Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Livre II : Le prolétariat marocain dans les villes du nord

Chapitre III. Les travailleurs marocains au service de l’économie européenne

Texte intégral

1Lorsqu’on observe les bidonvilles, on est frappé de l’importance numérique des commerçants et plus encore de celle des artisans et de ceux qui, sur place, pratiquant de petits métiers, contribuent ainsi à rendre possible la vie matérielle de la collectivité dans son ensemble. Mais il est bien évident que cette activité est en quelque sorte parasitaire. Ce qui fait vivre l’agglomération prolétarienne, c’est l’argent gagné chez les entrepreneurs et industriels occidentaux. La main-d’œuvre productrice est celle du port, des usines et manufactures, des transports et des services publics. Dans une moindre mesure, parce que proportionnellement moins nombreux, les employés, fonctionnaires, domestiques bénéficient aussi de ressources importantes.

  • 171 D’après A. Adam.

2Quelques observations suffisent à nous convaincre de la liaison très étroite qui existe entre les agglomérations prolétariennes et la ville européenne. En entrant dans une berraka, on est souvent frappé par la présence d’un objet jusqu’ici inconnu dont la signification est évidente : le réveil-matin, qui trône en bonne place au foyer comme le maître nouveau de la vie familiale171. À son signal, l’homme surgit du sommeil et comme un Occidental se précipite au travail. Dès six heures du matin, on peut voir aux environs de Ben Msik, à Casablanca, des milliers de bicyclettes entraîner sur les pentes descendantes les « zoufriat » vers leur lointaine usine. Il n’est enfin que de parcourir les derbs et les karian, en liesse le samedi soir, après la paye, ou d’observer la foule enfantine le dimanche matin – le jour où l’argent est facile – qui assiège les marchands de beignets pour constater le rôle dominateur de l’économie moderne sur ces agglomérations de ruraux transplantés.

3Nous verrons plus loin l’importance et le rôle du commerce et de l’artisanat plus ou moins traditionnels. Il convient d’abord d’étudier les conditions de travail des immigrants passés au service de l’économie moderne. Nous ne pouvons pas présenter aujourd’hui, dans cet essai, un tableau complet de cet aspect important de la vie du prolétariat marocain des cités. Mais à défaut d’une étude exhaustive, nous pouvons faire état d’une enquête limitée conduite à Casablanca et à Safi. Nous pensons que ses enseignements sont valables pour les autres villes.

4Nous disposons, dans ce domaine, de moyens sérieux d’investigation. Comme, en effet, les employeurs européens tiennent avec régularité des feuilles de paye, observent la qualité et la stabilité de la main-d’œuvre, collaborent en général correctement avec l’autorité pour l’application des règles d’assistance sociale – qu’ignorent souvent, hélas, les employeurs musulmans, on peut recourir à une enquête méthodique, conduite auprès des entreprises modernes, pour étudier de plus près les conditions dans lesquelles le prolétaire marocain venu des tribus s’adapte aux conditions nouvelles de son existence.

  • 172 Avec l’aide précieuse du commandant Maneville et de M. Hubert.
  • 173 Nous n’avons ici étudié en détail que les plus importantes, celles qui ont plus de 150 ouvriers mar (...)

5L’enquête a été dirigée par nos soins à Casablanca172 avec l’appui d’un grand nombre d’entreprises173 qui ont bien voulu répondre à l’appel de la Chambre de commerce du cette-ville. Elle a porté sur 13 500 personnes. Chaque travailleur a fait l’objet d’une fiche assez complète remplie par l’employeur.

  • 174 On peut raisonnablement estimer qu’il s’agit des 3/10 de la population ouvrière de Casablanca dont (...)

6En déduisant de ce nombre, d’abord, un millier environ d’Israélites qui appartiennent à un groupe social différent, obéissant à d’autres lois économiques et familiales, puis les enfants musulmans demeurés sous la tutelle de leurs parents exerçant de petites professions réglementées (cireurs et porteurs), enfin les femmes utilisées, en faible proportion, dans des emplois permanents (on n’a pas recensé celles qui travaillent irrégulièrement dans les conserveries), le nombre des musulmans adultes se réduit à 10 844174. À Safi, dans les mêmes conditions, 2 366 travailleurs ont été dénombrés et étudiés. Ces recensements ont permis d’établir des cartes, des graphiques et des tableaux statistiques dont nous nous proposons, surtout pour Casablanca, de commenter ici les enseignements.

Cartes des origines ethniques des travailleurs175

  • 175 Cf. les cartes de l’origine ethnique des ouvriers, F. XXVI, pl. 60 et 61.

7Établies pour Casablanca et Safi, ces cartes ne nous présentent qu’une image imparfaite du peuplement prolétarien de ces deux centres. En effet, la masse considérable des commerçants, venus en majorité de l’Anti-Atlas, n’apparaît pas dans ce recensement, non plus que les tolba, les anciens militaires, ni tous les éléments dont la capacité productive est inférieure et qui survivent paisiblement à l’épreuve des mauvaises années dans une demi-oisiveté, ce qui est le cas fréquent en particulier chez les nomades venus des confins sahariens. Du moins cette carte vient-elle heureusement compléter les éléments statistiques provenant de l’enquête conduite dans les tribus.

8On observe d’abord aisément l’ampleur de la région dans laquelle les cités modernes exercent sur les hommes une attraction presque irrésistible. Son rayon est de 200 kilomètres environ pour Casablanca, de 60 kilomètres pour Safi.

  • 176 La pluviométrie au Tadla est en effet assez élevée, et les écarts moyens sont assez faibles. D’autr (...)
  • 177 Cf. plus haut, p. 176.

9Pour Casablanca, le faible apport de la zone des Rehamna-Serarhna a été signalé et expliqué précédemment. L’importance de l’émigration du Tadla est mise en évidence, mais ses causes nous sont encore mal connues176. L’afflux massif des Draoua correspond à ce que nous savions déjà par l’enquête en tribu, et aussi l’absence des habitants des oasis du Haut-Dra et du Dadès, sollicités par l’Algérie, la région de Meknès et les grands travaux de la plaine de Marrakech. L’abstention presque complète des tribus du nord du Maroc et du Moyen-Atlas est évidente. La participation des éléments de la nouvelle génération provenant de Casablanca ou originaire des autres villes demeure proportionnellement assez réduite, ce qui s’explique en raison du caractère récent du peuplement des cités côtières (4/5 des immigrants étant arrivés depuis 1930). Pour l’ensemble des ouvriers dénombrés à Casablanca la répartition ethnique et géographique est donnée par les statistiques précédentes177. Pour Safi, la carte met en évidence la faible importance du peuplement ouvrier venu des zones lointaines et le rôle secondaire des éléments venus du sud.

  • 178 Cf. plus loin, chapitre IV, p. 238, tableau note 11.

10Il est intéressant de noter, selon l’origine ethnique, la proportion de célibataires dans le nombre total d’ouvriers de chaque provenance. Si l’on excepte les pourcentages élevés de Casablanca où les célibataires sont très nombreux puisqu’il s’agit de la jeune génération à peine adulte (42,8 %) et de ceux qui viennent des autres villes (24,3 %), chiffres qui montrent la faveur dont jouit l’industrie moderne auprès des néo-citadins, on observe avec intérêt que les jeunes gens qui quittent leur tribu avant le mariage pour venir travailler dans les usines sont en proportion plus forte que ceux qui proviennent de l’Anti-Atlas (26,5 %) et du pays du Tadla (23,3 %). D’autre part, des régions lointaines qui ne participent que pour une part numériquement faible au peuplement prolétarien donnent cependant, et c’est aisément explicable, un plus grand nombre de jeunes gens célibataires qui viennent courir l’aventure dans les villes (Maroc oriental, 22,5 %)178.

11Nous nous sommes efforcés surtout, avec la collaboration des employeurs, d’étudier dans un certain nombre de grandes entreprises, en fonction de l’origine ethnique ou géographique de la main-d’œuvre, la spécialisation, la stabilité et le rendement des divers groupes d’ouvriers.

12La spécialisation de cette main-d’œuvre d’immigrants récents n’est évidemment pas très poussée. Les 9/10 des travailleurs n’ont pratiquement à remplir que des fonctions de manœuvres sans spécialité, et ils sont également aptes à servir dans des chantiers et usines les plus variés après quelques mois d’accoutumance. Nous nous sommes donc bornés à noter la spécialisation du travailleur en fonction des 7 degrés suivants : 1° cadre ; 2° hautement qualifié ; 3° qualifié ; 4° spécialisé ; 5° manœuvre spécialisé ; 6° manœuvre sans spécialité ; 7° apprenti.

  • 179 Le caractère subjectif des appréciations données selon un code aussi simplifié est inévitable. Nous (...)

13Encore devons-nous ajouter que beaucoup d’employeurs ont confondu souvent dans une même notation les trois premières catégories179.

14La stabilité dans l’entreprise est beaucoup plus facile à fixer et se laisse chiffrer aisément. On a distingué sept degrés entre les employés et ouvriers présents à l’entreprise depuis : 1° moins de 3 mois ; 2° moins de 6 mois ; 3° moins de 1 an ; 4° moins de 2 ans ; 5° moins de 3 ans ; 6° moins de 5 ans ; 7° plus de 5 ans.

15La subjectivité reparaît dans l’appréciation du rendement selon les 5 degrés suivants : 1° très bon ; 2° bon ; 3° moyen ; 4° passable ; 5° médiocre. Sous ce vocable de « rendement » sont assurément confondus le plus souvent par les employeurs les capacités techniques et l’esprit de discipline. En fait, comme, d’autre part, il ne sera pas possible de comparer la manière d’apprécier la spécialisation et le rendement d’une entreprise à l’autre, l’étude statistique devra être faite pour le cas particulier que représente chaque maison.

16Les entreprises étudiées ici peuvent être classées dans les catégories suivantes :

171° Entreprises d’Etat, grosses entreprises et corporations diverses (porteurs, cireurs) dans lesquelles l’enquête porte sur des quantités importantes d’ouvriers (plus de 400) et pour lesquelles joue la « loi des grands nombres ». Il arrive souvent, il est vrai, dans ces entreprises que la main-d’œuvre soit mal connue, parce que trop nombreuse.

182° Moyennes entreprises (300 à 100 travailleurs), où les ouvriers sont souvent plus spécialisés et mieux connus individuellement. Mais la loi des grands nombres ne joue plus aussi clairement, et il est souvent nécessaire de classer les appréciations selon des degrés beaucoup moins nombreux, en procédant à des regroupements.

193° Petites entreprises, pour lesquelles il faut nécessairement regrouper les fiches. L’étude des statistiques ne peut porter, en fait, dans ce cas, que sur l’origine ethnique des travailleurs.

20Pour simplifier, nous avons ici classé l’origine des ouvriers et employés en ce qui concerne l’étude de la spécialisation, de la stabilité et du rendement en cinq grands groupes : Chleuhs du Sous (au sens large) ; habitants des oasis et du Dra ; sédentaires arabisés de la côte atlantique-sud (Doukkala, Abda, Chiadma) ; habitants de la plaine arabisée (Ahmar, Chaouïa, Tadla, plaine de Marrakech) ; Casablanca (et parfois autres villes).

21Les autres éléments ethniques qui n’apparaissent que dans une proportion bien moindre ont été presque toujours négligés dans cette étude comparative des qualités de la main-d’œuvre. Quelquefois cependant, nous avons fait des exceptions dans le cas d’« essaims » assez nombreux (par exemple les Arabes du Noun à la Compagnie sucrière).

Entreprises ayant une main-d’œuvre nombreuse

A. Les Travaux publics

22Cette administration technique utilise 673 ouvriers. Leur âge (25 % ont plus de 50 ans) montre la stabilité des emplois, conséquence sans doute d’une tendance au fonctionnarisme. 80 % habitent les parties de la ville et de la banlieue construites « en dur » et le reste en bidonville.

23La spécialisation dans les degrés 1, 2, 3 et 4 est meilleure chez les ouvriers originaires de Casablanca (58 %), viennent ensuite les sédentaires arabisés (51 %). Le recrutement des divers éléments ethniques se ressent évidemment de l’ancienneté de l’entreprise.

24La stabilité à long terme (plus de 5 ans) est nettement meilleure chez les Chleuhs (48 %), viennent ensuite dans l’ordre, gens d’oasis (43 %), sédentaires arabisés (33 %), habitants des plaines arabes (30 %), Casablancais (32 %).

25Le rendement, si l’on excepte les éléments casablancais qui sont les plus nombreux au degré supérieur (13 %) (sans doute les plus spécialisés), est nettement meilleur dans le degré 2 chez les Chleuhs (76 %) et chez les habitants d’oasis (76 %), puis viennent ceux de la plaine atlantique (63 %), les sédentaires arabisés de la côte (53 %) et enfin le « tout venant » de Casablanca (43 %).

26En résumé, les sédentaires du sud (Chleuhs et oasis), médiocrement spécialisés, donnent, dans les postes moyens, un meilleur rendement et sont bien plus stables à la longue que les autres. Les Casablancais, parfois excellents, sont fort inégaux et instables.

Tableau A. Travaux publics
673 ouvriers musulmans (dont 149 d’origines diverses non classés ici)

Tableau A. Travaux publics673 ouvriers musulmans (dont 149 d’origines diverses non classés ici)

B. Le Service de nettoiement

27Il s’y trouve 933 ouvriers musulmans. Ce service technique, qui a été placé sous le contrôle de la municipalité, requiert un personnel régulier, modeste et dévoué. Ce sont presque tous des ruraux d’origine. 25 % ont plus de 50 ans, ce qui indique une forte tendance à la fonctionnarisation. 80 % habitent, comme dans l’entreprise précédente, hors des bidonvilles.

28Si nous classons ces employés en 4 catégories géographiques principales – les autres étant négligées : Chleuhs, gens d’oasis, sédentaires arabisés et habitants de la plaine atlantique, nous pouvons caractériser chacune d’elle de la manière la plus nette.

29La spécialisation la plus poussée (aux degrés 1, 2, 3) s’observe chez les Chleuhs (12 %) et les gens d’oasis (11 %), puis viennent les sédentaires arabisés (8 %), enfin les Arabes de la plaine atlantique (6 %).

30Les plus stables sont les Chleuhs (54 %) et les gens d’oasis (47 %). Viennent ensuite les sédentaires arabisés (40 %) et les Arabes (30 %).

31Les rendements supérieurs (degré 1) s’observent chez les Chleuhs (34 %) et gens d’oasis (39 %) et beaucoup moins chez les sédentaires arabisés (25 %) et les Arabes (26 %). Dans les rendements moyens (degré 2), les Arabes de la plaine atlantique viennent en tête (42 %), puis les Chleuhs et habitants d’oasis (39 %).

32Le recrutement de ces employés affecte une forme tribale particulièrement accusée. On note dans cette entreprise l’existence d’« essaims » de Zenaga (16 habitent l’ancienne médina), de gens de Tazenakht (21 à la nouvelle médina), des Sektana de Taliouine (34 à la nouvelle médina), d’Oulad Bou Sbaa (12 à la nouvelle médina), des Touggana (11 à Ben Msik), de Serarhna (31 à la nouvelle médina). Le climat social favorable qui peut retenir les Marocains du sud paraît ici bien établi.

Tableau B. Service du nettoiement
933 ouvriers musulmans (dont 115 d’origines diverses non classés ici)

Tableau B. Service du nettoiement933 ouvriers musulmans (dont 115 d’origines diverses non classés ici)

C. Parcs, jardins et plantations

33Cette entreprise technique de caractère administratif utilise 392 travailleurs, dont le recrutement est presque exclusivement rural. On ne s’étonnera pas d’y trouver les sédentaires du sud, habitués aux cultures irriguées, particulièrement nombreux (43 %). Ils s’y distinguent ; ce sont eux qui fournissent les spécialistes les plus « poussés » (aux degrés 1, 2, 3 ; 8 % contre 1 et 2 % chez les Arabes et arabisés) ; à un degré moindre de spécialisation (degré 4), ils l’emportent encore (12 % contre 10 et 2 %).

34Dans la stabilité de longue durée, ce sont encore les Chleuhs et les Draoua les meilleurs (56 %) contre 38 % chez les arabisés et 33 % chez les Arabes. On note cependant un fléchissement dans la stabilité de 3 à 5 ans chez les sédentaires du sud, qui aiment retourner chez eux (11 % de Chleuhs et 17 % d’oasiens), tandis que les Arabes et les arabisés possédant cette ancienneté relative sont alors plus nombreux (20 et 25 %).

35Le rendement montre l’excellence des gens d’oasis et des Chleuhs dans la classe supérieure (degré 1 ; 10 à 8 %), dont les autres sont absents ; dans la seconde (degré 2), ils l’emportent encore (36 et 34 %) sur les Arabes et les arabisés (27 et 28 %).

36Il s’agit, on le voit, de différences d’appréciation qui sont de l’ordre de 10 ou 15 % entre les groupes ethniques les plus doués et les plus médiocres.

Tableau C. Parcs – jardins – plantations
392 ouvriers musulmans (dont 53 d’origines diverses non classés ici)

Tableau C. Parcs – jardins – plantations392 ouvriers musulmans (dont 53 d’origines diverses non classés ici)

D. La Régie des tabacs

37Cette Régie, qui emploie 423 Musulmans, dont une partie du personnel musulman vient de Tanger, fait une part bien plus large que dans les autres entreprises au personnel originaire des villes (39 % contre 30 % de la plaine atlantique). Les sédentaires arabisés de la côte comptent seulement pour 13 % et les Chleuhs et gens d’oasis pour 18 %. Si l’on observe la spécialisation, les citadins et les Chleuhs (joints aux gens d’oasis) sont à peu près à égalité dans les postes les plus spécialisés (3 et 4) avec respectivement 19 et 21 % contre 9 % et 10 % chez les Arabes et les arabisés.

38Les Chleuhs l’emportent nettement en stabilité à long terme (84 %), mais ils sont plus instables que les autres au début de leur emploi. Viennent ensuite les citadins (53 %) et les Arabes (47 %) et les arabisés (39 %).

39Dans la catégorie de rendement « supérieur » l’avantage est nettement en faveur des Chleuhs et des gens d’oasis. Pour les rendements du degré 2, on note encore chez ces derniers une proportion de 38 % contre 33 % et 35 % chez les autres groupes géographiques.

40Malgré la forte proportion des citadins et le petit nombre des Chleuhs et des Draoua, l’avantage revient donc dans l’ensemble aux gens du Sud, dont la supériorité se manifeste dans la proportion d’environ 5 à 10 % dans les divers domaines. Les moins appréciés sont les sédentaires arabisés de la côte.

41Citons pour mémoire deux corporations contrôlées par l’autorité, pour lesquelles on ne peut étudier que la composition ethnique.

Tableau D. Régie des tabacs
423 ouvriers musulmans (dont 27 d’origines diverses non classés ici)

Tableau D. Régie des tabacs423 ouvriers musulmans (dont 27 d’origines diverses non classés ici)

E. Les cireurs

42Au nombre de 264, dont 93 au moins ont moins de 13 ans et 113 entre 13 et 16 ans, ce sont des fils d’ouvriers ou de commerçants qui travaillent dans la ville. Dans la proportion de 37 %, ils sont originaires de l’Anti-Atlas ; 11 % d’autres régions du Sous, 19 % de Casablanca (seconde génération de ruraux). Il s’agit d’une profession dans laquelle les jeunes enfants venus du sud avec leurs pères font souvent leur apprentissage à la vie citadine.

F. Les porteurs du marché

43De tout âge, ils semblent au contraire représenter, dans un métier de très pauvre profit et n’exigeant aucune préparation, un échantillonnage assez exact des divers éléments ethniques, Juifs émigrés compris. Les Musulmans sont jeunes, les Juifs sont vieux (en tout 67 dont 29 ayant plus de 50 ans). La répartition ethnique est la suivante : Chaouia 17 %, plaine arabisée du sud 31 %, sédentaires arabisés de la côte 15 %, Dra et oasis 6 %, Chleuhs 15 %, Casablanca 8 %, autres villes 3 %, divers 5 %.

44On notera la présence de quelques « essaims » : 55 du Tadla, 10 du cercle de Taroudant, 7 des Ourika, 15 des Koreimat, 15 de Berréchid.

G. L’Usine des chaux et ciments

45Il s’agit d’une solide entreprise, ayant réglé habilement les problèmes de recrutement des ouvriers marocains en s’attachant des groupes familiaux de travailleurs qui connaissent la maison et l’apprécient. Le hasard n’intervient donc pas dans la composition ethnique de la main-d’œuvre. Presque tout le personnel habite les cités ouvrières (54 %) ou les Carrières centrales, toutes proches de l’usine (32 %).

46Les proportions ethniques de la main-d’œuvre sont les suivantes ; Chleuhs 44 %, Dra et oasis 12 %, sédentaires arabisés 11 %, Arabes de la plaine atlantique 18 %, Casablanca 3 %, divers 12 %.

47La spécialisation est extrêmement réduite, presque tous les ouvriers étant de simples manœuvres. Cependant, on note dans la catégorie des manœuvres spécialisés un net avantage au profit des sédentaires arabisés (9 %). Chleuhs et Arabes viennent ensuite (6 %), les plus frustes sont les Draoua (3 %). Les Casablancais sont trop peu nombreux pour que la statistique soit valable sur ce point (10 %).

Tableau G. L’usine des chaux et ciments
614 ouvriers musulmans (dont 135 d’origines diverses non classés ici)

Tableau G. L’usine des chaux et ciments614 ouvriers musulmans (dont 135 d’origines diverses non classés ici)

48La stabilité la plus grande, à long terme, s’observe chez les Chleuhs (52 %), viennent ensuite les habitants d’oasis (41 %), les sédentaires arabisés (31 %). Les moins stables sont les Arabes de la plaine atlantique (24 %). Un fléchissement de stabilité s’observe plus marqué que dans les autres groupes après la deuxième année chez les Chleuhs et Draoua, qu’il est à ce moment difficile d’empêcher de retourner au pays. L’usine accepte avec sagesse assez souvent qu’ils soient remplacés par des parents.

49Le rendement le meilleur (degrés 1, 2, 3) s’observe chez les Chleuhs (24 %), les Arabes (19 %), puis viennent les arabisés (16 %), enfin les Draoua (11 %).

50Les Draoua sont inférieurs, sauf dans le domaine de la stabilité. Mais ce facteur est très apprécié de l’employeur qui, d’une manière générale, donne sa faveur délibérément aux travailleurs venus du sud, de préférence à ceux qui proviennent d’autres régions.

H. La Compagnie sucrière

51Très grosse entreprise qui utilise 1 474 ouvriers marocains et qui dispose d’une importante cité, la Compagnie sucrière semble dans son recrutement, par contraste avec l’entreprise précédente, n’avoir pas jusqu’ici adopté une ligne de conduite fixée à l’avance. Le jeu des contingences est donc libre, compte tenu cependant du rôle que jouent, dans le recrutement sur le « marché local » de la main-d’œuvre, 50 « caporaux », ouvriers anciens utilisés à l’encadrement des équipes.

52Presque tous étant des travailleurs de force, ce sont des hommes jeunes (90 % ont entre 16 et 50 ans). 30 % vivent dans les cités ouvrières, 50 % aux Carrières centrales, 20 % dans le reste de l’agglomération prolétarienne.

53Pour l’ensemble, les proportions de la main-d’œuvre par catégories ethniques sont les suivantes : Arabes de la plaine atlantique, 50 % ; sédentaires arabisés de la côte, 13 % ; Chleuhs, 26 % ; gens d’oasis, 3 % ; divers, 8 %. La part des Casablancais est très réduite.

54La répartition ethnique des ouvriers qui logent dans la cité et qui ont donc été sélectionnés à l’usage, en raison des services rendus, est de 49 % d’Arabes de la plaine atlantique, 14 % de sédentaires arabisés, 32 % de Chleuhs, 3 % de gens d’oasis, 2 % de divers. Seuls les Chleuhs ont conquis dans la cité une place supérieure que leur vaudrait leur nombre.

Tableau H. La Compagnie sucrière
1 474 ouvriers musulmans (dont 125 d’origines diverses non classés ici)

Tableau H. La Compagnie sucrière1 474 ouvriers musulmans (dont 125 d’origines diverses non classés ici)
  • 180 Nous avons ici traité à part ce petit groupe d’Azouafid, qui semble particulièrement acclimaté, bie (...)

55Nous avons étudié spécialisation, stabilité et rendement pour les Chleuhs, les sédentaires arabisés et les Arabes de la plaine atlantique et examiné aussi à part un groupe d’Arabes du Noun (26 Azouafid)180. Les résultats sont les suivants : la spécialisation, très peu poussée d’ailleurs, donne l’avantage aux Arabes du Noun (8 %), viennent ensuite Chleuhs et sédentaires arabisés (4 %), les moins bons étant les Arabes (2 %).

56La stabilité à long terme suit pour les mêmes groupes l’ordre suivant : 34 % (Noun), 26 % (Chleuhs), 22 % (sédentaires arabisés), 18 % (plaine atlantique).

57Les rendements aux degrés 1 et 2 se présentent pour ces divers groupes ethniques dans la même succession ; 15 %, 13 %, 8 %, 6 %. Il s’agit, dans l’ensemble, de caractéristiques très régulières faisant apparaître entre les groupes des différences de 5 à 10 %.

58On constate l’existence de nombreux « essaims » : à la cité, ce sont les Azouafid (10), les Menabha (12), les Arabes originaires de la région de Fqih ben Salah (10) et de Dar ould Zidouh (13). Aux Carrières centrales sont établis 58 Menabha, 10 Azouafid, 75 ressortissants de Fqih ben Salah, 69 de Beni Meskine, 10 de Oulad bou Sbaa. Ces essaims seraient à étudier en tenant compte de l’origine des caporaux.

59Ce qui fait la valeur de cet exemple, c’est, d’une part, le nombre d’ouvriers qui renforce la valeur des moyennes et, d’autre part, l’absence, dans le recrutement du personnel, d’une politique déterminée.

I. La Manutention marocaine

60Chargée de l’exploitation du port de Casablanca en même temps que du service de la halle aux poissons, la Manutention comporte un double personnel. D’une part, celui des services techniques – 743 employés et ouvriers – seul étudié ici par le moyen des fiches individuelles, d’autre part, celui des dockers.

61Les dockers, ou portefaix, au nombre d’environ 1 700, appartiennent eux-mêmes à trois catégories : les caporaux, qui ne bénéficient, en principe, que d’une très légère prime (5 francs par jour), les portefaix ou les dockers permanents, les occasionnels, dits « volants » (munis d’une carte et embauchés à la journée suivant les besoins). Portefaix ou ouvriers des services techniques, ceux qui ont plus de cinq ans de permanence ont l’avantage d’un statut.

Tableau I. Manutention marocaine (services techniques)
743 ouvriers musulmans (dont 56 d’origines diverses non classés ici)

Tableau I. Manutention marocaine (services techniques)743 ouvriers musulmans (dont 56 d’origines diverses non classés ici)
  • 181 Le mot kabran, néologisme, s’est ici substitué au vocable traditionnel moqaddem.

62Les portefaix, qui travaillaient naguère à la tâche, ce qui activait le travail, mais parfois au détriment de la qualité du service, sont loués aujourd’hui à la journée. Le rôle des recruteurs (originaires : 1 des guichs, 3 de Casablanca, 1 de Mauritanie, 1 d’Azemmour) et des caporaux, kabran181, paraît important. Chaque caporal encadre dix hommes, dont plusieurs appartiennent souvent à la même tribu que lui. Il est très difficile d’apprécier le rendement des équipes, qui d’ailleurs ne sont pas toujours composées de la même manière. Comme le rendement individuel des portefaix dans l’équipe n’est connu que du kabran, dont l’objectivité peut d’ailleurs être contestée, toute étude statistique est ici impossible par les procédés que nous avons employés.

63Dans les services techniques, 20 % du personnel a plus de 50 ans, ce qui s’explique en raison du caractère administratif et technique de l’entreprise. 55 % habitent la médina, proche du port, 31 % la nouvelle médina.

64Dans les services techniques, le personnel, dont les fonctions sont très variées (gardiens, mécaniciens, marins, chaouchs, ouvriers spécialisés, personnel de la halle aux poissons), se recrute selon son origine ethnique dans les proportions suivantes : Chleuhs, 17 % ; sédentaires arabisés de la côte sud, 24 % ; Arabes de la plaine atlantique, 33 % ; Dra et oasis, 2 % ; Casablanca, 18 % ; divers, 6 %. Ce recrutement particulier s’explique si 1’on tient compte de l’origine ancienne des services du port et de l’attraction exercée, au début, sur les tribus de la périphérie.

  • 182 On a ici joint aux Arabes de la plaine atlantique les semi-sédentaires du Moyen-Atlas, en nombre in (...)

65Les caractéristiques de spécialisation, stabilité et rendement des divers groupes ethniques sont les suivantes182 :

66La spécialisation, dans les degrés 1, 2, 3, est très nettement à l’avantage des Casablancais, ils y figurent pour 56 %. Viennent ensuite les sédentaires arabisés du sud, 20 %, et les Arabes de la plaine atlantique, 20 %, puis les Chleuhs, 15 %. La primauté qu’ont ainsi acquise les Casablancais les mieux formés s’explique par l’ordre chronologique dans lequel s’est recruté le personnel, choisi tout d’abord dans le personnel local du vieux port.

67En ce qui concerne la stabilité à long terme (degré 7), on observe l’ordre inverse : Chleuhs 50 %, sédentaires arabisés 34 %, Arabes de la plaine atlantique 28 %, Casablancais 24 %. C’est dans la stabilité réduite (2 à 3 ans) que les Chleuhs et Arabes donnent les chiffres les plus faibles (10 %) et les Casablancais, les plus élevés (22 %).

68L’étude des meilleurs rendements montre que l’avantage appartient aux Casablancais, les mieux formés (18 %), les autres groupes ethniques venant ensuite sensiblement à égalité (de 10 à 12 %). Au degré 2 les Chleuhs reprennent nettement l’avantage (70 %), puis viennent les Arabes (64 %), les sédentaires arabisés (61 %), enfin les Casablancais (56 %).

69Ces chiffres mettent en évidence les conclusions suivantes : les Casablancais bénéficient, en raison de leur meilleure formation technique, d’un très net avantage de spécialisation. Ils sont généralement peu stables. Les Chleuhs et les Draoua, moins instruits et moins « débrouillards » dans l’ensemble pour les postes élevés, se distinguent par leur fidélité à l’entreprise et au total donnent, en masse, les meilleurs rendements, de beaucoup.

J. Les Établissements Carnaud

70Cette industrie, qui fabrique des conditionnements de conserves, utilise 601 ouvriers musulmans, dont les 92 % ont entre 16 et 50 ans. Pour 79 %, ils habitent la nouvelle médina ou les Carrières centrales et 10 % à Ben Msik.

71Le personnel est constitué pour 40 % d’Arabes de la plaine atlantique, 15 % de sédentaires arabisés de la côte sud, 15 % de Casablancais, 19 % de Chleuhs et habitants du Noun et des oasis, 11 % d’origines diverses.

72La spécialisation, aux degrés 3 et 4, est à l’avantage des sédentaires arabisés (8 %) contre 5, 4 et 2 % aux Arabes de la plaine, Casablancais et Chleuhs. Pour le degré 5 (manœuvres spécialisés), les Chleuhs ont un avantage très marqué (59 %) sur les sédentaires arabisés (41 %) et les Arabes (30 %). Les Casablancais s’y classent mal (31 %).

73La stabilité, calculée au-dessus de trois années (degrés 6 et 7), donne l’avantage aux sédentaires arabisés (31 %), puis aux Chleuhs (29 %), les moins stables étant les Arabes de la plaine atlantique (21 %).

74Le rendement (degrés 1 et 2) permet ici de classer en tête les Arabes de la plaine atlantique (37 %), puis les sédentaires arabisés (33 %) et les Chleuhs (27 %), les Casablancais arrivent les derniers (25 %).

75Ces résultats sont moins nets que ceux des entreprises casablancaises. Nous tenons à signaler ce cas légèrement discordant qui s’explique peut-être par un effort spécial de sélection individuelle.

Tableau J. Etablissements Carnaud
601 ouvriers musulmans (dont 60 d’origines diverses non classés ici)

Tableau J. Etablissements Carnaud601 ouvriers musulmans (dont 60 d’origines diverses non classés ici)

Entreprises d’importance moyenne

76Ce sont celles qui ont entre 400 et 100 ouvriers. Dans les calculs statistiques, la loi des grands nombres perd ici de son empire. Les facteurs individuels viennent aisément modifier, d’une manière accidentelle, les pourcentages. Aussi faut-il se contenter de statistiques plus sommaires, de catégories plus vastes, en groupant les divers degrés de manière à composer des tableaux plus simples. En revanche, les ouvriers sont mieux connus, souvent mieux sélectionnés, plus stables. Le rendement est mieux apprécié, avec plus d’attention, bien que selon des normes différentes d’une maison à l’autre. C’est en tenant compte de ces indications générales qu’on interprétera les tableaux statistiques établis pour six entreprises.

K. Les Brasseries du Maroc

77Elles emploient 388 ouvriers dont 88 % ont entre 16 et 50 ans, 76 % habitent dans la nouvelle médina ou aux Carrières centrales. La spécialisation est extrêmement peu marquée (plus de 98 % sont des manœuvres). La proportion d’éléments du sud est forte. Les Chleuhs et les Draoua composent 41 % de l’effectif, les sédentaires arabisés 15 %, les Arabes de la plaine atlantique 33 %, les Casablancais 7 %, divers 4 %.

78On note ici la présence de plusieurs « essaims » : 44 travailleurs sont originaires des tribus berbères entourant Taroudant (dont 30 vivent dans l’ancienne médina), 10 proviennent des Mtougga (nouvelle médina), 12 des Oulad Sidi Ben Daoud, des Chaouïa du sud.

79La spécialisation (degrés 1, 2, 3, 4, 5) est à l’avantage des Chleuhs (11 %) contre 5 % aux Arabes et arabisés, viennent ensuite en dernier les Casablancais (4 %). La stabilité à long terme (degrés 6 et 7) donne l’avantage aux Chleuhs (47 %), puis viennent les Casablancais (36 %) et les Arabes et arabisés (24 %). La stabilité entre 2 et 3 ans est particulièrement faible chez les Chleuhs (9 %) contre 14 % aux Arabes et arabisés.

80Le rendement est nettement favorable aux Chleuhs aux degrés 1 et 2 : respectivement 14 % et 51 % aux Chleuhs, 6 % et 42 % aux Arabes et arabisés, 8 % et 32 % aux Casablancais.

Tableau K. Brasseries du Maroc
388 ouvriers musulmans (dont 14 d’origines diverses non classés ici)

Tableau K. Brasseries du Maroc388 ouvriers musulmans (dont 14 d’origines diverses non classés ici)

L. Tramways et autobus

81Il s’agit d’une entreprise qui n’est pas favorable au groupement des travailleurs qui, dans leur tâche journalière, comme conducteurs ou receveurs, sont isolés les uns les autres. On ne trouvera donc pas ici d’« essaims ». De plus, le recrutement est très varié : 15 % de Chleuhs et de gens d’oasis, 17 % de sédentaires arabisés, 33 % d’Arabes de la plaine atlantique, 28 % de Casablanca, 7 % divers. Ce sont déjà des petits-bourgeois qui n’habitent ni aux Carrières centrales, ni à Ben Msik (21 % sont établis à Derb Rhallef). L’effectif reste jeune : 92 % ont entre 20 et 50 ans. Il est particulièrement intéressant dans ce cas de noter les aptitudes individuelles.

Tableau L. Tramways et autobus
217 travailleurs (dont 13 d’origines diverses non classés ici)

Tableau L. Tramways et autobus217 travailleurs (dont 13 d’origines diverses non classés ici)

82La spécialisation (degrés 1, 2, 3, 4, 5) est à l’avantage des Chleuhs (42 %), puis viennent les arabisés (40 %), les Arabes (25 %) et les Casablancais (10 %). Il faut dire que pour les Chleuhs, l’attrait est double, de la machine à faire rouler et de la place régulière « au mois ». Aussi s’efforcent-ils d’être très stables (75 %) contre 53 %, 51 %, 33 % aux autres groupes dans l’ordre déjà indiqué.

83Les proportions d’ouvriers ayant des rendements « très bons » et « bons » – aux degrés 1 et 2 – suivent à peu près le même ordre : 27 % pour les Chleuhs, 20 % pour les Arabes de la plaine atlantique, 111 % pour les sédentaires arabisés, 8 % pour les Casablancais. Ces derniers, à tous égards, se classent en dernier.

84Cette analyse est particulièrement intéressante à méditer.

M. Les Huileries du Maroc

85Elles utilisent 275 ouvriers musulmans. Les Casablancais n’y figurent que pour 3 %. Les Chleuhs sont 23 %, les sédentaires arabisés 12 %, les Arabes de la plaine atlantique 52 %. Il reste 12 % de divers.

86Presque tous ces ouvriers sont des manœuvres (95 %) spécialisés ou non. La grande majorité (79 %) habite les Carrières centrales, 6 % dans les cités.

87La spécialisation est plus marquée (degrés 3, 4, 5) chez les Chleuhs et arabisés (18 et 17 %), moindre chez les Arabes (8 %). La stabilité est bien meilleure chez les Chleuhs (58 %) et faible chez les arabisés et Arabes
(28 et 25 %). Les bons rendements s’observent chez les Chleuhs (48 %) contre 34 et 31 % chez les arabisés et Arabes.

Tableau M. Les Huileries du Maroc
275 ouvriers musulmans (dont 33 d’origines diverses non classés ici)

Tableau M. Les Huileries du Maroc275 ouvriers musulmans (dont 33 d’origines diverses non classés ici)

N. Les Moulins du Maghreb

88Il s’y trouve 146 travailleurs musulmans. La main-d’œuvre est relativement spécialisée, et surtout très stable, avec une forte proportion de Chleuhs proprement dits (50 %) contre 22 % de sédentaires arabisés, 21 % d’Arabes de la plaine atlantique et 6 % de « divers ».

89La spécialisation est nettement supérieure chez les Chleuhs, surtout dans les postes les plus techniques (47 %). Puis viennent les arabisés (45 %) et les Arabes de la plaine atlantique (39 %). Les Draoua sont très inférieurs (30 %).

90Les Chleuhs l’emportent légèrement sur les autres groupes pour la stabilité à long terme (78 %) contre 67 % pour les moins stables (Draoua).

91Les rendements « très bons » – degré 1 – s’observent surtout chez les Chleuhs, mais les rendements « bons » sont très supérieurs chez les Casablancais. Les Draoua sont les plus médiocres. Ces appréciations, très légèrement discordantes sur un point par rapport aux précédentes, portent sur des effectifs faibles.

Tableau N. Moulins du Maghreb
146 travailleurs (dont 9 d’origines diverses non classés ici)

Tableau N. Moulins du Maghreb146 travailleurs (dont 9 d’origines diverses non classés ici)

O et P. La Construction navale et les Chantiers Gallinari

92Il est enfin intéressant de comparer deux entreprises de même nature, des chantiers navals, qui font naturellement un très large appel aux charpentiers en barcasses, originaires des villes de 1a côte (Casablanca, Rabat-Salé, Mazagan, Safi, Mogador). La composition ethnique de la main-d’œuvre est à peu près la même dans les deux maisons.

Tableau O. La construction navale
214 ouvriers musulmans (dont 9 d’origines diverses non classés ici)

Tableau O. La construction navale214 ouvriers musulmans (dont 9 d’origines diverses non classés ici)

Tableau P. Chantiers Gallinari
201 ouvriers musulmans (dont 11 d’origines diverses non classés ici)

Tableau P. Chantiers Gallinari201 ouvriers musulmans (dont 11 d’origines diverses non classés ici)

93À la Construction navale, elle est extrêmement stable, 98 % des ouvriers étant présents depuis plus de trois ans. Il s’y trouve un petit groupe ethnique de 7 ouvriers originaires des Chiadma du nord. La répartition ethnique donne : 18 % aux Chleuhs, 9 % aux gens du Noun et du Dra, 21 % aux sédentaires arabisés, 25 % aux Arabes de la plaine atlantique, 22 % aux ouvriers citadins (de Casablanca et des autres villes), 4 % sont d’origines diverses.

94La spécialisation (degrés 1, 2, 3, 4) est naturellement à l’avantage des ouvriers des villes (53 %) ; elle suivra ensuite l’ordre inverse de celui auquel nous sommes habitués ; 41 % pour les Arabes, 39 % pour les sédentaires arabisés, 27 % pour le Dra et les oasis, 23 % pour les Chleuhs ; la construction navale est une tradition des villes – de Rabat à Safi.

95Au contraire, on retrouvera, pour la stabilité, à peu près les proportions habituelles : pour les ouvriers utilisés depuis plus de cinq ans (degré 7), 73 % chez les Chleuhs, 66 % chez les Arabes, tandis qu’arabisés et Draoua se tiennent à 63 et 61 %. Les ouvriers originaires des villes sont les moins stables (56 %).

96Les rendements nous ramènent aussi, bien qu’avec de plus faibles différences qu’ailleurs, aux proportions déjà observées ailleurs, compte tenu ici de l’importance de la technicité professionnelle des ouvriers originaires des villes. Les très bons et bons ouvriers (degrés 1 et 2) sont 62 % chez les Chleuhs, 60 % chez les citadins, 57 % chez les Draoua, 54 % chez les arabisés et 40 % seulement chez les Arabes.

97Aux Chantiers Gallinari, les proportions ethniques sont les suivantes : Chleuhs 12 %, Dra et Noun 5 %, sédentaires arabisés 23 %, Arabes de la plaine atlantique 24 %, citadins de Casablanca et autres villes 29 %, divers 6 %.

98Les travailleurs plus spécialisés (degrés 1, 2, 3, 4, 5) sont naturellement encore les citadins (78 %). Mais les Chleuhs reprennent aussitôt après eux l’avantage (56 %), les moins spécialisés étant les Draoua (45 %).

99L’avantage de la stabilité (degrés 6 et 7) revient aux Chleuhs (40 %), les autres groupes ayant en moyenne 30 %.

100Les meilleurs rendements s’observent chez les citadins, qui dominent avec 80 %, ce qui s’explique par leur supériorité technique. Viennent, loin derrière, les arabisés et les Chleuhs (47 et 44 %), les Draoua, les plus médiocres (36 %).

Petites entreprises (Q)

101Nous avons groupé de petites entreprises, utilisant moins de 100 ouvriers, par catégories dans les activités suivantes afin d’étudier la composition ethnique de la main-d’œuvre :

Métiers du fer (tôliers, forgerons, mécaniciens, fondeurs), 274 ouvriers.

Raffineries de pétrole et huile, produits chimiques, 222 ouvriers.

Conserveries et confiseries, 240 ouvriers.

Corps gras, 122 ouvriers.

Vidangeurs, 102 ouvriers.

Institutions d’enseignement (personnel domestique), 159 employés.

102D’un dépouillement statistique sommaire se dégage la physionomie des diverses professions.

Tableau Q. Répartition ethnique des ouvriers et employés de diverses industries et institutions

Tableau Q. Répartition ethnique des ouvriers et employés de diverses industries et institutions

103Dans les métiers du fer qui sont généralement méprisés, surtout en pays arabe, la part des éléments citadins (Casablanca et autres villes) est cependant forte (28,5 %). C’est ici vraisemblablement le résultat de l’effort de l’enseignement technique. Le Sous et le Dra, dont les populations sont âpres au gain et qui possèdent en outre déjà de nombreux maallemin de fer, fournissent une proportion équivalente (28,5 %).

104Aucune spécialisation ethnique n’apparaît dans les industries suivantes : raffineries de pétrole, d’huile, produits chimiques, conserves, corps gras. Les Chleuhs et Draoua y sont représentés dans la proportion de 30 à 27 %. Les Casablancais n’y apparaissent qu’en proportion faible.

105Les vidangeurs se recrutent dans la proportion de 67 % dans le groupe des tribus Zenaga et Sektana. Les Zenaga viennent des ksars voisins de la région de Tazenakht. Le fait est à rapprocher de ce qui s’observe dans la composition ethnique du Service du nettoiement.

106Les domestiques des institutions d’enseignement (lycées et collèges) proviennent dans la proportion de 48 % du Sous et du Dra – près du double de la proportion observée dans les métiers ; ils y sont plus nombreux à eux seuls que les Arabes et arabisés (42 %). Les citadins sont peu nombreux, 7 %. Nous savons avec quelle prédilection les Chleuhs de l’Anti-Atlas sont garçons d’hôtel et de restaurant.

Valeur des travailleurs

107Dans l’ensemble, sauf les cas un peu moins nets des usines Carnaud et des Moulins du Maghreb, les résultats que nous venons de présenter sont remarquablement concordants. En dépit du caractère subjectif des appréciations, il est possible d’affirmer en conclusion ce qui suit : le personnel le plus stable, à la longue, est celui du sud du Maroc (Chleuhs et Draoua), mais il est aussi le plus difficile à retenir après la deuxième année. Les sédentaires arabisés viennent généralement en seconde ligne, puis les Casablancais le disputent en mobilité aux Arabes de la plaine atlantique.

108Les capacités plus ou moins grandes dans le domaine de la spécialisation varient évidemment selon les entreprises. Celles qui ont été anciennement fondées à Casablanca et qui ont un caractère technique prononcé recrutent naturellement sur place une partie importante du personnel qualifié. Parmi les manœuvres spécialisés, d’une manière très générale, les Chleuhs ont un avantage marqué, les Arabes de la plaine atlantique étant les moins aptes. Les Draoua et Chleuhs excellent dans certains cas (plantations, nettoyage), mais d’une manière générale, les Draoua n’ont pas de capacités techniques industrielles.

109En ce qui concerne les rendements supérieurs, les meilleurs ouvriers et employés sont souvent les plus instruits, sauf parfois les Casablancais, atteints d’une instabilité particulière. Dans la catégorie immédiatement au-dessous (bon rendement) s’affirment presque partout en tête les Chleuhs, généralement les Draoua, puis les Berbères sédentaires, enfin les Casablancais et Arabes de la plaine atlantique. Nul doute, nous l’avons dit, que les facteurs de dévouement, docilité et bonne volonté ne jouent un rôle important aux yeux des employeurs dans la détermination du rendement.

110Les résultats de ces dépouillements, dans l’ensemble très concordants, sont d’autant plus frappants que, dans la plupart des grandes entreprises, les services de direction de la main-d’œuvre ne sont pas toujours conscients des différences de stabilité et de rendement des divers groupes ethniques que nous avons mis en évidence dans cette analyse.

111Une entreprise qui s’inspirerait, comme certaines le font d’ailleurs instinctivement, des règles simples que nous avons dégagées et qui donnerait au recrutement et à l’observation de sa main-d’œuvre des soins attentifs obtiendrait une amélioration de rendement qui pourrait être, l’ensemble des chiffres étudiés le montre, de l’ordre de 10 à 15 % dans certains cas. Il ne nous paraît pas douteux qu’une bonne organisation des œuvres sociales et un discernement plus grand des besoins familiaux, une connaissance meilleure de la psychologie sociale des ouvriers permettraient aussi de réaliser un nouveau gain de même importance.

112Nous ne tenons pas compte ici des indications supplémentaires que pourraient apporter des examens psychotechniques conduits selon des méthodes qui tiendraient compte des aptitudes particulières des populations marocaines – à supposer qu’elles existent.

***

113Faut-il admettre en effet que les caractéristiques de cette main-d’œuvre, dans les domaines de la spécialisation, de la stabilité et du rendement, soient en relation avec ses origines ethniques ? Nous avons nous-mêmes souvent employé cette dernière expression. Mais, dans notre esprit, elle ne doit pas prêter à confusion. Au point de vue « racial », il n’y a généralement guère de différence entre les ouvriers classés comme arabes et comme berbères, si l’on tient compte des mélanges inévitables de tribus et de familles qui se sont produits au cours de l’histoire. Une réserve pourrait être faite cependant à l’égard des Draoua, qui se présentent à la fois comme une minorité sociale et comme un groupe ethnique, d’ailleurs très complexe, véritablement à part. Dans l’ensemble, nous pensons qu’il faut plutôt lier l’existence des grandes catégories « ethniques » que nous avons distinguées aux conditions matérielles et sociales d’existence des tribus dans leur pays d’origine et en même temps aux relations sociales qui s’instituent à Casablanca entre immigrants de même origine et contribuent à les maintenir groupés.

114Deux indices sont en faveur de cette manière de voir qui mettent en évidence la prépondérance des facteurs sociaux. Notons tout d’abord le fait que la stabilité des Chleuhs et Draoua après deux années est généralement moins bonne, ce qui correspond à ce que nous savons de leurs désirs de retour au pays où ils ont gardé tant d’attaches. D’autre part, le mélange ethnique si complexe que constitue la population casablancaise a semblé avoir déjà acquis des caractéristiques propres apparues au sein du nouveau milieu social : d’une part, une capacité plus grande de spécialisation et, d’autre part, une instabilité qui nuit au rendement. Cette instabilité s’explique aisément. Le jeune Casablancais ne risque rien à passer d’une entreprise à l’autre. Il n’en va pas de même du Berbère qui, après avoir hésité, cherche souvent à se fixer définitivement à la longue. C’est qu’il cherche un emploi permanent pour lui et sa famille qu’il veut attirer dans une ville où il n’a pas d’attaches. On peut dire aussi que la stabilité de longue durée est d’autant plus grande que la patrie d’origine est plus lointaine.

115Il faut naturellement tenir compte du facteur que représente l’éducation antérieure de l’immigrant. Celui qui vient des tribus pastorales est plus mobile par habitude. Il se plie mieux à la vie irrégulière des campements misérables autour des villes qu’à l’existence ordonnée à l’intérieur d’une cité ouvrière, qui est vraiment l’idéal pour un Berbère sédentaire du Sous.

116Il reste cependant à expliquer la position singulière qu’occupent dans la stabilité, la spécialisation et le rendement, les « Berbères arabisés » de la côte, dont les pourcentages les classent à mi-distance des Berbères et des Arabes.

***

117Si l’on voulait tenter de découvrir – à supposer qu’elles existent – les aptitudes diverses des populations du Maroc, il faudrait conseiller, croyons-nous, aux psychotechniciens d’étudier le comportement, dans les diverses industries, des groupes suivants :

118Berbères nomades du sud (type Aït Atta) ; Arabes nomades du sud (type Oulad Yahya de la Feija et Arabes du Noun tels les Azouafid) ; Draoua haratin des Mezguita et Ktaoua ; Berbères sédentaires du Haut-Atlas occidental (du genre Mtougga) ; Berbères sédentaires de la Plaine de Tiznit (Ahel Sahel).

119De telles enquêtes nous aideraient à mieux discerner la part des qualités proprement ethniques et du facteur social à l’intérieur des divers groupes.

120En attendant les résultats de telles recherches, nul doute qu’il ne soit opportun de tenir le plus grand compte des importants facteurs de psychologie collective qui différencient les unes des autres les diverses populations, dont les habitudes et les besoins mériteraient d’être mieux connus des employeurs – dans l’intérêt commun des ouvriers et des entreprises. On trouverait ainsi le moyen d’améliorer le climat social et humain dans lequel vivent les travailleurs, dont on sait l’importance sur le rendement.

  • 183 Il n’est pas sans exemple que, dans des chantiers mal surveillés de l’intérieur, la même pratique n (...)

121Nombre de chefs d’entreprise s’en remettent volontiers, pour toutes les liaisons à établir entre la direction et la masse des travailleurs musulmans, à des ouvriers déjà anciens, jouant le rôle de chefs d’équipe et auxquels on donne le nom de caporaux (kabran). Indispensable parce qu’il connaît individuellement les ouvriers non spécialisés, souvent si instables, le kabran en arrive parfois à jouer un rôle qui dépasse de beaucoup celui qu’imagine l’employeur européen. Il devient aisément un agent discret de recrutement, qui agit pour son propre compte, soit au nom de la solidarité tribale, ce qui explique généralement l’existence des « essaims », soit simplement pour des raisons de profit personnel. Des considérations politiques ou religieuses peuvent aussi donner plus d’importance à son rôle. L’immigrant qui a quitté une tribu où règne depuis des temps immémoriaux l’usage du cadeau propitiatoire, en arrive bien vite, soit spontanément, soit à l’usage, à verser au kabran une redevance clandestine, prime d’embauchage ou même pourcentage régulier prélevé sur sa paye183. De telles habitudes qui grossissent considérablement l’importance des kabran, se développent au détriment de la bonne marche des entreprises, et il peut arriver que dans des périodes d’agitation ces petits potentats, disposant dans la masse ouvrière d’un prestige redouté en raison de l’oppression qu’ils exercent dans le cercle très étroit où s’exerce leur autorité, deviennent un facteur de désordre plutôt qu’un soutien pour l’autorité patronale. Ils ne sont jamais, d’autre part, les défenseurs des travailleurs.

122L’ouvrier qui appartient à une grande entreprise où règne le kabran fait souvent preuve, devant ces pratiques, de la même passivité consentante que celle avec laquelle il subit en tribu, d’une manière si déconcertante, les abus des chefs. Mais il suffit d’observer la satisfaction avec laquelle s’expriment les ouvriers revenant d’Algérie ou de France ou même ceux qui travaillent au Maroc dans des entreprises conduites avec sagesse, pour comprendre l’intérêt qu’ils attachent à être exactement payés proportionnellement à leur travail, sans avoir à consentir des ristournes de salaires à des intermédiaires indélicats.

Chômage – travail saisonnier

123Un grand péril menace ces immigrants récents concentrés dans les villes fondées par l’Occident où ils mènent une existence précaire : le chômage. Le volume sans cesse accru des agglomérations prolétariennes – sous l’effet de causes qui ne dépendent pas toujours, nous l’avons vu, de l’activité industrielle et technique de l’Occident – a souvent pour conséquence l’existence d’un « marché » pléthorique de la main-d’œuvre.

  • 184 Il n’est pas assuré, d’autre part, qu’un simple accroissement des salaires réduise du même coup le (...)

124Pour l’instant (1950), malgré l’extraordinaire prospérité des entreprises, les besoins des employeurs sont aisément satisfaits, et il leur est facile, non seulement de faire choix des meilleurs éléments, mais encore de maintenir, en raison de la concurrence des candidats au travail, des salaires constants en un temps où le prix de la vie s’élève rapidement184.

125De bons observateurs estiment qu’à Casablanca, le chômage, total ou partiel, atteint environ 10 000 travailleurs sans spécialité, environ le cinquième de la masse totale des ouvriers utilisables. Deux bureaux de placement favorisent l’embauche de tous ceux qui peuvent se réclamer d’une expérience professionnelle antérieure. Mais il n’a pas été créé jusqu’à ce jour dans cette grande cité un organisme qui facilite l’embauchage des simples manœuvres, de beaucoup les plus nombreux. Port-Lyautey, au contraire, utilise avec avantage un service chargé de résorber la main-d’œuvre flottante, grâce à une entente réalisée entre les employeurs et l’Inspection du travail.

126Les meilleurs employeurs s’efforcent évidemment de stabiliser leur main-d’œuvre. À cet égard, l’existence d’« essaims » à l’intérieur des entreprises est l’indice d’un attachement collectif de la main-d’œuvre rurale à une maison qui est connue avantageusement dans une région du Maroc où l’on pratique l’émigration temporaire. C’est aussi pour les travailleurs le moyen de créer dans l’entreprise un « micro-climat » social dans lequel ils se trouvent plus à l’aise. D’autre part, les services de main-d’œuvre qui, dans certaines usines, orientent systématiquement leur recrutement, choisissant des immigrants d’origine bien connue dont ils apprécient les qualités, obtiennent non seulement un rendement plus élevé du travail, mais encore un attachement durable de leurs ouvriers : les travailleurs s’y retrouvent en quelque sorte « entre frères ».

127D’autres industries, comme les conserveries, utilisent, nous l’avons vu, une main-d’œuvre saisonnière dans la proportion des 9/10. Il s’agit surtout de femmes, dont les gains viennent heureusement améliorer grandement – à Casablanca surtout – les ressources familiales. L’importance de l’agglomération musulmane est telle que ces employeurs disposent d’une quantité presque illimitée d’ouvrières. Le rôle économique de cette industrie est donc bienfaisant, mais il n’intéresse que la douzième partie de la population féminine active. C’est donc à l’artisanat à domicile ou au travail domestique à l’extérieur que devront s’adresser celles qui ne disposent pas de cette source de salaires.

Syndicalisme

128Nous nous bornerons, pour éclairer ceux qui voudraient poursuivre, dans ce domaine délicat, des études objectives fondées sur des observations, à indiquer les conditions générales dans lesquelles se pose le problème de l’organisation syndicale : il n’entre pas dans le caractère de cette enquête d’aborder les nombreux aspects politiques de cet important sujet.

  • 185 La Caisse d’aide sociale récemment instituée par le Protectorat est venue apporter une sérieuse amé (...)

129La position du patronat est au Maroc très différente de celle qu’il possède dans les pays occidentaux. Le patronat européen a, dès l’origine, développé son action au Maroc dans une atmosphère de grande liberté et d’indépendance, faisant preuve d’audace et d’esprit d’entreprise comme il convient aux pionniers d’un pays neuf. Beaucoup d’hommes d’affaires ont, grâce aux circonstances favorables et à l’absence de législation fiscale inquisitoriale, édifié des entreprises prospères et amassé des fortunes réelles, mais ces positions demeurent fragiles, car la concurrence est acharnée et parfois déloyale. Aussi toute l’activité des directions d’entreprise est-elle plus qu’ailleurs régie par la loi impitoyable du profit immédiat. Elles ont fort peu de temps libre pour méditer avec fruit sur les problèmes sociaux et politiques dont la solution conditionne cependant – à long terme il est vrai – la bonne marche de leurs affaires. Pour la plupart très individualistes, s’unissant seulement pour se défendre, ils ne disposent pas d’organismes d’étude et d’action sociale suffisants qui se chargeraient de trouver des solutions pratiques aux difficultés qui assaillent les employeurs185. Du moins les meilleurs d’entre eux appliquent-ils correctement les lois sociales de protection des ouvriers qu’une Inspection du travail, elle-même peu préparée à aborder les problèmes délicats du prolétariat indigène, s’efforce de faire respecter. Les employeurs marocains – israélites et musulmans – moins disposés encore que les Européens à tenir compte des besoins essentiels des ouvriers, sont d’une indiscipline et d’une inconscience parfois sans limite. Il est arrivé souvent que, faute de gains suffisants, ils ne paient pas à leurs employés les salaires qui leur sont dus, et la justice des pachas, invoquée en la circonstance par les victimes de ces agissements, s’est avérée souvent incapable d’intervenir efficacement.

130Par réaction contre les excès du dirigisme économique – pendant la période 1940-1945 – et en profitant de l’essor des entreprises industrielles depuis 1947, les employeurs ont d’ailleurs réussi le plus souvent à créer un climat d’indépendance totale à l’égard des grandes directions techniques du Protectorat qui rend difficile l’application, par simple voie d’autorité, d’une législation protectrice des travailleurs. Ces circonstances paraissent, dans l’ensemble, favorables au développement d’un antagonisme ouvrier qui s’organiserait par le moyen des syndicats. Mais les perspectives ouvrières sont malheureusement très décevantes pour ceux qui souhaiteraient assurer, par ce moyen, la protection légitime des intérêts des travailleurs.

131La plus grande partie des ouvriers spécialisés et des cadres de maîtrise est composée d’Européens qui adoptent très vite, à l’égard d’une masse musulmane dont ils ignorent la langue, l’origine et les conditions de vie, une attitude d’indifférence et parfois de défaveur. Vivant eux-mêmes dans un cadre social et matériel d’existence beaucoup plus large que dans la métropole, ils n’éprouvent plus les passions qui animent sur le continent les membres des syndicats ouvriers dont les traditions de combat sont entretenues à la fois par des conflits d’intérêt et des heurts idéologiques.

132Seuls quelques militants entraînés par une foi politique ardente constituent un noyau actif. Mais parmi ces derniers, les étrangers et les réfugiés politiques des pays latins prédominent parfois. Ils rallient à eux de jeunes israélites à la poursuite d’un nouvel idéal de vie moderne libéré de la puissance de l’argent et quelques ouvriers musulmans qu’un long contact avec des camarades européens d’atelier a ralliés aux méthodes d’action directe.

133Ces derniers ne représentent à Casablanca, où ils sont les plus nombreux par rapport à la masse totale des travailleurs marocains au service de l’économie moderne, qu’une proportion de quelques millièmes. N’oublions pas qu’on estime à 2 ou 3 % seulement le nombre de ceux qui accèdent aux degrés supérieurs de spécialisation – depuis les postes de maîtrise jusqu’à ceux d’ouvriers spécialisés. À peine 10 à 15 % sont-ils classés dans les « manœuvres spécialisés » – lorsqu’après un entraînement pratique de quelques mois, ils se sont adaptés à une tâche plus délicate que celle de porteurs de fardeaux. Près de 80 % composent l’énorme masse de ceux qui peuvent sans inconvénient passer indifféremment d’une entreprise à une autre, n’apportant que leur force musculaire, leur bonne volonté et plus souvent leur morne inertie en échange d’un salaire journalier.

134Le caractère grégaire de cet immense troupeau rend possible, d’une part, une attitude de passivité complète – que favorise la résignation islamique, l’une des valeurs morales les plus intactes héritées du patrimoine religieux des ruraux d’Afrique du Nord – et, d’autre part, de brefs et violents accès de révolte, legs ancestral des sociétés anarchiques arabo-berbères, qui se sont libérées de temps à autre du joug habituel au cours de l’histoire par le moyen des sibas. Le retour en force de l’autorité, dès qu’elle se manifeste avec résolution, suffit généralement à rétablir l’ordre d’une manière presque magique.

  • 186 Sous une autre forme, les jeunes Marocains de la bourgeoisie affirment d’ailleurs eux-mêmes qu’ils (...)

135Ce qui rend plus difficile encore l’éducation des masses ouvrières musulmanes, c’est la faible valeur sociale de la nouvelle génération de travailleurs nés à Casablanca – dont nos analyses antérieures ont démontré les tendances incertaines. Si l’on voit apparaître dès à présent dans son sein d’excellents éléments techniques, capables d’attachement à leur métier, aptes parfois à prendre conscience de leurs responsabilités sociales, ceux-ci ne forment que des exceptions rarissimes. Pour les autres, l’instabilité professionnelle et le déséquilibre social traduisent bien l’acuité de cette « crise de la deuxième génération » – qui n’est d’ailleurs aucunement propre au Maroc, puisqu’on l’observe aussi bien aux États-Unis, dans le melting-pot où se brassent non sans difficultés les fils des immigrants186. Nos observations sur la mauvaise qualité des masses ouvrières nées à Casablanca sont venues démontrer l’existence d’une crise qui s’explique avant tout, croyons-nous, par l’affaiblissement de la discipline sociale.

***

136Au cours de la période 1936-1937, l’activité des syndicats métropolitains, qui s’était, par contagion, étendue au Maroc, avait débordé rapidement le cadre européen et provoqué dans quelques entreprises des adhésions de travailleurs musulmans et israélites. Mais les autorités chérifiennes et celles du Protectorat, invoquant la contradiction entre les institutions traditionnelles du Makhzen et les tendances des organisations ouvrières occidentales, avaient interdit par des dahirs de 1936 et 1938 le recrutement syndical des sujets du sultan. Par la suite, la mise en sommeil du syndicalisme en France en 1940 avait enlevé au problème de la représentation des travailleurs marocains son caractère d’urgence administrative, sans d’ailleurs en diminuer l’importance sociale. En 1943, les autorités du Protectorat décidaient de créer à Casablanca un organisme spécial : le Bureau marocain du travail (B.M.T.), dans le but de protéger les intérêts du prolétariat ouvrier de cette ville et d’entreprendre prudemment son éducation syndicale. Cet organisme, qui devait disparaître trois ans après, à la demande instante de la C.G.T., non sans avoir réalisé une œuvre importante, tenta d’associer des méthodes de protection administrative et des procédés de consultation des travailleurs. Sa tâche essentielle, confiée à un contrôleur civil connaissant bien les populations rurales d’origine, était d’examiner les réclamations des ouvriers, de résoudre les conflits individuels du travail (nombreux surtout avec les employeurs marocains), d’aplanir les conflits collectifs, d’assister les intéressés dans la liquidation des indemnités consécutives aux accidents du travail, enfin de promouvoir l’assistance sociale – par une contribution à l’étude de la législation sociale en préparation, par l’attribution de secours maladie et d’allocations familiales en fondant des mutuelles de secours. Cette énumération indique assez bien l’étendue du champ d’action départi au Bureau marocain du travail. L’originalité de l’institution était de s’appuyer sur un corps d’« hommes de confiance » – les amines – près de 350, désignés dans les entreprises par leurs camarades, qui exposaient les intérêts de leurs mandants et permettaient aussi à l’autorité de contrôle de jouer efficacement un rôle d’arbitre éclairé entre les employeurs et les salariés.

137La disparition malencontreuse du B.M.T. qui, par le moyen des nombreux amines, habituait peu à peu la masse des travailleurs à prendre conscience de ses intérêts, laissait à nouveau, malgré l’existence des dahirs d’interdiction, le champ libre aux syndicats. Mais au même moment ceux-ci ou décidaient de se retirer de l’action militante (F.O. et C.F.T.C.) en ce qui concernait les revendications des Marocains, ou bien au contraire (C.G.T.) liaient parti avec l’organisation nationaliste bourgeoise du Hizb el Watani, qui depuis 1944 revendiquait l’indépendance du Maroc et l’abrogation de la tutelle du Protectorat.

138On s’explique cette alliance tactique. Les nationalistes citadins découvraient aisément le danger que faisait courir à leur plan de restauration d’un État islamique traditionnel aux apparences modernes le développement prodigieux de l’économie occidentale dans les villes de la côte. Ils percevaient aussi l’importance qu’aurait pour eux l’utilisation, dans l’action directe, des forces prolétariennes, si faciles encore à mobiliser au nom de l’islam en raison du caractère grégaire des masses d’immigrants venus des tribus. Enfin, ils découvraient qu’ils pouvaient ainsi atteindre le talon d’Achille des Occidentaux en désorganisant, par des grèves préparées au bon moment, l’économie industrielle, les transports, l’électricité et les mines.

139Des grèves conduites avec habileté à la fin de 1949 et au début de 1950 allaient prouver la justesse du calcul. Pour assurer le succès définitif de la manœuvre, restait à obtenir des autorités du Protectorat l’autorisation d’organiser un syndicalisme marocain indépendant, qui prendrait aussitôt un caractère politique et nationaliste, comme il en a été dans la Régence de Tunis, où l’influence de la C.G.T. a été rapidement éliminée au bénéfice du Néo-Destour ou du Vieux Destour. Percevant clairement le danger de cette action politico-sociale d’autre part, la Résidence générale s’en tenait fermement au principe d’un syndicalisme mixte, la présence d’Européens devant peut-être permettre d’éviter aux organisations ouvrières de tomber dans la sujétion aux partis politiques marocains. Au moment où nous écrivons ces lignes, la solution de ce conflit de tendances n’a pas été trouvée, et les formules qui institueraient un heureux effort en faveur des masses prolétariennes musulmanes et juives n’ont pas encore été portées à la connaissance du public.

***

140Il serait vain d’affirmer que l’idée-force du syndicalisme n’ait pas commencé de pénétrer dans l’esprit des ouvriers marocains qui sont, dans les grandes entreprises, en contact avec les militants européens. Mais il importe de signaler la grande difficulté psychologique et sociale qui s’oppose jusqu’ici à la constitution de véritables cadres syndicaux marocains.

  • 187 On pourrait à cet égard établir d’utiles comparaisons avec les mouvements syndicalistes de Gold Coa (...)

141Tout Marocain qui conquiert une part d’autorité – même s’il appartient, par ses origines tribales, à une société dont l’idéal politique a été pendant de longs siècles un régime d’anarchie organisée, au sein des républiques berbères – est aussitôt tenté d’utiliser ce pouvoir à son profit. On a remarqué avec quelle aisance un simple chef de famille se transformait, dans une région où prévaut la tradition égalitaire, en un caïd tout-puissant dont les appétits ne connaissent pas de limites. Il en va aisément de même dans la société prolétarienne des villes. Le simple kobran devient vite un petit potentat. Le chef de main-d’œuvre marocain d’une grosse entreprise fait aussitôt fortune. Le leader syndicaliste se transforme en un instant en homme politique qui pense à sa carrière : il sent qu’il dispose d’une force immense, et il la met au service de ses ambitions. À tout le moins, il devient en peu de temps un professionnel de l’action syndicale et cesse en quelques mois d’être le représentant de ceux qui lui ont fait confiance pour devenir leur maître187.

142Le seul moyen de faire l’éducation syndicale d’une telle masse de travailleurs aussi frustes est, croyons-nous, au début au moins, de réussir à provoquer des consultations fréquentes et fractionnées des travailleurs, de dégager de leur sein une représentation nombreuse d’« hommes de confiance », investis d’un pouvoir essentiellement temporaire – comme le veut la tradition des tribus indépendantes – et de conserver ainsi avec les masses elles-mêmes un contact vivant. Par ce moyen, les besoins et les justes revendications de ces travailleurs pourront être connus. Dès lors, si l’autorité de l’Etat et l’intelligence des employeurs s’accordent, il sera possible de satisfaire les demandes justifiées du peuple dans des conditions qui garantiront à la fois les progrès sociaux des Marocains et la prospérité des entreprises, elle-même indispensable à la richesse de la communauté. Mais il est évident, d’autre part, qu’il ne peut s’agir, sous cette forme, que d’institutions provisoires, destinées à hâter l’éducation sociale des travailleurs.

Notes

171 D’après A. Adam.

172 Avec l’aide précieuse du commandant Maneville et de M. Hubert.

173 Nous n’avons ici étudié en détail que les plus importantes, celles qui ont plus de 150 ouvriers marocains.

174 On peut raisonnablement estimer qu’il s’agit des 3/10 de la population ouvrière de Casablanca dont l’activité est liée directement à celle de l’économie européenne. Il s’agit donc, non pas d’un sondage, mais d’un recensement partiel.

175 Cf. les cartes de l’origine ethnique des ouvriers, F. XXVI, pl. 60 et 61.

176 La pluviométrie au Tadla est en effet assez élevée, et les écarts moyens sont assez faibles. D’autres causes, sociales sans doute, expliqueraient l’ampleur de l’exode vers les villes.

177 Cf. plus haut, p. 176.

178 Cf. plus loin, chapitre IV, p. 238, tableau note 11.

179 Le caractère subjectif des appréciations données selon un code aussi simplifié est inévitable. Nous avons cru cependant que l’emploi d’une classification plus savante et plus précise serait contre-indiqué dans la plupart des cas.

180 Nous avons ici traité à part ce petit groupe d’Azouafid, qui semble particulièrement acclimaté, bien que dans les autres études les gens du Noun, très peu nombreux d’ailleurs, soient généralement comptés avec les Chleuhs.

181 Le mot kabran, néologisme, s’est ici substitué au vocable traditionnel moqaddem.

182 On a ici joint aux Arabes de la plaine atlantique les semi-sédentaires du Moyen-Atlas, en nombre infime.

183 Il n’est pas sans exemple que, dans des chantiers mal surveillés de l’intérieur, la même pratique ne vienne corrompre jusqu’au petit personnel européen.

184 Il n’est pas assuré, d’autre part, qu’un simple accroissement des salaires réduise du même coup le chômage et améliore le standing économique des familles, car l’absentéisme et l’instabilité de travailleurs dont le niveau de vie est bas peuvent aussi bien se trouver encouragés par la mise en circulation de signes monétaires plus nombreux. C’est seulement si de nouveaux besoins sont ressentis que l’ouvrier « à la journée », le taleb maâchoh – celui qui travaille pour se nourrir – se sent incité à un effort régulier qui pourra améliorer son sort.

185 La Caisse d’aide sociale récemment instituée par le Protectorat est venue apporter une sérieuse amélioration à cette solution. Il a été récemment créé, d’autre part, un Institut de psychologie et de sociologie appliquées, à Casablanca, qui peut aider le patronat à faire étudier scientifiquement des problèmes de main-d’œuvre.

186 Sous une autre forme, les jeunes Marocains de la bourgeoisie affirment d’ailleurs eux-mêmes qu’ils constituent « la génération sacrifiée » – celle qui assure dans des conditions difficiles la liaison entre la civilisation traditionnelle et le monde moderne.

187 On pourrait à cet égard établir d’utiles comparaisons avec les mouvements syndicalistes de Gold Coast et de Nigeria où les chefs politiques tels que Nkreimah et Nndami Azikiwé ont imposé leur volonté personnelle à plusieurs reprises aux autorités britanniques par le moyen des grèves, en s’emparant de la puissance des syndicats.

Table des illustrations

Titre Tableau A. Travaux publics673 ouvriers musulmans (dont 149 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau B. Service du nettoiement933 ouvriers musulmans (dont 115 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau C. Parcs – jardins – plantations392 ouvriers musulmans (dont 53 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau D. Régie des tabacs423 ouvriers musulmans (dont 27 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau G. L’usine des chaux et ciments614 ouvriers musulmans (dont 135 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau H. La Compagnie sucrière1 474 ouvriers musulmans (dont 125 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau I. Manutention marocaine (services techniques)743 ouvriers musulmans (dont 56 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau J. Etablissements Carnaud601 ouvriers musulmans (dont 60 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau K. Brasseries du Maroc388 ouvriers musulmans (dont 14 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau L. Tramways et autobus217 travailleurs (dont 13 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau M. Les Huileries du Maroc275 ouvriers musulmans (dont 33 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau N. Moulins du Maghreb146 travailleurs (dont 9 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau O. La construction navale214 ouvriers musulmans (dont 9 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau P. Chantiers Gallinari201 ouvriers musulmans (dont 11 d’origines diverses non classés ici)
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau Q. Répartition ethnique des ouvriers et employés de diverses industries et institutions
URL http://books.openedition.org/cjb/docannexe/image/1192/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable