Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Partie 1. Les transformations contemporaines des circulations transnationales de l'information et des pratiques journalistiques

Chapitre 3. Nouveaux médias et flux d’information journalistique dans le monde arabe : localisation de la production et internationalisation de la consommation

Enrico De Angelis

Texte intégral

1La diffusion des nouveaux médias ces dernières années a profondément transformé les modalités de production, d’échange et de distribution de l’information dans le monde arabe, sur le plan local comme à l’international. Les dispositifs digitaux facilitent la production de contenu, laquelle n’est plus désormais réservée aux seuls journalistes professionnels, mais devient à la portée de quiconque possède un smartphone ou une caméra. Les citoyens normaux peuvent devenir des producteurs d’information, tandis que les journalistes et les télévisions ont de plus en plus recours à des réseaux de « journalistes citoyens » qui habitent dans d’autres pays, ce qui leur permet d’abaisser les coûts de production tout en contournant les restrictions exercées le plus souvent par les gouvernements à l’encontre des journalistes. Plus significatif encore, Internet et les médias sociaux permettent de diffuser les contenus à l’échelle globale, quasiment à coût zéro. Grâce aux nouvelles technologies, des acteurs émergents peuvent désormais concurrencer au niveau international des organisations dotées de ressources humaines et financières bien supérieures aux leurs.

2Bien que ces changements se fassent ressentir à l’échelle globale, l’impact d’Internet sur le secteur journalistique est peut-être plus fort encore dans le monde arabe en raison de faibles ressources économiques susceptibles d’encourager l’entrée sur le marché par des éditeurs « purs », c’est-à-dire des investisseurs dont les intérêts soient exclusivement limités au secteur des médias.

  • 1 En 2011 par exemple, des gens comme Andy Carvin (@acarvin), à l’époque journaliste pour la radio pu (...)

3Des dizaines d’entreprises médiatiques construites sur l’utilisation d’Internet ont vu le jour au cours de la dernière décennie et jouent désormais un rôle significatif : MadaMasr en Égypte, Nawaat et Inkyfada en Tunisie, SyriaUntold en Syrie, 7iber en Jordanie, pour n’en citer que quelques-unes parmi les plus importantes. Les réseaux sociaux permettent la mise en place d’un échange direct d’informations qui contourne les organisations journalistiques. Dans certains pays arabes, Twitter et Facebook sont utilisés comme source d’information première, notamment grâce à l’apparition de curators : des individus ou organisations responsables de filtrer et de vérifier les contenus sur le web1.

4Les systèmes médiatiques arabes peuvent désormais être considérés à tout point de vue comme des systèmes « hybrides » (Chadwick, 2013), au sein desquels anciennes et nouvelles logiques cohabitent, et où l’information journalistique circule de façon fluide d’une plate-forme à l’autre (télévisions, journaux électroniques et imprimés, réseaux sociaux, blogs, etc.).

  • 2 Sur la sphère publique arabe, voir par exemple Lynch (2007).

5Les révoltes de 2011 ont accéléré ces processus ainsi que la diffusion des nouvelles technologies, suggérant la naissance, du moins en apparence, d’une nouvelle sphère publique arabe transnationale. Nouvelle, parce qu’elle ne repose plus uniquement sur ce qu’on appelle les médias panarabes tels que les journaux comme Al-Sharq al-Awsat, Al-Hayat ou al-Quds al-Arabi, ou bien les chaînes satellitaires comme Al Jazeera et Al Arabiya, qui sont toutes la propriété directe ou indirecte des États du Golfe2. On assiste ici à l’émergence d’un espace partagé, plus participatif, aux contenus produits par le bas et dont les hiérarchies entre les différentes sources d’information tendent à se brouiller.

6L’émergence d’« arabités numériques », pour reprendre le terme d’Yves Gonzalez-Quijano (2012), a inévitablement eu elle aussi une influence sur l’échange d’informations entre les différents pays arabes. Des événements internationaux tels que l’Arab Bloggers Meeting3 témoignent de la présence d’une communauté transnationale, numérique justement, qui rassemble des individus qui sont en communication constante via les réseaux sociaux, mettent sur pied leurs propres projets dans le secteur des médias et travaillent également, dans une moindre mesure, pour des journaux et des télévisions.

7Et pourtant, faire un bilan de l’impact des nouvelles technologies sur les flux d’information transnationale apparaît comme une opération particulièrement complexe. Dans le monde arabe aussi, la superposition de modalités différentes de production et de distribution des contenus détermine ce que Brian McNair (2011) appelle le « chaos culturel ». Les flux d’information passent d’une plate-forme à l’autre et obéissent à des dynamiques différentes de production et de distribution, suivant des itinéraires qu’il devient de plus en plus difficile de retracer.

8Avec ces prémisses, cet article se propose de faire quelques observations sur l’impact des nouveaux médias sur les flux d’information transnationale dans le monde arabe. Le terme « transnational » sera utilisé sous un double angle : d’une part, la production, parce que les technologies digitales transforment le travail de rédaction et introduisent de nouvelles modalités de collecte de l’information (journalisme citoyen, crowdsourcing) ; d’autre part, la distribution, dans la mesure où ces mêmes outils permettent de diffuser l’information au niveau transnational sans représenter les coûts traditionnellement associés à cette échelle de diffusion. C’est l’articulation des changements portant sur ces deux dimensions qui détermine la nature des échanges de contenus entre différents pays dans le monde arabe contemporain. Afin d’exposer plus clairement les changements en cours, on s’arrêtera sur trois types d’acteurs médiatiques différents. Le premier est celui des médias transnationaux et leur adaptation aux nouvelles formes de communication. Le deuxième est constitué des plates-formes du journalisme numérique qui se sont multipliées ces dernières années, dans le monde arabe comme ailleurs. On s’arrêtera en particulier sur les projets qu’on définit généralement comme des startups, c’est-à-dire des entreprises basant leur espace de distribution uniquement sur Internet. En particulier, les initiatives étudiées ici ont des ressources financières relativement limitées, parce qu’elles sont principalement animées par des jeunes cherchant à offrir une alternative à l’information traditionnelle. Enfin, on analysera l’émergence d’une nouvelle génération d’acteurs médiatiques qui s’occupent non pas de produire des contenus originaux, mais d’intervenir sur des contenus déjà existants pour les cataloguer, les distribuer ou les rendre plus facilement exploitables par le public. Ces initiatives jouent un rôle fondamental de médiation entre la production de « journalistes indépendants » ou « journalistes citoyens » d’une part, et les médias traditionnels ou le public d’autre part ; et elles jouissent d’une influence croissante sur les flux d’information internationaux.

9L’observation de quelques cas d’études correspondant à chacun de ces types d’acteurs permet de faire émerger trois tendances liées à l’impact des nouveaux médias. La première, comme le montre le cas d’Al Jazeera, est que les institutions médiatiques déjà installées comptent parmi les premiers acteurs à bénéficier de l’utilisation des nouveaux médias, parce qu’elles sont mieux équipées en termes de ressources humaines et financières. Bien que l’arrivée du numérique abaisse en théorie les coûts de production et de distribution de l’information, ouvrant le marché à des acteurs moins affirmés, la présence d’un capital humain et financier plus important permet d’optimiser les bénéfices à tirer de l’utilisation des nouvelles technologies. La deuxième tendance correspond à ce que l’on a qualifié de processus de localisation de la production d’informations. Les contenus qui circulent à l’international sont de façon croissante produits directement par des gens qui vivent dans les contextes bénéficiant de cette couverture médiatique. L’ère des correspondants permanents et des envoyés spéciaux réguliers semble révolue, les médias internationaux ayant de plus en plus recours aux « journalistes citoyens » ou aux journalistes freelance qui vivent dans les pays concernés.

10Cette localisation des « auteurs » (les sources journalistiques) s’accompagne d’un processus parallèle de localisation ou nationalisation des thématiques et des publics : les nouvelles plates-formes du journalisme numérique tendent toutes à se focaliser sur la dimension locale ou hyper-locale (quartiers périphériques ou certains quartiers d’une grande ville). Il y a donc une tendance à la localisation de la production, qui semble correspondre à une demande (réelle ou supposée) plus grande des publics pour l’actualité nationale au détriment des questions internationales. Dans le même temps, les plates-formes numériques locales produisent de l’information qui, grâce à Internet, se trouve immédiatement mise à la disposition du public international. En d’autres termes, la production tend à devenir plus locale, tandis que la consommation s’internationalise.

Internet et les grands groupes médiatiques : l’exemple d’Al Jazeera

11Si les médias traditionnels sont les premiers à faire usage du potentiel que représente ce qu’on appelle le contenu généré par les utilisateurs du web 2.0, c’est parce qu’ils possèdent les ressources humaines nécessaires pour rechercher et filtrer les contenus qui circulent sur le web, ainsi que les ressources budgétaires qui permettent de créer et d’entretenir un réseau de « journalistes citoyens » sur le terrain. Les journalistes citoyens, payés généralement à l’article, permettent d’éviter les coûts liés à la gestion d’un bureau ou d’un envoyé spécial sur le terrain. Les rédactions doivent toutefois adapter leur fonctionnement en interne pour entretenir leurs contacts avec ces journalistes, les former et effectuer un contrôle éditorial minutieux sur les contenus qu’ils produisent.

12En d’autres termes, les nouvelles technologies avantagent les entreprises médiatiques déjà présentes sur le marché qui, à condition d’accepter de s’adapter à ces changements, sont en mesure d’en faire un usage efficace. Ce phénomène ne se limite bien évidemment pas au monde arabe. Henry Jenkins (2006), dans sa description de la « culture convergente » régissant aujourd’hui la production et la consommation des médias, souligne la manière dont les géants de la communication aux États-Unis ont rapidement appris à tirer profit de la mise à contribution du public dans la production des contenus.

13Al Jazeera constitue probablement le cas le plus intéressant d’utilisation efficace des nouvelles technologies dans le monde arabe. La chaîne compte parmi les premiers médias à avoir investi dans les réseaux de « journalistes citoyens » dans différents pays arabes et à avoir utilisé de manière intensive les médias sociaux pour collecter des informations ou élargir son public. Dès la fin de l’année 2011, elle ouvre un bureau de 14 personnes dédiées exclusivement aux social media. Le recours intensif aux réseaux de « journalistes citoyens » est encore antérieur et remonte au moins à 2008, pendant la guerre de Gaza. À partir de ce moment-là, la chaîne affine et intensifie de plus en plus l’utilisation du « journalisme citoyen », qui devient partie intégrante des stratégies éditoriales. Après avoir identifié quelques individus clés, blogueurs et journalistes en particulier, Al Jazeera apprend à les utiliser pour obtenir ou vérifier des informations de première main. Ce recours ne présente pas seulement l’avantage de donner accès à plus d’informations à moindre coût ; il permet également de contourner plus facilement les restrictions de mouvement et d’action qui frappent souvent les journalistes professionnels. Quand par exemple, fin janvier 2011, à l’apogée de la révolte contre Moubarak, le gouvernement égyptien ferme les bureaux de la chaîne, c’est grâce à l’utilisation désormais maîtrisée des réseaux de « journalistes citoyens » que cette dernière peut continuer d’assurer la couverture des événements en continu. Pareillement, dans un conflit comme celui de la Syrie et pour des raisons liées aussi bien au danger présent sur le territoire qu’à l’interdiction d’entrée aux journalistes imposée par le régime, les activistes et citoyens « ordinaires » deviennent rapidement les principaux fournisseurs d’informations et de contenus vidéo.

14La force d’Al Jazeera réside dans le choix stratégique qui a été fait de s’orienter vers ces nouvelles formes de production de l’information. La chaîne propose depuis longtemps des ateliers et des formations pour « journalistes citoyens » dans plusieurs pays de la région, établissant ainsi avec eux un rapport de confiance privilégié. Comme le dit Esra Doğramacı, membre de l’équipe social media : « Les gens sont au cœur de (l’événement). C’est à nous de leur donner le micro et de répercuter leur discours. En Syrie par exemple, nous n’avons aucun correspondant sur le terrain. Nous nous basons entièrement sur les gens qui nous envoient les contenus que nous sommes chargés de publier »(Bartlett, 2011).

15Si les blogueurs et journalistes « citoyens » sont intégrés au processus de production de l’information, Al Jazeera expérimente également d’autres modes de collecte de l’information et d’interaction avec le public. En 2008, à l’initiative de la chaîne naît Sharek4, un portail ouvert à tous pour publier des vidéos ainsi que d’autres contenus. Ceux-ci sont vérifiés avant d’être mis en ligne, mais les utilisateurs ayant acquis une certaine crédibilité auprès de la chaîne ont accès au portail sans modération, rendant ainsi la circulation de l’information plus facile. Enfin, les médias sociaux deviennent un outil de marketing fondamental. Twitter est utilisé pour promouvoir le livestreaming sur le site en anglais et en arabe, également via la promotion payante des tweets5. Sur le mois de janvier 2011 seulement, le site parvient à augmenter son propre trafic de 2500 % et le livestream à lui tout seul compte 4 millions de visiteurs entre le 28 et le 31 janvier (Hoffman, 2011).

Cette prise de vue d’un bureau dans les locaux de la chaîne d’Al Jazeera dédiée aux documentaires et basée à Doha résume les principaux modes de diffusions de ses productions sur les réseaux sociaux : (respectivement de haut en bas) Facebook, Instagram, Twitter, YouTube et Google.

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017).

16Ce succès contraste avec la perte de crédibilité dans le monde arabe qui affecte les transmissions télévisées de la chaîne au cours des années suivantes (Salama, 2012 ; Al-Qassemi, 2013). La pénétration des chaînes anglaises et arabes en Europe et aux États-Unis est encore plus réduite suite à l’interdiction de transmission sur le sol américain. À deux mois de son lancement, Al Jazeera America comptait à peine 13 000 spectateurs par jour aux États-Unis (Atkinson, 2013).

17Pourtant la chaîne est consacrée, surtout pendant les révoltes arabes, comme l’une des agences d’information en ligne les plus importantes à l’échelle mondiale. En effet, même si l’audience de ses programmes de télévision reste limitée ou diminue, les contenus produits par la chaîne circulent sur Internet de façon croissante et sont constamment repris par d’autres médias. La synergie entre un système efficace de collecte des informations et Internet lui permet de devenir un point de référence pour tous les médias internationaux, dès qu’il s’agit de couvrir des événements au Moyen-Orient. Al Jazeera compte parmi les premières chaînes au monde à ouvrir une chaîne sur YouTube et une transmission 24h sur 24 sur LiveStation. La majorité des contenus produits sur Internet sont publiés sous licence Creative Commons6, ce qui facilite leur circulation.

18En raison précisément du succès des plates-formes en ligne et des opérations de collecte d’informations à travers le crowdsourcing (production participative), Al Jazeera décide d’inaugurer un nouveau projet médiatique, lancé en septembre 2014 : AJ+ (Al Jazeera Plus). Fondée par Riyaad Minty, un expert en communication précédemment à la tête de la section Social Media, et par Moeed Ahmad, spécialiste des technologies de l’information et manager du groupe Innovation and Incubation au sein de la chaîne, AJ+ est une plate-forme qui distribue des contenus sur les réseaux sociaux et sur des applications pour smartphones. Le projet, basé à San Francisco, est indépendant des autres chaînes mais il exploite les informations issues des bureaux d’Al Jazeera dans le monde. La chaîne ne compte pas de présentateurs. « Les gens font plus confiance aux gens qu’aux organisations », explique Riyaad Minty (Rotgers, 2013). AJ+ tente d’insérer des contenus directement dans les flux d’information des réseaux sociaux, invitant ainsi le public à produire et à interagir, et expérimentant de nouvelles formes de récit journalistique. Selon Moeed Ahmad, « Les habitudes de consommation de l’information sont en train de changer. Avec sa chaîne, Al Jazeera montre sa volonté d’innover en créant une nouvelle destination numérique pour le journalisme. Son contenu va attirer l’attention, captiver, et permettre à des conversations globales de voir le jour » (Al Jazeera, 2013).

Localisation de la production et des thèmes, internationalisation de la consommation

19Ces dernières années, des dizaines de projets journalistiques « indépendants » qui sont nés dans le monde arabe diffusent leurs contenus exclusivement sur Internet. On entend par « indépendantes » des initiatives qui ne sont financées ni par l’État, ni par les capitaux privés d’hommes d’affaires ayant des intérêts conséquents dans d’autres secteurs. Il s’agit donc de ce qu’on pourrait appeler en anglais des startups numériques, même si le terme est encore sujet à controverse7 : des jeunes entreprises dont l’objectif est d’atteindre graduellement une situation de stabilité économique8. On peut mentionner Nawaat9 en Tunisie, MadaMasr10 en Égypte, 7iber11 en Jordanie ou Mamfakinch12 au Maroc, pour n’en citer que quelques-uns parmi les plus importants. Toutefois, toutes ces plates-formes ont fait le choix de se focaliser sur la dimension nationale ou locale, plutôt que de proposer de l’information internationale.

20Pour se faire une idée du degré de localisation de l’information en ligne « par le bas », il suffit de revenir sur quelques-uns des événements les plus importants qui réunissent les acteurs de ce secteur. Dans le dernier Arab Bloggers Meeting qui s’est tenu à Amman en janvier 201413, les seules organisations offrant une couverture internationale notable sont Global Voices, une organisation à but non lucratif qui a créé un réseau de « journalistes citoyens » dans plusieurs pays, Jadaliyya, un journal électronique proposant des contenus à mi-chemin entre la recherche académique et le journalisme sur la région MENA, et Al-Monitor, un journal électronique fondé par Jamal Daniel, un homme d’affaires libanais vivant aux États-Unis. En d’autres termes, il s’agit d’organisations qui proposent des contenus presque exclusivement en anglais, qui sont basées à l’étranger et dont l’équipe, tout comme le public, est internationale plus que régionale. Par ailleurs, si on s’arrête sur les forums régionaux de 4M-CFI14, par exemple ceux organisés à Beyrouth en octobre 2014 et au Caire en février 2013, on constate que les organisations basées sur Internet dont les activités ne sont pas limitées à l’actualité nationale constituent une exception : Transterra Media, dont les activités sont présentées plus loin, et Meedan15. Les raisons de cette tendance à aller vers de l’information locale sont multiples. D’une part, il s’agit d’entreprises médiatiques jeunes, qui n’ont pas les moyens budgétaires de couvrir efficacement l’actualité internationale. Les nouvelles technologies ont réduit ce type de coûts mais elles ne les ont pas éliminés, du moins pour qui veut produire une information originale et de qualité.

21Lina Attallah, directrice du site égyptien d’information en ligne MadaMasr, affirme ainsi :

  • 16 Entretien avec l’auteur, octobre 2014.

« J’ai déjà une idée claire de ce à quoi ces sections “internationales” devraient ressembler, et surtout de la manière dont on pourrait développer une couverture média régionale qui propose une alternative à celle produite par les médias corporatifs. Mais cela se ferait plutôt à travers un réseau de médias progressifs basés dans la région, qui ferait office d’agence de presse alternative et relaierait l’actualité internationale selon une perspective venant du Sud. La seule raison pour laquelle MadaMasr n’offre pas encore ces services est une question de ressources, et rien d’autre. Mais cela fait tout à fait partie de nos plans à l’avenir : je voudrais le faire, non pas à travers un modèle économique classique, en envoyant des correspondants dans chaque pays, mais plutôt en prenant exemple sur ce qui s’est fait en Amérique latine surtout. Je pense que la solution consiste à créer un réseau d’agences médiatiques progressives qui nous permettent de rassembler des contenus et de créer des pages intégrées assurant une couverture régionale ou globale à travers notre couverture nationale respective. Mais nous sommes encore nouveaux, et nous n’avons pas les ressources16 ».

22Se focaliser sur la dimension locale présente aussi d’autres avantages sur le plan économique. Pour atteindre un degré minimum d’indépendance, il est nécessaire d’identifier avec une grande précision le public auquel on veut s’adresser et chercher à dégager des bénéfices grâce à la publicité ou à d’autres formes de financement. Comme le montre un événement comme « Rise-Up organisé par l’Université Américaine du Caire17, qui fait partie des opérations ayant lieu de plus en plus fréquemment pour réunir les startups du secteur et les aider à trouver des investisseurs, la tendance consiste à encourager les nouvelles entreprises médiatiques qui s’adressent à un public local et bien défini. En second lieu, le marché du journalisme international est déjà largement saturé et dominé par des grands groupes internationaux, qui sont dotés de ressources bien supérieures. Pour un médium plus jeune, il est donc beaucoup plus simple de combler un vide tel que celui représenté par la dimension locale, qui n’est pas encore entièrement couverte par les médias déjà présents sur le marché. Cela correspond également à un choix politique et journalistique qui prend ses racines dans les problèmes propres aux systèmes médiatiques autoritaires fortement présents dans le monde arabe. Comme le dit Antoun Issa, de la rédaction d’Al-Monitor : « La majorité de ces médias naissent de l’activisme politique. Ils adoptent une position critique vis-à-vis de leurs pays respectifs, et surtout des autorités. Et en ce sens, le besoin est réel, car les médias privés et ceux de l’État n’offrent pas ce type de couverture et sont soumis à un contrôle plus grand »18.

23L’ampleur des événements qui ont secoué la région MENA ces dernières années ainsi que le chevauchement entre information et activisme politique poussent le journalisme numérique à se consacrer presque entièrement aux affaires internes. Ces journalistes adoptent une position basée avant tout sur la volonté de démystifier et d’opérer un contraste avec les récits des médias traditionnels. Ils se placent donc en opposition par rapport au journalisme classique, en offrant des points de vue plus critiques envers les autorités. La dimension locale permet plus facilement d’exercer un journalisme d’opposition. Daoud Kouttab l’explique en parlant d’Amman Net, une radio spécialisée dans les réalités locales en Jordanie : « Il y a déjà suffisamment de médias qui évitent les problèmes locaux en couvrant l’actualité régionale et internationale, et nous ne voulions pas répéter cela » (Zweiri, 2011).

24La tendance à aller vers l’hyper-local répond par ailleurs aux mêmes exigences. Le journalisme dans le monde arabe comme ailleurs s’est toujours caractérisé par une forte centralisation sur les capitales, avec pour résultat d’ignorer d’autres réalités locales jugées plus marginales. De ce point de vue, Internet offre de nouvelles possibilités de collecter des informations. Beaucoup des nouvelles initiatives médiatiques consacrent leurs efforts à développer de réseaux de « journalistes citoyens » couvrant des régions périphériques qui auparavant étaient dépourvues de toute visibilité, comme le fait Nawaat depuis des années en Tunisie. D’autres initiatives naissent directement de cette inspiration locale, comme Al Mandara19 en Égypte. Sans parler de la Syrie qui, en raison de la fragmentation du pays, a vu se multiplier ces dernières années le nombre de médias étroitement liés à une ville ou une province spécifique (Battah, 2012). En d’autres termes, le nouveau journalisme sur Internet débouche sur une localisation plus grande de l’information, plutôt que sur la création d’un « village global » (McLuhan, 1962) comme le prévoyaient certains.

  • 20 Entretien avec l’auteur, octobre 2014.
  • 21 http://hunasotak.com/.
  • 22 Entretien avec Yasser el Zayat, éditeur en chef de Huna Sawtak, octobre 2014.

25En Égypte, c’est une tendance qu’il faut aussi lier au nationalisme. Comme l’affirme Lina Attalah, l’orgueil généré par la révolution finit souvent par déboucher sur une position nationaliste basée sur la conviction que « la révolution est arrivée parce que nous sommes Égyptiens »20. De manière générale après 2011, en Égypte mais aussi ailleurs, le public aurait tendance selon les études d’audience à accorder plus d’attention aux affaires nationales. Ce n’est pas par hasard qu’Al Jazeera a éprouvé la nécessité d’ouvrir une chaîne dédiée entièrement à l’Égypte, Mubashir Masr, afin de chercher à conserver son public. De ce point de vue, l’expérience de Huna Sawtak21 est révélatrice. Le site, qui se présente comme une filiation de Radio Netherlands Worldwide, propose des nouvelles et des opinions qui ont pour objectif de donner la voix principalement aux jeunes. La rédaction principale est basée à Hilversum aux Pays-Bas, mais le journal couvre six pays arabes (Égypte, Syrie, Yémen, Maroc, Arabie saoudite et Libye) grâce à des réseaux de « journalistes citoyens » mis en place dans chaque pays par un coordinateur local. Bien que la production de l’information soit répartie sur plusieurs pays, les gestionnaires du site ont rapidement découvert que leur consommation répondait à des logiques locales, le public ayant tendance à regarder seulement les contenus relatifs à son propre pays. La tendance apparaît tellement nette qu’au bout de quelques mois, le site décide de publier certains contenus dans leur dialecte original et ne de pas rajouter de sous-titres en arabe classique dans les vidéos, acceptant ainsi de fait l’existence de publics nationaux distincts22. Bien que la demande d’informations locales ait toujours été importante et soit probablement en train de croître, la consommation devient en même temps plus internationale. Ce qu’on appelle les « printemps arabes » a également été relaté à travers les réseaux sociaux dont les flux s’adressaient plus souvent à l’extérieur qu’à l’intérieur des frontières nationales (Aday et al. 2012).

26« C’est vrai que la production du nouveau journalisme numérique tend à aller vers le local ; mais c’est aussi vrai qu’Internet a créé un environnement de plus en plus interconnecté, donnant accès à des sources bien plus nombreuses. Si je veux suivre ce qui se passe en Tunisie, je peux trouver un accès direct aux sources tunisiennes. Je n’ai pas besoin de suivre les médias égyptiens pour ça : j’ai mes sources sur Twitter, et je peux suivre un hashtag » (entretien avec Dina el-Hawary, administratrice de contenus pour Meedan23 et basée en Égypte, novembre 2014).

27De nombreux projets émergents de journalisme numérique, de MadaMasr à Nawaat, s’adressent peut-être même plus à un public international qu’à un public local. Exception faite de géants tels qu’Al Jazeera, on assiste là à un phénomène d’« indigénisation » d’une production journalistique qui circule bien plus facilement entre les différents pays. Les journalistes égyptiens produisent de l’information sur l’Égypte, les Tunisiens sur la Tunisie, et ainsi de suite. Même les projets d’internationalisation de l’information par les médias numériques prévoient généralement de s’appuyer sur des réseaux de journalistes locaux, comme c’est le cas pour MadaMasr et Huna Sawtak.

28Il s’agit donc d’un processus à deux facettes. D’une part, la tendance à localiser la production de contenus, c’est-à-dire que les acteurs locaux prennent en main la production des contenus qui les concernent directement. D’autre part, bien que la demande réelle ou supposée de nouvelles et d’opinions locales continue naturellement d’être prédominante, la consommation des contenus produits localement devient internationale grâce à la diffusion d’Internet et des réseaux sociaux utilisés comme autant de sources d’information.

29Ce processus de localisation de la production de l’information produit des effets sur la « qualité » et la « diversité » de la circulation des produits journalistiques. D’une part, l’accès direct à des citoyens et journalistes sur le terrain, que ce soit à travers des institutions journalistiques réelles ou bien à travers les réseaux sociaux, permet la circulation d’un éventail plus large d’informations et de témoignages. Les contenus produits par les personnes habitant sur place permettent une pratique plus consciente du journalisme, dans la mesure où cette pratique est fondée sur une connaissance plus profonde du contexte, évitant par là le phénomène du « journalisme parachute » qui caractérise si souvent la couverture de l’actualité internationale (Martin, 2011). Surtout, l’importance croissante accordée aux voix locales met définitivement fin au monopole des géants médiatiques, occidentaux ou autres sur la production de l’actualité internationale. En ce sens, certains usages des nouvelles technologies numériques, et Internet en particulier, renforcent un processus qui avait été initié avec la régionalisation des transmissions satellitaires. Si l’arrivée de CNN et d’autres chaînes transnationales d’information en continu avaient conforté l’idée d’un « village global » dominé par un agenda unique de l’information, celui de « l’Occident », les développements successifs de ce marché ont au contraire favorisé la création de différentes sphères publiques transnationales (Figenschou, 2014). Non seulement, comme on l’a vu plus haut, l’arrivée et le développement d’Al Jazeera ainsi que d’autres télévisions arabes ont permis à ces dernières de se muer en réelles agences d’information globale offrant un point de vue différent de celui des télévisions occidentales, mais des organisations telles que la BBC ou France 24 ont introduit des heures de transmission spécifiques ou bien ont ouvert des chaînes dédiées au monde arabe afin d’attirer les publics « locaux ».

30Toutefois, la localisation de la production des contenus présente aussi des limites. La couverture des révoltes arabes a consacré l’importance du « témoignage authentique » qui donne une version non médiée des faits au public global, le rendant ainsi spectateur direct des événements (De Angelis et Della Ratta, 2014). Blogueurs, journalistes citoyens, activistes sur Twitter et Facebook deviennent les sources d’information premières pour un public régional et global. On assiste ici à un processus de fétichisation des témoignages directs, dont les histoires journalistiques se trouvent légitimées par le degré de participation aux événements dont ils sont les spectateurs immédiats. Dans ce contexte, la distinction entre journaliste, activiste et citoyen normal devient de plus en plus floue, générant ainsi des opportunités mais également des risques de déformations d’un autre type des contenus médiatiques, comme le montrent le cas de la Syrie (De Angelis, 2011) ou de l’Égypte (Burris, 2011).

31Le journalisme numérique se trouve souvent soumis aux contraintes du marché, pour des raisons économiques mais également en raison des tendances de l’information globale à valoriser un produit principalement en fonction de son degré d’authenticité locale. La circulation d’informations qui en découle se base ainsi sur un échange continu entre journalismes locaux, en utilisant comme principale garantie l’identité du producteur de ces informations.

Le nouveau professionnalisme du journalisme numérique : le cas de Transterra Media

32Si les plates-formes numériques journalistiques tendent généralement à investir surtout dans la production locale d’informations, on a vu naître ces dernières années différents projets médiatiques qui tentent de se placer dans la concurrence au niveau international. On s’arrêtera ici en particulier sur l’expérience de Transterra Media24, laquelle illustre de manière particulièrement claire les transformations à l’œuvre dans l’échange d’informations dans le monde arabe. Il s’agit d’une initiative lancée par deux jeunes Américains, Jonathan Giesen et Eli Andrews, qui mettent sur pied une startup numérique à New York en 2008. Le projet dans sa conception finale voit toutefois le jour au Caire. La diffusion exponentielle des contenus générés par les utilisateurs dans une zone comme le Moyen-Orient, qui se trouve de plus en plus souvent sous les feux des projecteurs, convainc deux entrepreneurs à débuter l’expérimentation dans cette région. Le premier prototype de Transterra Media naît trois jours à peine avant le début de la révolution de janvier 2011 et attire immédiatement l’attention des grands médias, à commencer par Al Jazeera. Quelques mois plus tard, des entrepreneurs libanais décident d’investir dans le projet et la startup s’installe à Beyrouth où se trouvent aujourd’hui tous les bureaux.

  • 25 Sur ce point, voir par exemple John Dyer (2014).

33Transterra Media naît d’une constatation simple : l’abondance des contenus produits via les nouvelles technologies libère de plus en plus les médias traditionnels de leur dépendance vis-à-vis des agences d’information internationales comme Reuters, Associated Press, etc.25 Les nouvelles technologies permettent une production accrue de l’information, laquelle peut circuler partout. Internet permet de faire entrer en contact les producteurs de cette information sans passer par l’intermédiaire des médias traditionnels, ainsi que de collecter directement les contenus produits par des individus ou des organisations. En d’autres termes, Internet devient une agence d’information gratuite, accessible à quiconque sait où effectuer sa recherche. Enfin, les médias traditionnels ont des difficultés croissantes à maintenir les coûts représentés par l’envoi de correspondants. La part des journalistes freelance sur le terrain grossit rapidement, tandis que les journalistes salariés se font de plus en plus rares. Dans ce contexte, la réorganisation des processus de production journalistique apparaît comme un défi pour les médias traditionnels. Si les contenus abondent, il est plus difficile de repérer ceux qui sont jugés de qualité et d’identifier les sources « fiables », que ce soit en termes de crédibilité ou de réactivité dans la remise des contenus requis.

34Transterra Media s’insère précisément dans ce contexte en se posant comme un intermédiaire entre journalistes freelance et médias traditionnels, via l’achat et la vente de vidéos et de photographies.

  • 26 Entretien avec l’auteur, décembre 2014.

35Jonathan Giesen définit la startup comme une « compagnie tech d’informations » visant à mettre en place un marché au sein duquel journalistes freelance et producteurs de médias peuvent entrer en contact avec les clients potentiels, journaux ou chaînes de télévision26. L’objectif est que ce processus devienne le plus rapide, efficace et automatique possible et qu’il facilite la rencontre entre l’offre et à la demande, à condition d’avantager aussi bien les producteurs que les clients. L’infrastructure du site permet aux journalistes de créer leur profil personnel et de promouvoir leurs propres contenus auprès de l’équipe organisatrice. Transterra Media évalue les propositions et les approuve sur la base de certains critères (prix, qualité, format technique), puis se met ensuite en quête du client. Si ce dernier accepte, la production peut commencer et l’organisation touche 30 % des bénéfices. Les journalistes doivent accompagner leurs contenus visuels de quelques « métadonnées » à la manière des grandes agences : brève description du contenu, lieu, date, nom du journaliste, contexte. On aboutit ainsi à la création d’un catalogue qui facilite la consultation de tous les matériels par les médias susceptibles d’être preneurs. La base de données classe également les résultats des journalistes en tenant compte de la qualité de la production, du respect du calendrier et de l’expérience professionnelle. Parfois, ce sont les chaînes et les télévisions qui contactent directement Transterra Media en lui communiquant leurs besoins précis. En s’appuyant sur sa base de données, la compagnie contacte les journalistes les plus à même de fournir ce travail en particulier. S’ils acceptent, la production peut commencer. Enfin, les clients eux-mêmes peuvent également se créer un profil où ils rendent public leurs besoins en terme de contenus.

36Transterra Media joue ainsi un rôle de médiation qui permet aux contenus produits grâce aux nouvelles technologies de circuler plus facilement et de trouver des clients, et donc d’accéder à un public plus large. Il ne s’agit pas seulement de mettre en relation les médias traditionnels et les producteurs d’informations opérant en dehors des institutions. L’organisation fournit des services qui facilitent l’échange entre les deux parties et amènent la production locale de l’information à se rapprocher des standards exigés par les médias internationaux. Les technologies numériques ont pour effet de faciliter la production d’une quantité énorme de contenus par les journalistes, qu’ils soient professionnels ou non. Toutefois, comme l’explique Jonathan Giesen, la diffusion de ces contenus se heurte à de nombreux obstacles : difficultés techniques, car les médias traditionnels attendent des formats d’une qualité particulière ; difficultés dans la communication également, parce que ceux-ci ignorent souvent qui produit quoi et qui sont les journalistes freelance les plus fiables, tandis que ces derniers ne savent pas exactement de quoi ont besoin les médias.

37Le processus de passage des contenus des « journalistes indépendants » vers les médias se fait grâce à une collaboration entre différents départements. Un premier secteur voué à la production éditoriale est constitué de différents bureaux divisés par régions, dont deux qui sont spécialisés sur le monde arabe, l’Iran et la Turquie. Dans ce département, les producteurs proposent leur aide aux journalistes pour transformer leurs contenus en histoires propres à être vendues. Dans le cas où les journalistes sont déjà suffisamment expérimentés, il suffit qu’ils se mettent d’accord sur le type de contenu à réaliser. Dans d’autres cas, les producteurs accompagnent les journalistes dans le développement de l’histoire qu’ils souhaitent raconter, suggèrent les questions à poser pendant les entretiens, jouant en d’autres termes le rôle de véritables co-auteurs et de formateurs journalistiques.

38Un second département s’occupe des aspects techniques : offrir une assistance sur les formats vidéo et photo à utiliser, mais aussi traduire les vidéos, ajouter des sous-titres et préparer les différents éléments requis par le client pour permettre la distribution du matériel. Les clients de Transterra sont principalement les médias internationaux, de CNN au Guardian, mais également d’autres médias tels qu’Al Jazeera, Al Arabiya, Al-Jadid, LBCI, Alaan TV. L’organisation travaille avec un réseau de journalistes qui viennent de tout le monde arabe, bien que la plus grande partie de l’activité soit actuellement basée en Syrie, Irak et Libye, en raison d’une demande plus importante sur les contenus provenant de ces pays.

39Autrement dit, le cas de Transterra Media révèle les profondes transformations enclenchées par l’arrivée des nouvelles technologies dans les échanges de contenus journalistiques dans le monde arabe. D’une part, cette expérience met en évidence la culture visuelle du journalisme numérique, lequel privilégie de plus en plus les vidéos et les photographies par rapport aux textes. D’autre part, elle confirme la tendance à l’« indigénisation » de la production des contenus et base ses propres stratégies sur cette dernière. Le produit journalistique est réalisé sur le lieu même de l’événement, le plus souvent par des journalistes freelance ou des « journalistes citoyens », pour ensuite circuler à l’international ou à travers les médias traditionnels et les plates-formes en ligne.

40On assiste à une multiplication des organisations jouant les intermédiaires entre ces nouvelles formes de production de contenus d’une part et les médias traditionnels de l’autre, redéfinissant ainsi les modalités de production et de diffusion du journalisme dans toute la région.

Bibliographie

Aday, S., Farrell, H., Lynch, M., Sides, J., Freelon, D., « New Media and Conflict after the Arab Spring », Peaceworks, United States Institute of Peace, 2012, [en ligne] URL : http://www.usip.org/sites/default/files/PW80.pdf [consulté le 28 janvier 2015].

Al Jazeera, « Al Jazeera to launch dedicated online channel », Al Jazeera PR, 9 novembre 2013 [en ligne] URL : http://pr.aljazeera.com/post/63541421248/al-jazeera-to-launch-dedicated-online-channel [consulté le 3 octobre 2016].

Atkınson, C., « Al Jazeera America fails to attract US audience », New York Post, 17 novembre 2013 [en ligne] URL : http://nypost.com/2013/11/17/al-jazeera-america-fails-to-attract-us-audience/ [consulté le 3 octobre 2016].

Bartlett, R., « #bbcsms : Al Jazeera developing new media tutorials for citizens », Journalism.co.uk, 20 mai 2011, [en ligne] URL : https://www.journalism.co.uk/news/-bbcsms-al-jazeera-developing-new-media-tutorials-for-citizens/s2/a544246/ [consulté le 28 janvier 2015].

Battah, H., « Media revolution : the Arab uprisings unleash fresh news brands and hyperlocal content », The Beirut Report, 29 mai 2012, [en ligne] URL : http://www.beirutreport.com/2012/05/media-revolution-arab-uprisings-unleash.html [consulté le 28 janvier 2015].

Burris, G., « Lawrence of E-rabia : Facebook and the New Arab Revolt », Jadaliyya, 17 octobre 2011, [en ligne] URL : http://www.jadaliyya.com/pages/index/2884/lawrence-of- [consulté le 3 octobre 2016].

Chadwick, A., The Hybrid Media System. Politics and Power, Oxford, Oxford University Press, 2013.

De Angelis, E., « The State of Disarray of a Networked Revolution. The Syrian Uprising’s Information Environment », Sociologica, n° 1, 2011, p. 1-23 [en ligne] DOI : 10.2383/36423 [consulté le 3 octobre 2016].

De Angelis, E., Della Ratta, D., « “Mind the Gap : Bridging Knowledge and Practices of Activism” at the Fourth Arab Bloggers Meeting », Jadaliyya, 7 juin 2014, [en ligne] URL : http://www.jadaliyya.com/pages/index/18040/mind-the-gap_bridging-knowledge-and-practices-of-a [consulté le 28 janvier 2015].

Dyer, J., « A New Generation of Correspondents Hustles for Work with the Help of the Web », Nieman Reports, 11 décembre 2014, [en ligne] URL : http://niemanreports.org/articles/a-new-generation-of-correspondents-hustles-for-work-with-the-help-of-the-web/ [consulté le 28 janvier 2015].

Figenschou, T. U., Al Jazeera and the Global Media Ladnscape. The South is Talking Back, New York, Routledge, 2014.

Gonzalez-Quijano, Y., Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Arles, Actes Sud, 2012.

Hoffman, P., « Al Jazeera attracts massive audience through Twitter », Wan-Ifra, 2 septembre 2011, [en ligne] URL : http://www.editorsweblog.org/2011/02/09/al-jazeera-attracts-massive-audience-through-twitter [consulté le 28 janvier 2015].

Jenkins, E., Convergence Culture. Where Old and New Media Collide, New York, New York University Press, 2006.

Lynch, M., « Arab Arguments : Talk Shows and the New Arab Public Sphere », in New Media and the Middle East, sous la dir. de P. Seib, New York, Palgrave Macmillan, 2007 [en ligne] DOI : 10.1057/9780230605602_6 [consulté le 3 octobre 2016].

Martin, J. D., « What’s So Wrong With “Parachute Journalism” ? », Columbia Journalism Review, 26 mai 2011, [en ligne] URL : http://www.cjr.org/behind_the_news/whats_so_wrong_with_parachute.php [consulté le 28 janvier 2015].

McLuhan, M., The Gutenberg Galaxy : the Making of Typographic Man, Toronto, University of Toronto Press, 1962.

McNair, B., Cultural Chaos. Journalism, news and power in a globalised world, Londres, Routledge, 2011.

Qassemi, S. Al, « Al Jazeera’s Awful Week. How the voice of Arab freedom became a shill for Egypt’s Islamists », Foreign Policy, 12 juillet 2013, [en ligne] URL : http://foreignpolicy.com/2013/07/12/al-jazeeras-awful-week/ [consulté le 28 janvier 2015].

Roettgers, J., « An exclusive behind-the-scenes look at AJ+, Al Jazeera’s upcoming online news network », Gigaom, 22 novembre 2013 [en ligne] URL: https://gigaom.com/2013/11/22/an-exclusive-behind-the-scenes-look-at-aj-al-jazeeras-upcoming-online-news-network/ [consulté le 3 octobre 2016].

Salama, V., « Al Jazeera’s (R)Evolution ? », Jadaliyya, 20 mai 2012, [en ligne] URL : http://www.jadaliyya.com/pages/index/5610/al-jazeeras-(r)evolution [consulté le 28 janvier 2015].

Zweiri, M., « Jordan’s Local Radio Revolution : Progress, Challenges and Possibilities », in The New Arab Media. Technology, Image and Perception, sous la dir. de M. Zweiri, E. C. Murphy, Southern Court (Berkshire), Ithaca Press, 2011.

Notes

1 En 2011 par exemple, des gens comme Andy Carvin (@acarvin), à l’époque journaliste pour la radio publique étatsunienne NPR et fondateur de Digital Divide Network, et Sultan al-Qassemi (@SultanAlQassemi), un des commentateurs arabes en ligne les plus importants, ont joué un rôle fondamental de « DJs de l’actualité » sur les événements liés aux révoltes, au niveau régional et surtout international.

2 Sur la sphère publique arabe, voir par exemple Lynch (2007).

3 http://ab14.globalvoicesonline.org/english

4 http://sharek.aljazeera.net/

5 Il s’agit du fait de payer la plate-forme Twitter pour donner plus de visibilité à certains contenus

6 http://creativecommons.org/

7 Lina Attalah, directrice du site égyptien d’information en ligne MadaMasr, affirme à ce sujet : « On essaye de nous ramener sous l’ombrelle de ces startups, mais j’ai une sorte de problème idéologique avec ça. On a tendance à associer ce terme avec un style de vie, par opposition à un modèle économique traditionnel. En Égypte, il est très difficile de trouver des entrepreneurs prêts à investir dans des startups, donc le sujet est souvent ramené à une question de style de vie, comme par exemple le fait d’aller au bureau en jean ou d’avoir une attitude informelle, ou d’être jeune, ce qui est très réducteur. Mais cela montre aussi qu’on met l’accent sur les bénéfices et non sur la qualité du contenu ».

8 Presque toutes ces jeunes entreprises sont au début financées par des investisseurs (entrepreneurs privés ou ONG) sur la base d’un business plan précis. Ce financement est nécessaire pour faire partir le projet, le développer et lui permettre de trouver un marché, accédant ainsi à une indépendance économique graduelle..

9 http://nawaat.org/portail/.

10 http://www.madamasr.com/.

11 http://7iber.com/. Le site est bloqué par les autorités jordaniennes depuis août 2014

12 https://www.mamfakinch.com/.

13 http://ab14.globalvoicesonline.org/

14 4M-CFI, filiale de France Télévisions, est une agence de développement médias active dans plusieurs pays du Sud.

15 http://www.4m.cfi.fr.

16 Entretien avec l’auteur, octobre 2014.

17 http://www.aucegypt.edu/business/eip/Pages/default.aspx

18 Entretien, novembre 2014.

19 http://www.mandaraonline.com/.

20 Entretien avec l’auteur, octobre 2014.

21 http://hunasotak.com/.

22 Entretien avec Yasser el Zayat, éditeur en chef de Huna Sawtak, octobre 2014.

23 Meedan (http://meedan.org/home/) est une compagnie chargée de développer des outils digitaux permettant la traduction des contenus web, la vérification des informations et la promotion du journalisme citoyen. Elle est active dans plusieurs pays du monde arabe.

24 https://www.transterramedia.com/

25 Sur ce point, voir par exemple John Dyer (2014).

26 Entretien avec l’auteur, décembre 2014.

Table des illustrations

Légende Cette prise de vue d’un bureau dans les locaux de la chaîne d’Al Jazeera dédiée aux documentaires et basée à Doha résume les principaux modes de diffusions de ses productions sur les réseaux sociaux : (respectivement de haut en bas) Facebook, Instagram, Twitter, YouTube et Google.
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017).
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable