Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Partie 1. Les transformations contemporaines des circulations transnationales de l'information et des pratiques journalistiques

Chapitre 1. La transnationalisation de l’information et du journalisme

Le cas de la région arabe

Tourya Guaaybess

Texte intégral

1Les rapports Nord/Sud dans le domaine de l’information constituent une thématique centrale dans le champ disciplinaire de la communication internationale (Thussu, 2006). Cela fait partie des fondamentaux de cette sous-discipline des sciences de l’information et de la communication (ou media and communication studies) dominée par la recherche anglaise et surtout nord-américaine qui émerge dans les années 1950, pour s’épanouir dans les années 1960-1970 avec une approche critique (Escobar, 2011).

2La fin de la guerre froide et l’usage des nouvelles technologies de l’information ont bousculé l’ordre mondial de l’information qui prévalait. Rompant partiellement avec le paradigme d’impérialisme culturel, de « centres » et de « périphéries », autrement dit de pays dominants dans le domaine de l’information et de pays dépendants de ces derniers (Schiller, 1978), les approches théoriques ont privilégié le concept de globalisation de l’information. Certains remettent en question ce « mythe de la globalisation » (Hafez, 2007), dans la mesure où ce paradigme ne masque ni la persistance d’un déséquilibre mondial en termes d’accès à l’information, ni celle d’une approche développementaliste pour appréhender le rôle des médias dans les pays pauvres (Guaaybess, 2002).

3La mutation dudit « ordre de l’information » suite à la libéralisation des industries médiatiques dans les pays du Sud s’est accompagnée de celle des représentations des rapports Nord/Sud dans cette discipline. Dans les faits, les rapports sont toujours inégaux en termes d’accès aux moyens d’information et de traitement de l’information, mais la dichotomie Nord/Sud est moins évidente, en raison notamment de la transnationalisation des messages médiatiques. Cela apparaît nettement dès lors que l’on observe le cas spécifique de l’information et du journalisme. Afin d’appréhender cette question, nous allons prendre l’exemple des pays arabes aujourd’hui. La région arabe, comme d’autres zones dans le monde (Sinclair, Jacka et Cunningham, 1996)constitue un marché régional au sein duquel circulent information et biens culturels. La transnationalisation de l’information et des flux audiovisuels des années 1990 a constitué une rupture dans l’histoire du journalisme. Elle s’est accompagnée d’une « transition sociologique » des professionnels et des usagers des médias parallèlement à la transition démographique plus globale des pays arabes. Les événements qui ont marqué l’ordre régional de l’information ont aussi affecté le journalisme d’une façon générale. C’est ce que nous abordons en premier lieu. La figure changeante du journalisme, sa « transition démographique » est une conséquence de la nature libérale, sur le plan économique, du marché arabe de l’information. L’importance d’Internet comme espace d’expression et d’essor d’un nouveau type de journalisme est apparue avant les « printemps arabes » et est aujourd’hui en cours de définition. Dans ce contexte mouvant de l’après-« révolution », gouvernants et acteurs médiatiques redéfinissent leur relation et la gouvernance des médias, de façon ou moins conflictuelle.

Géopolitique de l’information dans le monde arabe

4Avant la chute du mur de Berlin, les rapports Nord/Sud dans la recherche et sur le terrain étaient fortement marqués par une dimension idéologique. Dans ce contexte, les échanges d’information ont fait l’objet de débats et de controverses opposant l’Ouest et l’Est d’une URSS qui comptait dans son camp la majorité des pays du « tiers-monde » dont les pays arabes (Mattelart, 1992). Ces derniers défendaient au moins autant le contrôle qu’ils comptaient préserver sur leur territoire de diffusion contre le free flow of information, ou la libre circulation de l’information prônée par les États-Unis, qu’un rééquilibrage des moyens d’information dans un monde effectivement dominé par les productions culturelles et les agences de presse occidentales (Samarajiwa, 1987 ; Frau-Meigs et al., 2012). Les pays occidentaux avaient certes les moyens d’imposer leur information et leur vision du monde, mais les régimes autoritaires – même lorsqu’ils disposent d’outils performants d’information – continuaient à contrôler étroitement les informations de la presse écrite ou audiovisuelle sur leurs territoires.

  • 1 Sur ce point, voir Boyd (1993), Alterman (1998), Sakr (2001), Rugh (2004), Guaaybess (2005), Hafez (...)
  • 2 L’émission « Le rédacteur en chef » a été programmée sur la première chaîne ; elle fut en 2000 dépl (...)

5En effet, le paysage audiovisuel arabe se transforme dans les années 1990, notamment sous l’impulsion des réseaux de chaînes satellitaires opérant depuis l’Europe, et diffusant dans le monde arabe1. Il en est de même de la presse écrite offshore, produite à Londres pour être distribuée dans le monde arabe. Ces médias transnationaux privés étaient entre les mains d’hommes d’affaires saoudiens, qui veillaient à ce que le contenu éditorial des messages reste fidèle à la ligne de la monarchie saoudienne, laquelle pesait sur le choix des annonceurs intéressés par le public des chaînes transnationales (Fakhreddine, 2000). Dans les années 2000, la reconfiguration de l’espace médiatique arabe s’accélère, les réseaux satellitaires se multiplient : des talk shows, débats, magazines et autres programmes en plateaux font réagir les régimes les plus autoritaires qui s’adaptent en développant des stratégies variées pour être présents sur cet espace élargi. En dehors de ces canaux commerciaux, des expériences d’ouverture politique ont lieu, à l’image des émissions à fort taux d’audience et pourtant interrompues : « Rédacteur en chef » (ra’is tahrir) animée par le célèbre journaliste Hamdy Qandil2 ou « Face à face » (wajh li wajh) programmées sur la première chaîne hertzienne égyptienne en 1998, ou encore l’émission d’opposition tunisienne « Le grand Maghreb », (al-Maghrib el-kebir) de la chaîne Al Mustakillah enregistrée à Londres, de 1999 à 2004.

6L’observation comparée des secteurs audiovisuels contemporains dans différents États arabes démontrent que des réformes avaient été engagées dans les années 2000 (Guaaybess, 2012b). Souvent timides, elles témoignent cependant des attentes désormais visibles des téléspectateurs, mais aussi de la double nécessité pour chaque pays d’attirer des investissements privés et de marquer sa présence dans un paysage audiovisuel régional très concurrentiel.

Les événements qui ont façonné les positions des chaînes d’information transnationales

  • 3 Entretien avec Mohamed Dourrachad, Deputy Director, Abu Dhabi Television par le TBS Journal, 2002.
  • 4 Le traitement des mobilisations arabes par la chaîne a été durement critiqué, notamment par les spé (...)

7Au niveau des jeux de pouvoirs dans l’espace médiatique régional, les positions des différents opérateurs nationaux dépendent de leur place sur l’échiquier politique mondial et des événements régionaux (en l’occurrence des conflits). Début 2000, l’Égypte perd son leadership de façon très nette au profit des pays du Golfe. Les émirats du Golfe accueillent les grandes chaînes et réseaux régionaux qui étaient basés en Angleterre ou en Italie. Les programmes de ces chaînes ne sont pas conçus autour d’enjeux strictement nationaux qui, par nature, n’attirent pas une large audience transnationale. Les chaînes d’information et les contenus qui captent l’audience sont davantage liés à des questions ou des événements qui touchent l’ensemble des pays arabes. Après la guerre du Golfe en 1991 marquée par la domination de l’État-major américain et de son dispositif médiatique (Arquembourg, 1994), plusieurs conflits ont impacté le succès d’audience de tel ou tel média transnational arabe : il s’agit de l’opération « Renard du désert » en 1998 qui consacre Al Jazeera dans la région (Rugh, 2004, p. 216), de la seconde intifada en 2000 couverte par la chaîne d’information Abou Dhabi TV qui fut très suivie3 ; l’offensive américaine en Afghanistan en 2001 fut couverte par Al Jazeera, de même que la guerre en Irak en 2003, avant les printemps arabes qui signeront son discrédit4 , comme la guerre israélo-arabe de 1967 avait signé celui de la radio égyptienne et à visée panarabe La voix des Arabes. En effet, le traitement mensonger du conflit par la radio nassérienne, alors extraordinairement populaire dans l’ensemble de la région, avait sonné son glas.

8En 2001, Al Jazeera domine au moment de l’offensive américaine en Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre. Seul un correspondant de la chaîne, le journaliste Tayssir Allouni, est à Kaboul au moment de l’opération américaine. La chaîne a alors l’exclusivité des images – puis des enregistrements d’Oussama ben Laden – et son logo apparaît alors sur les écrans du monde entier comme on avait vu celui de CNN en 1991. C’est à la suite de cet événement que le gouvernement des États-Unis s’est inquiété d’un sentiment « anti-américain » croissant qui émanait, non plus des « rues » ou des « masses » arabes dans la terminologie des décideurs, mais d’« opinions publiques arabes » dont il convenait donc de tenir compte.

  • 5 BBG in the News, U.S. funded radio and television make significant gains in the Middle East despite (...)

9La guerre en Irak est lancée en 2003, en même temps que sont conçus les médias arabophones dans le cadre de politiques étrangères d’influence ou de « soft power »(Clark et Christie, 2012). Le Broadcasting Board of Gouvernors, autorité publique américaine en charge des médias internationaux lance Al Hurra (La libre), en même temps que Radio Sawa en 2004, pour contrer le déficit de popularité des États-Unis dans le monde arabe et « promouvoir la démocratie »5. L’Arabie saoudite, rivale politique du Qatar, veut aussi faire contrepoids à Al Jazeera et lance la chaîne Al Arabiya (Fandy, 2007 ; Fakhreddine, 2005). Cette dernière connaît un certain succès, contrairement à la chaîne américaine (Snow, 2010) mais aucune n’égale le succès d’Al Jazeera à cette époque. Plusieurs pays dont la France (l’Allemagne, la Grande Bretagne, la Russie, l’Iran, la Chine, la Turquie) marquent la région de leurs empreintes en lançant chacune une chaîne transnationale d’information à destination des audiences arabophones.

Événements dans la région arabe (1)

Événements dans la région arabe (1)

Médias d’information dans la région arabe (2)

Médias d’information dans la région arabe (2)

10Les couvertures biaisées des « révolutions arabes » par Al Jazeera, trop ouvertement alignée à l’agenda du Qatar, affectent fortement à la fois son prestige et son taux d’audience. Son sérieux discrédit s’opère au profit de nouveaux acteurs dans un espace médiatique de l’information, plus fragmenté dans le contexte instable qui suit les « printemps arabes ». L’information alternative et indépendante apparaît davantage sous la figure de nouveaux journalistes et de nouveaux médias (chaînes de télévisions et de radio locales, journaux,..) encouragés par la généralisation de l’accès à Internet (Sakr, 2013). En effet, la blogosphère arabe se développe dans le milieu des années 2000 et témoigne de la vivacité de la « société civile » arabe et de la présence d’un jeune lectorat, aussi bien au Moyen-Orient, qu’en Afrique du Nord (Najar, 2012 et 2013).

11Sans les remettre en cause, on réfléchit à la place et au rôle des acteurs étatiques dans la gouvernance des médias, et plus spécifiquement du secteur audiovisuel (Institut Panos, 2012). Par ailleurs, l’ « espace public » et la « société civile » redeviennent des sujets légitimes de réflexion, après avoir été les « angles morts » de la recherche portant sur les pays arabes (Ben Néfissa, 2011). A côté des prospectives sur la gouvernance des médias, l’accent est plus que jamais porté sur plusieurs catégories d’acteurs et de leaders d’opinion, dont les journalistes.

Cette photo d’une publicité prise au siège d’Al Jazeera à Doha défend à travers plusieurs expressions la position professionnelle de la chaîne (fortement critiquée) sur les révoltes qui ont eu lieu dans plusieurs pays majoritairement de langue arabe à partir de 2011 : « Certains les qualifient d’émeutes, d’autres les considèrent comme la liberté d'expression » (en haut à droite) ; « À chaque fois que les angles d’attaque se multiplient, l’image devient plus claire » (en bas à droite) ; « La diversité nous enrichit » (en bas à gauche).

(© D. Marchetti, 8 janvier 2017)

La « transition démographique » du journalisme 

12Notre propos n’est pas de traiter du « journalisme arabe » ou de participer d’une vision holistique qui gommerait l’histoire et les réalités socio-culturelles de chaque pays. Il n’est pas non plus question de dresser un panorama exhaustif des journalistes dans ces différents espaces nationaux. Traiter de dynamiques en cours, les inscrire dans une continuité et dans l’espace large des pays de la région MENA est cependant pertinent pour appréhender les évolutions du journalisme dans le monde arabe. Il est possible de déterminer ses contours compte tenu de son inscription dans un système médiatique transnational. L’approche systémique adoptée ici est partie du constat initial que les médias en langues arabes et les industries qui les portent sont liés entre eux par le fait de leur dépendance à un même bassin d’audience arabophone aux niveaux local, national, régional et international (Guaaybess, 2005). Certains auteurs parlent d’espace « géolinguistique » pour qualifier ce rapport de la langue à un territoire (Sinclair, 2000).

13S’agissant plus précisément du journalisme, du secteur audiovisuel, de la presse écrite nationale ou transnationale (dont la presse offshore qui est réalisée depuis l’Europe), ou même d’Internet, il s’inscrit dans le temps de la mondialisation et de l’usage des NTIC. Il serait naïf de croire que l’évolution du journalisme dans un pays arabe donné est sans incidence sur celui des autres de la zone MENA, tant il est intégré – ne serait-ce que partiellement – à un système médiatique qui induit des industries, des opérateurs, des publics, des formations qui ne sont pas enfermés dans les limites des frontières des États-nations. À cela s’ajoute le fait que les journalistes participent d’une « géolinguistique » qui permet leur mobilité, les échanges et une émulation dans le système médiatique arabe.

  • 6 Arab Satellite Broadcasting Charter (Draft), Principles for Regulating Satellite Broadcasting Trans (...)
  • 7 Voir la contribution de Michel Tabet dans cet ouvrage.

14Par exemple, c’est en raison de cette interdépendance des médias audiovisuels arabophones qu’en février 2008, à l’initiative de l’Arabie saoudite et de l’Égypte, les ministres de l’information des pays de la Ligue arabe se sont entendus pour signer une charte (à l’exception du Liban qui a voté contre et du Qatar qui s’est abstenu) sur les « principes pour l’organisation de la diffusion de la radio et de la télévision par satellite dans le monde arabe »6. Aux yeux des régimes autoritaires, l’intérêt de ce document, restreignant la liberté d’expression, réside précisément dans le fait qu’il s’impose à tous dans un territoire médiatique sans frontières. Prenons un autre exemple, diamétralement différent, qui est la multiplication de projets de médias locaux que l’on peut observer depuis quelques années : chaînes Youtube, webradios, plates-formes web d’actualités, etc. Ainsi, l’initiative Welad Elbalad for Media Services, fondée en 2011 en Égypte s’est donnée pour mission d’aider au développement des médias locaux et communautaires. L’idée de cette société est de permettre l’expression de chacun, y compris dans les zones les plus reculées. Ce retour au local et l’envie manifeste d’un slow journalism7 – c’est-à-dire au rythme lent de l’investigation et à la faveur du suivi d’un sujet – se fait à rebours des tendances dominantes de la mondialisation de l’information et de l’usage massif des NTIC, produisant des messages cacophoniques et éphémères qui n’épousent ni les réalités des terrains, ni l’actualité au quotidien. En complément et en réaction au développement des médias transnationaux, ces espaces médiatiques nationaux et locaux se sont mis en place, traduisant paradoxalement la nature systémique des médias et la confluence médiatique.

L’effet domino du journalisme audiovisuel transnational

  • 8 Entretien avec Slimane Zeghidour, chercheur et journaliste (TV5 Monde), septembre 2014

15La presse écrite papier reste vivace dans les pays arabes, de même que la radio. Au lendemain de la destitution du régime de Ben Ali en Tunisie, c’est près de 187 titres de presse qui ont obtenu l’autorisation de paraître et 12 stations de radios d’émettre. Le même phénomène s’était produit en Irak en 2003 (Lynch, 2006, p. 216) ; cette abondance de journaux au lendemain de crises témoigne de la prégnance sociale de ce média, même si elle ne préjuge pas à tous les coups de la crédibilité de l’offre. Un expert du journalisme dans le monde arabe que j’interrogeais sur les évolutions de la presse écrite depuis 2010 me répondit : « mais de quelle presse arabe on parle ? Les journalistes des grands titres comme Al-Ahram ou Al-Hayat sont des notables qui font du commentaire, peu de terrain ou alors pour rencontrer une élite »8. Il n’empêche que d’autres formats d’information et d’autres types d’écriture journalistique ont ringardisé ce « journalisme d’opinion » auprès des publics. Tout d’abord, les chaînes satellitaires ont imposé de nouvelles pratiques professionnelles et donné une visibilité à de nouvelles figures journalistiques. En effet, le rapport de causalité se situe dans ce sens : ce sont les chaînes privées et les chaînes transnationales qui ont bousculé les normes journalistiques, et non l’inverse ; les journalistes ayant rarement le pouvoir qu’on leur prête (Charon et Mercier, 2003). L’émergence de journalistes moins compassés et plus indépendants n’est que la manifestation de ces changements structurels en amont.

16Le début du déclin de la communication unidirectionnelle d’une autorité vers son public, et l’émergence d’une communication plus horizontale – fondée par l’interactivité médias-publics – apparaît à un stade embryonnaire avec les chaînes satellitaires, à vocation transnationale, et finit par toucher certaines chaînes nationales (publiques ou privées). L’érosion des hiérarchies pyramidales ou des autorités morales, politiques ou religieuses est sans aucun doute une caractéristique d’Internet (Bunt, 2000) mais elle était en gestation dans les chaînes commerciales. La multiplication des talk shows en direct, prenant les appels des téléspectateurs (Kraidy, 2010), ou si l’on prend l’exemple du champ religieux, les chaînes où certaines émissions religieuses, en consacrant le succès de « télévangélistes musulmans », répondaient à l’attente d’un islam de proximité et pragmatique distinct de l’islam canonique (Haenni, 2005 ; Galal, 2014).

17L’information de la presse écrite a été affectée par les médias audiovisuels à plusieurs égards. D’une part, il existe des liens structurels entre les deux secteurs d’activité : les propriétaires des chaînes commerciales participent parfois du capital de la presse écrite et vice-versa. Les hommes d’affaires égyptiens Ahmad Bahgat et Naguib Sawirès sont à la fois dans le capital du journal Al-Masry al Yom et dans celui des chaînes privées égyptiennes OnTV et DreamTV. Cela est bien entendu applicable à la presse transnationale : l’alliance entre le réseau satellitaire libanais LBC et le journal transnational Al-Hayat en est un exemple. D’autre part, il arrive que les journalistes travaillent dans les deux espaces, ou passent de l’un à l’autre. Les chaînes privées des émirats du Golfe qui sont plus lucratives exercent d’ailleurs une certaine attraction. Enfin, la nature systémique de l’espace médiatique oblige les journaux à repenser leurs lignes éditoriales, pour échapper au risque de paraître dépassés par rapport à d’autres journaux, mais aussi aux chaînes d’information qui proposent débats et informations de première main.

18Les premières chaînes privées nationales, à l’image de la chaîne égyptienne Dream TV doivent leur succès aux journalistes vedettes ; ces derniers sont, pour le dire crûment, un atout commercial. Ce phénomène est d’ailleurs observable dans d’autres pays où se mêlent libéralisme politique et contrôle politique de l’information. Le cas de la Russie – où l’ouverture de la production télévisuelle à des acteurs privés dans les années 1990 a coïncidé avec l’arrivée d’animateurs-journalistes vedettes (Daucé, 2013) – présente des analogies saisissantes avec le cas égyptien. La nécessité d’attirer une audience, pour des motivations commerciales ou politiques et, par conséquent, de tenir compte de la variété des publics et des opinions politiques distingue les chaînes privées des chaînes d’État. En même temps que cela a permis le succès et la visibilité d’un nouveau type de journalistes, ce phénomène a aussi, paradoxalement, mis en exergue les carences du journalisme, de la presse écrite ou audiovisuelle traditionnelle et la nécessité de promouvoir des formations à la hauteur des enjeux (Mellor, 2007).

19Les journalistes ont des compétences professionnelles acquises dans le cadre d’écoles de journalisme et d’autres médias dans les pays arabes mais aussi à l’étranger (de la BBC arabe ou Monte Carlo Doualiya par exemple). Les profils varient en fonction notamment de la culture journalistique de chaque pays arabe et des relations historiques que ces pays entretiennent avec la France, les États-Unis ou la Grande-Bretagne. Potentiellement, le périmètre d’employabilité des arabophones est ensuite très large puisqu’il s’étend aux médias de l’ensemble de l’espace médiatique arabe. Les chaînes transnationales d’information, par exemple, accueillent des journalistes de nationalités diverses, la grande nouveauté étant que des journalistes maghrébins sont également recrutés. Ce phénomène inédit, parfaitement incarné dès 1996 par la chaîne Al Jazeera, parangon et pionnière en la matière, reflète l’intégration d’un système journalistique régional et la nécessité d’impliquer le plus largement possible le marché d’une audience « panarabe ».

20Le journalisme de la presse et de l’audiovisuel, notamment celui pratiqués dans des centaines de chaînes satellitaires qui se sont multipliées, requièrent une main-d’œuvre qualifiée, jeune, spécialisée, polyglotte parfois. Cette progression qualitative et quantitative de la demande, dans des contextes où les opportunités professionnelles ne sont pas à la mesure de l’explosion du nombre de jeunes diplômés qui arrivent sur le marché du travail, a été à l’origine d’un engouement pour un secteur professionnel en pleine expansion et nécessitant des compétences diverses. Aussi, l’arrivée d’une nouvelle génération de journalistes doit-elle plus à la libéralisation du secteur audiovisuel qu’aux efforts consentis par les autorités publiques concernées. Cette demande croissante et qualitativement exigeante a donné lieu à un rajeunissement et, élément important, à une féminisation de la profession, effet collatéral, s’il l’on peut dire, des besoins du marché. Cette « transition démographique » de la profession est à l’image de sociétés arabes en mutation. Les médias, rappelons-le, ne sont pas tant les vecteurs du changement que les matrices à travers lesquelles on peut les voir.

21Les journalistes de plateau « passent à l’écran », ils maîtrisent les codes de la communication médiatique à l’image de journalistes tels que Ahmad Mansour, Khadija Benguenna, Leyla Chayeb ou Faisam el-Kasim de la chaîne Al Jazeera ou de Amr Adeeb et Mona el-Shazly d’Orbit TV, parmi les très nombreux journalistes que connaissent les téléspectateurs de la région. Sur le terrain, les chaînes d’information des networks arabes ont leurs envoyés spéciaux et des correspondants dans les grandes capitales. Ce qui est moins le cas des journalistes des chaînes publiques qui, à l’étranger, ne s’aventurent jamais très loin des rencontres protocolaires.

Le cas égyptien : les contraintes et la sélection sont économiques

  • 9 L’industrie de la presse en Égypte était dominée par les trois quotidiens Al-Ahram, Al-Akhbar et Al (...)

22En regardant de plus près la situation des journalistes, notamment de la presse égyptienne qui est l’une des plus dynamiques dans le monde arabe, force est de constater que des contraintes pèsent toujours sur la liberté de la presse après la chute de Moubarak, qu’elle soit partisane (des partis politiques de l’opposition), publique9 ou privée. Nous nous contentons ici de relever les éléments saillants qui témoignent de l’évolution du journalisme, sans aborder les aspects juridiques et institutionnels, par ailleurs très documentés (Mendel, 2013).

  • 10 D’une manière générale, le syndicat a pour missions de défendre la liberté d’expression et les droi (...)

23Depuis plus d’une décennie, plusieurs titres indépendants ont émergé (Gunter et Dickinson, 2013, p. 90) reflétant le dynamisme de ce média. Le statut de la majorité des journalistes en Égypte reste cependant précaire. Les salaires oscillent entre 400 LE et 2000 LE/mois en 2013 (entre 50 et 250 euros par mois), le salaire minimum étant à environ 1200 LE. Les stagiaires ne sont en principe pas rémunérés. Pour compléter ce tableau morose, on assiste à la généralisation des contrats à mi-temps alors même que les journalistes travaillent à temps plein (Berger, 2013). Or, ce type de contrat ne leur permet pas d’être membre du syndicat des journalistes dont le droit d’entrée est régi par des règles drastiques10.

24Ainsi, pour certaines catégories, dont les photojournalistes, la situation est plus critique encore. Travaillant dans les zones les plus périlleuses, ils ne sont pas assurés en cas d’agression ou de blessure sur le terrain. Pour être affiliés au syndicat, ils doivent se prévaloir d’un diplôme et être employés dans un média. Les journalistes de la presse en ligne ou du secteur audiovisuel ne peuvent être membres du syndicat. Quant aux journalistes étrangers, ils sont très souvent mieux rémunérés mais ils ne peuvent faire partie du syndicat ; et s’ils veulent exercer en Égypte, ils sont tenus d’adhérer à l’association de la presse étrangère qui délivre les permis. Signe que les choses bougent peut-être, un syndicat parallèle et informel au syndicat historique, le Syndicat des journalistes indépendants, a été créé par le journaliste Wael Tawfiq en 2007. Contrairement à son homologue, il n’exige pas de contrat à temps plein mais des articles publiés dans la presse égyptienne et accepte les journalistes étrangers en tant que membres associés. Encore modeste, ce syndicat compte 600 membres, essentiellement égyptiens (Berger, 2013).

25Le syndicat de la presse compterait 9000 membres dans le pays, dont 7000 seraient en exercice. 6000 journalistes ou plus ne seraient pas syndiqués. Selon cette même source, entre 650 et 700 journalistes ont été licenciés avant et après la révolution du 25 janvier (entre 2011 et 2013) en raison du contexte économique. Sans céder à l’économisme, il semblerait bien que les dynamiques en cours dans le secteur du journalisme en Égypte dépendent de plus en plus fortement d’hommes d’affaires. Le journalisme de la presse tant en ligne (les pure players) que papier continue d’avoir besoin du soutien d’acteurs économiques. On a vu des journaux et des chaînes émerger par dizaines, mais beaucoup n’ont pas tenu. Ces dernières années ont aussi été marquées par la fermeture de plusieurs titres dans la deuxième langue de la presse égyptienne, à savoir l’anglais.

26La trajectoire de Hicham Kassem peut à elle seule résumer le cheminement d’un journaliste indépendant des années 1990 à nos jours. Ce dernier, au regard de son parcours et de son activisme pour la défense des droits de l’homme, est ce que l’on pourrait qualifier un « leader d’opinion ». Il fonde à la fin des années 1990 le Cairo Times, hebdomadaire égyptien anglophone, premier journal à avoir contourné la censure d’État grâce à Internet. Comme il était plus simple d’obtenir une licence à l’étranger, pour ensuite avoir accès au marché égyptien en tant que publication étrangère, le Cairo Times était importé de Chypre. Les titres étrangers n’étaient pas moins sujets à la censure, mais le Cairo Times adopta une stratégie alors inédite : il suffisait de se reporter au journal en ligne cairotimes.com pour trouver les articles censurés, dans la rubrique dédiée aux articles interdits (the forbidden file). À cette période, d’autres journaux indépendants sont apparus dans plusieurs pays arabes, le Maroc par exemple, initiés par des journalistes « mondialisés », éduqués et libéraux à l’image de Kassem.

  • 11 Entretien avec l’auteure, janvier 2011.

27Ce n’est pas un hasard si ce dernier fut en 2004, après la fermeture du Cairo Times, l’un des maîtres d’œuvre d’un nouveau journal indépendant en Égypte, au moment du développement d’Internet, Al-Masry al-Youm. En Tunisie, où l’institution d’un journal indépendant n’était pas pensable, la plate-forme d’information nawaat.org est créée au même moment et rencontre un franc succès (Ben Henda, 2011). Pour revenir au Caire, le journal Al-Masry al-Youm, dont Kassem est rédacteur en chef, est un journal papier et en ligne décliné en arabe et en anglais. Sur le plan éditorial, l’approche de Kassem est claire : les sujets sont essentiellement locaux et les journalistes qu’ils recrutent doivent aller sur le terrain et ne pas avoir été formatés par la presse d’État. Le journal n’hésite pas à traiter de sujets remettant en cause le pouvoir ; cette position lui permet d’élargir son lectorat comme lors des élections législatives de 2005 où le journal du 24 novembre fut republié trois jours d’affilée après avoir dévoilé les manœuvres frauduleuses et les actions violentes des candidats du parti au pouvoir dans différents bureaux de vote. Ces faits avaient été corroborés par la signature de 120 juges qui pouvaient en témoigner (Amrani, 2005). Le journal est aujourd’hui plus lu que l’historique Al-Ahram. Les propriétaires du journal sont des hommes d’affaires de premier plan en Égypte, ce qui explique probablement que la marge de manœuvre de Kassem ne soit alors pas totale11. Désireux de s’affranchir d’une censure économique, il décide en 2008 de quitter le journal pour mettre en place un journal en ligne dont le modèle économique serait, selon ses vœux, basé sur les abonnements plus que des actionnaires dont il veut limiter la participation à 10 %. Dans le contexte instable de 2011, le lancement de son journal Al-Gomhuriya al-Gadida (La Nouvelle République) est ajourné suite aux désistements de plusieurs actionnaires.

  • 12 « Les médias sociaux, les médias électroniques et les talk shows concurrencent lourdement la presse (...)

28Dans le sillage d’Al-Masry al-Youm, plusieurs journaux avaient vu le jour dans les années 2000 : Al-Shourouk, Al-Bedaya, Al-Badeel, Al-Tahrir, Al-Siyassi Magazine, etc. Les titres se sont multipliés mais le lectorat est resté stable (1,5 million de lecteurs en 2013), contraignant beaucoup de titres à fermer en 2013 pour des raisons économiques. Ce qui fera dire à un célèbre journaliste égyptien, Salah Eissa : « Social media, electronic media and talk shows represent big competition to print journalism »12.

29La censure économique est celle qui pèse sans doute le plus sur la presse. D’abord, la plupart des journaux dépendent des imprimeries et des réseaux de distribution publics, dont les prix sont les plus compétitifs. Ensuite, il faut déposer un capital minimum de 5 millions de livres à la banque pour créer un quotidien. Les titres dépendent donc souvent d’hommes d’affaires, issus très majoritairement d’autres secteurs d’activité (Guaaybess, 2015). Le journaliste Ibrahim Eissa, fut renvoyé en 2010 du journal (trop) indépendant Al-Dostour dont il était rédacteur en chef quand l’hebdomadaire fut racheté par un homme d’affaires proche du pouvoir, Al-Sayyid al-Badawy. La censure économique opère aussi à travers les annonceurs, qui se trouvent être dépendants de trois agences de publicité. Le quotidien de gauche Al-Badeel, qui n’hésitait pas traiter de la corruption, a ainsi fait faillite en 2009 après le retrait de nombreux annonceurs (Shams el-Din, 2012).

30Cette presse a émergé dans des contextes sociaux à chaque fois particuliers. En Égypte, elle est marquée par les mouvements de mobilisation de 2005 et 2008 et les élections de 2010 qu’elle a accompagnés. En Tunisie, elle sert de soupape à l’opposition de plus en plus vive, et de lien avec la diaspora qui participe et alimente les échanges. Au Maroc, elle accompagne une volonté d’ouverture politique jugée trop timide. Pour le cas égyptien, ces journaux soutenus par des hommes d’affaires n’étaient pas des oppositions toujours franches au pouvoir, mais ils étaient bien positionnés pour accompagner les révolutions, tant sur le plan médiatique que sur le plan politique.

Le journaliste est transnational

31Nous n’avons pas défini le journalisme dans les pays arabes car comme en Europe ou ailleurs, ce terme valise englobe des professions très hétérogènes (Ruellan, 2007) dans un champ où les positions sont inégales : en fonction du statut (pigiste, régulier), du support pour lequel ils travaillent, du domaine de spécialisation, s’il s’agit d’un journaliste assis ou debout, etc. À ces métiers composites et complémentaires s’ajoute la mutation des pratiques professionnelles depuis la généralisation des médias numériques. L’un des défis majeurs du journalisme numérique est celui de trouver un modèle économique viable. Ainsi la transnationalisation du journalisme dans le monde arabe concerne aussi bien le contenu proprement dit (les informations sont reçues partout en temps réel) que les pratiques professionnelles qui requièrent un savoir-faire spécifique et universel : celui d’optimiser les atouts d’Internet. Par exemple, le succès des sites d’information tend à être dépendant d’agrégateurs et de règles de référencement dont le mode de fonctionnement demande une expertise particulière des médias numériques. Ces questions inédites sont à l’origine de nombreux chantiers de réflexion et ont donné lieu à l’émergence de nouvelles formations dans les pays arabes et à une multitude de projets transnationaux de perfectionnement. L’avant-garde des journalistes est essentiellement transnationale et mondiale, elle a développé de nouvelles compétences, elle est formée, inscrite de plain-pied dans la société de l’information, bénéficie/est soumise à une pluralité de sources d’information nationales ou extranationales. Le journaliste aujourd’hui n’est-il pas transnational ?

32Les nouvelles relations qui s’instaurent entre d’une part les journalistes, et apprentis-journalistes, arabes et d’autre part leurs homologues étrangers, plus souples, moins institutionnelles, sont le reflet d’une configuration inédite où les positions des différents acteurs et décideurs politiques sont volatiles et où il convient de miser sur une société civile qu’on peine parfois à définir.

Bibliographie

Afify, H., « With poor economy and lack of political incentives, newspapers struggle to survive », Egypt Independent, 21 février 2013. [en ligne] URL : http://www.egyptindependent.com/news/poor-economy-and-lack-political-incentives-newspapers-struggle-survive [consulté le 3 octobre 2016].

Alterman, J. B., New media, new politics? From satellite television to the Internet in the Arab world. Policy paper 48, Washington, Washington Institute for Near East Policy, 1998. [en ligne] URL: https://www.washingtoninstitute.org/uploads/Documents/pubs/PolicyPaper48.pdf [consulté le 3 octobre 2016].

Amrani, I., « Controlled Reform in Egypt: Neither Reformist nor Controlled », Middle East Report online, 15 décembre 2005, [en ligne] URL: http://www.merip.org/mero/mero121505 [consulté le 9 février 2015].

Arab satellite broadcasting charter (Draft), Principles for Regulating Satellite Broadcasting Transmission in the Arab World, [en ligne] URL: http://www.arabmediasociety.com/?article=648 [consulté le 9 février 2015].

Arquembourg, J., « Les nouvelles logiques de l’information en temps de guerre : le modèle C.N.N. », Études de communication, n° 15, 1994, p. 63-74 [en ligne] URL : https://edc.revues.org/2682 [consulté le 3 octobre 2016].

BBG in the News, U.S. funded radio and television make significant gains in the Middle East despite anti-American sentiments, 29 avril 2004, [en ligne] URL: http://www.bbg.gov/press-release/u-s-funded-radio-and-television-make-significant-gains-in-middle-east-despite-anti-american-sentiments/ [consulté le 9 février 2015].

Ben henda, M., « Internet dans la révolution tunisienne », Hermès, n° 59, 2011, p. 159-160 [en ligne] https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2011-1-page-159.htm [consulté le 3 octobre 2016.]

Ben néfissa, S., « Révolution arabes : les angles morts de l’analyse politique des sociétés de la région », Confluences Méditerranée, n° 772, 2011, p. 75-90 [en ligne] DOI : 10.3917/come.077.0075 [consulté le 3 octobre 2016].

Berger, M., « A Revolutionary Role or a Remnant of the Past? The Future of the Egyptian Journalist Syndicate after the January 25th Revolution », Arab Media and Society, n° 18, 2013 [en ligne] URL: http://www.arabmediasociety.com/articles/downloads/20130612130820_Berger_Miriam.pdf [consulté le 3 octobre 2016].

Boyd, D. A., Broadcasting in the Arab world: A survey of the electronic media in the Middle East. Ames, Iowa State University Press, 1993.

Bunt, G. R., Virtually Islamic, Cardiff, University of Wales Press, 2000.

Charon, J.M., mercier, A., « Pour en finir avec le pouvoir des journalistes », Hermès, n° 35, 2003, p. 23-31 [en ligne] DOI : 10.4267/2042/9313 [consulté le 3 octobre 2016].

Clark, A. M., christie, T. B., « A Clash of Cultures : Reaching Hostile Audiences Through International Broadcasting », Sage Open, Octobre-Décembre 2012, p. 1-11 [en ligne] DOI : 10.1177/2158244012468282 [consulté le 3 octobre 2016].

Daucé, F., « Être journaliste russe en 1993, des libertés sous contrainte », in CERI, Colloque international « Un Octobre oublié ? La Russie en 1993 », (2013, Paris).

Escobar, A., Encountering Development: The Making and Unmaking of the Third World, Princeton, Princeton University Press, 2011.

Fakhreddine, J., « Pan-Arab Satellite Television: Now the Survival Part by Research Manager », Transnational Broadcasting Studies, n° 5, 2000, [en ligne] URL: http://tbsjournal.arabmediasociety.com/Archives/Fall00/Fakhreddine.htm [consulté le 9 février 2015].

Fakhreddine, J., « Mirror on the Wall: Who is the best Communicator of them all – Al Jazeera or Al Hurra? », Global media journal, n° 6, 4, 2005. http://www.globalmediajournal.com/open-access/mirror-on-the-wall-who-is-the-best-communicator-of-them-all-al-jazeera-or-al-hurra.pdf [consulté le 3 octobre 2016].

Fandy, M., (Un)Civil War of Words: Media and Politics in the Arab World, Mamoun Fandy, Praeger, 2007.

Frau-meigs, D., Nıcey, J., Palmer, M., Pohle, J. Tupper, P., dir., From NWICO to WSIS. 30 Years of Communication Geopolitics: Actors and Flows, Structures and Divides, Bristol, Intellect, 2012.

Galal, E., dir., Arab TV-Audiences: Negotiating Religion and Identity, Francfort, Peter Lang, 2014.

Guaaybess, T., « A New Order of Information in the Arab Broadcasting System », EUI Working Paper RSCAS 2002/64, Florence, Institut universitaire européen, 2002.

Guaaybess, T., « Broadcasting and Businessmen in Egypt », in Arab Media Moguls, sous la dir. de D. Della Ratta, N Sakr, J. Skovgaard-Petersen, Londres, IB Tauris, 2015, p. 164-187.

Guaaybess, T., Les médias arabes, Confluences médiatiques et dynamiques sociales, Paris, CNRS Éditions, 2012a.

Guaaybess, T., National Broadcasting and State policy in Arab Countries, Londres, Palgrave Macmillan, 2012b.

Guaaybess, T., Télévisions arabes sur orbite, 1960-2004, Paris, CNRS Éditions, 2005.

Gunter, B., Dickinson, R., dir., News media in the Arab world: a study of 10 Arab and Muslim countries, Londres, Bloomsbury Academic, 2013.

Haenni, P., L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice, Paris, Seuil, 2005.

Hafez, K., dir., Arab media: Power and weakness, New York, Continuum, 2008.

Hafez, K., The Myth of Media Globalization, Oxford, Polity Press, 2007.

Institut Panos, La mission de service public audiovisuel dans la région Maghreb/Machrek, Paris, Rapport régional, 2012 [en ligne] URL : http://omec.uab.cat/documentos/PSB_Brochure_160x240_FR-bd.pdf [consulté le 3 octobre 2016].

Kraidy, M., Reality Television and Arab Politics: Contention in Public Life, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Kraidy, M. M., khalil, J. F., Arab television industries, New York, Palgrave Macmillan, 2010.

Lynch, M., Voices of the new Arab public, New York, Columbia University Press, 2006.

Mattelart, A., La communication-monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, La Découverte, 1992.

Mellor, N., Modern Arab journalism, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2007.

Mendel, T., Assessment of Media Development in Egypt: Based on UNESCO’s Media Development Indicators, Le Caire, UNESCO, 2013 [en ligne] http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002207/220742e.pdf [consulté le 3 octobre 2016].

Mendel, T., Handbook on International Standards and Media Law in the Arab World, Bruxelles, Halifax, Centre for Law and Democracy/the International Federation of Journalists, 2013.

Najar, S., dir., Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris, Karthala, 2013.

Najar, S., dir., Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée, Paris, Karthala, 2012.

Ruellan, D., Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble, 2007.

Rugh, W., Arab Mass Media, Westport, CT: Praeger, 2004.

Rugh, W., The Arab Press, Syracuse, Syracuse University Press, 1987.

Sakr, N., Transformations in Egyptian Journalism, Londres, IB. Tauris, 2013.

Sakr, N., Satellite realms: Transnational television, globalization and the Middle East. Londres, IB. Tauris, 2001.Samarajiwa, R., « Le nouvel ordre de l’information. Rétrospective et prospective », Tiers-Monde, 28 (111), 1987, p. 677-686 [en ligne] DOI : 10.3406/tiers.1987.4522 [consulté le 3 octobre 2016].

Schiller, H. I., « Decolonization of Information : Efforts toward a New International Order », Latin American Perspectives, 5 (1), 1978, p. 35-48 [en ligne] DOI : 10.1177/0094582X7800500103 [consulté le 3 octobre 2016].

Senegri A., « AFP admits Al-Jazeera story mistake », Asharq Al-Awsat, 3 juin 2013, [en ligne] URL : http://www.aawsat.net/2013/06/article55304220 [consulté le 9 février 2015].

Shams el-din, M., « Stuck between state and corporate owners, some journalists seek another way », Egypt Independent, 03 octobre 2012 [en ligne] URL: http://www.egyptindependent.com/news/stuck-between-state-and-corporate-owners-some-journalists-seek-another-way [consulté le 3 octobre 2016].

Sinclair, J., « Geolinguistic region as global space. The case of Latin America » in The New Communications Landscape. Demystifying Media Globalization, sous la dir. de G. Wang, J. Servaes, A. Goonesekera, Londres, Routledge, 2000, p. 19-32.

Sinclair, J., Jacka, E., cunningham, S., dir., New Patterns in Global Television: Peripheral Vision, Londres, New York, Oxford University Press, 1996.

Snow, N., « Alhurra to Al Youm: The maturation of U.S. television broadcasting in the Middle East », 2010, [en ligne] URL: http://sites.maxwell.syr.edu/luce/images/snow_alhurra.pdf [consulté le 9 février 2015].

Thussu, D.K., International Communication : Continuity and Change, Londres, Hodder Education, 2006.

Notes

1 Sur ce point, voir Boyd (1993), Alterman (1998), Sakr (2001), Rugh (2004), Guaaybess (2005), Hafez (2008), Kraidy et Khalil (2010).

2 L’émission « Le rédacteur en chef » a été programmée sur la première chaîne ; elle fut en 2000 déplacée sur la chaîne privée égyptienne DreamTV en raison de la censure. Elle rencontre à chaque fois un franc succès auprès du public. Hamdy Quandil dut encore quitter la chaîne pour aller travailler sur une chaîne émiratie, Dubaï TV, en 2004 où son émission fut baptisée Qualam Rasas (Crayon à papier). Il travaillera ensuite pour le journal indépendant égyptien Al-Masry al-Yom puis Al-Shuruk. Ainsi, à lui seul, le journaliste égyptien illustre parfaitement ce qui sera dit sur la nature systémique des médias arabes et sur la « confluence médiatique » (Guaaybess, 2012a).

3 Entretien avec Mohamed Dourrachad, Deputy Director, Abu Dhabi Television par le TBS Journal, 2002.

4 Le traitement des mobilisations arabes par la chaîne a été durement critiqué, notamment par les spécialistes et par la presse (il suffira de se référer à l’essentiel des articles qui portent sur la chaîne après 2011 pour le vérifier). Si sa couverture des manifestations du 25 janvier place Tahrir est saluée, elle a été sujette à caution en Syrie, au Bahreïn (par son silence relatif sur ce terrain), et en Libye. S’agissant des chiffres d’audience, en 2013, la chaîne s’est targuée d’être en tête des autres chaînes d’information arabes en faisant état d’un sondage d’Ipsos et de Sigma Conseil qui ont été démentis par les instituts à l’AFP. Des sites en ligne font état d’une chute spectaculaire de son taux d’audience en donnant cependant des chiffres et des sources trop vagues pour être vérifiées. Voir Azeddine Senegri, « AFP admits Al-Jazeera story mistake », Asharq Al-Awsat, 3 juin 2013, [en ligne] URL : http://www.aawsat.net/2013/06/article55304220 [consulté le 9 février 2015].

5 BBG in the News, U.S. funded radio and television make significant gains in the Middle East despite anti-American sentiments, 29 avril 2004, [en ligne] URL : http://www.bbg.gov/press-release/u-s-funded-radio-and-television-make-significant-gains-in-middle-east-despite-anti-american-sentiments/ [consulté le 9 février 2015].

6 Arab Satellite Broadcasting Charter (Draft), Principles for Regulating Satellite Broadcasting Transmission in the Arab World, [en ligne] URL : http://www.arabmediasociety.com/?article=648 [consulté le 9 février 2015].

7 Voir la contribution de Michel Tabet dans cet ouvrage.

8 Entretien avec Slimane Zeghidour, chercheur et journaliste (TV5 Monde), septembre 2014

9 L’industrie de la presse en Égypte était dominée par les trois quotidiens Al-Ahram, Al-Akhbar et Al-Goumhouria.

10 D’une manière générale, le syndicat a pour missions de défendre la liberté d’expression et les droits des journalistes ; mais plus concrètement, le statut de membre facilite l’accès à certaines sources et aux accréditations et il permet aux adhérents de disposer d’une pension de l’État et d’une bourse qui s’élèvent environ à respectivement 800 livres (93 euros) et 570 livres (66 euros) par mois en 2013.

11 Entretien avec l’auteure, janvier 2011.

12 « Les médias sociaux, les médias électroniques et les talk shows concurrencent lourdement la presse écrite » dans Heba Afify, « With poor economy and lack of political incentives, newspapers struggle to survive », Egypt Independent, 21 février 2013. [en ligne] URL : http://www.egyptindependent.com/news/poor-economy-and-lack-political-incentives-newspapers-struggle-survive [consulté le 3 octobre 2016].

Table des illustrations

Titre Événements dans la région arabe (1)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1211/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Médias d’information dans la région arabe (2)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1211/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Légende Cette photo d’une publicité prise au siège d’Al Jazeera à Doha défend à travers plusieurs expressions la position professionnelle de la chaîne (fortement critiquée) sur les révoltes qui ont eu lieu dans plusieurs pays majoritairement de langue arabe à partir de 2011 : « Certains les qualifient d’émeutes, d’autres les considèrent comme la liberté d'expression » (en haut à droite) ; « À chaque fois que les angles d’attaque se multiplient, l’image devient plus claire » (en bas à droite) ; « La diversité nous enrichit » (en bas à gauche).
Crédits (© D. Marchetti, 8 janvier 2017)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable