Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Partie 2. Les enjeux et les conditions sociales de l’import-export du cinéma et des programmes télévisés

Chapitre 9. Al Jazeera, production documentaire et « identité arabe »

Emergence et enjeux d’une industrie documentaire dans le monde arabe

Michel Tabet

Texte intégral

1L’industrie du film documentaire connaît, depuis le milieu des années 1990, des transformations induites par le développement des technologies numériques. De nouvelles formes et de nouveaux formats ont ainsi pris leur essor sous l’impulsion, entre autres, de la téléréalité ou, plus récemment, de la vidéo en ligne (Corner, Rosenthal, 2005). Parallèlement à ces mutations techniques et esthétiques, émergent aussi de nouveaux centres de production qui accentuent la dimension globale de ce marché. Le monde arabe offre, de ce point de vue, un site d’observation privilégié pour rendre compte de ces transformations. La production documentaire en langue arabe, relativement faible jusqu’aux années 2000, y a longtemps été partagée entre les films de propagande, financés et encadrés par les États ou les organisations politiques, et le cinéma de création, un genre promu et soutenu par des bailleurs indépendants ou occidentaux. L’émergence de fonds venus essentiellement des télévisions des pays du Golfe et de festivals arabes à partir de 2005 bouleverse cette équation, le rôle prépondérant des « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) dans les « printemps arabes », puis la guerre civile en Syrie (Boëx, 2012) consacrant à leur façon le rôle de la vidéo documentaire dans le paysage culturel arabophone.

2Si plusieurs facteurs participent ainsi à l’émergence d’une dynamique documentaire dans le monde arabe, cette dernière ne se définit pas moins par son caractère protéiforme. On y décèle, comme le souligne Naomi Sakr (2007) à propos des télévisions satellitaires dans cette zone, une rivalité entre différents types de patronages : sociétés privées contre sociétés publiques, États-Nations contre acteurs régionaux, médias internationaux contre médias locaux. Pour ce qui concerne le documentaire, la dichotomie entre production télévisuelle et production indépendante, classique en Europe depuis les années 1970, et plus récemment le processus d’individualisation de la production, s’ajoutent à ces antagonismes, invitant l’observateur à questionner les choix stylistiques, esthétiques et formels que mobilisent les différents producteurs de cette « arabité » documentaire.

3De façon plus concrète, si l’essentiel des productions arabes visibles sur les écrans européens comme dans la littérature critique et cinématographique relèvent du documentaire de création, son alter-ego télévisuel n’en occupe pas moins une place importante dans l’économie politique et symbolique de ce marché émergent. Mais bien que les investisseurs dans le champ du film d’auteur semblent plus nombreux et plus divers, un seul occupe pour l’instant une position prédominante dans la production télévisuelle en langue arabe, le groupe Al Jazeera avec sa chaîne thématique Al Jazeera Documentaire. Son influence paraît d’autant plus déterminante qu’il cherche à diffuser des documentaires à une échelle beaucoup plus large que le cercle des festivals, des amateurs et des cinéphiles. Sa contribution à la structuration commerciale et formelle du documentaire arabe contemporain est décisive dans la mesure où ses investissements concourent au développement d’un réseau de prestataires couvrant l’ensemble du monde arabe, professionnels qui partagent désormais des habitudes, des représentations et une culture.

4Par-delà cet enjeu particulier au monde du documentaire, se pose celui de la représentation d’une aire culturelle particulière au sein de la circulation globalisée des produits médiatiques. Du point de vue de l’anthropologie des médias, ces représentations documentaires qui se présentent comme les expressions autochtones d’une aire culturelle soulèvent plusieurs questions, à commencer par celle de l’articulation entre l’épistémologie réaliste du discours documentaire et la dimension imaginaire des mediascapes (paysages médiatiques) auxquels ils participent, ces espaces qui constituent, dans la terminologie d’Arjun Appadurai, des répertoires d’images et de récits pour des publics disséminés à travers le monde à qui ils offrent des scénarii et des modèles de vie (Appadurai, 2005). La particularité du documentaire, considéré sous cet angle, est de construire ces modèles non plus selon le mode de l’imagination fictionnelle mais sous celui d’un discours de vérité mêlant un registre identitaire (vérité sur soi) et un registre positiviste (vérité des faits, vérité des images). Ainsi, au-delà des mutations techniques et économiques qui structurent la globalisation documentaire, le cas d’Al Jazeera, comme d’autres à travers le monde, révèle aussi une inflexion dans le discours documentaire classique (Nichols, 1991), à savoir un croisement entre discours mythologique, au sens que Roland Barthes accordait à certaines représentations de la société de consommation (Barthes, 1957), et discours rationnel.

Al Jazeera documentaire et la genèse d’un marché en langue arabe

5Al Jazeera documentaire est une chaîne de télévision satellitaire qui diffuse des programmes documentaires en langue arabe, 24 heures sur 24 tout au long de l’année. Si elle commence à émettre le 1er janvier 2007, sa genèse remonte à 2003, année où le groupe Al Jazeera se restructure en bouquet dans un contexte médiatique arabe hautement concurrentiel (Guaaybess, 2011). Si elle a été conçue comme un simple canal de diffusion, ses cadres se sont employés, entre 2003 et 2006, à acheter des programmes sur le marché international. Sans ligne éditoriale établie, les choix ont été guidés pour l’essentiel par des principes de respect de la supposée « sensibilité » des « publics arabes ». L’essentiel des programmes acquis étaient composés de documentaires animaliers, historiques ou de tourisme que l’on se contentait de traduire en arabe.

  • 1 Entretien à Doha, 23 avril 2013, dans le cadre de missions d’un post-doctorat du Labex Créations, A (...)

6Ainsi, au moment de son lancement, la chaîne ressemblait à un patchwork de films sans liens les uns avec les autres. Ses responsables ont rapidement conclu qu’il leur fallait à la fois produire eux-mêmes des films et proposer des documentaires traitant de sujets susceptibles d’intéresser un public arabophone. Il faut dire qu’Al Jazeera Documentaire n’est pas seule sur le segment de la diffusion de programmes documentaires en langue arabe. Discovery Channel, le premier groupe de diffusion mondial de films et émissions documentaires, dispose d’une chaîne arabe depuis 1999 qui rencontre un certain succès. En 2009, la National Geographic commence elle aussi à émettre à Abu Dhabi. Afin de devenir « la » chaîne du documentaire dans le monde arabe, Al Jazeera Documentaire doit produire des films et ne pas se contenter de les traduire. Mais pour y parvenir, deux obstacles se dressent alors sur son chemin : le premier, selon les mots mêmes du directeur de la chaîne1, est l’absence de culture documentaire dans le monde arabe, c’est-à-dire d’un public s’intéressant à ce type de productions ; le second est l’absence d’une industrie capable de fournir un nombre suffisamment important de films. S’il existe une industrie audiovisuelle arabe performante et développée, il lui manque l’expérience et la spécialisation dans la production et la réalisation de programmes documentaires.

7C’est à ce niveau que la force de frappe d’un groupe comme Al Jazeera se révèle : il n’y a pas de marché, il n’y a pas d’industrie, c’est-à-dire qu’il faudra les construire soi-même. Sous l’impulsion de son directeur Ahmad Mahfoudh Nouh, un réalisateur-producteur diplômé de l’académie égyptienne de cinéma, nommé en 2008 à la tête de la chaîne, Al Jazeera documentaire s’engage dans une politique volontariste de production, de diffusion et d’accompagnement du film documentaire. Ancien directeur du pôle de l’opéra du Caire, ayant participé à de nombreuses productions pour la télévision égyptienne et assuré des formations au cinéma documentaire dans différents pays arabes, il dote la chaîne d’un réseau de prestataires qui lui permettent d’augmenter ses productions. Si elle n’avait produit en 2006 que 47 films, principalement des reportages de 25 minutes presque tous consacrés au cinéma dans le monde arabe ou bien à des portraits de cinéastes, Al Jazeera documentaire présente en 2008 plus 150 films, dont de nombreux « 52 minutes ». Elle franchit en 2012 la barre des 250 films par an, croissance qui ne cesse de se poursuivre depuis, avec pour objectif la diffusion d’environ 50 % de films autoproduits dans les années à venir.

8Parallèlement à ces investissements dans la production, la chaîne s’implique à d’autres niveaux de l’industrie, en sponsorisant des festivals, des événements et des formations dans le monde arabe. Son ambition de contribuer au développement de la critique et de la théorie documentaires se manifeste surtout à travers son site internet, pour partie consacré à sa grille et pour partie au cinéma, ainsi que par la publication d’une revue mensuelle dédiée à l’étude et à l’analyse des films. Cette initiative montre que les responsables d’Al Jazeera Documentaire conçoivent leur chaîne comme un projet culturel censé contribuer à une meilleure connaissance de ce type de programme dans le monde arabe.

Organisation et fonctionnement de la chaîne au service d’une nouvelle stratégie

  • 2 Entretien à Doha, 23 avril 2013.

9Al Jazeera Documentaire est une organisation qui repose sur trois pôles d’activités : le service des acquisitions, le service des productions ainsi que le service d’information, composé d’un site internet et d’une revue critique. Le premier service regroupe une dizaine de personnes qui visionnent quotidiennement, à raison de cinq heures par jour, des programmes qui viennent du monde entier. Ils doivent repérer des films dans les festivals et dans les catalogues des distributeurs et des producteurs internationaux ainsi que sur les marchés du film documentaire, comme La Rochelle ou le MIPDOC à Cannes. Chaque produit est visionné pour en contrôler la qualité technique et esthétique, vérifier s’il y a des passages pouvant heurter la sensibilité d’un public considéré comme « conservateur ». Les films sélectionnés le sont dans leur intégralité. Si des séquences problématiques existent, les contrôleurs d’Al Jazeera ne coupent pas les films et ne les achètent pas. Chaque acquisition fait ensuite l’objet d’un référencement dans une fiche descriptive au sein de laquelle l’examinateur la décrit et explique ses choix. Une fois que le film est retenu, il est acheté, puis envoyé à un sous-traitant pour réaliser le sous-titrage et/ou le doublage, et enfin mis en conformité avec les normes graphiques et techniques de la chaîne. Cette partie du travail et de la programmation vise autant à remplir la grille qu’à proposer au public des productions lui permettant de découvrir le reste du monde. Pour Ahmad Mahfoudh Nouh, il ne s’agit pas seulement de montrer la diversité des cultures humaines et des pratiques documentaires mais de contribuer à la restauration d’une certaine fierté : « Je ne cherche pas à dire à mon public qu’il est barbare ou sous développé, mais que si les autres ont une culture, lui aussi à une culture dont il peut être fier et à travers laquelle il peut dialoguer avec les autres »2.

10Le pôle de la production est, quant à lui, composé de six personnes. Elles accompagnent les films que la chaîne développe, de l’élaboration de l’idée jusqu’à leur vente sur le marché international. Ce groupe est au cœur du réseau régional d’Al Jazeera Documentaire et c’est lui qui fixe la ligne éditoriale selon deux grandes perspectives : d’une part, une ligne de programmation s’échelonnant sur trois ans, de manière à fixer les priorités et établir un calendrier des événements qui pourraient donner lieu à des films, d’autre part, un suivi quotidien, permettant d’accompagner les développements de l’actualité et d’étudier les propositions émanant des producteurs et des réalisateurs.

  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.

11Jusqu’en 2013, la stratégie de production d’Al Jazeera Documentaire était relativement souple. Il s’agissait surtout, selon Mohamed Belhaj, l’un de ses principaux directeurs de production, de mettre en chantier un grand nombre de films dans l’objectif d’établir un certain équilibre avec les programmes achetés, qui constituent 70 % de la grille, l’objectif dans les années à venir étant d’augmenter la part des films autoproduits à 50 %3. Une priorité a toutefois été donnée aux réalités des pays arabes et des pays du Sud, Al Jazeera cherchant ainsi à se faire l’écho de leurs préoccupations, de les faire connaître et de « leur donner la parole »4.

12Cette politique de production connaît une inflexion dans le cadre d’une nouvelle stratégie, intitulée strands et annoncée au cours du festival d’Al Jazeera en 2013. Elle vise à clarifier la production et à rendre la grille de diffusion plus intelligible. Si jusqu’à cette date il y avait bien des catégories classificatoires qui structuraient la production et la programmation, elles n’étaient pas clairement explicitées à l’antenne. La politique des strands, que l’on pourrait traduire par thèmes ou centres d’intérêt, vise à combler ces lacunes et à établir une jonction plus forte entre les cases de diffusion et les projets de production et de coproduction.

13Les strands ont ainsi vocation à devenir des rendez-vous réguliers permettant de présenter des films et des séries, liés entre eux par la forme, le contenu ou la durée. Il s’agit de rendre la grille de diffusion lisible pour le spectateur, c’est-à-dire de l’organiser en créant des rendez-vous hebdomadaires, mais aussi de faciliter le travail des producteurs en clarifiant les attentes de la chaîne, en les incitant à proposer des idées et des projets beaucoup plus précis. Il s’agit enfin de favoriser la vente des programmes produits par Al Jazeera Documentaire sur le marché international. Cette politique des strands se décline selon une série de thèmes qui explicitent la vision qui anime les productions de la chaîne.

  • Man Ana ? (Qui suis-je ?) : il s’agit de sujets qui abordent la réalité arabe contemporaine, parlent de l’identité arabe et font apparaître la valeur de l’« homme arabe » et ses réalisations en exposant des histoires positives, des exemples de réussite humaine, artistique et culturelle.

  • Al ‘Adasa al-Hurra (La caméra libre) : cette rubrique est relativement large. Elle comprend les films créatifs et conçus pour être diffusés dans des festivals, mais aussi des expérimentations d’amateurs et des jeunes réalisateurs. Son existence témoigne de l’envergure du projet documentaire d’Al Jazeera puisqu’elle ne semble pas vouloir se limiter à la production de films destinés à être vus sur ses antennes mais qu’elle voudrait vouloir investir dans des documentaires de création.

  • Min wahi al-Shu‘ûb (Leçon que nous donnent les peuples) : il s’agit de films et de séries d’exploration qui emmènent le spectateur à la découverte d’autres « cultures ». Jusqu’ici la politique de découverte s’effectuait par le biais des acquisitions. Les producteurs d’Al Jazeera veulent désormais envoyer des équipes aux quatre coins du monde pour rapporter des histoires et des images.

  • Asil al-hikâyat (Les principes de l’histoire) : elle regroupe des films traitant de grandes figures et de grands événements de l’histoire. Al Jazeera en a déjà réalisé certains. On y décèle une certaine grandiloquence et un goût pour la reconstitution.

  • Malafât ghâmidat (Dossiers obscurs) : la rubrique propose des films et des séries traitant d’affaires non résolues, des crimes, des dossiers politiques, des affaires de corruption ou d’espionnage traités sous la forme du documentaire d’investigation.

14Ces thèmes ne rompent pas avec les axes de production qui ont prévalu jusqu’ici mais ils les clarifient. Ils permettent de déceler deux tendances de fond, qui manifestent une ambition assez large : s’inscrire dans la logique de la production télévisuelle et investir le documentaire de création.

15Toute la question est de savoir comment ces deux stratégies s’articuleront l’une à l’autre à l’avenir et quels vont être les moyens et les marges de manœuvres accordés à la création. Se réduira-t-elle à être le simple faire valoir d’un projet largement orienté vers le divertissement ou permettra-t-il à Al Jazeera de produire de films résolument critiques qui n’hésitent pas à questionner les sociétés arabes elles-mêmes ? Car si l’on décèle bien une volonté de parler de soi et d’explorer les conditions d’existence dans le monde arabe, c’est le prisme de leur valorisation qui a été privilégié jusqu’ici. Non qu’il faille à tout prix insister sur les travers d’une société, mais si le documentaire a vocation à questionner et bousculer des certitudes, un projet comme celui d’Al Jazeera montrerait rapidement ses limites. C’est d’autant plus vrai que lorsqu’on parcourt les écrits publiés sur son site internet et dans sa revue, le prisme critique est bien à l’œuvre quand il s’agit d’interroger les formes du documentaire arabe contemporain.

Un processus de légitimation : le site internet et la revue en ligne

16Le site internet d’Al Jazeera est l’une des plates-formes d’information les plus actives sur le documentaire dans le monde arabe. On y décèle quatre axes éditoriaux : fournir des informations sur la programmation de la chaîne, sur le documentaire dans le monde arabe, sur le cinéma dans le monde et proposer des articles critiques. Le site est quotidiennement mis à jour. On trouve, sur sa page principale, le programme de la journée et des résumés des films diffusés. L’internaute a aussi accès aux derniers articles et vidéos publiés dans les autres rubriques : « cinéma », « actualités », « nos films », « la revue ».

17La rubrique cinéma s’adresse aux « amateurs éclairés » et aux professionnels de l’audiovisuel. Elle propose des articles de fond sur des films, des événements ou des conférences liés au monde de l’image, qu’ils soient documentaires ou non. Une attention particulière y est accordée aux festivals régionaux et internationaux. On y lit des comptes rendus, des entretiens avec des réalisateurs, des critiques ou des producteurs.

18Dans la rubrique « qui sommes-nous », Al Jazeera Documentaire se présente comme « une chaîne de télévision culturelle qui cherche à diffuser la culture documentaire dans les pays arabophones, à y soutenir les créateurs et producteurs, et à y créer une industrie. Elle cherche aussi à établir des liens et des passerelles entre les professionnels des pays arabophones et ceux du reste du monde »5. Nous avons ainsi pu observer comment Al Jazeera documentaire, à travers ses activités et ses investissements dans les secteurs essentiels du film documentaire, s’érige en acteur global et incontournable de l’industrie régionale.

  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

19L’objectif de cette démarche » est de mettre en place un média responsable qui serve l’homme et diffuse une vision cultivée-civilisée du monde afin de favoriser les échanges entre les cultures et le dialogue entre les peuples et les civilisations »6. « Al Jazeera se veut ainsi une fenêtre sur le monde à travers laquelle le public de langue arabe se regarde lui-même et va à la rencontre de l’autre. Ainsi le public arabe peut-il découvrir les autres cultures tout en préservant sa propre identité, sa propre culture et sa propre civilisation », explique encore le site7. Cette remarque paraît essentielle car elle indique que le documentaire s’inscrit ici dans le cadre d’une valorisation non critique des sociétés arabes, qu’elle s’adresse de façon prioritaire à un public arabophone.

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

20Le texte poursuit en disant que la politique éditoriale de la chaîne « s’inscrit dans la continuité de celle du groupe Al Jazeera, une politique qui vise à promouvoir le respect de l’humanité et des droits de l’homme »8. Concernant la langue, il est dit : « Étant donné qu’Al Jazeera Documentaire est une chaîne de langue arabe, elle s’adresse tout d’abord à un public arabe et cherche à lui fournir un service de “divertissement” (tarfîh), qui respecte les valeurs humaines et culturelles du spectateur et soit en phase avec la déontologie journalistique »9.

21Ces quelques lignes directrices placent Al Jazeera Documentaire dans une logique de mise en relation entre des représentations locales d’une localité, à savoir l’arabité, et des dispositifs médiatiques globaux. Cette articulation est déterminante dans la compréhension de la fonction du documentaire et des représentations réalistes dans l’économie mondiale des flux audiovisuels : s’il s’agit bien de valoriser et de réaliser une forme d’autochtonie, sa légitimation passe, dans ce cas, par une mise en relation avec des processus de reconnaissance et de légitimation internationaux. L’entreprise d’Al Jazeera Documentaire n’a, en ce sens, de pertinence pour ceux qui y participent, que dans la mesure où elle parvient à obtenir la reconnaissance des acteurs légitimant la forme documentaire à l’échelle internationale, c’est-à-dire une présence sur les marchés, sur les festivals et une capacité de vendre, d’acheter et de coproduire des programmes.

22Ce projet d’Al Jazeera Documentaire marque une véritable inflexion dans ce que l’on pourrait nommer les valeurs documentaires traditionnelles telles qu’elles sont définies par Bill Nichols (1991). Les années 1970 marquèrent le point culminant du documentaire critique. En effet, celui-ci a survécu tant bien que mal mais, après avoir été dominant, il accuse clairement le coup. Le discours des grands producteurs et diffuseurs globalisés est clairement un autre propos et favorise la mise en place d’un autre type d’images et de récits documentaires.

23La revue documentaire offre également un panorama relativement précis de ces tensions entre les aspirations contradictoires de la chaîne. Publiée de façon annuelle, elle se présente comme une compilation d’articles publiés chaque mois sur le site. Le premier numéro a été consacré à une tentative de définition critique du cinéma documentaire, le second aux enjeux pratiques et théoriques du film documentaire, le troisième à une tentative de fondation critique du cinéma documentaire dans le monde arabe, le quatrième aux « printemps » du documentaire, c’est-à-dire au rôle de l’image dans les révolutions arabes. Quatre éléments principaux ressortent des éditoriaux signés de la main du directeur de la chaîne. Une industrie documentaire ne peut se développer que si elle est accompagnée d’un instrument critique. Al Jazeera est cette chaîne qui, tout en contribuant au développement du marché lui apporte ce complément réflexif nécessaire à son épanouissement. Documenter le monde arabe, c’est montrer également ce qu’il est, et c’est contribuer à élaborer les archives de l’avenir. Al Jazeera conçoit ainsi son travail comme une vaste encyclopédie du contemporain, qui a vocation à couvrir tous les aspects de la vie des populations arabes. À l’occasion de la troisième publication, Ahmad Mahfoudh Nouh affirme, et c’est la troisième caractérisation de la chaîne par elle-même, qu’Al Jazeera Documentaire, au bout de cinq années d’existence, n’est plus seulement un média de diffusion de produits documentaires : « c’est un projet culturel à l’échelle de la nation arabe, un projet culturel qui participe à la culture arabe en tant que telle ». Il ajoute que l’objectif est désormais d’accumuler de l’expérience et de l’expertise pour transformer cet objectif en termes qualitatifs. Enfin, pour les dirigeants de la chaîne, les « printemps arabes » sont le moment par excellence du documentaire dans le monde arabe.

24L’étude de cette revue introduit plus largement à l’univers des références, des discussions et des polémiques qui animent le milieu du documentaire contemporain dans le monde arabe. Des films sont analysés, des réalisateurs sont présentés et des courants cinématographiques sont discutés. On y aborde l’histoire générale du documentaire et, d’article en article, se dessinent les contours d’une contribution à l’historiographie du film documentaire dans cette zone. Une grille de lecture s’impose chez la plupart des rédacteurs parce que, jusqu’ici, le documentaire arabe n’a pas réussi à se développer ; seuls quelques réalisateurs, qui ont bénéficié du soutien d’institutions européennes ou américaines, sont parvenus à en réaliser.

  • 10 Entretien à Doha, 2013.

25Le sentiment qui prévaut est donc celui d’une tabula rasa à partir de laquelle tout reste à construire. Autrement dit, l’époque actuelle est bien celle de la renaissance du documentaire arabe, on peut même prétendre, comme le fait Ahmad Mahfoudh Nouh que c’est l’époque par excellence du documentaire dans le monde arabe : celle où il bénéficie de moyens accrus ainsi que d’un contexte social et politique favorable à son épanouissement marqué, d’une part, par les « printemps arabes » – ces mouvements auraient favorisé l’éclosion d’une liberté d’expression ainsi que l’usage massif des images et des technologies de l’information et de la communication10 – et, d’autre part, une demande internationale de comprendre ce qui se passe dans cette région.

26Malgré l’engouement des rédacteurs pour ces « révolutions » et leur enthousiasme pour les différentes formes d’expression visuelle qu’elles ont occasionnées, une idée cruciale transparaît : les images des « révolutions » ont été des images-témoins qui ont accompagné et participé aux soulèvements. Elles se sont révélées des armes culturelles et symboliques de choix face aux machines de répression et aux armes des forces armées et policières. Cependant, les « printemps arabes », qui ont fait sauter le verrou de la censure et de la peur, ne se sont pas encore transformés en « printemps » du documentaire. Leurs images ont été réalisées dans l’urgence, sans le recul nécessaire à la mise en perspective des événements auxquels elles ont pris part. On lit en filigrane l’idée que, pour être documentaire, une image doit associer deux éléments : la fidélité au « réel » et la qualité du traitement, c’est-à-dire la mise en œuvre d’une perspective esthétique ou d’un point de vue. Certaines productions parviennent à transposer la « révolution » dans le champ de la représentation audiovisuelle. Mais le sentiment qui prédomine chez les rédacteurs de la revue est que le récit des « printemps arabes » reste encore à faire. Pour le dire autrement, la prolifération des images et la multiplication des moyens d’enregistrement apparaissent comme des éléments qui génèrent de l’image mais qui n’en construisent pas. Pour eux, la construction d’un regard documentaire dépasse donc l’enregistrement des faits et le discours de témoignage. Il suppose un point de vue d’auteur, qui met le monde à distance. Ce point est précisément celui qui est le plus problématique pour une télévision comme Al Jazeera Documentaire qui semble associer une volonté de solvabilité commerciale et une vision plus créative du documentaire. La chaîne est aujourd’hui travaillée par une indécision sur le ton qu’elle voudrait assumer, ce qui la conduit à embrasser un horizon relativement vaste de formes et de formats. C’est en ce sens que l’on peut parler d’un modèle en construction.

27L’enjeu apparaît d’autant plus crucial que l’image accède, en tout cas sous la plume de certains auteurs, à un statut culturel extrêmement valorisé. Ainsi pour Habib Nasry, directeur du festival de films documentaires de Khouribga au Maroc, elle tend à remplacer la poésie, qui fut le vecteur d’expression principal des souffrances et des aspirations des « Arabes » (Nasry, 2013). Cette thèse reflète une position exemplaire de ce que nombre d’acteurs et d’observateurs attendent d’un documentaire aujourd’hui : exprimer plutôt que décrire, c’est-à-dire montrer à soi comme aux autres ce que l’on « est », témoigner de l’atmosphère singulière de son propre environnement, souligner sa propre valeur, défendre sa cause et témoigner contre les injustices que l’on subit.

28Le plus essentiel demeure cependant que les commentateurs arabes discutent et se réfèrent surtout à des films et des exemples issus de la tradition occidentale. À côté des articles consacrés aux cinémas égyptiens, libanais ou palestiniens, ce sont donc les œuvres de Grierson, de Vertov, de Rouch ou, plus près de nous, de Michael Moore, qui sont mobilisées pour penser l’image documentaire dans le monde arabe contemporain. Sous la plume de ces commentateurs, les frontières culturelles s’estompent au profit d’une vision transversale du documentaire. La ligne de la revue s’articule ainsi autour de deux préoccupations : contribuer à l’émergence d’un courant critique, et légitimer le film documentaire arabe en le rapprochant d’écoles plus solides et mieux établies à travers le monde.

Les trois images ci-dessous représentent un échantillon d’une série d’affiches de documentaires diffusés par Al Jazeera Documentaire et qui sont mises en lumière sur les murs des locaux de la chaîne basée à Doha.

1. Affiche d’un film sur l’histoire de la mosquée al-Azhar au Caire, siège de l’université du même nom.

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

2. Affiche qui promeut une série documentaire sur les récitants coraniques intitulée Aswât min al-Samâ’ (Des voix venues du ciel).

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

3. Affiche qui porte sur des chroniques de la révolution égyptienne (Yawmiyât al-Thaourat al-Masriyat).

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

4. Cette affiche de la chaîne Al Jazeera Documentaire qui figure à proximité des bâtiments des différentes structures du réseau d’Al Jazeera (Al Jazeera Arabic, Al Jazeera English, Al Jazeera Documentarie, Al Jazeera Musbasher), valorise une grande production sur l’histoire des croisades.

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

Les productions d’Al Jazeera documentaire, une prédominance du Machreq arabe

Le catalogue

  • 11 Si le catalogue complet des films d’Al Jazeera Documentaire est en cours d’édition, une copie de tr (...)

29Une analyse des données contenues dans le catalogue des productions d’Al Jazeera Documentaire11 permet d’établir l’intérêt privilégié de la chaîne pour les questions d’histoire et de société, ainsi que pour les portraits des grandes personnalités. Ainsi la rubrique Culture comporte-elle 141 films, la Politique 127, l’Homme 127, Personnalités 86. S’ensuivent la rubrique Société avec 77 films, les Arts 78 et la Religion 70.

  • 12 Conférence du 21 avril 2013 dans le cadre du festival de documentaire d’Al Jazeera.

30Pour prendre l’exemple de la religion, cette question n’est pas abordée – selon le directeur de la chaîne – du point de vue des croyants mais elle est appréhendée comme un fait culturel, une tradition à laquelle les Arabes sont attachés. L’islam est ainsi loin d’être la seule religion représentée dans ces productions et, quand elle l’est, ce n’est jamais sous un angle prosélyte. Pour autant, cette religion n’est jamais non plus critiquée et elle est plutôt appréhendée sous un angle positif, voire émotionnel. Pour Ahmad Mahfoudh Nouh, ce traitement tient au fait que l’islam est considéré par les responsables de la chaîne comme un élément important de la culture et de l’identité des Arabes : « ce n’est pas le seul, mais il est tout de même important »12.

31Toutefois, s’il y a un respect du religieux qui se manifeste à travers les films d’Al Jazeera Documentaire, c’est moins celui de l’islam que celui plus général du fait religieux, dans sa pluralité et sa diversité. Selon Ahmad Mahfoudh Nouh, il s’agit de parler du religieux dans une perspective culturelle, c’est-à-dire d’évoquer un courant en s’intéressant à son organisation sociale, à ses rituels et ses traditions. Ainsi la série, Aswât min al-samâ’ (Des voix du ciel), qui propose des portraits de grandes figures de la récitation coranique, s’intéresse à la façon dont ces récitants pratiquent leur art, à leur biographie et à la transmission d’un savoir-faire et d’une pratique esthétique. Une autre série, Al-mujatama‘ât al-dîniyyat (Les sociétés religieuses), témoigne de ce traitement social et culturel du fait religieux. Ses quatorze épisodes sont consacrés à différentes religions à travers le monde, toutes les communautés chrétiennes du Moyen-Orient, les Chiites, mais aussi les Bouddhistes, les Hindous et les Zoroastriens. Les films d’une durée de cinquante-deux minutes se développent selon trois lignes narratives complémentaires : une ligne d’exposition à travers laquelle une voix off et des entretiens avec des spécialistes fournissent des éléments d’explication historiques, sociologiques et liturgiques ; une autre reflète la parole officielle à partir d’entretiens avec des clercs et des responsables de la communauté ; une ligne personnelle et individuelle repose sur des portraits de fidèles dans leur vie quotidienne.

  • 13 Bachar Ghanam, Arab Christians, documentaire, couleurs, 110 mn, 2008.

32Cette narration qui tend à l’objectivité laisse transparaître, dans certains films, la tonalité « arabiste » de la chaîne. Un exemple dans un documentaire consacré aux chrétiens d’Orient13 est très révélateur à cet égard. Toutes les communautés chrétiennes y sont présentées mais le cœur du propos est le lien entre arabité et christianisme. Le projet présente les différentes églises d’Orient et met peu à peu en évidence l’enracinement du Christianisme dans la culture et dans la civilisation arabe. Moussa al-Asrai, l’un des chercheurs en sciences des religions qui intervient dans le film, affirme ainsi : « Le message chrétien est un message oriental, qui est né et s’est développé en Galilée ». À quoi l’archimandrite Christophoros Attalah, représentant du patriarcat grec orthodoxe dans le nord du Jourdain ajoute : « Cette filiation arabe est attestée par les évangiles eux-mêmes. Ce sont donc les arabes chrétiens qui ont diffusé le message à toutes les nations ». Ces affirmations permettent de prouver le lien des Chrétiens à la région, c’est-à-dire à leurs compatriotes musulmans. Elles permettent aussi de souligner la valeur positive de la « culture arabe », en insistant sur les « dons » qu’elle a pu faire à l’humanité et sur les réalisations de ses figures les plus importantes.

Une vision performative de l’« arabité » contemporaine

33De fait, en parcourant un certain nombre de productions d’Al Jazeera Documentaire traitant de l’« identité » et de la « culture » arabes, émerge une vision « performative » de l’« arabité ». Qu’il s’agisse d’un simple réfugié palestinien, d’un personnage historique comme Muhammad Ali, fondateur de l’Égypte moderne, ou d’un émigré algérien en France, toutes ces personnalités partagent une même capacité à relever les défis, à défendre leur identité, à se découvrir et à s’accomplir. Le premier film produit par la chaîne, un portrait du cinéaste syrien, M. Mustapha al-Akkad qui réalisa, entre autres, Le Message avec Anthony Quinn, est emblématique. Celui-ci retrace la vie du cinéaste, de sa naissance à Alep à son assassinat en Jordanie dans un attentat suicide en 2005. Il dresse le portrait d’un homme qui a maîtrisé les codes de la société occidentale tout en restant fidèle à ses « racines arabes », un cinéaste qui a réalisé de grands films et dont toute la vocation a été de jeter des ponts entre les deux cultures, comme il le dit lui-même dans un entretien placé au début du documentaire : « En tant que musulman vivant en Occident, j’ai toujours senti que c’était mon devoir de dire la vérité sur l’islam ». Mustapha al-Akkad, tel que le décrit le film, est un pur génie qui a senti l’appel du cinéma dès sa plus tendre enfance et qui a traversé l’océan pour faire ses études à Hollywood. Personnalité déterminée, il a travaillé pour payer son billet d’avion pour les États-Unis et puis ses études en Californie. À UCLA, il continue à vivre de petits boulots et son lien avec la culture arabe, se maintient à travers l’association des étudiants arabes du campus dont il est l’un des principaux animateurs. Il se fraye ensuite un chemin dans les milieux du cinéma avec cette ambition qui ne le quittera jamais, faire un film sur le prophète de l’islam afin de le faire connaître à l’Occident. Après ses études, Akkad s’installe à Beyrouth et parvient à lever des fonds koweitiens et marocains, et amorce des discussions avec toutes les grandes institutions représentatives de l’islam à travers le monde pour valider son scénario et son traitement de la vie du prophète. Mais l’incompréhension des autorités religieuses saoudiennes compromet le tournage. Le roi Hassan II l’accueille au Maroc et ses équipes y reconstituent la Mecque. Le dispositif très particulier de cette œuvre consiste à suivre le prophète sans jamais le voir. Ce sont les regards des autres qui évoquent sa présence ainsi que certaines scènes filmées en caméra subjective. Autre élément marquant de la démesure du projet, la mobilisation de deux équipes de comédiens, l’une pour la version arabe et l’autre pour la version anglaise. À la tête d’une équipe de 1000 personnes, Akkad ira jusqu’au bout, malgré les pressions qui l’obligent à démonter son décor marocain pour le reconstituer en Libye. L’un de ses amis affirme ainsi que son perfectionnisme, son professionnalisme et son sens du leadership lui ont permis « lui l’arabe et le musulman, de se faire respecter de tous et de relever tous les défis ». Cette remarque illustre parfaitement ce qui caractérise l’entreprise documentaire telle que les dirigeants de la chaîne spécialisée d’Al Jazeera la conçoivent et la mettent en œuvre, à savoir proposer des exemples et des modèles pour le public arabe, des histoires qui attestent de leur génie créateur. Le point de vue documentaire arabe, dans ce cas précis, documente la réalité arabe en orientant les projecteurs sur des valeurs de communication, de travail et de tolérance.

34Le titre de ce documentaire, Le message se poursuivra-t-il ?, paraît tout aussi significatif, d’autant plus qu’il s’agit de la première production d’Al Jazeera Documentaire. On peut considérer que les valeurs qu’Al Jazeera identifie dans la personne de Mustapha Akkad ne sont que les projections de ses propres aspirations. La question soulevée dans le titre a donc bien une réponse implicite : le message, c’est-à-dire la démonstration que les Arabes sont en mesure d’accomplir de grandes œuvres culturelles, se poursuit, entre autres, dans les travaux de la chaîne.

35D’une certaine façon, Al Jazeera cherche à se placer en ce lieu précis dans lequel elle montre que Mustapha Akkad s’est placé : la capacité à réaliser ses ambitions et la volonté de tenir un rôle dans la renaissance culturelle du monde arabe. Cette aspiration se retrouve d’ailleurs dans de nombreux autres films. Il s’agit dans le cas d’Al Jazeera Documentaire, de montrer que les Arabes sont eux-mêmes capables de réaliser de grands films et de prendre en charge leur propre image. On peut même parler, quand on replace cette ambition dans le cadre des activités documentaire de l’ensemble du réseau d’Al Jazeera, que nous avons affaire à un projet médiatique néo-pharaonique, quelque chose qui relève avant tout de l’idée de performance, au sens de la réalisation et de l’accomplissement de soi dans de grandes entreprises.

Identité et performance

36Le lien entre identité et performance renvoie tout d’abord à l’idée d’une production de soi : l’identité est en mouvement, il faut donc lui proposer des horizons, des modèles et des exemples. Ici l’image documentaire, comme les mots chez Austin (Austin, 1970), n’a pas seulement de valeur constative mais elle produit quelque chose, non pas un acte, mais un désir, voire une utopie. Sa performativité ne provient donc pas du fait qu’elle accomplit une action mais parce que sa réalisation elle-même est une action, voire une prise de position, au sens stratégique. Dans le cas de la prise en main de leur propre image par les acteurs médiatiques dans le monde arabe, cette réalisation est donc performative en ce sens qu’elle participe d’une entreprise prométhéenne qui manifeste la maîtrise d’un processus de représentation qui fut longtemps le privilège de l’Amérique et de l’Europe. Autrement dit, par-delà l’« identité arabe », c’est bien la performance comme identité qui est mise en avant dans un geste qui inscrit le documentaire arabe dans le trafic mondial global, c’est-à-dire dans un processus d’exploration multilatéral du monde qui fait suite à ce que Peter Sloterdijk (2006) a nommé la deuxième globalisation, caractérisée par l’exploration unilatérale du globe par les Européens. L’idée de performativité se manifeste aussi dans l’étendue des secteurs qu’Al Jazeera Documentaire investit. Nous avons vu comment elle se concevait à la fois comme un diffuseur, un producteur mais aussi comme un animateur de la vie intellectuelle, à travers sa revue et son site internet. Elle soutient aussi un certain nombre de festivals et d’événements liés au cinéma documentaire dans l’espace arabe.

37L’autre aspect décisif de cette performativité, est la mise en place de ce que j’appellerai un dispositif d’exploration arabe du monde. Si l’espace arabe constitue le cœur de la programmation et de la production, d’autres aires géographiques sont aussi traitées. Je prendrai, à titre d’exemple, la rubrique « Humanités » du catalogue d’Al Jazeera Documentaire, qui comporte 107 films. Certains d’entre eux font partie de séries, d’autres sont des films autonomes (indépendants, mustaqil, dans la terminologie adoptée par la chaîne). Parmi ces films et ces séries, Chahadât dod al-insâniyat, (Actes contre l’humanité) comporte 16 épisodes d’environ une demi-heure chacun. Ces films-témoins enquêtent sur des abus des droits de l’homme, tant dans le monde arabe qu’ailleurs, évitant tout de même d’aborder ces questions dans les pays du Golfe et au Qatar. Sur les 15 épisodes, 3 sont consacrés au Liban, 2 à l’Afrique du Sud, à la Bosnie et l’Égypte, et 1 au Ghana, à la Mauritanie, au Sénégal, au Bangladesh, aux Philippines et au Mozambique. Cette série a été produite, entre 2008 et 2009, par la société Hotspot. Elle aborde différents sujets liés entre eux par un engagement en faveur de la dignité des hommes et des femmes et par une volonté de dénoncer les mécanismes de l’oppression militaire et policière en différents points du globe.

38Les grandes personnalités du monde ne sont pas en reste. On trouve par exemple, dans la production d’Al Jazeera Documentaire, des portraits d’Hugo Chávez, de Recep Tayyip Erdoğan, présenté comme un modèle de piété et d’intégrité, doublé d’un véritable stratège politique.

39Les femmes occupent aussi une certaine place dans cette production. Au Liban, dans un film consacré aux disparus de la guerre civile, elles sont présentées comme les premières victimes, en tant que mères, sœurs ou épouses, mais aussi comme les fers de lance d’un militantisme qui réclame au gouvernement de leur pays plus d’engagement dans le traitement de ce dossier. En Mauritanie, tout un film est consacré à leur rôle à partir du coup d’État de 2003. Le film se construit autour de l’idée selon laquelle les Mauritaniennes, jusqu’ici tenues en retrait de la vie publique, ont commencé, à la faveur de la mobilisation des épouses des officiers rebelles emprisonnés, à prendre conscience de leur pouvoir et à agir en faveur du changement. Il existe même des séries qui leur sont consacrées comme Hikayat sayyidat ‘arabiyya (Histoire d’une femme arabe). Dans cette série, figure notamment le film Rihlati ila al-nour (Mon chemin vers la lumière), qui raconte l’histoire de Aïcha Ahmad Mahmoud al-Ouaychi, une jordanienne illettrée du village de Raqqa. Membre d’une famille de 29 personnes, elle n’a jamais été à l’école et se souvient des lettres que ses frères dessinaient sur les murs de la maison, sans qu’elle ne puisse les déchiffrer. Tous les soirs, le père racontait des histoires et récitait des poèmes. En l’écoutant, elle sent naître en elle l’amour du savoir et de la connaissance, le désir d’archiver cette poésie populaire menacée de disparition. Mais la famille préfère scolariser les garçons. Quand elle les entend discuter de grammaire arabe, sa curiosité est attisée et son sentiment de manque augmente. Elle décide de combler ce vide et profite de l’ouverture d’un centre d’alphabétisation dans le village pour obtenir, à 25 ans, le certificat qui lui permet d’intégrer le système scolaire en suivant des cours par correspondance. Son frère la soutient dans sa démarche et participe à sa formation. Le bac en poche, elle décide d’intégrer l’université avec l’ambition de décrocher un doctorat. Elle apprend à conduire afin de pouvoir s’y rendre de façon autonome. Sa philosophie : la connaissance est le bien le plus précieux et, à force de volonté et détermination, tout peut se réaliser. Par son engagement, Aïcha est même parvenue à changer le regard de sa société sur la condition de la femme : il faut que la femme soit armée pour affronter la vie, et la meilleure arme est l’éducation.

40La diffusion, le vendredi 30 janvier 2015, d’une série de documentaires consacrés à l’Algérie illustre également les ressorts de cette « arabité » imaginée et exemplaire. Cette programmation, intitulée « Une journée en Algérie », a proposé une immersion dans les traditions et la culture algériennes et offert un panorama des productions de la chaîne sur ce pays. Il en ressort une image folklorisée, présentée dans un spot promotionnel comme un nouveau regard sur l’Algérie. La plupart des films qui ont été diffusés à cette occasion ont été réalisés au cours des années 2013/2014 par différentes sociétés de production. C’est l’Algérie sociale et culturelle qui est promue, avec pour seule référence politique, la lutte contre le colonialisme et l’indépendance. On observe ainsi, par-delà la volonté de connaissance affichée par la chaîne, un traitement presqu’exclusivement culturel de la réalité. Le cas algérien donne ainsi à voir que cette perspective « arabe » sur le monde est avant tout une perspective patrimoniale qui promeut les anciennes luttes coloniales et les différentes traditions, que celles-ci soient musulmanes ou artistiques, comme dans le cas du film consacré au parcours du chanteur populaire Dahman al-Harrachi.

Mythe, culture et documentaire

41Les quelques exemples évoqués dans cet article ne rendent bien évidemment pas compte de l’intégralité de la production d’Al Jazeera Documentaire, notamment dans le secteur du documentaire d’auteur. Ils nous permettent néanmoins de saisir les contours d’un usage culturel et culturaliste de l’image documentaire : le réel documentaire est ici construit comme un mythe attesté par une épistémologie technique, scientifique et rationaliste. La voix off, le recours à des paroles d’experts et la production de documents visant à prouver le propos, participent de cet usage positiviste de l’image et vise, le plus souvent, à démontrer plutôt qu’à évoquer et suggérer. Ainsi le label documentaire, dans sa mise en scène visuelle et narrative fonctionne ici comme un gage : gage de sérieux, gage de raison, gage de savoir. Toutefois, s’il y a bien « mythe », c’est moins pour ce qui concerne les réalités décrites par les films que parce que l’image documentaire n’est jamais problématisée en tant que telle, parce qu’elle est presque toujours employée comme une présentation du « réel » et non comme une mise en scène. Le subalternalisme documentaire, qui cherche à provincialiser l’Europe et la perspective orientaliste (Chakrabarty, 2000), modifie le contenu de la représentation mais il ne s’attaque pas à la forme elle-même.

Bibliographie

Appadurai, A., Après le colonialisme, les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2005.

Austin, J., Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

Barthes, R., Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Boëx, C., « Les usages de la vidéo dans la révolution en Syrie, Montrer, dire et lutter par l’image », Vacarme, n° 61, 2012, p. 118-131 [en ligne] DOI : 10.3917/vaca.061.0118 [consulté le 3 octobre 2016].

Chakrabarty, D., Provincializing Europe, Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton- Oxford, Princeton University Press, 2000.

Corner, J., Rosenthal, A., dir., New Challenges for Documentary, Manchester, Manchester University Press, 2005.

Gonzalez-Quijano, Y., Arabités numériques, le printemps du Web arabe, Arles, Actes Sud, 2012.

Guaaybess, T., Les médias arabes : confluences médiatiques et dynamiques sociales, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Nasry, H., « Fi dalalât al-qawl al-wathâiqi al-filmî al-‘arabî » [Sémantique du documentaire arabe révolutionnaire], in Âfâq thawriyyat [Perspectives révolutionnaires]… Âfâq tasjîliyyat, Majalat al-Jazîra al-Wathâiqiyyat [Revue Al Jazeera documentaire], n° 4, Doha, 2013.

Nichols, B., Representing Reality, Bloomington, Indiana University Press, 1991.

Sakr, N., Arab Television Today, Londres- New York, IB Tauris, 2007.

Sloterdijk, P., Le palais de cristal, à l’intérieur du capitalisme planétaire, Paris, Hachette, 2006.

Notes

1 Entretien à Doha, 23 avril 2013, dans le cadre de missions d’un post-doctorat du Labex Créations, Arts, Patrimoines (CAP).

2 Entretien à Doha, 23 avril 2013.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Al Jazeera Documentaire, [en ligne] URL : http://doc.aljazeera.net/about/who/ [consulté le 3 décembre 2013].

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Entretien à Doha, 2013.

11 Si le catalogue complet des films d’Al Jazeera Documentaire est en cours d’édition, une copie de travail m’a été transmise le 9 septembre 2013, incluant toutes les productions depuis 2006, soit un peu plus de 2000 films. Les principales catégories de ce catalogue sont les suivantes : Humanités, Société, Économie, Environnement, Histoire, Patrimoine, Culture, Religion, Tourisme, Santé, Sport, Arts et Technologie. Ces catégories se combinent entre elles dans des sous-catégories.

12 Conférence du 21 avril 2013 dans le cadre du festival de documentaire d’Al Jazeera.

13 Bachar Ghanam, Arab Christians, documentaire, couleurs, 110 mn, 2008.

Table des illustrations

Légende 1. Affiche d’un film sur l’histoire de la mosquée al-Azhar au Caire, siège de l’université du même nom.
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 2. Affiche qui promeut une série documentaire sur les récitants coraniques intitulée Aswât min al-Samâ’ (Des voix venues du ciel).
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende 3. Affiche qui porte sur des chroniques de la révolution égyptienne (Yawmiyât al-Thaourat al-Masriyat).
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 4. Cette affiche de la chaîne Al Jazeera Documentaire qui figure à proximité des bâtiments des différentes structures du réseau d’Al Jazeera (Al Jazeera Arabic, Al Jazeera English, Al Jazeera Documentarie, Al Jazeera Musbasher), valorise une grande production sur l’histoire des croisades.
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable