Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Une ethnographie située au nord du Maroc

Le rôle du positionnement et des émotions au cours du travail de terrain

Juana Moreno Nieto

Texte intégral

  • 1  Entre janvier 2010 et juin 2012, j’ai dédié un total de quinze mois au travail de terrain, distrib (...)

1En mars 2014, je suis retournée à Larache, une ville située dans la région agricole du Loukkos sur la côte nord-ouest du Maroc, où j’avais effectué le travail de terrain pour ma thèse de doctorat entre janvier 2010 et juin 20121. Le but de ce bref séjour était, avant tout, de connaître l’évolution de la situation depuis mon dernier passage ainsi que de rendre visite à plusieurs collaborateurs rencontrés sur le terrain et à quelques amis qui habitent dans la région.

2Le séjour se déroula dans les meilleures conditions puisque je réussis à rencontrer la plupart de mes interlocuteurs et à rassembler des informations sur la situation actuelle, renforçant dans le même temps plusieurs conclusions auxquelles j’étais parvenue au cours des phases d’analyse et de rédaction de la thèse à laquelle je me consacrais depuis mon retour en Espagne. Toutefois, une certaine inquiétude m’accompagna pendant toute la durée du séjour, état d’âme qui s’accentuait avant des retrouvailles ou de nouvelles visites. Ensuite, cette agitation cédait la place à d’autres émotions allant, selon l’occasion, de la joie la plus sincère à l’étonnement ou la déception, voire même la colère.

3Ce séjour au Maroc me laissa à la fois satisfaite et épuisée, mais surtout me rappela la charge émotionnelle ressentie, toujours présente, à l’occasion de l’expérience du travail de terrain. Les mois postérieurs à mon retour, je devais précisément me consacrer aux modifications que les éditeurs de ce volume m’avaient demandées pour ce chapitre. J’ai décidé de profiter de cette opportunité – et des dernières sensations encore fraîches dans ma mémoire – pour réfléchir aux raisons pour lesquelles cette expérience me laissa un souvenir si troublant.

  • 2  Dans ce sens, le travail de Sophie Caratini me semble particulièrement évocateur. Elle aborde le t (...)

4Que la pratique ethnographique incorpore des questions qui nous agitent dans les profondeurs de notre être pendant aussi longtemps n’était pas, a priori, un phénomène évident à appréhender pour moi. C’est en percevant, grâce à des discussions avec des collègues et certaines lectures2, que les aspects émotionnels ont un grand impact sur le développement de l’ethnographie et, en conséquence, dans la production de la connaissance des disciplines telles que l’anthropologie ou la sociologie qualitative, que j’ai pensé inclure dans mes réflexions certains éléments qui au premier abord me paraissaient relever seulement du caractère personnel.

  • 3  Terrain entendu comme l’ensemble des discours et pratiques des acteurs, qui sont définis par le ch (...)

5Dans mon cas, avant même mon arrivée sur le terrain, et bien évidemment une fois établie3, mon positionnement sur les sujets de ma recherche composait une source fondamentale de mises en question qui traverserait toute mon expérience du travail de terrain.

  • 4  M. Malo, dir., Nociones Comunes : experiencias y ensayos entre investigación y militancia, Madrid, (...)
  • 5  S. Harding, Ciencia y feminismo, Madrid, Ediciones Morata, 1996.

6Par positionnement, je fais référence à la place qu’occupe l’anthropologue lors de son enquête dans le réseau des localisations sociales, celles-ci étant déterminées par la classe, le sexe, l’origine sociale, etc., ainsi qu’à sa situation vis-à-vis des sujets de la recherche. J’y incorpore également la pratique active de la prise de position, qui est plus ou moins consciente, face à une réalité. Cette pratique se traduit dans les différentes décisions prises dans le cadre des travaux de terrain. Ainsi, l’objectif principal de ce chapitre est de montrer comment le positionnement lors de mon étude a influencé les réactions, les décisions ainsi que les pratiques développées et comment, à leur tour, celles-ci ont défini de nouvelles prises de position. L’intention est de réfléchir sur l’inévitable non-neutralité de l’enquêteur, non pas simplement comme un attribut, mais également comme le résultat d’une action. Comme l’indique Félix Guattari4 : « La neutralité est un piège : nous sommes toujours engagés. Il est inestimable d’en prendre conscience afin que nos interventions soient les moins aliénantes. » En adoptant une perspective féministe, comme dans le cas de mes recherches, ce point n’est pas futile, car ce positionnement se traduit en engagement. Ainsi, le but ultime de la recherche serait la contribution à la transformation sociale à travers une connaissance scientifiquement solide5.

  • 6  D. Haraway, Ciencia, cyborgs y mujeres : la reinvención de la naturaleza, Madrid, Ediciones Cátedr (...)

7Par conséquent et en acceptant le présupposé épistémologique d’une objectivité de la science qui ne peut être fondée que sur des visions partielles, incarnées et historiquement situées6, je soutiens que préciser d’où et comment nous regardons est un élément essentiel, non seulement pour élargir la réflexion sur la pratique ethnographique, mais également pour contribuer le plus honnêtement possible à l’enrichissement de la connaissance.

8Situer la vision… Qui fait la recherche ?

9Initier une investigation sur les dynamiques sociales dans un pays différent du mien et dont la zone Nord avait été mise sous la tutelle de l’administration espagnole jusqu’au milieu du XXe siècle m’avait suscité, dès les premiers instants, certains doutes quant à la légitimité de mon action de recherche. Dans ce sens, le choix du travail salarié des femmes dans le secteur de l’exportation des fraises au Maroc comme thème central de ma thèse a été motivé par plusieurs raisons, parmi lesquelles la quête d’une légitimité avait un poids important.

  • 7Mujeres marroquíes en la agricultura onubense : vivencias migratorias a través de la contratación (...)

10Au cours de la réalisation de mon projet de DEA7 traitant de la question des migrations des travailleuses journalières marocaines dans le cadre du « recrutement en origine » (contratos en origen) vers les champs de fraises d’Andalousie, j’avais pu constater que ces contrats prenaient leur source dans les entreprises andalouses délocalisées et implantées au nord du Maroc. Plus tard, j’ai su que cette délocalisation était à l’origine du développement du secteur fraisier marocain qui constitue un modeste mais dynamique périmètre agro-exportateur, à l’heure actuelle en expansion. Que ce secteur soit, tout comme en Andalousie, très féminisé me paraissait une opportunité intéressante pour étudier, à partir d’une perspective de genre, les caractéristiques d’un modèle de production, cette fois dans un pays tiers et avec lequel j’étais par ailleurs liée à la fois académiquement et personnellement. En outre, en ce qui concerne l’objet de ce chapitre, la nature transnationale du secteur et, en particulier, l’importance de la participation espagnole me permettaient de justifier ma présence en tant que chercheuse de la rive nord de la Méditerranée dans le pays voisin, démunissant ainsi mon projet d’une éventuelle connotation colonialiste. À l’époque, cet aspect revêtait une grande importance personnelle, car j’avais ressenti au cours du DEA ce besoin de veiller à ce que chaque tâche de l’activité de la recherche à réaliser soit cohérente avec mes valeurs.

  • 8  Cette expression fait référence à la présence d’entreprises à capital espagnol dans la zone nord-o (...)
  • 9  Clairement atténué par l’impact de la crise économique et le chômage en croissance qui affecte l’E (...)
  • 10  Entre 2006 et 2011, plus de 30 000 contrats ont été conclus avec des femmes marocaines afin de tra (...)

11Il est intéressant de noter comment cette élection, au lieu de me dissocier des pratiques coloniales et néocoloniales8 qui me semblaient si répréhensibles, insérait mes recherches au cœur d’un dense réseau relationnel qui a lié, et lie toujours, historiquement le nord du Maroc à l’État espagnol. En fait, à de nombreuses reprises j’ai pu constater comment, bien que d’une forme fragmentée et parfois diffuse, mon origine espagnole évoquait à mes interlocuteurs de multiples épisodes de cette histoire commune : l’entreprise coloniale qui employait des milliers de travailleuses et de travailleurs dans leur champ d’oranges et de tomates ; le patronat du secteur fraisier à l’heure actuelle ; l’immigration vers « l’eldorado9 » ; les possibilités de contrats temporaires pour les travailleurs agricoles10 ; la possibilité de financement ou d’exécution de projets de développement dans les zones rurales, etc.

12Au cours de la phase d’exploration de mon travail de terrain, un événement résume clairement cette imbrication de mon sujet d’études avec l’histoire partagée entre l’État espagnol et le nord du Maroc. En visite chez quelques jeunes ouvrières agricoles dans leur maison, une des voisines les plus âgées répondit très naturellement à ma question de savoir comment elle avait commencé à travailler dans une ferme coloniale où elle avait été employée dans sa jeunesse en disant : « Ils (les colons) sont venus chercher des travailleurs comme toi tu es venue maintenant. » Cette simple phrase m’a paru énormément choquante et instructive à la fois. Je me suis tout de suite rendu compte de la grande charge connotative des interconnexions existant entre qui j’étais et qui seraient mes interlocutrices.

  • 11  Les principales techniques de production de données furent l’observation participative et les entr (...)
  • 12  En 2010, sur les vingt-trois stations de conditionnement et de congélation identifiées dans le pér (...)

13En tout cas, les positionnements ainsi que les identités sont multiples et instables. En plus d’être Espagnole, le fait d’être une femme, célibataire, d’origine urbaine, féministe et ayant une formation universitaire, en autres, me définissait également. Toutes ces caractéristiques me dotaient d’un cadre référentiel, d’une motivation et d’une sensibilité spécifiques pour mon approche de l’objet d’étude. De même, elles ont conditionné fortement ma relation avec les sujets de mes recherches. Par exemple, le fait d’être une femme me permettait de partager avec les ouvrières des journées complètes dans leurs foyers, qui de fait furent la source principale de production de données lors de mon enquête11. Également, étant donné l’âge de la plupart des travailleuses du secteur, être relativement jeune, célibataire et sans enfant (bint) m’incorporait – de façon plutôt inattendue – dans le même groupe que ces femmes, facilitant par là même une certaine complicité qui aurait été beaucoup plus difficile à obtenir si nos différences d’âge et d’état civil avaient été plus importantes. Par contre, à plusieurs occasions, les caractéristiques de ce profil diminuaient, d’une part, ma légitimité face aux entrepreneurs du secteur, presque tous des hommes entre deux âges, alors que, d’autre part, mon origine espagnole me facilitait leur accès, en particulier celui des industriels12.

14Évidemment les positionnements sont également relationnels, nous occupons des places déterminées toujours par rapport aux autres. Dans cette logique, l’extrême polarisation du secteur fraisier, où coexistent des logiques et des intérêts opposés propres à l’agriculture capitaliste, conduit à un scénario où le positionnement personnel n’a pas été sans complexité ni conflit.

Polarisation et conflits au sein du secteur fraisier

15Pour aborder les dynamiques du travail salarié dans ses multiples dimensions, mon plan méthodologique consistait à faire passer des entretiens avec les différents groupes d’acteurs en relation avec le secteur marocain de production et d’exportation de fraises. D’évidence, je devais prendre contact avec les employeurs, les travailleurs et les travailleuses du secteur, ainsi qu’avec une série de personnes qui me donneraient accès à des connaissances plus générales sur le milieu d’étude. Ensuite, de nouvelles figures d’intérêt émergeraient au cours de l’ethnographie.

16Par ailleurs, avant ma première incursion dans le milieu territorial de ma recherche, j’entrepris une série d’entretiens avec des experts et des professeurs de différentes instances académiques ainsi qu’avec des responsables d’institutions publiques, syndicats et associations pour contraster la pertinence de la problématique de la thèse et l’encadrer dans des tendances plus larges qui structurent l’agriculture et l’emploi des femmes ouvrières dans le pays.

  • 13  Les périmètres irrigués sont des délimitations du ministère de l’Agriculture et de la Pêche mariti (...)

17Une fois installée à Larache, j’avais besoin d’acquérir des connaissances d’ordre général sur le secteur et le territoire dans lequel était implanté le périmètre irrigué du Loukkos13. Dans un premier temps, la voie qui me semblait la plus accessible était de solliciter les institutions régionales de l’agriculture, plus concrètement, l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVA, connu comme l’Office), chargé de gérer le périmètre. Néanmoins, en raison de ma méconnaissance du protocole d’accès et des démarches administratives qui m’étaient exigées, ce contact fut reporté à plus tard.

  • 14  La province de Huelva, dans le sud de l’Espagne, est la première zone de production de fraises en (...)

18Dans l’attente d’une réponse, comme deuxième option j’approchai l’Association des producteurs et exportateurs de fraises, avec l’idée qu’ils pourraient éventuellement me donner une vision globale de l’évolution du secteur ou encore me proposer des contacts avec des producteurs ou des exportateurs. Dans ce cas, l’accès fut immédiat. Le lendemain de mon appel, le président de l’association me reçut dans un luxueux hôtel de la Corniche de Tanger dans lequel il se trouvait réuni avec d’autres exportateurs du secteur. Cependant, et à ma grande surprise, notre rencontre s’est réduite à un laïus censurant mon projet de recherche. Dans un espagnol parfait, il expliquait de façon explicite que mon intérêt pour ces travailleuses constituait, à son avis, une ingérence dans les « affaires privées » du secteur et que ma présence n’était pas la bienvenue. Mon origine espagnole alimentait sa méfiance concernant les finalités de cette étude qu’il suspectait, selon ses propres paroles, d’être en relation avec la presse espagnole, des ONG ou même la concurrence de Huelva14. Même si le ton de la conversation fut particulièrement cordial, m’avoir fait déplacer jusqu’à Tanger uniquement pour entendre son refus de collaborer, les références aux connexions avec les hautes instances du ministère de l’Agriculture et l’énumération des blocages administratifs, logistiques et humains que j’allais devoir affronter si j’essayais de poursuivre mon entreprise avait une intention clairement dissuasive, sinon légèrement menaçante.

  • 15  Sauf certaines exceptions, l’opacité est un trait caractéristique dans ce secteur qui affecte les (...)

19Cette première expérience servit à me faire prendre conscience des difficultés liées à l’activité d’enquête sur les dynamiques du travail dans un secteur de l’agriculture capitaliste et sensible à son image extérieure. En même temps, elle réveillait en moi une certaine sensation de vulnérabilité et d’illégitimité, qui m’accompagnerait à chaque nouvelle tentative de rencontre avec un employeur et s’accroîtrait en raison des faux-fuyants et absences reçus pour toute réponse lorsque je les rappellerai postérieurement15. Cependant, peu à peu, j’obtins quelques réponses affirmatives et commençai à passer des entretiens avec des employeurs. Néanmoins, je reviendrai sur ce point, cette tâche ne fut jamais facile.

  • 16  Ces associations travaillent sous les auspices d’un programme quadriennal de la coopération intern (...)

20Ma troisième et plus fructueuse tentative d’accès au terrain fut facilitée par un réseau d’associations locales, l’Unité pour la défense des droits économiques, sociaux et culturels dans l’agriculture (ci-après l’Unité)16 qui mettait en œuvre, précisément à cette époque, un programme d’intervention sur les conditions de travail des employées du secteur de la fraise dans cette région. Je prétendais rencontrer ces travailleuses qui devaient constituer les interlocutrices privilégiées de mon investigation et commencer les entretiens qui fourniraient le principal matériel de ma recherche Ces femmes vivant majoritairement dans des hameaux de la province, j’avais résolument besoin d’intermédiaires pour réussir à leur parler en dehors de leur lieu de travail.

  • 17  Je profite de l’occasion pour exprimer mes plus sincères remerciements à ces associations pour leu (...)

21En plus de répondre à mes multiples questions sur leurs activités, les caractéristiques du travail et de la vie dans la région, les associations m’ont également invitée aux divers événements qu’elles organisaient. Les caravanes de sensibilisation qui s’installaient chaque semaine dans les villages revêtaient un intérêt spécial pour mon étude. La participation à ces activités me permit de connaître la région, d’établir mes propres contacts avec les travailleuses et d’approcher leurs problématiques de travail et de vie quotidienne17.

  • 18  Mon niveau de compréhension du dialecte marocain ne me permettait pas de réaliser des entretiens e (...)

22Les caravanes consistent essentiellement à installer une grande tente (jaima) dans le centre du village et à proposer des informations et de l’assistance aux ouvrières quand elles rentrent du travail. Lorsque celles-ci s’approchent en groupes, plus ou moins nombreux, un petit questionnaire leur est distribué tandis que des conseils sur le droit du travail et en particulier sur l’affiliation à la sécurité sociale, axe central de la campagne, sont prodigués. En raison de la dynamique de groupe et de la grande animation de l’événement, ces caravanes ne constituaient pas une scène appropriée pour réaliser des entretiens, mais elles m’ont permis de connaître des travailleuses que j’ai eu l’occasion de rencontrer plus tard à leur domicile, en compagnie d’une traductrice18.

23Dans un premier temps, je percevais essentiellement ces associations comme un canal d’accès aux travailleuses, puis leur action finit par faire partie intégralement de mon cas d’étude, eu égard à leur grande présence qui les avait converties en un acteur majeur du secteur, auquel il était nécessaire de prêter attention pour la compréhension des dynamiques de transformation qui avaient lieu.

À propos de la prise de décision

  • 19  Même si l’action des associations relève de propositions de négociation aux employeurs, et non pas (...)

24Je fus consciente dès les premiers instants qu’accompagner les associations sur le terrain pouvait tout à la fois me signaler au patronat, accusé par ces associations de graves manquements à l’application de la législation du travail dans le secteur19, mais également aux sujets de mes entretiens qui pouvaient me faire percevoir comme un agent associatif auquel dénoncer principalement leurs conditions de travail.

  • 20  P. Rabinow, Reflexiones sobre un trabajo de campo en Marruecos, Madrid, Júcar Universidad, 1992 ; (...)

25La question de savoir comment gérer au mieux le travail de terrain dans une situation de confrontation de parties est un thème récurrent dans les réflexions sur la pratique ethnographique20. Il est généralement admis que le/la chercheur/e est inévitablement affecté/e par une série de conflits qui le/la précèdent et, même sans nécessairement en prendre conscience, prend position. Cette situation ferme alors les portes de certains interlocuteurs, ce que l’observateur tentera de suppléer en mettant en œuvre de multiples stratégies au cours du séjour.

26En ce qui concerne mon expérience, non seulement je connaissais par avance le conflit d’intérêts existant entre le patronat et les travailleuses, qui se matérialisait par l’action des associations, mais je ne pouvais pas non plus l’ignorer à titre personnel. Il ne s’agissait pas d’un conflit abstrait, bien au contraire, tant il était incarné par des personnes que je côtoyais assez souvent. L’image de ce luxueux hôtel de Tanger ou encore les chiffres des bénéfices du secteur, spécialement à l’exportation, résonnaient en moi face aux humbles conditions des logements des travailleuses, leurs bas salaires ainsi que les fréquents témoignages de violation ou de négation de leurs droits.

27Les inégalités qui caractérisent ce secteur productif m’apparaissaient comme extrêmement choquantes. De plus, je vivais dans une situation privilégiée par rapport aux travailleuses objets de ma recherche, et ces inégalités me renvoyaient à questionner mon propre rôle dans cette réalité, dont je pouvais entrer et sortir comme il me plaisait. Cette situation m’angoissa dès les premières sorties sur le terrain. Pour cette raison et sans que cela n’inhibe une capacité d’empathie pour certaines problématiques qui touchent les petits et moyens producteurs, je ne pouvais guère éviter de me positionner. Les questionnements d’ordre éthique ainsi que le besoin de gérer les émotions qui se révélaient alors en moi durant cette période influencèrent un certain nombre de décisions quant à ma relation avec les différents groupes d’acteurs.

28En ce qui concerne les producteurs et les exportateurs, j’ai pu finalement réaliser un total de quinze entretiens par le truchement de réseaux personnels, facilités en de nombreuses occasions par mon identité espagnole. Afin d’éviter d’être assimilée aux associations, ce qui aurait rendu impossibles ou au mieux aurait dénaturé les entretiens, j’avais dans un premier temps pensé compartimenter mon enquête en deux étapes bien différenciées, l’une centrée sur les producteurs et l’autre abordant les travailleuses et les associations. Néanmoins, comme il a été expliqué auparavant, accéder au premier groupe n’était pas facile et rester dans l’attente de ces entretiens aurait miné la réalisation de mes obligations. Par contre, je me suis tenue autant que possible à l’écart des actes publics les plus importants organisés par les associations et des actions qu’elles réalisaient directement avec les producteurs, n’étant par ailleurs généralement pas invitée à ces dernières.

  • 21  Cette attitude ne se traduisait pas nécessairement par de meilleures conditions de travail sinon p (...)

29D’un point de vue psychologique, il n’était pas facile de combiner les entretiens et visites aux employeurs puis les rencontres avec les travailleuses. La prétendue neutralité exigée des professionnels de la recherche face à leur sujet de recherche et qui s’impose lors des conversations était d’un grand coût émotionnel personnel. La sensation d’angoisse qui m’accompagna pendant les premiers mois de travail s’accentuait en particulier lors des contacts avec les employeurs. D’une part, une grande dureté accompagnait l’obligation d’écouter les discours de certains employeurs peu respectueux des travailleuses, sinon clairement sexistes ou racistes, sans pouvoir exprimer ouvertement mon opinion. Ces épisodes me chargeaient de tensions et d’une sensation d’impuissance qui duraient des jours. D’autre part, je ne pouvais guère plus exprimer ma condamnation de ces pratiques aux quelques employeurs avec lesquels je ressentais plus d’empathie, principalement des petits ou moyens producteurs, qui ressentaient plus de sensibilité envers les travailleuses21, car à cette époque ces procédés m’apparaissaient constituer des éléments structurels du secteur. Le fait que ces entrepreneurs m’aient ouvert les portes de leurs exploitations plusieurs fois, fourni occasionnellement un moyen de transport ou de nouveaux contacts me faisait inévitablement ressentir cette action comme une forme de petite trahison. Je pense que ce sont surtout des raisons de cet ordre qui m’ont conduite à diminuer la fréquence des entretiens avec les entrepreneurs ainsi que les visites aux exploitations.

30En définitive, privilégier les expériences et les discours des travailleuses fut à la fois une décision théorique et méthodologique, prise avant même d’accéder au terrain, une conséquence des difficultés pratiques posées par les relations avec les entrepreneurs et, surtout, un impératif qui s’est imposé au cours de l’enquête de recherche d’un équilibre psychologique. En tout cas, il m’a fallu du temps pour assimiler cet état de fait, alors même que je décidais de ne pas renoncer aux rendez-vous avec les employeurs en raison de mon aspiration à mieux comprendre le secteur. Je suis consciente que certains exposés et données récoltés à cette occasion ont grandement contribué à l’élaboration de ma thèse de doctorat ; cependant, il est peu probable que je puisse répéter cette expérience au vu de son coût émotionnel.

31En ce qui concerne les travailleuses, ma première préoccupation était de ne leur causer aucun préjudice. Cette inquiétude s’expliquait par le refus du patronat des interventions externes et le licenciement de plusieurs travailleuses en raison de leur appartenance à l’association des travailleurs de la fraise. La possibilité que ma compagnie puisse leur causer des problèmes me tracassait.

32Pour cette raison et afin d’instaurer un climat de confiance, les rencontres arrangées avec les travailleuses avaient toujours lieu dans leur village et généralement dans leur foyer ou celui de voisines ou de la famille. D’après ce que j’ai pu en savoir, aucun incident ne s’est produit, et puisque j’alternais mes visites dans différents villages, je n’étais pas dans l’obligation d’informer les autorités locales de mon activité. Une fois seulement, et ce en accompagnant un membre d’une association pour interroger des intermédiaires qui recrutaient des femmes pour le secteur, nous avons procédé à un entretien sur la voie publique avec un transporteur. Nous avons appris plus tard que celui-ci avait connu des problèmes avec l’entreprise pour laquelle il travaillait.

33Un autre point important était la nécessité de tisser des liens de confiance avec les travailleuses suffisamment forts pour me permettre de les côtoyer. Pour cela, comme je l’ai déjà signalé, le rôle du monde associatif fut déterminant, dans un premier temps, grâce aux contacts créés dans les caravanes et, ensuite, par l’importante tâche de médiation réalisée par l’animatrice d’une association qui devint ensuite ma traductrice.

34Bien entendu, cette relation avec les associations n’a pas été sans conséquence. De nombreuses travailleuses, mais pas toutes, avec lesquelles j’ai pu réaliser un entretien avaient eu auparavant au moins un contact avec les caravanes de sensibilisation et avaient parfois assisté à des formations de l’Unité ou encore étaient elles-mêmes membres de l’association des travailleurs de la fraise qui se forgeait sous son auspice. Que ma traductrice et moi-même fassions partie du monde associatif favorisait l’apparition dans les entretiens de thèmes relatifs au droit du travail et minimisait par ailleurs d’autres aspects comme leurs aspirations ou leur expérience de vie, que ces femmes jugeaient de moindre intérêt dans le cadre de ces rencontres.

35Je suis consciente de l’influence de la médiation et de la traduction sur la production des données, et dans ce cas leur lien au monde associatif est un élément qui ne peut être négligé. Le fait que la traductrice ait mis à profit son réseau de connaissances, fruit de son action dans l’association et de l’époque pendant laquelle elle travaillait dans le secteur, permit l’instauration d’un climat de confiance que j’aurais difficilement obtenu par mes propres moyens.

36D’autre part, la décision de réaliser les entrevues à domicile eut une conséquence inattendue : l’opportunité de passer des journées entières avec ces femmes et d’accéder progressivement à leur univers. Partager les préoccupations, projets, plaisanteries, doléances, aspirations, stratégies de résistance, etc. de ces travailleuses m’a permis de façonner une représentation beaucoup plus complexe de leur expérience de vie, qui n’est pas réductible aux situations d’exploitation et de domination auxquelles elles sont exposées. Ce faisant, l’angoisse provoquée par le travail de terrain s’atténuait au fil du temps. Etre capable d’observer les travailleuses du secteur de la fraise comme des sujets de la société, et non seulement comme des victimes, changea ma perception des inégalités – de classe et de genre – qui caractérisent ce secteur économique et la zone rurale où il est mis en œuvre, sans pour autant oblitérer les hiérarchies existantes.

37Finalement, concernant les associations, j’ai maintenu des relations avec elles durant toute la période passée au Maroc, même s’il est vrai que leur intensité a varié quelque peu. Mon statut de chercheur me mettait dans une situation particulière par rapport à elles, ce qui s’est parfois terminé par un malentendu. Certaines se méfiaient de ma réticence à les accompagner à toutes leurs activités ou de celles que je réalisais sans elles. Mais cela n’était pas général, car avec d’autres la relation tissée depuis le début du séjour s’est maintenue jusqu’à la fin, même s’il est vrai que je m’en suis un peu distancée durant la période finale.

38En tout cas, la relation tissée avec ces associations, plus concrètement avec certains de ses membres, m’a apporté non seulement une grande quantité d’informations et d’aide logistique mais surtout un énorme soutien émotionnel. Même si nos objectifs immédiats ou encore nos opinions divergeaient à propos de certains sujets, l’échange d’impressions qui avaient lieu entre nous et le partage des contretemps qui surgissaient parfois ont constitué pour moi une agréable compagnie pendant la longue et solitaire tâche du travail de terrain du doctorat.

39Dans cet article, j’ai tenté de mettre en évidence comment les inégalités et les relations de pouvoir qui traversent le spectre social s’incarnent, dans la pratique ethnographique, dans des sujets tangibles et comment nous, chercheurs, ne sommes pas autonomes vis-à-vis de cette réalité. J’ai précisément voulu relater l’expérience de mon positionnement sur le terrain, qui non seulement était inévitable et même le fruit d’une pratique rationnellement calculée, mais également un impératif lié à la recherche de cohérence avec l’éthique personnelle.

40Comme dans la vie, le travail de terrain nous confronte à des situations nouvelles auxquelles nous devons réagir. Concilier nos inclinations personnelles avec les directions académiques précises sur les « méthodes » appropriées pour obtenir des données scientifiques peut compliquer la prise de décision dans le contexte du travail de terrain. Cette situation est une source potentielle de malaise. En ce qui me concerne, ce malaise était causé par l’expérience vécue d’une réalité qui me semblait extrêmement injuste, combinée à la recherche d’une manière de me relier à elle. La nécessité de gérer au mieux ces émotions ainsi que la volonté d’ajouter de la cohérence à ma pratique eurent pour cette raison une grande influence sur les décisions et actions que j’ai dû mettre en œuvre durant toute la période du travail de terrain.

41Évidemment, le degré avec lequel ces problématiques affectent les observateurs dépend de la sensibilité de chaque personne ainsi que des caractéristiques de l’objet d’étude. Cependant, il m’est apparu qu’il était principalement relié à une réflexion du pourquoi, sur quoi et pour qui nous nous sommes engagés à mettre en œuvre l’activité de recherche.

42Avec l’exposé de ces éléments, loin de chercher à rendre moins légitime la pratique ethnographique, j’ai voulu mettre en évidence certains mécanismes qui opèrent dans la production de la connaissance anthropologique et sociologique. Cet exposé est une condition indispensable pour accéder à une « objectivité » en sciences humaines et sociales qui, comme je l’affirmais au début de ce texte, ne peut être que partielle et « située ».

Notes

1  Entre janvier 2010 et juin 2012, j’ai dédié un total de quinze mois au travail de terrain, distribués en séjours d’entre un mois et demi et huit mois. La réalisation de cette thèse de doctorat, Trabajo y género en la globalización agroalimentaria : las trabajadoras de la fresa en Marruecos, a été possible grâce au soutien et au financement du programme FPU (2007-2011), du programme de bourses MAEC-AECID (2011-2013), d’une bourse du centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales au Maroc (2010-2011) et du projet I+D+I « Jeunesses, changement social, politique et société en réseau Méditerranée » (CSO2011-29438-C05-04) du ministère de l’Économie et de la Compétitivité (2012-2014).

2  Dans ce sens, le travail de Sophie Caratini me semble particulièrement évocateur. Elle aborde le travail de terrain comme un « traumatisme » et réfléchit sur les marques corporelles, physiques et mentales que laisse cette expérience (S. Caratini, Lo que no dice la antropología, Madrid. Ediciones del Oriente y del Mediterráneo, 2010).

3  Terrain entendu comme l’ensemble des discours et pratiques des acteurs, qui sont définis par le chercheur en fonction de son objet d’étude et non pas comme unité territoriale (R. Guber, El salvaje metropolitano. Reconstrucción del conocimiento social en el trabajo de campo, Buenos Aires, Paidós, 2005).

4  M. Malo, dir., Nociones Comunes : experiencias y ensayos entre investigación y militancia, Madrid, Editorial Traficantes de Sueños, 2004.

5  S. Harding, Ciencia y feminismo, Madrid, Ediciones Morata, 1996.

6  D. Haraway, Ciencia, cyborgs y mujeres : la reinvención de la naturaleza, Madrid, Ediciones Cátedra, 1995.

7Mujeres marroquíes en la agricultura onubense : vivencias migratorias a través de la contratación en origen, Diploma de Estudios Avanzados, Universidad Autónoma de Madrid, 2009.

8  Cette expression fait référence à la présence d’entreprises à capital espagnol dans la zone nord-ouest du Maroc. L’Espagne est classé deuxième investisseur au sein de la zone franche de Tanger comptant 20 % des investissements (OIT, Maroc : zones franches, droits des travailleurs et stratégies syndicales, Turin, 2012). Pendant mon travail de terrain j’ai pu constater l’existence de plus de 17 unités industrielles espagnoles dans le Loukkos. La recherche de main-d’œuvre moins chère est un des principaux motifs pour l’investissement direct, en particulier dans les secteurs agroalimentaire et textile, caractérisés par la haute intensité de main-d’œuvre, majoritairement féminine, et la fréquente vulnérabilité des droits du travail.

9  Clairement atténué par l’impact de la crise économique et le chômage en croissance qui affecte l’Espagne depuis la fin de l’année 2008.

10  Entre 2006 et 2011, plus de 30 000 contrats ont été conclus avec des femmes marocaines afin de travailler dans le secteur fraisier d’Andalousie (Espagne). Le périmètre du Loukkos constitua, surtout durant les premières années, la principale zone émettrice (J. Moreno Nieto, « Movilidad transnacional, trabajo y género : temporeras marroquíes en la agricultura onubense », Política y Sociedad, nº 49, 1, 2012, p. 123-140).

11  Les principales techniques de production de données furent l’observation participative et les entretiens en profondeur. J’ai réalisé un total de soixante entretiens individuels et quatorze collectifs.

12  En 2010, sur les vingt-trois stations de conditionnement et de congélation identifiées dans le périmètre, douze étaient espagnoles, six marocaines, deux françaises, deux belges et une italienne.

13  Les périmètres irrigués sont des délimitations du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime du Maroc. Au total, ils sont au nombre de neuf dans le pays. Celui du Loukkos couvre une superficie de 256 000 hectares et s’étend entre les provinces de Kénitra et de Larache et sur la côte nord occidentale du pays.

14  La province de Huelva, dans le sud de l’Espagne, est la première zone de production de fraises en Europe, et, en ce qui concerne la production de fruits frais, elle constitue une concurrence directe à la fraise marocaine.

15  Sauf certaines exceptions, l’opacité est un trait caractéristique dans ce secteur qui affecte les producteurs et exportateurs marocains tout comme les étrangers. Même avec l’aval de l’Office, l’accès à ces derniers fut très compliqué.

16  Ces associations travaillent sous les auspices d’un programme quadriennal de la coopération internationale.

17  Je profite de l’occasion pour exprimer mes plus sincères remerciements à ces associations pour leur soutien.

18  Mon niveau de compréhension du dialecte marocain ne me permettait pas de réaliser des entretiens en profondeur sans aide. Durant mon travail de terrain, j’ai compté sur l’aide de deux traductrices. La première m’a accompagnée durant la première période qui dura un mois et demi et la deuxième durant tout le temps restant.

19  Même si l’action des associations relève de propositions de négociation aux employeurs, et non pas de dénonciations publiques ou d’actions syndicales, elle les situe dans une faction opposée au patronat.

20  P. Rabinow, Reflexiones sobre un trabajo de campo en Marruecos, Madrid, Júcar Universidad, 1992 ; P. Silverstein, « The Activist and the Anthropology », dans D. Crawford y R. Newcomb (eds.), Encountering Morocco : Fieldwork and cultural Understanding, Indiana, Indiana University Press, 2013.

21  Cette attitude ne se traduisait pas nécessairement par de meilleures conditions de travail sinon par un traitement plus respectueux.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540