Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Approcher, détourner, écarter le regard

L’observation du politique au prisme de ses représentations hégémoniques

Irene Bono

Texte intégral

Pointer la lune ou regarder le doigt ? Enjeux de délimitation du terrain quand on travaille sur des objets d’étude à la une

1Affirmer que ce que nous sommes amenés à observer est ce que l’on voit le plus peut paraître comme une lapalissade. Tout chercheur qui s’apprête à commencer une expérience de terrain est cependant sensible à ce genre de constat, d’autant plus s’il n’appartient pas à la société qui est l’objet de son étude. Quand on débarque dans une situation dont on n’a jamais fait d’expérience directe, on commence en effet à la connaître par les éléments les plus visibles, car ceux-ci sont aussi les plus accessibles : on écoute les discours et les débats à la une, on lit la presse, on apprend à connaître les répertoires discursifs et symboliques par lesquels on parle, pense et analyse le politique, ainsi que les acteurs qui en sont les porteurs et les manifestations à travers lesquelles ils se reflètent. C’est souvent sur la base de ces éléments que l’on se trouve à choisir des objets d’étude à la une du débat.

  • 1  A. Gramsci, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1983.

2Faire du terrain sur des phénomènes largement débattus pose un problème non négligeable : les représentations les plus visibles du monde social et politique sont en général issues des conceptions de ce monde les plus diffusées et consolidées au sein d’un certain groupe social. Pour le dire avec Gramsci, les représentations hégémoniques du réel apparaissent enracinées dans le sens commun, ce qui amène à ne plus y penser de manière problématique, tout comme s’il s’agissait des seules conceptions possibles de ce monde1. Il y a au moins deux enjeux qui se posent au chercheur qui veut comprendre comment délimiter son terrain sans que le fait de travailler sur un objet d’étude largement débattu ne conditionne le choix des acteurs et des processus qu’il souhaite observer : il s’agit de comprendre comment observer ce qui apparaît au-delà des représentations hégémoniques et qui reste le plus souvent à l’ombre de celles-ci, et d’arriver à saisir les conflits et les rapports de forces à la base du processus de formation et d’affirmation des telles représentations.

3Dans les pages qui suivent j’essaierai de tirer quelques suggestions d’ordre méthodologique de différentes expériences de terrain que j’ai menées autour de trois thèmes qui sont largement influencés par les modalités dominantes de parler, de penser et d’analyser le politique au Maroc durant ces derniers années : la participation de la société civile, l’inclusion des jeunes et la mémoire des « années de plomb ». Dans ces différents cas, comprendre comment maîtriser les manières consolidées de penser ces thèmes s’est révélé une exigence méthodologique préalable à la délimitation des terrains auxquels je me suis intéressée. Le choix d’illustrer trois différentes expériences vise à suggérer qu’il n’y a pas une seule manière de maîtriser la dialectique inévitable entre objets d’étude et terrains : les stratégies qui m’ont amenée à approcher, détourner ou écarter mon regard par rapport aux conceptions dominantes ont eu dans les trois cas des répercussions très différentes sur le déroulement de mes enquêtes de terrain.

Observer la participation à l’époque de l’Initiative nationale pour le développement humain

  • 2  Ce programme a été l’objet des recherches que j’ai menées dans le cadre de la préparation de ma th (...)

4Quand je me suis rendue pour la première fois au Maroc, la « participation » (musharaka en arabe) m’a parue être un maître-mot du politique2. A peine un an et demi après le lancement de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), la participation de la société civile figurait à la une des stratégies envisagées pour lutter contre la pauvreté et pour assurer une véritable démocratie. Dans les documents officiels, les discours médiatiques et le débat politique avec lesquels je cherchais à me familiariser, ce programme royal, aujourd’hui arrivé à sa deuxième phase, était décrit comme une priorité nationale : le roi Mohammed VI avait défini la lutte contre la pauvreté comme son « chantier de règne », invitant les acteurs associatifs et politiques locaux à se mobiliser aux côtés des représentants du pouvoir central pour atteindre cet objectif.

5Avant même de décider par où commencer mes observations, j’ai été sensible au fait d’entendre utiliser le terme « participatif » pour pointer un éventail de phénomènes qui allait bien au-delà des activités prévues par l’initiative royale. Aussi bien dans la presse et les débats politiques que dans les discours que je commençais à entendre dans les milieux universitaires, j’entendais certes parler de politiques et de procédures participatives, mais aussi et peut être encore plus de démarches, d’approches, de visions, de soucis et de sensibilités participatives qu’un acteur quelconque pouvait manifester dans n’importe quelle activité, quels que soient son but ou son contenu. La fréquence des discours sur la participation de la société civile, associée à la variété des phénomènes auxquels de tels discours se réfèrent, me paraissait offrir des arguments à la fois trop précis et trop vagues pour délimiter les contours de mon terrain et arriver à identifier la nature des acteurs et des actions sur lesquels concentrer mon observation.

Approcher le regard : le politique au quotidien à El Hajeb

  • 3  Cette approche s’inspire notamment de M. de Certeau, l’Invention du quotidien : I. Arts de Faire, (...)

6Pour délimiter le terrain à partir duquel explorer mon objet d’étude, plutôt que de circonscrire au préalable la définition des comportements à observer pour comprendre la participation, j’ai décidé de circonscrire l’échelle à laquelle observer les différentes actions définies dans ces termes. Sans me demander qu’est-ce que c’est la participation, j’ai choisi de me demander qu’est-ce qu’on fait de la participation au quotidien3, en comprenant cette dernière comme un mot valise dont les appropriations plurielles et généralisées, qui ne sont pas définies au préalable, peuvent aider à saisir les rapports de pouvoir et les redéploiements du politique dans un contexte précis. La ville d’El Hajeb, située au cœur des territoires de la tribu berbère des Beni M’tir entre la plaine agricole de Saïs et les premiers contreforts du Moyen Atlas, m’a paru être un site d’observation adapté à mes exigences, considérant la haute attention réservée par les acteurs locaux à l’initiative royale. Approcher le regard a ainsi signifié remettre l’expérience de la participation dans la trajectoire politique d’El Hajeb, pour identifier les différentes expériences passées qui contribuaient à forger les significations associées au fait de participer au niveau local, et les différents comportements et conduites qui rapprochent les acteurs se revendiquant au quotidien comme pratiquant la participation d’une quelconque manière.

7Mon travail m’a alors amenée à recueillir les récits de vie de plusieurs acteurs locaux impliqués dans les différentes activités dites participatives : des militants associatifs, des fonctionnaires en charge des politiques participatives, des bénéficiaires de leurs activités. L’objectif était de comprendre le parcours qui avait amené chacun de ces différents acteurs à s’impliquer autour de l’initiative royale, leurs expériences antérieures, leurs rapports réciproques, ainsi que les transformations de la ville dans le temps. J’ai combiné les récits de vie et les entretiens avec des personnes ressources à un travail sur des sources documentaires historiques et à une intense activité d’observation. Les bureaux de la Province consacrés à la mise en œuvre de l’INDH et les locaux des associations et coopératives impliquées ont été des lieux d’observation privilégiés. Une fréquentation des quartiers et des cafés m’a amenée à m’interroger sur les conflits et les rapports de force entre les différents acteurs se revendiquant de la participation.

« On ne pose pas ce genre de questions » : enjeux de désirabilité du terrain

8J’ai reçu un accueil très favorable à mon arrivée à El Hajeb. Dans les premiers mois de mon enquête j’ai pu avoir un accès assez simple aussi bien aux membres des associations impliqués dans des projets participatifs qu’aux représentants des autorités chargées de la mise en œuvre de l’Initiative royale au niveau local. Aussi bien les membres des associations que les fonctionnaires m’ont ouvert les portes de leurs locaux et de leurs bureaux, ils ont consacré des heures à répondre à mes questions et à débattre avec moi de leurs activités et m’ont associé volontiers à leurs réunions. Quand, lors d’un événement officiel, j’ai été introduite auprès d’un représentant d’un bailleur de fonds international de passage à El Hajeb comme si j’étais « une chercheure de l’Union européenne qui va nous aider à monter des projets », j’ai eu la mesure de l’intérêt que les acteurs locaux portaient à l’arrivée d’une chercheure – d’une chercheure étrangère en plus ! – s’intéressant à la participation au niveau local. A l’heure des diagnostics participatifs et de la mise en concurrence des territoires et des associations pour obtenir les financements nécessaires à la conduite des politiques participatives, mener une recherche sur ces thèmes était perçu par les acteurs locaux comme une opportunité pour gagner en visibilité et en prestige.

9L’attention portée au niveau local au déroulement de mon étude, associée aux expectatives suscitées par ses résultats, a contribué à redéfinir la marge de manœuvre qui m’était reconnue comme légitime sur le terrain. A plusieurs reprises, le choix de mes interlocuteurs, les thèmes de mes questions et les sites de mes observations ont été compris comme des « débordements » en dehors du champ de la participation. Mes interlocuteurs n’ont pas caché leur surprise, voire des fois leur gêne. Aux yeux de certains représentants des autorités, du moment où j’ai élargi l’éventail des acteurs et des pratiques locales à observer, mon rôle sur le terrain s’est progressivement transformé de désirable en fastidieux. L’intérêt que j’ai consacré à des questions considérées le plus souvent en dehors de la manière avec laquelle la participation était pensée et discutée au niveau local à la suite du lancement de l’INDH m’a rendue une interlocutrice fiable aux yeux de ceux parmi les représentants du tissu associatif local qui se sentaient exclus par les politiques participatives promues. Le processus de redéfinition du rôle qui m’a été attribué et le redéploiement par conséquent des interactions sur le terrain ont ouvert des occasions d’observation très intéressantes pour saisir le déroulement du politique au quotidien à El Hajeb à l’heure de la participation.

Observer la jeunesse à l’heure du Mouvement du 20 Février

  • 4  Ce thème a fait l’objet d’un projet de recherche que j’ai mené depuis 2011 dans le cadre des activ (...)

10Le rôle de la jeunesse dans la version marocaine du Printemps arabe est le deuxième phénomène qui a interpellé mon attention4. Depuis l’apparition du Mouvement des jeunes du 20 Février, les jeunes au Maroc ont souvent été décrits comme un groupe social homogène, dont la mobilisation se ferait autour d’intérêts spécifiques et différents de ceux du reste de la société. Les jeunes, considérés comme les porte-parole par excellence du mécontentement ayant suscité l’attention du public en 2011, sont le plus souvent considérés comme les acteurs les plus touchés par l’injustice sociale qui a fait l’objet de leurs revendications.

11En observant davantage ce phénomène, mon attention a été attirée par le nombre de diagnostics et de données sur l’exclusion des jeunes qui ont été convoqués depuis pour illustrer l’urgence de l’entité du problème. La production et la mobilisation de ces chiffres me sont apparues comme étant le préalable pour dénoncer et gouverner le phénomène. A l’appui de ces chiffres, plusieurs politiques économiques, sociales et culturelles en lien avec les demandes de justice sociale ont été promues en ciblant les jeunes : politiques visant la réduction du chômage, l’amélioration des conditions de vie, le renforcement de la capacité de plaidoyer pour mieux intervenir sur l’agenda public, l’organisation d’auditions, de campagnes de sensibilisation, de forums de discussion, l’élaboration de mémorandums ou tout autre activité visant à améliorer leur accès à l’emploi… Les jeunes sont ainsi devenus les bénéficiaires par excellence des politiques (aussi bien nationales qu’internationales) qui ont suivi la version marocaine du Printemps arabe.

Détourner le regard : la démographie de l’injustice sociale

  • 5  Cette approche s’inspire notamment de A. Desrosières, la Politique des grands nombres : histoire d (...)

12Devant la difficulté de saisir avec précision les contours de la jeunesse et la nature de l’inclusion souhaitée, pour délimiter le terrain à partir duquel explorer mon objet d’étude, j’ai décidé de détourner le regard : plutôt que de me focaliser sur les jeunes pour observer les différents facteurs qui pèsent sur l’exclusion dont ils sont victimes, j’ai décidé d’axer mon terrain sur les mécanismes qui ont historiquement permis la production de données et des discours sur le poids des jeunes et sur les pratiques concrètes qui ont, à différentes époques, été déployées en vue de l’inclusion de ces derniers. Sur le plan théorique, mon point de départ a été de considérer que les chiffres ne sont pas des outils neutres pour décrire la société mais ont une vie politique que l’on peut lire en historicisant, localisant et contextualisant leur production5. J’ai délimité les contours de mon terrain autour des mécanismes de production de données démographiques sur les jeunes et des processus de construction cognitive et idéologique de la « jeunesse » à l’appui de ces données. J’ai été alors amenée, d’un côté, à reconstruire les modalités de production des chiffres sur la population à partir des recensements de la population par un travail d’archive sur des sources historiques. D’un autre côté, j’ai mené des entretiens avec des personnes ressources pour lire ces données en perspective avec les origines du récit de la croissance démographique, la naturalisation de la population active autour de la classe d’âge des jeunes et les préalables qui fondent l’égalité politique sur l’équivalence statistique, occultant les fractures sociales qui traversent la société.

13Je me suis notamment focalisée sur trois mécanismes d’inclusion dont j’ai observé les transformations en perspective historique : le système éducatif à partir des politiques de généralisation de l’éducation primaire au lendemain de l’Indépendance, le système de formation professionnelle à partir de sa réforme dans les années 70 pour essayer de récupérer les « ratés de l’école », les différentes stratégies de promotion de l’auto-entreprenariat d’abord et de l’employabilité ensuite qui se sont diffusées depuis les années 90. J’ai réalisé ce travail essentiellement à travers des entretiens semi-directifs avec des opérateurs desdits secteurs, que j’ai questionnés de manière répétée sur le fonctionnement des mécanismes d’inclusion basés sur l’idée que l’apprentissage est la voie qui permet aux jeunes d’accéder à l’emploi et sur les transformations de ces mécanismes au fil du temps. En parallèle, la réalisation d’entretiens sur les transformations du marché de l’emploi avec des témoins privilégiés m’a permis de lire les deux niveaux en perspective.

« Ce n’est pas nous qui réfléchissons à ces questions » : enjeux de la pertinence du terrain

14Mener mon terrain sur les mécanismes de régulation des processus d’inclusion et d’exclusion m’a amenée à rentrer en contact avec des acteurs qui ne prennent généralement pas partie au débat public autour de la jeunesse. Leur rôle d’opérateur des politiques d’inclusion les place du côté des exécutifs, desquels on attend qu’ils obtiennent des résultats, non pas qu’ils se prononcent sur les processus de fixation de ces résultats, ou sur les procédures établies pour les atteindre. Dès le début de mon terrain, j’ai remarqué un certain étonnement de mes interlocuteurs quand je leur expliquais les raisons pour lesquelles je souhaitais les rencontrer. A l’époque de l’apparition sur la scène publique des revendications des jeunes, mes interlocuteurs réagissaient à ma prise de contact comme s’ils ne se considéraient pas comme des acteurs aptes à être interpellés pour parler des enjeux de l’inclusion de la jeunesse. Tout en manifestant leur intérêt pour mes questionnements, les opérateurs des politiques d’inclusion que j’ai rencontrés m’ont souvent suggéré de m’adresser aux jeunes engagés dans les mouvements pour comprendre leurs problèmes d’inclusion.

15La faible pertinence reconnue à mon étude par rapport aux enjeux politiques de l’époque s’est révélée un véritable atout pour garantir l’accès à mes interviewés. Rapidement, je me suis trouvée à rentrer dans le quotidien d’un monde professionnel qui est rarement discuté sur la base de ses modalités concrètes de fonctionnement. A plusieurs reprises, il m’est arrivé d’être reçue par des interlocuteurs disponibles à discuter avec moi même en dehors de leur horaire de travail, à me rencontrer plusieurs fois et à me présenter d’autres acteurs désireux de me rencontrer. Rentrer dans les rouages du fonctionnement de leur champ professionnel m’a permis de partager avec eux des espaces de réflexion sur les modalités concrètes par lesquelles des mécanismes en apparence techniques peuvent avoir des répercussions politiques et sociales sur les processus de l’inclusion des jeunes. Observer le sentiment de frustration ressentie par la plupart de mes interlocuteurs face aux résultats et aux moyens qui leur sont assignés pour les obtenir m’a offert un angle très important pour explorer ce que j’ai appelé « la démographie de l’injustice sociale », c’est-à-dire la tendance à transformer une question que l’on considère comme injuste, dans mon cas les problématiques liées aux dynamiques de l’inclusion au Maroc, en une caractéristique liée de manière inéluctable à une certaine classe d’âge.

Observer la formation du champ national à l’heure où il faut tourner la page des « années de plomb »

16Problématiser la formation du champ national en considérant la période qui a suivi l’achèvement de l’indépendance en 1956, c’est l’objet de mes recherches en cours. En abordant ce sujet d’étude, je me suis vite trouvée devant le fait que la formation du champ national au Maroc demeure un objet de recherche controversé qui est étudié le plus souvent en adoptant la date de l’indépendance comme horizon ultime de l’analyse et que le thème de la nation disparaît progressivement de l’historiographie consacrée aux années suivant la date de l’indépendance, pour laisser la place aux analyses sur l’émergence de l’autoritarisme et sur les transformations du régime politique que le Maroc a connues. En référence aux années qui suivent la signature du traité d’indépendance, le débat scientifique et public se polarise autour des conditions qui amènent au commencement des « années de plomb » telles que communément nommées. C’est une époque que l’on connaît encore assez peu, essentiellement par les mots des victimes qui ont survécu à la répression. Ces différentes voix ont trouvé dans le lancement de l’Instance équité et réconciliation (IER) et dans l’institution du CCDH/CNDH qui met en œuvre ses recommandations à la fois leur reconnaissance officielle et leur moment de cristallisation. Les « années de plomb » deviennent alors un dossier, que l’on peut (politiquement parlant on dirait que l’on doit) assainir et clôturer, après quoi on doit en finir et tourner la page.

Ecarter le regard : se mettre sur les traces d’un entrepreneur du national

17Au moment de la signature du traité d’indépendance, cependant, la formation du champ national est tout hormis achevée : du point de vue légal, le Maroc est depuis 1956 un Etat-nation qui, aussi bien sur le plan interne qu’international, dispose de sa souveraineté indépendamment de la tutelle française qui avait caractérisé l’époque du protectorat ; mais du point de vue réel, son système économique, social et culturel n’est touché que de manière indirecte. Pour saisir les processus qui caractérisent la formation du national en aval de l’achèvement de l’indépendance, j’ai été amenée à écarter le regard des débats sur les années de plomb pour me focaliser sur ces acteurs qui, tout en restant à la marge de la scène de la répression – parce qu’ils n’en ont été ni les victimes sous la forme la plus brutale ni les exécuteurs – ont été au cœur de la scène publique, aussi bien sur le plan politique que sur le plan économique, tout au long des années 60.

  • 6  Cette approche s’inspire notamment de G. Levi, le Pouvoir au village : histoire d’un exorciste dan (...)

18Mon regard s’est alors focalisé sur le parcours d’un acteur appartenant à la génération qui, après avoir milité pour l’indépendance et avoir travaillé dans les premiers cabinets du Maroc indépendant, a quitté la haute fonction publique suite à la scission du parti de l’Istiqlal en 1959 et s’est investi dans le monde des affaires. Du point de vue méthodologique, ma démarche a consisté dans la construction de « traces » de cet acteur à travers une approche biographique6. Cet acteur m’a permis de reconstruire son parcours dans le plus grand détail grâce à une centaine d’entretiens biographiques étalés sur une période de cinq ans et grâce à la constitution d’une archive à partir de certains dossiers personnels qu’il a gardés de cette période. J’ai en outre construit un échantillon d’acteurs qui, à la même époque, ont appartenu à ce milieu, et j’ai réalisé des entretiens en profondeur avec certains d’entre eux. J’ai focalisé mon attention sur les parcours de ces différents acteurs, sur leurs relations réciproques et sur leurs activités ordinaires durant les années 60, notamment sur le plan économique.

« Tu me fais penser à… » : enjeux de légitimation du terrain

19Au début de mon terrain, mon principal interlocuteur et mes interviewés m’ont paru assez accessibles mais en même temps très difficiles à saisir. S’agissant pour la plupart de personnalités publiques, habituées à parler de leurs activités de manière officielle ou à être sollicitées pour exprimer publiquement leurs opinions, tous les acteurs qui ont accepté de me rencontrer se sont montrés disponibles à parler des événements majeurs dont ils ont été les protagonistes : les multiples épisodes de la lutte nationaliste, les activités au sein des ministères des premiers gouvernements après l’indépendance, les étapes plus importantes de leur activité dans le monde des affaires. La tendance de mes interlocuteurs était cependant de dépersonnaliser en quelque sorte leur récit biographique pour essayer de reconstruire la dimension collective de ces événements. Parfois, devant des questions cherchant à saisir la dimension singulière et quotidienne de chaque parcours biographique, mes interlocuteurs étaient déroutés : « Tu ne m’as pas encore demandé les choses importantes » m’a-t-on souvent fait remarquer.

20Le moyen que j’ai adopté pour solliciter des souvenirs personnels qui sortaient des cadres sociaux de la mémoire s’est basé sur un travail d’identification des traces de faits, d’événements, de lieux et d’acteurs qui restent généralement à l’écart de l’historiographie consolidée. Demander à mes interlocuteurs de m’aider à contextualiser ces traces a été la manière d’entrer dans les compréhensions du monde, dans les états d’âme, dans les émotions ou les chocs que certaines expériences ont pu susciter et, par là, s’inscrire dans la mémoire comme métonymie d’un certain conflit ou enjeu, ou rapport de pouvoir, ou logique de domination. « Tu me fais penser à… » a été alors la façon avec laquelle ont commencé la plupart des conversations sur les sujets auxquels ni mes interlocuteurs ni moi ne pensions arriver. Aux difficultés de mémoire liées à la distance temporelle mais aussi à la sous-estimation de l’importance de certaines questions ou événements qui ne sont pas considérés d’intérêt public, s’est ajoutée la souffrance provoquée chez mes interlocuteurs par le fait de s’exprimer à propos de questions qui ne sont en général pas abordées publiquement : à l’égard de la mémoire collective qui est en train de s’établir autour des « années de plomb », l’expression de souvenirs des acteurs qui ne sont pas reconnus publiquement comme victimes apparaît comme une mémoire illégitime, qui rarement fait l’objet de discussion en dehors des milieux qui en partagent l’expérience.

  • 7  J.F. Bayart, « Comparer le politique par le bas », Sociétés politiques comparées, n° 1, janvier 20 (...)

21Les trois expériences de terrain explorées ici montrent la difficulté de réfléchir aux manières de rompre avec les représentations dominantes du monde social en distinguant de façon nette le plan méthodologique et le plan théorique. Le caractère heuristique de l’expérience de terrain ainsi que l’exigence d’établir une dialectique constante entre cette expérience et le plan de la réflexion théorique apparaissent alors centraux pour élaborer les stratégies méthodologiques du chercheur7.

  • 8  S. Cerutti, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Pari (...)

22Devant les enjeux posés par les représentations hégémoniques du réel auxquels ce chapitre est consacré, le fait d’être étranger au monde social que l’on observe peut offrir un avantage inattendu. L’invitation à considérer que les étrangers se définissent moins par rapport à un territoire que par rapport aux modes consolidés de fonctionnement d’une situation politique, formulée par Simona Cerutti à propos de toutes autres questions8, me semble à ce propos très utile. Rien en effet ne paraît naturel à ceux qui ne font pas partie du monde social qu’ils sont amenés à observer.

23S’attarder sur le doigt qui pointe la lune et sur le monde social qui apparaît en arrière-plan peut alors ne pas être une opération sans intérêt pour le chercheur intéressé à observer le déploiement du politique et les logiques de la domination. La reconnaissance de la valeur heuristique de l’expérience de terrain, unie à l’extranéité par rapport aux manières consolidées de parler, de penser et d’analyser le politique dans une situation à laquelle on n’appartient pas, est alors une posture qui peut se révéler très fructueuse pour l’observation, à une condition : que la nécessaire acquisition de familiarité envers tout terrain n’amène pas à dépasser la distanciation nécessaire à sa compréhension.

Notes

1  A. Gramsci, Cahiers de prison, Paris, Gallimard, 1983.

2  Ce programme a été l’objet des recherches que j’ai menées dans le cadre de la préparation de ma thèse de doctorat. Voir I. Bono, Cantiere del Regno. Associazioni, sviluppo e stili di governo in Marocco, thèse de doctorat : science politique, Turin, Université de Turin, 2009, [en ligne] URL : http://www.academia.edu/1206773/Cantiere_del_regno._Associazioni_sviluppo_stili_di_governo_in_Marocco. Parmi les papiers que j’ai publiés en français sur ce thème, voir notamment I. Bono « Pauvreté, exception, participation. Mobilisation et démobilisation dans le cadre de l’INDH au Maroc », dans l’Etat face aux débordements du social au Maghreb : formation, travail et protection sociale, sous la dir. de M. Catusse et al., Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2010, p. 229-251 ; I. Bono, « Le phénomène participatif au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes », les Etudes du CERI, n° 166, 2010, [en ligne] URL : www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude166.pdf) ; I. Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les activités génératrices de revenus à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44 ; et I. Bono, « “L’INDH n’achète que des vaches !” Mobilisation de ressources et notabilité à l’épreuve du dévelopement au Maroc », dans le Développement, une affaire d’ONG ? Associations, États et bailleurs dans le monde arabe, sous la dir. de B. Challand, C. Abu Sada, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2012, p. 125-155.

3  Cette approche s’inspire notamment de M. de Certeau, l’Invention du quotidien : I. Arts de Faire, Paris, Gallimard, 1981, et de J.F. Bayart, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, n° 3, vol. 35, 1985, p. 343-373.

4  Ce thème a fait l’objet d’un projet de recherche que j’ai mené depuis 2011 dans le cadre des activités du FASOPO (www.fasopo.org), grâce au soutien de l’Agence française du dévelopement (AFD). Les résultats préliminaires de cette recherche ont été publiés dans I. Bono, « Une lecture d’économie politique de la “participation des jeunes” au Maroc à l’heure du Printemps arabe », Revue internationale de politique comparée, n° 4, 20, 2013, p. 145-166 ; et dans I. Bono « Comment devenir employable ? Certifier l’exclusion, l’indifférence et la stigmatisation sur le marché du travail au Maroc », dans la Bureaucratisation néolibérale, sous la dir. de B. Hibou, Paris, la Découverte, 2013, p. 49-75.

5  Cette approche s’inspire notamment de A. Desrosières, la Politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, la Découverte, 1993 (2003), et de B. Hibou, la Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, la Découverte, 2012.

6  Cette approche s’inspire notamment de G. Levi, le Pouvoir au village : histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989 ; de C. Ginzburg, le Fromage et les vers : l’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980 ; et de S. Loriga, le Petit x : de la biographie à l’histoire, Paris, le Seuil, 2010. Le travail collectif de F. Colonna et L. Le Pape, Traces, désir de savoir et volonté d’être : l’après-colonie au Maghreb, Paris, Sinbad/Actes Sud, 2010, m’a également été d’une grande utilité pour déveloper mon propre « paradigme indiciaire ».

7  J.F. Bayart, « Comparer le politique par le bas », Sociétés politiques comparées, n° 1, janvier 2008, [en ligne] URL : http://www.fasopo.org/reasopo/n1/comparerparlebas.pdf.

8  S. Cerutti, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012.

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable