Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation des productions culturelles

 | 
Dominique Marchetti

Avant-propos

Dominique Marchetti et Julien Paris

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu définit cette notion de la manière suivante : « Le champ du pouvoir se définit comm (...)

1Les univers médiatiques nationaux et transnationaux sont depuis leur émergence au XIXe siècle des terrains très féconds pour étudier les luttes symboliques et matérielles d’ordre économique, politique, médiatique, religieux, social, etc. qui se jouent entre, d’une part les États, les entreprises, etc. et, d’autre part les agents sociaux (Winseck et Pike, 2007). Si ces espaces sont jugés stratégiques, c’est notamment parce que les médias possèderaient intrinsèquement un pouvoir d’influence sur les populations. Cette croyance dans les « effets des médias » est omniprésente dans les pratiques et les visions du monde. Pourtant, ce pouvoir demeure très largement supposé tant les études en sciences sociales montrent des formes d’appropriations très distanciées de la part des agents sociaux à l’égard de ce qu’ils consomment (Darras, 2003 ; Le Grignou, 2003). Pour ne prendre qu’un exemple contemporain et caricatural, il suffit de voir le foisonnement des publications sur le rôle considérable prêté aux « médias sociaux » dans les révoltes intervenues en 2011 et 2012 dans plusieurs pays majoritairement de langue arabe. En revanche, les recherches en sciences sociales ont largement montré qu’agir sur les médias était souvent une manière de vouloir agir sur d’autres champs sociaux pour tenter d’influer sur leurs rapports de forces. Loin d’être des pouvoirs en soi ou, selon l’expression consacrée des « quatrièmes pouvoirs », les espaces médiatiques nationaux et transnationaux sont comme leur nom l’indique des champs médiateurs. Pour le dire autrement, ils sont au croisement de différents univers sociaux, notamment économiques et politiques, qui pèsent fortement sur leur fonctionnement, et, dans le même temps, ils sont stratégiques parce qu’ils produisent par ricochet des effets sur ces mêmes espaces, tout particulièrement sur le champ politique ou plus largement le champ du pouvoir (Bourdieu, 2011, p. 128)1.

  • 2 Le pluriel de l’expression vise à montrer qu’il ne s’agit non seulement pas d’homogénéiser, comme c (...)
  • 3 Ce projet est né d’une rencontre des deux coordinateurs et d’un constat d’isolement partagé faisant (...)

2Si la question des appropriations par le public est de facto présente en filigrane dans toutes les contributions de cet ouvrage, le propos consiste ici plutôt à analyser précisément les multiples enjeux (politiques, économiques, sociaux, religieux, linguistiques, etc.) qui se cristallisent dans le fonctionnement même des espaces médiatiques nationaux et transnationaux. Cet objet est ici traité à partir du terrain de la production et de la circulation de productions culturelles de grande diffusion (cinémas, programmes de télévision et informations) au sein des mondes arabes et musulmans2. Parce que la postface de Tristan Mattelart synthétise les principaux apports du livre, on voudrait ici montrer à la fois l’intérêt scientifique et politique d’étudier ces questions et l’approche qui a été choisie3.

  • 4 Ces centres de recherche et ces revues sont abondamment cités au fil des pages de cet ouvrage, mais (...)

3En effet, en dépit de l’importance des transformations affectant les médias dans les mondes arabes et musulmans et des enjeux qu’ils recouvrent, ceux-ci ont été (et sont encore souvent) considérés de manière homogène comme les seuls produits de régimes autoritaires. Le domaine reste encore peu traité par les sciences sociales francophones. Alors que dans les années 1960-1970 des chercheurs en SHS avaient investi des terrains sur les biens culturels populaires, notamment parce que les débats « Nord/Sud » autour du Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC) étaient très prégnants, ces zones d’observation ont été progressivement délaissées. Depuis lors, la fin de la guerre froide, les bouleversements géopolitiques incarnés par les effets des attentats du 11 septembre 2001, l’installation durable d’un parti islamo-conservateur en Turquie au début des années 2000, l’alternance politique dans plusieurs pays arabes depuis 2011 ainsi que, la présence économique, politique et religieuse croissante des pays du Golfe et, à un degré moindre, de la Turquie, ont favorisé la restructuration des marchés des biens culturels populaires dans ces zones de production et de diffusion. Qu’il s’agisse de l’information internationale produite par les journalistes, des séries télévisées de grande diffusion et des films de cinéma, les positions des différents États et entreprises sur les marchés internationaux des produits médiatiques ont été profondément bouleversées. Par exemple, l’émergence des pays du Golfe, et tout particulièrement du Qatar avec le développement des déclinaisons en langues anglaise et arabe des chaînes du groupe Al Jazeera, ont contribué à la création d’un nouveau pôle dans les fractions dominantes de l’espace médiatique international et dans certains univers nationaux. Il en va de même pour les différentes chaînes plurilingues des groupes de communication des pays du Golfe ou de la Turquie, qui ont une présence croissante, voire dominante dans certaines zones et thématiques (les séries, les programmes pour enfants, le sport-spectacle, les documentaires, la musique), entrant alors en concurrence avec les États-Unis ainsi que quelques grands pays européens, asiatiques et sud-américains. Si, depuis le début des années 2000, les recherches en langue anglaise sur les médias en langue arabe se sont faites plus nombreuses ou plus visibles, au point même de se structurer autour de centres de recherche ou de revues (Arab Media & Society et Middle East Journal of Culture and Communication), etc.4, les recherches en langue française sur ces questions demeurent pour l’instant à la fois plus rares et dispersées.

  • 5 Cet auteur, qui participe également à cet ouvrage, poursuit de manière hebdomadaire son analyse des (...)

4Au-delà de recherches individuelles pionnières, dont plusieurs ont été menées par des auteurs présents dans l’ouvrage, quelques entreprises collectives engagées à l’initiative de quelques grands pôles de la recherche en SHS en France sur les pays majoritairement de langue arabe et/ou de religion musulmane et de chercheurs travaillant dans ces pays font cependant exception. C’est tout particulièrement le cas d’un travail inédit rassemblant une vingtaine de collègues, mené à la fin des années 1990, sur les « recompositions du champ médiatique dans l’Orient arabe » qui a ensuite donné lieu à deux colloques à Tunis (Bras et Chouikha, 2002), centré sur le Maghreb, et à Lyon (Mermier, 2003), plus largement consacré à l’« Orient arabe ». Sa grande force est de réunir des travaux empiriques sur une multiplicité de pays et de terrains (télévisions satellitaires, Internet, édition, publicité, etc.), qui sont malheureusement trop souvent séparés, pour saisir comment se sont implantées et développées les nouvelles technologies de la communication dans « l’espace arabe ». Gregory Kent et Jerry Palmer (2005) proposent également une série d’éclairages dans un numéro de revue consacré à la thématique des « mondes arabophones et médias ». Tiré d’un colloque dont le titre donne la perspective de cet ensemble « l’islam, les médias, la guerre », le dossier s’intéresse aux transformations des espaces médiatiques, mais aussi de manière beaucoup moins empirique à leurs rapports aux « opinions publiques ». Deux ouvrages collectifs parus chez Actes Sud en 2009 (Mohsen-Finan ; Gonzalez-Quijano5 et Guaaybess) rassemblent davantage de courtes contributions où se mêlent chercheurs, experts, essayistes et journalistes fournissant des éclairages sur les médias dans cette zone à géométrie variable. Ils mettent notamment l’accent sur l’émergence de « nouveaux publics », d’« autres modèles de communication » liés au développement et aux usages des chaînes de télévisions satellitaires et d’Internet, en rappelant à juste titre combien il faut les mettre en relation avec les changements politiques et sociaux. Dans une perspective souvent analytique mais parfois normative, un numéro de Confluences Méditerranée analyse les médias comme des vecteurs d’influence politique au Sud et à l’Est de la Méditerranée. Enfin, un numéro de la revue Égypte/Monde arabe, coordonné par Enrico De Angelis (2015), permet d’avoir un éclairage synthétique et historique d’une série de transformations à l’œuvre dans « le paysage médiatique arabe », avec une focalisation sur le cas égyptien. On pourrait également citer dans un même format d’articles courts deux entreprises collectives qui portent sur les mobilisations sociales et politiques en rapport avec les médias : un numéro des Cahiers de l’Institut français sur le Proche-Orient (IFPO), coordonné par Olfa Lamloum (2010), éclaire ainsi les processus médiatiques contemporains en utilisant le terrain des médias pour analyser les mobilisations politiques liées à l’islam ; un ouvrage collectif, dirigé par Sihem Najar (2013), est quant à lui consacré au cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe.

  • 6 Franck Mermier (2009, p. 75-94) pointe bien ces problématiques normatives dans un article utile int (...)

5Au-delà de la nécessité de combler cette lacune de la littérature existante, un autre intérêt de cet ouvrage sur la production et de la circulation des biens culturels dans les mondes arabes et musulmans tient également à l’impératif de rompre avec des représentations sociales dominantes homogénéisant « le monde arabe et musulman ». Par exemple, qu’il s’agisse d’étudier les feuilletons turcs, notamment leur diffusion à l’étranger, ou de la couverture médiatique internationale de l’« actualité » au Maroc, on se retrouve de fait confronté, sur le terrain comme dans certaines lectures, à ces perceptions homogénéisantes qui, non seulement n’interrogent pas la pertinence même de cette dénomination, mais qui oublient aussi toute la diversité des espaces nationaux (et régionaux) et les rapports de force très inégaux qui existent entre eux. Le développement des télévisions satellitaires panarabes, et peut-être encore davantage d’Internet comme l’ont montré des travaux sur le rôle prêté aux médias dans les « révoltes », n’a probablement fait qu’accroître le poids des logiques normatives et technophiles, laissant par exemple accroire à l’existence d’un espace public rassemblant l’ensemble du monde arabe et/ou musulman6. Les problématiques récurrentes des commandes privées et publiques pour financer des recherches comparatives sur les « jeunes », les « mobilisations », les « violences » et/ou les « médias sociaux » dans les pays majoritairement de langue arabe et/ou de confession musulmane consolident fortement de ce mouvement.

  • 7 Dans le cas du Maghreb, on pense notamment au Groupe de Recherche International (GDRI) « Communicat (...)

6Cet ouvrage espère également contribuer très modestement à lutter contre les effets des spécialisations géographiques et disciplinaires des recherches à ce sujet. Si des échanges existent historiquement sous différentes formes7, il s’agit ici, d’une part, de favoriser des relations transdisciplinaires très larges : études arabes, histoire, géographie, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, science politique et sociologie. Pour ne citer qu’un exemple révélateur, les travaux réunis ici s’appuient sur des pratiques de travail très différentes, ce qui permet de d’aborder toutes les phases des processus de production, de diffusion de ces biens culturels grand public. Ainsi, certains mobilisent davantage les entretiens et les observations tandis que d’autres se concentrent plus souvent sur des analyses de corpus. D’autre part, l’ambition est de faire dialoguer des travaux portant sur des aires culturelles différentes (mondes dits « arabes », « indiens », « iraniens », « turcs ») en prenant en compte les spécificités nationales (Inde, Iran, Maroc, Qatar, Syrie, Tunisie, Turquie, etc.) et régionales. Cette volonté de décloisonner s’est traduite, lors du colloque dont est issu cet ouvrage, par l’invitation de chercheurs travaillant sur ces terrains sur la longue durée et, pour lutter contre certains points aveugles de travaux liés aux « aires culturelles », par la mobilisation de discutants étudiant ces processus d’internationalisation dans d’autres zones.

7Non seulement ce livre est un rappel à la nécessité de réaliser des enquêtes de terrain de première main – ce qui est le cas de la quasi-totalité des contributions présentées – pour éviter les généralités sur « la globalisation culturelle » mais son originalité tient également au fait de ne pas porter sur des produits culturels jugés les plus légitimes socialement. Il existe ainsi beaucoup de travaux passionnants, par exemple dans les études rattachées aux translation studies rendant compte des échanges linguistiques entre les espaces nationaux, ou des recherches sur les transferts internationaux des savoirs scientifiques et universitaires par exemple. De même, si la littérature naissante sur le rôle joué ou non par les nouveaux outils multimédias dans les mouvements populaires récents de plusieurs pays arabes et musulmans est à juste titre très importante, leur audience reste encore très faible par rapport aux chaînes de télévision par exemple. Cette publication vise donc à décaler le regard vers les productions et échanges culturels de biens plus populaires, au sens où ils touchent des publics très larges et/ou des milieux sociaux faiblement dotés en capitaux économiques et culturels.

8Les contributions à cet ouvrage se déclinent en trois parties. Si les deux premières se focalisent essentiellement sur les processus d’internationalisation de la production et de la circulation des productions culturelles grand public, la dernière les aborde à partir des transformations de plusieurs espaces médiatiques nationaux. La première partie cherche à cerner une série d’enjeux des processus contemporains de transnationalisation de la production et de la diffusion des biens et pratiques à partir de l’exemple de l’information coproduite par les journalistes. Loin d’être exhaustive bien évidemment, elle commence par une synthèse très utile de Tourya Guaaybess sur les reconfigurations des espaces médiatiques dans la « région arabe » sous l’effet de mutations démographiques, sociales et économiques (chapitre 1). L’auteur vient rappeler comment l’émergence des chaînes transnationales ont transformé cette « géopolitique de l’information » au profit des États du Golfe et au détriment de l’Égypte, mais également les pratiques et les profils des producteurs d’information. En s’arrêtant plus spécifiquement sur l’exemple égyptien, Tourya Guaaybess explique le développement d’une presse « indépendante », mais aussi le fort encadrement des organes médiatiques dans ce pays.

9Les chapitres suivants apportent d’autres éclairages plus pointus qui font écho à cette synthèse. Ainsi, Nicolas Dot-Pouillard montre bien, à travers son étude comparée des chaînes de télévision transnationales Al Jazeera et Al Mayadeen, comment ces deux supports, de manière différente et non sans contradictions, s’inscrivent dans la tradition d’un « journalisme engagé », plus présent historiquement dans la presse écrite (chapitre 2). Il souligne le poids des enjeux politiques autour du positionnement de ces deux chaînes, qui, d’une part, contraste avec la définition dominante du journalisme distancié s’étant largement imposée dans les médias transnationaux de grande audience, et renoue, d’autre part, avec un discours tiers-mondiste très présent quelques décennies auparavant.

10Outre le cas des chaînes satellitaires qui sont au cœur des deux premiers chapitres, les contributions d’Enrico de Angelis et Dominique Marchetti abordent plus largement les conditions des circulations transnationales de l’information dans les mondes arabes et/ou musulmans à partir de deux approches. Le premier analyse l’impact des nouveaux médias, discernant trois grands mouvements qui transforment les espaces journalistiques, notamment en Égypte, en Syrie et au Liban (chapitre 3) : quelques grands producteurs d’information, comme Al Jazeera qui est plus doté en moyens humains et financiers, mettent à profit ces nouvelles technologies pour conforter leur position ; la production est de plus en plus localisée, via des « journalistes citoyens », des « freelance qui remplacent les correspondants ou les envoyés spéciaux traditionnels, mais aussi grâce à l’émergence de sites d’information issu de l’activisme politique ; en revanche, elle s’accompagne d’une internationalisation de la consommation au travers des médias traditionnels, des nouvelles plates-formes numériques qui jouent les intermédiaires entre l’offre et la demande puis, plus largement, du développement d’Internet.

11La seconde perspective esquisse ces transformations de l’espace de production et de circulation des news généralistes en partant d’une étude de cas très localisée (chapitre 4). S’appuyant sur l’espace des producteurs de l’actualité transnationale « marocaine », Dominique Marchetti montre la persistance du poids des grossistes traditionnels – notamment les trois grandes agences occidentales – sur la production de l’« actualité » anglophone et francophone mais aussi en langue arabe. Cependant, le développement sans précédent du sous-espace arabophone doit surtout beaucoup à l’émergence des quotidiens, puis surtout des chaînes transnationales. Ce sous-espace a vu son centre de gravité se déplacer relativement de l’Égypte vers les États du Golfe (notamment l’Arabie saoudite et le Qatar) et le Maghreb continue à y occuper une position très dominée comme le montre la division du travail éditorial entre les correspondants et les agenciers au Maroc et leurs interlocuteurs des sièges.

12Olivier Koch conclut cette partie à partir d’une entrée inédite, celle de l’importation de modèles journalistiques étrangers dans le « contexte transitionnel » tunisien et leurs conditions d’appropriation (chapitre 5). À partir de l’étude des formations au journalisme proposées par des agences de développement nationales, des organisations non-gouvernementales et des organisations internationales, il fait apparaître, d’un côté, la concurrence entre États qui se joue sur ce marché du développement après la chute de Ben Ali et, de l’autre, comment cette offre de formation est décontextualisée par rapport à la situation du journalisme tunisien fortement marqué par la censure politique et économique. C’est peut-être moins le contenu et l’« efficacité » qui semblent compter pour les protagonistes que de développer un capital de relations (pour les professionnels de l’assistance au journalisme) et un capital symbolique (pour les destinataires de l’offre, c’est-à-dire les journalistes).

13La deuxième partie de l’ouvrage aborde les processus de production et de circulation des biens culturels en s’appuyant sur des terrains liés à l’import-export des programmes de télévision et des films de cinéma dans plusieurs pays des mondes arabes et/ou musulmans. Tout d’abord, les chapitres 6, 7 et 8 illustrent à partir d’approches différentes le cas central de la Turquie dans les marchés transnationaux régionaux des programmes télévisés et du cinéma. En prenant l’exemple de la tentative d’exportation en Turquie du « modèle français » de financement du cinéma, Jean-François Polo et Romain Lecler montrent comment le transfert de certaines pratiques et/ou d’institutions a pu se heurter à des spécificités structurelles ou politiques d’un marché national turc, laissant au final peu de place aux influences extérieures (chapitre 6). La Turquie comme la France possède en effet une importante production cinématographique, mais l’intérêt porté par les pouvoirs publics pour le cinéma en Turquie est plus récent et suscite une certaine méfiance de la part des professionnels du secteur. En décrivant l’échec de la mise en place d’un équivalent du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) en Turquie ou les difficultés à lancer des projets de coproduction franco-turcs, les auteurs contribuent à relativiser l’idée d’une circulation fluide et homogène des contenus médiatiques à l’échelle internationale et l’étendue du pouvoir d’influence des grands acteurs étatiques de la diplomatie culturelle comme la France.

14La contribution de Nilgün Tutal-Cheviron et d’Aydın Çam prolonge l’étude de la diplomatie culturelle des États, mais cette fois-ci depuis le point de vue turc et l’exemple de son secteur télévisuel à l’international (chapitre 7). En cherchant à développer son offre télévisuelle à l’étranger, que ce soit en langues turque, arabe, persane ou anglaise, l’État turc poursuit depuis 2009 une stratégie dite de « soft power », dont l’espoir est de renforcer l’image d’un pays pouvant servir de « modèle » à la fois de gouvernance et de réussite économique à l’échelle régionale. Cette autre forme de diplomatie culturelle repose à la fois sur des aides financières pour les productions turques de séries télévisées et sur l’ouverture de nouvelles chaînes publiques satellitaires. Si les publics des régions majoritairement arabophones et/ou musulmanes semblent saluer parfois les différences (techniques ou culturelles) qu’offrent les programmes turcs en regard des programmes occidentaux, les auteurs insistent aussi sur les critiques dont elles font l’objet.

15Le travail de Julien Paris complète ces analyses du cas de la Turquie en s’intéressant aux conditions mêmes de production et de circulation de ces mêmes séries télévisées sur le marché audiovisuel transnational (chapitre 8). Par l’étude de la législation nationale sur l’audiovisuel et de l’exportation des feuilletons turcs à partir de données inédites et d’entretiens, il met en évidence combien le récit national dominant construit par l’État et sa morale, notamment depuis l’arrivée de l’AKP au pouvoir, explique à la fois les contenus et en partie leur circulation transnationale régionale, notamment dans certains pays majoritairement de confession musulmane. En restituant très concrètement comment les contraintes économiques, institutionnelles, religieuses et politiques pèsent sur les agents de production des feuilletons turcs dans la période contemporaine, Julien Paris explique le fonctionnement de cette économie (au sens large du terme) morale et politique et la manière dont l’État turc essaie de la contrôler. Plus largement, il vient rappeler la nécessité d’étudier les formes de régulation morale (et notamment religieuse) à l’œuvre dans la production et la diffusion des productions culturelles, et pas seulement en prenant le cas des pays majoritairement de confession musulmane.

16Les chapitres suivants déplacent non seulement le regard vers d’autres espaces nationaux stratégiques (les pays du Golfe, l’Iran, l’Inde notamment) dans l’import-export des biens culturels populaires dans la région MENA, mais aussi vers d’autres types de terrain (le cinéma et les documentaires de télévision). C’est ainsi que Michel Tabet propose une analyse inédite de l’émergence de la production documentaire en langue arabe dans les années 1990 et 2000, qui était jusque-là relativement limitée et très contrôlée par les télévisions d’État (chapitre 9). Grâce à un travail de terrain à Al Jazeera Documentaire, la chaîne ayant largement construit et structuré le marché dans ce domaine, il explique le « projet culturel » qu’il sous-tend et ses modes de légitimation (festivals, site internet, revue critique) : contribuer à l’émergence et au développement d’une « identité » et d’une « culture » arabes à travers des documentaires privilégiant les questions d’histoire et de société, les portraits des grandes personnalités. Michel Tabet montre l’usage positiviste et performatif de l’image pour soutenir l’existence de ce « mythe » contre les visions européocentristes et/ou orientalistes. Si elle participe de la lutte des représentations sociales sur les mondes arabes et musulmans, elle n’en modifie pas pour autant la forme du genre documentaire.

17Yves Gonzalez-Quijano revient sur les luttes symboliques, politiques, religieuses autour des représentations visuelles des figures saintes de l’islam (chapitre 10), opposant notamment l’Arabie saoudite, gardienne de l’orthodoxie sunnite très prohibitive en la matière, à l’Iran, principal représentant d’une tradition chiite laissant au contraire une place importante aux icônes des personnages centraux de l’islam. Après avoir restitué les histoires des débats autour de ces images saintes, notamment les plus contemporaines au travers des films et des programmes télévisés réalisés ou en projet, il conclut qu’on ne peut pas les résumer à cette simple opposition entre chiisme et sunnisme. En effet, Yves Gonzalez-Quijano y voit tout d’abord une lutte politique entre pays majoritairement de langues arabes, notamment entre l’Arabie saoudite, l’Égypte, le Qatar et la Syrie. Cette « guerre [récurrente] des images saintes » se joue également dans l’espace musulman, notamment avec l’Iran et à destination plus large des musulmans d’Asie. Enfin, celle-ci opère désormais plus largement, notamment du fait des nouvelles technologies qui facilitent la diffusion de ces images, à l’échelle internationale.

18Némésis Srour aborde conjointement le poids historique de l’Inde dans le marché cinématographique de la région MENA et celui plus récent des Émirats arabes unis (EAU), ou plus précisément de Dubaï qui héberge désormais de grandes firmes dans le domaine (chapitre 11). Son « entrée » – l’implantation d’un bureau de la première compagnie cinématographique indienne aux EAU en 2004 – lui permet d’aborder les processus très généraux de transformation de l’industrie cinématographique. En décrivant la genèse et le développement du cinéma indien dans la région MENA depuis les années 1950, elle explique tout d’abord le passage de réseaux informels de production et de distribution à la concentration croissante des opérateurs autour de quelques entreprises. Ensuite et surtout, Némésis Srour restitue un double processus entre Mumbaï et Dubaï : comment et pourquoi, d’une part, le cinéma indien se développe en direction de sa diaspora très nombreuse et de nouveaux marchés ; d’autre part, pour quelles raisons et de quelle manière Dubaï joue désormais un rôle central sur ce marché en investissant dans les productions culturelles et les nouvelles technologies de la communication pour préparer l’après-pétrole et lutter contre l’industrie cinématographique européenne et étatsunienne. La plate-forme Dubaï Media City et l’explosion des multiplexes fournissent deux exemples patents de cette stratégie.

19La troisième partie analyse la production et la circulation des productions culturelles de grande diffusion en portant davantage l’accent non seulement sur le fonctionnement d’espaces médiatiques nationaux (Maroc, Tunisie), à travers les politiques audiovisuelles et cinématographiques des États, mais aussi leurs relations privilégiées avec certains de leurs homologues étrangers, tout particulièrement la France. Autrement dit, cet ensemble vient rappeler l’importance de « localiser » ce qui est trop vite appelé « l’international ». L’approche par les langues (discours, pratiques) et les enjeux qu’elles cristallisent, qui est proposée par Catherine Miller dans son étude des politiques télévisuelles des chaînes de télévision marocaines à propos des séries nationales et étrangères, est très originale par rapport à l’ensemble de la littérature sur les médias en langue arabe (chapitre 12). Dans un univers national où les chaînes satellitaires étrangères et leurs feuilletons sont très regardés, des dirigeants de chaînes marocaines (ici ceux de 2M) promeuvent depuis les années 2000 le dialecte national (darija) à travers, d’un côté, le doublage des séries importées (américaines, indiennes, mexicaines, turques, etc.) et, de l’autre, mais dans une moindre mesure, des programmes nationaux de fiction et de téléréalité. Ce mouvement, tout comme plus largement la « libéralisation économique » de l’audiovisuel, s’inscrit dans des débats récurrents sur l’« identité nationale », la « marocanité », etc. dans lesquels la place du dialecte, tout particulièrement par rapport au français, des productions nationales sont des enjeux forts. L’auteur restitue ainsi ces débats, notamment à travers une étude de la presse nationale entre 2009 et 2012, en les replaçant dans l’histoire contemporaine du champ audiovisuel marocain. Catherine Miller explique à la fois les transformations des politiques étatiques visibles dans les cahiers des charges des chaînes et la manière dont les contraintes commerciales pèsent désormais davantage.

20Le chapitre signé Abdelfettah Benchenna poursuit cette analyse de l’articulation de la production et de la circulation des produits culturels entre différents espaces nationaux en prenant l’exemple des films de cinéma dits du Maghreb en France (chapitre 13). Dans une approche d’économie politique critique, qui s’appuie à la fois sur des données inédites du CNC et une série d’entretiens, l’auteur questionne tout d’abord à la fois la notion même de « films du pays du Maghreb » et la « nationalité » attribuée à ces œuvres. En effet, Abdelfettah Benchenna montre combien celles-ci (relevant quasi-exclusivement de la catégorie des films d’auteurs) sont majoritairement financées par le système d’aide étatique français et nombre de leurs auteurs vivent entre l’Afrique du Nord et l’Europe. Ensuite, il entre dans le détail de l’économie (au sens large) de la distribution en France des films produits ou coproduits au Maghreb et des rapports de force entre les différents protagonistes (auteurs, producteurs et distributeurs). Par exemple, il montre le poids des coproductions dans la distribution commerciale des films, du capital économique des distributeurs, des budgets alloués à la production et à la distribution, mais aussi la grande dispersion des distributeurs. Enfin, cette contribution est aussi une invitation à mieux comprendre en même temps l’offre proposée – quelles sont les thématiques dominantes de ces œuvres de fiction (immigration, domination masculine dans la société d’origine ou encore le fait divers politique) ? – mais aussi les attentes réelles ou supposées de la population en France, notamment des familles issues de l’immigration maghrébine.

21L’ultime volet proposé par Enrique Klaus aborde la production et la circulation des productions culturelles à travers leur encadrement juridique dans deux univers télévisuels nationaux (chapitre 14). Plus précisément, l’auteur revient dans une optique comparative sur les conditions de la création de deux instances de régulation des chaînes de télévision : la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) au Maroc au début des années 2000 et la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) après 2011. Après avoir expliqué comment ces deux institutions se construisent en rupture avec l’ordre ancien autoritaire, Enrique Klaus met en lumière les points de convergence entre les deux situations nationales, notamment les difficultés des deux instances à imposer leur autorité à l’égard des pouvoirs politiques et des opérateurs. Il décrit les conditions du redéploiement de la souveraineté de l’État sur le secteur en vue de contrecarrer le poids croissant des chaînes transnationales étrangères dans les audiences.

22L’entreprise collective dont résulte cet ouvrage n’est qu’une première étape en vue d’élargir et de structurer davantage un groupe de recherche pour favoriser de tels échanges, voire de réaliser des recherches collectives et/ou comparatives dans ce domaine stratégique. En effet, pour comprendre les luttes sociales, politiques, économiques, religieuses au sein de la région MENA mais plus largement à l’échelle internationale, l’étude des productions culturelles est un des terrains les plus féconds.

Bibliographie

Bourdieu, P., « Champ du pouvoir et division du travail de domination. Texte manuscrit inédit ayant servi de support de cours au Collège de France, 1985-1986 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, 2011, p. 126-139, [en ligne] DOI : 10.3917/arss.190.0126 [consulté le 3 octobre 2016].

Bras, J.-P., Chouikha, L., dir., Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée. Mondialisation, redéploiements et « arts de faire », Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2002.

Confluences Méditerranée, « Médias : stratégies d’influences », 2009/2, n° 69, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2009-2.htm [consulté le 3 octobre 2016].

Darras, E., « Les limites de la distance. Remarques sur les modes d’appropriations des produits culturels », in Regards croisés sur les pratiques culturelles, sous la dir. d’O. Donnat, Paris, La documentation française, 2003, p. 231-253.

De Angelis, E., dir., « Évolution des systèmes médiatiques après les révoltes arabes. Nouvelles directions de recherche », Égypte/Monde Arabe, n° 12, 3e série, 2015, [en ligne] https://ema.revues.org/3369 [consulté le 3 octobre 2016].

Gonzalez-Quijano, Y., Guaaybess, T., dir., Les Arabes parlent aux Arabes : la révolution de l’information dans le monde arabe, Arles, Actes Sud, 2009.

Gonzalez-Quijano, Y., Arabités numérique. Le printemps du Web arabe, Arles, Actes Sud, 2012.

Kent G. et Palmer J. (dir.), « L’Islam, les médias et la guerre. L’opinion publique dans le monde islamique », Questions de communication, n° 5, 2005.

Le Grignou, B., Du côté du public : usages et réceptions de la télévision, Paris, Economica, 2003.

Lamloum, O., dir., « Médias et islamisme », Les Cahiers de l’IFPO, n° 5, 2010, [en ligne] http://books.openedition.org/ifpo/1359 [consulté le 3 octobre 2016].

Mermier, F., dir., Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve & Larose, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2003.

Mermier, F., « Médias et espace public panarabe : de quoi parle-t-on ? », in Les Arabes parlent aux Arabes : la révolution de l’information dans le monde arabe, sous la dir. d’Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess, Arles, Actes Sud, 2009.

Mohsen-Finan K., dir., Les Médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud-Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 2009.

Najar, S., dir., Le Cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris, Karthala-Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2013.

Tawill-Souri, H., « Arab Television in Academic Scholarship », Sociology Compass, n° 2, 5, 2008, p. 1400-1415 [en ligne] DOI : 10.1111/j.1751-9020.2008.00155.x [consulté le 3 octobre 2016].

Winseck, D. R., Pike, R. M., Communication and empire : media, markets, and globalization, 1860-1930, Durham, Duke University Press, 2007.

Notes

1 Pierre Bourdieu définit cette notion de la manière suivante : « Le champ du pouvoir se définit comme l’espace des positions à partir desquelles s’exerce un pouvoir sur le capital sous ses différentes espèces. Il faut en effet distinguer entre la simple possession de capital (économique ou culturel par exemple) et la possession d’un capital conférant un pouvoir sur le capital, c’est-à-dire sur la structure même d’un champ, donc, entre autres choses, sur les taux de profit, et, par là, sur l’ensemble des détenteurs ordinaires de capital : ainsi, dans le champ économique, les “actionnaires de contrôle”, détenteurs de la véritable propriété économique, s’opposent aux petits porteurs, détenteurs de la propriété juridique du capital financier ; de même, dans le champ de production culturel, aux simples possesseurs de capital culturel s’opposent les possesseurs d’un pouvoir sur le capital culturel, et, notamment, sur la détermination des chances de profit (et de reproduction) assurées à ce capital  (par exemple, les auteurs consacrés et dotés, de ce fait, d’un pouvoir de consécration, mais aussi, et sans doute plus encore, les éditeurs, les critiques, les journalistes) ».

2 Le pluriel de l’expression vise à montrer qu’il ne s’agit non seulement pas d’homogénéiser, comme c’est le cas trop souvent, les pays majoritairement de langue arabe et/ou musulmans mais aussi de questionner l’idée qu’une telle zone au singulier serait pertinente d’un point de vue scientifique.

3 Ce projet est né d’une rencontre des deux coordinateurs et d’un constat d’isolement partagé faisant regretter la quasi-absence d’initiatives rassemblant les rares chercheurs qui travaillent sur les productions médiatiques au sens large dans les Instituts français de recherche à l’étranger (IFRE), situés dans les États majoritairement de langue arabe et/ou de religion musulmane, ainsi que des collègues en poste dans ces pays, sans prétention bien évidemment à l’exhaustivité. Rompre avec cet isolement apparaissait d’autant plus impérieux que des incitations institutionnelles étaient en mesure de soutenir la réalisation d’une telle rencontre. Le colloque, qui a eu lieu les 29 et 30 septembre 2014 à Rabat, n’aurait en effet pas été possible sans la dotation importante du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans ainsi que le soutien financier et logistique du Centre Jacques Berque (CJB, Rabat), de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA, Istanbul) auxquels nous sommes rattachés. D’autres institutions de recherche et d’enseignement) ont également apporté leur appui à ce projet : la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), le Centre d’études Inde/Asie du Sud (CEIAS), le Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM), l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), le Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LABSIC) et le programme ERC Wafaw. Que tous ceux qui ont contribué à cette initiative en soient remerciés.

4 Ces centres de recherche et ces revues sont abondamment cités au fil des pages de cet ouvrage, mais on retiendra notamment les travaux de Lila Abu-Lughod, Douglas Boyd, Joe Khalil, Marwan Kraidy, Noha Mellor, William Rugh, Tarik Sabry, Naomi Sakr et Christa Salamandra. Pour une analyse de cette littérature anglophone, on se reportera utilement à la synthèse d’Helga Tawill-Souri (2008).

5 Cet auteur, qui participe également à cet ouvrage, poursuit de manière hebdomadaire son analyse des transformations en cours dans les pays majoritairement de langue arabe à travers un blog (http://cpa.hypotheses.org/).

6 Franck Mermier (2009, p. 75-94) pointe bien ces problématiques normatives dans un article utile intitulé « Médias et espace public panarabe : de quoi parle-t-on ? ».

7 Dans le cas du Maghreb, on pense notamment au Groupe de Recherche International (GDRI) « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée » (COMMED).

© Centre Jacques-Berque, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable