Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Liste des résumés des contributions

Texte intégral

1Marie-Pierre Anglade

Un travail de recherche en sociologie ayant pour objet les pratiques déviantes des citadins pauvres de Casablanca (principalement autour de la consommation de produits illicites dans les espaces publics) ainsi que leur rapport à la marginalité sociale peut se présenter à maints égards comme un terrain sensible. Le chapitre ici présent, envisagé comme un moment de cette recherche à travers, d’une part, l’exploration des conditions favorables à la parole et, d’autre part, celle des limites d’une apparente proximité avec les enquêté(e)s – « comment faire parler les gens ? » – a pour but de traiter de l’adaptation de l’enquêteur à des situations sociales critiques, afin de retracer les parcours et le mode de vie de personnes pauvres, dans leur partage d’espaces publics et en milieu domestique. Un choix, s’il est possible, doit-il être opéré entre les entretiens menés dans la rue et ceux que permettent les visites à domicile ? Quelles sont les configurations socio-spatiales qui se dégagent des dispositifs d’entretiens hors les murs et à domicile ? Comment tirer avantage de chacune des situations ? Enfin, ce texte révèle la force de l’outil que représente l’observation pour le sociologue soucieux de cerner le vécu des citadins, envers et contre tous les non-dits de l’argent et du statut social, dans un contexte socio-économique de profond déshonneur.

2Irene Bono

Pour tout observateur des phénomènes politiques, les représentations hégémoniques du monde social posent deux enjeux : comprendre comment observer les conflits et les rapports de forces à la base de leur affirmation et saisir ce qui apparaît au-delà de ces représentations et qui reste le plus souvent à l’ombre de celles-ci. Ce chapitre propose quelques suggestions d’ordre méthodologique pour essayer d’atteindre ces objectifs. A partir de trois expériences de terrain – sur la participation à l’heure de l’INDH, sur la jeunesse suite à l’émergence du Mouvement du 20 Février et sur la formation du champ national durant les années de plomb – seront explorées des modalités d’approcher, de détourner et d’écarter le regard au-delà des modalités dominantes de parler, de penser et d’analyser les phénomènes politiques. En conclusion seront suggérées des considérations sur l’importance de la construction d’un processus de distanciation par rapport aux objets d’étude ainsi que sur la nécessité d’établir un rapport dialectique entre la réflexion théorique et les choix méthodologiques en approchant le terrain.

3Leïla Bouasria

Le terrain sociologique nous pose le défi de guetter le moment propice pour opérer les allers-retours entre la théorie et la pratique. Comment donc se servir du terrain comme instrument d’affranchissement du carcan théorique et lieu privilégié des réponses pour mieux l’orienter vers une nouvelle piste d’exploration de nouvelles questions restées jusque-là inconnues ? Comment envisager son terrain à travers une dynamique interactive en tant qu’occasion pour démystifier ses fausses évidences et découvrir l’extraordinaire dans ce qui nous paraissait si familier ? Le terrain est aussi le moment d’opérer des choix décisifs en lien avec la méthode et le lieu. Dans le cas de mon terrain, étant donné que je voulais travailler sur la vie conjugale des ouvrières, la question semblait d’autant plus délicate que j’étais tiraillée entre l’usine et les lieux privés ou en marge du travail pour mener des entretiens fructueux. En fin de compte, il s’agit d’apprendre à saisir le sens donné par les enquêtés à chaque moment passé sur le terrain au-delà de sa signification « pratique » et d’ajuster ses choix au gré des circonstances. Quelles sont donc les stratégies mobilisées sur un terrain multi-situé et comment sont construites les conditions de production des discours et la dynamique des interactions en fonction des lieux ? Comment est interprété le statut du chercheur, et comment « la sororité féminine » – je suis une femme enquêtant sur des femmes – peut s’avérer être une arme à double tranchant ?

4Soraya El Kahlaoui

Ce chapitre se fonde sur une ethnographie menée en 2012 dans un quartier d’habitations informelles en pleine effervescence de construction. L’objet de cette recherche vise à montrer comment les principes de l’observation ethnographique, par la respécification d’une situation, permettent d’offrir une description pertinente de l’agir politique en contexte d’illégalité.

5Stéphane Gignoux

À travers une observation participante, basée sur notre profession de syndic de copropriétés dans la ville de Tanger, notre recherche se propose d’étudier les pratiques de la copropriété par les différents acteurs. L’objectif principal de cette contribution est de démontrer comment l’observation participante et l’ethnométhodologie permettent de saisir le lien entre le cadre juridique de la copropriété et sa pratique par les usagers. Cette contribution s’attache ainsi à décrire, dans un premier temps, les conditions de notre intégration et de notre participation au sein des acteurs de la copropriété ; dans un second temps, elle propose une observation des interactions qui s’y produisent et une réflexion sur l’appréhension des codes et des symboles de communication du groupe par une analyse du langage utilisé entre les usagers de la copropriété.

6Abdelaziz Hlaoua

  • 1 Madagh est le village où se situe la confrérie-mère de la Boutchichiya, à proximité de la ville de (...)

Mon travail s’inscrit en ethnométhodologie. Je suis engagé dans une formation continue concernant ses pratiques et ses objets de recherche. Ainsi, ma démarche consiste à privilégier la dimension descriptive des pratiques observables. Ce choix m’oriente vers l’adoption de l’observation en immersion, son apport apparaît irremplaçable en ethnométhodologie. Ce chapitre cible dans sa grande partie les pratiques observées lors de ses productions de terrain, cela me permet de présenter tout d’abord mon rapport avec le terrain, les positionnements que j’ai adoptés, les étapes pour y accéder, les premiers contacts avec les membres du groupe étudié. L’idée initiale est que chaque terrain est souverain, le chercheur se plie aux exigences de son terrain, m’éloignant ainsi de l’utilisation et de la « consommation » des concepts préétablis en sciences sociales. Chaque terrain a ses propres règles, contraintes et opportunités. Ma recherche questionne la problématique de la reproduction de l’ordre et de la hiérarchie dans une zawiya soufie contemporaine, la Qadiriya-Boutchichiya au Maroc. Nous allons voir tout au long de ce chapitre les manières d’aborder cette problématique, en ayant recours à la description et en analysant les interactions inter-groupe des membres de la zawiya. Le terrain décrit dans ce chapitre se localise dans deux lieux différents, le premier situé dans le village de Madagh1 où se trouve le siège du cheikh de la confrérie Boutchichiya, Sidi Hamza, le deuxième est situé dans la ville de Meknès, dans l’annexe de la zawiya dans le quartier de la nouvelle ville, Hamriya.

7Juana Moreno Nieto

Mon positionnement face aux différents interlocuteurs et interlocutrices rencontrés au cours de l’enquête ethnographique réalisée au Maroc dans le cadre de ma thèse de doctorat a constitué une source fondamentale de questionnement qui traversa mon expérience du terrain. Par positionnement, je veux faire référence à la place qu’occupe l’anthropologue dans le réseau des localisations sociales vis-à-vis des personnes enquêtées ainsi qu’à la pratique active de la prise de position face à une réalité vécue. Il s’agit d’un processus complexe non exempt de contradictions, certaines d’entre elles m’affligeant profondément. Ce texte se veut une réflexion sur l’expérience de négociation de ces contradictions ainsi que sur la recherche d’une cohérence éthique au sujet de la prise de décision pendant le travail de terrain. C’est-à-dire comment les questions éthiques et les aspects émotionnels peuvent jouer un rôle dans le processus de production de connaissances que constitue le travail de terrain.

8Khalid Mouna

Ce travail a pour objectif de marquer un retour sur l’expérience de terrain ; un terrain qualifié de déviant par sa pratique économique. Il s’agit également de mettre en valeur la confection des liens avec la marge en revenant sur le début du parcours qui marque aussi mon premier terrain en tant que jeune anthropologue. Il ne s’agit pas ici de théoriser les concepts autour du travail ethnographique, mais plutôt, à partir d’une démarche réflexive, de faire un retour sur un sujet marquant pour moi : le cannabis dans le Rif. J’aborderai le processus d’implication anthropologique sur le terrain tout en montrant comment cette expérience a pu transformer ma façon de percevoir le savoir.

9Pascal Mulet

L’auto-analyse scientifique est un moment constitutif de la recherche ethnographique. Elle permet de comprendre le processus de constitution des matériaux analysés théoriquement et présentés sous forme de reconstitution, de récit, de trajectoire sociale, de schéma spatial, chronologique ou généalogique. Mais l’auto-analyse permet également de restituer les modes de catégorisation mobilisés au sein des groupes sociaux étudiés, par l’analyse même de ces moments d’interaction dans lesquels l’ethnographe est, de fait, impliqué. Elle permet par exemple de saisir les catégories du Même et de l’Autre, non pas essentielles et figées, mais en constante construction dans le cadre de situations qu’il faut restituer. Je propose dans ce chapitre de poser quelques éléments à prendre en compte dans ce processus d’objectivation de l’étude de terrain qui relève également de l’inter-subjectivité, à partir de ma propre expérience dans un village du Haut Atlas marocain.

10Catherine Therrien

Basé sur une thèse de doctorat en anthropologie qui a été menée auprès de couples mixtes au Maroc, ce chapitre se veut une réflexion méthodologique sur les divers éléments liés à une posture de recherche particulière, celle qui fait se juxtaposer implication personnelle et processus de recherche. Par le biais d’une écriture réflexive, chaque étape du terrain ethnographique (entrée sur le terrain, situations d’observation, prise de notes, processus d’écriture, questionnements éthiques) sera décryptée et illustrée par des exemples tirés du terrain de recherche « officiel » et de celui mené « à partir des coulisses » afin de donner à voir la complexité et aussi la richesse de la démarche spécifique de l’anthropologie de l’expérience partagée.

11Merieme Yafout

Dans ce chapitre, j’étudie la subjectivité dans un travail de terrain. En effet, l’influence des convictions religieuses ou politiques du chercheur, son genre et son apparence physique sur son terrain de recherche sont souvent inévitables. De ce fait, j’aborde la question suivante : comment être conscient de sa subjectivité, bénéficier de la richesse qu’elle peut apporter à l’étude et éviter ses inconvénients ? Ainsi, à partir de mon expérience de terrain à l’occasion de mes recherches de thèse, je montre quelques avantages de la subjectivité, et je propose certaines stratégies d’objectivation qui permettent au chercheur de se départir de la complaisance avec le milieu qu’il étudie et de garantir le plus de distance possible avec l’objet de recherche. En prenant l’exemple de l’entretien et de ses différentes étapes, j’expose un ensemble d’obstacles objectifs et subjectifs que j’ai rencontrés sur mon terrain de recherche, et je suggère des moyens permettant de les contourner et de construire une connaissance scientifique et objective sur mon objet d’étude.

12Hayat Zerouali et Vincent Meyer

Ce chapitre reprend nos travaux sur le patrimoine de la province de Nador. L’objectif est de comprendre les dynamiques culturelles et sociales qui se construisent sur ce territoire et de caractériser une approche communicationnelle d’un « héritage local » en termes de transmission, d’appropriation et d’interprétation. De la sorte, il rend compte de la démarche méthodologique mise en œuvre pour entrer en interaction avec la population locale et ses représentants et observer le rapport des uns et des autres aux différentes composantes et expressions de la mémoire et du patrimoine. Le choix de la démarche ethnographique est à la fois méthodologique et épistémologique, la problématisation de l’objet se construit essentiellement sur le terrain dans et par les interactions avec les acteurs impliqués dans la question de la patrimonialisation. Ce travail est donc le récit d’une mise à l’épreuve d’une observation déployée par un chercheur et qui contribue aussi à façonner le regard de ce dernier, car il doit en permanence s’adapter aux situations de recueil de données, multiplier les espaces et les temps de l’observation que l’objet et le terrain suggèrent et aussi mobiliser d’autres outils de la démarche qualitative quand la complexité de l’objet l’exige.

Ainsi le recueil et l’analyse des données de cette observation ont-ils permis de spécifier de nouvelles formes locales d’appropriation et d’interprétation du patrimoine et de la mémoire de la province. Toutefois, l’expérience directe du terrain, la posture du chercheur en situation d’observation ainsi que sa distanciation par rapport à son objet restent problématiques, surtout quand se pose la question de l’appartenance de ce dernier à la communauté enquêtée.

Notes

1 Madagh est le village où se situe la confrérie-mère de la Boutchichiya, à proximité de la ville de Berkane au nord-est du Maroc.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable