Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Partie 1. Les transformations contemporaines des circulations transnationales de l'information et des pratiques journalistiques

Chapitre 5. La (re-)professionnalisation du journalisme tunisien dans la période transitionnelle : le rôle des acteurs extranationaux

Olivier Koch

Texto completo

1Dans la période de transition politique que connaît la Tunisie depuis le départ de Ben Ali (14 janvier 2011), le secteur du journalisme est appelé à se restructurer selon des normes et des pratiques adéquates aux principes démocratiques. Cependant, malgré les changements légaux et institutionnels qui encadrent cette restructuration, certaines résistances persistent, notamment chez des journalistes qui exercent leur métier selon des habitudes et une organisation du travail façonnées par les dispositifs de contrôle des médias mis en place sous le régime déchu. C’est dans le but revendiqué de réformer ces pratiques et de (re)professionnaliser le secteur que des acteurs extranationaux ont mis en place, à partir de 2011, des programmes d’assistance aux médias en Tunisie. Des agences nationales de développement (en grande majorité de pays européens), de nombreuses organisations non-gouvernementales et des organisations internationales ont organisé à cette fin des formations dédiées aux journalistes tunisiens. À travers l’assistance aux médias, ces acteurs importent des modèles de production de l’information et incitent à la mise en œuvre de « bonnes pratiques » professionnelles en démocratie. Ils opèrent, de la sorte, comme des entrepreneurs de normes médiatiques dans un contexte de transition politique singulier caractérisé à la fois par l’incertitude de son évolution et la mise en œuvre de réformes multisectorielles.

2Au prisme de recherches de terrain menées sur les formations en journalisme d’investigation dispensées en 2014, ce chapitre analyse les conditions d’importation et d’adoption de ce type de journalisme dans le contexte transitionnel tunisien. Formaliser la logique de circulation de ce modèle de production d’information implique, dans ce cas précis, d’appréhender les rapports entre deux stratégies d’acteurs : celle des professionnels du développement et celle des professionnels des médias. Des programmes de formation sont proposés par des organismes qui, par l’intermédiaire de missions de coopération, doivent se positionner sur ce qui s’apparente clairement à un « marché du développement » en Tunisie. C’est à travers la concurrence entre organismes de développement, et à la lumière de la nouvelle donne diplomatique de la Tunisie postrévolutionnaire, que les logiques de ces acteurs peuvent être décrites. De même, les stratégies des destinataires des formations doivent être appréhendées au regard des contraintes professionnelles propres à leur secteur d’activité, de l’héritage de l’ancien régime en tant qu’il continue de façonner les pratiques, et de la valeur que reconnaissent les professionnels des médias à l’offre de formation universitaire nationale en journalisme.

3Les matériaux empiriques restitués dans ce chapitre sont issus de trois enquêtes de terrain réalisées en Tunisie entre 2014 et 2015. La première, menée en 2014 auprès de 67 journalistes de presse écrite et de télévision, portait sur les conditions de travail des journalistes sous le régime de Ben Ali. Elle visait à identifier les effets disciplinaires des dispositifs de contrôle des médias sur les pratiques des journalistes. La deuxième enquête (2014) portait sur 4 programmes de formation en journalisme d’investigation organisés par des acteurs extranationaux. À partir d’entretiens avec les formateurs et de questionnaires soumis aux destinataires des formations, cette enquête cherchait, d’une part, à évaluer le travail d’adaptation, par les premiers, du modèle enseigné au contexte tunisien et, d’autre part, à saisir l’estimation faite par les seconds quant à l’applicabilité de ce modèle dans leurs activités professionnelles. La dernière enquête mobilisée visait à identifier les stratégies de positionnement des opérateurs extranationaux sur le « marché » de l’assistance aux médias en Tunisie. Elle a été réalisée à partir d’entretiens avec les opérateurs français, anglais et allemands responsables de programmes d’assistance aux médias en 2014 et 2015.

Le contrôle de l’information sous la présidence de Ben Ali

4Sous le régime de Ben Ali (1987-2011), les médias servaient essentiellement d’instruments de légitimation des ordres symboliques du système politique. Au cœur de ce système, la peur et la sécurité étaient utilisées comme des ressources disciplinaires à part entière (Hibou, 2006). À partir des années 1990, alors que l’Algérie est en proie à la guerre civile, le régime justifiait la mise en place de dispositifs liberticides et légitimait sa propre perpétuation au regard de l’impérieuse nécessité qu’il y aurait à contenir l’islamisme et à le combattre. L’islamisme était présenté comme la source de tous les périls, menace suprême à la stabilité du pays, à sa prospérité économique, à son rayonnement culturel et à sa cohésion sociale. Le régime était parvenu, si l’on suit ici les analyses de Béatrice Hibou sur l’économie politique de la répression en Tunisie, à justifier son maintien au pouvoir — malgré sa violence et ses prédations — au moyen d’un « pacte de sécurité ». Ce pacte, « rapport complexe de l’État à sa population », était « l’expression de la sollicitude permanente et omniprésente de l’État, la façon dont il entend se présenter et se légitimer aux yeux de sa population » (Hibou, 2006, p. 220). L’autre volet de la légitimation du régime portait sur la capacité du gouvernement à assurer une certaine stabilité économique au pays, à conduire les réformes, et à offrir à sa population un mode de vie harmonieux, entre respect du passé, des valeurs de l’islam et modernisation. Le réformisme, comme récit et régime de valeur, est « présenté comme la valeur unificatrice, la manière d’être, de penser, de se comporter qui permet l’unité de la société tunisienne » (Hibou, 2006, p. 263). Avec la sécurité, il concourait à produire un sentiment de cohésion nationale et constituait, à ce titre, l’autre ordre symbolique du système politique sous Ben Ali.

5Dans un tel contexte, la propagande d’État peut être appréhendée comme un ensemble de dispositifs dédiés à la gestion des orthodoxies conformément à ces ordres. Elle relève de ce pouvoir « doux » de la communication destiné à légitimer le régime, mais elle vise également la praxis au moyen des opinions (Ellul, 1962). La propagande d’État se donne alors à voir comme un ensemble de techniques orthopraxiques qui est employé à produire des individus dociles. Elle avait pour fonction de contribuer à persuader la population qu’elle bénéficiait de réels acquis, conséquences des dispositifs sécuritaires et de la sollicitude du régime, et pour lesquels elle devait consentir à certains sacrifices. Certes, les prédations de ce régime étaient connues et discutées en Tunisie. Elles étaient cependant fréquemment perçues comme « un prix à payer pour la sécurité et l’absence de violence - souvent sous-entendue islamique -, pour la prospérité des affaires » (Hibou, 2006, p. 245). Le pacte de sécurité visait précisément à rendre ce troc légitime et effectif : une perte relative de liberté et de droits en échange de sécurité et de stabilité. En ce sens, la propagande est aussi une technique qui, dans le lexique foucaldien, œuvre au « bon dressement » des populations (Foucault, 1975). Du moins si l’on est d’accord pour voir dans l’acceptation de ce « prix à payer (…) un certain accommodement avec des pratiques disciplinaires » (Hibou, 2006, p. 245). Signe de la persévérance de ces ordres symboliques construits sous l’ancien régime, avec le départ du président Ben Ali et l’instabilité liée à la transition démocratique, de nombreux Tunisiens exprimeront - selon la même forme d’échange - le souhait de solder leur liberté nouvellement acquise pour retrouver la sécurité de l’ancien régime et les semblants de prospérité économique qui lui étaient associés.

6Les mises en scène médiatiques de la stabilité du pays visaient également à rassurer les acteurs économiques étrangers quant à la viabilité de leurs investissements en Tunisie. Elles devaient aussi contribuer à assurer les partenaires internationaux de l’engagement du régime dans la lutte contre le « terrorisme » et l’endiguement de l’islamisme radical. Le pacte de sécurité, sous ce rapport mais avec d’autres « contractants », était donc opératoire à l’échelle internationale puisque de nombreuses démocraties, parmi lesquelles les États-Unis, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, ont délibérément fermé les yeux sur les exactions du régime en échange de coopérations sécuritaires et d’accès aux marchés tunisiens.

  • 1 Sur les dispositifs légaux et leurs réformes voir le rapport de l’Instance nationale pour la réform (...)

7Sous Ben Ali, l’autocensure prévalait dans toute la presse, reléguant les saisies de journaux et l’arrestation de journalistes au rang de mesures marginales. Le dispositif légal encadrant la production nationale d’information autorisait ces arrestations et ces saisies de plusieurs manières : à travers des restrictions apportées au principe de liberté de l’information (du ressort du pouvoir discrétionnaire du ministre de l’Intérieur), ou bien grâce à un régime d’autorisation préalable de publication, ou encore à travers la définition des infractions commises par voie de presse, comme l’offense au président de la République ou l’injure commise envers les corps institués1. En dehors de ces dispositifs purement juridiques, il existait un ensemble de dispositifs complémentaires extrêmement efficaces, moins visibles et officieux, qui ont profondément façonné les pratiques et les routines professionnelles des journalistes. Ils pouvaient être déclinés à deux niveaux : celui des polices professionnelles, et celui de la fabrique de contenus à la source de la chaîne de production de l’information.

  • 2 Le rôle de l’agence a été resitué dans l’histoire, plus générale, de « l’étatisation de l’informati (...)
  • 3 Réalisée en 2014 auprès de 67 journalistes de presse écrite et de télévision, cette enquête portait (...)

8L’Agence Tunisienne de la Communication Extérieure (ATCE) constituait ainsi l’une des pièces maîtresses du contrôle des contenus et des organisations médiatiques. Constituée à l’origine (1990) comme un outil de diplomatie publique dont la mission était de promouvoir l’image de la Tunisie à l’international, l’agence s’est rapidement transformée en un instrument administratif de contrôle des médias, notamment par la distribution des ressources publicitaires. En effet, à compter du début des années 2000, les entreprises publiques et semi-publiques étaient dans l’obligation de reverser à l’ATCE leur budget de communication, et de lui déléguer sa gestion. En ce sens, l’ATCE avait le pouvoir de contraindre les médias de proscrire certains contenus et de les inciter à en éditer d’autres2. Cette agence était pilotée par le conseiller du Président Ben Ali, Abdelwahab Abdallah, lequel nommait les directeurs d’organes de presse responsables du contenu du journal, ce qui permettait d’organiser la censure au sein même des rédactions. Cette surveillance intra-organisationnelle a fonctionné comme une police professionnelle et a conduit les journalistes à pratiquer l’autocensure. Dans le cadre de notre enquête sur les conditions de travail des journalistes3 sous la présidence de Ben Ali, plusieurs journalistes et directeurs de journaux ont témoigné de la mainmise de l’ATCE sur leur organisation et de ses effets sur l’orientation de la ligne éditoriale.

  • 4 Certaines des sources interviewées dans le cadre de notre étude sur les conditions de travail des j (...)

« Pendant quelques années on a reçu le strict minimum de publicité publique. C’était une manière de nous dire : on vous laisse survivre, au moindre faux pas vous coulez. Ça oblige à être toujours dans l’anticipation de ce qui peut plaire ou déplaire au palais et parfois faire du zèle. » (Entretien avec un directeur de journal4 de presse écrite, 2014).

9La possibilité que le média soit asphyxié économiquement et l’organisation de la censure à l’intérieur des rédactions ont conduit des journalistes à intérioriser les formes de contrôle de l’information, notamment à travers l’anticipation des attentes et griefs de la présidence. Les dispositifs de contrôle économiques et de censure ont fonctionné, en ce sens, comme une disciplinarisation des pratiques journalistiques.

  • 5 Ces observations de terrain recoupent celles faites par Sadock Hammami, enseignant chercheur à l’IP (...)

10Il existait, outre la distribution des ressources publicitaires selon les allégeances au régime, d’autres formes de pressions économiques. Les journaux franchissant les lignes rouges imposées par la propagande d’État pouvaient en effet faire l’objet d’inspections ciblées et commanditées des services de la sécurité sociale. L’importance des pénalités que le journal devait payer menaçait sa viabilité économique et constituait, de la sorte, un outil disciplinaire très dissuasif. De même, des journaux jugés en infraction vis-à-vis de la propagande d’État risquaient de perdre un certain nombre de ventes lié aux abonnements des administrations publiques. Or ces recettes assuraient à un journal des rentrées stables pendant toute la durée de ces abonnements. Fait notable, plusieurs directeurs de journaux ont indiqué dans le cadre de cette enquête que cette pression économique via les abonnements avait perduré après le départ de la présidence5. C’est, en particulier, l’interprétation donnée par Taïeb Zahar, directeur du journal Réalités :

« La Troïka a décidé d’assécher les sources de financement public. Pas des aides publiques, mais des abonnements auprès des ministères, des administrations, des entreprises publiques et ce qui concerne les annonces classées. Pour ce qui est des abonnements, ils ont dit : interdiction des abonnements. On va acheter à partir des kiosques. Ils vont ainsi réduire le nombre de bénéficiaires. Avec ça on a perdu 4000 abonnements, 70 % de nos recettes, auprès des administrations, des banques publiques. » (Entretien avec Taïb Zahar, 2015).

  • 6 Olfa Belhassine, « Tunisie : sortir d’un bunker de silence et de mensonge », Libération, 9 février (...)

11Il existait différents instruments punitifs, utilisés dans certaines rédactions, et relevant à part entière des polices professionnelles. L’avancement d’un journaliste et l’évolution de sa carrière pouvaient être freinés ou stoppés s’il devenait trop critique envers le gouvernement. Sa réputation pouvait être entachée à travers des campagnes de diffamation visant sa famille, son patriotisme ou ses mœurs. Les journalistes pouvaient également être victimes d’une « stratégie de l’humiliation »6 lorsqu’ils se prêtaient aux exercices rigoureux de la critique, et alors même qu’ils s’appliquaient à produire de l’information selon des règles de distanciation adéquates au principe de leur autonomie. Leur travail était dévalorisé et leurs compétences remises en cause par des responsables de la rédaction. Olfa Belhassine, journaliste au journal La presse, a témoigné de cet exercice de l’humiliation et de ces perpétuelles critiques que devaient subir certains journalistes :

  • 7 Olfa Belhassine, « Baîllonnés ? Nous l’avons toujours été… », La Presse, hors-série, mai 2012.

« Ceux qui ont continué à ramener des articles trempés dans un esprit critique (…) ont affronté une stratégie de l’humiliation. Leurs papiers étaient taxés d’ “impressionnistes”, lorsqu’on ne les jugeait pas “déséquilibrés”, “subversifs”, “litigieux”. Bref, les journalistes les plus engagés dans un contrat moral avec leurs lecteurs, les plus pétris des règles professionnelles et déontologiques sont traités d’ “incompétents ” et de “défaillants” »7.

12Ces moyens punitifs sont parvenus à fragiliser psychologiquement certains journalistes, à provoquer des dépressions et des formes de « replis sur soi » entraînant des ruptures cumulatives de liens sociaux (avec la famille, les cercles d’amis, etc.). Dans le cadre de notre enquête sur les conditions de travail des journalistes sous le régime de Ben Ali, 12 d’entre eux, ayant subis ces violences morales, ont exprimé (selon différents niveaux d’intensité) de grandes difficultés à s’investir dans leur activité professionnelle, à lui donner du sens, et ce malgré la disparition du système de contrôle mis en place par le régime déchu.

« Je vous le dis franchement, pour moi, journaliste, maintenant c’est juste un salaire. J’ai renoncé à tout ce qui m’avait amené à ce travail jeune militant. Ils ont réussi à me faire douter de moi, de mes capacités. Ils ont détruit toute la passion que j’avais pour ce boulot. » (Entretien avec un journalistedu journal Le temps, 2014).

« À l’époque, je suis devenu dépressif. J’ai divorcé. Aller travailler c’était la torture. J’attendais chaque jour qu’on me reproche un nouveau truc absurde. » (Entretien avec un journaliste de la télévision nationale, 2014).

13Les effets de ces polices et de ces punitions ne sont pas encore totalement estimés. Il n’existe pas, à notre connaissance, d’études sur les effets psychologiques produits par ce système sur les journalistes. Ces effets constituent pourtant un enjeu important dans la transition médiatique, et la réforme du journalisme qui lui est attenante, dans la mesure où ils concernent la revalorisation de la profession à travers l’estime de soi et la reconnaissance de certains de ses membres.

  • 8 Ce contrôle étroit sur les sujets politiques a eu pour effet d’inciter des journalistes à migrer ve (...)

14La censure et la surveillance des contenus éditoriaux portaient essentiellement sur les sujets concernant les grandes lignes de la politique nationale et internationale du régime8. Non seulement les journalistes ne pouvaient remettre en question cette politique, mais ils étaient contraints - sous peine de harcèlement moral, de licenciement, ou de pressions sur la direction du journal - d’en assurer la publicité, en particulier dans les médias publics. De nombreux journalistes interrogés dans le cadre de cette enquête ont décrit les effets de ce système sur la perception qu’ils avaient de leur activité professionnelle ;

« J’étais là pour ne pas discuter, pour ne pas définir d’angles, pour ne pas interviewer qui je veux, ne pas écrire ce que je veux. Voilà, tout était dans une sorte d’agenda. Il fallait faire ce que l’on demandait de faire, sans critiquer. Je ne me considérais pas en tant que journaliste, j’étais tout simplement quelqu’un qui obéissait aux ordres de son rédacteur en chef, qui obéit aux ordres du PDG de la télévision, qui obéit aux ordres du conseiller de l’information, qui obéit aux ordres d’un système. » (Entretien avec Chadia Khedir, journaliste à la télévision nationale, 2014).

  • 9 Dans la division de la production de l’information, les agences de presse sont des grossistes qui v (...)
  • 10 L’agence s’est transformée en appareil de propagande à part entière sous le régime de Ben Ali. Ains (...)

15La publicité des orientations politiques de la présidence à travers les médias, ramenant les journalistes au statut de communicant, se faisait en partie sur la base de dépêches provenant de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP) dont ils devaient reproduire, ou enrichir, précautionneusement, les contenus. La TAP jouait un rôle de premier plan dans l’architecture du contrôle et de la gestion des contenus médiatiques. Comme productrice d’informations de première main9, elle servait d’outil pour fixer l’agenda médiatique, c’est-à-dire les principaux thèmes ou sujets que traitent quotidiennement les médias d’information. Elle permettait également de produire l’information selon des cadrages adéquats aux grandes lignes de la propagande d’État10. Ainsi les forces politiques déterminaient-elles, à travers la dépendance des journalistes aux sources de l’agence, la mise en agenda (Mc Combs, Maxwell et Shaw, 1972) de l’attention publique conformément aux ordres symboliques du régime.

16Certaines dépêches de la TAP faisaient l’objet de consignes directes de publication. Les journalistes et les rédacteurs en chef en étaient informés par des responsables de l’information proches de la présidence. Mais les polices professionnelles ont également eu pour effet d’inciter les journalistes, en dehors de consignes particulières, à utiliser les informations de la TAP comme source quasi-exclusive. Pour un journaliste, suivre et reproduire les dépêches de l’agence nationale revenait en effet à s’assurer d’une certaine quiétude.

« Je reprenais les dépêches à la lettre et la virgule près pour être sûre qu’on me foute la paix. D’autres recopiaient même les fautes d’orthographe ! » (Entretien avec une journaliste de presse écrite, 2014).

  • 11 La TAP est alors la seule agence nationale.
  • 12 Le parallélisme politique désigne, dans la définition qu’en donnent Hallin et Mancini, la nature et (...)

17Ce contrôle de la chaîne de production de l’information permettait d’établir – sans concurrence11 et à destination de la grande majorité des médias nationaux – les cadrages, les contenus et les principaux thèmes à partir desquels les destinataires de l’information étaient susceptibles de se faire une opinion. En démocratie, les relations d’interdépendance entre le politique et le journaliste, et leur capacité à se contraindre mutuellement, reposent idéalement sur l’autonomie (même relative) de leurs secteurs d’appartenance. Cette interdépendance peut s’observer à partir des fonctions de « policy agenda-setting » (Berkowitz, 1992), à travers ces relations entre médias et décideurs politiques qui vont conditionner la mise en agenda des politiques publiques. Dans le cas tunisien, l’essentiel de la fonction de mise en agenda de l’opinion publique était assurée par le pouvoir central via la TAP et les polices professionnelles de l’ATCE, mais les médias n’influençaient pas ou très peu la construction de l’agenda politique. L’impossibilité de distinguer des relations d’interdépendance et de contraintes mutuelles à partir de deux sphères distinctes d’autonomie est l’indice d’un « parallélisme politique » (Hallin et Mancini, 2004) très faible12 caractéristique des régimes autocratiques et dictatoriaux.

  • 13 Ces éléments ont été systématiquement avancés par les opérateurs de la Deutsche Welle Akademie, de (...)

18Ce système de contrôle a profondément façonné les pratiques journalistiques tunisiennes. Les directives sur les contenus et la production d’information clés en mains de la TAP dispensaient les journalistes de mener des investigations et des enquêtes de terrain. Ce qui a contribué à ordonner les pratiques essentiellement sous la forme d’un journalisme de desk, avec une forte dépendance des journalistes vis-à-vis d’informations d’agence. Les polices professionnelles ont également contribué à instaurer une culture de l’autorité et des habitudes d’autocensure. Relégués au statut de simples communicants, les journalistes avaient ainsi très peu d’initiative dans le choix et le traitement des sujets politiques, et donc une autonomie très limitée. Certes, une rhétorique critique pouvait s’exercer sur certains types d’actualité mais uniquement dans la mesure où les grandes orientations de la présidence n’étaient pas remises en cause. L’absence de cette critique et le manque d’initiative dans le choix des sujets, de même que l’absence de méthodologie dans l’enquête journalistique, sont perçus par des opérateurs extranationaux, dès 2011-2012, comme des défis majeurs de la réforme des pratiques journalistiques13.

19L’autonomie progressivement acquise et disputée après la chute du régime de Ben Ali est également contemporaine d’une crise des représentations professionnelles. Dans l’enquête que nous avons réalisée en 2014 sur les conditions de travail des journalistes sous Ben Ali, l’une des questions de la grille d’entretien était destinée à identifier les représentations que se font les journalistes interrogés de ce à quoi doit servir la profession dans le changement de régime. Il ressort de ces données de terrain que l’idéal critique qui doit ordonner les pratiques ne fait pas consensus. Des représentations instrumentales de la profession, relevant d’un parallélisme politique faible hérité de l’ancien régime, côtoient d’autres représentations empruntées aux fonctions des médias dans des démocraties européennes ou nord-américaines. Dans la période postrévolutionnaire, la distanciation des rapports avec les mondes politiques est à l’essai : ses règles et ses principes ne sont pas stabilisés dans les pratiques.

20C’est dans ce contexte, et sur la base de cet héritage, que de nombreux opérateurs internationaux vont mettre en place des programmes d’assistance aux médias avec pour objectif affiché de changer les anciennes pratiques.

Importation et conditions d’adoption

  • 14 Ces formations sur la courte durée continuent d’être dispensées, mais une autre logique pédagogique (...)
  • 15 Il importe de souligner que ces deux périodes sont complémentaires. Les formations de courte durée, (...)

21Il existe deux types de programmes d’assistance aux médias. Le premier est consacré à ce qu’il est d’usage d’appeler, dans le langage indigène des opérateurs en développement, le « capacity building » (« construction des capacités »). Il concerne la formation professionnelle, c’est-à-dire l’acquisition de nouvelles techniques, de savoir-faire, et l’adoption de valeurs (idéal-critique, déontologie, cahier des charges) qui permettent de faire évoluer les pratiques conformément aux rôles du journalisme en « démocratie ». Le deuxième type de programme porte sur le développement des organisations médiatiques. Il concerne le financement d’infrastructures, comme des émetteurs radios ou du matériel informatique, l’aide logistique pour améliorer le fonctionnement de ces organisations, le conseil stratégique pour s’adapter aux modèles économiques émergents des industries du contenu, et la mise en place d’instruments de mesure et d’évaluation des publics. Deux périodes et deux types de formation peuvent être distingués. Si des formations courtes (un à deux jours) ont été essentiellement dispensées les deux premières années après la « révolution »14, les opérateurs s’orientent désormais vers des formations plus longues (d’une semaine à plusieurs mois). Cette réorientation permet de distinguer deux vagues d’assistance aux médias, une première de 2012 à 2014, et une seconde enclenchée à partir de 201415.

22Dans le cadre de l’enquête que nous avons réalisée et dont les résultats sont présentés ici, l’analyse porte uniquement sur les formations du premier type précité, celles consacrées aux pratiques professionnelles et, plus précisément, celles dédiées au journalisme d’investigation. Ce choix est motivé par la valorisation de ce type de journalisme par les opérateurs de l’aide aux médias. L’investigation est associée à une certaine noblesse du journalisme et, en référence aux « affaires » qui ont permis de destituer des hommes politiques corrompus, elle est jugée exemplaire du rôle du journalisme comme contre-pouvoir. Quatre formations de courte durée (1 à 2 jours) ont été analysées, 116 participants ont été interrogés sur la base d’un questionnaire. Les éléments restitués ici portent sur les conditions d’adoption de ces modèles, à partir des dispositifs pédagogiques et de leur viabilité dans les environnements de travail des destinataires de l’offre.

23Plusieurs éléments questionnent la pertinence et l’efficacité des dispositifs pédagogiques de ces formations au regard des finalités affichées de leurs promoteurs. À commencer par la sélection des apprenants bénéficiaires de ces formations. En effet, ceux qui assistent aux sessions courtes de formation ne sont pas sélectionnés sur des critères explicites, ce qui a pour conséquence de produire des publics hétéroclites. Des communicants côtoient des enseignants et des journalistes. On compte parmi ces derniers autant de professionnels de la télévision, que de la presse écrite et de la radio. Certains sont familiarisés avec les techniques de l’enquête (20,6 %) tandis que les autres estiment n’en avoir que très peu ou pas du tout de notions (79,3 %). Il existe, selon l’avis des formateurs, de très grandes différences de niveau relatives aux capacités rédactionnelles des élèves, à leur maîtrise de la langue française (les formations étudiées, comme la grande majorité de celles dispensées en Tunisie, sont en français) et à l’usage des outils de bureautique. Ces disparités, toujours selon les formateurs, ont posé des problèmes importants dans la mise en œuvre des formules et des stratégies pédagogiques.

24L’absentéisme est également important. En moyenne, un quart des inscrits n’assistent pas (ou partiellement) aux formations, pour plusieurs raisons. La présence des participants ne fait pas l’objet de contraintes particulières, et ils ne sont pas obligés de suivre les formations qui leur ont été proposées par leur direction, leur rédaction ou, directement, par les opérateurs de l’assistance aux médias. Le taux d’absentéisme peut également s’expliquer par le fait que 75 % des participants étaient en activité pendant la formation, sans être nécessairement en disponibilité. Plusieurs apprenants se sont absentés pour s’acquitter de leurs obligations professionnelles.

25La nature de l’enseignement et l’évaluation de la pertinence du choix des formateurs sont également sujettes à caution. En effet, 54,3 % des participants estiment que les contenus dispensés ne sont pas adaptés au contexte national. D’une certaine manière, ceci est confirmé par les formateurs eux-mêmes puisque 82,3 % d’entre eux estiment ne pas connaître, ou très peu, les réalités du journalisme en Tunisie. De nombreux élèves ont été amenés à mettre en cause, ouvertement (pendant les sessions) ou dans le cadre des entretiens, le caractère décontextualisé ou inadapté des formations. Au-delà, il existe une corrélation entre les évaluations négatives des formations et le nombre de formations suivies par les participants. Ceux qui ont suivi plus de cinq formations (18,9 % de l’ensemble des participants) estiment à 86,3 % qu’elles ne sont pas adaptées pour plusieurs raisons : elles ne sont pas coordonnées ou harmonisées ; ce qui est enseigné d’une formation à l’autre présente des aspects contradictoires ; les méthodes ne sont pas praticables dans leur rédaction. Enfin, l’évaluation des formations ne semble pas pouvoir contribuer à adapter plus finement les formules pédagogiques puisque la prise en compte de la mise en pratique des contenus dispensés, sur la courte ou la moyenne durée, ne fait pas partie du protocole des opérateurs. La viabilité et l’assimilation des contenus in situ ne sont donc pas prises en considération.

26Pour ce qui concerne la pertinence locale des modèles importés, au regard des conditions de travail des journalistes, plusieurs éléments peuvent être mis en exergue. Dans les médias publics, notamment à la télévision, de même que dans d’autres médias privés, les moyens pour faire de l’investigation ne sont pas toujours à disposition. La disponibilité des membres de l’équipe, du matériel et du véhicule n’est pas garantie. Au sein des télévisions publiques, la demande de ces moyens doit se faire à l’avance à travers des formulaires dédiés. Le temps d’obtention de ces moyens ne permet pas toujours d’avoir la réactivité dont a besoin un journaliste en reportage d’investigation. De plus, ces moyens sont mis à disposition mais sur de courtes durées, étant essentiellement employés et dévolus à la production d’informations quotidiennes. Dès lors, la mobilisation de ressources pour produire du reportage d’investigation sur la moyenne ou la longue durées est rare et difficile, et plusieurs rédacteurs en chef interrogés dans le cadre de cette recherche estiment que la mise à disposition d’un journaliste et d’une équipe coûte trop chère. L’appréciation du coût de production de ce type d’information est liée à l’économie de l’information journalistique tunisienne. En effet, le format du reportage d’investigation ne trouve pas sa place dans un marché orienté vers la recherche du scoop au quotidien. De même, le modèle économique d’une grande majorité de titres de la presse numérique repose sur le nombre de visites des sites en ligne. Il importe, de ce point de vue, de nourrir le flux de l’information avec de l’information produite rapidement afin d’accroître leur fréquentation et, de la sorte, attirer de nouveaux annonceurs ou augmenter le prix de la publicité. Enfin, de manière plus générale, la dépendance à l’information d’agence reste forte en ce qu’elle permet de faire des économies d’échelle dans la production concurrentielle d’informations.

27Le salaire moyen d’un journaliste, 900 dinars (400 euros), l’incite plutôt à produire des sujets peu coûteux en temps pour multiplier parallèlement les piges. Au journal francophone La Presse, par exemple, il existe un barème de productions que les journalistes doivent respecter en fonction de leur statut et leurs années d’ancienneté. Un journaliste débutant commence par 12 articles par mois. Après deux ans, il doit en écrire huit. Les chefs de services sont astreints à quatre articles, tout ce qui est fait en plus étant payé en piges. Plus généralement, les journalistes appartenant au « prolétariat des médias » (Coman, 2004) ont davantage intérêt à multiplier les piges pour augmenter leur niveau de vie, plutôt que de réaliser des reportages d’investigation, nécessairement plus longs.

28Les éléments restitués à partir de cette enquête font par conséquent apparaître que ces formations ne prennent pas en compte, ou insuffisamment, le contexte tunisien. Ce caractère décontextualisé se donne à voir à la fois dans les dispositifs pédagogiques et la méconnaissance des spécificités des conditions de travail des destinataires de l’offre. Il faudrait, à terme, évaluer les conséquences que peut avoir cette décontextualisation sur le moral, ou l’estime de soi, des participants. En effet, à travers ces sessions, les formateurs importent certes des techniques de production de l’information journalistique, mais aussi des normes de ce qui est estimé être le « bon » journalisme en « démocratie ». Or, l’incapacité d’ordonner les pratiques selon ces normes (dès lors qu’elles sont jugées estimables), du fait des contraintes propres aux environnements de travail et des logiques du champ journalistique national, concourt à produire une certaine forme de désenchantement. L’épreuve de ce désenchantement a été identifiée en sociologie des professions, notamment dans les processus de socialisation professionnelle. L’une de ses étapes est caractérisée par la dualité, éprouvée par les nouveaux entrants, entre un « modèle idéal » de la profession et le « modèle pratique » (Hughes, 1958), ce qu’elle est réellement. Cette dualité existe chez tous les nouveaux entrants d’une profession, mais elle prend une saillance particulière dans le contexte de crise qui caractérise la transition, notamment au regard de la nécessité de revaloriser la profession après des années de mise sous tutelle.

29Le modèle de production d’information journalistique importé par les programmes d’assistance aux médias pose également question, mais sous un autre rapport. Selon la trajectoire sociale des formateurs, celui-ci est structuré par des idéaux-critique spécifiques qui donnent son sens et sa finalité à la pratique. Or, ces idéaux sont le fruit d’histoires nationales, de l’histoire des contre-pouvoirs et des rapports singuliers entre journalistes, politiques et destinataires de l’information. Leur transposabilité et leur importation n’ont donc rien d’une évidence. Le contexte de la « transition démocratique » ne suffit pas à produire les conditions de cette importation et de son assimilation. Il ne suffit pas à modifier les pratiques selon des normes journalistiques exogènes, quand bien même elles seraient adéquates aux « principes démocratiques ». Ce décalage dans la conception des formations caractéristiques de la première vague d’assistance aux médias est imputable à l’urgence dans laquelle travaillent les opérateurs. La multiplication des prestataires étrangers, et des prestations ponctuelles, n’y contribue pas non plus.

Liens diplomatiques, concurrence entre opérateurs et marché du développement

  • 16 Rénover les relations avec les populations et l’État tunisien est une question de « représentation  (...)

30Avec le départ de Ben Ali, les relations entre la Tunisie et ses partenaires internationaux sont appelées à être redéfinies. Le changement de régime implique une nouvelle donne diplomatique et géopolitique. L’enjeu est important, sur le plan symbolique, pour les puissances qui ont cautionné la violence du régime et ses prédations. Celles-ci sont dans l’obligation d’apporter des preuves tangibles d’une rupture avec les affinités coupables du passé, de réaménager leurs relations en conformité avec les nouvelles légitimités qui ont vues le jour pendant la période protestataire. Le mot d’ordre qui anime les chancelleries au lendemain du 14 janvier est celui du « lien ». Il faut créer, ou recréer, du « lien » avec la Tunisie post-Ben Ali et, de la sorte, contribuer à rénover l’image de ces pays qui ont toléré la violence du régime pour des raisons sécuritaires ou pour s’assurer l’accès aux marchés nationaux16.

  • 17 Entretien avec Alexandre Delvaux, décembre 2014.

31Cet impératif diplomatique permet, entre autres raisons, d’expliquer l’afflux de fonds extranationaux dédiés à la transition démocratique et, plus particulièrement, à l’assistance aux médias. Il est difficile de chiffrer précisément le volume global de cette aide dans la mesure où le montant dont dispose chaque opérateur n’est pas toujours rendu public. Alexandre Delvaux, fondateur du Groupe des partenaires techniques et financiers en appui au secteur des médias tunisiens qui réunit, chaque mois, au Centre Africain de Perfectionnement des journalistes et Communicateurs (CAPJC), une grande partie des opérateurs de l’assistance aux médias en Tunisie, estime ce montant global entre 13 et 15 millions d’euros par an, contre un budget de 4 à 5 millions17 pour les autres pays de la région MENA. À titre indicatif, le volume des budgets alloués à la Tunisie (tous secteurs confondus) par l’Union européenne a doublé après la « révolution », et a augmenté de moitié en 2014. Cet afflux a créé des opportunités de travail et de débouchés pour les professionnels du développement (experts, formateurs, ONG) qui, au lendemain du 14 janvier 2011, sont arrivés en nombre dans le pays en proposant une multitude de formations différentes pour se positionner sur le marché du développement.

  • 18 Ce phénomène est identifié au sein même d’organisations internationales, comme a pu en témoigner lo (...)

32L’ouverture rapide du marché favorise un appel d’air dont le principal effet tient dans l’excédent de l’offre par rapport à la demande (Sans Auteur, 2013). La multiplication de programmes hétéroclites de formation et d’aides à la réforme produit également un effet de saturation, l’assistance proposée excédant les capacités d’absorption du pays destinataire18. En effet, les opérateurs ont souvent une conscience floue des temporalités des changements sociaux et institutionnels auxquels devraient se soumettre les programmes. Cette méconnaissance, qui a été observée dans d’autres contextes d’assistance et de développement, peut être rapportée au fait que les opérateurs ne conçoivent pas nécessairement leurs programmes à travers une théorie du changement (Noske-Turner, 2014). Le caractère décontextualisé de l’assistance peut également s’expliquer par le fonctionnement des organisations en charge de l’assistance ou de sa gestion dans le pays. Certaines organisations, comme l’Union européenne ou les Nations-unies, emploient des responsables de mission pour des sessions de trois ans. Le responsable d’un pays, ou d’un secteur, peut avoir occupé un poste dans un pays très différent (de l’Égypte à la Tunisie par exemple), et être mandaté par la suite dans un autre pays. Or, ces cycles de roulement ne permettent pas toujours de capitaliser suffisamment d’expérience et de transmettre celle-ci à son successeur. De plus, l’évaluation annuelle des activités d’assistance, fixée par l’organisation, n’est pas forcément synchronisée avec les cycles évolutifs des programmes, c’est-à-dire que « l’implémentation des procédures d’évaluation est liée à des périodes de temps systématisées plutôt que par des décisions actives quant au moment approprié de l’évaluation » (Noske-Turner, 2014, p. 10). La logique de reconduction des budgets peut également avoir un effet important sur la nature des formations et leur nombre. Si une organisation ne dépense pas tout son budget alloué à l’année, sa ligne budgétaire risque de ne pas être reconduite à la même hauteur. C’est notamment la raison pour laquelle des formations ou des grands événements (dans de grands hôtels avec des frais de restauration ou de communication importants) sont organisés afin de maintenir le même niveau de dépense que l’année précédente.

  • 19 Nous n’affirmons pas ici qu’aucune des formations dispensées en Tunisie n’a produit les effets esco (...)

33Ainsi, le marché du développement, son ouverture et sa distribution, sont liés aux nouvelles donnes diplomatiques postrévolutionnaires et, plus généralement, aux enjeux de relations internationales liés à l’aide à la « transition démocratique ». Il permet d’expliquer l’abondance, voire la surabondance, des formations en Tunisie. Leur caractère décontextualisé (non systématique) peut s’analyser à travers les dynamiques de ce marché et les modes de fonctionnement des organisations en charge de l’assistance. Ces éléments permettent de rendre compte de la perpétuation d’une contradiction qui se traduit par l’inadéquation entre la finalité de l’assistance et ses effets réels19. Il existe cependant un autre niveau de lecture permettant de comprendre plus finement en quoi l’assistance aux médias dans le contexte transitionnel constitue une opportunité stratégique, à la fois pour les opérateurs extranationaux et pour les destinataires de ces programmes.

  • 20 Le parti-pris méthodologique adopté ici consiste, plutôt que de présenter chaque opérateur à traver (...)

34Les rapports entre opérateurs peuvent être décrits comme des rapports de concurrence, notamment à travers leurs positionnements mutuels20. Lors des entretiens réalisés avec des opérateurs français, anglais et allemands, ces derniers se comparent et se mesurent mutuellement, mobilisant plusieurs éléments de différenciation. Les fonds à disposition pour mettre en place les programmes sont invoqués pour décrire des inégalités qui touchent les capacités d’action de certains, ou pour souligner une compétence distinctive alors même que les fonds alloués sont jugés insuffisants. Le positionnement comparatif consiste dans ce cas à affirmer qu’avec peu de moyens l’opérateur parvient à faire autant que d’autres pourtant mieux dotés. Les relations bilatérales, et les représentations qu’auraient les acteurs tunisiens de certains opérateurs, sont également mobilisées pour rendre compte de différences entre ces derniers. Ainsi, les opérateurs français sont décrits par d’autres opérateurs comme bénéficiant d’un capital relationnel historique qui les favoriserait dans l’agencement de l’assistance.

« En tant qu’Allemand je suis toujours au deuxième rang, les Français d’abord. Si un Tunisien a un doute, il va d’abord se tourner vers un Français, malgré que, peut-être, notre produit est plus intéressant. Parce qu’avec la langue, l’histoire, la culture ils se connaissent. Et puis les Allemands ils sont tellement rigides, tellement carrés… » (Entretien avec Rüdiger Maack, DWA, 2015).

  • 21 Les relations entre opérateurs au groupe d’appui média ont été observées sur 11 séances (à peu près (...)
  • 22 Entretien avec Aïda Ben Ammar, 2015.

35Ces rapports de concurrence peuvent être également observés21 au Groupe des Partenaires Techniques et Financiers en Appui au Secteur des Médias Tunisiens accueilli par le CAPJC. Créé en 2011, ce groupe se réunit tous les mois et a pour but de coordonner l’aide aux médias dans le pays. Les ONG, les agences de développement, les instituts culturels et les organisations internationales en présence font connaître leurs programmes pour éviter de concentrer leurs actions, de manière redondante, sur les mêmes bénéficiaires. Ils font également remonter des terrains de l’assistance les besoins d’acteurs locaux pour trouver des solutions financières et logistiques. Le groupe est présenté par ses entrepreneurs comme un modèle de coordination et de coopération. Cette coopération ne concerne cependant que l’exécution des programmes, et non la planification. Dans leur grande majorité, les opérateurs rechignent à communiquer sur ou à rendre publics leurs projets dans les phases de conceptualisation et de planification (ce qu’une coopération harmonisée pourrait pourtant exiger). Ces réticences se sont manifestées pendant les entretiens, mais aussi à l’occasion d’une initiative engagée par Aïda Ben Ammar, la première coordinatrice de projets du Groupe, pour faire éditer sur le site les informations relatives aux projets en préparation. Malgré des demandes répétées de sa part, les opérateurs n’ont pas renseigné la fiche d’information dédiée22. La planification des projets d’assistance relève du pré-carré de chaque agence de développement et des organisations de son réseau. Et c’est dans ce pré-carré que se jouent les stratégies diplomatiques des États européens en Tunisie. L’idéal de coopération, mobilisé dans le Groupe d’appui, remplit ici une fonction de communication qui couvre la réalité des divisions à l’œuvre dans le champ de l’assistance entre opérateurs extranationaux.

36La position de chaque opérateur dans le champ du développement dépend de sa capacité à créer du « lien » avec les acteurs tunisiens. Elle dépend également de son aptitude à le valoriser conformément aux positivités symboliques de l’« eschatologie du développement » (Rist, 2007). L’impact des programmes sur la pratique journalistique, et leur mise en récit par les opérateurs permettent à ces derniers de se distinguer mutuellement et de se positionner sur le marché du développement. Cependant, et comme cela a été avancé précédemment, certaines occurrences de formations attestent d’une discontinuité entre la mise en place des programmes et leurs effets. Comment expliquer, dès lors, que certains opérateurs puissent valoriser leurs programmes (dont on connaît pourtant les carences de leurs évaluations) sans nécessairement produire des effets tangibles et participer à la transformation des pratiques ?

37Répondre à cette question implique d’appréhender comment s’articulent les stratégies des professionnels de l’assistance aux médias et celles des destinataires des formations dans le contexte singulier de la transition. Durant cette période, et au regard des légitimités professionnelles qui ont été mobilisées pendant et après le moment contestataire, l’univers journalistique tunisien est dans une phase de réorganisation. Les formations permettent de valoriser l’acquisition de compétences techniques et de « bonnes » pratiques en rupture avec celles héritées de l’ancien régime. Des compétences qui permettent aux destinataires de l’aide de se différencier lorsqu’il s’agit de journalistes comparativement à d’autres journalistes, ou de rédactions vis-à-vis d’autres médias lorsqu’elles incitent leurs membres à suivre les formations. Cet usage distinctif est apparu dans l’enquête menée sur les formations en journalisme d’investigation puisque 100 % des participants ont exprimé leur volonté de les faire figurer dans leur curriculum vitae, et 94, 8 % estiment qu’elles sont utiles à leur employabilité sur le marché du travail. Entre, d’une part, les journalistes de « l’ancienne garde » et ceux formés exclusivement à l’époque où les centres de formation universitaire étaient sous la tutelle du régime, et ceux, d’autre part, qui bénéficient de formations, une différence de compétence peut être valorisée de manière stratégique. Ainsi les formations sont-elles utilisées par les participants pour accumuler du capital symbolique distinctif et se positionner dans le contexte de réorganisation du champ journalistique tunisien. De leur côté, les opérateurs internationaux trouvent des applications à leur offre de formation et peuvent valoriser ces « liens » auprès de leurs institutions de tutelle.

Bibliografía

Auteur anonyme, « Inside the transition bubble : international expert assistance in Tunisia », Institute for integrated transitions, 2013, [en ligne] URL : http://www.ifit-transitions.org/publications/inside-the-transition-bubble-international-expert-assistance-in-tunisia/inside-the-transition-bubble-en-full [consulté le 16 février 2015]

Auteur anonyme, « Inside the transition bubble : international expert assistance in Tunisia », Institute for integrated transitions, 2013, [en ligne] URL : http://www.ifit-transitions.org/publications/inside-the-transition-bubble-international-expert-assistance-in-tunisia/inside-the-transition-bubble-en-full [consulté le 16 février 2015]

Belhassine O., « Tunisie : sortir d’un bunker de silence et de mensonge », Libération, 9 février 2011, [en ligne] URL : http://www.liberation.fr/monde/2011/02/09/tunisie-sortir-d-un-bunker-de-silence-et-de-mensonge_713412 [consulté le 16 février 2015]

Belhassine O., « Bâillonnés ? Nous l’avons toujours été… », La presse, hors-série, mai 2012.

Berkowitz D., « Who sets the media agenda ? The ability of policymakers to determine news decisions » dans Public opinion, the press, and public policy, sous la dir. de D. Berkowitz et J.D Kennamer, Wesport, CT Praeger, 1992, p. 81-102.

Bourdieu P., Raisons pratiques, Manchecourt, Seuil, 1994.

Chouikha L., La difficile transformation des médias, Tunis, Editions Finzi, 2015.

Coman M., « Media bourgeoisie and media proletariat in post-communist Roumania », Journalism studies, n° 1, 5, 2004, p. 45-58.

Ellul J., Propagandes, Paris, Armand Colin, 1962.

Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Hallin D.C., Mancini P., Comparing Media Systems : Three Models of Media and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Hibou B., La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006.

Hughes E.C., Men at their Work. Glenoce, The Free Press, 1958.

INRIC, Rapport général, Tunisie, INRIC, 2012.

McCombs M.E., Maxwell C., Shaw D., « The Agenda Setting Function of the Mass Media », Public Opinion Quarterly, n° 2, 36, 1972, p. 176–87.

Noske-Turner J., « Evaluating the impacts of media assistance : problems ans principles », Global Media journal (German edition), vol. 4, n° 2, 2014, [en ligne] URL :

http://www.db-thueringen.de/servlets/DerivateServlet/Derivate-31119/GMJ8_Noske-Turner_final.pdf [consulté le 16 février 2015]

Rist G., Le développement. Histoire d’une croyance occidentale. Paris, Presses de Sciences-Po, 2007.

Notas

1 Sur les dispositifs légaux et leurs réformes voir le rapport de l’Instance nationale pour la réforme de l’information et de la communication (INRIC, 2012).

2 Le rôle de l’agence a été resitué dans l’histoire, plus générale, de « l’étatisation de l’information » en Tunisie, depuis l’indépendance du pays jusqu’au 14 janvier 2011. On pourra consulter, sur ce sujet, l’ouvrage de Larbi Chouikha, La difficile transformation des médias, (Chouikha, 2015).

3 Réalisée en 2014 auprès de 67 journalistes de presse écrite et de télévision, cette enquête portait sur les conditions de travail des journalistes sous la présidence de Ben Ali. Elle visait à identifier les effets disciplinaires des dispositifs de contrôle des médias sur les journalistes.

4 Certaines des sources interviewées dans le cadre de notre étude sur les conditions de travail des journalistes sous le régime de Ben Ali ne souhaitaient pas voir leur nom figurer dans une publication.

5 Ces observations de terrain recoupent celles faites par Sadock Hammami, enseignant chercheur à l’IPSI et directeur du CAPJC, et dont il a fait état lors de la conférence du 11 mars 2016 à l’Institut français de Tunis organisée dans le cadre du programme « Les industries culturelles et médiatiques dans les pays de la région MENA ».

6 Olfa Belhassine, « Tunisie : sortir d’un bunker de silence et de mensonge », Libération, 9 février 2011.

7 Olfa Belhassine, « Baîllonnés ? Nous l’avons toujours été… », La Presse, hors-série, mai 2012.

8 Ce contrôle étroit sur les sujets politiques a eu pour effet d’inciter des journalistes à migrer vers les services « culture » de leurs rédactions (entretien avec Olfa Belhassine, 2014 ; avec Slaheddine Grichi, rédacteur en chef au journal La Presse, 2014). Dans ces services, le contrôle éditorial était moins pressant, mais pouvait se durcir lorsque les sujets traités touchaient les intérêts du clan Ben Ali, comme en a témoigné Narjes Torchani, journaliste au journal La Presse, lors d’un entretien réalisé dans le cadre de cette enquête en 2014.

9 Dans la division de la production de l’information, les agences de presse sont des grossistes qui vendent ou distribuent de l’information aux médias, ces derniers diffusent l’information auprès des publics.

10 L’agence s’est transformée en appareil de propagande à part entière sous le régime de Ben Ali. Ainsi, comme le précise le rapport de l’INRIC publié en 2012, depuis le début des années 1990 la politique de recrutement à la TAP « n’est plus fondée sur la compétence ou le mérite, ni même sur les besoins réels de l’entreprise (…) », la sélection du personnel est alors « strictement liée à l’appartenance politique au Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), le parti au pouvoir » (INRIC, 2012, p. 81).

11 La TAP est alors la seule agence nationale.

12 Le parallélisme politique désigne, dans la définition qu’en donnent Hallin et Mancini, la nature et le degré des liens entre les médias et les partis politiques. Il est jugé faible lorsque ces liens sont étroits et lorsque la dépendance des premiers vis-à-vis des seconds est importante. Le parallélisme politique sert à évaluer l’autonomie relative du secteur des médias vis-à-vis du secteur politique.

13 Ces éléments ont été systématiquement avancés par les opérateurs de la Deutsche Welle Akademie, de l’Institut français de Tunis, de Canal France International, de la BBC media action et de la Fondation Hirondelle dans la partie de notre enquête dédiée à l’identification des stratégies de ces acteurs.

14 Ces formations sur la courte durée continuent d’être dispensées, mais une autre logique pédagogique s’est affirmée à partir de 2013-2014 à travers des cycles de formations plus longs et plus soucieux de l’assimilation des techniques enseignées.

15 Il importe de souligner que ces deux périodes sont complémentaires. Les formations de courte durée, sur la première période, ont permis à certains opérateurs d’« expérimenter » les réalités tunisiennes, d’analyser les besoins des rédactions et des journalistes, et d’organiser en fonction de nouveaux cycles de formation plus longs (entretiens avec Hélène Delmas, IFT, 2015 ; avec Rüdiger Maack, DWA, 2015 ; et avec Michel Codaccioni, Fondation Hirondelle, 2015.)

16 Rénover les relations avec les populations et l’État tunisien est une question de « représentation ». Cette dimension « diplomatique » conditionne les accords régionaux et bilatéraux dont dépendent les relations commerciales et sécuritaires.

17 Entretien avec Alexandre Delvaux, décembre 2014.

18 Ce phénomène est identifié au sein même d’organisations internationales, comme a pu en témoigner lors d’un entretien en 2014 Mehdi Benchelah, alors chef du Bureau de Projet à l’UNESCO à Tunis.

19 Nous n’affirmons pas ici qu’aucune des formations dispensées en Tunisie n’a produit les effets escomptés. Nous cherchons à rendre compte analytiquement de la perpétuation d’un modèle de formation décontextualisée à la lumière de logiques propres au champ du développement.

20 Le parti-pris méthodologique adopté ici consiste, plutôt que de présenter chaque opérateur à travers ses programmes et ses relations historiques avec les acteurs tunisiens, à saisir, à travers les entretiens et les observations informelles au Groupe d’appui, les éléments de différenciation mobilisés par les opérateurs pour se comparer mutuellement.

21 Les relations entre opérateurs au groupe d’appui média ont été observées sur 11 séances (à peu près un an d’activité) entre 2014 et 2015.

22 Entretien avec Aïda Ben Ammar, 2015.

Autor

© Centre Jacques-Berque, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable