Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Foncier, droit et propriété en Mauritanie

 | 
Armelle Choplin
, 
Mohamed Fall Ould Bah

Partie III. Le foncier urbain, nouvelle ressource

Aperçu sur la propriété foncière dans les ksour de Mauritanie

Ahmed Mouloud Ould Eidda

Texte intégral

1Il n’est pas exagéré de dire que le territoire de l'actuelle Mauritanie n’a pas connu, tout au long de son histoire, de grande civilisation urbaine. En effet, sa situation géographique dans une région désertique avec ses corollaires, les aléas climatiques et les modes de vie qu’ils imposent, à savoir le nomadisme et l’absence d’un pouvoir central, constituent des facteurs pouvant expliquer la modestie de son héritage urbain et le caractère éphémère des expériences urbaines qu’a connues le pays.

  • 1 Nous avons étudié l’héritage urbain médiéval dans notre mémoire de D.E.A : Ould Eidda Ahmed Mouloud (...)
  • 2 Le géographe arabe Ibn Hawkal nous a décrit l’édification urbaine des bédouins à Awdaghust sous les (...)

2Les capitales des empires soudanais et sanhaja – Ghana, Awdaghust et Azûgi1 – ont représenté la première génération de ville dans cet espace. Malheureusement, on ne peut parler en détail de la propriété foncière telle qu’elle y était pratiquée, les sources éventuelles de renseignement ayant disparu depuis plusieurs siècles. Les fouilles archéologiques menées par Raymond Mauny et Paul Thomassy (1951, p. 438-462), Sophie Berthier (1997, 143 pages) et Jean Devisse (1981, p. 109-156 et 1983, p. 31-244) ont révélé le rôle du commerce transsaharien dans la constitution de colonies de commerçants maghrébins d’abord à Awdaghust, à la fin du 10e siècle, puis à Ghana au début du 11e siècle. Leur influence semble avoir permis une évolution qualitative dans le mode d’exploitation de l’espace et dans l'architecture2. Cette colonisation a donné naissance à une architecture berbère saharienne adaptée au matériaux locaux et dont les techniques ont été diffusées par les mouvements du commerce transsaharien. Les mêmes techniques demeurent utilisées jusqu’à nos jours dans les anciennes cités mauritaniennes.

3Il est évident que la construction d’habitations de pierre revêt une importance particulière pour la valeur foncière de l’immobilier dans ces cités sahariennes. Il semble aussi que l’émergence du commerce caravanier eut renforcé l’importance de la propriété, notamment avec l’installation ou le passage de commerçants étrangers. Et à la faveur de l’activité commerciale, certains nomades locaux se sont transformés en citadins résidents. Il semble aussi que la valeur accordée au foncier ait connu un accroissement continu. Alors que la première génération des cités disparues (Awdaghust et Ghana) voyait les Maghrébins (El-Bakri, 1857, p. 158) installés pour faire du commerce occupant des quartiers résidentiels propres (Devisse, 1983, p. 122), la seconde génération des cités du territoire mauritanien (Oualata, Ouadane, Tichit, Chinguetti) n’a pas connu de quartiers résidentiels spécifiques aux commerçants étrangers et ce malgré l’importance commerciale de ces cités. En effet, Ibn Batouta (1958, tome II, p. 194) écrit que les commerçants venant du Maghreb louaient des maisons de résidence à Oualata, ce qui laisse entendre un développement de la conscience des habitants d'une telle cité quant à l’importance de la question foncière.

4Bien que nous ne disposions pas de beaucoup d’informations sur la propriété foncière dans ces cités disparues, on peut penser que la colonisation commerciale d’Awdaghust et de Ghana n’aurait pas pu exister si la propriété foncière n’avait pas été accessible dans ces cités aux commerçants maghrébins. Il semble toutefois que l’attaque des Almoravides contre les commerçants à Awdaghust en 1054 (El-Bakri, 1857, p. 168) comme la révolution des tribus soudanaises Soussous contre le quartier commerçant à Ghana en 1203 (Delafosse, 1972, tome II, p. 56) puis son invasion par les tribus soudanaises mandingues de Soundiata en 1240 (ibidem, note 2) aient mis fin à l’appropriation du foncier par les commerçants étrangers. Mais la propriété foncière – ou du moins la résidence prolongée et légitime – des commerçants étrangers allait rester une tradition ancrée pour les siècles suivants.

5Depuis, le foncier des cités médiévales disparues a connu un changement tribal, voire ethnique, des propriétaires. En effet, la capitale de Ghana n’est plus la propriété des tribus soninké (Monteil, 1953, p. 359), mais son territoire est devenu propriété de la tribu machdhuf d’origine sanhaja qui domine à partir du 19e siècle la plupart de la région du Hodh. La propriété d’Awdaghust, cité sanhaja au début, passa quant à elle à la tribu de Tagdaoust (El-Chennafi, 1970, p. 97-107) dont le site porte le nom jusqu’à nos jours. Quant à la domination sur Azûgi, troisième cité médiévale, elle passa des Almoravides à la tribu ideychilli d’origine sanhaja avant que la tribu des S’macides, venant de Chinguetti, n’essaie d’occuper le site au cours du 17e siècle en adoptant une stratégie de légitimation foncière fondée sur l’exploitation de l’héritage almoravides du site (Ould Cheikh et Saison, 1987, p. 64 et 72).

6Nous avons proposé ailleurs la classification des anciennes cités de l’espace mauritanien en trois générations (Ould Eidda, 2008, p. 1-5). Les quatre plus anciens ksour existants encore aujourd’hui – Oualata, Ouadane, Tichit et Chinguetti – représentent la deuxième génération dans le prolongement des cités de la première génération que nous venons de décrire, continuité manifeste notamment au niveau de la fonction commerciale, des modes architecturaux et des manières d’exploitation de l’espace semi-urbain. On peut enfin parler d’une troisième génération avec les cités de Tidjikdja, Aoujeft, Atar, Ksar el-Barka, Aghrijitt et Néma, qui représentent la dernière série de cités traditionnelles mauritaniennes préexistantes à la colonisation. Toutes ces modestes cités sahariennes constituent l’exception semi-urbaine dans cet espace dominé par le mode de vie nomade.

7Toutes ces cités, à l’exception d’Aghrijitt, ont été fondées par des tribus maraboutiques, qui y possèdent par conséquent traditionnellement la propriété foncière. Il est rare que la propriété foncière ait été aliénée au profit de certains commerçants ou de personnalités religieuses influentes. Dans ces cités, la propriété est donc concentrée entre les mains de groupes spécifiques. Par contre, dans les cités fondées lors de la période coloniale au début du 20e siècle comme Nouadhibou, Kiffa, Aleg, Timbedra, Boutilimit ou Mederdra, la propriété est libre. Les autorités coloniales ont brisé le monopole de la propriété foncière urbaine par les tribus propriétaires du sol. En instaurant l’égalité d’accès à la propriété de tous sans que soient pris en compte origines et appartenances, y compris des étrangers africains travaillant avec l’administration coloniale, ces créations urbaines constituent une étape très importante dans l’histoire de la propriété foncière urbaine. Lorsque l’administration coloniale a érigé certaines des cités traditionnelles comme Atar, Tidjikdja et Néma en capitales de leurs régions respectives, elle y a introduit ce nouveau régime de propriété, rompant avec les pratiques anciennes.

1. La tradition islamique et locale

8À notre connaissance, la législation musulmane ne stipule rien quant au monopole de la propriété foncière par une ou plusieurs tribus. Pourtant, dans l’Ouest saharien, cette propriété est comparable à celle issue de la domination des tribus fondatrices des premières cités islamiques (Djait, 1993, p. 130-134). La tribu dominante au sein des conquérants musulmans s’appropriait le terrain proche de la mosquée et laissait aux autres tribus le soin d’établir d’autres quartiers suivant leurs affiliations tribales (Al-Kufa, Fustat et Kairouan). Il faut dire que selon une mentalité ancrée chez les tribus nomades, on ne peut pas résider hors du cadre tribal (ibid., p. 137), ce que la religion leur a reconnu et entériné implicitement. Il n’est donc pas étonnant que le mode de fondation des premières cités islamiques soit retrouvé dans les cités traditionnelles de Mauritanie eu égard aux ressemblances religieuses ou tribales. En effet, la méthode d’attribution de l’immobilier existant dans les cités mauritaniennes traditionnelles ne diffère guère de celle adoptée dans les premières cités musulmanes où la distribution se fait selon ce qu’on appelle en arabe khutta (pl. khutatt) qui est le quartier où se regroupe une même tribu ou des tribus alliées. Par conséquent, chacune s’approprie une partie de l’espace pour y installer son quartier et s’y développer.

  • 3 Voir note 2.

9Il est probable que les cités médiévales disparues (Ghana et Awdaghust) ne firent pas exception à cette règle, en particulier les commerçants maghrébins qui résidaient dans les colonies commerciales. Il est à supposer qu’ils élisaient résidence selon les appartenances tribales berbères qu’El-Bekri liste3. De même, l’ancienne ville de Chinguetti a été l’objet d'une distribution suivant l’appartenance tribale : la partie de la ville à l’ouest de la mosquée est pour la tribu d’Idawali, alors que la partie située à l’est est pour la tribu Laghlal (Ibn Habout, sans date, p. 19). On trouve le même genre de division spatiale à Tichit où la partie au nord de la mosquée dite « Zir sahli » est le quartier des chorfa et des marabouts (Ehl Mohamed Muslim), alors que la partie sud dite « Zir telli » est constitué du quartier de la tribu Masna et de ses alliés (Ould Bechir, 2003, p. 23). Les ensembles guerriers des tribus de Oualad Zeid, Oualad Boufayda, Oualad Billa, qui avaient longtemps résidé à Tichit, n’avaient pas de quartiers résidentiels propres mais partageaient plutôt les quartiers des Masna (ibidem). De même, l’ensemble Idaw el-Hadj résidait autrefois dans le quartier des Chorfa. La séparation nord/sud serait donc plutôt une ségrégation entre fonctions : maraboutiques, d’un côté, fondateurs commerçants de la cité et les probables protecteurs de caravanes, de l’autre. A Tichit comme à Chinguetti, la propriété reste le monopole des tribus fondatrices et de quelques rares alliés ou commerçants.

  • 4 Les fractions de la tribu Aoulad Daoud, installés à Oualata, ont été un exemple de cohabitation, un (...)

10Le partage des quartiers résidentiels de Oualata reflète par contre une grande souplesse dans l’occupation tribale : Bariteyl, Idaylba (fraction de Tajakant), Aoulad Daoud4, Chorfas et Laghlal, qui étaient arrivées postérieurement à la fondation de Oualata par la tribu Mehajib, vivaient indistinctement dans la ville. Si la tribu fondatrice monopolisait tous les pouvoirs à Oualata (chef de ksar, cadi et imam de la mosquée, jusqu’à l’arrivée des Français en 1912), les Mehajib n’étaient pas les seuls propriétaires fonciers. Les tribus maraboutiques et guerrières étaient autorisées à résider et à accéder à la propriété foncière sur un pied d’égalité. Oualata est une exception parmi les anciennes cités à permettre librement la résidence et la propriété foncière aux tribus qui la rejoignent.

  • 5 Lors de mon travail de terrain à Oualata, un ami oualatien m’a emmené voir les ruines d’une maison (...)

11D’après la tradition répandue à Oualata, l’installation du premier groupe étranger — la tribu des Idaylba — lui avait valu d'être soumis à épreuve par les fondateurs. Ils devaient construire une maison de pierre en une seule nuit5. Les Mehajib leur avait imposé cette condition préalable pour leur concéder l’accès à la propriété foncière. Selon ce récit, les Idaylba ont réussi l’épreuve avec l’aide des djinns, gagnant ainsi le pari et le droit à la propriété à Oualata. Si cette histoire mythique renvoie symboliquement au conflit entre nomades et citadins (capacité à la construction déniée aux nouveaux arrivants), elle montre aussi que l’ambition des Idaylba à Oualata ne s’est pas limitée à l’obtention d’habitations en propre, mais que le contrôle du surnaturel y était affirmé. Ce contrôle se manifeste plus tard par la construction d’une deuxième mosquée à Oualata en 1792 (Marty, 1927, p. 358). La tribu Mehajib, qui monopolisait précédemment la fonction d’imam de la mosquée, ne pouvait l’accepter, et le conflit amena la tribu Idaylba à fermer la mosquée et à quitter Oualata en 1808, accompagnée d’un groupe de Chorfas (Ehl Moulaye Saleh). Ensemble, ils se rendirent dans la vallée de Ben Nammane et fondèrent le ksar de Néma, où la fonction d’imam de la mosquée fut attribuée à la tribu Idaylba.

  • 6 Les Portugais ont fait d’Agwei

12À Ouadane, nous n’avons pas pu distinguer de quartiers attribués à l’une ou à l’autre des fractions de la tribu des Idaw el-Hadj. En effet, l’ancien quartier a malheureusement totalement disparu, et il est regrettable que ni les écrits locaux ni la mémoire n’aient conservé de quoi déduire l’existence éventuelle d'une partition des quartiers par fraction. Il est cependant probable que l’homogénéité tribale eut empêché l’émergence de quartiers résidentiels marqués. Les travaux de restauration de l’ancien quartier d’Ouadane attribuent trois maisons mitoyennes aux trois fondateurs de la cité : Ethmane, ‘Ali et Yaacoub. Si cela était confirmé, la juxtaposition des maisons de fondateurs justifierait l’absence de distinction d’origine entre les quartiers. Ouadane est cependant une exception dans l’attribution d’un quartier aux non-musulmans. En effet, si l’établissement commercial portugais au 15e siècle non loin de Ouadane n’avait pas duré en raison du rejet des populations6, et peut-être de la concurrence entre le commerce par caravane et par caravelle, les habitants conservent la mémoire d’un quartier propre aux juifs dans le lieu-dit El Mellaha au nord-ouest d’Ouadane, du 17e siècle au 19e siècle (Ould H’midane, 1985, p. 98).

13La fin du 20e siècle a connu des transformations très importantes de la propriété foncière, notamment dans les cités de la wilaya de l’Adrar. En effet, avec le développement du tourisme (1996-2006), certains étrangers, notamment des Français, un Hollandais et des Algériens en plus de quelques Touaregs, ont acheté certaines propriétés à Atar et à Chinguetti pour y établir de petits hôtels et dans des oasis afin d’en faire des produits touristiques rentables. Or, l’assassinat des touristes français en 2006 près d’Aleg et les menaces terroristes qui s’ensuivirent ont emporté le secteur touristique embryonnaire, mettant ainsi fin au désir des certains Européens d'acquérir des propriétés foncières dans la wilaya de l’Adrar.

2. Traditions locales dans la propriété foncière

  • 7 Entrevue avec Aminou Ould Bechir, âgé de 57 ans, Haratine de Chorfa, fait àTichit le 3 février 2003 (...)
  • 8 La monnaie est surtout une unité comptable, les échanges se faisant le plus souvent sur le principe (...)
  • 9 Mohamed Saleh Ibn Abdel Wahab a parlé de lutte entre les tribus guerrières de Tichit d’Oualad Boufa (...)
  • 10 Le ksar d’Aghrijitt fut fondé en 1850 par les Oualad Billa suite à leur guerre avec les Masna. Il e (...)

14Dans la plupart des cas, la propriété foncière dans les cités traditionnelles restait monopolisée par les tribus maraboutiques fondatrices. Ceux qui par exception pouvaient intégrer la propriété urbaine sans être « membre-fondateur » étaient souvent des personnes étrangères issues de tribus maraboutiques ou ayant des rapports matrimoniaux avec elles. Par exemple, une maison située dans l’ancien quartier de Tichit fut la propriété d’une famille appelée Ehel Senhouri de la tribu maraboutique Tendgha, l’une des tribus du Sud-ouest mauritanien. On raconte7 que son propriétaire l’avait achetée pour trois cents mithqal d’or8, ce qui était apparu exorbitant aux yeux de certains. L’acheteur leur avait répondu que c’était un prix raisonnable, si l’on considérait que le prix de la maison se divise en centaines : les cent premiers mithqal d’or pour sa valeur réelle, les cent suivants pour sa proximité de la mosquée et les derniers pour la bonté de ses voisins. C'était une autre façon de dire que l’emplacement de cette maison dans le quartier du centre ancien, avoisinant les meilleures familles, expliquait son prix élevé. Il est possible que Tichit fut la première des cités traditionnelles à accorder l’installation et la propriété foncière à des ressortissants de tribus guerrières comme les Oualad Zeid, Oualad Boufayda, Oualad Billa. On peut envisager que leur installation visait à protéger la cité des razzias des guerriers d’autres tribus. Les habitations des tribus guerrières sont situées dans les quartiers des Masna, mais la cohabitation entre ces tribus elles-mêmes n’a pas duré longtemps9, notamment entre la tribu Masna fondatrice de Tichit et la tribu Oualad Billa. Les conflits se sont répétés jusqu’à ce que les Masna chassent les Oualad Billa de leurs maisons de Tichit. En 1891, ils s’installèrent à Ksar Aghreijit10, le seul ksar fondé par une tribu guerrière.

  • 11 Acte d’achat d’une maison à Oualata ; vendeur : Ebba Ould Mohamed Salem (des Tukna) ; acheteur : Da (...)

15Certains commerçants étrangers ont pu accéder à la propriété dans les cités traditionnelles. Il n’est pas surprenant que la majorité de ces commerçants étrangers appartinssent aux deux grandes tribus qui s’adonnaient au commerce transsaharien depuis le Maroc – Tekna et Oualad Boussbâ, qui détenaient en particulier des propriétés à Chinguetti depuis le 18e siècle (Bonte, 1983, p. 340). Nous avons trouvé dans les archives d’Oualata (Ould Eida, 2003, p. 53) la preuve de propriété d’un commerçant de la tribu Tekna. Il s’agit, après le déclin commercial de Oualata, de la vente d’une maison lui appartenant11. De même, Brahim El Khalil S’bai (Pascon, 1980, p. 715), de la tribu d’Oulad Boussbâ, fut l’un des rares commerçants étrangers propriétaires à Tichit, sa maison reste encore debout dans le quartier Masna.

16Il est évident que la propriété dans les cités traditionnelles a pris de l’importance avec le développement du commerce caravanier. Mais ce qui est étonnant, c'est la faiblesse du nombre de tribus dans les cités encore existantes. Cette propriété se limite à de rares commerçants appartenant à des tribus maures, alors que, d’après des sources écrites confirmées par les fouilles, de véritables colonies commerciales originaires du vaste Maghreb étaient présentes dans les cités disparues d’Awdaghust et de Ghana.

3. Stratification et propriété foncière

17L’adoption par l’administration coloniale de certaines cités traditionnelles comme centres administratifs (Atar en tant que chef-lieu de l’Adrar en 1909, Tidjikdja pour le Tagant en 1912 et Néma pour le Hodh en 1912) avait contribué au changement des fondements de la propriété foncière. La présence de l’administration coloniale avait permis une grande évolution dans les règles régissant la propriété urbaine et dans l’abandon du monopole des tribus fondatrices et de certains commerçants ou notables influents.

  • 12 Entrevue avec Cheibani O. Massoud, 70 ans, Harratin Oualad Boussbâ, fait à Kankossa le 25 juin 2011

18Le nouveau régime de propriété dans les cités créées par les colons a donné aux couches socialement marginalisées l’accès à la propriété. En particulier, la création de « villages de liberté », dans les villes de Kiffa, d’Aleg et de Timbedra, a permis aux esclaves fuyant leurs maîtres de rallier ces cités et d’y obtenir le droit à la propriété de la terre agricole ou résidentielle, qui n’était plus le monopole d’une classe ou d’une tribu donnée. Toutes les villes de cette période, fondées le plus souvent autour d’un poste militaire, voient le régime de la propriété changer. Même s’il reste des espaces dans les cités coloniales octroyés implicitement aux tribus dont le domaine territorial englobe ces espaces, le mode d’accès à la propriété est profondément modifié. L’appartenance au lieu et l’appartenance du lieu cèdent le pas, d’une part, à la liberté d’installation, de l’autre, à la domanialisation d’une partie au moins de l’espace urbain. Suite à cette appropriation par l’administration coloniale, la propriété a été privatisée sans condition d’accès. En effet, on trouve parmi les propriétaires fonciers de ces cités des étrangers appartenant aux pays de l’Afrique de l’Ouest – Mali, Sénégal, Burkina Faso, Guinée et autres – ayant servi dans l’administration coloniale. Ils s’y sont souvent installés jusqu’à nos jours avec leur descendance. La ville de Kankossa dans la wilaya de l’Assaba, fondée durant la période coloniale, est l’illustration de l’attribution de terres agricoles et résidentielles aux classes d’esclaves affranchis, espace qui, en raison de sa nature agricole, avait attiré beaucoup d'habitants des territoires voisins12. Grâce à la présence d’un lac à Kankossa et à la fertilité de la terre, les autorités coloniales ont installé un institut d’agriculture et encouragé l’activité agricole, ce qui a permis le développement de la cité dont les habitants ont accédé au travail et à la propriété foncière loin de l’influence de leurs anciens maîtres.

  • 13 En particulier la vente de la maison d’un affranchi par la famille de son ancien maître (probableme (...)
  • 14 Nous n’avons dépouillé dans les archives de Oualata que 19 actes ayant trait à la propriété immobil (...)
  • 15 Acte d’achat d’une maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ehl Taleb Ahmed Boussaîf ; vendeur : Mo (...)

19Les classes inférieures peuvent aussi, plus rarement, accéder à la propriété dans les ksour. Si certains récits de la fondation de cités traditionnelles révèlent le rôle important des maçons et des forgerons, qui leur donne le droit d’accéder à la propriété foncière, en revanche, on n’a pas constaté de propriété propre aux esclaves dans ces cités. Ils résident souvent dans les oasis environnantes, à l’exception des domestiques qui résident avec leurs maîtres. Il est probable que ceux qui bénéficiaient de l’autonomie tout en participant aux activités commerciales et caravanières logeaient dans les propriétés de leurs patrons. Il ne semble pas qu’ils aient pu être propriétaires en propre, ainsi que le suggère le droit islamique. Quant aux affranchis, leur faculté d'être propriétaire foncier semble être apparue tardivement. Nous n’avons trouvé dans les rares archives des familles des Oualata, dont les plus anciennes remontent au début du 18e siècle, de preuves de la propriété de maisons par des Haratin qu’à partir du 19e siècle, à l’exception d’un acte isolé en 174113. Il semble, sous réserve d’autres découvertes d’archives14, que pour les couches inférieures la possibilité d’accéder à la propriété se soit multipliée après que ces cités aient commencé leur décadence et que les prix y aient régressé. Les ventes se multiplient d’ailleurs au 20e siècle15.

20Le déclin du commerce caravanier transsaharien a entraîné la chute des valeurs immobilières, dans ces cités à partir du 18e siècle. Certaines de ces cités ont connu avec le 20e siècle une autre transformation profonde influençant l'immobilier, d’ordre politique cette fois. En effet, l’administration coloniale a déplacé le centre de gravité de l’Adrar, de Ouadane et de Chinguetti vers Atar, devenue la capitale administrative de la région à partir de 1909. La même chose eut lieu avec Oualata qui n’est plus, depuis 1912, la ville principale du Hodh et est remplacée par le ksar de Néma. De même pour Tichit, détrônée par Tidjikja, chef-lieu du Tagant en 1912. Outre l’importance politique et économique accordée à leurs rivales, l’administration coloniale a contribué à l’enclavement des ksour de Oualata, Chinguetti, Tichit et Ouadane, éloignés des nouveaux axes de communication, ce qui accentua le mouvement d’exode des habitants de ces cités vers Atar, Néma, Aïoun, Tidjikdja et Boutilimit…

21La sécheresse des années 70, par ses bouleversements économiques et sociaux, a enfin perturbé la société dans sa structure traditionnelle. En effet, beaucoup de propriétaires fonciers de ces cités traditionnelles, mais aussi des cités coloniales, ont dû émigrer en quête d’un travail et d’une vie décente vers la capitale Nouakchott, et certains ont vendu leurs propriétés de leurs cités d’origine. De nombreuses habitations sont donc passées, par prêt ou par vente, aux franges marginalisées qui ne possédaient jusqu’alors pas de propriété. Certaines cités traditionnelles ne comptent plus parmi leurs habitants autochtones que de rares individus. Par exemple, à Tichit, la majorité des propriétaires de la tribu Masna ont quitté leur quartier, qui ne compte plus aujourd’hui que les Haratin de la tribu. Les habitations de Ouadane, qui avaient été jadis la propriété de la tribu fondatrice des Idaw el-Hadj, ont été abandonnées par leurs propriétaires, au point que le quartier ancien est devenu désert.

22Les constructions de la cité sont presque toutes passées à certains individus de la tribu Amgarij qui vivait dans les environs. Dans les années 90, suite à la nomination de l’un de ses membres comme directeur du cabinet du président pendant dix ans au cours desquels son influence s’est fait sentir, la cité de Ouadane a connu un nouveau développement au profit des nouveaux propriétaires de la tribu Amgarij. L’influence grandissante de ce notable fut couronnée par l’élection de son fils comme député d’Ouadane, l’une des plus petites circonscriptions électorales du point de vue du nombre d’électeurs.

  • 16 Ibn Batouta rapporte que les gens de Massuffa à Oualata s’affiliaient à leur oncle maternel et que (...)
  • 17 Acte de vente par le cadi de Oualata de la maison d’une femme décédée ; ancien propriétaire : Aziza (...)
  • 18 Acte de don d’une maison à Oualata ; octroyé par : M’barka affranchie de Sidi Mohamed Ould Moulay ; (...)

23La propriété urbaine des femmes ne pose pas problème, tout du moins à Oualata où nous avons fait l’inventaire d’une partie des archives. Ceci est peut-être dû à une survivance du système de parenté matrilinéaire qui était en vigueur dans la tribu Massuffa à Oualata jusqu’au 14e siècle au moins16. Mais il est plus probable que la propriété soit le fait d’héritage. La propriété foncière des femmes ne se limite pas aux femmes issues de milieux sociaux élevés17, car les documents attestent que la propriété foncière de femmes affranchies existe au 18e siècle. Il est possible qu’il s’agisse en partie de concubines affranchies par leur mariage qui disposent librement de leurs biens après un héritage : si nous connaissons deux cas de cession de propriété par des affranchies, nous n’avons pas d’exemple d’achat18.

4. Usage et fonction de la propriété foncière

24Les archives familiales des cités traditionnelles concernent en grande partie des documents fonciers. Les témoignages les plus nombreux sur les transactions foncières, peut-être en raison d’une meilleure conservation, se trouvent dans les archives de la famille Al Hamounni à Chinguetti dont sont issus les derniers cadis.

25Lors de notre travail en 2003 sur les archives des familles de Oualata, nous avons trouvé des renseignements sur la propriété foncière dans ces cités, ainsi que d’autres documents sur les échanges. Les transactions à Oualata se faisaient avec comme base de calcul le mithqal d’or ainsi que d’autres éléments de troc comme les barres de sel e’dila et les pièces de tissu qui furent utilisées pour calculer la valeur des propriétés foncières en l’absence de transaction monétaire. Il est évident d’après ces documents que les prix de l’immobilier n’ont cessé de baisser après le 18e siècle. Les prix initialement variaient entre 20 et 30 mithqals d’or. Au 20e siècle les maisons s’échangent pour 7 à 9 pièces de tissu, alors que les habitations en ruines n'en valent plus que 3 ou 4.

  • 19 Acte d’achat d’un palmier à Tichitt ; vendeurs : Massouda mint Ahmed Jiddou et Bumbariya mint abd l (...)

26Il est évident que la valeur de l’immobilier à Chinguetti, Oualata et Tichit reflète la situation de l’activité commerciale dans ces cités. Si Odette du Puigaudeau (1960, p. 105) dit en 1960 que la valeur foncière sur laquelle sont bâties les habitations des ksour est dérisoire et qu’à Tichit, comme l’a constaté Hugo Buffet (1977, p. 53-54), le prix des maisons est insignifiant, nous ne devons pas omettre que les deux chercheuses parlent de la valeur des habitations au 20e siècle, après la disparition du commerce caravanier dans ces villes. Or, précédemment, la valeur des habitations des ksour est certes moindre que celle des oasis de palmiers ou que le capital commercial investi dans le commerce des caravanes, mais il ressort des documents judiciaires publiés par Mohamed Ould Maouloud (1998, p. 348) que le prix de l’habitat à Tichit a atteint en 1807 quatre-vingt barres de sel e’dila, ce qui n’est pas négligeable. Nous avons trouvé pour notre part dans un acte d’achat19 daté de 1851 que le prix d’une oasis à Tichit, dont nous avons noté par ailleurs la faible qualité, pouvait atteindre 21 barres de sel e’dila.

  • 20 Taraniya se dit d’une pierre plate que l’on fixe à une hauteur moyenne dans un coin, généralement d (...)

27Les documents sur la propriété immobilière sont la plupart du temps enregistrés de façon consensuelle par les parties contractantes. Les habitantsdes ksour laissent entendre quelques récits révélateurs sur la fantaisie de certains contrats. Ils racontent par exemple qu’un homme a cédé sa maison à la condition d’y laisser dans le mur une pierre plate dite taraniya20 dont la proéminence sert d’étagère, ce qu’a accepté l’acheteur. Par la suite, l’ancien propriétaire prend l’habitude de visiter son ancienne propriété et de profiter de l’hospitalité des acquéreurs. Lassés de ses visites, les nouveaux propriétaires lui auraient demandé la raison de ses venues, il aurait répondu que c’était pour s’assurer que sa taraniya était bien en place ! Ceci est probablement un récit légendaire dont l’objectif est d’encourager la population à faire attention aux termes des contrats.

  • 21 Entrevue avec Mamadou Karri Djarra, 68 ans, d’origine bambara, fait à Chinguetti le 28 avril 2003.

28Plus réellement, le partage d’éléments architecturaux entre propriétaires (murs mitoyens, toit…) fut inévitablement la cause de litiges dans les cités traditionnelles (Puigaudeau, 1960, p. 107). Nous avons pris connaissance de certains litiges de ce genre qui furent l’objet de fatwas visant à établir la jurisprudence en cas de partage d’un mur mitoyen (Ibn Abdel Wahab El-fillali, sans date, 3 pages). Par exemple, on trouve parfois qu’un mur intérieur d’une construction repose sur le mur extérieur du voisin. Il arrive que le mur commun soit, à l’origine, la propriété d’une seule famille, mais qu’au fil du temps et des transactions les propriétaires deviennent différents, ce qui ne manque pas de créer des conflits entre voisins. Un maçon21 de Chinguetti nous a pour sa part assuré que la méthode de construction qui y prévaut impose de placer des pierres de bonne qualité dans les murs en limite de propriété, sachant que ceux-ci seront exploités par le voisin immédiat.

  • 22 Cf. Ibn Mandhur Jamel Dine, Lisane el-arab (Dictionnaire d’arabe classique), Beyrouth, 1995, (matiè (...)

29Ce type de problème fut posé aux juristes du malékisme qui devaient considérer les cas de conflits entre voisins sur la propriété d’un mur commun. Celle-ci revient, d’après eux, à celui qui possède le qimte et les ouqud. Le qimt étant ce qui permet la fixation des toits, qu’il soit fait de cordes ou autres22. Or, nous n’avons pas trouvé parmi les éléments de fixation des toits dans ces cités une utilisation du qimt. Quant à l’‘iqd, élément architectural connu, c’est l’arc ou la voûte. Son utilisation est inexistante dans les ksour mauritaniens.

30Il semble que le juriste oualatien Ibn Abdel Wahab El-Fillali (sans date, p. 2) n’a pas bien compris le texte d’Ibn Abi Zaid El Kairaouani sur lequel il s’est appuyé pour démontrer que la propriété du mur mitoyen revient à celui qui détient le qimt et les ‘uqud. Dans le cas de conflit qui lui fut soumis à Oualata, il a considéré que le qimt est l’élément architectural appelé arvav par les gens de Oualata. Or en réalité, arvav est un encorbellement de pierre et d’argile sur lequel reposent les poutres où sont disposées les nervures de palmier auxquelles on adjoint un mortier. Pourtant, le nom qimt est donné au Maghreb aux attaches des nervures. Quant au ‘iqd (pl. ‘uqud), il n’est pas pris en compte par notre juriste. Il n’est introduit dans l’architecture ksourienne qu’à l’époque coloniale.

  • 23 Acte d’achat d’une part de 5/6 d’une maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ehl Mohamed T’feîl ; (...)

31Ce qui a attiré l’attention de certains anthropologues comme Marie-Paule Hugot-Buffet (1977, p. 53) est que le rez-de-chaussée à Tichit n’a pas nécessairement le même propriétaire que l’étage. En fait, ce genre de propriété reflète l’état d’une habitation divisée entre plusieurs propriétaires à la suite d’un héritage, puis en partie vendue par l’un des héritiers. Parfois, sa part est vendue à l’un des autres héritiers pour lui permettre de détenir une plus grande surface habitable, voire toute la propriété. Mais il peut aussi vendre sa part à un tiers, ce qui explique, entre autres, la multiplicité des propriétaires. Les fiches d’inventaire de Oualata recensent de nombreux cas de multiples propriétés pour une même bâtisse23.

5. Conflits de propriété

  • 24 Le moud est une unité de mesure de grains variable suivant les régions.

32La primauté dans la propriété de la terre est un problème qui fut posé dans les cités entre les tribus habitant Tichit, en particulier à travers les conflits connus sous le nom de conflits du moud24 entre les habitants de Tichit (Ould Maouloud, 1998, p. 286-298), Masna et Chorfas. Les conflits avaient éclaté en 1713 lorsque les Chorfas cessèrent de payer un moud de sorgho comme contribution à l’hébergement des hôtes venant à Tichit. Les Masna voulaient augmenter les prélèvements au prétexte de payer la mudarat aux tribus guerrières qui venaient en tant qu’hôtes encombrants exigeant des dons. Aussi les Masna, vu leur commandement du ksar, ont voulu étendre l’imposition à toute marchandise sortant de Tichit, en particulier le sel et les céréales, ainsi que sur tout animal vendu dans la cité.

33Ce litige poussa chacune des communautés à alléguer de son antériorité dans le ksar de Tichit, l’une pour lui donner le droit à lever l’impôt, l’autre pour refuser d’en payer un seul. Ce litige s’est caractérisé, parmi les autres rares problèmes de cohabitation dans l’histoire de ces cités, par le fait de ne pas entraîner une guerre civile comme souvent, mais plutôt par une querelle juridique mobilisant de nombreux fuqaha. Ceci trouve peut-être sa raison dans le fait que les juristes en droit musulman fuqaha parmi les Chorfas de Tichit étaient conscients de l’importance de l’arbitrage judiciaire dans ce genre de question.

34Ce conflit a fait couler beaucoup d’encre, et les textes produits sont les pièces maîtresses sur le litige politico-judicaire relatif à la propriété de l’espace de Tichit (ibid., p. 149). La tribu Masna a défendu le fait que le minaret de la mosquée de Tichit, du côté de son quartier, est une preuve suffisante de son antériorité sur le site (Ibn Chewaf El-Meslmi, sans date, p. 9). Pour leur part, les Chorfas se considèrent comme les fondateurs de la mosquée de Tichit, usant de l’argument selon lequel leurs maisons entourent cette même mosquée et que certaines en partagent même un mur (Ibn Ahmedou Saghir, dans Obwald, 1986, p. 414-415). Le grand nombre de fuqaha défendant le point de vue des Chorfas à la propriété de Tichit dépasse de loin ceux qui ont défendu la thèse de la tribu Masna. Cheikh Sidi Mohamed el-Kounty (dans Ould Yeblij, 2002, 37 pages), un des rares à défendre la position des Masna, a édicté une fatwa relative à ce sujet. Le paragraphe suivant démontre sa position vis-à-vis du litige entre les deux parties :

35« […] Ce à quoi vous arrivez tous en conclusion est que les Masna sont les propriétaires du site de Tichit et que les autres habitants sont des nouveaux venus, que les Masna sont les défenseurs du village, que tous les autres sont, en temps de guerre, leurs tributaires. Ce qu’il faut ajouter alors, c’est que les notables des Beni Hind Muslim et des Chorfas ont le même statut que la descendance el-Emine el-Haj [Masna] et ceux qui les entourent. Tous doivent payer la mudarat (l’impôt) pour la défense de la survie du ksar. Cette cause doit regrouper tout le monde, car tous sont égaux pour ce qui est du droit de résidence et de l'équipement des caravanes. Si l’une des deux parties avait la préséance dans l’appropriation du territoire avec ses avantages avant la nouvelle, les deux parties sont égales, après l’occupation, dans la mise en place du stationnement et le déchargement des objets lourds, et c’est pour cela qu’ils sont tous deux dans la nécessité de maintenir la construction et d'assurer la pérennité du site. Personne ne doit sortir du principe de donner la mudarat contre les persécuteurs qui veulent détruire et disperser les habitants, sauf si l’assemblée (jemaa) l’exonère » (ibid., p. 31, traduction personnelle).

  • 25 Ce qui attire l’attention, c’est que l’idée sukuna d’habitation de certaines maisons malheureuses p (...)

36Aujourd’hui, le paysage de maisons en ruine est une caractéristique frappante de l’urbanisme des ksour sahariens. Odette de Puigaudeau (1960, p. 95) avait fait la remarque que l’idée de la restauration des édifices est quasi absente chez les habitants de ces cités. Effectivement, après une longue négligence, une bâtisse en ruine perd non seulement sa valeur, mais aussi, suivant une croyance enracinée chez certains Maures, après avoir été longtemps abandonnée elle devient la demeure des djinns. Une fois maskuna25, hantée par les djinns, elle porte malheur et perd tout acquéreur potentiel. Il est clair que ceci est un facteur contribuant à la ruine qui touche la majorité des maisons du quartier ancien de Ouadane, à l’exception de quelques maisons ; tandis que les maisons habitables de l’ancien quartier de Tichit ne dépassent pas quelques dizaines. Chinguetti n’est pas épargnée par cette ruine, accentuée par l’ensablement de l’ancien quartier. Toutefois, le développement d’un tourisme saharien dans la cité, ces deux dernières décennies, a revalorisé l’immobilier à Chinguetti et a incité les propriétaires à restaurer quelques maisons en ruine en vue de les louer meublées aux touristes ou de les transformer en « musées » pour y exposer quelques manuscrits arabes.

  • 26 Ibn Limam Mbouya, Nazilla à propos des maisons ruinées, manuscrit, bibliothèque de manuscrits de Ou (...)
  • 27 Acte de vente d‘une maison en ruine à Oualata près de dar etlamidh (la maison des étudiants) ; anci (...)

37Il est vrai que certains cas d'abandon de maison dans les anciens quartiers s’expliquent par la multiplicité du nombre de propriétaires, car les maisons appartiennent parfois à plusieurs héritiers, et, de génération en génération, les questions de propriété deviennent inextricables. La fréquence de ce type de problème touchant la propriété a nécessité la soumission aux fuqahade nombreux cas26. La vente27 représente l’une des solutions pratiques proposées par la législation islamique pour éviter la ruine totale. Cependant, la vente peut être bloquée par l’absence d’un consentement de tous les propriétaires.

38Au cours de nos visites de terrain à Oualata, nous avons relevé le cas du refus d’acheter une habitation au début des années 80. Un homme de la tribu des Kounta, qui fut l’infirmier du dispensaire de la cité, avait décidé de rester dans la cité après sa retraite. Malgré l’intervention des autorités administratives locales, il n’a pu obtenir gain de cause qu’après l’intervention du chef de l’État, Mohamed Khouna Ould Haidalla, qui avait ordonné aux autorités de lui accorder un terrain à Oualata, sur lequel il a pu construire une maison. Les difficultés étaient peut-être liées à l’histoire de la cohabitation entre les tribus qui habitaient Oualata. Les Kounta y habitèrent autrefois, comme en atteste la présence de la tombe de leur ancêtre Sid’Ahmed el-Bekaye, mais ils l’avaient quittée totalement pour une raison qui nous est inconnue.

39À travers l’étude des documents d’archives de Oualata, il nous est apparu que les transactions concernant la propriété dans cette cité n’avaient pas posé de grands problèmes durant les deux dernières décennies. Nous avons vu un nombre important d’actes de vente de propriétés foncières au profit de commerçants ou d’affranchis, ce qui laisse penser que l’opération se passe dans la majorité des cas conformément aux règles et que certainement les fatwas avaient établi une jurisprudence efficace sur les différents litiges qui leur avaient été soumis.

40Enfin, les campagnes municipales et législatives à partir des années 90 ont engendré une nouvelle vision des cités intérieures, y réhabilitant la propriété de maisons qui avaient été abandonnées par la plupart de leurs habitants autochtones sous l’effet de la sécheresse des années 70. Un certain nombre de notables et de hauts fonctionnaires de l’État résidant à Nouakchott et à Nouadhibou choisirent de retourner dans leurs cités d’origine et d’y avoir des maisons, non pour y habiter en permanence, mais seulement pour les fréquenter de temps à autre. C'était une stratégie visant à acquérir de la popularité grâce au contact direct avec la population locale, espérant obtenir pour des ambitions politiques un soutien électoral au sein de la tribu ou de la région.

41De ce fait, les campagnes électorales lors de ces dernières décennies ont redonné de la valeur au foncier dans certaines cités traditionnelles. On a vu un regain du mouvement d’achat pour les propriétés foncières dans les cités intérieures par des notables et des hauts fonctionnaires de l’État dont certains ont construit de majestueuses demeures à la mesure de leur fortune et de leurs ambitions politiques et sociales.

6. Conclusion

  • 28 Code foncier, Journal officiel de la République islamique de Mauritanie, n° 592-593, date de public (...)

42Au terme de cet exposé d’éléments disparates concernant la propriété dans les ksour, nous ne pouvons que regretter de ne disposer que de trop rares documents. Il serait nécessaire de compléter cet aperçu par une lecture actualisée de la question de la propriété, en particulier vingt-huit ans après la promulgation de la loi foncière en 198328 qui a aboli théoriquement la propriété traditionnelle du sol. Nous pensons que les manifestations de la propriété traditionnelle qui réserve le foncier à certains groupes tribaux demeurent encore présentes, en dépit des mutations qu’a connues la société durant les dernières décennies. Et cela non seulement dans les cités à propos de la propriété immobilière, mais aussi dans les oasis environnantes quant à leurs méthodes d’exploitation.

43Cela requiert des travaux sur le terrain pour avoir une vision complète des différents aspects de la propriété foncière à la fois dans les cités traditionnelles et dans les cités coloniales. Il serait pertinent, par exemple, de réfléchir sur la propriété agricole et résidentielle dans la ville de Kankossa pour constater les acquis réalisés par les populations Haratin à ce sujet et ce que sont devenues leurs propriétés après le départ des Français et par la suite. Il serait aussi utile, à notre avis, de mener une étude sur les mines de sel en tant que ressource pour les cités caravanières. Cela permettrait de comprendre le lien entre ces mines et la propriété dans certaines cités comme Ouadane, dont dépend la mine de sel d’Idjil, ou Tichit, aux environs de laquelle est extrait l’amarsal (un sel rose et mélangé de sable).

44Etant donné la richesse des archives familiales en ce qui concerne la propriété foncière ainsi que la conscience qu’ont les gens de l’Adrar, en général, et de Chinguetti, en particulier, de l’importance des contrats et actes fonciers et de leur préservation, il serait bon de faire une étude sur le contenu de ces documents. Pour une étude complète de la propriété foncière, il serait aussi souhaitable d’enquêter sur celle des oasis, à travers les exemples de Tidjikdja, Kiffa et Atar, les propriétés des esclaves et des affranchis dans ces cités, les propriétés des fonctionnaires de l’État travaillant hors de leurs lieux d’origine et, enfin, la propriété des étrangers dans la wilaya de l’Adrar.

Bibliographie

Sources imprimées

Bonte P., « Esquisse d’une histoire foncière de l’émirat de l’Adrar », Annuaire de l'Afrique du Nord, vol. 22, 1983, p. 323-345.

Berthier S., Recherches archéologiques sur la capitale de l’empire du Ghana, Cambridge, 1997, 143 p., illustrations.

Code foncier, Journal officiel de la République islamique de Mauritanie, n° 592-593, date de publication : 29 juin 1983, p. 364-366.

Delafosse M., Haut-Sénégal-Niger, Paris, tome II, 1972, 428 p.

Devisse J., « La question d’Audagust », Tegdaoust I, Paris, 1981, p. 109-156.

Devisse J., « Stratigraphie et architecture », Tegdaoust III, Paris, 1983, p. 31-244.

Djait H., Al-Kufa : naissance de la ville islamique, Paris, 1986 (p. 130-134 de la traduction en arabe, Beyrouth, 1993).

El-Bakri Abu Oubaîd Allah, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe revu par le baron de Salane, Alger, imprimerie du gouvernement, 1857, 189 p.

El-Chennafi M., « Sur les traces d’Aoudaghoust », Tegdaoust I, Paris, 1970, p. 97-107.

Hugot-Buffet M.P., Tichitt : Mauritanie Sud-est, Paris, 99 p., illustrations.

Ibn Batouta Mohamed Ibn Abdallah, Er-rihla, Le Caire 1958, tome II, 1977, 244 p. (texte en arabe).

Ibn Haukal Abu el-Qassim, Suratt el-ardh, Beyrouth (sans date d’édition), 430 p. (texte en arabe).

Ibn Mandhur J.D., Lisane el-arab (dictionnaire d’arabe archaïque), Beyrouth, 1995, (matière : qimte), tome 5, p. 3739 (texte en arabe).

Mauny R. et Thomassy P., « Campagne de fouilles à Koumbi Saleh (Ghana ?), Bulletin de l’IFAN, série B, tome XIII, 1951, p. 438-462, illustrations.

Marty P., « Les chroniques de Oualata et de Néma », Revue des études islamiques, tome III, IV, 1927, p. 355-426 et 531-575.

Monteil Ch., « La légende du Ouagadou et l’origine soninké », Mélanges ethnologiques, mémoire de l’IFAN, Dakar, n° 23, 1953, p. 359-408, 2 cartes.

Obwald R., Die Handelsstädte der Westsahara, Berlin, 1986, 594 p.

Ould Bechir A., Fatwa de la mudarat de Tichit, par Muhamed Saleh Ibn Abdel Wahab, mémoire de maîtrise en histoire, F.L.S.H., Nouakchott, 2003, p. 39 (texte en arabe).

Ould Cheikh A. W., Saison B., « Vie(s) et mort(s) de l’imam al-Hadrami autour de la postérité saharienne du mouvement almoravide (11e-17e siècle) », Arabica, tome XXXIV, 1987, p. 48-79.

Ould Cheikh Abdel Wedoud et Lamarche B., Deux villes anciennes de Mauritanie : Ouadane et Chinguetti, Nouakchott, 1995, 216 p.

Ould Eidda A.M., Villes médiévales de Mauritanie : Awdaghust, Ghâna : Kumbi Sâlih et Azûgi, Université de Tunis, 2001, 230 p. (texte en arabe).

Ould Eidda A.M., Ksour anciens de Mauritanie : Walâta, Wadân, Tishît et Shinqît, thèse de doctorat en sciences du patrimoine, Université de Tunis, 2008, 564 p. (texte en arabe).

Ould H’midane M., Contribution à l’écriture de l’histoire d’Ouadane, mémoire de maîtrise en histoire, E.N.S., Nouakchott, 119 p. (texte en arabe).

Ould Maouloud M., Tichitt avant le déclin, 1998, Université de Paris I Panthéon- Sorbonne (thèse de doctorat en histoire), 1985, 546 p.

Ould Yeblij M. el-M., Fatwa à propos de la globalité de la mudarat des Masna à Tichit, par Sidi Mohamed El-Kounti, mémoire de maîtrise en histoire, F.L.S.H., Nouakchott, 2002, 37 p. (texte en arabe).

Puigaudeau O. (du), « Architecture maure », Bulletin de l’IFAN, série B, tome XVII, 1960, p. 329-413, illustrations.

Manuscrits

Ibn Abdel Wahab El-Fillali Mohamed Lemine, Fatwa à propos de litiges sur les murs, manuscrit, copie de Mohamed Lemine Ould Mohamed Lemine Ibn Abdel Wahab El-Fillali (arrière-petit-fils de l’auteur), 3 p.

Ibn Abdel Wahab Muhamed Saleh, La Haswa bissaniya pour faire la connaissance de la généalogie de Beni Hassane, manuscrit, copie de Mohamed el-Mokhtar Ould Saâd (texte en arabe).

Ibn Chewaf Meslmi Hamahullah, Guide des juges aux jugements sur les conflits prétendus par les Tichitois, manuscrit (fonds Cherif Abdel Moumine à Tichitt), 20 p. (texte en arabe).

Ibn Limam Mbouya, Nazilla à propos des maisons ruinées, manuscrit (fonds Talib Boubacar à Oualata), cote 124 (texte en arabe).

Ibn Habout Ahmed, Histoire de Chinguetti, manuscrit, copie d'Abdrrahim Ould Hanchi, 20 p. (texte en arabe).

Rapport et fonds d’archives

Ould Eidda Ahmed Mouloud, Kanânich Oualata : inventaire des archives familiales (document inédit), 2003, 60 p.

Sources orales

Aminou Ould Bechir, 57 ans, Haratin de Chorfa, entrevue réalisée à Tichit le 3 février 2003.

Cheibani O. Massoud, 70 ans, Haratin Oualad Boussbâ, entrevue réalisée à Kankossa le 25 juin 2011.

Mamadou Karri Djarra, 68 ans, d’origine bambara, entrevue réalisée à Chinguetti le 28 avril 2003.

Notes

1 Nous avons étudié l’héritage urbain médiéval dans notre mémoire de D.E.A : Ould Eidda Ahmed Mouloud, 2001, Villes médiévales de Mauritanie : Awdaghust, Ghâna, Kumbi Sâlih et Azûgi, Université de Tunis, 230 p. (texte en arabe).

2 Le géographe arabe Ibn Hawkal nous a décrit l’édification urbaine des bédouins à Awdaghust sous les Sanhaja du 10e siècle comme une cité nomade comprenant plus de 3 000 tentes ! Ibn Haukal (Abu el-Qassim), Suratt el-ardh, Beyrouth (sans date d’édition), p. 97 (texte en arabe). Or, il semble que le paysage urbain se soit développé aux époques des colonisations commerciales, où El Bekri en 1068 nous donne une description différente : « Awdaghust, bâtie à côté d’une grande montagne contenant des puits d’eau douce, est une grande ville sablonneuse regroupant de jolies constructions et de hautes maisons. Ses habitants sont des gens d’Ifriqiya, Baqridjana, Nafoussa, Louatta et de Zenata et Nefzawa, ces derniers sont les plus nombreux, ainsi que des ressortissants de plusieurs autres pays. » El-Bakri (Abu Oubaîd Allah), 1857, Description de l’Afrique septentrionale, texte arabe revu par le baron de Salane, Alger, Imprimerie du gouvernement, p. 158.

3 Voir note 2.

4 Les fractions de la tribu Aoulad Daoud, installés à Oualata, ont été un exemple de cohabitation, unique en son genre, entre les tribus guerrières et les tribus maraboutiques dans les cités traditionnelles. Le nombre de leurs propriétés foncières à Oualata révèle leur intégration. Ce qui surprend également est la bonne assimilation de la culture maraboutique par ces tribus guerrières où l’on compte, en plus des hommes pieux, des juristes (fuqaha).

5 Lors de mon travail de terrain à Oualata, un ami oualatien m’a emmené voir les ruines d’une maison située dans la partie nord où était le quartier d’Idaylba, disant que c’est la maison qu’ils construisirent en une seule nuit.

6 Les Portugais ont fait d’Agwei

dir dans les environs d’Ouadane un centre pour leur activités commerciales. Cf. Ould Cheikh Abdel Wedoud et Lamarche Bruno, 1995, Deux villes anciennes de Mauritanie : Ouadane et Chinguetti, Nouakchott, p. 71.

7 Entrevue avec Aminou Ould Bechir, âgé de 57 ans, Haratine de Chorfa, fait àTichit le 3 février 2003.

8 La monnaie est surtout une unité comptable, les échanges se faisant le plus souvent sur le principe du troc avant l’installation coloniale, Bonte P., 1983, « Esquisse d’une histoire foncière de l’émirat de l’Adrar », Annuaire de l'Afrique du Nord, vol. 22, p. 331.

9 Mohamed Saleh Ibn Abdel Wahab a parlé de lutte entre les tribus guerrières de Tichit d’Oualad Boufayda et Oualad Zeid et que Bekar Ould La‘gueid, chef de la première, fut tué en 1741 et enterré dans sa maison à Tichit, connue sous le nom Oum Legroune (la maison à corne !) Cf. Ibn Abdel Wahab Muhamed Saleh, La Haswa bissaniya pour faire la connaissance des généalogies de Beni Hassane, manuscrit, copie de Mohamed el-Mokhtar Ould Saad, p. 16 (texte en arabe).

10 Le ksar d’Aghrijitt fut fondé en 1850 par les Oualad Billa suite à leur guerre avec les Masna. Il est à 27 kilomètres au sud-est de Tichit.

11 Acte d’achat d’une maison à Oualata ; vendeur : Ebba Ould Mohamed Salem (des Tukna) ; acheteur : Dah Ould Youba Ould Mohamed T’feîl ; prix d’achat : non mentionné ; nom du notaire : Sabari Ould Sidi Ethmen ; date : 23 jumada eloula 1360 H (18 juin 1941) ; nombre de p. : 1 ; archive : Dah Ould Eidda (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 53).

12 Entrevue avec Cheibani O. Massoud, 70 ans, Harratin Oualad Boussbâ, fait à Kankossa le 25 juin 2011.

13 En particulier la vente de la maison d’un affranchi par la famille de son ancien maître (probablement acquise par héritage) : acte d’achat d’une maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ehl H’mar (affranchis de Taleb Ahmed N’baba) ; vendeur : Mohamed El Béchir Ould Ahmed N’baba ; acheteuse : Arba El Gadariya ; prix d’achat : 10 mithqal d’or ; nom du notaire : Taleb Boubacar ; date : 30 chawal 1292 H (28 novembre 1875) ; nombre de p. : 1 ; archive : Dah Ould Eidda (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 52).

14 Nous n’avons dépouillé dans les archives de Oualata que 19 actes ayant trait à la propriété immobilière entre 1708 et 1948. Dans les héritages, le partage immobilier n’est bizarrement pas spécifié.

15 Acte d’achat d’une maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ehl Taleb Ahmed Boussaîf ; vendeur : Mohamed Lemine Ould El Hadj Amar ; acheteur : Oumar Ould Barka ; prix d’achat : 37 rials d’argent ; nom du notaire : Denane Ould Ahmed Mohamed ; date: 10 chawal 1333H (22 août 1915) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Barka (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 52).

16 Ibn Batouta rapporte que les gens de Massuffa à Oualata s’affiliaient à leur oncle maternel et que les héritiers de l’homme sont les fils de sa sœur et non ses propres fils, voir Ibn Batouta, Er-rihla, op. cit., p. 194.

17 Acte de vente par le cadi de Oualata de la maison d’une femme décédée ; ancien propriétaire : Aziza mint Eba ; acheteur : Ahmed Ould Mokhtar ; prix d’achat : 7 pièces de tissu ; nom du notaire : Mohamed Yahiya El Walati ; date : non mentionnée (avant 1912, date de la mort du notaire) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Barka (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 53).

18 Acte de don d’une maison à Oualata ; octroyé par : M’barka affranchie de Sidi Mohamed Ould Moulay ; pour le compte de ses fils Moulay Idris, Baba Hacene et Mandou ; nom du notaire : Ahmed Mohamed Ould Mohamed Ould Ely Issa ; date : 23 chawal 1326 H (17 novembre 1908) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Barka (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p.49).

Acte de don du tiers d’une maison ; octroyé par Fatma mint Biram ; pour le compte de : Mohamed Ould Merzug ; nom du notaire : Mohamed Ould Ely Ould Oudeîqim ; date : début châbane 1154 H (mi-octobre 1741) ; nombre de p. : 1 ; archive : Mohamed Lemine Ould Boulebatt. L’origine servile de la donatrice et du bénéficiaire est trahie ici par les noms de Biram et Merzug (fiches d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 49.

19 Acte d’achat d’un palmier à Tichitt ; vendeurs : Massouda mint Ahmed Jiddou et Bumbariya mint abd l-agnech ; acheteuse : Ghala mint Sid’El Mokthar ; prix d’achat : 21 e’dila ; nom du notaire : Mohamed Ould Mohamed Mokthar Ould Mbouja ; date : fin muharram 1268 H (fin novembre 1851) ; nombre de p. : 2 ; archive : Ehl Sidi Ethmen (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 56).

20 Taraniya se dit d’une pierre plate que l’on fixe à une hauteur moyenne dans un coin, généralement dans la chambre principale.

21 Entrevue avec Mamadou Karri Djarra, 68 ans, d’origine bambara, fait à Chinguetti le 28 avril 2003.

22 Cf. Ibn Mandhur Jamel Dine, Lisane el-arab (Dictionnaire d’arabe classique), Beyrouth, 1995, (matière : qimte), tome 5, p. 3739 (texte en arabe).

23 Acte d’achat d’une part de 5/6 d’une maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ehl Mohamed T’feîl ; vendeur : Baba Hassni Ould Moulay Saîd ; acheteur : Sidi Mohamed Ould Boubacar Mohamed T’feîl, prix d’achat : non mentionné ; nom du notaire : Taleb Boubacar ; date : début chawal 1311 H (début avril 1894) ; nombre de p. : 2 ; archive : Dah Ould Eidda (fiche d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 48).

Acte d’achat d’une partie d’une maison à Oualata au sein de la maison du père de l’acheteur ; acheteur : Taher Ould Ely (de Tajakant) ; prix d’achat : manquant ; nom du notaire : manquant ; date : manquante ; nombre de p. : 1 (la partie basse est détériorée) ; archive : Dedda Ould Barrik (fiche d’inventaire dans Ould Eidda, 2003, p. 48).

Acte d’achat d’une partie de maison à Oualata ; ancien propriétaire : Ethmen Taleb ; vendeur : Ahmed Ould M’bouya ; acheteur : Bouna Ould H’bib ; prix d’achat : 6 mithqal d’or ; nom du notaire : Ahmed Ould M’bouya Ould Imam ; date : non mentionnée ; nombre de p. : 1 ; archive : Hassni Ould Mohamed Yahiya (fiche d’inventaire dans Ould Eidda, 2003, p. 47).

Acte d’achat d’un quart d’une maison à Oualata ; Ancien propriétaire : Ehl El Hadj Boubacar ; vendeur : Fatima Ez-zahra mint Mâloum ; acheteur : M’hamed Ould Elbou ; prix d’achat : 8 mithqal d’or ; nom du notaire : Taleb Boubacar ; date : début jumada eloula 1311 H (début novembre 1893) ; nombre de p. : 1 ; Archive : Ehl Sidi Ethmen (fiche d’inventaire dans Ould Eidda, 2003, p. 49).

Acte d’achat d’une chambre au sein d’une maison ; vendeur : Mohamed Ould Ethmen ; prix d’achat : non mentionné ; acheteuse : Mariem mint Mohamed El Béchir ; nom du notaire : Sabari Ould Sidi Ethmen ; date : 22 ramadan 1344 H (7 avril 1926) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Barka (fiches d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 53-54).

24 Le moud est une unité de mesure de grains variable suivant les régions.

25 Ce qui attire l’attention, c’est que l’idée sukuna d’habitation de certaines maisons malheureuses par les djinns existe encore à Nouakchott.

26 Ibn Limam Mbouya, Nazilla à propos des maisons ruinées, manuscrit, bibliothèque de manuscrits de Oualata (fonds Talib Boubacar), cote 124 (texte en arabe).

27 Acte de vente d‘une maison en ruine à Oualata près de dar etlamidh (la maison des étudiants) ; ancien propriétaire : Ehl El Hadj Issa ; acheteur : Béchir Ould Abdalla (de Tukna) ; prix d’achat : 4 pièces de tissu ; nom du notaire : Lehbib Ould Ahmed Maouloud Ould Abdi ; date : début de l’an 1296 H (fin décembre 1878) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Sidi Ethmen (fiches d’inventaire, dans Ould Eidda, 2003, p. 48).

Achat d’une maison en ruine à Oualata ; ancien propriétaire : Sidi El Bassir ; vendeur : Mohamed Lemine Ould El Hadj Amar ; nom de l’acheteuse : Zaîda mint Baba Khira (affranchie par l’ancien propriétaire de la maison) ; prix d’achat : 3 pièces de tissu ; nom du notaire : Dedane Ould Ahmed Mahmoud ; date : fin rabi’â ethani 1332 H (fin mars 1914) ; nombre de p. : 1 ; archive : Ehl Sidi Ethmen (fiches d’inventaire dans Ould Eidda, 2003, p. 53).

28 Code foncier, Journal officiel de la République islamique de Mauritanie, n° 592-593, date de publication : 29 juin 1983, p. 364-366.

Auteur

Maître de conférences, faculté des Lettres et des sciences humaines de l'université de Nouakchott, Mauritanie.

© Centre Jacques-Berque, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter