Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Postface

Tristan Mattelart

Texte intégral

1Pour originale qu’elle soit dans le monde académique francophone, l’étude des productions et des circulations transnationales des biens médiatiques à laquelle entend procéder cet ouvrage dirigé par Dominique Marchetti et Julien Paris n’est pas sans danger. Combien de travaux menés dans ce domaine tendent-ils à esquisser en termes très généraux la façon dont un ensemble de flux transnationaux quelque peu décontextualisés contribuent à la structuration d’une « économie culturelle globale » (Appaduraï, 1996) et dissertent sur la nature de celle-ci, sans toutefois prendre en considération ni les stratégies des acteurs lui donnant corps, ni la matérialité des flux qui l’irriguent ?

2Le premier mérite de ce livre est de tourner résolument le dos à ce type d’analyses décontextualisées pour documenter la réalité des productions et des circulations transnationales de biens médiatiques à travers une collection de riches études, fondées sur un imposant travail empirique, mené sur des terrains qui, pour la plupart, étaient jusque-là relativement inexplorés. À la glose sur la circulation transnationale des biens médiatiques, ce volume préfère donc le minutieux décryptage des stratégies des acteurs, l’examen des enjeux politiques, économiques, culturels ou sociaux que celles-ci suscitent, ainsi que l’observation de la manière dont ces stratégies s’incarnent dans des territoires particuliers.

3Une autre spécificité de cet ouvrage est de considérer les biens médiatiques dans leur double dimension de moyens et d’information et de divertissement : il fait à ce titre éclater les frontières dans lesquelles les recherches sur l’information journalistique, d’une part, et celles sur les industries de l’image télévisée ou cinématographique, d’autre part, tendent à être enfermées, pensées qu’elles sont isolément les unes des autres. Appréhendant ensemble production et circulation des nouvelles et des fictions, ce livre souligne combien les programmes de divertissement égayant les écrans de télévision ou de cinéma sont – comme les dispositifs d’information internationale dans lesquels investissent les diplomaties publiques – porteurs d’enjeux géopolitiques. De la même façon, l’ouvrage nous rappelle combien l’information est, comme l’image, dans le monde contemporain, soumise aux logiques industrielles et structurée par de fortes contraintes économiques, en plus de celles politiques ou géopolitiques. Ce qui n’est pas inutile à un moment où différents écrits sur le « citizen journalism » voient dans les nouvelles plates-formes du web un moyen de s’affranchir des contraintes économiques liées à la production et à la distribution, tant locale qu’internationale, de l’information.

4Enfin, en se centrant sur les mondes arabes et musulmans, ce livre a pour attrait d’avoir répondu, de manière particulièrement bienvenue, à l’appel lancé en 2000 par James Curran et Myung-Jin Park (2000), invitant à « désoccidentaliser les études sur les médias » – un appel qui n’a pas été très entendu au sein du monde académique francophone. Mieux, les mondes arabes et musulmans autour desquels sont organisées ces interrogations sur la production et la circulation transnationale des biens médiatiques sont, en la matière, un véritable laboratoire. Aux prises avec les contradictions de l’héritage postcolonial, cet espace voit s’affronter plusieurs puissances régionales et il est au centre de l’attention des chancelleries occidentales depuis que la lutte contre l’islamisme radical s’est imposée à leurs yeux comme clé de lecture majeure des relations internationales : cela en fait un cadre idoine pour saisir les enjeux géopolitiques attachés à la circulation des informations ou des divertissements. Ayant en outre en partage, pour une large part, une langue et une religion, cet espace – qui reste néanmoins résolument marqué par les différences qui le constituent – est un lieu particulièrement pertinent pour entendre les processus de diffusion transnationale des biens médiatiques et les défis qu’ils posent au niveau local.

Les recompositions au sein du champ audiovisuel régional

5Les apports de l’ouvrage sont nombreux. Essayons d’en cerner quelques-uns, sans bien entendu chercher à être exhaustif. Loin des visions occidentalo-centrées qui sous-tendent nombre d’analyses sur l’internationalisation des médias, les chapitres de ce volume concentré sur les mondes arabes et musulmans permettent pour commencer de saisir les recompositions en cours au sein du champ audiovisuel régional. La lecture de ces textes fait d’abord apparaître, en filigrane parfois, la manière dont l’Égypte – qui a pendant longtemps été un pôle majeur d’exportation pour les pays arabes non seulement en matière de fictions, mais aussi d’informations – a, comme le note Tourya Guaaybess, perdu « son leadership au profit des pays du Golfe ».

6La première chaîne par satellite en arabe a certes été égyptienne : stimulé par le besoin, en pleine guerre du Golfe, de ne pas laisser les émissions de Cable News Network (CNN) sans compétition, l’organisme d’État de la radio-télévision égyptien a de fait créé, en décembre 1990, l’Egyptian Space Channel (ESC). Cette télévision ne sera cependant pas en mesure de résister à la concurrence des chaînes satellitaires à capitaux saoudiens – Middle East Broadcasting Center (MBC), lancée à sa création en 1991 à partir de Londres, puis les bouquets offshore Arab Radio and Television Network (ART) et Orbit, basés en Italie lors de leur inauguration – qui, fortes de leurs opulents divertissements, se détacheront bientôt dans le paysage des chaînes panarabes. Comme l’avait fait, avant elles, la « presse écrite offshore produite à Londres », distribuée dans le monde arabe, avec, là aussi, des capitaux saoudiens.

7Dans le domaine de l’information, c’est bien évidemment la chaîne qatarie Al Jazeera – dont le « panarabisme médiatique » s’inscrit aux yeux de Nicolas Dot-Pouillard dans la continuité de celui développé par la radio nassérienne Sawt Al-ʿArab (La Voix des Arabes) – qui va s’imposer à partir de la fin des années 1990, suscitant en retour la création par le groupe MBC, pour contrer la télévision qatarie, d’une autre chaîne d’information destinée au public panarabe : Al Arabiya.

Le plateau du journal télévisé et une partie de la salle de rédaction chargée de gérer l’antenne de la chaîne Al Jazeera English, créée en 2006 à Doha pour concurrencer CNN et la BBC.

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

Une petite fraction de la grande rédaction d’Al Jazeera produisant en arabe et organisée en open space. A droite, l’un des deux plateaux situés dans la même pièce

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

8Chacune de ces chaînes est investie, au-delà de ses missions d’information ou de divertissement, d’une mission diplomatique : leur histoire est indissolublement liée à celle des rivalités géopolitiques ou des volontés d’influence dans la région qu’entretiennent les promoteurs de ces télévisions.

9Si elles sont indéniablement investies de fonctions géopolitiques, il serait cependant plus que réducteur de ne voir ces chaînes que comme des instruments des États ou des princes qui les financent. Le statut d’Al Jazeera, nous avertit Nicolas Dot-Pouillard, ne peut ainsi être résumé à celui de simple « courroie de transmission » de l’État qatari. La chaîne, par la diversité des nationalités et des opinions des journalistes qui composent sa rédaction transnationale, est aussi un espace dans lequel se sont déployées, pendant les années 2000, les idéologies qui traversent le monde arabe : elle a, à ce titre, été autant le réceptacle que le véhicule d’un « discours néo-tiers-mondiste », non sans que cela apparaisse comme ambigu, son principal bailleur n’étant pas connu pour entretenir des « liens d’inimitié particuliers avec les principaux pays occidentaux ».

10De fait, la chaîne qatarie a gagné, de la fin des années 1990 au début des années 2000, une grande part de sa popularité en offrant, sur les conflits qui ont marqué la région, une perspective en contradiction avec celle promue par l’administration américaine : de l’opération « Renard du désert » en 1998 à la guerre d’Irak en 2003, en passant par la seconde Intifada en 2000 ou l’intervention en Afghanistan en 2001, pour reprendre les principales étapes qui ponctuent la montée en puissance de la télévision et qu’égrène Tourya Guaaybess.

11On se souvient de l’acrimonie des débats ayant entouré, dans la deuxième moitié des années 1970 et au début des années 1980, la revendication par les pays non-alignés, reprise à son compte par l’Unesco, d’un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC), contestant en particulier, sur fond de discours dénonçant les menées impériales du gouvernement américain, la domination qu’exerçaient les grandes agences occidentales sur le commerce international des nouvelles et formulant le vœu d’un rééquilibrage des flux d’information.

12L’ouvrage donne une actualité inattendue à ces débats. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de voir une chaîne d’information en continu sise au Qatar – qui abrite la plus grande base militaire américaine en dehors des États-Unis – propager des vues caractérisées comme « anti-impériales » par Nicolas Dot-Pouillard, à propos, notamment, des interventions armées de Washington dans le monde arabe. Il n’est pas moins paradoxal de voir les différentes chaînes du groupe Al Jazeera, abritées par un richissime émirat, prétendre (comme le font, en plus de la chaîne mère, Al Jazeera English ou Al Jazeera Documentaire) donner une « voix aux sans voix » des pays des Suds (Figenschou, 2013 : p. 98), avec le but affiché de procéder régionalement, à travers la chaîne arabophone, ou internationalement, à travers la chaîne anglophone, à un rééquilibrage des flux d’information.

13Le défi représenté par Al Jazeera et les autres chaînes d’information en continu qui se sont développées dans sa continuité n’en sera pas moins considéré comme suffisamment sérieux par les chancelleries occidentales pour susciter, à partir de 2004, la création de différentes télévisions publiques diffusant, en arabe, à l’attention de l’espace arabophone, comme en témoignent le lancement de la chaîne gouvernementale américaine Al Hurra, les émissions en arabe de France 24 et de la Deutsche Welle TV ou encore la mise sur pied de la BBC Arabic TV…

14Dans un autre étrange écho aux débats tenus quelques décennies plus tôt au sein de l’Unesco, plusieurs acteurs du Golfe appréhendés dans le cadre de cet ouvrage expriment leur volonté de donner aux « Arabes » les moyens de leur propre représentation médiatique, sans passer par le truchement de celle offerte par les supports occidentaux. La chaîne Al Jazeera Documentaire qu’étudie Michel Tabet voudrait de cette façon « montrer que les Arabes sont eux-mêmes capables de […] prendre en charge leur propre image ». La télévision entend, au-delà de son rôle de diffuseur, structurer l’émergence d’une économie du documentaire dans le monde arabe aux fins de lutter, par ce biais, contre la persistance des visions orientalistes et, au-delà, de démontrer « que les Arabes sont en mesure d’accomplir de grandes œuvres culturelles ».

15Dans un contexte totalement différent, celui du complexe de Dubaï Media City, affleurent les mêmes objectifs que décrypte Némésis Srour : celui d’attirer les investissements dans le secteur cinématographique pour développer la production dans le monde arabe et « pouvoir se défaire de la dépendance au Nord pour les financements des films de la région ».

Ankara et Téhéran en quête d’influence au travers de leurs diplomaties audiovisuelles

16En plus d’analyser les jeux de pouvoir au sein du champ audiovisuel arabe et la manière dont, au sein de celui-ci, se concrétise la volonté de certains acteurs de projeter une autre représentation du monde arabe que celles qu’offrent les médias occidentaux, l’originalité de ce livre est de mettre en lumière la manière dont des « puissances moyennes » comme la Turquie et l’Iran, entretenant des liens historiques avec le monde arabe, se servent de leurs médias et produits culturels à des fins d’influence dans celui-ci.

17Le cas de la Turquie est particulièrement intéressant. Nilgün Tutal-Cheviron et Aydın Çam étudient la façon dont, depuis son accession au pouvoir en 2002, l’AKP, le Parti de la justice et du développement, a développé de véritables « stratégies culturelles » pour être davantage présent économiquement et politiquement dans le monde arabe – stratégies au sein desquelles ont été enrôlés les médias étatiques, mais aussi, semble-t-il, les producteurs privés de télévision. Cette politique passe bien sûr par la création, par l’organisme public de radio-télévision, la TRT, d’une chaîne arabophone, TRT El Türkiye, diffusant en « cinq dialectes arabes », et par l’inauguration, au sein de l’Agence étatique Anadolu (Agence Anatolie), d’un service d’informations en arabe et en persan.

18Mais, le gouvernement turc, reprenant à son compte la stratégie (et la terminologie) de « soft power » promue(s) par Joseph Nye pour les États-Unis (Nye, 1990), s’emploie également à capitaliser la diffusion des séries turques dans le monde arabe – et l’image favorable du pays qu’elles y projettent –, en soutenant notamment leur exportation à travers un système d’aides publiques, aux fins de servir les « intérêts économiques » et « diplomatiques » de la Turquie dans cette région du monde.

19Si ces analyses enrichissent notre compréhension de la géopolitique de la télévision en montrant comment des puissances moyennes s’efforcent de recourir, elles aussi, aux outils de la propagande « douce », elles éclairent dans le même temps notre compréhension des mécanismes du commerce international des programmes de télévision. La littérature sur ce dernier sujet, tendant à être centrée sur l’internationalisation des produits états-uniens, souligne l’importance des stratégies de commercialisation et de promotion des programmes, des politiques de prix, du volume de production, des contenus à prétention universelle, de l’antériorité de l’expérience des entreprises hollywoodiennes pour expliquer leur succès planétaire. Dans sa contribution, Julien Paris ajoute un nouveau facteur, essentiel pour un marché tel que celui formé par le monde arabe : il note de fait qu’une des clefs de la réussite à l’exportation des séries turques dans cet espace tient à leur « dimension morale » – fruit d’un subtil ensemble d’impératifs, tant politiques, sociaux, culturels qu’économiques – et à leur capacité, de ce point de vue, à offrir à leurs téléspectateurs et téléspectatrices dans ce marché des contenus plus acceptables que ceux de leurs concurrents nord-américains.

20Le gouvernement iranien a lui aussi enrôlé l’audiovisuel dans sa diplomatie à destination du monde arabe. Il a pour ce faire, dès 2003, créé une chaîne arabophone, Al Alam. Le texte d’Yves Gonzalez-Quijano qui étudie les feuilletons télévisuels religieux iraniens suggère que Téhéran a, parallèlement à son dispositif de télédiffusion extérieure, développé une diplomatie de l’« image sacrée » qui a vu dans la multiplication des chaînes de télévision dans les mondes arabo-musulmans de nouveaux supports où se déployer. L’Iran, explique l’auteur, utilise ces feuilletons comme autant de vecteurs « de propagande religieuse » qui donnent de l’islam « une lecture plus ou moins marquée du sceau du chiisme ». Et certains de ces programmes, par leur faible coût d’achat et leur capacité à générer une « forte audience », trouvent place dans la grille des chaînes privées telles que Nessma en Tunisie ou Melody en Égypte. Ce qui n’est pas sans susciter l’inquiétude de la part des puissances sunnites qui, en guise de riposte, vont jusqu’à se lancer dans d’ambitieuses coproductions historico-religieuses consacrées aux figures sacrées de l’islam, à l’image de celles qui réunissent l’Arabie saoudite et le Qatar, en dépit de leurs rivalités.

Une complexe géographie de la circulation des images

21Loin de mettre prioritairement l’accent sur les flux médiatiques occidentaux irriguant le monde arabe, les différents chapitres de cet ouvrage esquissent une géographie de la circulation des images qui est résolument placée sous le signe de la complexité : elle fait, comme indiqué ci-dessus, une large place à une variété de flux régionaux, mais inclut également, grâce à la contribution de Némésis Srour, la présence dans le monde arabe des films indiens. La popularité de ceux-ci est grande, comme en témoignent leur succès sur le marché des DVD pirates ou la concurrence que se livrent, dans le ciel arabe, plusieurs chaînes qui leur sont consacrées, telles que MBC Bollywood, B4U (Bollywood for You), Zee Aflam. L’intérêt du chapitre de Némésis Srour est alors de retracer la stratégie d’internationalisation de l’un des principaux producteurs et distributeurs de films indiens, Yash Raj Films, et d’analyser comment celui-ci, après avoir créé des succursales dans la deuxième moitié des années 1990 à Londres, à New York et à Los Angeles, afin de conquérir le public de la diaspora indienne dans ces pays, s’est implanté au début des années 2000 dans la Dubaï Media City pour toucher non seulement la diaspora d’Asie du Sud largement présente dans les pays du Golfe, mais aussi, au-delà, les « audiences arabes » et concurrencer, sur ce terrain, productions locales et films hollywoodiens.

22Se penchant sur les flux transnationaux de biens médiatiques au sein des mondes arabo-musulmans, cet ouvrage cerne également la façon dont ceux-ci sont reçus dans des réalités nationales données. Le chapitre de Catherine Miller est particulièrement représentatif à cet égard, étudiant la manière dont, au Maroc, la chaîne étatique 2M a su s’imposer comme un médiateur incontournable pour l’accès de son public aux séries turques et mexicaines – préférées aux égyptiennes –, grâce à la politique de doublage en arabe marocain de ces programmes qu’elle a inaugurée à la fin des années 2000. L’auteur montre comment 2M, financée quasi exclusivement par la publicité, a répondu à la double injonction qui lui était faite : d’un côté, trouver des programmes bon marché, mais séduisant suffisamment son public pour attirer les annonceurs ; et, de l’autre, répondre à l’obligation imposée en 2006 par son nouveau cahier des charges d’accroître la proportion de programmes en arabe, en achetant des séries turques et mexicaines déjà diffusées par les chaînes saoudiennes (qui possèdent des budgets d’achat infiniment supérieurs), mais qu’elle double en darija pour leur donner une nouvelle vie sur le marché marocain. Ce faisant, 2M procède en quelque sorte à une nationalisation du flux télévisuel transnational, donnant, par ce doublage, « un caractère marocain à des productions étrangères », au grand plaisir du public, à la recherche de cette proximité culturelle, mais non sans que s’expriment des inquiétudes quant au danger que représentent ces programmes pour les « valeurs » de la société marocaine.

Persistance des anciennes hégémonies

23Si les chapitres de ce volume sont attentifs à la complexité de la géographie des flux et à la nécessité de rendre compte, au sein de cette dernière, de l’émergence de courants encore peu analysés, ils ne tombent pas dans le piège qui guette tant de travaux dans ce domaine : celui de « valoriser l’essor des acteurs médiatiques non-occidentaux » et, ce faisant, de négliger la permanence de l’hégémonie que continuent d’exercer les « “flux dominants” en provenance des pays du Global North, à commencer par ceux venant des États-Unis » (Thussu, 2007 : p. 10).

24L’importance de la place qu’occupent les productions occidentales sur les marchés considérés est ainsi, dans plusieurs chapitres, mise en évidence. Si Némésis Srour montre comment Yash Raj Films s’efforce d’accroître la présence des films indiens au Moyen-Orient, elle évoque aussi les difficultés que rencontre la firme à concurrencer les films hollywoodiens, plébiscités dans les multiplexes d’Égypte comme du Liban.

25De même, Catherine Miller souligne-t-elle dans son étude des politiques de programmes de 2M que la chaîne – après avoir impulsé, suite à la publication du nouveau cahier des charges de 2006 qui l’obligeait à proposer plus de programmes nationaux, une ambitieuse politique de production dans ce domaine – a dû revoir ses ambitions à la baisse. Cette production de fictions a décliné au profit d’une autre dynamique, favorisant la production de télé-réalités plébiscitées par le public, aux coûts beaucoup plus réduits, certes fabriquées localement, mais basées sur des modèles occidentaux, tels celui du programme de la BBC The Week Women Went (devenu Madame M’Safra à l’antenne de 2M) ou celui de l’émission de M6 Pékin Express (devenu Manadou Express).

26Mais, le chapitre qui révèle peut-être le mieux la permanence d’un échange qu’il faut bien continuer à caractériser comme inégal est celui d’Abdelfettah Benchenna. Il montre de fait combien la distribution des films du Maghreb est difficile en France – alors que ce pays est, de loin, celui qui, en Europe, leur est le plus ouvert. En dépit du système d’aide mis en place en faveur des « cinémas du monde » par le Centre national de la cinématographie (CNC) – qui n’est pas, suggère l’auteur, sans effets sur le contenu des films en profitant –, la distribution de ces films dans l’Hexagone reste confidentielle. Grand est à ce titre le contraste entre la présence du cinéma maghrébin en France et celle dont bénéficient les films français au Maghreb.

27Ce mouvement qui traverse l’ouvrage – qui met l’accent à la fois sur la nouvelle géographie plus diversifiée des flux de biens médiatiques et sur la persistance des anciennes hégémonies – est aussi présent dans certains des chapitres consacrés plus spécifiquement à l’information, à commencer par celui que dédie Dominique Marchetti à la place qu’occupe le Maroc sur le marché de l’information internationale. Les travaux sur le trafic des nouvelles tendent à privilégier les acteurs transnationaux de celui-ci – agences de presse internationales, télévisions par satellite – ; il est moins fréquent de trouver des études cernant, comme le fait l’auteur ici, l’organisation de la production de l’information sur l’étranger à partir d’un marché local. L’un des intérêts de son texte est de mettre à nu l’effet structurant qu’a pu avoir l’émergence de médias transnationaux arabophones dans la couverture de l’actualité du monde arabe, du moins sur le marché de l’information en langue arabe. Dans le royaume chérifien, le « pôle dominant » des correspondants des médias étrangers présents est en effet formé par ceux du Golfe – à commencer par les journalistes d’Al Arabiya ou des quotidiens arabophones transnationaux à capitaux saoudiens et ceux d’Al Jazeera. L’autre « pôle important » de correspondants présents au Maroc est néanmoins lui constitué des journalistes travaillant pour les entreprises de presse transnationales de l’ancienne puissance coloniale – l’Agence France Presse, Radio France internationale, France 24 – qui continuent à jouer un rôle central sur la manière dont le royaume sera représenté à une échelle internationale dans les autres langues que l’arabe et qui, pour être davantage présents sur le marché arabophone de l’information, investissent de plus en plus dans cette langue. De même, l’exemple des correspondants étrangers présents au Maroc illustre-t-il la volonté de la Turquie de « faire contrepoids […] à “la vision occidentale” du monde arabe », comme en témoigne le nombre non négligeable des journalistes de l’Agence Anadolu qui sont présents sur place.

Circulation des modèles culturels occidentaux

28Si l’ouvrage décrypte finement la circulation des biens médiatiques – tant les informations que les fictions –, il met également en valeur le rôle non moins important de la circulation des modèles – tant des modèles institutionnels de politique audiovisuelle ou cinématographique que des modèles de journalisme. Et, dans ce cadre, l’accent est plutôt mis sur la manière dont des acteurs occidentaux tentent de peser, à travers cette diffusion de modèles, dans les réalités nationales du monde musulman.

29Dans le chapitre où ils décryptent les efforts conjugués entrepris entre 2007 et 2011 par le CNC et le corps diplomatique français pour exporter le modèle français de financement public de cinéma en Turquie, Romain Lecler et Jean-François Polo dessinent les contours d’une « diplomatie française de l’exception et de la diversité culturelles ». Ils mettent bien en évidence la manière dont, sous couvert de sauvegarder, à travers le soutien à son industrie cinématographique, la culture nationale d’un pays partenaire, le gouvernement français, à travers l’exportation de son modèle de financement du cinéma, entend, aussi, participer au rayonnement de son propre modèle culturel qu’il pourra ainsi mieux défendre dans les grandes enceintes internationales où la protection de la diversité culturelle rime avec la promotion de son influence culturelle.

30Les programmes de formation des journalistes déployés par des acteurs parapublics occidentaux – tels que Deutsche Welle Akademie, Canal France International, BBC Media Action – en Tunisie au lendemain du 14 janvier 2011, étudiés par Olivier Koch, font apparaître le même hiatus entre les objectifs affichés – défendre non plus la culture nationale, mais la « transition démocratique » – et les dimensions diplomatiques dont ces programmes sont investis. Destinées à distiller « des normes et des pratiques adéquates aux principes démocratiques » en Tunisie, les formations que décrypte l’auteur (qui appartiennent à la première génération de formations mises en place après la chute de Ben Ali) sont de prime abord fort peu efficaces tant elles sont, par leur ignorance des réalités du journalisme en Tunisie, peu adaptées. Mais, si elles montrent des limites certaines dans leur capacité à faire évoluer les pratiques journalistiques en fonction des normes qu’elles voudraient voir suivies, elles se révèlent peut-être plus utiles du point de vue des chancelleries qui les financent : de fait, elles permettent aux diplomaties européennes de démultiplier « les liens avec les acteurs nationaux » dans le domaine du journalisme et donc les potentiels relais d’influence.

31Même si son texte est loin de privilégier cet aspect, Enrique Klaus laisse lui aussi deviner dans son chapitre consacré aux organes de régulation de l’audiovisuel au Maroc et en Tunisie le poids qu’ont pu avoir les incitations de diverses instances supranationales dans la mise en place de ces organes nationaux et les transferts de modèles qui ont pu ainsi s’opérer. Ne rappelle-t-il pas que, avant que la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) ne soit inaugurée au Maroc en 2002, la question de la régulation de l’audiovisuel dans ce pays a été, tout au long des années 1990, promue « dans les discussions » qu’entretenait le royaume chérifien « avec la coopération européenne » ?

Les reconfigurations du champ de l’information transnationale

32Pour Al Jazeera aussi, on pourrait parler de hiatus entre la volonté affichée par la chaîne de secouer les autocraties du monde arabe en diffusant des images que celles-ci auraient préféré voir ignorées et la réalité de l’inégale attention qu’elle a accordée aux soulèvements contre ces mêmes autocraties dans le cadre des dits « printemps arabes », illustration des contraintes diplomatiques qui pèsent sur elle. Même si, comme cela a déjà été dit, elle ne peut être considérée comme une « courroie de transmission » de l’État qatari. Nicolas Dot-Pouillard et Tourya Guaaybess montrent que l’aptitude d’Al Jazeera à se faire porteuse d’un discours démocratique « radical » a en effet été prise en défaut au moment des soulèvements arabes. Si la chaîne a offert une grande publicité au soulèvement tunisien, servant de « porte-voix » à celui-ci, puis a pris « ouvertement parti pour les manifestants égyptiens » contre les forces de l’ordre et a soutenu la « contestation populaire de la famille Assad » en Syrie, elle s’est en revanche tue « sur le mouvement démocratique à Bahreïn », ce qui lui a valu d’être accusée de répercuter « le discours officiel de l’État qatari, solidaire de la monarchie bahreïnienne ».

33En plus d’affecter son image et ses audiences, cette couverture déséquilibrée des soulèvements arabes semble avoir provoqué, comme l’explique Nicolas Dot-Pouillard, une crise au sein d’Al Jazeera, suscitant le départ de certains journalistes, qui, sous l’autorité de Ghassan Bin Jiddo, vont créer, grâce aux financements offerts par « de riches hommes d’affaires syriens et libanais », en juin 2012, une nouvelle chaîne, Al Mayadeen, basée dans la banlieue-sud de Beyrouth qui ne se privera pas, elle, de critiquer la répression à Bahreïn, se montrera beaucoup moins critique à l’égard du régime d’Assad en Syrie et reprendra à son compte le discours « néo-tiers-mondiste » tenu par Al Jazeera.

34Si le présent ouvrage cerne les reconfigurations à l’œuvre dans le champ des chaînes d’information en continu dans le monde arabe, il cerne également, par l’entremise du chapitre écrit par Enrico De Angelis, la manière dont les « nouveaux médias » contribuent à transformer les modalités de production et de distribution de l’information dans le même espace. Certains des arguments de l’auteur susciteront sans doute la discussion : peut-on considérer que, grâce aux « dispositifs digitaux », la production d’information « n’est plus désormais réservée aux seuls journalistes professionnels, mais devient à la portée de quiconque possède un smartphone ou une caméra » ? Certainement que, en plus des ressources économiques et sociales, quelques compétences et connexions, inégalement distribuées, continuent d’être nécessaires pour produire et faire circuler, à partir de ces outils numériques, à une échelle transnationale, l’information. Enrico De Angelis a en revanche immanquablement raison de souligner « l’émergence d’une nouvelle génération d’acteurs médiatiques » qui constituent de nouveaux intermédiaires qui jouent un rôle non négligeable dans les processus de production et de distribution de l’information internationale. Comme il le constate, les grandes chaînes de télévision comme Al Jazeera sont, par la prééminence que leur donne leur réseau de collecte et de diffusion de l’information, « les premiers acteurs à bénéficier » de l’émergence de ces nouveaux intermédiaires. Al Jazeera semble ainsi avoir eu un rôle pionnier dans l’intégration des « réseaux de “journalistes citoyens” » et des réseaux dits sociaux dans son dispositif international de collecte de l’information : ceux-ci lui offrent « à moindre coût » des sources de nouvelles et ont le grand avantage de permettre, en faisant appel à des correspondants plus ou moins officieux vivant sur place, de contourner les interdictions de séjour formulées dans certains pays contre ses journalistes. Les plates-formes du web sont aussi mobilisées par la chaîne pour accroître la circulation de ses informations : si les audiences de celle-ci ont tendu, depuis 2011, à décliner, la diffusion de ses nouvelles sur Internet va elle, à en croire l’auteur, croissant.

Un cybercafé dans la médina de Fès.

(© D. Marchetti, 30 août 2008).

35À l’issue de cette tentative de mettre en valeur quelques-uns des nombreux apports des textes rassemblés dans ce livre, nous voudrions formuler un vœu : celui que cet ouvrage touche un public plus large que celui des spécialistes des médias et des industries culturelles des mondes arabo-musulmans auxquels il est tout naturellement destiné. Trop souvent, les travaux de cette nature restent confinés dans les cercles d’improbables area studies. Or, par leurs réflexions sur la diversification de la géographie des flux transnationaux de biens médiatiques, par l’intérêt porté aux transformations des conditions dans lesquelles circule l’information internationale, par leur attention à la façon dont les dispositifs diplomatiques investissent les flux médiatiques et culturels transnationaux, par leur souci d’interroger non pas seulement la diffusion des contenus, mais aussi celle des modèles de production des contenus, pour ne citer que quelques-uns des thèmes forts qui cimentent les analyses proposées ici, les travaux constituant le présent volume devraient nourrir l’appétit de tous ceux qui s’intéressent aux processus de transnationalisation culturelle, qu’ils soient ou non spécialistes des mondes arabes et musulmans.

Bibliographie

Appaduraï, A., Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

Curran, J., Park, M.-J. dir., De-Westernizing Media Studies, Londres, Routledge, 2000.

Figenschou, T.U., Al Jazeera and the Global Media Landscape. The South is Talking Back, Londres, Routledge, 2013.

Nye, J., Bound to Lead. The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, 1990.

Thussu, D.K. dir., Media on the Move: Global Flow and Contra-Flow, Londres, Routledge, 2007.

Table des illustrations

Légende Le plateau du journal télévisé et une partie de la salle de rédaction chargée de gérer l’antenne de la chaîne Al Jazeera English, créée en 2006 à Doha pour concurrencer CNN et la BBC.
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Une petite fraction de la grande rédaction d’Al Jazeera produisant en arabe et organisée en open space. A droite, l’un des deux plateaux situés dans la même pièce
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Un cybercafé dans la médina de Fès.
Crédits (© D. Marchetti, 30 août 2008).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable