Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naissance du prolétariat marocain

 | 
Robert Montagne

Annexes

Annexe I. Note sur l’irrégularité des précipitations atmosphériques dans le Sud marocain

Texte intégral

1Pour mieux classer les faits observés, on pourrait affecter chaque station météorologique où l’on a calculé pendant vingt ans la quantité moyenne des pluies tombées annuellement d’un coefficient de variabilité des pluies (v) qui serait le quotient de l’écart moyen des précipitations annuelles et de leur moyenne arithmétique pendant la période considérée. Cette variabilité est d’autant plus grande que les précipitations annuelles sont plus faibles.

2Si l’on combine l’effet de la variabilité et de la hauteur moyenne des pluies, en divisant la seconde par la première, on obtient une représentation approximative de ce qu’on pourrait appeler la sécurité agricole (s)
[S = moyenne arithmétique/variabilité] dont la valeur permet de distinguer des zones plus ou moins favorisées.

  • 216 Cf. F. XX, pl. 45. Les observations sur la pluviométrie nous ont été aimablement communiquées par l (...)

3En les reportant sur la carte de la pluviométrie, on constate qu’elles se superposent en gros aux diverses régions d’émigration que nous avons distinguées216.

Moy. arith. en mm

Variabilité v

Sécurité agricole s

A. Zone côtière

Casablanca

406

0,184

22,5

Camp Marchand

418

0,154

27,8

Settat

399

0,216

18

Mazagan

328

0,219

14,9

Sidi Bennour

296

0,188

15,5

Safi

329

0,24

13,7

A’. Zone intérieure

Khouribga

377

0,28

13,4

Kasba Tadla

415

0,23

18

B. Zone pastorale atlantique

Mechra ben Abdou

214

0,25

8,5

Srhour des Rehamna

319

0,15

(21,2)

Ben Guerir

240

0,25

9,6

Chichaoua

170

0,197

8,5

Chemaïa

238

0,175

13,6

Marrakech

237

0,30

7,9

Aït Ourir

342

0,31

11

C. Atlas occidental

Tamanar

309

0,30

10,3

Argana

200

0,308

6,5

Imintanout

299

0,263

11,3

D. Sous et Anti-Atlas

Agadir

230

0,28

8,1

Taroudant

212

0,308

6,8

Tiznit

158

0,252

6,2

Aït Baha

281

0,252

11,1

Anzi

269

0,33

8,1

Tafraout

182

0,26

7

Aït Abdallah

181

0,29

6,2

Irhem

199

0,309

6,4

Taliouine

212

0,378

5,9

Bou Tazart

259

0,438

5,9

Bou Izakaren

122

0,333

3,1

El Aïoun du Dra

103

0,26

3,9

E. Atlas et Dir

Amismiz

465

0,22

21

Azilal

541

0,25

21,6

Demnat

545

0,19

28,6

Beni Mellal

583

0,21

27,7

F. Confins sahariens

Assa

45

0,52

0,9

Aqqa

48

0,63

0,8

Tata

69

0,57

1,2

Tagounit

39

0,428

0,9

Zagora

59

0,57

1,1

Rissani

78

0,43

1,8

Erfoud

82

0,48

1,7

4Les astérisques indiquent les stations pour lesquelles la moyenne est faite seulement en tenant compte de résultats partiels (10 à 15 années).

5La valeur de S sera comprise entre 28,6 et 13,4 dans toute la zone agricole formée par les régions côtières – de Rabat à Safi, l’intérieur (Khouribga, Tadla) et l’Atlas des hautes montagnes (Amismiz, Azilal, Demnat, Beni-Mellal). C’est aussi la zone dans laquelle, sauf accident, l’émigration n’a pas pour cause essentielle l’irrégularité des pluies.

6Une zone déshéritée de la plaine atlantique (peu favorable à l’agriculture) se dessine entre le pied de l’Atlas de Marrakech à Ben Guerir où, à l’exception du point très favorisé des Skhour des Rehamna (21,2), ce coefficient de sécurité S varie de 8,5 à 13,6. C’est une région d’élevage bien plutôt que de culture en bour. Les pasteurs y jouissent de conditions relativement favorables. L’émigration y sera encore limitée.

7La zone côtière de l’Atlas occidental (Tamanar, Argana, Imintanout) se trouve placée dans les mêmes limites, comprises entre 6,5 et 11,3. L’irrégularité des pluies est compensée par l’existence de la forêt d’arganiers, propice à l’élevage. L’émigration y est faible ou modérée (sauf à Argana).

8Dans le Sous et l’Anti-Atlas (S compris entre 8,1 et 3,1, sauf Aït-Baha 11,1), l’insécurité des cultures en bour devient trop grande. L’émigration temporaire en masse s’impose dans les mauvaises années. Ce sera la patrie des émigrants de provenance lointaine.

  • 217 Voir planche 45. Cette analyse des statistiques météorologiques n’explique pas parfaitement l’impor (...)

9Enfin, sur les confins sahariens d’Erfoud à Assa, le coefficient de sécurité tombe de 1,8 à 0,8. Seules les cultures irriguées sont possibles. Les pâturages sont instables. La vie agricole liée aux crues des oueds dépend des pluies abondantes et exceptionnelles survenues dans les montagnes lointaines ; si elles font défaut, les sédentaires (Haratin) doivent émigrer. Quant aux nomades, l’irrégularité des pluies qui restaurent le pâturage est telle qu’ils doivent souvent sortir de leurs frontières habituelles. Les exodes prennent l’allure de fuites devant la famine217.

Notes

216 Cf. F. XX, pl. 45. Les observations sur la pluviométrie nous ont été aimablement communiquées par l’Institut scientifique chérifien du Maroc.

217 Voir planche 45. Cette analyse des statistiques météorologiques n’explique pas parfaitement l’importance de l’émigration de la région de Kasba-Tadla – l’une de celles qui, avec l’Anti-Atlas, donne à Casablanca le plus de travailleurs célibataires.

© Centre Jacques-Berque, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable