Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les revendications amazighes dans la tourmente des « printemps arabes »

 | 
Mohand Tilmatine
, 
Thierry Desrues

III. L’amazighité au prisme du temps mondial : évolutions récentes des mouvements identitaires

Le surgissement de la cause amazighe en Libye : des espoirs de reconnaissance aux déconvenues de la realpolitik

Thierry Desrues

Texte intégral

1En Libye, le régime autoritaire du colonel Mouammar Kadhafi (1969-2011) a imposé pendant quatre décennies une identité nationale centrée sur l’arabité. L’africanité et l’islamité ont pu compléter celle-ci au gré des conjonctures politiques et des visées du « Guide de la révolution » en matière de politique étrangère. Ces références identitaires, marquées du sceau du panarabisme, du refus des frontières héritées de la colonisation et du rejet de l’influence des puissances occidentales en Afrique et au Moyen-Orient, n’ont jamais envisagé la dimension amazighe du pays.

  • 1 « About Libya », United Nations Development Program, [en ligne] URL : http://www.ly.undp.org/conten (...)
  • 2 Cf. S. Chaker et M. Ferkal qui suggèrent que l’émergence culturelle berbère est probablement confor (...)
  • 3 Chaker et Ferkal soulignent à juste titre qu’il ne faut pas confondre les Touaregs libyens (Kell Aj (...)

2Or, l’amazighité est bel et bien une réalité ancrée dans l’histoire de la Libye. On rappellera que le nom du pays vient de « Libau », nom d’une tribu amazighe, qui a donné le terme grec « libyè » qui désigne dans l’Antiquité la frange de territoire de l’Afrique du Nord bordant la Méditerranée, de l’Égypte à l’Atlantique. Mais surtout, ce pays compte aujourd’hui entre 250 et 600 000 locuteurs de tamazight, soit entre 5 et 10 % d’une population évaluée à 5,6 millions de personnes1. Les Amazighs de Libye se distinguent aussi du reste de la population arabophone et sunnite majoritaire en raison de leur obédience religieuse ibadite, un courant minoritaire de l’islam qui, en Afrique du Nord, n’existe que chez les Amazighs : au Djebel Nefoussa en Libye, à Djerba en Tunisie et au Mzab en Algérie2. Enfin, l’existence de deux grands groupes amazighophones différenciés est une autre particularité de l’amazighité en Libye. Le plus important (sans doute plus de 90 % des amazighophones) se trouve principalement dans le nord-ouest du pays, dans la région de Zouara et de l’Adrar Nefoussa, ainsi que dans la diaspora qui a migré à Tripoli. Le second groupe, les Touaregs libyens, se situe dans le sud-ouest. Il est extrêmement minoritaire dans le pays (peut-être autour de 20 000 personnes)3.

  • 4 Dès les débuts de l’insurrection contre Kadhafi, l’affichage des portraits de Souleiman al-Barouni, (...)
  • 5 J.F. Daguzan, J.Y. Moisseron, « La Libye après Kadhafi : essai de prospective géopolitique du confl (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Y. Plantade, « A Tripoli, les Berbères réclament leur place dans la Libye nouvelle », Le Monde, 29/ (...)

3Dans un pays travaillé par de puissantes tendances centrifuges induites par les dynamiques tribales et régionales, l’arabité et le sunnisme ont joué le rôle de ciment de l’union nationale. En écartant les références propres à l’amazighité, ils ont contribué à accentuer le syndrome minoritaire ressenti par les militants amazighs. Cela fut le cas au début du XXe siècle lors de la lutte de la confrérie Senoussi contre la menace coloniale italienne – dont le retentissement international a fait passer sous silence la résistance dans l’Adrar Nefoussa4. Plus tard, au début des années 70, à défaut de pouvoir institutionnaliser un État-nation centralisé5, le colonel Kadhafi a assis son pouvoir personnel sur la gestion clientéliste des structures tribales traditionnelles6. Ce système de patronage des communautés locales, que permettait le contrôle de la rente en hydrocarbures, était doublé par de puissants appareils de sécurité qui, accompagnés par les comités révolutionnaires décentralisés, se chargeaient de la surveillance du conformisme idéologique, culturel et linguistique de la population. Sous la férule de ce système autoritaire, la langue et la culture amazighes ont été niées et leurs défenseurs persécutés pendant près de quarante ans7.

4À la fin du mois de février 2011, les Amazighs de Libye ont été nombreux à rejoindre le soulèvement contre le « Grand Etat des masses, arabe, libyen, populaire et socialiste ». Partisans dans leur ensemble de l’unité nationale et d’un bilinguisme convivial de l’arabe et du tamazight, les porte-paroles du mouvement identitaire amazigh libyen ont déclaré leur loyauté au Comité national de transition (CNT) dès sa proclamation le 3 mars comme unique représentant légitime de la lutte contre l’ancien régime. Ce faisant, leurs espoirs d’une prochaine officialisation de la langue et de la culture amazighes ont été très vite déçus.

5Dans ce texte, on se limitera à reconstruire la trajectoire de la cause amazighe depuis le soulèvement de février 2011 jusqu’au début de l’année 2017 et la proclamation de l’officialisation du tamazight dans les régions amazighophones « libérées ». On reviendra sur les raisons qui font que les militants ne peuvent pas renoncer à l’officialisation du tamazight, puis sur les événements qui ont conduit le Haut Conseil amazigh libyen (HCAL) à boycotter les élections et les institutions. Enfin, on tentera de saisir les conséquences de la reprise des hostilités entre les principales factions régionales à partir de 2014 et du retour de la realpolitik imposée par diverses puissances étrangères sur la mise à l’écart de la cause amazighe. Ce faisant, avant d’aborder ces questions, on présentera brièvement la discrimination dont a été victime l’amazighité durant le règne de Kadhafi.

L’amazighité sous le règne de Kadhafi : une identité niée et persécutée

  • 8 A. Al-Rumi, « Libyan Berbers struggle to assert their identity online », Arab Media and Society, Sp (...)

6Comme l’intitulé du régime établi par Kadhafi le laissait deviner, « Grand Etat des masses, arabe, libyen, populaire et socialiste » (1973-2011), l’identité des Amazighs de Libye n’avait pas de reconnaissance officielle. Qui plus est, celle-ci n’était pas seulement niée, elle était violemment combattue par le « Guide de la révolution » en personne qui exécrait l’amazighité. Parmi les nombreuses déclarations de celui-ci, on mentionnera tour à tour que les Amazighs avaient disparu il y a des siècles, qu’il s’agissait de populations arabes venues du Yémen ou d’une invention coloniale réactualisée périodiquement par le complot impérialiste qui ne cessait de menacer le pays8. Concrètement, en 1985 il affirma que la langue amazighe était un « poison », puis en 1997 que les défenseurs de celle-ci étaient des « collaborateurs de la France, des Etats-Unis et d’Israël ». Enfin, en 2010, il informa des journalistes marocains que les Amazighs « ont disparu et n’existent plus ».

  • 9 Cf. Tamazgha, organisation non gouvernementale de défense des droits des Imazighen (Berbères), « Le (...)
  • 10 Cf. S. Chaker et M. Ferkal, op. cit., p. 105-126.

7En dehors des déclarations du prolixe leader de la « République des masses », les comités révolutionnaires, véritables relais locaux de son pouvoir, avaient l’ordre de surveiller la population et de traduire devant la justice ceux qui refusaient l’assimilation en manifestant un attachement à leur langue et leur culture amazighes9. Comme le remarquent Chaker et Ferkal10, tout comme l’histoire des Amazighs de Libye celle de la répression dont ceux-ci ont été les victimes reste à écrire. Au niveau institutionnel, on rappellera que l’usage du tamazight a été exclu de la vie publique officielle (de l’administration, du système éducatif, des médias, de l’édition, etc.) et de l’état civil (loi n° 24-1994) qui interdisait aux parents de donner des prénoms amazighs à leurs enfants, tandis que la toponymie était arabisée (l’Adrar Nefoussa a été rebaptisé la « montagne de l’ouest »).

8Parmi les menaces, brimades, arrestations arbitraires, disparitions et assassinats ciblés d’intellectuels et militants amazighs, on citera le cas de Saïd El Mahroug dit « Sifaw ». Ce poète, né à Jadou dans l’Adrar Nefoussa au nord-ouest du pays en 1946, a vécu à Tripoli la plus grande partie de son existence avant de mourir en exil à Djerba en Tunisie en 1994. À ses débuts, Sifaw est avant tout un poète qui écrit en arabe et en tamazight et qui collecte des contes et des mythes anciens dans sa langue maternelle prohibée. Progressivement, sa poésie exprime la « position inconfortable de l’être libyen en général et de l’Amazigh en particulier11 ». Il s’insurge contre la transformation d’un peuple entier en informateur au nom d’une révolution au service d’un régime politique autoritaire. En tant qu’intellectuel engagé, il rejoint l’Union des écrivains libyens où il fait valoir ses opinions politiques et intellectuelles qui vont à l’encontre du nouveau régime installé en 1969. Victime de multiples harcèlements policiers, il est renversé par une voiture en 1979. Cet accident, que d’aucuns considèrent comme un attentat contre sa personne, laisse de profondes séquelles. Paralysé, confronté à de nombreuses tracasseries administratives et judiciaires, il s’exile en Tunisie jusqu’à sa mort le 28 juillet 1994.

  • 12 On trouvera un recensement des initiatives porteuses de la cause amazighe sous le règne de Kadhafi (...)
  • 13 Tawalt fut fondée en 2001 par Madghis Umadi. Son site web, www.tawalt.org, fut une plateforme qui p (...)
  • 14 Pour une analyse documentée des événements politiques, médiatiques et culturels qui ont marqué la m (...)
  • 15 B. Maddy Weitzman, The Berber Identity Movement and the Challenge to North African States, Austin, (...)

9Parmi les quelques voix qui prendront le relais de Sifaw, on citera les organisations établies au sein de la diaspora en France dans les années 80 (Sifaw cultural association) ou au Royaume-Uni au tournant des années 2000 (Libyan Tamazight Congress ; Tawalt)12. Le cas du site web Tawalt (les mots) illustre bien l’attitude du régime envers l’opposition en exil. En 2001, Mohamed Umadi, un jeune militant de la cause amazighe, crée la plateforme en ligne Tawalt pour donner la possibilité aux Amazighs de Libye de s’exprimer. Tawalt.org est conçu comme un espace de compilation des publications, des données et des informations sur les Amazighs de Libye, leur histoire, leur langue et leur culture. Il sert aussi à la promotion et à la revendication des droits des locuteurs amazighs. Les pressions menées à l’encontre de la famille de Umadi restée en Libye montrent à quel point le régime ne supportait pas les voix discordantes13. En fait, dès son apparition, le militantisme amazigh libyen a été condamné à la clandestinité ou à l’exil. Pour faire connaître sa cause, il noue des contacts avec des militants kabyles dans le sillage du « Printemps berbère » de 1980 et profite des réunions du Congrès mondial amazigh (CMA) qui se tiennent à partir de 199714. Le CMA lui sert de tremplin pour accéder à la tribune de plusieurs organisations internationales dont celle des Nations Unies d’où il dénonce la situation dans le pays15.

  • 16 A. Suárez Collado, El Movimiento amazigh en el Rif: identidad, cultura y política en las provincias (...)
  • 17 En ce qui concerne les luttes au sein du régime de Kadhafi sur les stratégies à suivre entre les pa (...)

10À partir de 2005, le régime a tenté de prendre langue avec des représentants de la mouvance amazighe au niveau international. Ces initiatives sans lendemain ont été l'objet de polémiques. Les critiques visaient la représentativité des personnalités invitées sujette à caution et les bénéfices que pourrait tirer Kadhafi de ce type d’événement dans sa quête de soutiens pour réintégrer la communauté internationale16. L’avenir montrera rapidement qu’il s’agissait d’un leurre, la pression policière à l’encontre des militants à l’intérieur du pays n’ayant pas cessé17. A la veille du soulèvement de février 2011, défendre l’amazighité conduit toujours en prison ou en exil, comme le prouvent l’arrestation des frères Mazigh et Madghis Bouzkhar qui animaient le site web d’information amazighe « TIRA Research and Studies » ou la protection spéciale fournie par leur pays d’accueil à des militants en exil tels que Fathi Ben Khalifa.

L’irruption de la cause amazighe et l’appui à la transition politique

  • 18 I. Mandraud, « Les Berbères n’excluent pas de réclamer l’indépendance », Le Monde, 13/12/2013, [en (...)
  • 19 T. Friel, « Berbers can no longer be suppressed in Libya », 28/10/2012, [en ligne] URL : http://www (...)

11L’irruption de forces armées amazighes aux avant-postes du soulèvement contre le régime du colonel Kadhafi en 2011 a bouleversé les représentations hégémoniques d’une société « arabe » homogène. Les télévisions du monde entier ont retransmis les images des drapeaux amazighs flottant au sein des terroirs amazighs de l’ouest du pays – de la petite ville côtière de Zouara (50 000 habitants) aux monts de l’Adrar Nefoussa. À mesure que les forces loyales au régime se retiraient, ces drapeaux étaient brandis dans d’autres lieux, notamment à Tripoli18, témoignant du brassage des populations dans la capitale du pays. Pour la première fois depuis des années, des Amazighs pouvaient enfin s’exprimer publiquement dans leur langue et manifester leur identité, et ce, parfois à la surprise de certains de leurs compatriotes qui déclaraient ignorer de quoi il ressortait19.

  • 20 Information fournie par Mazigh Bouzakhar, que l’auteur tient ici à remercier.
  • 21 Constitué à huis clos le 27 février 2011, dix jours après les premières manifestations à Benghazi, (...)

12Dès les premiers jours du soulèvement, des conseils militaires locaux appuyés par des officiers déserteurs se sont mis en place dans la région amazighophone de l’Adrar Nefoussa20. Ils ont reconnu l’autorité du Conseil national de transition (CNT), auto-proclamé « le seul représentant de la Libye » le 3 mars 201121. Composé d’une quarantaine de personnes censées représenter pour la plupart d’entre elles une ville ou une région, le CNT compte parmi ses membres Othman Ben Sassi, un amazighophone représentant la ville de Zouara.

13Le CNT a établi une feuille de route qui prévoit de remettre le pouvoir à une assemblée élue dans un délai de huit mois à compter de la fin de la lutte contre Kadhafi et qui sera chargée de l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Il annonce aussi que l’arabe demeure la langue officielle de l’État, tout en garantissant les droits culturels et linguistiques des minorités ethniques ainsi que la liberté de culte des minorités religieuses. Des rumeurs circulant sur des divisions en son sein portant sur l’application ou non de la charia et sur les équilibres régionaux et tribaux contribuent à l’instauration d’un climat de méfiance à son égard dans les cercles militants amazighs. Surtout, ces derniers sont divisés entre ceux qui, tel Fathi Benkhalifa, assesseur du CNT, revendiquent l’officialisation du tamazight dans la Constitution et ceux qui, comme Othman Ben Sassi, considèrent que la reconnaissance du tamazight comme langue nationale telle qu’elle est prévue par les termes de la feuille de route est suffisante. Pour ces derniers, la mise sur agenda de la question linguistique risquerait de susciter des tensions et de mettre en péril la priorité des priorités qui, à leurs yeux, reste l'établissement d’un régime démocratique. Par contre, les premiers sont convaincus que seule une égalité de jure du tamazight avec l’arabe serait à même de garantir une reconnaissance pleine de leurs droits linguistiques et culturels au sein de la communauté nationale et de compenser leur situation démographique minoritaire.

  • 22 L. Bouyaakoubi, « “Libye libyenne” ou “Libye arabo-musulmane” ? Les prémices d’une “crise berbère”  (...)
  • 23 Cf. S. Chaker et M. Ferkal, « Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique ina (...)
  • 24 Plusieurs sites amazighs libyens vont surgir, tels Nefusa Mountain Media Group, Libya Al Hurra TV e (...)

14En attendant, face au passif des années kadhafistes, une première articulation organisationnelle a tenté22 de sensibiliser les locuteurs amazighs à la nécessité de promouvoir et de défendre la reconnaissance de leur langue et de leur culture23. De nombreuses initiatives collectives, notamment au niveau éducatif et médiatique24, ont surgi au sein des communautés locales des régions amazighophones libérées. Des associations y ont été créées, dont certaines ont mis en place des cours de langues tandis que d’autres ont ouvert des centres culturels ou diffusé des bulletins d’information bilingues en arabe et en tamazight. Témoins de la vitalité de la langue amazighe, des graffitis utilisant l’alphabet tifinagh se sont multipliés sur les murs des villes à côté des inscriptions en arabe et en anglais.

La relégation de l’amazighité dans le projet constitutionnel et la création du Conseil national amazigh libyen (CNAL)

15Dès le mois d’août 2011, alors que la capitale, Tripoli, est sur le point d’être gagnée par les troupes anti-khadafistes, l’optimisme n’est plus de mise chez les militants amazighs libyens tenants de l’officialisation de leur langue. La diffusion du projet constitutionnel du CNT, daté du 3 août, reprend dans son article premier que : 

« La Libye est un Etat démocratique indépendant où tous les pouvoirs dépendent du peuple. Tripoli est la capitale, l’islam est la religion, la charia islamique est la source principale de la législation. L’Etat garantit aux non-musulmans la liberté d’entreprendre leurs rituels religieux. L’arabe est la langue officielle, en garantissant les droits linguistiques et culturels des Amazighs, des Toubous, des Touaregs et des composantes de la société libyenne. »

  • 25 Y. Plantade, « A propos de “Voix berbères” », Le Monde, 29/09/11, [en ligne] URL : http://amazigh.b (...)
  • 26 Ibid.

16Pour les militants amazighs, l’énonciation de l’arabe comme seule langue officielle et de l’islam (sous-entendu sunnite) comme religion de l’Etat aboutit à la relégation du tamazight et de l’ibadisme à des positions subordonnées et contingentes qui dépendront de la bienveillance d’un futur régime démocratique25. Malgré la mention garantissant les droits linguistiques et culturels des Amazighs, des Toubous et des Touaregs, ce projet est ressenti comme un revers pour les militants qui voulaient une reconnaissance du tamazight sur un pied d’égalité avec l’arabe26. Partant du constat des dégâts causés par l’héritage kadhafiste, nombreux sont les militants amazighs convaincus que seule l’officialisation pourra garantir un nouvel essor de leur langue et de leur culture. Ils espèrent aussi qu’une partie non négligeable de la population récemment arabisée pourra récupérer une partie de son identité tombée en désuétude, tout en souhaitant que le reste des arabophones s’approprient un patrimoine culturel et historique commun à tous les Libyens.

  • 27 Masin, « Pour le mouvement amazigh, la Libye est un Etat laïc qui ne peut exister sans tamazight », (...)

17En réponse au CNT, le 12 août, le Mouvement amazigh libyen diffuse un document intitulé : « Comment le Mouvement amazigh libyen voit la Libye de demain ». Il présente les grands principes constitutionnels sur lesquels il souhaite que s’édifie le nouvel « État libyen démocratique, unifié et libre ». Parmi ces principes, on retiendra le respect de la démocratie, du bilinguisme, de la laïcité, du parlementarisme et des libertés qui « doivent émaner des valeurs humaines universelles comme la reconnaissance et le respect de l’autre, le dialogue et la tolérance ». Dans ce sens, au plan linguistique : « La langue amazighe en tant que patrimoine de tous les Libyens sans exception et la langue arabe sont les deux langues officielles de la Libye. Elles jouissent des mêmes droits et des mêmes privilèges quant à leur utilisation au niveau de toutes les institutions de l’Etat. » Quant à la place de la religion : « La Libye est un Etat laïc démocratique et souverain, avec un régime constitutionnel et parlementaire basé sur la séparation souple et équilibrée des pouvoirs (législatif, judiciaire et exécutif) et la décentralisation. » Enfin, l’État doit garantir « l’égalité des libertés et des droits politiques, civiques, économiques, sociaux et culturels pour tous les Libyens (hommes et femmes)27 ».

  • 28 K. Zurutuza, « Libya’s Berbers feel rejected by transitional government », Interview, Tripoli, Liby (...)
  • 29 Comme le rappelle Fathi Benkhalifa, « la notion que les Libyens peuvent être différents et unis à l (...)

18Dans le sillage de ce document et en l’absence de réponse du CNT, le Conseil national amazigh libyen (CNAL) organise la tenue de sa première assemblée générale à Tripoli à la fin du mois de septembre 2011. Si la présence de plusieurs membres du CNT fait renaître l’espoir chez certains militants28, la majorité est de plus en plus consciente des difficultés que rencontre l’accueil de ses revendications auprès d’une population qui n’a aucune expérience du débat démocratique, de la pluralité ethnolinguistique et qui craint que les fortes dynamiques centrifuges à l’œuvre en son sein finissent par aboutir à la désintégration du pays29. La vision pessimiste des seconds va se confirmer dès les semaines suivantes.

  • 30 Fathi Terbil, ministre de la Jeunesse et des Sports, accuse les Berbères d’être « une menace pour l (...)
  • 31 D. Le Saout, « Printemps arabe, printemps amazigh : un printemps peut en cacher un autre », Amazigh (...)

19Suite à l’annonce de la mort de Kadhafi le 20 octobre 2011, le CNT proclame que la charia sera la source d’inspiration de la législation, allant ainsi à l’encontre de la demande du CNAL de la proclamation d’un État laïc. Un mois plus tard, le gouvernement provisoire installé le 21 novembre ne fait aucune place aux représentants amazighs, à la berbérité de la Libye ou à la langue amazighe. La tenue de manifestations d’envergure à Tripoli n’y change rien. Les revendications amazighes ne sont pas satisfaites. Au contraire, des discours surannés de l’ancien régime sont repris par les nouveaux dirigeants pour dénoncer la main du séparatisme ou de la réaction et du colonialisme dans la prétention à vouloir constitutionnaliser la langue et la culture amazighes30. C’est dans ce contexte difficile que Fathi Benkhalifa, ancien exilé politique sous Kadhafi et ancien conseiller juridique du CNT, est élu à la présidence du Congrès mondial amazigh en octobre 201131. Loin des espoirs suscités quelques mois auparavant, cette élection reflète la préoccupation au sujet de la situation libyenne au sein de la mouvance amazighe internationale.

La stratégie du boycott des instances transitionnelles par le HCAL

20Le 4 janvier 2012, le CNT annonce la restauration du pluralisme partisan. Plusieurs lois électorales sont alors en préparation en vue de l’élection prochaine du Congrès général national (CGN), le futur parlement qui remplacera le CNT et aura la charge de nommer la Commission constituante. La loi électorale prévoit 13 circonscriptions électorales pour 200 sièges répartis entre les trois provinces libyennes que sont la Tripolitaine avec 100 élus, la Cyrénaïque avec 60 élus et le Fezzan avec 40 élus.

  • 32 S. Haddad, « La sécurité, « priorité des priorités » de la transition libyenne », L'Année du Maghre (...)

21Quelques semaines plus tard, au mois de mars 2012, le CNT anticipe sur les prérogatives du futur CGN et annonce que la future assemblée constituante sera composée de 60 membres à raison de 20 membres pour chacune des trois grandes zones historiques du Fezzan, de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine. Toutefois, six sièges seront réservés aux trois minorités, à raison de deux pour chaque minorité amazighe, touarègue et touboue32. À la fin du mois de juin, soit quelques jours avant les élections au CGN, le CNT décide que les futurs membres de l’assemblée constituante ne seront pas nommés comme prévu par le parlement mais élus à l’issue d’un processus électoral. Or, ce changement risque de conforter la position minoritaire des représentants amazighs.

22Le 7 juillet, les élections au CGN, la future instance parlementaire de la transition, sont un succès de participation eu égard aux difficultés du contexte national. Deux jours plus tard, le 9 juillet, le CGN élit son président, Mohamed Youssef el-Magharief, et, le 8 août, le CNT remet le pouvoir à l’assemblée.

  • 33 S. Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée », L’Année du Ma (...)
  • 34 M. Ferkal, « Libye : l’amazighité n’est pas à négocier. Entretien avec Chabane Bousetta, représenta (...)
  • 35 M. Verdier, « La colère des Berbères de Libye et du Maroc », La Croix, 13/8/2013, [en ligne] URL : (...)

23Le CGN assume désormais la responsabilité de la formation du gouvernement, de la gestion d’une nouvelle période de transition et de la préparation de la loi qui régira l’élection de l’Assemblée constituante. Le 19 février 2013, il confirme que l’élection de l’Assemblée constituante se fera au suffrage universel direct33. En juin, l’élection à sa tête d’un Amazigh originaire de Zouara, Nouri Bousahmein, n’atténue pas la méfiance des militants amazighs qui ne considèrent pas ce proche des Frères musulmans comme un défenseur de leur cause34. L’adoption de la loi électorale, le 17 juillet, soulève de nouveau l’opposition des représentants amazighs, toubous et touaregs, mécontents de l’attribution de seulement six sièges, à raison de deux pour chaque groupe, au sein de la future assemblée. Le Haut Conseil des Amazighs de Libye (HCAL), constitué en janvier 2013, annonce alors sa décision de boycotter les élections à l’Assemblée constituante et le retrait de ses deux représentants au sein du CGN. Il s’élève contre la fin du principe de la prise de décision par consensus concernant les affaires touchant les droits des Amazighs (aussi bien ceux du nord que les Touaregs du sud) et des Toubous, au profit du principe du vote à la majorité des membres. À son avis, les représentants amazighs n’ont aucune chance d’avoir une voix influente au sein de la future assemblée, puisqu'ils perdent leur capacité de blocage des décisions qui iraient à l’encontre de leurs intérêts, notamment dans les domaines culturel et linguistique35.

  • 36 Cf. S. Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée ».

24À la fin de l’année 2013, le CGN, décide de repousser les élections constituantes prévues initialement le 24 décembre en raison du faible taux d’inscription sur les listes électorales et de prolonger son mandat qui devait arriver à terme le 7 février 2014. L’initiative du CGN est vécue par d’amples segments de la population comme un coup de force. La population avait protesté à plusieurs reprises au cours des semaines précédentes dans la capitale en demandant la fin de l'insécurité et de la période de transition. Cette décision ne fait qu’aggraver son mécontentement vis-à-vis du gouvernement et du parlement provisoire. Dans ce climat délétère, le CGN fait marche arrière, et les élections sont fixées au 20 février36. En fait, comme le souligne Saïd Haddad, la décision du CGN de prolonger son mandat s’inscrit dans un contexte politique polarisé par le débat puis par l’adoption de la loi sur l’exclusion politique. Cette décision intervient dans une configuration de dyarchie institutionnelle qui voit s’affronter le pouvoir exécutif dirigé par le Premier ministre, Ali Zeidan, et le CGN, présidé par Nouri Bousahmein.

  • 37 Y. Sawani, J. Pack, « Libyan constitutionality and sovereignty post Qadhafi: the Islamist, regional (...)

25Le 25 juin ont lieu les élections au Conseil des députés (le parlement). Le HCAL appelle également au boycott. À l’issue de ces scrutins contestés, deux grandes coalitions s’affrontent. La première soutient le gouvernement de Tobrouk ou gouvernement du Conseil des députés, tandis que la seconde appuie le CGN basé à Tripoli37.

  • 38 Masin, « Amazighs de Libye : une voix sans écho », tamazgha.fr., 15 avril 2016, http://tamazgha.fr/ (...)
  • 39 H. Saliby, « Libye. Le gouvernement d’union autoproclame sa légitimité », Courrier international, 1 (...)

26La présence de franchises de l’État islamique au Levant et en Irak (Daesh selon son acronyme en arabe), l’émigration clandestine vers l’Europe et le trafic d’armes sont autant de menaces qui pèsent sur l’avenir institutionnel du pays. Elles finissent par mobiliser les chancelleries occidentales qui imposent des négociations entre les parties sous la tutelle de l’envoyé spécial de l’Organisation des Nations Unies. Après un peu plus d’une année de conversations, auxquelles les représentants du HCAL ne sont pas conviés38, un accord entre les principales factions rivales, dont les deux grandes coalitions qui appuient respectivement le CGN et le Congrès des députés, est signé le 17 décembre 2015 à Skhirat (Maroc). Cet accord approuve la formation d’un gouvernement d’union nationale conduit par Fayez El-Sarraj, un « indépendant », architecte de profession, élu au CGN et fils d’un ancien ministre à l’époque de la monarchie. Le 19 janvier 2016, Fayez El-Sarraj propose un gouvernement d’Union nationale de 32 ministres à même de représenter toutes les factions politiques, des fédéralistes aux Frères musulmans, en n’oubliant pas les minorités amazighes, toubous et touarègues39. Cette première mouture est rejetée par les principales factions libyennes. En fait, cette présidence, qui doit être ratifiée par les deux parlements, sous-estime l’état des rapports de force en faveur du général Haftar, commandant l’Armée nationale libyenne, qui jouit de l’appui du Parlement de Tobrouk et dont la progression récente permet de freiner l’expansion de Daesh en Cyrénaïque.

  • 40 Cf. A. Suárez Collado, El Movimiento amazigh en el Rif : identidad, cultura y política en las provi (...)

27Dans ce contexte incertain, les militants amazighs se voient dans l’obligation de choisir leur camp entre les successives coalitions qui se forment ou de se replier sur le terrain de l’autogouvernement et de l’action au niveau local40, tout en continuant à mener des actions de plaidoyer au niveau international.

  • 41 R. Backmann, « Le chaos libyen cache un enchevêtrement de solides intérêts », Mediapart, 10 mai 201 (...)

28Les combattants amazighs de Zouara et de l’Adrar Nefoussa ont appuyé la coalition « Aube de la Libye », dominée par des milices islamistes, qui s’oppose au Parlement de Tobrouk à l’est du pays. Cette coalition est loin de contrôler tout le territoire de la Tripolitaine, comme le montre le fait qu’une partie de la région aux pieds de l’Adrar Nefoussa est tenue par les milices de la ville de Zinten qui retiendraient le fils cadet du dictateur déchu, Seïf al-Islam Kadhafi. Aux prises avec des divergences idéologiques, elle ne se maintient que pour faire face à un ennemi commun : « le recyclage des Kadhafistes41 ».

  • 42 J. Pearson, « Libye : les divisions internes jouent en faveur de Daech », The National-Abou Dhabi, (...)
  • 43 On renvoie entre autres à F. Dubessy, « Le pétrole libyen refait surface », Econostrum info, 24 aoû (...)

29En mars 2016, le gouvernement dit d’« Union nationale » s’installe enfin à Tripoli sous la pression de l’ONU et la menace de la franchise locale de Daesh qui avance dans la région de Syrte42. Les deux autres parlements qui se disputent la Libye ayant refusé de reconnaître ce gouvernement, le pays se retrouve désormais déchiré entre trois principales instances rivales et divisé en plusieurs territoires. Dans un sursaut d’autorité, qui reflète en fait sa faiblesse, le Premier ministre a d’emblée décrété la fin de la guerre civile. En vain, depuis lors les tensions inter-libyennes n’ont pas connu de trêve. Aucune des parties ne semble en mesure de remporter une victoire définitive sur les autres, tandis que croît le risque de sanctuarisation de territoires auto-administrés par des milices qui échappent au contrôle de l’une ou l’autre des trois grandes coalitions43.

Conclusion

30Depuis l’insurrection de 2011, les porte-parole de la cause amazighe en Libye ont posé l’officialisation du tamazight, un État aconfessionnel, la représentation équitable au sein des institutions et l’autogouvernement régional comme autant de revendications intangibles. Cette fermeté vise à compenser la faiblesse démographique des locuteurs de la langue amazighe et l’hostilité dont fait preuve à leur encontre une partie importante de la population arabophone, relayée par des partisans du panarabisme, de l’islamisme et du salafisme.

  • 44 C. Geha, F. Volpi, « Constitutionalism and political order in Libya 2011-2014: three myths about th (...)
  • 45 Y. Sawani, J. Pack, « Libyan constitutionality and sovereignty post Qadhafi: the Islamist, regional (...)

31Les travaux de l’assemblée constitutionnelle44 ont fait l’impasse sur leurs revendications, reflétant la prégnance croissante du prisme arabo-islamique dans le projet politique de la future Libye. Cela confirme la thèse de Sawani et Pack selon laquelle le boycott institutionnel n’a pas été efficace45. En se retirant des pourparlers des diverses instances qui ont été mises en place, les représentants de la mouvance identitaire amazighe ont perdu une partie de leur légitimité pour critiquer le processus de transition institutionnelle. Aujourd’hui, ils maintiennent leur boycott des institutions tant que leurs droits ne seront pas reconnus, oubliant qu’ils sont devenus inaudibles auprès des populations arabophones et des pays étrangers impliqués dans le conflit.

  • 46 M. Galtier, « Libye : les kadhafistes préparent leur retour », Middle East Eye, Londres, Courrier i (...)
  • 47 F. Bobin, « A Zouara, la révolution silencieuse des Berbères libyens », Le Monde, 19/10/2016, [en l (...)

32Dans un contexte de conflit armé tantôt ouvert tantôt latent entre les grandes coalitions régionales et les milices locales, l’avenir institutionnel du pays semble se jouer entre les tenants d’un nationalisme panarabiste emmenés par le général Haftar et leurs opposants regroupés dans la coalition « Aube libyenne » sous l'influence de tendances plutôt proches des Frères musulmans. L’insécurité régnante et les risques de désintégration du pays font que de plus en plus de Libyens réclament le retour d’un pouvoir fort capable de restaurer la stabilité. Cette nouvelle donne nourrit les espoirs des anciens partisans de Kadhafi46, au grand dam des militants amazighs qui voient leurs revendications exclues des agendas des négociateurs internationaux47.

  • 48 M. Galtier, « À Zouara, les Libyens édictent leurs propres lois », Libération, 7 avril 2016, http:/ (...)

33Les soutiens successifs apportés par les représentants amazighs aux institutions reconnues par l’ONU, qu’il s’agisse du parlement de Tripoli ou du gouvernement d’union nationale, n’ont pas été très payants48. La cause amazighe n’a guère plus à attendre du jeu des alliances entre les puissances internationales et voisines du pays. Celles-ci sont surtout préoccupées par le contrôle des flux migratoires, la stabilisation et l’exploitation de la rente pétrolière du pays ainsi que par les nouveaux équilibres régionaux qui se jouent sur le terrain libyen. La plupart d’entre elles sont d’ailleurs franchement hostiles au pluralisme linguistique et culturel amazigh. Elles perçoivent celui-ci comme un défi sécessionniste de plus en Libye, qui a l’inconvénient, qui plus est pour certaines d’entre elles, d’interpeller des problèmes ethniques qu’elles ont à gérer dans leur propre pays (Turquie, Algérie, Tunisie).

  • 49 Masin, « Un tournant dans le combat amazigh en Libye », doc. cit. [consulté le 22 septembre 2016].
  • 50 E. Alamasude, M. Buzakhar, « From failed state to regional autonomy : Amazigh self-determination in (...)
  • 51 V. Stocker, « En Libye, la guerre oubliée des Touaregs et des Toubous », Orient XXI, 28/09/2015, [e (...)

34En attendant, la question amazighe reste entière. L’apprentissage de l’auto-gouvernement dans les terroirs de l’Adrar Nefoussa49 ou à Zouara est relayé par la revendication chez certains Amazighs du droit à l’autonomie, tandis que d’autres, face au statu quo qui s’installe, parlent du droit à l’auto-détermination, voire d’un retour aux combats50. En dehors des régions du nord-ouest du pays, on sait peu de chose de l’évolution de la cause amazighe. Les nouvelles qui marquent l’actualité font parfois état d’affrontements entre Touaregs et Toubous dans le sud-ouest du pays où se joue le contrôle de champs pétroliers sur lesquels des compagnies et des puissances étrangères ont des visées51.

  • 52 R. Amokrane, « L’armée amazighe libyenne défile à Adrar N’fousa ! », Tamurt, 1er mars 2017, [en lig (...)
  • 53 « Tamazight décrété langue officielle en Libye », Kabylie-news, 23 février 2017, [en ligne] URL : h (...)

35Au milieu des annonces périodiques d’un retour aux armes52, le HCAL a déclaré en février 2017 l’officialisation de la langue amazighe dans les territoires sous le contrôle des milices qui le soutiennent53. Peu importe que ces annonces visent à montrer la détermination du HCAL ou son impuissance ; ce qui est fort probable, c’est que tant que l’amazighité de la Libye sera reléguée au second plan par les principaux acteurs nationaux et internationaux, la revendication de sa reconnaissance officielle reviendra comme un serpent de mer et sera un facteur de fragilisation du futur État libyen.

Bibliographie

Al-Rumi A., « Libyan Berbers struggle to assert their identity online », Arab Media and Society, Spring, 2009, p. 1-18, [en ligne] URL : http://www.arabmediasociety.com/articles/downloads/20090506151750_AMS8_Aisha_al-Rumi.pdf [consulté le 14 avril 2016].

Chaker S., Ferkal M., « Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique inattendue », Politique africaine, n° 125, 2012, p. 105-126.

Daguzan J.F., Moisseron J.Y., « La Libye après Kadhafi : essai de prospective géopolitique du conflit libyen », Hérodote, 3/142, 2011, p. 78-97, [en ligne] DOI : 10.3917/her.142.0078. URL : http://www.cairn.info/revue-herodote-2011-3-page-78.htm

Geha C., Volpi F., « Constitutionalism and political order in Libya 2011-2014: three myths about the past and a new constitution », The Journal of North African Studies, 21/4, 2016, p. 687-706, DOI: 10.1080/13629387.2016.1165097

Haddad S., « La sécurité, « priorité des priorités » de la transition libyenne », L’Année du Maghreb, IX, 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, [consulté le 1er février 2016]. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1953 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1953.

Haddad S., « La Libye, un État failli ? À propos du chaos libyen et de l’échec d’une transition », L’Année du Maghreb, 13, 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, [consulté le 10 janvier 2016] URL : http://anneemaghreb.revues.org/2588 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2588.

Haddad S., « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée », L’Année du Maghreb, 11, 2014, mis en ligne le 2 décembre 2014, [consulté le 10 janvier 2016] URL : http://anneemaghreb.revues.org/2320; DOI: 10.4000/anneemaghreb.2320.

Maddy-Weitzman B., The Berber Identity Movement and the Challenge to North African States, Austin, University of Texas Press, 2011.

Martinez L., « Nouvelle Libye ? », Outre-Terre, 3/20, 2007, p. 253-262, [en ligne] URL : http://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2007-3-page-253.htm. DOI : 10.3917/oute.020.0253.

Sawani Y., Pack J., « Libyan constitutionality and sovereignty post Qadhafi: the Islamist, Regionalist and Amazigh challenges », The Journal of North African Studies, 18/4, 2013, p. 523-543, DOI: 10.1080/13629387.2013.838056.

Suárez Collado Á., El movimiento amazigh en el Rif: identidad, cultura y política en las provincias de Nador y Alhucemas, tesis doctoral, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid.

Notes

1 « About Libya », United Nations Development Program, [en ligne] URL : http://www.ly.undp.org/content/libya/en/home/countryinfo.html [consulté le 24 avril 2016].

2 Cf. S. Chaker et M. Ferkal qui suggèrent que l’émergence culturelle berbère est probablement confortée par l’ibadisme, majoritaire parmi eux. Ce dernier constituerait un facteur de renforcement de la conscience d’une spécificité ethnoculturelle dans l’ensemble libyen, majoritairement arabophone et sunnite, « Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique inattendue », Politique africaine, n° 125, 2012, p. 105-126.

3 Chaker et Ferkal soulignent à juste titre qu’il ne faut pas confondre les Touaregs libyens (Kell Ajjer) avec les mercenaires Touaregs nigéro-maliens qui avaient fait allégeance aux armées de Kadhafi et qui ont été mobilisés pour mener la répression contre l’insurrection de 2011. Cf. S. Chaker, M. Ferkal, op. cit. On renvoie aussi à Amazigh, « Le Nord-Mali dans l’expectative après le retour des « mercenaires touareg » de Kadhafi », Voix berbères: l’Afrique du Nord côté amazigh, 23/11/2011, [en ligne] URL : http://amazigh.blog.lemonde.fr/2011/11/23/le-nord-mali-dans-l%E2%80%99expectative-apres-le-retour-des-%C2%A0mercenaires-touareg%C2%A0-de-kadhafi/ [consulté le 17 octobre 2016].

4 Dès les débuts de l’insurrection contre Kadhafi, l’affichage des portraits de Souleiman al-Barouni, écrivain et homme politique qui a mené la lutte contre l’occupant italien dans l’Adrar Nefoussa à la veille de la Première Guerre mondiale, a ravivé la mémoire de la résistance aux ingérences extérieures dans la région. Cf. T. Portes, « Le printemps des Berbères libyens », Le Figaro, 21/07/2011, [en ligne] URL : http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/20/01003-20110720ARTFIG00551-le-printemps-des-berberes-libyens.php [consulté le 15 septembre 2016].

5 J.F. Daguzan, J.Y. Moisseron, « La Libye après Kadhafi : essai de prospective géopolitique du conflit libyen », Hérodote, 3/142, 2011, p. 78-97. DOI : 10.3917/her.142.0078. URL : http://www.cairn.info/revue-herodote-2011-3-page-78.htm

6 Ibid.

7 Y. Plantade, « A Tripoli, les Berbères réclament leur place dans la Libye nouvelle », Le Monde, 29/09/11, [en ligne] URL : http://www.lemonde.fr/international/article/2011/09/29/a-tripoli-les-berberes-reclament-leur-place-dans-la-libye-nouvelle_1580065_3210.html [consulté le 16 octobre 2016].

8 A. Al-Rumi, « Libyan Berbers struggle to assert their identity online », Arab Media and Society, Spring, 2009, p. 1-18, [en ligne] URL : http://www.arabmediasociety.com/articles/downloads/20090506151750_AMS8_Aisha_al-Rumi.pdf [consulté le 14 avril 2016].

9 Cf. Tamazgha, organisation non gouvernementale de défense des droits des Imazighen (Berbères), « Les Berbères en Libye », Rapport alternatif de Tamazgha au Comité des droits économiques, sociaux et culturels, Nations Unies, Conseil économique et social, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 35e session du Comité des droits économiques sociaux et culturels, Genève, 7-25 novembre 2005, [en ligne] URL : http://www.tamazgha.fr/IMG/pdf/Libye-Rapport-Tamazgha.pdf [consulté le 15 octobre 2016].

10 Cf. S. Chaker et M. Ferkal, op. cit., p. 105-126.

11 Cf. Le Matin, « Portrait : Sifaw Said El Mehroug », 26/11/2004, [en ligne] URL : http://lematin.ma/journal/2004/Portrait--Sifaw-Said-El-Mehroug_Portrait--Sifaw-Said-El-Mehroug/47467.html#sthash.yqHIvcOy.dpuf [consulté le 3 janvier 2017].

12 On trouvera un recensement des initiatives porteuses de la cause amazighe sous le règne de Kadhafi en Libye chez A. Al-Rumi, « Libyan Berbers struggle to assert their identity online ».

13 Tawalt fut fondée en 2001 par Madghis Umadi. Son site web, www.tawalt.org, fut une plateforme qui permit aux Amazighs de Libye de recevoir des informations politiques et culturelles dans leur langue. Je remercie Mazigh Buzakhar, militant amazigh de la région de l’Adrar Nefoussa et co-fondateur de « TIRA Research and Studies », pour m’avoir fourni cette précision.

14 Pour une analyse documentée des événements politiques, médiatiques et culturels qui ont marqué la mobilisation amazighe au cours de l’année 2011, on renvoie à S. Chaker et M. Ferkal, « Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique innattendue » et à A. Suárez Collado, El movimiento amazigh en el Rif : identidad, cultura y política en las provincias de Nador y Alhucemas, tesis doctoral, Universidad Autónoma de Madrid, Madrid, 2013, p. 942-975.

15 B. Maddy Weitzman, The Berber Identity Movement and the Challenge to North African States, Austin, University of Texas Press, 2011.

16 A. Suárez Collado, El Movimiento amazigh en el Rif: identidad, cultura y política en las provincias de Nador y Alhucemas.

17 En ce qui concerne les luttes au sein du régime de Kadhafi sur les stratégies à suivre entre les partisans d’un retournement d’alliance avec l’Europe et les Etats-Unis et les panafricanistes, on renvoie à L. Martinez, « Nouvelle Libye ? », Outre-Terre, nº 3, vol. 20, 2007, p. 253-262, [en ligne] URL : http://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2007-3-page-253.htm DOI : 10.3917/oute.020.0253 [consulté le 23 septembre 2016].

18 I. Mandraud, « Les Berbères n’excluent pas de réclamer l’indépendance », Le Monde, 13/12/2013, [en ligne] URL : http://www.lemonde.fr/libye/article/2013/12/03/les-berberes-n-excluent-pas-de-reclamer-l-independance_3524725_1496980.html#aq7yADT5GRLMAavF.99 [consulté le 16 octobre 2016].

19 T. Friel, « Berbers can no longer be suppressed in Libya », 28/10/2012, [en ligne] URL : http://www.thenational.ae/news/world/middle-east/berbers-can-no-longer-be-suppressed-in-libya [consulté le 23 septembre 2016].

20 Information fournie par Mazigh Bouzakhar, que l’auteur tient ici à remercier.

21 Constitué à huis clos le 27 février 2011, dix jours après les premières manifestations à Benghazi, c’est le CNT qui persuada le Conseil de sécurité des Nations Unies d’adopter la résolution 1973, permettant à l’OTAN d’intervenir en Libye. La célérité avec laquelle il a été constitué s’expliquerait par les conversations périodiques établies à partir de 2005 entre des membres du Congrès mondial amazigh, la Ligue libyenne des droits de l’homme, le Front de salut national libyen et l’Union constitutionnelle libyenne. Sous la bannière de la « Conférence nationale pour l’opposition libyenne », ils créent alors une feuille de route devant permettre l’instauration d’institutions démocratiques en Libye. Cf. A. Moreau, « Six ans avant comment les Berbères libyens préparaient la chute de Kadhafi », Apache/Inhoud heerst, 22/07/2013, [en ligne] URL : https://www.apache.be/fr/2013/07/22/six-ans-avant-comment-les-berberes-libyens-preparaient-la-chute-de-kadhafi-1/ [consulté le 15 septembre 2016].

22 L. Bouyaakoubi, « “Libye libyenne” ou “Libye arabo-musulmane” ? Les prémices d’une “crise berbère” », Amazigh World, [en ligne] URL : http://www.amazighworld.org/human_rights/index_show.php?id=2597 [consulté le 12 janvier 2017].

23 Cf. S. Chaker et M. Ferkal, « Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique inattendue ».

24 Plusieurs sites amazighs libyens vont surgir, tels Nefusa Mountain Media Group, Libya Al Hurra TV et Imazighen Libya Youtube. Cf. Merolla et Daharaoui, infra.

25 Y. Plantade, « A propos de “Voix berbères” », Le Monde, 29/09/11, [en ligne] URL : http://amazigh.blog.lemonde.fr/a-propos/ [consulté le 10 septembre 2016].

26 Ibid.

27 Masin, « Pour le mouvement amazigh, la Libye est un Etat laïc qui ne peut exister sans tamazight », Tamazgha, 30/08/2011, [en ligne] URL : http://www.tamazgha.fr/Pour-le-mouvement-amazigh-la-Libye.html [consulté le 12 septembre 2016].

28 K. Zurutuza, « Libya’s Berbers feel rejected by transitional government », Interview, Tripoli, Libya Deutsche Welle, 08/11/2011, [en ligne] URL : http://www.dw.com/en/libyas-berbers-feel-rejected-by-transitional-government/a-15515687 [consulté le 12 septembre 2016]. Y. Plantade, « A Tripoli, les Berbères réclament leur place dans la Libye nouvelle ».

29 Comme le rappelle Fathi Benkhalifa, « la notion que les Libyens peuvent être différents et unis à la fois est très difficile à faire passer dans un pays qui émerge de décennies de politique unanimiste ». Cité par Y. Plantade, idem.

30 Fathi Terbil, ministre de la Jeunesse et des Sports, accuse les Berbères d’être « une menace pour l’arabité de la Libye ». « Minorités : les Berbères, nouvelle force politique », Courrier international, 14/08/2012, [en ligne] URL : http://www.courrierinternational.com/article/2012/08/16/les-berberes-nouvelle-force-politique [consulté le 16 octobre 2016].

31 D. Le Saout, « Printemps arabe, printemps amazigh : un printemps peut en cacher un autre », Amazighnews, 2011, [en ligne] URL : www.amazighnews.net/20111027625/Printemps-arabe-printemps-amazigh.html [consulté le 22 mai 2016].

32 S. Haddad, « La sécurité, « priorité des priorités » de la transition libyenne », L'Année du Maghreb, IX, 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013 [consulté le 1er février 2016]. URL : http://anneemaghreb.revues.org/1953 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1953.

33 S. Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée », L’Année du Maghreb, 11, 2014, mis en ligne le 2 décembre 2014 [consulté le 10 janvier 2016]. URL : http://anneemaghreb.revues.org/2320 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.2320.

34 M. Ferkal, « Libye : l’amazighité n’est pas à négocier. Entretien avec Chabane Bousetta, représentant de Lalut au CGN, avant de démissionner... », Tamazgha, 2 août 2013, [en ligne] URL : http://tamazgha.fr/Libye-l-Amazighite-n-est-pas-a.html [consulté le 23 septembre 2016].

35 M. Verdier, « La colère des Berbères de Libye et du Maroc », La Croix, 13/8/2013, [en ligne] URL : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-colere-des-Berberes-de-Libye-et-du-Maroc-2013-08-13-997745 [consulté le 15 décembre 2016].

36 Cf. S. Haddad, « Insécurité, exclusion et blocage politiques dans une Libye fragmentée ».

37 Y. Sawani, J. Pack, « Libyan constitutionality and sovereignty post Qadhafi: the Islamist, regionalist, and Amazigh challenges », The Journal of North African Studies, 18/4, 2013, p. 523-543.

38 Masin, « Amazighs de Libye : une voix sans écho », tamazgha.fr., 15 avril 2016, http://tamazgha.fr/Amazighs-de-Libye-une-voix-sans.html [consulté le 14 septembre 2016]. Une délégation de représentants amazighs avait pourtant été reçue par des fonctionnaires onusiens le 5 septembre 2012 à Tripoli pour leur transmettre leur détermination à voir la reconnaissance officielle de la langue amazighe en Libye. Masin, « Un tournant dans le combat amazigh en Libye », tamazgha.fr, 6 janvier 2013, http://tamazgha.fr/Un-tournant-dans-le-combat-amazigh.html. Les dirigeants du HCAL ont été élus lors d’un scrutin qui a été organisé au cours du mois d’août 2015 dans plusieurs localités ayant une part importante de population amazighophone (Wazzen, Nalut, Kabaw, Tamzin, Jadu, Qala, Yefern, Zwara et Tripoli). Abed, « Libyan Amazigh elect Supreme Council members », Libya Observer, 30 août 2015, [en ligne] URL : https://www.libyaobserver.ly/news/libyan-amazigh-elect-supreme-council-members [consulté le 16 septembre 2016].

39 H. Saliby, « Libye. Le gouvernement d’union autoproclame sa légitimité », Courrier international, 14/03/2016, [en ligne] URL : http://www.courrierinternational.com/article/libye-le-gouvernement-dunion-autoproclame-sa-legitimite [consulté le 15 octobre 2016].

40 Cf. A. Suárez Collado, El Movimiento amazigh en el Rif : identidad, cultura y política en las provincias de Nador y Alhucemas, p. 956-959.

41 R. Backmann, « Le chaos libyen cache un enchevêtrement de solides intérêts », Mediapart, 10 mai 2015, https://www.mediapart.fr/journal/international/100515/le-chaos-libyen-cache-un-enchevetrement-de-solides-interets?page_article=3 [consulté 10 septembre 2016].

42 J. Pearson, « Libye : les divisions internes jouent en faveur de Daech », The National-Abou Dhabi, Courrier international, 12/04/2016, [en ligne] URL : http://www.courrierinternational.com/article/libye-les-divisions-internes-jouent-en-faveur-de-daech [consulté le 15 octobre 2016]. H. Saliby, « Libye : Daech à la dérive à Syrte », Courrier international, 13/09/2016, [en ligne] URL : http://www.courrierinternational.com/article/libye-daech-la-derive-syrte [consulté le 15 octobre 2016].

43 On renvoie entre autres à F. Dubessy, « Le pétrole libyen refait surface », Econostrum info, 24 août 2011, [en ligne] URL : http://www.econostrum.info/Le-petrole-libyen-refait-surface_a6521.html [consulté le 12 septembre 2016].

44 C. Geha, F. Volpi, « Constitutionalism and political order in Libya 2011-2014: three myths about the past and a new constitution », The Journal of North African Studies, 21/4, 2016, p. 687-706, DOI: 10.1080/13629387.2016.1165097.

45 Y. Sawani, J. Pack, « Libyan constitutionality and sovereignty post Qadhafi: the Islamist, regionalist and Amazigh challenges ».

46 M. Galtier, « Libye : les kadhafistes préparent leur retour », Middle East Eye, Londres, Courrier international, le 05/12/2016, [en ligne] URL : http://www.courrierinternational.com/article/libye-les-kadhafistes-preparent-leur-retour, [consulté le 15 décembre 2016].

47 F. Bobin, « A Zouara, la révolution silencieuse des Berbères libyens », Le Monde, 19/10/2016, [en ligne] URL : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/10/19/a-zouara-la-revolution-silencieuse-des-berberes-libyens_5016255_3212.html#pHDz7lXylzMpHzx3.99 [consulté le 20 octobre 2017].

48 M. Galtier, « À Zouara, les Libyens édictent leurs propres lois », Libération, 7 avril 2016, http://www.liberation.fr/planete/2016/04/07a-zouara-les lybiens-edictent-leurs-propres-lois_1444685 [consulté le 15 octobre 2016].

49 Masin, « Un tournant dans le combat amazigh en Libye », doc. cit. [consulté le 22 septembre 2016].

50 E. Alamasude, M. Buzakhar, « From failed state to regional autonomy : Amazigh self-determination in Libya », nationalia.info, 14/04/2016, http://www.nationalia.info/opinion/10760/from-failed-state-to-regional-autonomy-amazigh-self-determination-in-libya [consulté 14 septembre 2016]. Des combattants amazighs ont occupé le complexe gazier de Mellitah pendant plusieurs jours à partir du 26 octobre 2013. Celui-ci est exploité par une société libyenne (NOC) et un pétrolier italien (ENI). Ils sont allés jusqu’à couper l’alimentation vers l’Italie durant vingt-quatre heures le 6 novembre 2013 dans une tentative visant à forcer le CGN à réviser l’article 30 du projet constitutionnel. Pour les combattants, il s’agissait là d’un signal fort donné aux autorités libyennes de transition qui restera, cependant, sans suite. Masin, « Amazighs de Libye : être ou ne pas être », tamazgha.fr, 9 novembre 2013, [en ligne] URL : http://tamazgha.fr/Amazighs-de-Libye-le-pire-est-a.html [consulté le 17 septembre 2016].

51 V. Stocker, « En Libye, la guerre oubliée des Touaregs et des Toubous », Orient XXI, 28/09/2015, [en ligne] URL : http://orientxxi.info/magazine/en-libye-la-guerre-oubliee-des-touaregs-et-des-toubous,1030, [consulté le 15 avril 2016].

52 R. Amokrane, « L’armée amazighe libyenne défile à Adrar N’fousa ! », Tamurt, 1er mars 2017, [en ligne] URL : http://www.tamurt.info/larmee-amazighe-libyenne-defile-adrar-nfousa/ [consulté le 2 mars 2017].

53 « Tamazight décrété langue officielle en Libye », Kabylie-news, 23 février 2017, [en ligne] URL : http://kabylie-news.observalgerie.com/actualite/politique/tamazight-decretee-langue-officielle-libye/ [consulté le 2 mars 2017].

Auteur

Chargé de recherche du Consejo superior de investigaciones cientificas (CSIC) à l’Instituto de estudios sociales avanzados (IESA) de Cordoue (Espagne). Chercheur associé de l’Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence et du Centre Jacques-Berque pour les sciences humaines et sociales au Maroc à Rabat ; ses travaux portent sur les régimes politiques, l’action associative (pour le développement local, de groupes d’intérêts sectoriels, de plaidoyer, contestataire), les mouvements identitaires (islamistes, amazighes), les cadets sociaux (jeunes, femmes) et le changement social au Maghreb ainsi que le racisme et la xénophobie en Espagne.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540