Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Enquêter sur la vie conjugale des ouvrières à Casablanca

Leïla Bouasria

Texte intégral

Je remercie vivement Marie-Pierre Anglade pour sa lecture et ses conseils judicieux.

Mon premier jour de terrain : entre théorie et pratique

1C’était mon premier jour de terrain en tant que doctorante. Je savais que je voulais travailler sur la vie de couple des ouvrières casablancaises, comprendre l’impact du travail à l’usine sur les rôles conjugaux et découvrir en quoi celui-ci était un facteur de transformation des représentations et des pratiques, mais j’ignorais encore beaucoup de choses du monde des ouvrières. Faire du terrain suppose de créer des liens, d’aller à la rencontre des gens et d’oser entrer de plain-pied dans leur vie réelle. Détecter le moment propice pour s’introduire dans un monde qui nous est étranger et dont on est sensé, en définitive, comprendre le fonctionnement, n’est pas chose aisée.

  • 1  H.S. Becker, les Ficelles du métier, Paris, la Découverte, 1998, p. 143.

2Pour une première rencontre, même si l’idée me paraissait embarrassante, j’ai accompagné ma tante chez une de ses connaissances, ancienne ouvrière, qui a accepté de nous accueillir chez elle. Je me souviens m’être retrouvée au bout d’une demi-heure entourée de plusieurs femmes qui toutes avaient clairement l’objectif de comprendre le motif de ma présence. Contre toute attente, la possibilité de mener ce terrain, de prime abord hors d’atteinte, se précisait à revers de ce que j’imaginais, non pas grâce aux réponses de mes interlocutrices, mais à travers les questions qu’elles me posaient. L’artiste plasticien Robert Morris disait que « voir, c’est oublier le nom des choses que nous regardons1 ». En effet, durant ce premier jour de terrain, j’ai justement oublié mes questions pour mieux les reconstruire, affranchie du carcan des théories pour aller au-delà des typologies. Des interrogations fusaient de toute part : « Vous voulez savoir quoi au juste ? » Pour la première fois, j’ai aimé m’écouter répondre à cette question en dehors des cercles académiques. Alors que je tentais de vulgariser ma réponse, je me rendais compte combien les expressions rocambolesques auréolées de jargon sociologique rendaient complexe ma problématique. C’était comme si j’épluchais les mots au fur et à mesure que je les prononçais pour n’en garder que le noyau. J’étais en train de chercher au plus profond de moi le mot simple et juste qui sied à la situation, loin de toute fioriture et de toute envie d’impressionner, et ce souci de faire simple rendait mon sujet de recherche limpide pour la première fois.

Le terrain : une occasion de circonscrire son objet d’étude

3« Pourquoi vous voulez travailler sur les ouvrières ? » Des questions similaires s’enchaînaient les unes aux autres : « Est-ce que vous allez m’interviewer moi alors que j’ai juste travaillé trois mois à l’usine ? Et moi, ça m’arrive aussi d’aller à l’usine, vous voulez me parler aussi ? »

  • 2  D. Kergoat, les Ouvrières, Paris, le Sycomore, 1982, p. 8.
  • 3  S. Lazarus, « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usine », Ethnologies comparées, n° 3, automne, (...)
  • 4  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990, p. 63.

4Ces questions m’ont poussée à faire l’effort de circonscrire mon objet d’étude. Qui sont ces ouvrières, peut-on les percevoir comme une catégorie ? Qu’ont-elles en commun ? Je me suis en effet rendu compte que l’une des raisons qui risquent de brouiller les contours de la catégorie « ouvrière » réside dans la difficulté de les suivre sur une longue durée, compte tenu du caractère discontinu de leur travail. C’est qu’elles font partie de « la classe ouvrière de façon sporadique2 », malgré elles, suivant les fluctuations d’un marché du travail instable. La production fluctue au gré des commandes et des périodes de l’année. Étant donnés les nombreux aléas liés à la confection, il n’est pas rare qu’elles trouvent portes closes à l’usine et se retrouvent du jour au lendemain au chômage. Pour toutes ces raisons, la dénomination « ouvrière » paraît avoir comme « seul espace de consistance l’usine elle-même, et toute tentative d’extension hors de l’usine entraîne la dissolution du mot3 ». Aussi, la notion « d’ouvrières ou de prolétaires […], charriant une certaine surdétermination idéologique et affective, ne présente pas particulièrement la précision requise pour un découpage sociologique rigoureux4 ». Présenter les ouvrières comme un groupe social peut s’apparenter à une assignation qui les enferme dans un collectif et les dote d’une conscience de classe. De là il s’agit de s’interroger sur l’existence d’une classe ouvrière marocaine structurée et organisée.

  • 5  Le nom kariyane désigne le bidonville en arabe. Les ouvriers qui travaillaient dans les chantiers (...)
  • 6  R. Montagne, « Naissance du Prolétariat marocain, enquête collective 1948-1950 », Cahiers de l’Afr (...)
  • 7  A. Kaioua, Casablanca : l’industrie et la ville, Tours, Urbama, 1997.

5Si l’on se réfère à l’histoire des ouvriers au Maroc, on peut évoquer les migrants installés en périphérie formant ainsi la couronne prolétarienne de Casablanca. Les populations du kariyane central5 et du bidonville de Ben M’sick étaient majoritairement constituées d’ouvriers dont les conditions d’existence étaient difficiles. Les femmes y sont plus libres qu’ailleurs. C’est là qu’il faut venir pour observer la vie ouvrière du prolétariat marocain6 ». Pendant toute la période du Protectorat, ce type d’habitat a constitué l’espace de vie de la population ouvrière casablancaise7. Aujourd’hui, la population ouvrière casablancaise a connu des mutations profondes, et il devient difficile de définir généralement ses contours.

Les questions de nos interlocuteurs : une vraie réponse

6« Que voulez-vous trouver ? Il n’y a rien extraordinaire à connaître, c’est une vie normale comme les autres. » Cette question me renvoyait justement à cet effort auquel je m’initiais en tant qu’apprentie sociologue qui est de voir l’extraordinaire dans l’ordinaire et d’apprendre à objectiver les perceptions et démystifier les fausses évidences. « Je sais que vous faites un projet de recherche, mais quel en est l’objectif exactement ? »

7Cette autre question était d’autant plus embarrassante que je sentais d’ores et déjà que ma présence était inappropriée dans le sens où j’étais demandeuse sans pour autant avoir quelque chose à donner ou à échanger en retour. Alors que je redoutais l’inégalité ou l’asymétrie de la relation avec les gens que je rencontrais sur mon terrain, je prenais peu à peu conscience qu’eux aussi m’observaient avec attention et que de leurs observations et de leurs jugements dépendaient les circonstances particulières de mon travail de terrain et, in fine, la fiabilité de mes résultats.

8Durant ce premier jour, je n’ai pas eu de réponses aux questions de ma grille d’entretien, mais j’ai appris à devenir sensible aux réactions qu’elles peuvent susciter, à l’importance du lieu, à la perception des interlocuteurs et au statut qu’ils m’attribuent selon le contexte des rencontres. J’ai compris qu’il était important pour un chercheur de tenter de déceler les perceptions associées à la manière dont il pose ses questions et présente sa position et l’objectif de son étude : pour être de qualité, un entretien ne doit jamais s’envisager selon une dimension unilatérale.

Le choix de la méthode plié au moule des circonstances

  • 8  G. Pinson, V. Sala Pala, « Peut-on vraiment se passer de l’entretien en sociologie de l’action pub (...)
  • 9  D. Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause  (...)
  • 10  S. Beaud, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour « l’entretien ethnographiq (...)

9Dans le cas de ma recherche, l’objectif n’était pas seulement de rapporter des données précises sur la réalité sociale des pratiques ouvrières féminines, mais plutôt de saisir la manière dont cette réalité est construite ou interprétée par les ouvrières8. Dans cette perspective, la parole des ouvrières s’est avérée précieuse pour rendre compte de leur conscience d’actrices. Parce que l’entretien approfondi donne une place éminente à la parole individuelle, il me paraissait de prime abord l’instrument adéquat à l’objectif de mon étude. Il est vrai que le choix d’une méthode s’inscrit naturellement dans une problématique, mais la mise en œuvre des techniques d’enquête n’est pas toujours adaptée aux objectifs ; elle peut être dictée par les circonstances reliées à des éléments indépendants de la volonté de l’enquêteur. En d’autres termes, il ne suffit pas d’avoir à sa portée un protocole d’enquête exemplaire et d’en respecter scrupuleusement les procédures ; rien de cela ne suffit, dans le vif de l’action, à rendre le chercheur « maître des relations qu’il engage ou qu’engagent les enquêteurs9 ». Tout enquêteur est donc amené à réévaluer l’usage de ses techniques au fur et à mesure du déroulement de l’enquête. Aussi, la question liée à l’usage de l’entretien consiste moins « à établir de nouvelles typologies d’entretien qu’à parvenir à apprécier la valeur relative d’ajustement d’un instrument d’enquête à un objet ou à une phase de la connaissance10 ».

10J’ai donc été amenée à devoir réajuster la méthode choisie chemin faisant. La difficulté d’ordre temporel – l’entretien devait se déployer dans le temps qui m’était imparti – m’a fait réfléchir à la possibilité de croiser les deux méthodes, quantitative et qualitative. Il est évident que l’approche quantitative, en isolant des éléments de pratique constitués en variables, ne pouvait à elle seule me permettre la saisie de la logique sociale des conduites et des rapports sociaux. Pour cela, il m’a semblé nécessaire de procéder dans un deuxième temps à des entretiens qualitatifs bien plus approfondis pour compenser les limites liées à la méthode quantitative.

11Cela dit, malgré l’importance des données quantitatives permettant de montrer les variations des pratiques en fonction des déterminants sociaux, j’ai estimé pertinent de privilégier la méthodologie qualitative à travers l’usage de l’entretien semi-directif et approfondi. Le recours à l’une et l’autre des deux méthodes s’est fait au gré des circonstances, me permettant ainsi d’ajuster ma méthode aux contraintes du terrain.

  • 11  E. Soutrenon, « Le questionnaire ethnographique : réflexions sur une pratique de terrain », Genèse (...)

12Si la méthode quantitative s’est imposée d’elle-même au cours de mes enquêtes, elle s’est avérée néanmoins pertinente pour les raisons suivantes. Outre l’efficacité indéniable du questionnaire dans la mise en évidence du recours massif à certaines pratiques (la tontine, la prise en charge financière de certaines dépenses ou l’assignation de tâches selon le genre), il a également un rôle de facilitateur constituant une sorte de balise pour la pratique de l’entretien. Se présenter à l’usine munie d’un questionnaire concis confère tout d’abord un caractère officiel à l’enquête et contribue à atténuer les soupçons des responsables quant à la nature des questions posées. La plupart du temps, la conversation avec l’ouvrière commençait par le questionnaire qui, une fois rempli ou même au fur et à mesure de son administration, débouchait sur bien d’autres sources d’information. Le fait de croiser ces deux méthodes a été à cet égard enrichissant dans la mesure où le questionnaire, d’une part, permettait d’en savoir le plus possible sur les ouvrières en évitant toute digression par rapport aux thématiques centrales et constituait donc, d’autre part, un préambule à l’entretien. Il m’est d’ailleurs arrivé à plusieurs reprises durant l’entretien de me baser sur les informations obtenues dans les questionnaires pour alimenter la conversation ou relancer l’échange11. Le questionnaire devient, en ce sens, le meilleur des supports mais dont il s’agit néanmoins d’apprendre à se libérer au bon moment.

Enquêter sur le privé dans un lieu de travail

13Le défi pour un chercheur qui combine observation et entretiens est de trouver un lieu qui à la fois favorise l’accès à l’information « subjective » déclarée par l’interlocuteur et qui lui permette de devenir partie prenante des situations vécues par les enquêtées de façon à satisfaire ses préoccupations d’observateur. L’usine semblait être le lieu neutre par excellence car à même de favoriser un échange avec les ouvrières, loin de toute perturbation. Les espaces domestiques étaient ces autres lieux d’enquête qui pouvaient me permettre d’accéder aux coulisses de la vie professionnelle de ces femmes. J’ai donc décidé d’investir ces différents lieux au cours de mon terrain.

14Cependant, le choix du lieu sur un terrain ne découle pas d’une décision mûrement réfléchie mais obéit à toutes une série d’imprévus que le chercheur est tenu de gérer au fur et à mesure de l’avancement de son terrain. Le choix de l’usine comme lieu de déroulement de la majorité des entretiens n’était pas voulu au départ mais découlait des circonstances. J’ai essayé au tout début de mon terrain de thèse de contacter des ouvrières par l’intermédiaire de connaissances en commun, mais les contacts étaient difficilement noués et les rendez-vous souvent reportés ou annulés. Il était aussi souvent difficile de créer une occasion pour discuter en aparté avec des ouvrières vivant dans des espaces exigus et étant très prises en dehors de leur temps professionnel.

15La nature de mon objet d’étude, composé d’une population spécifique difficile à localiser, m’orientait également vers les lieux de travail. Le passage par l’usine me semblait de prime abord obligatoire pour établir un premier contact et constituer le carnet d’adresses de mes enquêtées. Au fil des entretiens, l’usine – qui apparaissait au tout début de mes entretiens comme un tremplin – devenait un terrain fécond et favorisait une articulation entre les différents espaces de vie des ouvrières qui, au sein de l’usine, restaient attachées au « nous » ouvrier tout en essayant de construire leur propre récit.

16Finalement, pourquoi pas l’usine comme lieu prépondérant de mes entretiens ? Mais comment, à partir d’une situation de travail, pouvais-je édifier une connaissance des autres situations auxquelles les enquêtées appartenaient ?

17Il est important de noter que, bien que l’objet principal de ma recherche empirique soit les rôles familiaux, l’enquête s’est construite non pas autour de la famille, ni du travail, mais autour des ouvrières en tant que groupe. Ma problématique même questionnant la vie privée à travers une diversité de formes d’action m’interdisait de segmenter les dimensions de la vie et de privilégier a priori un champ par rapport à un autre. La vie de famille de l’ouvrière est largement structurée par les rapports sociaux du travail, et même si mon sujet de thèse ne cherche pas à couvrir cet aspect, il n’en demeure pas moins vrai que les conditions de travail apparaissent toujours en filigrane dans le récit des ouvrières.

18Ainsi, au fil des entretiens, je suis arrivée à penser que les changements survenus au sein de la sphère privée ne pouvaient être appréhendés en dehors des rapports de pouvoir tels qu’ils s’étaient constitués dans l’usine. Il m’a semblé, en effet, pertinent de sortir du cadre de l’institution familiale pour mettre en perspective les relations sociales et les conflits qui s’y nouent avec la vie sociale en usine. Ce changement de perspective m’a également permis de multiplier les angles d’attaque et d’embrasser les différents champs de la sociologie.

Le statut attribué au chercheur filtré au gré des interprétations

19A l’usine, j’ai donc cherché à comprendre, au fur et à mesure des entretiens, le sens donné par mes interlocutrices à cette rencontre ethnographique. Je pensais qu’il était important de garder à l’esprit, pour les entretiens à l’usine, qu’aucune technique n’est neutre et qu’il fallait rester consciente des limites de chaque entretien. Comme tout chercheur sur son terrain, je me souciais de l’image que se feraient de moi mes interlocutrices. D’une part, comme mon accès aux enquêtées était précédé par d’autres étapes (ayant déjà été présentée en mon absence par leur chef de chaîne ou par d’autres ouvrières interviewées précédemment), je savais que les ouvrières avaient retenu au préalable une image provisoire qui circulait dans les ateliers et qu’elles façonneraient par la suite selon leurs propres impressions.

20Cette forme d’accès ne leur fournissait cependant pas suffisamment d’éléments pour m’attribuer une identité. Ayant déjà franchi d’autres étapes d’accès, la part de la négociation dans la sollicitation d’un entretien était faible. Cependant, les premiers entretiens dans chaque usine étaient pour moi stratégiques tant ils conditionnaient l’ambiance dans laquelle se dérouleraient ensuite les autres rencontres.

  • 12  J.P. Olivier de Sardan, « La politique du terrain », Enquête [en ligne], 1 | 1995, mis en ligne le (...)

21Les ouvrières détenaient au préalable des renseignements sur les motifs de ma visite et plus ou moins aussi sur ma thématique. Je restais tout de même consciente que, malgré l’effet de cette appropriation collective de l’enquête, les autres caractéristiques qu’elles allaient découvrir par elles-mêmes pouvaient la faciliter ou au contraire l’entraver. Mon identité allait donc encore être filtrée ou étoffée à partir de codes de « présentation de soi », de ma façon de leur présenter la thématique et aussi du cadre de l’entretien (l’espace et la posture). L’exercice devenait d’autant plus délicat qu’il fallait sur-imprimer une nouvelle identité à celle déjà assignée avant la rencontre. Au regard de toutes ces contraintes, il était plus prudent de réfléchir à une « politique du terrain » à adopter12.

22Dans les différents contextes d’entretien, je tenais toujours à me présenter en tant que « chercheuse en sciences sociales », en précisant immédiatement les trois axes autour desquels tournait ma thématique : la gestion du salaire, la division des tâches et la prise de décision au sein du couple. Ceci dit, cette entrée sur le terrain ne me dispensait guère de questions trahissant une certaine anxiété vis-à-vis des retombées concrètes de cette recherche : « Qu’est-ce qui se passera après ? », « Est-ce que c’est un travail pour la faculté ? », « À quoi vous servira ce travail ? » Ces questions prouvent que le statut de l’enquêteur n’est jamais univoque pour l’enquêté qui cherchera toujours d’autres modes de catégorisation pour interpréter la sollicitation de l’enquêteur et comprendre l’objectif de son interaction.

  • 13  S. Beaud, F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, la Découverte, Guides « Repères », 1998, (...)
  • 14  D. Demazière, « A qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés », Langue et (...)

23Une recherche académique effectuée par une étudiante à titre personnel ne semblait pas être une raison suffisamment convaincante pour justifier le cumul du travail au niveau des chaînes à l’arrêt pendant que l’ouvrière termine son entretien. Le motif de ces entretiens ne leur paraissait peut-être pas « sérieux ». Le mot « sérieux » est ironiquement emprunté à un des responsables de l’une des usines où j’ai effectué mon enquête et qui m’a conseillé de préciser aux ouvrières – surtout aux chefs de chaîne – que ma recherche était commanditée par l’État « pour que ça fasse plus sérieux ». Je n’ai évidemment pas suivi son conseil pour des raisons déontologiques, mais je maintenais une ambiguïté en « laissant du flou dans ma présentation13 ». Il faut dire que le flou autour de mon statut persistait même lorsque les explications que je fournissais autour des buts de ma recherche me semblaient claires. Cette imprécision statutaire s’apparente à « […] ces contre-interprétations par lesquelles le sociologue est rapproché de – voire assimilé à des – figures comme celles du travailleur social, du journaliste, du militant de la cause14 ». D’ailleurs, ayant été souvent introduite dans les usines par des supérieurs hiérarchiques me présentant comme « chercheuse en sciences sociales » (bahitha ijtima’iya en arabe) prêtait souvent à confusion et laissait croire que j’étais une assistante sociale. La thématique de la recherche contribue toujours à orienter les enquêtés vers l’appartenance du chercheur à un champ spécifique. Dans mon cas, le fait que je m’intéressais à la vie personnelle des ouvrières créait une confusion entre mon statut de chercheuse en sociologie et la fonction de psychologue que l’on m’attribuait bien souvent.

24Par ailleurs, dans la mesure où le cadre dans lequel se déroulait l’entretien était également porteur de sens, je précisais toujours aux interlocuteurs qui me présentaient les ouvrières dans les usines qu’il était indispensable pour moi de pouvoir discuter avec les ouvrières dans un lieu fermé où elles pourraient s’exprimer librement sur des sujets personnels. Cette formule me permettait de mener plusieurs entretiens d’affilée.

25Dans les trois dernières usines où j’ai effectué mes entretiens, j’étais donc installée dans un bureau où je pouvais recevoir les ouvrières et où les entretiens se déroulaient en face à face. Ce faisant, la configuration des places a dû renforcer le mécanisme d’assignation statutaire commandant des schémas de pensée spécifiques, d’autant plus que le contexte faisait penser à un entretien clinique thérapeutique. Cette ambiguïté statutaire découlait aussi du fait que les ouvrières n’étaient pas habituées à recevoir des sociologues enquêtant sur leur vie privée sur leur lieu de travail. Comme c’est un sujet de recherche considéré comme familier dans d’autres disciplines telles que la psychologie, le choix de cette thématique leur paraissait en effet inapproprié dans un contexte de travail. Une ouvrière m’a clairement dit à la fin de mon passage à l’usine que, malgré mes explications, elle continuait à me considérer comme une psychologue, concluant ainsi : « Ça nous fait énormément de bien de vous parler de notre vie et de vous confier nos problèmes. » Cette remarque m’a tout de suite renvoyée à la difficulté de délimiter le champ d’investigation sociologique qui parfois peine à intégrer l’aspect intime généralement considéré comme étant l’objet de la psychologie.

Les stratégies d’enquête à l’usine

  • 15  A. Arrif, « Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca », Ethnologie française, n° 2 (...)

26Concernant l’enquête sur le lieu de travail, je me suis également demandé si les ouvrières rencontrées à l’usine ne se sentaient pas en quelque sorte obligées d’entrer dans la situation d’enquête. Il fallait donc les mettre à l’aise en adoptant une position d’écoute, de bienveillance et en usant de tous les éléments susceptibles de nous rapprocher. Comme beaucoup des ouvrières étaient originaires de la région de la Chaouia, j’utilisais souvent « la parenté à plaisanterie » comme le préconisait Abdelmajid Arrif dans son travail de terrain. Je leur précisais exactement le nom du douar d’où j’étais originaire en leur disant qu’on était bnat a’m (cousines). Cette affinité était supposée « nous rapprocher et réactiver les ressorts de la solidarité et des rapports symboliques de cousinage15 ».

  • 16  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers, hommes et femmes du Nord, op. cit.

27Au début de l’entretien étaient également précisées aux ouvrières quelques règles élémentaires de fonctionnement comme le respect de l’anonymat, la confidentialité des données et leur libre choix de refuser et ensuite d’arrêter l’entretien pendant son déroulement. Ces consignes conféraient à l’enquête une forme moins autoritaire qui prend en compte le consentement de l’enquêtée. Il fallait aussi rester attentif à leurs manières indirectes de refuser en esquivant les questions, en restant silencieuses ou en répondant de façon évasive pour raccourcir le temps de l’entretien. Elles devaient être persuadées de contrôler l’étendue de ce qu’elles voulaient bien me livrer sur elles. En ayant recours à ces stratégies, je ne prétendais pas pouvoir redresser cette asymétrie ou neutraliser ce qui est qualifié de violence symbolique propre à la situation ; mais je voulais au moins réduire cette perturbation pour la maintenir dans les limites du raisonnable16.

Enquêter en dehors de l’usine : saisir la dynamique des interactions dans l’espace privé

28Dans certaines usines où je me heurtais à des contraintes temporelles différentes avec plages horaires plus courtes, j’optais au contraire pour le questionnaire. N’ayant pas pu creuser certains thèmes, je profitais tout de même de l’occasion pour établir un premier contact permettant une seconde rencontre en dehors de l’usine. Il est important de préciser que les rendez-vous pris en dehors de l’usine n’avaient pas seulement pour souci de donner le primat épistémologique à l’observation ni de réaliser un suivi longitudinal qualitatif mais visaient surtout à comprendre la façon dont les données sont construites ainsi que les conditions de leur production.

29C’est en comparant les résultats des entretiens dans les foyers et ceux dans l’usine que j’en suis arrivée à mieux saisir non seulement les limites et les effets positifs de chaque méthode mais surtout la richesse d’une méthodologie diversifiée et multi-située. Alors que ma place, en enquêtant à l’usine, était très vite construite et la marge d’interprétation de ma présence moins grande, les rencontres dans les foyers inscrivaient la relation dans l’interaction et se soumettaient, de ce fait, à toutes les règles de l’échange qui la régissent. En parallèle à la considération spatiale, il est important de préciser que la dimension temporelle a aussi joué en faveur de la réussite des entretiens à l’usine. Le temps qu’elles me consacraient était dérobé au travail, tandis que nos rencontres en dehors du temps professionnel constituaient une intrusion dans leur temps personnel, ce qui leur donnait plus l’impression d’être dans une position de don de soi.

30J’ai aussi remarqué, à l’issue de ces rencontres, que les entretiens effectués en dehors de l’usine étaient plus caractérisés par la réciprocité qui définit le véritable échange. Ma présence chez elles, dans leur monde, dévoilait aussi un peu plus ma position dans la société par rapport à elles et faisait justement remonter à la surface les rapports de pouvoir liés aux différences de statut. L’enquête prenait une tout autre orientation quand l’ouvrière acceptait de me donner un deuxième rendez-vous après notre première rencontre à l’usine. Le fait qu’elles participaient de leur plein gré à l’enquête les rendait souvent réceptives à mes attentes d’enquêtrice. Elles voulaient souvent aussi comprendre ce qui, dans leurs cas, était si intéressant et encourageant pour stimuler ma volonté de renforcer la relation. Elles voulaient saisir la représentation que je me faisais d’elles avant d’accepter d’entrer dans l’échange. Aussi, elles cherchaient à rapprocher notre interaction des relations sociales dont elles ont l’habitude afin de réduire le degré d’incertitude de ce genre d’échange, inédit pour elles.

31De ce fait, il semble compréhensible que les statuts qu’on me prêtait à l’extérieur étaient différents de ceux auxquels on m’assimilait à l’usine. En assumant la négociation de mon statut toute seule sans passer par un relais institutionnel qui se portait en quelque sorte garant quant à un statut légitime, les ouvrières me prenaient pour une journaliste (« j’espère que je ne trouverai pas ma photo demain dans un journal ») et s’assuraient qu’il n’y avait aucune caméra cachée.

32Le sens donné par l’enquêtée à la relation d’enquête permet aussi de mettre en lumière certains aspects décisifs dans mon étude de la vie privée. Même si, à l’usine, j’étais surprise d’écouter les ouvrières me livrer des épisodes intimes de leur vie, j’étais certaine que les deuxièmes rencontres pouvaient me révéler beaucoup d’autres choses. Les informations corrigées ou remises en question lors d’un deuxième entretien faisaient toujours ressortir une sorte de malaise chez l’ouvrière. Certaines me disaient, au tout début de l’entretien, que l’organisation financière était égalitaire au sein du couple pour revenir vers la fin et avouer sur un ton plaintif l’asymétrie des rôles à travers une répartition inégalitaire des dépenses dont la charge pesait exclusivement sur elles. L’ordre était ainsi clairement inversé quand on abordait la répartition des tâches dont l’inégalité relevait plutôt de la norme.

33Les deuxièmes entretiens dans les foyers m’aidaient aussi à voir comment les enquêtées gèrent le secret face au collectif (famille, réseaux sociaux, etc.) et à l’autre sexe et composent ou négocient avec les normes dominantes de l’interaction. Par exemple, les stratégies auxquelles elles ont eu recours pour réussir à me rencontrer ou m’accueillir chez elles discrètement étaient soutenues par les représentations qu’elles avaient de leurs rapports familiaux. Souvent, en présence d’autres membres de leur famille, elles s’écartaient délibérément du sujet. Cette présence familiale pouvait servir à souligner leur refus de s’isoler avec moi pour dissiper les doutes de trahison des secrets familiaux à une personne étrangère. Il ne faut pas oublier aussi que mon «  ingérence » en tant que chercheuse qui veut comprendre et pose des questions sur une construction sociale ou bien sa transgression menace de l’exposer publiquement et de la soumettre à des questions de légitimité. J’essayais donc de comprendre comment les seuils d’accessibilité se déclinaient différemment en famille ou à l’usine. L’ouvrière chez elle n’était pas dans un lieu intime mais dans un espace partagé. Son vécu et sa vie quotidienne étaient aussi partagés, et il fallait les préserver, aux yeux des proches, du regard inquisiteur.

  • 17  Richard Hoggart, cité dans A. Thalineau, « L’hébergement social : espaces violés, secrets gardés » (...)

34Je reprendrai ici un propos classique, celui de Richard Hoggart lorsqu’il parle du foyer en milieu ouvrier : « Le groupe familial ne préserve pas l’intimité de ses membres les uns par rapport aux autres. […] Presque tout est commun aux différents membres de la famille, y compris la personnalité17. »

35Le « je » est inséré dans le « nous » du groupe familial. Même si, de nos jours, les membres d’une même famille disposent d’espaces sociaux d’expression de leur individualité, la morphologie de l’espace domestique privé garde une configuration tout à fait particulière reflétant la primauté du groupe sur l’individu. Ce caractère fusionnel entre les membres de la famille n’autorise pas l’ouvrière à s’asseoir en aparté pour discuter avec « une étrangère » à propos d’affaires familiales dont les membres partagent l’intimité. Les non-dits dans la famille s’apparentent aux pratiques qui transgressent la norme et peuvent être facilement, dans ce cas, amalgamés à la honte de dévoiler une pratique intime.

  • 18  A. Thalineau, « L’hébergement social : espaces violés, secrets gardés », idem.

36Évoquer le terme d’intimité revient à poser l’existence d’une limite séparant deux mondes, un monde que les autres ne peuvent pas voir sans un accord préalable de l’individu et un autre visible de tous18. S’entretenir secrètement avec une étrangère laissait croire aussi qu’il existait des zones d’ombre dans leur vie, donc des aspects illégitimes de leur existence.

37Rencontrer les ouvrières en dehors de l’usine dans leur espace de vie quotidien m’a donc permis de saisir la dynamique des relations sociales qui fondent l’espace de vie, de savoir aussi comment elles perçoivent l’intime, comment elles le gèrent et le séparent du reste. L’intime englobe ces zones sombres du vécu des ouvrières qui ne se dévoilaient que plus tard dans la discussion et qui ne faisaient jamais l’objet des discussions de groupe, même dans un cadre privé. L’intime était souvent précédé d’un signal qui insistait sur son caractère secret : « Ici à l’usine personne ne le sait, tout ça reste bien entre nous. »

38Les ouvrières semblaient toujours différentes chez elles, comme si elles n’arboraient plus que leurs identités d’épouse et de mère. Celles auxquelles j’ai rendu visite étaient d’ailleurs souvent absorbées par les formalités de réception, préparant le thé et conversant avec les invités ; leur discours devenait aussi très général, normatif, comme si elles étaient rappelées à l’ordre régissant l’espace privé. Leurs critiques étaient aussi ponctuées de rires et de plaisanteries, comme pour se désengager de propos jugés transgressifs. Les ouvrières se devaient donc de préserver l’honneur masculin en gardant secrets (ster) leurs problèmes, ce qui est preuve d’endurance. En choisissant d’interroger des femmes mariées, j’interpellais donc la facette « socialement conforme » de la vie de ces femmes. Ce qui était révélé en public était ce qui relevait de la norme et ne remettait pas en question ce qui ne l’était pas.

Le genre sur le terrain : entre l’empathie féminine et la posture de dénonciation

  • 19  J’essaie de mettre en évidence le genre comme atout sur un terrain féminin, mais je ne nie pas par (...)

39D’autres caractéristiques dans ma posture de recherche ont joué également en faveur de l’entretien. J’étais consciente, en parlant aux ouvrières qui critiquaient les hommes en généralisant certains traits masculins négatifs, qu’il y a des informations qu’elles ne partagent que sous certaines conditions de sexe19.

  • 20  Par la double dissymétrie, Bourdieu se réfère à la position de l’enquêté par rapport à l’enquêteur (...)
  • 21  P. Bourdieu, « A propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en science (...)

40Je me rappelle d’un terrain de trois mois en 2006, durant ma grossesse ; cette caractéristique externe dévoilait ma position dans le cycle de vie et attirait la sympathie des ouvrières qui, à partir de cette donnée visible, pouvaient enchaîner sur des questions d’ordre privé. J’admets donc le rôle du sexe dans la signification que l’enquêté donnait à l’interaction. Les entretiens en dehors de l’usine nous donnaient l’occasion de faire plus ample connaissance et de partager nos expériences en tant que mères et en tant qu’épouses. Il était donc évident que « notre communauté de sexe primait sur la double dissymétrie20 de la relation enquêtrice-enquêtée21 ».

  • 22  M. Joël-Lauf, « L’intimité des femmes incarcérées : une expérience de terrain », Ethnologie frança (...)

41Les ouvrières me disaient souvent, en faisant référence à leur sens de la responsabilité et du dévouement familial : « nous les femmes » et, en dénonçant le détachement masculin, « eux les hommes » ou « tu connais les hommes ». Je savais aussi que si elles me racontaient certaines choses, c’est « qu’elles me prêtaient une expérience similaire dans le rapport aux hommes22 ». La compréhension de cette particularité de nos interactions m’a permis de mettre en lumière le système de représentations vis-à-vis de certains aspects relatifs à leur vie privée.

42Aussi, la situation d’interaction mettait en avant mon identité professionnelle et venait bousculer les représentations traditionnelles des sphères d’identification sexuées. Quand les ouvrières tenaient un discours qui supposait que la place des femmes est au foyer, elles s’empressaient souvent de nuancer leurs propos en citant des métiers d’exception ou par exemple en s’adressant à moi, en comparant le métier précaire et instable des ouvrières « au travail que vous exercez, assise tranquillement derrière un bureau, tenant un stylo à la main ».

43Néanmoins, Cette identification peut être à double tranchant. Quand les ouvrières axaient leurs discours sur le rapport à l’autre sexe en sollicitant sans cesse mon empathie « féminine », je me demandais si, face à un homme, elles ne prendraient pas plus la parole pour rendre compte de leur conscience en tant qu’actrices loin de toute optique de dénonciation de la domination masculine. D’ailleurs, à travers les modes d’intervention que j’utilisais dans les relances au cours de l’entretien, j’essayais d’orienter la forme des réponses vers un registre « modal » qui les faisait plus parler de leurs propres représentations. Quand elles disaient par exemple « les hommes ne sont jamais responsables », mon intervention pouvait être faite soit selon un schéma modal (« vous sentez que toute la responsabilité vous revient tout le temps ? »), soit sur un mode référentiel (« les hommes se dérobent de leurs responsabilités ? »). La première relance les faisait sortir du rapport à l’autre pour mieux les recentrer sur leurs propres attitudes et représentations, alors que la deuxième leur donnait l’occasion de clarifier leur point de vue tout en restant dans la description de la situation en dehors d’elles-mêmes.

44Cette posture de dénonciation est aussi à replacer dans un contexte socio-politique marqué par des réformes majeures touchant aux droits des femmes et qui se présentaient en 2006 comme l’aboutissement de luttes ardues menées, entre autres, par des militantes féministes. Être une femme qui enquête sur la répartition des tâches et la prise de décision dans le couple évoquait pour beaucoup l’idée d’une revendication de droits et/ou d’une campagne de sensibilisation.

  • 23  J.C. Kaufmann, la Trame conjugale : analyse du couple par son linge, Editions Nathan, 1992, p. 25.

45Une ouvrière m’a précisé que son mari lui avait dit qu’il était sûr que je faisais partie d’une association féministe qui diffuse son discours sur les droits des femmes et lui avait donc demandé de me dire en plaisantant que c’était lui qui devait réclamer des droits. Cette intervention masculine peut renvoyer à plusieurs raisons et nous renseigne indirectement sur les représentations masculines des rôles conjugaux. Il est vrai que, sur nos deux terrains, les réseaux masculins étaient difficiles à pénétrer, mais il est intéressant aussi de cerner les raisons de cette difficulté. Le discours est-il justement menaçant pour cet entourage quand les injonctions cessent d’être silencieuses23 ? Poser des questions sur la répartition des tâches ne suppose-t-il pas d’emblée une remise en question d’une évidence ou d’un ordre établi ?

46En fin de compte, il semble évident que le genre du chercheur joue pour beaucoup dans l’orientation du choix des thématiques. Cette posture de dénonciation qui était justement exacerbée face à une femme enquêtrice m’a justement amenée à développer davantage la thématique du conflit dans le couple. D’ailleurs, le dernier chapitre de ma thèse consiste en une analyse des sources de friction rapportées à travers les propos des ouvrières, comme les sorties / circulation dans l’espace public, les conflits liés à l’argent et les tensions avec la belle-mère. J’ai essayé d’explorer ces formes de dénonciation dans tout ce qu’elles présentent comme différences de perceptions et d’attentes de genre qui se cristallisent dans des confrontations à l’origine de conflits.

La neutralité et le désir de reconnaissance à la rescousse du chercheur

  • 24  G. Mauger, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 1, vol. 6, 1991, p. 125-143.
  • 25  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, op. cit.
  • 26Ibid., p. 43.

47La quête de neutralité de la situation d’enquête n’est pas seulement une illusion24 : les efforts visant à y aboutir peuvent nous faire négliger de nous servir à bon escient de toute perturbation, considérée à tort comme un obstacle épistémologique25 plutôt que comme une « source de connaissance ». Autrement dit, il faut tirer profit des effets induits par le cadre perturbant en faisant fonctionner le rôle attribué à l’enquêteur comme « […] un catalyseur de réactions susceptibles de se charger en valeurs symboliques, et donc d’instruire sur le monde de l’enquêté26 ».

  • 27  M. Joël-Lauf dans O. Schwartz, op. cit.

48J’allais donc avoir des discours induits par cette assignation statutaire en tant qu’élément perturbateur dans l’enquête. Bien que, dans mon cas, je ne fusse pas dans une situation d’observation, le cadre du déroulement des entretiens, à l’instar d’Olivier Schwartz aux yeux de ses ouvriers, me conférait une forte légitimité sociale et intellectuelle qui peut être derrière cette forme de reconnaissance à mon égard. Tout comme Myriam Joel-Lauf sur son terrain mené avec des détenues, je pouvais ressentir, par moments, leur fierté de participer à cette recherche et d’être le centre d’un intérêt intellectuel. Cette distance culturelle les amenait finalement « à vouloir se faire observer sous un certain angle afin de faire valider une part d’elles-mêmes27 ». Le fait de les écouter signifiait que leur vie privée au-delà de l’espace de l’usine était digne d’intérêt. Le regard d’un chercheur, qui peut valoir comme « instance de légitimation », faisait ici écho à une soif de reconnaissance sociale :

  • 28Ibid., p. 43.

49« Tout se passe comme si la force de l’ethnologue consistait dans sa capacité – liée au statut qu’on lui prête – d’attirer vers lui des éléments du monde privé qui avaient jusque-là vainement insisté pour se faire reconnaître, en sorte que par une étrange dialectique du public et du privé, c’est parce qu’il est au plus haut point une personne publique, douée d’un pouvoir de sanction, qu’il attire des expressions privées en quête de reconnaissance28. »

50Je me sentais ainsi guidée par ce désir de reconnaissance jusqu’à l’intimité de mes enquêtées. Le fait qu’elles m’assimilaient à un psychologue y était également pour beaucoup dans les révélations d’aspects intimes de leurs vécus. Aussi, le fait de se retrouver dans un lieu fermé, en face à face, leur donnait l’impression que leurs paroles restaient enfermées dans le contexte dans lequel elles les communiquaient, et ce dispositif encourageait, de ce fait, la confidence. J’ai été surprise d’écouter les ouvrières me raconter leurs histoires sans se soucier de mon jugement, conscientes que j’étais simplement de passage.

51Cette possibilité d’accès à une sphère privée était rendue possible par ma position temporaire d’extranéité et la neutralité que suggérait le lieu. Est-ce parce que je leur offrais une occasion de communication affranchie de toutes les contraintes qui pèsent naturellement sur tous ces échanges qu’elles se sentaient libres de se confier ? L’entretien est, sans nul doute, grandement facilité par l’allègement des contraintes qui pèsent habituellement sur les échanges. On peut affirmer que les ouvrières saisirent l’occasion de s’exprimer dans une revendication intuitive de droit à la reconnaissance. Les remerciements des ouvrières à la fin des entretiens et aussi le fait qu’elles sollicitaient de me rencontrer renversaient les rôles en quelque sorte en les mettant dans une position de « demandeuses » ce qui pouvait aussi équilibrer les règles de l’échange.

Notes

1  H.S. Becker, les Ficelles du métier, Paris, la Découverte, 1998, p. 143.

2  D. Kergoat, les Ouvrières, Paris, le Sycomore, 1982, p. 8.

3  S. Lazarus, « Anthropologie ouvrière et enquêtes d’usine », Ethnologies comparées, n° 3, automne, 2001.

4  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990, p. 63.

5  Le nom kariyane désigne le bidonville en arabe. Les ouvriers qui travaillaient dans les chantiers de construction de la centrale thermique des Roches noires avaient implanté les premières baraques des années 20 à côté d’une carrière, les « carrière centrales » ou kariyane central en arabe marocain.

6  R. Montagne, « Naissance du Prolétariat marocain, enquête collective 1948-1950 », Cahiers de l’Afrique et de l’Asie III, Peyronnet et Cie, Paris, 1950, p. 161, réédition Centre Jacques Berque, 2016, http://books.openedition.org/cjb/556.

7  A. Kaioua, Casablanca : l’industrie et la ville, Tours, Urbama, 1997.

8  G. Pinson, V. Sala Pala, « Peut-on vraiment se passer de l’entretien en sociologie de l’action publique ? », Revue française de sciences politiques, n° 5, vol. 57, 2007, p. 10.

9  D. Bizeul, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, n° 4, vol. 39, 1998, p. 4.

10  S. Beaud, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour « l’entretien ethnographique » », Politix, n° 35, vol. 9, 1996, p. 11.

11  E. Soutrenon, « Le questionnaire ethnographique : réflexions sur une pratique de terrain », Genèses, vol. 60, 2005, p. 121-137.

12  J.P. Olivier de Sardan, « La politique du terrain », Enquête [en ligne], 1 | 1995, mis en ligne le 8 janvier 2007, consulté le 7 octobre 2014. URL : http://enquete.revues.org/263.

13  S. Beaud, F. Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, la Découverte, Guides « Repères », 1998, p. 117.

14  D. Demazière, « A qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés », Langue et société, n° 121-122, 2007, p. 32.

15  A. Arrif, « Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca », Ethnologie française, n° 2, tome 37, 2001, p. 37.

16  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers, hommes et femmes du Nord, op. cit.

17  Richard Hoggart, cité dans A. Thalineau, « L’hébergement social : espaces violés, secrets gardés », Ethnologie française, n° 2, vol. 37, 2002, p. 3.

18  A. Thalineau, « L’hébergement social : espaces violés, secrets gardés », idem.

19  J’essaie de mettre en évidence le genre comme atout sur un terrain féminin, mais je ne nie pas par ailleurs que cette sororité féminine puisse être parfois perturbée par d’autres attributs extérieurs liés à la classe, au statut et à l’origine.

20  Par la double dissymétrie, Bourdieu se réfère à la position de l’enquêté par rapport à l’enquêteur qui oriente l’enquête et dirige son déroulement et à la différence en matière de capitaux.

21  P. Bourdieu, « A propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, vol. 93, 1993, p. 32-36.

22  M. Joël-Lauf, « L’intimité des femmes incarcérées : une expérience de terrain », Ethnologie française, n° 3, vol. 39, 2009, p. 551.

23  J.C. Kaufmann, la Trame conjugale : analyse du couple par son linge, Editions Nathan, 1992, p. 25.

24  G. Mauger, « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 1, vol. 6, 1991, p. 125-143.

25  O. Schwartz, le Monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, op. cit.

26Ibid., p. 43.

27  M. Joël-Lauf dans O. Schwartz, op. cit.

28Ibid., p. 43.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable