Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Foncier, droit et propriété en Mauritanie

 | 
Armelle Choplin
, 
Mohamed Fall Ould Bah

Partie III. Le foncier urbain, nouvelle ressource

Du vert dans le désert urbain : enjeux fonciers des jardins maraîchers de Sebkha à Nouakchott

Moustapha Taleb

Texte intégral

  • 1 Le document préparé par ces ateliers, tenus du 26 avril au 9 mai 2014, montre clairement un diagnos (...)

1La ville de Nouakchott est aujourd’hui un cas inquiétant de vulnérabilité environnementale et urbaine, qui semble lié à un cumul de facteurs tous azimuts au centre desquels on peut pointer des pratiques politiques et sociales inadaptées. En parallèle à cette question, il existe une autre histoire dans le sens opposé à cette problématique qui est certainement un peu méconnue mais dont l’analyse peut permettre d'éclairer des points importants de la situation globale de l’agglomération mauritanienne, symbole du pays et objet de nombreux regards dont certains sont très novateurs et résolument tournés vers le futur (Ateliers de Cergy, Communauté urbaine de Nouakchott, 20141). En disant ceci, nous pensons aux liens qui existent entre Nouakchott et la végétation et, en particulier, celle « programmée » et exécutée soit par l’État mauritanien, soit simplement par les habitants de la ville dans le cadre de projets gouvernementaux ou de l’économie informelle, soit mêlant les volontés des deux parties. En réalité, on verra bien que les moments d’entente entre Administration et administrés autour de ce genre de projet ont été rares et brefs.

2En effet, il est important de s’interroger sur la place que tient, de nos jours, dans cette ville surgie des sables dans la fin des années 50, l’espace vert, celui destiné en priorité à la sécurité alimentaire ? Quels sont les différents traitements réservés à ce domaine qui touche directement la production de moyens d’existence des populations de la ville ? Comment sa présence s’articule-t-elle avec l’ensemble du dispositif institutionnel domanial, les règles sociales et économiques dans le contexte des transformations d'une bourgade devenue ville presque millionnaire ? Comment se présente sa gouvernance foncière par rapport à celle de la ville en général et où, en fait, le « marché foncier » constitue l’une des principales caractéristiques, ce qui est un paradoxe, eu égard à son peuplement d’extraction nomade (Destremau et Tanguy, 2006) mais qui est révélateur des enjeux sociaux en vigueur au niveau local voire national ?

  • 2 Le dernier en date est la décision du gouvernement du 21 octobre 2014 de procéder à la délocalisati (...)

3Dans ce chapitre, en prenant l’exemple de l’agriculture urbaine sur le site de Sebkha, nous tenterons de décrypter les différents enjeux liés au territoire qui accueille cette activité. Nous retracerons la genèse de ce site, les transformations qu’il a subies aussi bien dans les représentations que les usages, avec en trame les modes fonciers en pratique et leur connexion avec ce qui se passe dans les autres zones de la ville de Nouakchott en général. Dans cette perspective, et comme le site des jardins a été créé au départ par « l’État » avant d’être domestiqué, au sens urbain local, par la suite par les populations, il sera aussi question de sa gestion administrative et du positionnement des acteurs tout au long de ce qui est appelé souvent « la crise des jardins de Nouakchott » et qui ne cesse de connaître de multiples rebondissements2.

1. Le maraîchage à Nouakchott : un compagnon des premières heures

4Cette activité remonte au début des années 60, où elle est apparue comme une réponse à de multiples besoins structurels de la ville naissante. Selon le croisement de plusieurs sources historiques, son émergence a été associée à trois besoins structurels, à savoir : i) la sécurité alimentaire ; ii) l’ancrage local du paysage ; iii) l’insertion professionnelle des nouveaux arrivants de l’arrière-pays rural.

5Ainsi il y avait, en premier lieu, la préoccupation alimentaire de la population dont les sources d’approvisionnement étaient toutes situées à l’extérieur de la ville (Rosso, 200 kilomètres au sud et Saint-Louis au Sénégal) et dont on cherchait des options locales de substitution. Le second facteur était lié au plan urbain global de la ville. Celle-ci présentait progressivement un visage moderne avec ses premiers bâtiments administratifs, ses rues, son marché, etc. Cependant, on sentait le manque de couleur locale au niveau de la ville redéfinie par une nouvelle polarité qu’est le quartier « capitale » en opposition à l’ancien ksar relégué désormais au second plan. Le nouveau Nouakchott était donc en situation de recouvrer sa plénitude urbaine en rapport à l’image traditionnelle de la ville saharienne dont la palmeraie représentait un des repères importants.

Figure 1. Le jardin maraîcher de Nouakchott.

Figure 1. Le jardin maraîcher de Nouakchott.

© M. Taleb.

  • 3 Les différentes coopératives réunissant les exploitants du site étaient fédérées sous la coupe d’un (...)

6Plusieurs familles issues du milieu oasien de l’Adrar et du Tagant ont pu avoir à Nouakchott des sortes de réplique moderne de leur terroir. Ce fut le cas aussi des agriculteurs du sud du pays qui ont développé sur ce site des modes d’occupation proches de ceux en cours dans la vallée du fleuve Sénégal de même qu'un modèle d’organisation coopérativiste3. C’était en 1962-1963, avant les vagues de sécheresse qui suivirent quelques années plus tard (1968-1970) et qui s’exprimèrent à Nouakchott par un afflux massif et spontané d’éleveurs nomades. Les tentes érigées par ces derniers partout dans la ville devinrent un élément-clé du paysage.

Figure 2. Le maraîchage dans les jardins de Nouakchott.

Figure 2. Le maraîchage dans les jardins de Nouakchott.

© M. Taleb.

7C’est justement cette période de sécheresse qui fut le troisième facteur favorable à l’activité maraîchère. En effet, ce phénomène naturel de grande envergure a déstructuré la base productive des paysans et des éleveurs du milieu rural, les contraignant à l’exode vers la nouvelle cité de Nouakchott. Une fois débarqués, ces émigrés trouvèrent dans le maraîchage une rare opportunité d’emploi. Ainsi, disposant déjà d’un certain savoir-faire en agriculture, ces personnes étaient directement mobilisables pour cette activité peu exigeante en capitaux financiers et techniques dont ils étaient, de toute façon, dépourvus. Les pouvoirs publics à l’époque entérinèrent cette option d’insertion professionnelle à travers des stratégies qui combinaient l’indulgence en matière foncière et l’assistance technique (encadrement agricole, distribution de semences…). Il faut dire que ce retournement d’une partie de la population vers le travail agricole était une aubaine pour les autorités, car même si la cause de ce transfert massif des populations était la sécheresse, il était évident que les opérations de secours organisées par l’État accentuaient le phénomène et créaient une situation de quasi-dépendance qui pouvait compromettre à terme les plans d'édification de la nation.

8L’agriculture urbaine apparaît donc comme intimement liée à la croissance de la ville (Azandosessi et al., 1996), tandis que sa distribution géographique (tableau 1) illustre bien la politique volontariste pratiquée à l’époque vis-à-vis de ce secteur ainsi que la place de celui-ci dans le tissu socio-économique local.

9Cependant, plusieurs contraintes sont apparues face à ce double engouement (de l’État et des populations) vis-à-vis du maraîchage, constituant au fil du temps un tremplin exceptionnel à la question foncière liée à ces espaces. En effet, le développement de l’agriculture urbaine fut contrarié en premier lieu par le déficit en eau, Nouakchott étant » une ville née avec une problématique de l’eau » (Semegua, 2006a). La ville a essayé les unités de dessalement de l’eau de mer, les forages autour de la nappe phréatique du Trarza, l’exploitation directe de cette dernière, mais sans jamais réussir à assurer une couverture satisfaisante des besoins en eau par manque de ressources hydrauliques, financières et d’organisation du tissu urbain en pleine croissance. En 2006, 80 % de la population n’étaient pas reliés au réseau hydraulique (Semegua, 2006b).

10Dans ce contexte, les « griefs » contre le maraîchage remplacèrent progressivement les sympathies des premières années et étaient quasiment proportionnels au rythme des coupures d’eau et autres problèmes de desserte de cette ressource de première nécessité. Dans les différents quartiers de Nouakchott, les agents de la société en charge de la production et de la gestion de l’eau en milieu urbain (SOMELEC devenue aujourd’hui SNDE) pointaient du doigt les soi-disant pratiques frauduleuses sur l’eau de la part des maraîchers pour expliquer les pénuries courantes de leur service.

11Cette « contribution » du maraîchage à l’aggravation de la crise de l’eau à Nouakchott constitua l’une des premières portes d’entrée du processus de ce que l’on peut appeler la dé-légitimation des espaces verts. Les conséquences pratiques d’une telle représentation de l’activité maraîchère sont énormes. Selon une étude de l’IAGU (2007), « les administrations locales n’ont jamais voulu attribuer de titres fonciers aux producteurs et ont, à plusieurs reprises, tenté de déloger les agriculteurs en procédant à un nouveau lotissement à titre d’habitation ».

2. La situation actuelle des jardins de Nouakchott

12On compte aujourd’hui sept sites de maraîchage couvrant une superficie de 158 hectares et disséminés sur l’écrasante majorité des secteurs urbains de la ville (excepté la commune d’Arafat). On dénombre sur ces sites près de 3 670 palmiers-dattiers et 1 464 arbres fruitiers (IAGU, 2007). On estime que la contribution de cette activité au besoin en légumes frais de Nouakchott est de l’ordre de 10 à 15 % (Direction régionale de l’Agriculture de Nouakchott, DRAN, 2014). Les principales spéculations maraîchères sont : les carottes, les choux, les oignons, la salade, la menthe et les dattes.

  • 4 Une loi de 1967 (167-171 du 18 juillet 1967) et son décret d’application n° 67/265 du 4 novembre 19 (...)

13L’organisation sociale dominante dans les différents sites est la coopérative. Le choix de ce modèle n’est pas dû au hasard et reflète les ambitions des acteurs du secteur pour déjouer les menaces qui pèsent sur leur patrimoine. On sait la place de la coopérative auprès de l’État4 et les nombreux avantages que celui-ci lui a accordés par sa législation en tant qu’outil de développement. En effet, on l’utilise volontiers et avec succès comme un « passeport » de communication avec les autorités. Ainsi, environ 75 coopératives sont reconnues pour l’ensemble des sites de Nouakchott, et ce sont ces structures qui fournissent les données relatives au secteur. On leur doit, par exemple, les statistiques du tableau 1 sur les effectifs des maraîchers (7 961 personnes), qui correspondent au nombre de leurs adhérents. Ces chiffres nous semblent surévalués car orientés à des fins stratégiques de contrôle du territoire dans le contexte d’une compétition ouverte sur la terre.

Tableau 1. Situation des périmètres maraîchers à Nouakchott.

Arrondissement

Superficie des sites maraîchers en ha

Nombre d’exploitants

Dar Naim

60

1435

El Mina

12

1914

Riyadh

15

666

Sebkha

25

488

Ksar

10

689

Toujounine

30

2132

Tevragh Zeina

6

592

Total

158

7961

Sources : Institut africain de gestion urbaine (IAGU), 2007 et Direction régionale de l’agriculture de Nouakchott (DRAN), 2014.

3. Coopérative et situation foncière

14Outre la problématique de la disponibilité de l’eau, qui concerne l’ensemble des résidents de Nouakchott, les maraîchers souffrent en particulier et dans leur écrasante majorité de l’insécurité foncière. Ce problème a toujours prévalu (Margiotta, 1997), et on verra plus tard son empreinte sur une situation plus globale, celle de la non-normalité de la gestion foncière dans la ville tout entière. Cependant, on peut voir le lien fort entre cette situation et le choix porté sur les coopératives.

15L'affiliation aux coopératives est la stratégie adoptée par les maraîchers pour résoudre cette question d’accès à la terre. Selon nos enquêtes de 2014, les regroupements ainsi formés ne sont point orientés vers des résultats productifs liés au maraîchage (production et commercialisation des produits) mais seulement vers la siyassa (la politique) avec à l’horizon l’obtention d’une reconnaissance définitive de la propriété des terres occupées et exploitées. L’exploitation serait le chemin de cette reconnaissance éventuelle, et la coopérative est censée en être le moyen le plus sûr. Cette politique est compréhensible au regard des dispositions légales (décret 2000-089 abrogeant et remplaçant le décret n° 90.020 du 31 janvier 1990 portant application de l’ordonnance 83/127 du 5 juin 1983) portant réorganisation foncière et domaniale. Selon celles-ci, les coopératives agropastorales de Nouakchott exploitant les périmètres doivent bénéficier de titres fonciers définitifs.

4. Typologie des exploitants 

16On distingue sur les sites du maraîchage de Nouakchott plusieurs types d’exploitant reflétant les différents rapports à la terre et aussi les conditions d’installation. Ainsi, on peut classer ces groupes comme suit :

  • Les propriétaires : ce sont les « maîtres de la terre », qui l'ont obtenue à travers des opérations formelles de cession par le gouvernement comme c’est le cas partiellement à Sebkha, par des ONG comme à Dar Naim (parcelles Canada) ou encore à Sebkha (parcelles Croissant rouge mauritanien). L’obtention de la terre peut se faire aussi par usurpation ou occupation spontanée (gazra). Dans ce dernier cas, on peut avoir affaire avec le premier propriétaire ou avec des acquéreurs ultérieurs (on parle sur le site du premier, deuxième, troisième propriétaires, etc.). Dans la plupart des cas, la notion de « propriétaire » ne recouvre pas un sens juridique.

  • Les métayers : ils exploitent les parcelles et versent une rente aux propriétaires selon des accords tacites conclus entre eux.

  • Les ouvriers agricoles : ce sont des travailleurs rémunérés pour les travaux effectués sur les parcelles. Ils ont généralement des activités connexes aux activités maraîchères.

5. Focus sur les jardins de Sebkha, historique

17Le plus ancien de ces sites est celui de Sebkha, qui porte le nom de sa moughataa (arrondissement). Il a été créé en 1963 avec un lotissement de 72 parcelles (de 2 000 m2) destinées à l’activité agricole et dans le cadre de la mise en service d’une station d’épuration des eaux usées en provenance du réseau d’assainissement domestique qui couvrait à cette époque les quartiers de la toute nouvelle ville.

18Constituant la limite sud de la ville au moment de sa création, le site se trouve aujourd’hui au cœur de l’agglomération. Il est délimité au nord par l’avenue Gamal Abdel Nasser, au sud par le marché au poisson, à l’est par les usines SOBOMA (fabrication de boisson) et CIPROCHIMIE (fabrication de produits chimiques) et, enfin, à l’ouest par des îlots d’habitat de la Sebkha. Le site est divisé en 450 parcelles réparties comme suit : (i) 378 parcelles non officielles comportant 1 707 palmiers, 975 arbres fruitiers et 4 puits et (ii) 72 parcelles officielles comportant 662 palmiers et 484 arbres fruitiers.

19Malgré des dysfonctionnements épisodiques de la station d’épuration qui alimentait le site maraîcher, celui-ci a connu durant au moins une décennie un véritable succès grâce à sa forte contribution à l’approvisionnement régulier de la population de Nouakchott en fruits et légumes (tomates, pommes de terre, menthe, salades, etc.). En remplaçant progressivement la filière de Saint-Louis qui couvrait durant les premières années de la vie urbaine de Nouakchott l’essentiel des besoins alimentaires de la population, ce site maraîcher s’est imposé comme un nouveau pilier de la jeune capitale en tant que ceinture alimentaire et un îlot de verdure en milieu désertique.

  • 5 La ville de Nouakchott s’est longtemps caractérisée par des occupations spontanées de terrains : de (...)

20La fin de la situation idyllique des jardins de Sebkha s’est amorcée dès le début des années 70. En effet, l’exode rural massif vers Nouakchott provoqué par la sécheresse qui a frappé le pays en 1968 n’a pas laissé le site de Sebkha indifférent. Ainsi, c’est dans un mouvement spatialement chaotique et économiquement dramatique que les populations rurales et nomades occupèrent un peu partout les espaces de la ville en s’installant sur les axes routiers, les espaces publics, et le domaine des jardins de Sebkha en a subi les conséquences. Plusieurs individus, voire des familles, ont occupé des terrains dans le sillage immédiat de ce site, augmentant ainsi de manière spontanée sa superficie, même si on ne parlait pas encore à ce moment-là de la gazra, ou occupation » agressive » de terrains5, qui sévira plus tard à Nouakchott.

21Le respect par les nouveaux occupants de la vocation agricole de cette zone, en s’engageant immédiatement dans des travaux de maraîchage à côté des plus anciens, a non seulement incité les pouvoirs publics à la tolérance vis-à-vis d'eux mais les a encouragés à utiliser le domaine maraîcher comme un nouvel espace de réinsertion d’une partie des populations déplacées à Nouakchott.

  • 6 Entretien avec un groupe de maraîchers le 10 septembre 2014.

22Cependant, il est utile de souligner que la pratique du gazra n’a pas été l’apanage uniquement des nouveaux arrivants. Les anciens, ceux des lots officiels (les 72 parcelles d’origine) y ont contribué fortement en basculant leurs limites du côté des ruelles ou en occupant eux-mêmes des terrains vacants non lotis6.

6. Le Croissant rouge mauritanien dans les jardins

  • 7 Lettre n° 1207 en date du 22 septembre 1975.

23Le Croissant rouge mauritanien (CRM), qui jouait à la fin des années soixante un rôle de majeur dans l’accueil, l’assistance et l’insertion des populations déplacées à Nouakchott du fait de la sécheresse, a obtenu le 22 septembre 19757 de la part du ministre des Finances l’octroi d’un terrain de 58 800 m2 dans la zone maraîchère de Nouakchott. Apres une longue période d’hésitation sur les meilleurs modes d’emploi de celui-ci, le CRM scella en 1978 le sort de sa partition maraîchère. Il distribua la majeure partie de ce terrain à des familles indigentes et les accompagna pendant près de deux ans dans leurs activités agricoles, avec notamment la prise en charge des factures de la société nationale de l’eau.

  • 8 Clauses du contrat CRM et ses bénéficiaires, CRM, 1978.

24L’accord de concession conclu entre le CRM et les bénéficiaires de ces parcelles stipule que la propriété des parcelles reste celle « pleine et entière du Croissant rouge mauritanien ». Le titre d’attribution était donc de caractère précaire et révocable « à toute infraction aux clauses et conditions d’attribution ou tout changement dans la condition économique ou sociale de l’attribution d’une parcelle du périmètre maraîcher8 ».

25Cet accord était clair dans sa prohibition de toute vente, échange ou location des parcelles du CRM sous peine de déchéance de la concession (Ould Abdel Kader, 1999).

7. Des jardins de Sebkha au projet « Nouakchott Elkhadra »

26L’agriculture urbaine de Nouakchott, notamment sur le site de Sebkha, attisera plusieurs convoitises : scientifique, institutionnelle (le développement dans tous ses états sous forme de plans d’aménagement) et commerciale. On attribue au commerce tant de pouvoirs et de manœuvres pour détruire cette activité en vue de s’accaparer les multiples terrains qu’elle occupe aussi bien en centre-ville (Sebkha) que dans les autres quartiers de Nouakchott où la valeur marchande de ce patrimoine ne cesse de grandir.

27Le mérite de l’attention portée sur ces espaces verts revient aux scientifiques. Ainsi, dans le cadre du programme de recherche suisse intitulé Programme prioritaire environnement (PPE), un projet sur l’utilisation des eaux usées dans l’agriculture urbaine fut lancé en 1995 par l’Institut tropical suisse. Les objectifs du projet comprenaient : i) une évaluation des risques sanitaires liés à l’utilisation des eaux usées ; ii) une évaluation des facteurs socio-économiques ; iii) une proposition de mesures d’amélioration de la situation avec les acteurs.

28Après plusieurs études épidémiologiques, géographiques, socio-économiques et d’ingénierie, le projet a capitalisé son expérience en 1999 dans la formulation d’un projet dit « Nouakchott Elkhadra » (Nouakchott la verte) auquel ont adhéré plusieurs institutions nationales et internationales sous la houlette du Commissariat aux Droits de l’Homme et à la Lutte contre la Pauvreté.

29Pour un coût total estimé à 56 000 $ US, le projet comprenait les composantes suivantes : a) l’aménagement d’un réseau d’irrigation performant ; b) l’aménagement de bassins de stockage appropriés ; c) la surveillance de la qualité de l’eau ; e) la mise en place d’un système de gestion des ordures ménagères ; f) la mise en place d’un volet de recherche-action-formation en vue de garantir une meilleure participation communautaire (Ould Baba, 2001).

  • 9 Entretien réalisé avec un maraîcher du site de Sebkha le 14 septembre 2014.

30Malgré l’adhésion de principe des autorités à ce projet, celui-ci n’a pas abouti malheureusement, au grand dam des maraîchers. Ainsi, après trois ans de tractations, réunions et négociations entre les parties prenantes, le projet fut annulé en 2002. « Le hakem (préfet) de la mougataa (arrondissement) nous a convoqués et, à notre grand étonnement, nous a déclaré que le projet « Nouakchott Elkhadra » n’aura pas lieu car le maraîchage dans cette zone compromet la santé des habitants et que nous devrons cesser cette activité. On a compris ce jour-là que les commerçants avaient gagné le jeu9 (maraicher propriétaire, 69 ans). »

8. Les années de la terre brûlée : le début de la fin

31Suite à la décision gouvernementale d’interdire l’agriculture sur le site de Sebkha en invoquant la question de la santé publique, les forces de l’ordre ont investi les jardins, s’assurant qu’aucune activité agricole n’y était entreprise. Les maraîchers se sont vu refuser l’accès à leurs parcelles, et ceux qui bravaient l’interdiction étaient sanctionnés par de lourdes amendes et même la prison. Cette situation a continué jusqu’à l’avènement du coup d’État d’Ely Ould Mohamed Vall et ses compagnons, le 4 août 2005.

32Encore une fois, les maraîchers ont joué « la politique » en profitant du changement de régime qui venait de s’opérer en regagnant en masse leurs terrains et reprenant le maraîchage. « On savait que c’était une affaire politique, on a repris notre activité que certains commerçants voulaient détruire pour avoir nos terres (maraîcher-métayer, 33 ans). »

33Ce retour aux terrains n’a pas résolu définitivement les problèmes et en particulier celui de l’accès à la terre, sa propriété. Les nouvelles autorités n’ont pas montré un signe d’encouragement autre que la sympathie à travers la fin de l’embargo sur le site.

  • 10 Entretien réalisé avec un groupe de maraîchers de Sebkha le 14 septembre 2014.

34On peut souligner deux phonèmes qui résument la situation des jardins de Sebkha. Le premier est une pression urbaine sans précédent aux abords immédiats du site : construction de magasins, dépôts de brique, etc. Ceci n’a pu se faire qu’avec la complicité de certains maraîchers qui semblaient ne plus miser sur l’agriculture comme stratégie foncière, sans doute le résultat des déceptions vécues ces dernières années après l’arrêt du projet précédemment cité. Cela augura une invasion de la ville qui poussait sur les jardins et un manque de respect de la vocation agricole souvent défendue par les maraîchers10.

  • 11 Entretien réalisé avec un maraîcher du site de Sebkha le 3 octobre 2014.

35Le second phénomène inquiétant et révélateur de la perte de prestige des jardins du Sebkha est formé par les incendies récurrents (2012-2014). Ceux-ci étaient volontaires. Les maraîchers ont soupçonné successivement le gouvernement « qui veut en finir avec nous ! », les groupes de bandits qui sévissaient dans la commune et les commerçants, « pressés de mettre la main sur nos terres ». La « vérité » a finalement surgi : « On a compris que c’étaient les étrangers [habitants de Sebkha] qui provoquent les incendies. Ils veulent détruire les arbres élevés pour s’assurer des sentiers vers le centre-ville. C’est leur passage, et la densification du couvert végétal leur pose des problèmes de sécurité11 (un maraîcher, 71 ans). »

9. Le nouveau projet : « Projet d’aménagement d’une zone agricole périurbaine PK17 (axe NKC-Rosso) »

36Le 16 octobre 2014, le conseil des ministres a dévoilé la décision prise depuis au moins trois ans consistant dans la réhabilitation du maraîchage à travers l’aménagement de 310 hectares (pour obtenir 433 parcelles de terrain de 625 m2) au niveau du point kilométrique 17 au sud de Nouakchott. Ce territoire est censé recevoir l’ensemble des maraîchers de la ville de Nouakchott.

37Il s’agit d’un projet conjoint des ministères de l’Hydraulique, de l’Habitat, de l’Agriculture et de l’Environnement qui consiste à créer un pôle agricole en zone périurbaine de Nouakchott en profitant des ressources hydrauliques offertes par l’adduction en provenance d’Aftout Essahel qui alimente Nouakchott depuis 2009 et en cherchant à s’émanciper des facteurs environnementaux mis en cause dans cette activité en milieu urbain.

38En préparation à ce projet, un recensement des maraîchers a été réalisé en 2012 qui inclut tous les types d’acteur de terrain (propriétaires, métayers et ouvriers) et qui fait état de 2 431 personnes. Parallèlement à cela, on a ouvert un registre pour les demandes extérieures de parcelles au profit de personnes morales (notamment les ONG de bienfaisance), et pour le moment « nous avons reçu plus de 5 000 demandes » (coordinateur national du projet). Les bénéficiaires potentiels du projet seront donc : i) les occupants de terrains et les exploitants ; ii) les travailleurs agricoles ; iii) les autres demandeurs (ONG).

39Les travaux d’aménagement ont commencé l’année dernière sur un financement de l’État mauritanien et semblent très avancés, mais le futur statut foncier des occupants n’est pas encore révélé.

10. Discussion

40Comme dans la plupart des villes africaines, l’agriculture urbaine à Nouakchott est née d’abord de la volonté de survie des habitants émigrés en ville et se retrouvant sans ressources. Ces personnes squattent alors des terrains vacants, ne se souciant que très peu des enjeux fonciers ou environnementaux de leur occupation.

41Dans le cas de Nouakchott, les maraîchers sont souvent issus du milieu rural. Ils proviennent de milieux où la tenure de la terre est encore traditionnelle, c’est-à-dire que sa propriété est collective (tribu/fraction en milieu maure ou grande famille dans la vallée du fleuve Sénégal). Dans ce contexte, l’engouement pour la terre est d’abord celui pour la parcelle individuelle susceptible de devenir un bien individuel. Cependant, le désenchantement arrive vite, et l'on s’aperçoit que l’on est plutôt dans l’esprit du gazra, c’est à dire un espoir, juste un espoir, devant lequel un long combat reste à faire et plus valablement en symbiose avec le groupe qui vit la même situation. Prouver son ancienneté, avoir de son côté beaucoup de monde (des alliés) et disposer de ressources suffisantes pour refuser les tentations de brader sa parcelle au plus offrant avant qu’elle ne devienne un vrai patrimoine coûtant quelques millions d’ouguiyas. Ceci est-il très différent de la situation de l’accès au foncier agricole en milieu rural où les litiges entre familles sont nombreux et où le droit d’accès est trop théorique ?

42Comme ils utiliseraient dans leur terroir la tribu ou la communauté, les maraîchers à Nouakchott se barricadent derrière des « coopératives » dont ils se réclament, une sorte de dispositif de solidarité que l’on croit capable de mieux négocier les intérêts collectifs. En réalité, son rôle se limite seulement à maintenir le statu quo sur les sites et à empêcher les pouvoirs publics d’avoir un état des lieux clair et précis. Cependant, si l'on peut comprendre le besoin pour le groupe des gazra de se « dissimuler dans la foule » avec la coopérative, ceci n’est-il pas moins évident pour des maraîchers détendeurs de titre foncier ?

43Au niveau du site de Sebkha, les maraîchers ont eu recours à plusieurs stratégies foncières. On peut citer la forte implantation de dattiers, car on savait que cette espèce ne s’accommodait pas du climat de Nouakchott, mais le but était de marquer définitivement l’espace pour le garder, pensait-on, grâce à ce genre d’arbre.

44Lors de nos discussions avec des maraîchers de Sebkha et en référence à leur souvenir du projet « Nouakchott Elkhadra », plusieurs personnes nous ont dit que leur espoir avec lui était surtout la régularisation foncière. Autrement dit, le projet était sous le projecteur des maraîchers en vue de l’utiliser à leurs fins.

45Le nouveau projet prévu au PK 17 présente l’originalité d’intégrer tous les types d’agriculteur, y compris les métayers et les travailleurs agricoles. Nous avons rencontré à Sebkha un métayer qui travaillait depuis vingt ans avec plusieurs partenaires « propriétaires », il était assez favorable au nouveau projet, espérant accéder à travers lui à la propriété foncière. Il semble que son cas est loin d’être isolé.

46Par rapport à l’analogie des pratiques foncières entre le milieu urbain et le milieu agricole, on constate que le tarhil (transfert) qui a été retenu pour l’ensemble des maraîchers est le même mode opératoire utilisé pour les autres gazra urbaines. D’ores et déjà, on peut se poser des questions sur le devenir des terrains qui seront libérés par ces transferts. Selon le coordinateur du nouveau projet, les terrains seront des parcs publics. Si cela se révélait vrai, il montrerait la légèreté de l’argumentation sur « les commerçants » développés par certains maraîchers. Notre enquête n’a détecté aucun cas qui accrédite « la théorie du complot » contre les maraîchers, mais il est clair que, généralement, la haute classe des hommes d’affaires exerce un lobbying favorable à ses intérêts.

47Les représentants des maraîchers auprès du comité interministériel de gestion du nouveau projet ont posé les conditions suivantes pour adhérer au transfert au niveau du nouveau site :

  • demande de régularisation pour habitat des parcelles qu’ils occupent actuellement (étant donné que les autorités les ont déclarées impropres à l’agriculture) ;

  • demande de lotissement pour les maraîchers des terrains pour habitation en face du projet.

48Ces conditions donnent une idée de la vision de ces maraîchers et du futur des négociations entre les deux parties.

11. Conclusion

49Les pratiques foncières dans l’agriculture urbaine à Nouakchott appartiennent fondamentalement au cadre global de la ville dans ce domaine. Le caractère dominant est la gazra (usurpation des terrains publics), une pratique répandue dans le tissu urbain et dont l’origine exprime la contestation des populations contre la mauvaise gestion du patrimoine domanial.

50Cette insécurité foncière qui caractérise l’activité maraîchère montre comment cette dernière n’a pas pu être intégrée de manière durable dans le tissu urbain, ses acteurs étant marginalisés et sa pertinence remise en question pour des raisons liées à la disponibilité de l’eau et aux facteurs sanitaires et environnementaux.

51De l’urbain, le maraîchage passera à l’échelle géographique périurbaine à travers un projet de pôle maraîcher, actuellement très avancé et qui permettra pour la première fois aux métayers et travailleurs agricoles d’accéder à la terre dans les mêmes conditions que leurs anciens partenaires. Peut-être qu’un résultat attendu de cette séparation des domaines agricole et urbain était de tenter de limiter les effets mutuels de l’un sur l’autre ? Sans doute reflète-t-il quand même l’échec de la ville de Nouakchott à pouvoir faire cohabiter l’urbain avec les espaces verts.

Bibliographie

Azandosessi A., Ould Selmane M. L., Ould Baba L., Benzeroug E. H., Cisse G., Tanner M., Projet de préservation de l’unique espace vert de Nouakchott : le site de Sebkha « Nouakchott El Khadra », document de projet OMS, Nouakchott, 1999.

Choplin A., « Le foncier urbain en Afrique : l’exemple de Nouakchott en Mauritanie », Annales de géographie, n° 647, 2006, p. 69-91.

Cissé G., Tanner M., « Utilisation des eaux usées ou polluées en agriculture urbaine dans le contexte sahélien : risques sanitaires, aspects socio-économiques et contraintes pour un développement durable », Abidjan, SEMPRVIRA, n° 10, 2001, CSRS.

Cissé G., Tanner M., Analyse sommaire de la situation de l´agriculture urbaine à Nouakchott (Mauritanie) et à Ouagadougou (Burkina Faso), conférence électronique RUAF sur les méthodes appropriées pour l'agriculture urbaine, 2000.

Destremau B., Tanguy Ph., « Projets de régularisation et création d'un marché foncier à Nouakchott, Mauritanie : que sont les pauvres devenus ? », Maghreb-Machrek, n° 189, numéro spécial Mauritanie : le devenir d’un État-charnière, sous la direction de Ali Bensaad, automne 2006, p. 111-124.

Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Nouakchott, capitale de la Mauritanie, 50 ans de défi, Paris, Editions Cépia, 2006.

Maldonado C. et al., « Petits producteurs urbains d’Afrique francophone : analyse et politique d’appui », Etude comparative à Bamako, Lomé, Nouakchott et Yaoundé, Genève, BIT, 1987.

Nouaceur Z., « Essor économique et crise environnementale d’une capitale sahélienne : Nouakchott », Sécheresse vol. 21, n° 1, janvier-février-mars 2010.

Ould Abdel Kader I., Introduction au débat sur la régularisation foncière, Projet de lutte contre de la pauvreté dans les quartiers périphériques de Nouakchott, Nouakchott, GTZ, 1996.

Ould Abdel Kader I., Rapport sur la problématique foncière du périmètre maraîcher de Sebkha, Bureau de l'Organisation mondiale de la Santé en Mauritanie et Institut tropical suisse, 1999, 16 p. 

Ould Baba L., Ould Selmane M., Azandosessi A., Benzeroug E. H., Tanner M., Cisse G., « De la recherche à l’action en partenariat, pour le developpement du maraîchage urbain à Nouakchott », SEMPRVIRA, n° 10, Abidjan, CSRS, 2001.

Ould Taleb M., L’organisation sociale dans le site maraîcher de Sebkha, Organisation mondiale de la Santé et Institut tropical Suisse, 2000, 20 p.

Réseau francophone pour l’agriculture en Afrique de l’Ouest et du Centre (RFAU/AOC) et Institut africain de gestion urbaine (IAGU), Etude de cas sur le financement des agriculteurs et agricultrices urbains de Nouakchott, Mauritanie, 2007, 110 p.

Schilter C., « L’agriculture urbaine : une activité créatrice d’emplois en économie de survie, le cas de Lomé », Cah. Sci. Hum. 27 (7-2), 1991, p. 159-768.

Wyss K., Ndiaye M., Yemadji N., Jacolin P. (éd.), Villes en sursis au Sahel : expériences au Tchad et au Sénégal, Institut tropical suisse et Enda Graf Sahel, Paris, l'Harmattan, 2000, 280 p.

Notes

1 Le document préparé par ces ateliers, tenus du 26 avril au 9 mai 2014, montre clairement un diagnostic urbain de la ville co-construit avec un grand nombre d’acteurs locaux et ouvert sur des perspectives de réinvention du futur sur la base des ressources disponibles et des dynamiques locales, http://www.ateliers.org/nouakchott-l-avenir-pour-defi

2 Le dernier en date est la décision du gouvernement du 21 octobre 2014 de procéder à la délocalisation des maraîchers de ce site. L’Etat entend leur accorder en lieu et place de leurs jardins actuels une zone périurbaine aménagée pour les activités agricoles et située au kilomètre (PK) 17 sur l’axe Nouakchott-Rosso (sud de Nouakchott). L’innovation de ce dernier épisode est le consensus entre les différents acteurs institutionnels de ce domaine sur cette action commune de délocalisation des activités agricoles hors de la ville.

3 Les différentes coopératives réunissant les exploitants du site étaient fédérées sous la coupe d’une union des coopératives dominée par des ressortissants du Sud mauritanien et qui était la principale interface avec les autorités administratives.

4 Une loi de 1967 (167-171 du 18 juillet 1967) et son décret d’application n° 67/265 du 4 novembre 1967 institutionnalisaient ce choix en accordant de nombreux avantages à ce type de structure. Ainsi, de multiples exonérations sont consenties par l’Etat à ces regroupements telles que la patente, l’impôt sur les bénéfices, les droits et la publicité dans le journal officiel, la taxe municipale…

5 La ville de Nouakchott s’est longtemps caractérisée par des occupations spontanées de terrains : des ceintures d’habitats formés par les tentes, des hameaux, qui en s’inscrivant dans la durée (leur appellation officielle était « les quartiers d’attente » (Ahya Alintidhar) se sont transformés en baraques.

6 Entretien avec un groupe de maraîchers le 10 septembre 2014.

7 Lettre n° 1207 en date du 22 septembre 1975.

8 Clauses du contrat CRM et ses bénéficiaires, CRM, 1978.

9 Entretien réalisé avec un maraîcher du site de Sebkha le 14 septembre 2014.

10 Entretien réalisé avec un groupe de maraîchers de Sebkha le 14 septembre 2014.

11 Entretien réalisé avec un maraîcher du site de Sebkha le 3 octobre 2014.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le jardin maraîcher de Nouakchott.
Crédits © M. Taleb.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Le maraîchage dans les jardins de Nouakchott.
Crédits © M. Taleb.
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteur

Sociologue, Centre d'études et de recherches sur l'Ouest Saharien, CEROS, Nouakchott, Mauritanie.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter