Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Ethnographier les marges urbaines

Respécifier une situation : la descente d’une “lejna” dans un quartier d’habitations informelles

Soraya El Kahlaoui

Texte intégral

1L’analyse présentée dans ce chapitre repose sur l’observation d’une situation dans laquelle j’ai été prise au cours d’une étude ethnographique menée depuis le mois d’avril 2012 dans un quartier ashwa’ – quartier d’habitations informelles – au Maroc. Ce quartier se situe sur les hauteurs d’une petite agglomération rurale, Bir Jdid, située en périphérie de Casablanca. Datant d’une vingtaine d’années, les constructions informelles de ce quartier se sont particulièrement développées lors de la vague de construction clandestine qui a saisi le Maroc à la suite des élections législatives de novembre 2011. Ces élections sont intervenues dans un contexte particulier, celui du « printemps arabe ». Elles ont fait suite au mouvement social qui avait secoué le Maroc en 2011, « le Mouvement du 20 Février », et à la réforme constitutionnelle. Dans ce contexte de déstabilisation des structures du pouvoir, une rumeur avait parcouru le pays laissant entendre que toutes les formes d’informalité (habitat informel, commerce sauvage) avaient été relâchées. Concernant l’habitat, la rumeur laissait entendre que « el bni tatlak » – la construction est libre – sous-entendu que toute personne pouvait désormais construire sans autorisation préalable.

  • 1  I. Berry Chikaoui, A. Deboulet, « Des compétences des citadins : enjeux et illustration à propos d (...)

2L’objet de mon enquête est d’étudier les types d’action menés par des habitants en situation d’illégalité pour revendiquer leur droit à habiter. Dans ce texte, je voudrais montrer en quoi le travail ethnographique permet d’alimenter une analyse des pratiques politiques mises en œuvre dans ces espaces marginalisés, à partir de la description de la manière avec laquelle les habitants de quartiers dits « anarchiques » mettent en œuvre leur compétence ordinaire à produire des normes politiques en participant activement à l’organisation de la vie locale1.

3A partir des données recueillies dans une circonstance d’enquête, je voudrais montrer comment l’observation ethnographique – par la mise en situation des actions – offre un cadre d’analyse pertinent pour saisir l’agir politique en contexte d’illégalité, c’est-à-dire rendre compte de cet « art du faible » décrit par Michel de Certeau qui consiste, dans ce cas, à mettre en œuvre des moyens de résistance et d’appropriation de droits dans un quartier d’habitat informel. La situation étudiée est celle de l’arrivée d’une lejna dans le quartier – délégation des autorités locales généralement accompagnée de forces de l’ordre. Sa description aura pour but de saisir l’organisation sociale des rapports politiques au sein d’un espace social marginalisé. L’intérêt de ce type de démarche est d’appréhender ces rapports en considérant les logiques d’action adoptées par des individus qui savent vivre de façon « clandestine » ou « illégale », à la marge des normes fixées par l’ordre juridique. Ce choix – comprendre l’action politique à partir de la dynamique interne de l’action en cours – n’est pas qu’un geste méthodologique : il entend rendre compte de l’ordre particulier qui structure la vie politique dans des espaces souvent considérés comme désorganisés et réduits à leur aspect « sauvage ».

La rumeur

4Un après-midi d’avril 2012, je me trouve assise dans la maison de Halima. Sa fille, Leila, est en train de passer la chaux sur une des nouvelles pièces que la famille a annexées à leur maison initiale. Halima me raconte les galères des rénovations, en insistant sur le coût des crédits qu’elle a dû prendre pour agrandir la maison afin de pouvoir offrir à chacun de ses fils « un espace d’intimité », notamment à Othman, âgé de 25 ans, père de deux enfants, qui vit de débrouille en s’improvisant parfois « peintre en bâtiment ». C’est un dimanche : le quartier, et en particulier la rue où je me trouve, sont plutôt calmes. Les familles sont chez elles, affairées à leurs affaires. Le haut du quartier est en pleine activité, les futurs habitants profitant de ce jour de congé pour amener les matériaux de construction et aider aux travaux.

5Tout d’un coup, alors que nous sommes tous installés tranquillement dans le salon, une ribambelle d’enfants se met à aller et venir dans la rue. Halima et sa sœur Zahra se lèvent d’un coup. Sans que je puisse réellement m’en rendre compte, une « alerte » vient d’être déclenchée dans le quartier. En quelques minutes, toutes les voisines se retrouvent regroupées en haut de la rue, devant la maison de Halima. La rumeur court : une lejna tourne dans le quartier. La rue qui, cinq minutes plus tôt, avait des airs de dimanche bucolique, s’est en un rien de temps transformée en un flot de panique générale. Les hommes de la rue qui étaient en train d’aider à la construction dans le haut du quartier sont tous revenus vers leurs maisons en courant. Regroupés en cercle dans le haut de la rue, ils discutent de manière vive du comportement à adopter en cas de menace de destruction. Les femmes vont et viennent chez Halima :

« Ils sont venus pour détruire nos maisons, un avis de démolition a été lancé.

– Ils ne font que tourner dans le quartier pour repérer les gens qui sont en train de construire et mettre des contraventions.

  • 2  Le cheikh et le moqaddem sont des représentants de l’état à l’échelle des quartiers. Les mrud sont (...)

– Le cheikh et le moqaddem ne sont pas seuls, il y a des mrud avec eux2.

– Ils prennent les cartes d’identité.

– Ils sont dans le bas du quartier.

– Ils arrivent ! »

6Halima et Zahra, que je connais mieux, sont paniquées. Elles sont à la recherche d’informations afin de pouvoir « savoir quoi faire ». Et dès que l’information de la présence de la lejna dans le quartier est suffisamment certaine, une « réunion » regroupant les hommes et les femmes de la rue se tient chez Halima avec pour principale préoccupation d’ajuster le comportement des uns et des autres face à la situation.

« S’ils viennent pour détruire la maison, ils la détruiront fouq menni (sur moi).

– Je ne leur donnerai même pas la corruption.

– S’ils touchent à n’importe quelle construction, je me jette sur eux.

– Ne t’inquiète pas, s’ils essayent de t’arrêter on sera là tous ensemble, quitte à mourir.

– S’ils touchent à une construction, on les empêchera.

– Ils sont là ! » 

Le défilé dans la rue

7La lejna arrive par le bas du quartier. Les enfants ont mis fin aux discussions en annonçant que les autorités arrivaient dans la rue. Le cercle s’est instantanément dispersé, et chacun s’est automatiquement mis devant chez soi. L’air de rien, silencieux, les habitants observent le défilé des autorités accompagnées des mrud qui tiennent, de façon ostensible, la matraque accrochée à la ceinture de leur pantalon. La tête haute, le regard accusateur, le cheikh fait sa parade dominicale devant laquelle les habitants mettent en scène le jeu d’une soumission teintée de menace.

8La seule construction visible de la rue dans laquelle je me trouve est celle de Halima, qui était en train de construire un étage sur sa maison initiale dans lequel elle avait prévu de loger la famille de son fils. Pour le faire, il a d’abord fallu construire un toit en dur pour remplacer l’ancien toit de tôle. L’entreprise de luh dala – construire un toit en dur – a une portée assez symbolique dans la construction clandestine : elle achève les maisons qui, pour la plupart, restent longtemps surmontées d’un toit de tôle. Construire un toit en dur est une opération coûteuse, elle se fait généralement des années après la construction initiale et est la dernière rénovation. Elle nécessite le versement d’une somme d’argent importante que les habitants nomment rshwa qui correspond au soudoiement des autorités locales. Luh dala dans un quartier d’habitations clandestines est le symbole d’une installation durable des habitants dans ce quartier ; de ce fait, elle engage nécessairement une certaine négociation avec les pouvoirs en place. Auparavant, c’est-à-dire avant la vague nationale de construction clandestine qui a fait suite aux élections législatives de novembre 2011, les habitants entraient en pourparlers avec les autorités locales pour pouvoir construire un toit en dur moyennant une forte somme d’argent. La situation que j’observe ce dimanche va montrer comment les habitants ont modifié la pratique de la
corruption.

9Lorsque la lejna s’approche de la maison de Halima, tous les habitants sont en alerte. Ils semblent attendre de voir si le cheikh va émettre une réflexion sur la construction qui, apparemment, était en cours avant sa venue. Aucun habitant ne parle. Le silence règne pendant quelques minutes. Arrivé devant la maison, le cheikh marque un temps d’arrêt et lève les yeux vers les bouts de fer qui dépassent des murs de la maison. Il s’arrête un instant, regarde Halima d’un regard sévère et réprobateur et lui lance : « Tu n’as pas le droit de construire ou de faire des rénovations, tu le sais, c’est interdit. » Sûre d’elle et préparée à la réplique, Halima répond : « Je ne suis pas en train de construire (sous-entendu un étage), mais simplement en train de poser un toit en dur. Les enfants de mon fils sont petits, quand il pleut ça goûte dans la maison, on ne peut pas laisser ça dans cet état. » Et elle ajoute, d’un ton un peu plus ferme : « Et tout le monde construit, ma bent lik ghir ana (« tu ne vois que moi » cette expression sous-entend que s’il veut stopper sa construction il devra arrêter toutes les autres). Le cheikh, quelque peu déstabilisé par cette dernière réplique, lui répond : » Bref, en tout cas, si tu ajoutes un étage, je détruirai tout. »

10Halima est une ancienne habitante du quartier. Elle a été une des premières personnes à s’y installer il y a maintenant quinze ans. De ce fait, elle court moins de risque que les nouveaux installés qui étaient encore en plein travail de construction. Cela explique sans doute l’audace de son propos, mais sa dernière phrase marque surtout la capacité des habitants – pris dans une lutte d’installation – de jauger et de maintenir un rapport de forces avec les autorités locales. Halima mobilise en effet des ressources particulières, notamment en recourant à une rhétorique misérabiliste et à la dissimulation. Tout le monde savait, le cheikh y compris, que Halima allait construire un étage au-dessus de sa maison initiale, mais elle avait pris soin de ne pas défier de manière trop frontale l’autorité de ce dernier. Ce « jeu de la soumission » a néanmoins été subtilement tempéré par le rappel de la situation politique générale dans laquelle se trouve le Maroc : « tout le monde construit ». Une situation sur laquelle les autorités locales n’ont aucune prise malgré leurs pouvoirs officiels. A ce moment précis, le rapport de forces n’est pas – de facto – en faveur du côté des représentants de l’Etat. Ce que cette situation met en lumière est la capacité des habitants qui vivent dans l’illégalité à jauger le rapport de forces, en dosant de manière juste ce qu’il est possible de faire et de dire dans une circonstance d’action précise.

11Tout l’enjeu de la situation observée est, pour Halima, d’arriver à construire ce fameux toit en dur sans avoir à respecter la règle de la corruption. Et tout l’art déployé par Halima consiste à ajuster son action et ses formulations afin de ne pas rompre le rapport de forces qui semble être en sa faveur à ce moment-là, tout en ne créant pas une situation de confrontation trop dure avec les autorités locales, ce qu’elle fait en invoquant la situation politique présente du pays, mais aussi en réveillant le souvenir de l’émeute qui a eu lieu quelques mois auparavant dans le quartier et au cours de laquelle le cheikh et le moqaddem s’étaient vus chassés à coups de pierres et d’insultes.

  • 3  P. Chartterjee, la Politique des gouvernés, Paris, éd. Amsterdam, 2009.

12L’observation ethnographique permet de recueillir des données qui mettent en lumière la manière dont les habitants de ce quartier inscrivent leurs actions et leurs discours dans une rhétorique misérabiliste afin de légitimer les initiatives qu’ils prennent en dépit de leur illégalité. Il n’est pas anodin d’observer que des personnes qui se trouvent dans ce type de quartier se qualifient eux-mêmes de drawch (pauvres), dans la mesure où la mobilisation de la rhétorique de la pauvreté (qui semble correspondre à ceux qui vivent dans ce genre d’habitat) peut être comprise comme un usage délibéré d’une catégorie politique à laquelle les habitants recourent pour rendre leur présence légitime. Se servir de cette catégorisation, c’est faire admettre que l’illégalité de leur habitat relève d’une légitimité supra-légale – celle des droits fondamentaux – qui devrait contraindre les pouvoirs publics à admettre une forme d’administration « para-légale » dont les pauvres peuvent bénéficier3. En ce sens, il est primordial pour les habitants de ce type de quartier de maintenir cette catégorisation, car seule leur condition de « pauvres » peut leur permettre d’amener l’Etat à tolérer leur forme d’existence. En se présentant comme drawch, les habitants créent le socle de légitimité politique sur lequel ils vont pouvoir fonder leurs revendications : habiter, bénéficier d’aménagements publics, être relogés en cas de destruction, etc. Ainsi, bien qu’aucune structure militante ou associative n’existe dans le quartier, les habitants, sans avoir accès à la rhétorique des droits de l’homme, savent mobiliser la catégorie de la « pauvreté » pour pouvoir légitimer le type de droit fondamental sur lequel ils fondent leur opposition aux injonctions des autorités locales – et surtout aux formes de domination que la tradition et l’absence de légalité permettent à celles-ci de leur imposer.

  • 4  A. Bayat, Life as politics, Standford, Standford University Press, 2013.

13La mobilisation de la catégorie de la « pauvreté » a une incidence sur le répertoire d’actions politiques des habitants du quartier. Quelles formes de résistance peuvent être mises en œuvre par des « urbains marginalisés4 » pour faire face aux forces de l’ordre ayant pour mission officielle d’éradiquer leurs formes d’existence dans l’espace public ? L’observation ethnographique de la situation que représente la descente de la lejna dans le quartier m’a permis d’en identifier une : le « jeu de la soumission » et d’en supposer une autre : la menace de l’émeute.

14Tout d’abord, on l’a vu, les habitants du quartier sont habitués à gérer ce qui peut ressembler à une « descente de flics ». Les enfants connaissent leur rôle d’informateur et sont capables de sonner l’alerte de la présence étrangère dans le quartier. Très vite les habitants se rassemblent en vue d’ajuster leur stratégie. Durant ce moment, les acteurs essayent d’anticiper la scène : « que vont-ils faire ? » – tous les scénarios sont envisagés. Chaque acteur essaye de rassembler les bribes d’indices qu’il aurait pu apercevoir dans le quotidien laissant anticiper l’objectif de la descente de la lejna dans le quartier. Une fois les scénarios envisagés, il est important de se mettre d’accord sur les actions à mener en cas de destruction. L’accord collectif passe par un processus d’expression publique de solidarité. Chaque habitant exprime publiquement un soutien indéfectible à tout le voisinage, c’est par ces expressions que se crée un sentiment d’unité entre les habitants face à la menace des forces de l’ordre. Il est particulièrement intéressant de noter que les expressions publiques de solidarité mobilisent le langage de la lutte ou de l’action violente. Chaque habitant exprimait clairement sa capacité à empêcher physiquement toute tentative de démolition. Et les expressions du type « on mettra tout le quartier en feu s’il le faut » passaient de bouche en bouche comme un rappel du succès de leurs émeutes et des histoires similaires qui se sont déroulées dans d’autres quartiers informels au Maroc. La mobilisation du langage de la violence donne une tonalité particulière à la résistance des habitants des quartiers illégaux : elle en fait des émeutiers en puissance. Faire planer la menace de l’émeute est l’un des moyens qu’ils ont à leur disposition pour maintenir le rapport de forces face aux autorités publiques. Bien que ce moyen soit rarement utilisé, les habitants peuvent toujours leur faire savoir qu’en cas d’intervention lourde des forces de l’ordre, ils pourraient faire usage de la violence. Il faut préciser que l’émeute doit être comprise – dans ce type de quartier – comme une forme d’action politique organisée qui éclate et prend un sens dans des circonstances particulières – lorsque les négociations informelles échouent à maintenir un rapport de forces équilibré – et alors que les habitants ne disposent pas de ressources « plus classiques » (parti, association, syndicat, etc.) pour organiser leur opposition et leur résistance.

  • 5  R. Ogien, Théories ordinaires de la pauvreté, Paris, PUF, 1983.
  • 6  J.C. Scott, la Domination et les arts de la résistance, Paris, éd. Amsterdam, 2009.

15Bien évidemment, l’usage de la violence est savamment dosé par les habitants qui sont bien conscients de leur vulnérabilité. C’est pourquoi le « jeu de la soumission » est une autre forme d’action de résistance qui vient balancer et orchestrer le jeu des négociations et des rapports de forces locaux. Cette mise en scène de la docilité fait partie des attributs attendus du « bon pauvre » en tant que personne à laquelle les autorités de tutelle doivent accorder une assistance5. Chez les habitants, elle se retrouve dans le discours offert aux personnes étrangères au quartier, dans lequel on ne retrouve aucune trace du langage de lutte mais bien au contraire une mobilisation du langage misérabiliste insistant sur la dévalorisation de leurs propres formes de vie6. Leur discours public reconnaît toujours la légitimité de l’ordre juridique officiel. En faisant le « jeu de la soumission » et de l’acceptation morale des règles légales, les «  pauvres » qui vivent en illégalité admettent – publiquement – que le fait de ne pas détruire leur forme d’existence est une faveur qui leur est accordée. C’est ainsi que, dans la situation de la descente de la lejna dans la rue, on observe que les habitants gardent le regard baissé et que, lorsque le cheikh s’adresse à Halima, personne n’émet d’objections publiques ou ne prend sa défense. Halima elle-même tempère radicalement ses paroles et adoucit le ton de sa voix.

Le départ

16Ce maintien du double jeu entre soumission et menace d’émeute s’est particulièrement manifesté lorsque la lejna a fini son défilé dans la rue. Bien que sa présence ne fût plus visible, les habitants, encore sous le coup de la panique, étaient restés regroupés autour de la maison de Halima où l’incident avait eu lieu. Je me trouvais au milieu de femmes, qui pour la plupart ne me connaissent pas encore. Jusqu’ici, les habitants du quartier étaient suspicieux à mon égard puisque cela ne faisait que quelques semaines que j’avais pénétré sur le terrain. Face à moi, leurs discours étaient encore policés : ils ressemblaient au type d’énoncé qu’ils avaient pour habitude de servir aux personnes étrangères. Lors de cet incident, pour la première fois sur mon terrain, je suis devenue totalement invisible. Pour la première fois, je me trouvais dans une pure situation d’observation.

17Alors que la lejna a disparu de la rue, les enfants courent encore dans tous les sens pour s’assurer que les autorités publiques ont définitivement quitté le quartier. Pendant ce temps, les femmes, encore sous le coup de la peur du potentiel retour de la lejna, expriment en cercle leur détermination de contrer toute tentative de démolition. Les insultes à l’encontre des autorités locales fusent : « ces fils de pute, toujours à vouloir ramasser de l’argent » lance une voisine, « de toute façon ils n’avaient qu’à pas nous laisser construire dès le départ, maintenant c’est trop tard, on s’est endetté, on a tout placé dans nos maisons, ils n’ont plus le droit de nous les détruire » ajoute une autre, « et puis s’ils viennent détruire, c’est tout le quartier qu’on mettra à feu et à sang » finit par dire une des voisines dans un élan de rage qui tout en finissant sa phrase se tourne vers moi et me remarque l’air interloqué. Remarquant ma présence – alors même que j’ai été présente tout au long de la scène – elle rattrape son discours et ses mimiques de visage pour me dire : « On sait que ce qu’on fait est illégal, mais on n’a pas le choix, on n’a pas d’argent pour aller autre part, il faut bien que l’on se loge. »

18Cette scène fut pour moi remarquable, car elle marquait réellement la capacité des acteurs à situer leurs comportements et leurs discours en fonction de leurs interlocuteurs. En l’occurrence, ici, on ne savait pas très bien ce que je venais faire dans le quartier. En tout état de cause, je lui étais étrangère, et je m’étais laissée identifier à une éventuelle « travailleuse sociale », notamment dans l’idée de monter un projet pour raccorder le quartier au réseau d’eau potable, une seule borne-fontaine étant ouverte et seulement en matinée. Ainsi, devant ce que je pouvais représenter, c’est-à-dire une personne qui pouvait améliorer l’état du quartier, la voisine en question a jugé bon de (re)mobiliser la rhétorique de la pauvreté tout en dénigrant sa forme de vie. Ce « jeu de la soumission » est une compétence que les habitants savent mobiliser à bon escient pour ne pas heurter de front les systèmes de domination tout en y imposant un « devoir moral d’assistanat ». Conforter un interlocuteur dominant dans l’image stigmatisante qu’il se fait de populations vivant dans ce type de quartier, c’est en contrepartie lui faire admettre l’obligation morale de venir en aide à des personnes démunies et qui présentent les attributs des « bons pauvres », c’est-à-dire de personnes qui condamnent moralement leurs propres formes de vie. Ce type de discours est bien évidemment à replacer en situation, car si l’on ne comprend pas que ce discours est un discours public inscrit dans une tactique adoptée par les personnes en situation de vulnérabilité pour bénéficier d’aide sociale, alors on ne peut pas comprendre les formes de résistance et d’action mises en œuvre par des populations vivant dans l’exclusion pour améliorer leur quotidien et s’approprier leur espace social.

  • 7  R. Emerson, R. Fretz, L. Shaw, « Prendre des notes de terrain. Rendre compte des significations de (...)
  • 8Ibid., p. 167.
  • 9Ibid., p. 167.
  • 10Ibid., p. 167.

19L’observation ethnographique doit non seulement porter attention aux catégorisations et aux significations des acteurs, mais elle doit également s’appliquer à spécifier les conditions dans lesquelles celle-ci s’est déroulée. Ainsi, l’écriture ethnographique ne doit pas être réduite à rendre compte des mots et des phrases sortis de leur contexte mais doit incorporer « les occasions interactionnelles7 » dans lesquelles ils ont été
prononcés. L’écriture ethnographique doit se « focaliser sur l’interaction plutôt que sur la cognition8 » afin de rendre compte de « comment les membres coproduisent du sens au travers de leurs interactions avec d’autres membres du groupe, comment ils interprètent et organisent effectivement leurs propres actions et celles des autres9 ». Dans cette optique, l’observation directe devient la méthode privilégiée du chercheur. Le chercheur se doit alors de porter une attention particulière aux questions qu’il peut susciter sur son terrain afin de ne pas imposer une catégorisation théorique élaborée a priori sur les significations des acteurs. Ses observations et ses questions doivent « inférer ce par quoi les gens se sentent concernés, à partir de leurs façons de parler et d’agir dans une multiplicité de sites naturels10 ».

  • 11  L. Wieder, « Dire le code du détenu. Enquêter sur la culture de prison », dans l’Engagement ethnog (...)

20L’entretien, lorsqu’il cherche simplement à recueillir des informations factuelles, devient alors un outil méthodologique qui peut servir à prolonger les observations faites sur le terrain afin de saisir les différentes interprétations d’un même événement11. C’est que seule l’observation permet au chercheur de restituer l’emploi effectif et situé des catégories des acteurs dans les processus interactionnels, tout en permettant de décrire la manière dont les acteurs mettent en œuvre leurs capacités à agir en commun dans leur monde social. L’enjeu de cette manière de faire de l’ethnographie est de démontrer que les catégorisations produites par les acteurs ne sont pas déterminées par le respect de normes et de valeurs fixées dans une « culture » mais qu’elles sont fonction des situations concrètes dans lesquelles elles sont formulées. On peut ainsi suggérer que chaque type de catégorisation mobilisé dans un cours d’action précis serve à établir un socle de références communes permettant à ceux qui participent à une situation donnée – ici, il s’agit de la descente de la lejna dans un quartier d’habitat informel – d’agir de façon appropriée dans un environnement défini par l’événement dans lequel ils sont pris et en raison des buts qu’ils poursuivent.

Notes

1  I. Berry Chikaoui, A. Deboulet, « Des compétences des citadins : enjeux et illustration à propos du monde arabe », l’Homme et la société, n° 143-144, 2002, p. 65-85.

2  Le cheikh et le moqaddem sont des représentants de l’état à l’échelle des quartiers. Les mrud sont des forces de l’ordre auxilliaires. Tous sont sous l’autorité du ministère de l’Intérieur.

3  P. Chartterjee, la Politique des gouvernés, Paris, éd. Amsterdam, 2009.

4  A. Bayat, Life as politics, Standford, Standford University Press, 2013.

5  R. Ogien, Théories ordinaires de la pauvreté, Paris, PUF, 1983.

6  J.C. Scott, la Domination et les arts de la résistance, Paris, éd. Amsterdam, 2009.

7  R. Emerson, R. Fretz, L. Shaw, « Prendre des notes de terrain. Rendre compte des significations des membres », dans l’Engagement ethnographique, sous la dir. de D. Cefaï, Paris, Editions EHESS, 2010, p. 129-169.

8Ibid., p. 167.

9Ibid., p. 167.

10Ibid., p. 167.

11  L. Wieder, « Dire le code du détenu. Enquêter sur la culture de prison », dans l’Engagement ethnographique, op. cit., p. 183-215.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable