Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Le militant-chercheur ou le chercheur-militant

La subjectivité en question

Merieme Yafout

Texte intégral

  • 1 Le Mouvement de l’unification et de la réforme (MUR) est fondé en 1996 suite à l’unification des de (...)
  • 2  Mouvement islamiste fondé au début des années 80 par le cheikh Abdessalam Yassine. Il est considér (...)
  • 3  Parti politique né en 1975 suite à une scission au sein du parti de l’Union nationale des forces p (...)
  • 4  Parti politique légalisé en 1974. Il s’inscrit dans la continuité du Parti communiste marocain, né (...)
  • 5  Le parti de l’Istiqlal (Indépendance) (PI), l’un des premiers partis créés au Maroc en 1943 par Ah (...)

1Mon expérience sur le terrain, à l’occasion des recherches que j’avais menées dans le cadre de ma thèse, avait suscité chez moi une réflexion sur deux questions essentielles : la subjectivité et l’objectivation. En d’autres termes, quand on est sujet de son propre objet d’étude, on se doit d’adopter une démarche qui vise une prise de conscience de sa propre position et de son éventuelle influence, négative ou positive, sur le déroulement de la recherche (récolte puis analyse des données). En effet, ma thèse de doctorat soutenue en 2012, intitulée : « Le statut des femmes au sein des mouvements islamistes au Maroc », avait traité la question de recherche suivante : peut-on concevoir un processus d’émancipation féminine au sein des mouvements islamistes ? Les analyses élaborées se sont appuyées sur un travail de terrain qui a duré trois années (2008-2010) et qui s’est essentiellement basé sur des méthodes qualitatives. Ainsi, j’ai conduit des entretiens semi-directifs portant, principalement, sur les récits de vie des actrices tout en recourant parallèlement à l’observation participante. De ce fait, j’ai effectué trente-sept entretiens avec des femmes responsables au sein du Mouvement de l’unification et de la réforme (MUR) et son aile politique le Parti de la justice et du développement (PJD) (MUR/PJD)1 avec des personnalités féminines et masculines responsables au sein du mouvement Al Adl Wal Ihssan (Justice et Spiritualité) (AWI)2, ainsi qu’avec certaines femmes responsables au sein des partis dits historiques : Union socialiste des forces populaires (USFP)3, Parti du progrès et du socialisme (PPS)4 et le Parti de l’Istiqlal (PI)5.

2D’ailleurs, l’étude a observé la naissance et l’évolution de l’action féminine au sein des deux mouvements islamistes (MUR/PJD, Al Adl Wal Ihssan). Elle a ciblé notamment le changement des perceptions des femmes de ces deux mouvements vis-à-vis de la question féminine ainsi que les projets qu’elles développent pour réaliser ce qu’elles appellent « l’émancipation féminine ». Enfin, l’étude n’a pas omis d’observer le statut des femmes au sein des deux mouvements, les dynamiques internes ainsi que les conflits de genre qui marquent leurs parcours tout en établissant des comparaisons avec le statut des femmes au sein des partis politiques susmentionnés.

  • 6  À l’époque où j’étais membre du mouvement – je l’ai quitté au début de l’année 2012 – la direction (...)

3Il va sans dire que quand le chercheur opte pour des méthodes qualitatives telles que l’entretien ou l’observation participante, il entre en situation d’interaction avec son objet d’étude. Celle-ci constitue, de fait, un objet précieux afin d’aborder les phénomènes en profondeur et permet, en plus, une plus grande compréhension des pratiques et des représentations des personnes concernées. Toutefois, elle soumet le chercheur à un ensemble d’obstacles objectifs et subjectifs résultant de l’éventuelle influence que peut exercer son statut sur son terrain de recherche. Or, la subjectivité étant souvent inévitable dans un travail de terrain, comment alors en être conscient, bénéficier de la richesse qu’elle peut apporter à l’étude et éviter ses inconvénients ? Telles sont les questions que je me suis posées par rapport à ma recherche et que je souhaite aborder dans cet article à partir de mon expérience de terrain. De fait, j’étais moi-même membre de l’un des mouvements qui constituaient l’objet de mon travail : le mouvement Al Adl Wal Ihssane où j’étais l’une des responsables de la section féminine6 et membre de quelques instances de décision. De plus, je développais, à l’époque, avec un groupe des femmes du mouvement des positions critiques sur le rôle des femmes au sein des instances de décision : nous refusions l’adhésion formelle, « décorative » à ces institutions. D’ailleurs, nous avions démarré un projet pour l’émancipation des femmes qui consistait en un travail intellectuel de réflexion sur la condition des femmes en Islam, sur la relecture et la recontextualisation des textes sacrés dans une perspective féminine. L’objectif était de découvrir les opportunités que le référentiel islamique peut offrir pour l’émancipation des femmes et à partir de là renforcer la confiance des femmes en soi et leur présence au sein du mouvement et au sein de la société. Cette position m’exposait à plusieurs risques qui nécessitaient tout un travail sur moi-même et sur mon double statut (militante et chercheure) afin de prendre ces risques en considération tout au long de mes réflexions sur mon étude. D’ailleurs, je présenterai progressivement ces risques dans le corps de mon texte, et je montrerai comment j’ai essayé de les éviter ou au moins d’en atténuer l’influence négative.

Subjectivité : atouts, inconvénients et modes d’objectivation

  • 7  Voir à titre d’exemple l’étude de Nadia Mohia : N. Mohia, l’Expérience de terrain : pour une appro (...)

4A l’instar de certaines recherches sur la question de l’objectivité et de la subjectivité en sciences sociales, je soutiens que la subjectivité joue un rôle important qu’il ne faut pas méconnaître. Nombre d’études, en effet, se positionnent contre ce que l’on appelle « l’objectivisme tenace » que l’on explique par la tendance à méconnaître le rôle de la subjectivité7.

  • 8  N. Mohia, idem, p. 18.

5De surcroît, la question qui demeure primordiale dans toute recherche qui se veut scientifique est la suivante : peut-on éviter, véritablement, la subjectivité ? Certaines recherches pensent, dans ce sens, que le chercheur sur le terrain « est une personne qui continue de vivre. Il reste un sujet entier, engagé par une relation à l’autre, totale, c’est-à-dire par sa subjectivité propre, son histoire personnelle et son appartenance à une société donnée. Telle est la réalité primordiale de l’expérience qui se trouve niée dans la définition, a priori, de la pratique de terrain8. » De ce fait, le chercheur a tout à gagner à prendre conscience de sa subjectivité pour mieux la contrôler, tout en commençant par réfléchir sur sa propre position par rapport à son objet d’étude.

6Dans mon cas, mon statut complexe de chercheure, femme et militante a eu une influence paradoxale durant les différentes phases de l’entretien depuis la prise de contact jusqu’à son aboutissement en passant par le déroulement de l’entretien lui-même. À chacune de ces étapes, j’ai dû négocier avec les trois aspects de mon statut, mettant en valeur, à chaque fois, un aspect plutôt que l’autre, tout en interagissant avec le statut tout aussi complexe de mes interlocutrices. Ces dernières peuvent être classées selon deux catégories : d’un côté, les femmes islamistes avec les nuances que contient ce courant : les femmes du mouvement Al Adl Wal Ihssane et les femmes du MUR/PJD ; d’un autre côté, les militantes du mouvement féministe et des partis politiques dits historiques (en général, des féministes et des pro-féministes, incluant de même toutes les nuances que contient ce courant).

  • 9  Désignation que je n’ai jamais admise vu la polysémie du terme « islamiste ».
  • 10  P. Bourdieu, « Objectiver le sujet de l’objectivation », Science de la science et réflexivité, Par (...)
  • 11  A l’époque, c’était l’Unité de recherche et de formation en science politique à la faculté de droi (...)

7Partant de là, le fait que je sois considérée comme une « militante islamiste9 » a eu une influence paradoxale sur mon terrain. Il n’est pas faux de dire que cette position recèle des atouts et des obstacles qui, tous deux, s’inscrivent dans le cadre des réflexions menées autour de la dichotomie proximité/distance par rapport au terrain et nous confrontent au problème, classique en sciences sociales, de la proximité de l’objet d’étude. Celui-ci est, en fait, inévitable. Le choix même, par le chercheur, du sujet est rarement neutre, comme le confirme Pierre Bourdieu10, il est souvent une composante de l’expérience vécue par le chercheur. Néanmoins, le fait d’avoir conscience de cela représente un premier pas vers l’objectivation. Dans mon cas, le choix de mon sujet reflétait un besoin, chez moi, de prendre une distance avec les programmes et les projets dans lesquels j’étais engagée au sein du mouvement et de les regarder de l’extérieur, les confronter aux stéréotypes et les analyser avec le regard du chercheur. Tâche qui n’était pas facile, d’autant plus que j’appartenais en même temps à un milieu scientifique11 qui connaissait parfaitement mon appartenance militante et qui prenait en considération le risque de complaisance que je pourrais manifester à l’égard de mon groupe d’appartenance.

8Par ailleurs, la subjectivité n’a pas que des inconvénients, elle a aussi des avantages qu’il ne faut pas méconnaître. En effet, pour mes interlocutrices « islamistes », me présenter en tant que « militante islamiste » les rassurait quant aux soucis relatifs à la déontologie. Pour nombre d’entre elles, je représentais une chercheure de confiance en mesure d’aller au-delà des stéréotypes diffusés sur les femmes islamistes et d’apporter des résultats sérieux et scientifiques.

9Rassurées davantage par le contact direct, un lien de proximité-familiarité s’est établi avec mes interviewées dont beaucoup m’ont volontiers raconté leurs expériences et l’histoire de leur engagement au sein du mouvement islamiste avec ses obstacles, ses limites et ses évolutions. Quoiqu’à ce niveau, nombre d’entre elles ont eu tendance à dissimuler certains événements considérés comme « gênants » ou à les nier nûment. Notamment, tout ce qui concerne les mentalités masculines qui résistent au changement de la situation des femmes, à leur acceptation au sein de certaines instances telles que les instances de décision, à certaines de leurs initiatives émancipatrices. J’ai dû alors insister sur le comment de certains événements, sur les détails de l’accès de telle personne à telle instance, sur le pourquoi de l’accès de la personne X et non pas Y pour comprendre l’enchaînement des interactions internes. Ce qui a obligé parfois mes interlocutrices à me demander d’arrêter le dictaphone pour s’exprimer « en mode off » à propos de certains conflits internes.

10En outre, ma proximité m’a permise, dans la plupart des cas, un accès aisé aux activités, aux informations ainsi qu’aux documents internes. Cependant, le niveau d’accès n’était pas le même au sein des deux composantes objets de ma recherche. En effet, au sein du MUR/PJD, il y avait plus de réticence et de méfiance : l’accès à certaines activités et pour les simples membres n’était pas toujours facile. J’étais considérée comme appartenant à un « autre » mouvement, « rival », ce qui bien sûr ne m’a pas été annoncé dans ces termes mais que j’ai pu discerner à partir de certaines expressions telles que : « ces mouvements qui se contentent de critiquer le système politique sans y adhérer et montrer ce qu’ils savent faire », assignant par ceci le refus du mouvement Al Adl Wal Ihssane d’adhérer au jeu politique, le jugeant faussé.

  • 12  S. Paugam, dir., l’Enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 11.
  • 13  P. Bourdieu, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, 5/2003, (...)

11Par ailleurs, la distance nécessaire avec le terrain était réduite d’un côté et de l’autre. Pour mes interlocutrices, j’étais perçue comme une « militante » sensée être informée sur le contexte du discours formulé. On pouvait, dès lors, se passer de me raconter certains détails. Ainsi, j’ai entendu des phrases telles que : « comme chez vous à Al Adl Wal Ihssane », ou « nous les islamistes… ». Chez mes interviewées d’Al Adl Wal Ihssane, j’ai entendu des expressions telles que : « comme tu le sais bien… ». De plus, pour elles, j’étais sensée comprendre tout ce qu’elles exprimaient, alors elles ne se donnaient pas la peine d’expliquer certains de leurs propos. Dans les deux cas, la séparation n’était pas faite entre ce qui était du ressort du chercheur et ce qui faisait partie des confidences que l’on faisait au militant. Alors parfois on se rattrapait en spécifiant : « Tu gardes cette info pour toi. » De mon côté, cette situation m’a mise au défi d’effectuer la séparation entre ce que je me dois de retenir en tant que chercheure et ce que je dois conserver en tant que militante ou ce qui, pour moi, va de soi alors qu’il ne l’est pas en termes scientifiques. Dans la même veine, Serge Paugam note que le regard de l’intérieur, du « dedans », nécessite du chercheur « beaucoup d’efforts pour se départir des prénotions et des préjugés propres au milieu qu’il étudie12 ». Dans ce sens, l’observation participante représentait aussi un grand défi pour moi vu ma position au sein du mouvement. En effet, j’assistais à différents types de réunion, et avant chacune je devais faire tout un travail sur moi-même pour me convaincre du rôle que je devais jouer. En premier lieu, au sein des réunions, entre responsables, je devais jouer le rôle de la militante qui doit respecter la confidentialité des débats internes. En deuxième lieu, dans les réunions avec les membres du mouvement, ma tâche était plus difficile car je devais endosser un double rôle : la militante et la chercheure. D’une part, participer au débat et donner mon opinion en tant que membre et, d’autre part, prendre des notes en tant que chercheure. À la fin de chacune de ces réunions, je devais trier les données qui pouvaient être accessibles à tout chercheur externe et celles qui étaient de l’ordre de l’interne, du privé, et que je ne devais pas utiliser afin de ne pas tomber dans ce que Bourdieu a appelé « la trahison » de son groupe d’appartenance13. Je dois aussi préciser que l’opération de « tri » n’était pas « solitaire », le groupe de femmes dirigeant la section féminine m’a beaucoup aidée à ce niveau-là : je demandais souvent leur avis quand j’avais des doutes sur certaines informations. En plus, je les accompagnais souvent quand elles recevaient des journalistes ou des chercheurs, et j’observais comment elles répondaient aux différentes questions, ce qu’elles divulguaient comme informations et ce qu’elles cachaient. Enfin, le troisième type de réunion était celui où je me sentais plus à l’aise pour jouer mon rôle de chercheure car il s’agissait de réunions ouvertes à un large public qui comprenait aussi des sympathisants et des personnes qui voulaient connaître le mouvement pour une raison ou pour une autre, y compris des chercheurs.

  • 14  J.P. Willaime, Sociologie des religions. Que sais-je ?, Paris, PUF, 1995, p. 38.
  • 15  Propos cités par S. Paugam, dir., dans l’Enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 12.
  • 16  Je remercie mon amie Julie Pruzan J. pour l’occasion qu’elle m’a fournie de retourner sur mon terr (...)
  • 17  Je remercie mes amies Yasmine Berriane, Leïla Bouasria et Julie Pruzan J. d’avoir eu l’amabilité d (...)

12En outre, le fait d’être personnellement impliquée dans le cadre de mon propre objet de recherche m’expose au risque de complaisance avec le discours de l’objet. C’est d’ailleurs dans ce sens que Jean-Paul Willaime mentionne qu’il est, à certains égards, plus facile de faire la sociologie de l’autre que la sociologie de son propre groupe d’appartenance14. Dans le même sens, Pierre Bourdieu avait expliqué que la recherche la plus difficile qu’il avait menée, la plus coûteuse en termes d’efforts d’objectivation, était celle sur les intellectuels et le champ universitaire15. J’ai été, à titre d’exemple, impliquée dans le projet de réflexion entrepris par les femmes d’Al Adl Wal Ihssane, déjà mentionné en introduction. Je me devais alors de ne pas laisser ma fascination pour ce projet influencer la manière dont je présentais le projet des femmes d’Al Adl Wal Ihssane que je comprenais et que je maîtrisais très bien et la manière dont je présentais celui des femmes du MUR/PJD qui se focalisait plus sur l’action associative et l’action politique. J’ai alors essayé d’éviter ce risque, ou du moins d’en diminuer la tension, en ayant recours à des modes d’objectivation qui garantissent le plus de distance possible. Ainsi, lors de mes entretiens avec les femmes du MUR/PJD, je posais plus de questions pour comprendre, j’insistais sur les détails, je lisais beaucoup plus leurs articles pour mieux comprendre leur projet et pouvoir l’expliquer. J’ai aussi repris certains entretiens en présence d’une chercheure externe : nous avons, par la suite, comparé nos notes et nos observations16. De plus, outre les lectures de mon encadrant, j’ai fait relire mon travail par des chercheurs qui n’adhèrent pas au mouvement islamiste et j’ai pris leurs remarques en considération17. Enfin, pour éviter, au niveau de l’analyse, de mettre en valeur un projet plutôt qu’un autre, les deux projets ont été décrits en détail dans deux parties distinctes et traités avec les outils d’analyse qu’offrent la sociologie de genre et la sociologie des religions sans qu’il y ait de comparaison favorisant un projet par rapport à un autre. Par ailleurs, concernant mes interviewées islamistes des deux groupes, j’ai essayé de les confronter à toutes les questions qui se posent quant à leur statut et à toutes les opinions qui les conçoivent comme subalternes ou simples exécutantes et à celles aussi qui considèrent leur adhésion aux instances de décision de leur mouvement comme étant formelle. Leur réaction à ces perceptions m’a fourni des éléments de comparaison entre leurs discours et leurs actions. Je cite, à titre d’exemple, ma prise en considération non seulement du taux de leur représentation au sein des instances de décision mais aussi des responsabilités qu’elles occupent et qui représentent un indice de leur efficacité ou au contraire de leur confinement dans les responsabilités habituellement occupées par les femmes : celles qui concernent la femme et l’enfant.

13Paradoxalement, mon statut était parfois préjudiciable vis-à-vis de mes interlocutrices féministes et pro-féministes. D’ailleurs, je souligne qu’avec cette catégorie d’interviewées, j’ai procédé de manière différente : j’ai omis toute mention relative à mon statut d’« islamiste » susceptible d’influer négativement sur le bon déroulement de l’entretien. Malgré ces précautions, mon apparence de femme voilée a altéré certains entretiens. D’ailleurs, parmi les facteurs susceptibles d’influencer le rapport du chercheur à son terrain figurent certains aspects de son apparence physique tels que la couleur de peau ou la tenue vestimentaire. Dans mon cas, mon voile fut un facteur d’inhibition avec deux de mes interlocutrices qui, lors de la prise de contact téléphonique, avaient exprimé un vif enthousiasme et accepté de m’accorder un entretien excédant une heure. Cependant, une fois sur place j’ai senti chez elles de la déception et une tendance à vouloir raccourcir la durée de l’entretien (qui n’a pas excédé trente minutes) ainsi qu’à ridiculiser la thématique de ma thèse et les questions que je formulais.

  • 18  Cet incident eut lieu lors de mon terrain de recherche en Égypte en mars-avril 2009 sur les femmes (...)
  • 19  Des statistiques publiées par un centre d’information attaché au conseil des ministres égyptien év (...)

14Le fait que je sois « voilée » porterait à croire que mon accès à un terrain qui étudie les femmes islamistes sera aisé, ce qui a généralement été le cas dans le cadre de mon terrain au Maroc. Cependant, le fait de changer de contexte géographique a relativisé cette situation car en Égypte, à titre d’exemple, j’ai été congédiée par une interviewée du mouvement des Frères musulmans qui me soupçonnait d’appartenir aux services secrets égyptiens18. En effet, du fait de sa large propagation dans ce pays19, le voile représente une pratique courante et ne constitue plus, de fait, un symbole d’engagement militant ou moral, ni un gage de fiabilité aux yeux des interlocutrices islamistes.

Obstacles objectifs et obstacles subjectifs : comment les dépasser ?

15Il va sans dire que l’espace et la durée des rencontres influencent le déroulement de l’entretien. Effectivement, le lieu de rencontre influence la durée de l’entretien et, de ce fait, la quantité et la richesse des informations recueillies. Ainsi, les entrevues effectuées dans les lieux officiels (travail, parlement…) ont été moins longues que celles effectuées au domicile des interviewées. Ce dernier offre un espace de temps plus opportun pour creuser plus profondément différentes thématiques. Au demeurant, j’ai remarqué que le fait de me fixer des rendez-vous dans des lieux officiels est, pour certaines interviewées, une stratégie afin d’aboutir à des entretiens de courte durée, stratégie qui s’explique par les impressions négatives laissées antérieurement par d’autres chercheurs.

  • 20  F. Burgat, l’Islamisme au Maghreb : la voix du Sud, Paris, Payot, 1995, p. 11.

16Par ailleurs, il convient de noter que, parmi mes entretiens, les six qui ont été effectués dans des lieux officiels ont conféré un aspect plus formel à la rencontre. Par contre, ceux effectués au domicile étaient à caractère plus convivial et à même d’inspirer plus de confiance et de favoriser la réciprocité et l’échange. D’autant plus que, comme le soutient François Burgat, la richesse de l’entretien ne se limite pas à l’aisance verbale de l’interlocuteur : son environnement familial, les livres de sa bibliothèque, les tableaux affichés dans son salon et d’autres éléments que l’on peut observer à son domicile renseignent sur lui et aident à mieux comprendre ses propos20.

17La prise de contact exerce également une influence notable sur l’interviewé, sur la dynamique de la situation d’interaction ainsi que sur la construction du discours qui résultera de l’entretien. Par conséquent, il a fallu lui accorder une importance
considérable.

18Mes interlocutrices, engagées sur le plan militant et souvent aussi sur le plan politique et possédant de fait des agendas surbookés, reportaient fréquemment nos entretiens à des périodes forts décalées quant à ma planification du terrain. Il ne m’était pas aisé de les convaincre de l’intérêt ainsi que de l’urgence de ces entretiens pour mon sujet de thèse. Pour ce faire, il a fallu non seulement avancer des arguments qui montraient l’intérêt général de la recherche, mais aussi expliquer les bénéfices potentiels qui pourraient en sortir. Je note, par ailleurs, qu’au sein de mon groupe d’appartenance je n’ai pas rencontré ce problème car, étant l’une des femmes responsables de la section féminine, il m’était facile de convaincre les autres membres de l’importance de donner de la visibilité à « nos projets et nos conceptions ».

19Il importe aussi de mentionner que j’ai effectué les prises de contact de manière directe sans recours à des intermédiaires. Ainsi, lors de la présentation téléphonique, j’ai dû prendre en considération la diversité des profils de mes interviewées (islamistes, féministes, pro-féministes) et adapter ma formulation selon les catégories et les interviewées. Le problème qui se pose, à ce stade, est que la prise de contact téléphonique met l’interlocutrice en présence d’une personne qui lui est totalement inconnue, seulement une voix. Ce qui nécessite de la part du chercheur une bonne présentation orale pour rassurer et convaincre son interlocuteur. Par là j’entends surtout les interlocutrices féministes, pro-féministes et quelques membres du MUR/PJD qui ne me connaissaient pas auparavant.

20À cette fin, vis-à-vis de toutes mes interlocutrices, je mettais en relief, en premier lieu, mon statut de doctorante (ou chercheure) « femme ». Ce qui suscitait chez la majorité d’entre elles le respect et l’intérêt : une femme préparant un doctorat sur le statut des femmes. J’ai souvent entendu de leur part des expressions d’encouragement telles que : « je vous félicite pour ce parcours », « on a besoin de ce genre de travail », certaines mettaient en valeur le genre en attribuant l’intérêt du travail au fait qu’il soit accompli par une femme. Ici, je relève l’influence du genre du chercheur sur une catégorie d’interviewées intéressées par la question féminine : il occupe une place privilégiée dans l’interaction entre les deux parties. Dans mon cas, être femme m’a facilité l’accès aux interlocutrices.

21Quant à l’influence du statut de chercheur, elle était paradoxale. En effet, quelques-unes de mes interviewées islamistes, habituées à recevoir des chercheurs, notamment ceux qui travaillent sur la question féminine ou sur l’islamisme, mentionnaient le manque de déontologie scientifique de ces derniers. Elles considéraient le chercheur comme un flic ou un espion. Ainsi j’ai reçu, parfois, des réactions telles que : « Vous n’en avez pas marre de faire des recherches sur les islamistes ? » Ou encore : « Vous (les chercheurs) avez déjà des conclusions préétablies que vous vous ingéniez à valider par le travail de terrain. » D’ailleurs, la même remarque m’a été faite par une interviewée du Parti de l’Istiqlal qui doutait pareillement de la déontologie des chercheurs. Là, mes efforts ont dû se focaliser sur l’établissement d’un rapport de confiance avec les interlocutrices. Quant aux femmes d’Al Adl Wal Ihssane, elles avaient la même perception concernant la déontologie des chercheurs, après certaines expériences qu’elles avaient eu avec des chercheurs qui tout en les interviewant « rapportent une vision stéréotypée qui conforte mieux les résultats auxquels ils souhaitent aboutir ». Toutefois, pour mon cas, le rapport de confiance était déjà établi, et je n’avais pas à fournir les mêmes efforts qu’avec les autres
interlocutrices.

  • 21  M. Tozy, professeur de sciences politiques et directeur de l’Ecole de gouvernance et d’économie de (...)

22Parmi les éléments que je mettais en relief quant à mon statut de chercheure vis-à-vis d’une catégorie d’interlocutrices figurait le nom de mon encadrant de thèse du fait de sa bonne renommée dans les milieux laïcs21. Cela m’a été profitable lors des prises de contact avec les interviewées du courant féministe et m’a permis de leur prouver le sérieux de la recherche ainsi que l’importance de l’entretien. Néanmoins, lors de la prise de contact avec certaines de mes interviewées islamistes, j’ai volontairement omis de le mentionner. Les rencontres qui s’ensuivirent me prouvèrent le bien-fondé d’une telle démarche, car mon encadrant a été jugé par deux d’entre elles comme étant « contre » les islamistes.

23Par ailleurs, la présentation de mon sujet de recherche a également influé sur mes interlocutrices. Je me devais donc de les rassurer et de les motiver afin qu’elles participent à l’entretien et répondent le plus honnêtement possible. D’ailleurs, avec mes interlocutrices islamistes, il m’a fallu spécifier que mon travail portait sur le statut des femmes au sein des mouvements islamistes et que j’avais la ferme intention de dépasser les stéréotypes et d’effectuer une étude sérieuse et scientifique. Je m’évertuais également à leur démontrer l’originalité du sujet en insistant notamment sur le fait qu’au Maroc il n’avait été l’objet d’aucun travail académique jusqu’à ce jour, tout en soulignant l’importance pour elles de faire connaître leurs projets. Ce genre de présentation ayant pour avantage d’impliquer les interlocutrices dans le sujet de la thèse (elles exposent aussitôt les stéréotypes émis à propos des femmes islamistes, elles comparent leur statut à celui des « féministes », etc.). Toutefois, cette présentation n’était pas envisageable avec mes interlocutrices féministes et pro-féministes, car elles estimaient qu’un tel sujet ne les concernait pas. En outre, si j’avais présenté mon étude dans le cadre d’une comparaison de leur statut avec celui des femmes islamistes, elles auraient été enclines à essayer de démontrer que le leur est préférable, ce qui aurait influé indubitablement sur la spontanéité ainsi que sur l’honnêteté de leurs réponses. Ce qui m’a confronté à la problématique que rencontrent nombre de chercheurs : doivent-ils exprimer en toute transparence le thème ainsi que la problématique de leur recherche, ou bien doivent-ils, dans certains cas, emprunter des voies détournées ? Me concernant, je me suis appliquée à présenter mon sujet de manière pertinente par rapport aux préoccupations des interlocutrices, dans la mesure où je ne pouvais espérer une collaboration fructueuse d’une personne qui ne se serait pas sentie concernée par l’objet de l’entretien. Raison pour laquelle je me suis contentée, concernant mes interlocutrices féministes, d’énoncer une des thématiques générales de ma recherche, en l’occurrence : femmes et politique. De fait, se sentant intéressées ainsi qu’impliquées, elles ont accepté volontairement de me faire part de leurs expériences, à l’exception de l’une d’elles qui a estimé que mon travail constituait une perte de temps, le sujet ayant déjà été traité, selon elle, par son association féministe de renommée.

24De plus, j’ai constaté chez les deux parties, islamistes et pro-féministes, un espoir tangible vis-à-vis du chercheur concernant les contraintes objectives qu’elles endurent dans le champ politique et militant. Elles fondent leurs espoirs sur le fruit de ce genre d’étude et aspirent à ce qu’elles contribuent au changement tant souhaité : « Je te fais part de mes soucis en politique, je suis convaincue de la nécessité de m’y engager mais le rythme de travail ne me convient pas… Je ne sais pas comment vous allez (vous les chercheurs) nous résoudre ce problème. » D’autre part, une de mes interlocutrices du PI (Parti de l’Istiqlal) reprochait aux chercheurs le fait de centrer leur intérêt sur les associations féministes tout en négligeant les sections féminines des partis politiques ainsi que leur militantisme en faveur de la cause féminine ; elle appelait, à travers moi (la chercheure), à accorder plus d’importance à ces entités. Pour ce qui est des femmes d’Al Adl Wal Ihssane, elles avaient confiance que mon travail contribuerait au changement de l’image stéréotypée sur la femme islamiste, soumise et subordonnée aux hommes.

25Substantiellement, la majorité de mes interlocutrices (féministes et islamistes) ont manifesté un malaise tangible à l’égard de certains sujets, notamment ceux relatifs aux conflits de genre que connaissent leurs mouvements. Cependant, en tant que personnalités politiques et militantes, elles avaient l’habitude de produire des discours adaptés à chaque situation, d’occulter les expériences déplaisantes et par là-même de tarir certaines sources d’information. Il m’a donc fallu faire l’effort de les déduire des récits de vie ou alors de contacter des personnes mécontentes ou qui avaient démissionné. Dans le cas du MUR/PJD, par exemple, Khadija Moufid, une des responsables de ce mouvement qui avait démissionné du PJD en 2007 suite à des différends avec certains responsables du parti, était plus ouvertement critique que les autres interviewées et plus encline à dénoncer certaines mentalités qui entravaient l’émancipation féminine au sein de son mouvement. De même, Badiaa Skalli, ex-responsable au sein du parti de l’USFP et qui avait démissionné en 2002, était plus libre de présenter son expérience au sein du parti, avec ses obstacles et conflits internes.

26Toute réflexion faite, j’estime que le statut de chaque chercheur recèle des points de blocage et des potentialités d’ouverture par rapport à son objet d’étude. L’appartenance politique du chercheur, son genre, son apparence physique sont des éléments susceptibles d’influencer son terrain de recherche. Ce qui nécessite de sa part un effort particulier afin d’aboutir à une connaissance scientifique et objective de son objet d’étude. Toutefois, il n’existe pas de méthode-modèle à suivre afin d’objectiver ses résultats de recherche. En ce qui me concerne, j’ai appris que le fait d’être conscient de sa subjectivité, de ses atouts et de ses inconvénients, s’avère être une avancée vers la construction scientifique de son objet. En effet, ma proximité de l’objet de mon étude m’a conféré des liens de confiance qui m’ont permis un accès aisé aux activités, aux informations ainsi qu’aux documents internes. Cependant, cette même proximité m’a incité à fournir plus d’efforts afin de me départir de la complaisance avec le milieu que j’étudiais en recourant à certaines stratégies d’objectivation. Celles-ci consistent, notamment, à intégrer le regard externe susceptible d’attirer l’attention du chercheur sur des détails que sa subjectivité empêche de voir.

27Par ailleurs, cet article a aussi montré l’importance qu’il faut accorder à toutes les étapes de l’entretien en tant que méthode qualitative. Celles-ci commencent par la prise de contact qui nécessite une bonne présentation orale pour rassurer et convaincre son interlocuteur sur l’importance du sujet et sur la déontologie du chercheur. Ensuite, il faut prendre en considération certains éléments qui jouent un rôle essentiel dans l’implication des interlocuteurs dans le sujet de la thèse et dans l’établissement de liens de confiance avec le chercheur : le lieu où se déroule l’entretien ainsi que la manière de présenter le sujet de recherche, en montrant son intérêt général et ses bénéfices potentiels.

Notes

1 Le Mouvement de l’unification et de la réforme (MUR) est fondé en 1996 suite à l’unification des deux mouvements islamistes : le Mouvement du renouveau et de la réforme (MRR) et la Rabitat Al Moustaqbal Al Islami (la Ligue de l’avenir islamique). Par ailleurs, c’est en cette même année qu’un groupe de responsables du MUR rejoignit le parti d’Abdelkrim Al Khatib qui devint l’actuel PJD.

2  Mouvement islamiste fondé au début des années 80 par le cheikh Abdessalam Yassine. Il est considéré par les autorités comme étant un mouvement illégal, condition contestée par les responsables du mouvement.

3  Parti politique né en 1975 suite à une scission au sein du parti de l’Union nationale des forces populaires (UNFP), lui-même né d’une scission du Parti de l’Istiqlal (PI). L’USFP se réclame des idées de la gauche en ce qui concerne les questions de justice sociale.

4  Parti politique légalisé en 1974. Il s’inscrit dans la continuité du Parti communiste marocain, né en 1943 et interdit en 1959. Le PPS se réclame d’une idéologie socialiste. Il fait partie de la majorité gouvernementale au sein du dernier gouvernement mené par le PJD et nommé le 3 janvier 2012.

5  Le parti de l’Istiqlal (Indépendance) (PI), l’un des premiers partis créés au Maroc en 1943 par Ahmed Balafrej. Il a été fondé afin de lutter pour l’indépendance du Maroc. Il est actuellement présidé par Abbas El Fassi, qui dirigeait l’ancien gouvernement.

6  À l’époque où j’étais membre du mouvement – je l’ai quitté au début de l’année 2012 – la direction de la section féminine était collective : un groupe de femmes définissait les conceptions, précisait les grandes lignes des programmes et faisait le suivi de leur exécution.

7  Voir à titre d’exemple l’étude de Nadia Mohia : N. Mohia, l’Expérience de terrain : pour une approche relationnelle dans les sciences sociales, Paris, la Découverte, 2008.

8  N. Mohia, idem, p. 18.

9  Désignation que je n’ai jamais admise vu la polysémie du terme « islamiste ».

10  P. Bourdieu, « Objectiver le sujet de l’objectivation », Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 173-184.

11  A l’époque, c’était l’Unité de recherche et de formation en science politique à la faculté de droit de Casablanca, dirigée par le professeur Mohammed Tozy.

12  S. Paugam, dir., l’Enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 11.

13  P. Bourdieu, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, 5/2003, n° 150, p. 43-58.

14  J.P. Willaime, Sociologie des religions. Que sais-je ?, Paris, PUF, 1995, p. 38.

15  Propos cités par S. Paugam, dir., dans l’Enquête sociologique, Paris, PUF, 2010, p. 12.

16  Je remercie mon amie Julie Pruzan J. pour l’occasion qu’elle m’a fournie de retourner sur mon terrain, de repenser certaines questions et de ré-interviewer quelques femmes.

17  Je remercie mes amies Yasmine Berriane, Leïla Bouasria et Julie Pruzan J. d’avoir eu l’amabilité de lire ce travail et de me faire des observations et des commentaires qui m’ont aidée dans la révision et le dévelopement de certaines idées.

18  Cet incident eut lieu lors de mon terrain de recherche en Égypte en mars-avril 2009 sur les femmes islamistes. Toutefois, je comprends relativement la réaction de cette interviewée car, sous le régime de Moubarak, les femmes avaient beaucoup souffert de maintes répressions des services secrets, y compris le viol.

19  Des statistiques publiées par un centre d’information attaché au conseil des ministres égyptien évoquent un pourcentage de 80 % de femmes portant le voile en Égypte.

20  F. Burgat, l’Islamisme au Maghreb : la voix du Sud, Paris, Payot, 1995, p. 11.

21  M. Tozy, professeur de sciences politiques et directeur de l’Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540