de 200 exemplaires de journaux juifs marocains couvrant les années 1950 à 1963, La Voix des communautés.

18Nous avons également réactivé les traditions ancestrales que sont les Hillouloth et les pèlerinages tombés en désuétude depuis 1970. Plusieurs fois par an, près de 5 000 pèlerins viennent se recueillir sur la tombe de « leur » saint à Ouezzane, à Safi, à Essaouira, à Settat, à Gourama, mais aussi à Tétouan, à Meknès à Rabat, à Demnate, à Toulal. Près de 4 000 personnes viennent tous les ans passer les fêtes de la Pâque à Marakech. Cela donne lieu à de grands moments de ferveur populaire et de nostalgie, moments où les fidèles se retrouvent transportés dans leurs souvenirs.

19Notre troisième obligation morale est de nous impliquer, nous l’avons ressenti très fortement, dans le processus de paix au Moyen-Orient. Notre communauté a pris conscience du caractère hautement symbolique de son enracinement dans la nation arabe et musulmane et a ressenti le devoir moral de participer à l’instauration du dialogue – et seulement du dialogue – entre musulmans et juifs, entre Palestiniens et Israéliens. En vingt ans, nous avons acquis une crédibilité qui nous a permis de faciliter les contacts et de jouer un rôle modeste mais précieux d’amiable compositeur. Notre démarche est limpide. Tout faire pour favoriser l’avènement d’une paix juste et durable dans la sécurité et la dignité pour tous dans deux États viables et souverains.

20Bien que la conjoncture actuelle ne prête pas à l’optimisme, nous espérons qu’il pointera rapidement des lueurs d’espoir, et je reste profondément convaincu que le judaïsme marocain est une force de paix, malgré la fausse image qu’on lui colle. Je forme le vœu que, le moment venu, les juifs marocains, au Maroc, dans le monde et aussi en Israël soient à l’avant-garde de l’apaisement des cœurs et que leur rôle soit essentiel dans la restauration de la confiance.

Relations avec la diaspora

21Autre apport, autre obligation morale et devoir de fraternité : celui de maintenir ouvertes les relations entre notre diaspora et le royaume du Maroc. Des milliers de juifs marocains n’ont pas coupé le cordon ombilical avec leur communauté et leur pays d’origine, où ils reviennent régulièrement, animés par un fort tropisme affectif et identitaire. Pour ces émigrants, le départ ne voulait pas dire « rupture » car comme le disait le Roi Hassan II, fort justement, « lorsqu’un juif s’expatrie le Maroc perd un résident, mais il gagne un ambassadeur ». Qu’ils vivent en Israël, en Europe, aux Amériques, les juifs marocains n’ont jamais renié leur pays d’origine et n’ont jamais été rejetés par leur pays. Je peux vous en donner des exemples très précis : j’ai visité le Vénézuela il y deux ans. Dans ce pays vivent 15 000 juifs ; parmi eux, 12 000 Marocains, et notre consulat a pu comptabiliser 9 000 passeports marocains. Prenons l’exemple du Brésil. Nous avons une communauté juive marocaine des « Caboclos » qui est installée depuis la fin du XXe siecle en Amazonie. Aujourd’hui, il y a une association de juifs marocains, assez importante, qui vient de créer l’association d’amitié entre le Brésil et le Maroc, laquelle a organisé sa première réunion au Maroc en 2010. Il y a donc cet espèce d’élan vers le Maroc qui n’est pas seulement de la nostalgie, mais aussi une question très forte d’identité.

22Il nous appartient de faire en sorte que tous les juifs du Maroc puissent venir se ressourcer dans leur pays d’origine, visiter la tombe de leurs ancêtres, pèleriner leurs saints tout en bénéficiant de toutes les conditions d’accueil nécessaires à une vie juive (cacherout, culte, etc.). Aujourd’hui, le judaïsme marocain retrouve sans complexes ses vraies valeurs et ses traditions ancestrales qui plongent leurs racines dans le terreau marocain. Il n’est plus obligé de se cacher derrière le faux nez du séfaradisme. Cela se vérifie partout dans le monde : d’innombrables concerts, colloques, manifestations, symposiums sont organisés par des originaires du Maroc. Des ministres, des ambassadeurs, des maires, des intellectuels, des universitaires, des rabbins, des dirigeants d’associations, des artistes affichent avec fierté leur marocanité, leur respect pour le peuple marocain et leur solidarité avec leur communauté d’origine.

23Ceux qui sont restés au Maroc, malgré leur nombre réduit, ne se considèrent pas comme formant une communauté résiduelle, mais comme les membres de la communauté matricielle gardienne du patrimoine culturel et civilisationnel du judaïsme marocain. L’attachement des juifs au Maroc, qu’ils vivent à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire, est chose tangible. C’est un patrimoine précieux que le royaume du Maroc s’attache à préserver comme une richesse socioculturelle unique et irremblaçable. Ainsi, en chaque occasion, Sa Majesté le roi multiplie les gestes de sollicitude envers les juifs marocains – au Maroc et à l’étranger. À chacune de nos fêtes religieuses, on constate la présence des représentants de l’autorité, de l’armée, des édiles.

24Mesdames, Messieurs,

25Aujourd’hui, on assiste à un vrai phénomène. Les musulmans s’intéressent de plus en plus aux juifs du Maroc, à leur histoire, leur culture, leurs coutumes, leurs traditions. Ils ressentent une grande fierté pour « leurs juifs ». Ils sont émus par leur attachement à leur pays d’origine. Il y a un exemple que je vis en ce moment, celui de la maison d’Illigh ; des musulmans de Tiznit sont en train de créer une association pour la sauvegarde des cimetières et des synagogues de la maison d’Illigh. Ou tous ces projets, comme celui sur le mellah de Tinghrir, ou la création de l’association Mimouna à l’université d’Al Akhawayn pour approfondir les relations entre juifs et musulmans. Tout cela, ce sont des signes qui ne trompent pas : beaucoup considèrent le départ des juifs comme une amputation et ne comprennent pas les raisons de leur départ. J’espère que ce colloque pourra apporter un début de réponse. Deux longs métrages marocains, réalisés récemment et interprétés par des musulmans marocains, répondent partiellement à ces questionnements. Ces films traitent sans tabou, avec sensibilité et justesse, de l’émigration clandestine des juifs dans les années 1960, et je pense que c’est un événement considérable : dans les salles pleines de musulmans les spectateurs pleurent.

26Mesdames, Messieurs,

27Le judaïsme marocain a sa place dans un Maroc résolument sur la voie de la démocratie et du développement. Les juifs marocains vivent au quotidien en toute quiétude avec leurs voisins musulmans et sont insérés dans le tissu institutionnel du pays. La communauté sait que l’État défend de manière égale tous ses ressortissants. Elle sait qu’elle n’est pas isolée face à l’extrémisme. Des attentats du 16 mai 2003, elle a conservé le sentiment d’avoir partagé une terrible épreuve avec ses concitoyens musulmans, dont les manifestations de solidarité la confortent et la réconfortent. Comme leurs concitoyens musulmans, les juifs marocains restent vigilants, mais cela ne les empêche pas de penser à l’avenir de leur communauté et à sa pérennité. Pour conclure, je me permettrai d’avancer que l’apport fondamental de ma communauté au judaïsme est celui d’exister et de s’épanouir au Maroc où elle maintient vivante la flamme du judaïsme marocain sur la terre qui l’a vu naître. Loin d’être un anachronisme dans un monde déchiré par les passions et la haine, elle est le symbole d’une possible coexistence paisible et fructueuse entre musulmans et juifs.

28Je terminerai en vous disant qu’à D… ne plaise, si la communauté juive du Maroc n’existait pas, il aurait fallu l’inventer, car elle perpétue avec bonheur l’esprit d’une vraie réconciliation entre les héritiers d’Abraham.

Note

1 Cf. Arlette Berdugo, Juives et juifs dans le Maroc contemporain, images d’un devenir, Paris, Geuthner, 2002.

Autore

Ambassadeur itinérant de Sa Majesté, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc

© Centre Jacques-Berque, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

Caricamento in corso

Unavailable