Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terrains marocains

 | 
Khalid Mouna
, 
Catherine Therrien
, 
Leïla Bouasria

Éloge de l’observation. Des aléas du recueil de mots en souffrance à Casablanca

Marie-Pierre Anglade

Texte intégral

  • 1  M.P. Anglade, Casablanca, une « ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marg (...)

1Lorsque le terrain semble présenter certaines rudesses, il faut s’attendre à recevoir des questions d’ordre méthodologique. Dans le cadre de ma thèse en sociologie de l’urbain1, l’acquisition de données auprès d’habitants pauvres de Casablanca éveillait pour le moins la curiosité. En effet, l’une des hypothèses de départ posait qu’une multitude d’urbanités s’agençaient les unes aux autres, rendant incomplètes à la fois la notion de marge urbaine au sens spatial et la bipolarité animant les perceptions communément admises de la déviance, tels que « normaux » contre stigmatisés et sphère privée cachée contre espaces publics anonymes. Parmi ces altérités problématiques : consommateurs en réunion d’alcool, de psychotropes, d’alcool à brûler, projeteurs de vie à l’étranger, sans-logis, personnes en logement de transit.

  • 2  Laboratoire langages, actions urbaines, altérités, ENSAN (École Nationale Supérieure d’Architectur (...)
  • 3  M.P. Anglade, « L’air de rien. Une approche des usagers des rues de Casablanca », Lieux communs, n (...)

2S’interroger sur la forme des pratiques de terrain ne fut pas envisagé de prime abord. Mais sous le regard bienveillant des membres du LAUA2, un séminaire de méthodologie me procura une base inédite de questionnement ainsi que l’impulsion nécessaire à mon premier article de méthodologie3.

  • 4  G. Tillion, T. Todorov, Fragments de vie, Paris, le Seuil, 2009, p. 274.

3Malgré mes réticences à répondre à cette curiosité – « Comment vous répondre sans aborder ma vie privée ? Quelle limite entre impudeur et quête d’authenticité ? » –, l’exercice fut néanmoins concluant. Pourtant, je ne cacherai pas la difficulté extrême que représenta le passage à l’écriture à la première personne. Car si la sociologie reconnaît l’influence du parcours du chercheur et de ses expériences propres sur son regard dans la conduite de son terrain, et ceci grâce aux porosités entre sciences sociales, vouloir rendre compte de son « bricolage » personnel – doutes, hésitations, reconnaissance du rôle du hasard – est loin d’aller de soi pour ma part. Ainsi, la première mouture de l’article se voulait très professionnelle, à l’instar de ce qu’écrit G. Tillion, non sans humour, à propos de l’un de ses rapports de recherche : « J’ambitionnais de faire un compte-rendu sérieux, compétent et sec – scientifique en un mot – des problèmes matériels et intellectuels qui s’étaient trouvés sur ma route, des solutions que j’avais choisies, puis des retouches apportées à ces solutions4. » Je souhaitais, à tort, éviter de me mettre en avant, gardant à l’esprit la portée de certaines études qui, selon moi, sont plus à même d’exercer un rôle universel de transmission de l’expérience lorsque l’auteur n’y est presque pas perceptible.

4Le chapitre ici présent est envisagé comme un moment de recherche complémentaire de ce premier article de terrain à travers, d’une part, l’exploration des conditions favorables à la parole et, d’autre part, celle des limites d’une apparente proximité avec les enquêté(e)s. Afin de retracer les parcours socio-spatiaux de citadins pauvres dans leur partage des espaces publics et en milieu domestique, comment tirer avantage d’entretiens menés dans la rue et de ceux que permettent les visites à domicile ? Corollaire du recueil de la parole, la question de l’évocation de l’argent se pose avec acuité. En effet, tandis que le milieu urbain connaît une dégradation extrême des conditions de vie de ses habitants depuis le début des années 80, Casablanca, métropole de la conurbation atlantique, fait subir à ses cinq millions d’habitants environ à la fois les affres de l’économie nationale et les contreparties de son statut de métropole. Or, l’argent n’est pas seulement un thème présent dans les guides d’entretien propres à cerner les situations d’inconfort et de survie, il sous-tend les rapports avec les enquêté(e)s. Si la parole semble entravée – entre discrétion, fierté individuelle et honneur familial – dans un contexte social empreint de contraintes que l’individu s’évertue à contourner, on se demande dans quelle mesure ces conditions de terrain ont restreint cette recherche : considérant la vulnérabilité comme clef de lecture des processus sociaux complexes de survie d’une certaine frange d’habitants, comment tracer les contours de cet équilibre fragile dans un contexte social valorisant à l’extrême le recours aux faux-semblants ?

5Dès le début du terrain, l’observation participante fut privilégiée car, dans la veine de la tradition de Chicago, elle reste l’outil de prédilection concernant l’étude de modes de vie dans la ville. Elle permet l’acquisition de connaissances sur les liens de sociabilité, les modes de régulation de la violence dans les échanges, les pratiques liées à l’approvisionnement en produits illicites, les différences genrées dans la répartition des espaces, les jeux sociaux tenus comme autant de ressources pour l’entraide, le maintien du lien social, etc. Au fil de ces observations du point de vue de l’intérieur de groupes constitués pour la consommation d’alcool, l’étude des pratiques d’appropriation des espaces publics pointées comme objet initial de recherche impliqua d’enquêter plus précisément sur les situations familiales, les trajectoires professionnelles et résidentielles et sur les conditions de logement. Deux types d’entretien peuvent être distingués : l’entretien mené pendant la consommation d’alcool en espace public et l’entretien mené à domicile. La mise en place de chacun de ces types d’entretien comporte des difficultés particulières qu’il s’agit ici d’explorer.

Incertitudes du dispositif d’entretien « hors les murs » : de l’éloquence du mensonge

6L’entretien en extérieur nécessite de comprendre la démarche méthodologique globale. Qu’il s’agisse d’un jardin du centre-ville entouré de bâtiments administratifs, d’une ruelle de bidonville, d’un chantier (peuplé d’ouvriers et d’habitants du quartier profitant d’opportunités de vol) ou des territoires disqualifiés d’une marge urbaine de bord de mer, la présence en extérieur des enquêté(e)s retenus n’est motivée que par la consommation de produits illicites et, officiellement, par l’ambiance festive qu’elle est supposée leur procurer. Entraide pour l’approvisionnement, renforcement du lien social de quartier sur le long terme, transmission d’informations : ces réunions quotidiennes constituent de véritables ressources dès lors que l’on ne les considère plus comme liées au seul impératif de consommation d’alcool en cas de dépendance. Mais partager ces réunions pour l’enquêteur se heurte à des limites : il est souvent utile d’isoler son interlocuteur dont on soupçonne que le parcours éclairera les pratiques observées. Ceci s’avère crucial lorsque la thématique recherchée révèle des réalités sociales particulièrement pénibles à vivre ou tout sujet intime difficilement avouable en groupe (violences domestiques, divorce, enfant handicapé, célibat jugé tardif…).

7Dans ces conditions, l’entretien individuel, en face à face, est-il possible en extérieur ? Plusieurs tentatives ont aidé à tracer les contours de la meilleure manière de procéder. Demander le jour-même à une personne de s’isoler pour un entretien ne porte pas ses fruits ou plutôt, de mauvais : les regards de l’interlocuteur vont de l’un à l’autre des membres du groupe, en se demandant s’ils ont découvert quoi que ce soit à relayer comme rumeur malsaine. On peut demander discrètement à l’enquêté(e), avant alcoolisation extrême, s’il sera prêt le lendemain pour un entretien d’environ une heure avec interprète en un endroit assez visible. Chaque détail trouve ici son importance. J’annonce, pour n’effrayer personne, un entretien relativement court, ainsi que la présence d’un traducteur indiquant quelle attention je porte aux propos de l’enquêté(e). S’il s’agit d’un homme, la présence d’un traducteur fournit un cadre neutre au dispositif en tout bien tout honneur, annulant toute perspective de séduction. L’endroit doit donc se situer en pleine visibilité des groupes de buveurs : se transporter ailleurs ne fait qu’encourager les rumeurs salaces. L’alcool continuera d’être consommé pendant l’entretien : je pense à une sorte de test qui m’est fait, dans le but de vérifier mon ouverture d’esprit « à la française » par rapport aux normes sociales que mes questions évoquent entre autres choses. Par ailleurs, l’habitude de consommation est là, ma présence ne devant en rien limiter les effets du quotidien.

8Comment savoir que l’entretien doit être interrompu ? Il peut s’agir de la quantité d’alcool consommée : ressasser les mauvais souvenirs, évoquer une enfance pénible, sa fuite du domicile, des viols en milieu familial ou, au contraire, parler de personnes disparues qui assuraient une protection contre un environnement hostile n’ont rien de plaisant, et, l’alcool aidant, les uns pleurent, d’autres fixent le ciel en silence, tandis que d’autres se mettent à raconter des blagues comme pour penser à autre chose. Je sais par avance que l’entretien ne sera pas reconduit les jours suivants, que l’enquêté(e) peut aller jusqu’à s’absenter pendant plusieurs jours, de peur que je ne renouvelle ma demande d’entretien, ce que je ne fais pas. Il arrive que l’entretien tourne court au bout d’une demi-heure : le désir de reconnaissance des débuts laisse la place à une atmosphère de plomb rendant tout échange impossible. L’enquêté(e) n’ose pas détaler, et c’est moi qui finis par raconter des histoires drôles…

  • 5  La peau foncée est un stigmate puissant au Maroc.
  • 6  Ce sont pourtant là les traces évidentes d’une consommation régulière de qarqoubi, psychotropes so (...)

9Un autre scénario est à envisager, le cas où l’enquêté(e) a pris le temps de préparer une histoire rocambolesque à souhait. C’est le cas d’Abdel‘ali, que je croise à chacun de mes séjours entre 2003 à 2009 en deux lieux différents, en compagnie de personnes différentes, sans jamais parvenir à négocier les conditions d’une conversation sans complication. Il ne tentera même pas, lors de notre dernière rencontre, de démentir les rumeurs de recours aux prostitués homosexuels du Parc de la Ligue arabe que relaient les habitués en réaction à sa réussite financière. C’est qu’en six ans, Abdel‘ali a fait du chemin. En 2003, lors de notre unique entretien, il essaie par tous les moyens d’expliquer par une origine logique tout ce qui peut le déshonorer à mes yeux. Sa couleur de peau noire5 ? Il présente sa famille comme descendante d’esclaves de la famille royale et à ce titre, résidant au quartier qui jouxte le palais royal. Ses cicatrices au visage ? Sa belle-mère, sur son lit de mort, lui apprend que sa véritable mère est décédée des années auparavant. Comme elle est très malade et sous médicaments forts, elle lui entaille le visage et les bras avec une lame de rasoir6. Son habitude ancienne de fréquenter les lieux de consommation d’alcool ? Abdel‘ali vit comme un drame le fait que sa belle-mère a toujours préféré ses trois autres fils. Soucieux de me prouver sa bonne foi, Abdel‘ali tient à me fixer un rendez-vous le lendemain afin de rendre visite à sa famille : il ne viendra pas. J’assiste un peu plus tard à son arrestation pour trafic de qarqoubi. Je n’aurai, par la suite, que le recours de mes observations pour rassembler les pièces du puzzle : par un habile jeu d’influences et grâce à sa force physique, il se hisse à partir de 2006, non sans faire de jaloux, au statut d’usurier de rue.

10Il existe également le cas de figure où l’entretien face à face révèle un genre de manipulation et qui peut se résumer au plan-type suivant :

– « il m’est arrivé une chose extraordinaire, à moi et personne d’autre ; te la raconter est un gage de confiance » ;

– « depuis cet événement, ce choc, je me suis mis à prendre tel produit, et je vis dans ces conditions que je décris, plus ou moins enjolivées » ;

  • 7  Lorsque les lieux de consommation de produits illicites sont un peu éloignés du quartier de réside (...)

– « tu es comme une sœur pour moi et tu dois me faire confiance ; comme preuves, je jure sur la tête de mes enfants que tout est vrai et/ou je ne te demande pas d’argent et/ou je veux te présenter à ma famille que j’adore ; je te révèle mon vrai prénom7 et/ou mon nom de famille ; je te montre éventuellement ma carte d’identité » ;

– « tu comprends ma situation maintenant, j’ai des excuses que les autres n’ont pas, je suis bon et honnête » ;

  • 8  Ces mises en garde ont également été décrites par P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc : réflexions (...)

– « je sais comment les autres sont réellement, voici une mise en garde contre les habitants du lieu fréquenté, de tout Casablanca, du Maroc tout entier8 ; tel est vraiment comme ça, tel est comme ça, voilà ce qui se passe réellement ici ».

11C’est lors de cette dernière étape que ces entretiens n’apparaissent pas complètement vains. Au-delà des possibles arnaques consistant à proposer quelques babioles contre un prix faramineux incluant le salaire estimé par l’interlocuteur pour l’entretien, il s’agit souvent de tentatives de relayer des rumeurs dont la diffusion peut impliquer un socle de vérité. La patience trouve alors sa récompense dans l’observation des pratiques et la vérification de certains faits auprès d’autres usagers, sans révéler leur origine, et toujours si possible l’air de rien.

  • 9  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 53.

12Dans ces circonstances, on pourrait penser que l’enquêteur a, lui aussi, la possibilité de prendre quelques libertés vis-à-vis de la vérité afin de profiter de ces jeux sociaux et en découvrir davantage. Au contraire, certaines manœuvres ont de quoi déstabiliser. Khalid me demanda de nombreuses fois si je voulais acheter du poisson au souk qui avait lieu chaque matin dans le bidonville où j’enquêtais, et son attention pressante aurait pu passer pour de la sollicitude s’il ne s’était agi d’un test. Lors de l’un de mes premiers entretiens de groupe, j’avais refusé de goûter au poisson frit acheté dans une baraque du bidonville qu’un homme de passage me tendait poliment, et Khalid pensa certainement que je faisais la fine bouche par rapport au niveau d’hygiène de la nourriture proposée. Je dus passer le test et m’excuser lors de chacun de mes séjours entre 2005 et 2009 de ne jamais manger de poisson, que ce soit au Maroc ou en France : c’est un fait, je n’aime pas ça ! Ce genre de test est somme toute assez courant9, et avec le temps on apprend à le déceler. Même si les enquêté(e)s peuvent considérer le mensonge comme le signe d’une certaine agilité intellectuelle et donc le valoriser, ils déployèrent de nombreux stratagèmes afin de vérifier mes dire, en profitant du fait que ce terrain s’est déployé dans un contexte fort d’interconnaissance. Si ce contexte me permit des déplacements fréquents entre objets d’observation (espaces, familles), les enquêté(e)s en profitèrent également, afin de juger de l’efficience à me faire entrer dans leur cercle de personnes-ressources, dans un objectif clairement énoncé de retour de service. Pour se prémunir de toute déconvenue, mieux vaut décider par avance de mentir le moins possible.

13Au début de mes investigations, ces situations en demi-teinte avaient le don de m’agacer, ne sachant jamais sur quel pied danser. Mais, avec les années, les tentatives d’arnaque s’estompèrent – ou bien arrivai-je à les déceler plus tôt ? Elles survinrent surtout lorsque j’étais encore inconnue en ces lieux : il me faudrait attendre mon introduction graduelle en un ensemble de lieux publics pour être connue au moins de vue. Le bouche-à-oreilles faisant son effet, ainsi que les mobilités constantes des usagers des espaces publics sous la pression des liens qui se font et défont, je pus bénéficier d’appuis précieux me protégeant de diverses manœuvres visant à me voler.

14Enfin, mon rapport aux gens dépendait également de la distance de l’espace fréquenté au quartier de résidence. Mes enquêté(e)s n’agissaient pas de la même façon dans l’anonymat théorique d’un jardin de centre-ville et dans un espace proche de leur domicile, fréquenté par l’ensemble du voisinage. Cette différence de pratiques me fut enseignée par mon approche même des enquêté(e)s. Je fis la connaissance de trois hommes buvant sur le chantier faisant face à la Grande Mosquée. Je pense qu’ils me furent reconnaissants de revenir les voir plus tard, seule. Ils m’invitèrent alors au bidonville qu’ils fréquentaient pour leur consommation quotidienne, comme on le fait pour une invitation à domicile, que j’honorai par ailleurs.

15Je tentai alors des entretiens collectifs, plus ou moins directifs. Chaque après-midi et une partie de la soirée à partir du printemps, je lançais une question sur un des aspects de leur vie que je souhaitais explorer. Chacun répondait à sa manière, mais rarement à son tour. Il faut s’attendre en effet à de nombreux débordements et accepter de ne rien contrôler. L’important est d’être attentif à la qualité de l’ambiance du moment, car évoquer des sujets graves ou les soucis du quotidien n’est pas sans conséquence sous alcool : l’origine des bagarres de rue, les sujets de conflits dans la durée, les rapports entre membres de la famille (jalousie, questions d’honneur, gestion du budget, violences), les échanges avec la police, les voisins, le rapport au travail… Avec le temps, malgré les jeux sociaux de terrain, les sujets qui fâchent émergent inévitablement des discours. Faire alors preuve de tact, ne pas trop écrire par respect pour les larmes, mais prendre un taxi plutôt qu’un bus afin de retranscrire au plus vite ce qui peut être sauvé de mémoire !

Du dispositif d’entretien à domicile : chronique de petits évitements ordinaires

16On pourrait penser que, dans de telles conditions, l’entretien serait facilité par un dispositif en espace fermé, au domicile de l’enquêté(e), en territoire familier en apparence maîtrisé. Pourtant là encore, les écueils ne manquent pas. Tout d’abord, l’enquêté(e), d’habitude loquace sous alcool, peut se montrer soudainement muet, intimidé par les membres de sa famille ou bien par son manque d’alcool qu’implique la présence d’autrui.

17Par ailleurs, penser que l’on puisse isoler son interlocuteur à domicile est totalement illusoire. On peut tout au plus chercher à faire parler les membres de la famille. En effet, le mitage des quartiers populaires structure inévitablement le tissu de leurs quartiers, avec pour effet la promiscuité des familles et une proximité de voisinage extrêmes qui font que l’on n’est jamais à l’abri d’une oreille curieuse. Chaque querelle, chaque remontrance vis-à-vis des enfants se répercutent de logement en logement – il serait plus juste de dire « de pièce en pièce ». Ces espaces partagés rappellent à tous points de vue les kommunalka, appartements communautaires apparus sous l’ère soviétique dans les pays du bloc de l’Est. Cette forme de cohabitation forcée perdure de nos jours dans tous les pays du monde où les habitants sont concernés par la cherté des loyers et des revenus insuffisants. Elle induit un type de violence morale insidieux, car touchant aux espaces domestiques prétendument capables de fournir aux habitants les qualités de récupération nécessaires pour affronter la vie quotidienne. Les conflits y sont permanents et se réactivent chaque jour sous de nouveaux prétextes, comme la gestion de l’eau qu’il faut, soit aller chercher à la borne-fontaine (‘aouina), soit acheter auprès du porteur d’eau (grab).

  • 10  F. Navez-Bouchanine, Enquête, mode d’emploi : techniques d’enquête et collecte de données dans les (...)
  • 11  Ces processus de méfiance dans des relations complexes de pouvoir entre habitants et autorités don (...)

18Un autre point révélé par l’impossibilité de face à face concerne les soupçons que tout individu entretient vis-à-vis de l’enquêteur : « Toutes les enquêtes sont d’abord perçues par les populations comme manifestations de l’Administration, avec toutes les conséquences que cela entraîne […]10. » Mais à une échelle plus réduite, il faut aussi lier la suspicion d’« espionnage11 » aux difficultés d’entretien à domicile, lorsque le contrôle social de toute la famille semble exercer son inertie de par les multiples oreilles attentives à ce qui se dit à l’autre bout du salon !

19Enfin, un dernier aspect de mon terrain empêchant les membres de la famille de répondre à mes questions : ils sont souvent honteux de ce que je sais déjà des habitudes de consommation de produits de toxicomanie au Maroc. J’ai bien essayé de poser quelques questions faciles en feignant de parler d’autres personnes que les membres de la famille, mais je ne récoltai que sourires gênés et regards détournés. Par exemple, le côtoiement intensif de Tahar pendant sa consommation d’alcool à l’extérieur du logement m’empêcha d’enquêter à son domicile. Bien qu’il me fit entrer chez lui à plusieurs reprises et tenta de rassurer sa famille en affirmant que je savais « tout du Maroc », la situation empira : trop de disputes ponctuant leur vie quotidienne rendait mon ignorance invraisemblable. On finit tout juste par me saluer dans la rue, parfois sans me regarder. Je ne crois pas avoir jamais bénéficié d’une mauvaise réputation : j’étais seulement trop au courant de ce qui se passait dans l’intimité de leur famille.

20J’ai également tenté avec deux femmes de négocier un entretien en les invitant à l’extérieur de leur quartier de résidence. Je leur proposai à chacune de nous rendre à pied ensemble dans un glacier avec leur fille. Recueillant la proposition positivement dans un premier temps, je me heurtai pourtant à des difficultés là encore instructives. L’une m’expliqua le jour convenu qu’elle n’avait rien à porter, que ses vêtements étaient encore mouillés de la dernière lessive ; l’autre qu’elle avait reçu une invitation impromptue à laquelle elle ne pouvait se soustraire. Le malaise du ton ne laissait envisager aucune solution de remplacement, il s’agissait bien de prétextes. Je savais pourtant qu’elles étaient victimes de violences physiques dans une situation sociale de vulnérabilité : avoir un enfant hors mariage et une vie maritale tumultueuse, glisser vers la prostitution à certains moments de la vie, consommer et/ou vendre des produits illicites, aménager son logement dans une baraque de bidonville à la suite d’une grossesse, entretenir de fait des relations compliquées avec la famille… Les violences font souvent partie d’un tout qu’un entretien face à face aiderait à mettre en lumière. Hélas, les parcours doivent être reconstitués, parfois sur plusieurs années, au hasard des confidences, des mots lâchés sans prévenir – en faisant quelques pas dans la rue, en descendant un escalier ! – qu’il s’agit de consigner tant avec vélocité que précision.

  • 12  F. Navez-Bouchanine, Enquête, mode d’emploi, op. cit., p. 71.

21J’étais avertie de ce genre de défaillances possibles, mais surtout, des difficultés à recueillir la parole au Maroc. Non pas seulement parce que les dispositifs – intérieur et extérieur – paraissent infranchissables, mais parce que « l’introspection et l’analyse de soi sont peu répandues dans la plupart des milieux qui font l’objet d’enquêtes12 ». Divers aspects des représentations sociales participent de cette inertie. L’assignation des espaces selon le genre continue de jouer, entre autres, un rôle crucial. Les hommes paraissent parfois pétris de timidité et finissent par disparaître, de manières métaphorique et littérale. Les femmes se perdent en comparaison avec mon statut de Française privilégiée. Les plus courageuses me lancent tout de go qu’elles me trouvent chanceuse.

22Il me faudra un micro-événement pour comprendre enfin quel objet de curiosité je représente pour elles. Lors d’une visite à domicile, la tante de mon enquêtée rencontrée pour la première fois se propose en fin de soirée de faire quelques pas avec moi, tandis que j’annonce que je rentre à pied pour profiter de l’air frais. J’ai en effet pris l’habitude de me faire raccompagner par ceux qui le souhaitent à la suite de réunions familiales et glaner ainsi en comité réduit quelques informations de plus. Ce soir-là, nous nous mettons en marche avec sa nièce âgée de 16 ans. Les questions jaillissent très rapidement : « Comment fais-tu pour prendre l’avion seule ? Et avec tes bagages ? Tu n’as pas peur de te perdre ? » Après avoir revu entièrement mon parcours pour me rendre à Casablanca – voiture, train, avion en France, puis encore train et taxi au Maroc –, je dus expliquer le système d’information perfectionné des gares et des aéroports, puis parler de la façon de faire mes bagages, dans l’espoir de ne rien oublier ni d’en emmener trop. Ces interrogations très techniques trahissent un manque d’assurance notoire chez les femmes, peu habituées dans certains milieux à se déplacer seules ou à simplement communiquer. Il arrive que, pour s’orienter, une femme envoie son enfant se renseigner à sa place. Car par-dessus tout, cette curiosité semblait être suscitée par le fait d’avoir à se diriger seule et à demander son chemin de son propre chef, le système de décision à l’œuvre recueillant toutes les attentions, y compris celle de la jeune fille, tout ouïe.

  • 13  M. Marié, les Terres et les mots : une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksie (...)
  • 14  E. Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éd. de Minuit, 2001 [1963], p. 58.

23Il existe également ce qui pourrait passer pour un frein à la communication familiale : ce que j’appellerais le mensonge comme évitement de la vérité face à face. Az’ddine, 59 ans, raconte combien grand fut son trouble lorsque son père se permit une remarque considérée comme cinglante au sujet de la dépendance de son fils à l’alcool : « b‘ed zbel », au loin le déchet. Ce fut là l’unique fois que le père s’autorisa un reproche, indiquant par là-même qu’il était au courant de cette transgression aux normes, honteuse pour la famille. En effet, l’une des normes sociales les plus puissantes concerne l’injonction faite à la personne déviante de respecter la famille par le non-dit, voire le mensonge, même si la famille est secrètement au courant de la transgression. Rendre visible une transgression et la porter à la connaissance d’autrui constituent une faute immense. On observe que ces conditions ne facilitent guère l’échange au sein de la famille, ses membres restant constamment sur le qui-vive afin de ne pas commettre d’impair. S’ensuivent un ensemble de jeux sociaux auquel l’enquêteur devra s’accoutumer afin de percer les défenses des apparences et aller au-delà de ce que la décence peut montrer. Décidément, rien n’est plus vrai que « les mots fonctionnent un peu comme des vêtements, comme des masques qui à la fois se donnent à voir et occultent13 ». Ces jeux sociaux, qui constituent le socle d’une véritable culture des faux-semblants au sens du « maniement d’information discréditrice pour soi-même et non révélée14 », impliquent, hélas, une dimension autrement plus désagréable.

24En effet, lorsqu’une personne est mise « au pied du mur » de l’enquête, il existe encore maintes possibilités d’évitement. Mais contre toute attente, face au mordant de certains échanges, j’ai fini par apprécier cette quête du maintien des apparences coûte que coûte, garant de l’ordre social à travers le déroulement des interactions individuelles pour sauver la face :

  • 15  E. Goffman, les Rites d’interaction, Paris, Éd. de Minuit, 2008 [1974], p. 10.

25« Un individu garde la face lorsque la ligne d’action qu’il suit manifeste une image de lui-même consistante, c’est-à-dire appuyée par les jugements et les indications venus des autres participants, et confirmée par ce que révèlent les éléments impersonnels de la situation. Il est alors évident que la face […] est diffuse dans le flux des événements de la rencontre et ne se manifeste que lorsque les participants cherchent à déchiffrer dans ces événements les appréciations qui s’y expriment15. »

  • 16  A. Arrif, « Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca », op. cit., p. 32.

26Ainsi, beaucoup de chercheurs ont fait remarquer combien la parole des instruits apparaît comme le recours le plus aisé16. L’interlocuteur indique que telle personne du quartier pourrait renseigner l’enquêteur, qu’il est plus âgé, qu’il a voyagé et/ou qu’il a occupé tel poste d’importance dans sa jeunesse. J’appelai ce désagrément « le procédé-de-bon-débarras » au cours duquel il est vain d’expliquer à la personne que notre intérêt va précisément vers elle-même. Non pas qu’elle ne comprenne pas, mais qu’elle n’ait ni l’envie, ni le temps de parler, ou toute autre raison privée, ce que l’on peut comprendre. Je dois néanmoins nuancer la portée de ce désagrément par le fait qu’au contraire j’ai souvent rencontré des gens désireux de parler, disant leur joie que quelqu’un s’intéresse à leur quartier et à leur sort. L’entretien, dans un premier temps, prenait alors la forme d’une discussion informelle, de manière à répondre avant tout à la curiosité des gens, ce qu’après tout on peut trouver logique. Je ne suis pas partisane d’un échange à sens unique, et je pense avoir rencontré beaucoup de personnes ravies d’avoir une visite inhabituelle qui leur permette de s’écarter un instant de la routine.

  • 17  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 38-39.
  • 18  M. Chekroun, Famille, État et transformations socioculturelles au Maroc, Rabat, Éd. Okad, 1996.

27J’étais donc parvenue à « déclencher » la parole, un peu par mes soins, beaucoup par le hasard. Mais connaître ses enquêté(e)s procure-t-il une position si commode ? L’un des automatismes de terrain de l’enquêteur consiste à penser que la réduction du degré de distance à son enquêté(e) peut constituer un avantage. Mais paradoxalement, la proximité à l’interlocuteur ne vient pas pallier les nombreux écueils au recueil de la parole. J’ai résumé cette situation par l’un de mes commandements de terrain : «  pas de parole sans proximité ; encore moins de parole si grande proximité ». Cette difficulté provient de la nature même du lien social au Maroc, à savoir le fait de devenir une personne-ressource des enquêté(e)s en quête d’amélioration de leurs conditions de vie17. De nos jours, les transformations du rôle de la famille élargie apparaissent liées de manière évidente au ressentiment croissant de l’individu qui voit dans l’entraide, autrefois trait essentiel de la société18, un réflexe sociétal devenu captif des liens sociaux de l’urgence, exsangue de toute preuve de solidarité : selon nos enquêtes, les familles se soutiennent, certes, mais sous la contrainte et toujours dans une stratégie calculée de retour et avec force démonstrations. J’avais l’impression désagréable d’être devenue captive de cette notion pour une société qui reconduit services et cadeaux à l’extrême. Pourtant, il me semble aujourd’hui naturel d’entrer dans le réseau social des enquêtés de manière pérenne : à chaque fois qu’une demande m’a été faite d’intervenir, les péripéties ponctuant l’enchaînement des actions étaient riches d’enseignements.

28Face à tant de difficultés pour cerner les situations sociales, il s’avère essentiel de chercher d’autres voies que la parole, notamment en ce qui concerne l’évaluation du niveau de vie des enquêté(e)s dont cette recherche ne peut faire l’économie. Or, existe-t-il des tabous plus grands que l’argent et le statut social qu’il procure ?

Des observations contre les non-dits

29Citons comme exemple les informations glanées autour du prix de l’alcool. Au fil des rencontres, j’avais remarqué combien les prix fluctuaient dans les réponses et contredisaient l’apparente spontanéité de mes échanges avec les enquêté(e)s. Même sous alcool, tout est affaire de calcul, car l’enjeu est grand : il s’agit de ne pas ternir sa réputation. C’est bien là le problème du prix de l’alcool : si l’enquêté(e) annonce une somme modique, il passe pour un pauvre, presque sur le point de ne s’acheter que de l’alcool à brûler ; au contraire, s’il annonce une somme plutôt importante, révélatrice de revenus prétendument confortables, un homme passe pour un dépensier sans honneur, sans aucun sens des responsabilités vis-à-vis de sa famille.

30Ces jeux sociaux venus « corser » l’évaluation des situations sociales peuvent être compensés par une observation systématique permettant de lever le voile sur les arrangements de certaines réponses avec la réalité. J’avais remarqué, par exemple, qu’on m’avait invitée à « prendre part » aux réunions de consommation à une heure bien précise dont je décidai qu’il me fallait passer outre de temps en temps, ce qui me permit de comprendre les associations de personnes pour l’approvisionnement en alcool. Il me fallut ruser pour enfin assister au départ en mobylette de ceux qui tentaient de canaliser mes observations, celui de derrière tenant un sac de jute rempli de bouteilles de verre destinées à la revente pour recyclage. L’observation d’autres pratiques d’associations vint contredire leurs discours visant à se démarquer de la déchéance des buveurs d’alcool à brûler, tout en bas de la hiérarchie sociale.

  • 19  J. Peneff, le Goût de l’observation, Paris, la Découverte, 2009.

31Invoquer l’observation participante ne résout pas la multitude de difficultés précédemment évoquées, mais l’observation attentive ouvre le champ d’une infinité de recours qu’il convient d’explorer. Dans l’espace public, la pratique et les conditions de l’entretien en extérieur doivent être envisagées en lien avec leur support spatial. La grille que j’élaborai assez tôt dans le processus de terrain passe en revue l’ensemble des paramètres à relever (cf. en annexe « grille d’observation directe en espace public »), qu’il s’agisse soit d’une pratique individuelle ou collective, soit du dispositif d’entretien comprenant l’étude des interactions survenues au cours des discussions. Par cette tentative d’exhaustivité, elle confirme que l’observation ne doit jamais aller d’elle-même et que le regard se doit d’être en permanence travaillé par le doute19.

  • 20  F. Navez-Bouchanine, Habiter la ville marocaine, Casablanca, Paris, Gaëtan Morin-Maghreb, l’Harmat (...)

32Cette notion de regard exercé inspira une seconde grille d’observation directe, cette fois en espaces domestiques pour une étude de l’évolution des logements. D’une part, elle permet de préparer l’exercice du relevé graphique d’un logement. Ces plans élaborés au fil des visites constituent une base pour les informations à recueillir sur la famille, au-delà de la seule question des possessions. Le but était de comprendre les modalités spatiales et sociales de la consommation de haschich et d’alcool à domicile, c’est-à-dire le déploiement sur un mode domestique des «  comportements alternatifs » des membres des familles20. D’autre part, lorsqu’elle est appliquée avec souplesse, cette grille permet d’éviter des déconvenues en entretien. L’exercice entraîne le regard et permet, avec l’expérience, d’enquêter dans des conditions de discrétion propres à respecter un large choix d’ambiances familiales.

33Je pense notamment à cette visite faite à la famille d’un buveur de rue, Tariq, qui souhaitait absolument faire la démonstration qu’il pouvait boire dans son salon. Après avoir bu sa bouteille et essuyé quelques moqueries de la part de sa fille de 9 ans, handicapée, il partit comme à son habitude rejoindre ses compagnons de boisson, me laissant en compagnie de sa femme, Malika, et de ses enfants qui m’emmenèrent aussitôt visiter l’appartement refait à neuf de leur oncle sur le point de se marier. Un accueil nettement moins chaleureux que ce que j’avais connu auparavant me fit ressentir le malaise instauré par ma présence, composé de silences, petits rires, yeux roulés des enfants imitant leur père titubant. Une multitude de paramètres tissaient cette tension : le fait que j’étais au courant de la dépendance à l’alcool de Tariq ; le handicap mental de la petite fille qui ne s’exprime plus que par caprices ; l’inadéquation du logement à son handicap ; le rigorisme de la famille de Malika rendant visibles leurs préoccupations religieuses par le port de vêtements, la démonstration de pratique de la prière, un discours policé à l’extrême et la séparation femmes / hommes dans la pratique des espaces domestiques ; la position critique de Malika assurant la communication entre sa famille et Tariq tenu de maintenir un minimum de décence vis-à-vis des voisins ; le sentiment général de la famille de Malika vis-à-vis de son assignation à l’entraide. Dans ce contexte, un ensemble d’outils sont convoqués afin de cerner la détresse de la situation sociale : entretiens informels, observation du logement, entretiens de groupe avec Tariq lors de sa pratique des espaces publics, analyse des interactions entre les membres de la famille lors de repas à domicile… Toutes les occasions doivent être mises à profit afin de mesurer l’ampleur du stigmate, la pénibilité du quotidien et les modes de cohabitation dans une situation de déshonneur.

34De fait, ces grilles d’étude forment le socle du travail de terrain, dans la mesure où il peut être préférable de laisser passer du temps entre les rencontres ou d’abandonner les investigations lorsque le contexte devient étouffant. Je négocie, au mois de novembre 2004, un entretien avec Wassim, jeune toxicomane de 23 ans déscolarisé depuis l’âge de 8 ans, dont je réalise peu à peu que ses troubles mentaux sont à l’origine de sa consommation et non l’inverse comme sa mère a voulu l’expliquer dans un premier temps. La conversation s’engage mal – il est sous calmants et finit par s’endormir – mais fournit le prétexte à rencontrer la famille de Wassim, qui souffre d’hallucinations paranoïaques et de crises de violence qui lui ont valu une peine de prison de trois mois. Je connais déjà sa sœur, Halima, que j’ai rencontrée dans son salon de coiffure. Je « sens » que la situation de cette famille mérite d’être étudiée, mais j’ai sous-estimé l’ampleur de sa détresse. Je m’installe à un bout du salon, tandis que le frère de Wassim lit le Coran à l’autre bout de la banquette. La tension est palpable car, chose rarissime, je ne suis pas saluée par tous en entrant. Au fil de l’entretien, certaines réponses traduisent les difficultés sociales de la famille. À la question du nombre d’occupants de ce logement, Wassim annonce 10 personnes mais en cite 11 en présentant sa famille : il hésite à inclure dans le foyer l’enfant de Halima âgé de 2 ans, né hors mariage. Pourtant, celle-ci vit avec son compagnon dans une pièce louée non loin de là. Mais Halima confie à sa mère la garde de sa fille pendant qu’elle travaille au salon, si bien que Wassim ne sait plus trop où vivent Halima et la petite. Pendant l’entretien, une dispute éclate : le frère de Wassim reproche à sa mère cette situation déshonorante et se met à l’insulter. Depuis le décès de leur père survenu cinq mois auparavant, la famille rencontre d’énormes difficultés financières et sociales. L’observation des conditions de vie de cette famille complète le tableau de la situation : les ferraillages du plafond du salon sont apparents et des morceaux de plâtre tombent régulièrement ; le cabinet de toilette est partagé par 8 familles, chacune locataire d’une pièce de la maison ; il n’y a pas d’eau courante ; les membres de la famille dorment à tour de rôle dans le salon, déjà encombré par les effets personnels de chacun.

35Dans une situation aussi désastreuse, puisqu’il s’agit moins de « revenus » que de survie, mieux vaut évaluer la situation sociale plutôt que de faire parler une vieille dame passablement abîmée par le cours de la vie. L’entretien avec Wassim est complété par cinq séances avec sa sœur et la sœur de son compagnon au salon de coiffure, au mois de mars 2005. D’autres visites de politesse sont rendues au domicile de sa mère, dans le but de montrer qu’aucune transgression ne m’empêche d’apprécier sa compagnie. Chacune des visites me permet de rencontrer les membres du foyer à tour de rôle et de réaliser que la misère de Wassim n’était que la partie émergée de l’iceberg, la mère érigeant les troubles mentaux de son fils en problème « officiel » de la famille, hasard du destin susceptible de toucher n’importe quelle famille. Halima souffre d’un goître, une autre sœur d’un ulcère à l’estomac, la mère se fatigue de plus en plus vite et peine à empêcher le frère aîné de battre ses sœurs lorsque leur comportement devient indigne à ses yeux (maquillage, tenue vestimentaire). Or, depuis la disparition du père, les coups se font plus fréquents et plus marqués sur les corps et les visages.

36Enfin, pour l’analyse de l’incidence de pratiques déviantes sur le quotidien des familles, il peut être plus intéressant d’être renseigné sur le statut social d’une famille que sur ses revenus propres : une famille pauvre peut bénéficier d’une réputation et d’un statut important que de multiples indices renseignent. Je cite ici le cas d’une famille de l’ancienne médina. Propriétaires de deux maisons dans le même derb, les parents ont attribué le rez-de-chaussée et la terrasse de leur maison ainsi que l’usage de la seconde maison à trois de leurs enfants. Dans leur maison, ils disposent de deux étages dont l’un comporte les salons de réception ainsi qu’une salle de bains tout confort à l’usage du chef de famille rendu handicapé par une maladie des os. Ils comptent un imam parmi leurs douze enfants, tous mariés avec enfants et disposant parfois d’une voiture. Ils ont enfin effectué le pèlerinage à la Mecque et distribuent le couscous aux nécessiteux pendant le ramadan. Malgré les difficultés économiques qui frappent aujourd’hui l’ensemble de la famille élargie, ces critères permettent de cerner le patrimoine social important dont bénéficie la famille.

Composer son terrain en toute extranéité

37Au fil du temps de thèse, je n’ai pu que constater l’utilité des moments de recherche permettant une réflexion sur l’irruption du sociologue dans le milieu qu’il étudie. Non pas que ce travail fît état de méthodes novatrices, mais il marquait une étape dans l’ajustement de manières de faire, propres à mon parcours : une sorte de pierre fondatrice dans la construction de soi qui n’était pourtant pas le but initial.

38Ces moments réflexifs permettent de prendre conscience que l’enquêteur s’insère dans des jeux sociaux auxquels il prend part implicitement, comme tout individu dans la société marocaine. L’extrême contrôle social reconduisant la prégnance et la multiplicité des normes, les refuges que constituent les faux-semblants, la diversité des modes d’évitement face à la situation d’entretien jugée propice à se dévoiler, voire se trahir : un ensemble de chausse-trappes ponctuent le terrain du sociologue qu’un minimum de référents d’ordre ethnographique permet au mieux de questionner. Au-delà de la question du temps nécessaire à mener un terrain auprès d’enquêté(e)s très marqués par leurs conditions de vie, ces embûches se révèlent extrêmement riches dans la mesure où l’on y décèle à la fois les cadres apparemment rigides des injonctions sociétales enserrant le quotidien des individus, et aussi les moyens de les contourner.

39Par ailleurs, les variantes dans le dispositif d’entretien ne manquent pas – entretien en extérieur semi-directifs en groupe et en face à face, à domicile en famille – et nous avons détaillé les stratégies d’enquêté(e)s visant à éviter l’entretien ou en tirer profit. Face à ces mille et un évitements, parole et observation doivent se compléter, au-delà de la dichotomie espaces publics versus domestiques. Il y va de la crédibilité des données recueillies, mais pas seulement : en effet, l’attention au contexte prônée dans cette recherche constitue une clef de lecture tout à fait essentielle dans mon parcours professionnel. Car tout le terrain semble se jouer là : j’y vois un trait de conduite nécessaire au chercheur capable de s’effacer dans le silence au profit du bruit social qu’il scrute et dénoue. Une mise à l’écart, une discrétion, une réserve font de la situation d’observation les deux paradoxes étonnants du terrain : invisible aux autres, l’air de rien, le chercheur se rend pourtant encore plus présent à lui-même, et in fine aux autres. Enfin, mêlant ombre et lumière, il sait tisser une forme de résistance aux mouvements du monde dont il entend pourtant témoigner. Pour ceci, une seule méthode, peut-être aussi un seul mode de vie : se sentir étranger en toute situation.

Annexes

1. Grille d’observation directe en espace public

1. Généralités :

• quartier

• date, heure

• affluence, approche d’une fête [ramadan, Aïd el-Kebir…]

• saison, météo

• présence de l’interprète, d’un représentant de la police à proximité

• tout autre paramètre susceptible d’influencer les conditions de l’observation

2. Appréciation sociale :

a) Qualité des aménagements et de la gestion :

• niveau socio-économique du style architectural

• sécurité, hygiène…

b) Qualité sociale :

• type de population, densité, comportement

• sentiment d’être à sa place pour l’enquêteur, règles d’usage, horaires

3. Morphologie de l’espace observé :

a) Formes :

• dimensions du bâti, des espaces :

- impressionnantes / … / réduites

- degré d’ouverture / fermeture de l’espace

- passage de front des individus : nombre

• vocabulaire :

- registre : formes agressives / » arrondies »

- parti architectonique [porte-à-faux, poteaux]

- éléments de partition [porte, mur plein, clôture, grille, grillage, arbres]

- éléments de modénature [nombre, dimensions, registre]

b) Matériaux :

• éléments : sol, murs…

• qualité / aspect :

- durs, poussiéreux, bruyants, réfléchissants

- bruts / avec revêtements

- rugueux / lisses

- absorbants / brillants

- teintes : claires / sombres

- vitrages : dimensions, quantité, qualité [transparents / réfléchissants]

• formes végétales :

- arbres [variétés, nombre]

- densité du feuillage [ex. : ficus épais]

- hauteur libre pour l’homme

- répartition spatiale : arbres formant haie / éparses

- surface engazonnée libre

c) Objets :

• déchets

• mobilier urbain

d) Ambiances [ = sensations, rapport du corps à l’espace] :

• vues ménagées / être vu :

- à travers des éléments de partition / vue directe

- à travers des vitrages : les transitions

• sensations :

- étouffement / libération

- in(sécurité) : état de dégradation de l’environnement

- (in)confort [humidité, courants d’air]

• lumières :

- naturelles

- dispositifs de lumière artificielle

- mobilier urbain opérationnel ou pas

- odeurs [excréments, mer, port…]

4. Personne(s) observée(s) :

a) Composition :

• nombre [groupe]

• genre

• âge approximatif

b) Présentation de soi :

• vêtements : facture, style, usure

• coiffures, « look »

• accessoires [lunettes, sacs…]

c) Postures du corps :

• assis / debout

• en mouvement [itinéraire à préciser]

• mouvements affectés / naturels, « pose »

• caractéristiques du pas [marche forcée / promenade au hasard]

d) Actions :

• objets et accessoires amenés, déplacés dans l’action [journal, tabouret de hammam…]

• transformations visibles [abri de gardien]

• odeurs [pollution urbaine / senteurs naturelles]

• sons

e) Interactions :

• nature : interactions subies / recherchées

• conversations, paroles échangées brièvement

• gestes :

- cigarettes

- tics / calme extrême

- regard nerveux sur la montre…

• regards :

- directions

- objets / personnes observées

• attention :

- à autrui : yeux dans le vague / à la recherche de quelque chose, de quelqu’un

- aux personnes du groupe : distance des corps, attitudes [rires, tensions, silences…]

2. Grille d’étude des logements

1. Généralités :

- quartier

- adressage [facilité de recevoir du courrier]

- statut : propriétaire, locataire, colocataire, occupant à titre gratuit

- date, heure

- saison, météo

2. Appréciation sociale :

a) Qualité des aménagements et de la gestion :

- niveau socio-économique du style architectural

- sécurité du quartier

- niveau de « fermeture » du logement [intimité]

- hygiène

b) Qualité sociale :

- type de population, densité,

- comportement, intensité de la vie de rue

3. Équipements du quartier :

- distance aux bus et taxis

- distance à l’école

- équipements et commerces de base [four de quartier, épiceries, pain, souk]

- hammam [horaires partagés, confort]

4. Environnement du logement :

- gradient privé-public pour les espaces limitrophes

- facilité d’approche d’un véhicule de type Honda

5. Équipement du logement :

- électricité [nb de familles par compteur]

- eau courante [borne-fontaine, recours au grab]

- éléments végétaux [arbres, plantes]

- facilité d’usage avec personne handicapée

- WC [taille, nb de personnes, possibilité de s’y doucher]

- type d’assainissement

6. Matériaux de construction :

a) Protection contre les intempéries :

- toit [en dur, tôle ondulée, onduline amiantée]

- isolation des fenêtres [présence de vitrages]

- possibilité de « faire le noir » à l’intérieur

b) Aménagements intérieurs :

- qualité du bâti, facilité d’entretien

- carrelage façon « zelliges »

- confort de l’escalier [étroitesse, baisser la tête, danger]

c) Bruits :

- ambiance de la rue

- voisins [sujet de conflits]

- possibilité pour les enfants de faire les devoirs dans le calme

7. Morphologie du logement :

- niveaux, nb de pièces, taille

- nb d’habitants [famille, colocataires]

- nb de couchages / nb d’habitants

- cuisine [nb de feux de cuisson, équipement, espace]

- pièce polyvalente [cour, wust-ed-dar]

- salons d’apparat, possibilité de recevoir

- comportements alternatifs possibles [boisson, haschich]

- séparation possible femmes / hommes

8. Disposition des pièces :

- aménagement de l’entrée [chicane]

- encombrement du mrah [espace de distribution]

- accès aux étages : anonyme / passage chez les voisins, gêne

- accès à la terrasse : lavage / séchage du linge, bavardages

9. Possessions :

- ameublement

- rangements [armoire à linge, étagères, chaussures]

- éléments décoratifs [ex. : photos de famille]

- lutte contre le froid : qualité des couvertures

- locomotion : mobylette, automobile, bicyclette

- jouets des enfants

- objets de puériculture, « place » du dernier-né

10. Niveau de technologie :

- réfrigérateur

- télévision, numérique [parabole, partage avec les voisins], lecteur DVD

- téléphones : fixes, portables [ligne stable / changeante]

11. Évolution du logement :

- économie [MRE, stratégies, épargne]

- transformations : relevé graphique meublé

- description du projet [idées, besoins, expression]

- provenance des matériaux [quartier, transport]

- mise en œuvre [ouvriers, aide de la famille, des voisins]

- projets futurs

Notes

1  M.P. Anglade, Casablanca, une « ville à l’envers ». Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc, thèse de doctorat en aménagement et sociologie, université de Tours, 2015.

2  Laboratoire langages, actions urbaines, altérités, ENSAN (École Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes).

3  M.P. Anglade, « L’air de rien. Une approche des usagers des rues de Casablanca », Lieux communs, n° 10, Nantes, 2007, p. 25-50.

4  G. Tillion, T. Todorov, Fragments de vie, Paris, le Seuil, 2009, p. 274.

5  La peau foncée est un stigmate puissant au Maroc.

6  Ce sont pourtant là les traces évidentes d’une consommation régulière de qarqoubi, psychotropes sous forme de comprimés de contrebande qui, lorsqu’ils sont ingérés avec de l’alcool, transfigurent totalement les usagers par un sentiment incommensurable de puissance physique. Issu du verbe yqarqab qui signifie « faire du bruit », ce mot associe l’ingestion de ces comprimés à l’image du bruit qu’ils produisent dans le cerveau des usagers.

7  Lorsque les lieux de consommation de produits illicites sont un peu éloignés du quartier de résidence, les enquêtés ont recours à de faux prénoms que j’appelle des « noms de rue », afin de conserver un relatif anonymat.

8  Ces mises en garde ont également été décrites par P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc : réflexions sur une enquête de terrain, Paris, Hachette, 1988 [1977], p. 91.

9  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 53.

10  F. Navez-Bouchanine, Enquête, mode d’emploi : techniques d’enquête et collecte de données dans les études socio-économiques, Casablanca, Éd. El Khattabi, 1989, p. 71.

11  Ces processus de méfiance dans des relations complexes de pouvoir entre habitants et autorités dont l’enquêteur se fait le représentant malgré lui ont été parfaitement décrits ici : A. Arrif, « Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca », Ethnologie française, t. XXXVII, n° 1, 2001, p. 29-39.

12  F. Navez-Bouchanine, Enquête, mode d’emploi, op. cit., p. 71.

13  M. Marié, les Terres et les mots : une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p. 70.

14  E. Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éd. de Minuit, 2001 [1963], p. 58.

15  E. Goffman, les Rites d’interaction, Paris, Éd. de Minuit, 2008 [1974], p. 10.

16  A. Arrif, « Fragments d’une enquête dans un bidonville de Casablanca », op. cit., p. 32.

17  P. Rabinow, Un ethnologue au Maroc, op. cit., p. 38-39.

18  M. Chekroun, Famille, État et transformations socioculturelles au Maroc, Rabat, Éd. Okad, 1996.

19  J. Peneff, le Goût de l’observation, Paris, la Découverte, 2009.

20  F. Navez-Bouchanine, Habiter la ville marocaine, Casablanca, Paris, Gaëtan Morin-Maghreb, l’Harmattan, 1997, p. 256.

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540